Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

André GUESLIN, Gens pauvres, pauvres gens dans la France du XIXe siècle, Collection historique, Paris, Aubier, 1998, 314 p.

Laurent Le Gall

Entrées d'index

Chronologique :

XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Gens pauvres, pauvres gens dans la France du XIXe siècle est un beau titre pour un livre intéressant et maîtrisé. André Gueslin nous conviait en 1998 à une lecture des oubliés de l’Histoire, alors que les discours alarmistes sur l’état de la société française de la fin du XXe siècle et les études sur la très grande pauvreté des années de crise se multipliaient. La concordance des temps guettait au risque de l’anachronisme. L’auteur évite cet écueil, on lui en sait gré.

2Le premier intérêt de ce livre réside certainement dans son objet : le siècle de l’industrialisation et de l’apogée des campagnes a trop longtemps souffert de ce point aveugle du paysage historiographique que constituait l’étude des pauvres. En privilégiant l’ouvrier — ou plutôt le prolétaire — et le paysan, les historiens avaient oublié un monde de très petites gens laissés au bord du chemin depuis des générations ou fauchés par la misère au moment des crises. Délaissés par les spécialistes de la France contemporaine, ils étaient sortis de l’ombre pour les périodes antérieures grâce aux travaux et aux approches diverses de Michel Foucault, Michel Mollat et Arlette Farge. En se risquant à élaborer une synthèse sur le sujet, André Gueslin couvre l’hexagone, aborde le phénomène à la ville et à la campagne, privilégie davantage les pauvretés citadines aux pauvretés rurales. Car c’est de la pauvreté au pluriel dont il s’agit. Et la longue mise au point en quête d’une définition acceptable, dès le premier chapitre, révèle cette difficulté à appréhender ce qui faisait que l’on était pauvre, que l’on se sentait pauvre ou que l’on était vu comme un pauvre dans la société du XIXe siècle. Après avoir rappelé combien l’acception médiévale de la pauvreté — le pauvre comme image du Christ sur terre — fut battue en brèche avec l’affirmation de l’État royal, la laïcisation de la société, l’entrée dans la sphère du capitalisme, l’auteur montre que cette vision duale bons pauvres/mauvais pauvres, héritée des siècles précédents, perdure après la Révolution ; elle subit alors des inflexions liées aux nouvelles conditions économiques et aux idées avancées au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Dans ces tâtonnements liminaires nécessaires pour mieux cerner les contours de ce sujet aux frontières mouvantes, André Gueslin examine les variables les unes après les autres. Il existe une démographie de la pauvreté marquée par une surmortalité comme il existe une économie de la pauvreté. Ainsi, si le critère du non-travail est utilisable, il ne peut être systématisé : le petit propriétaire de sa terre vit-il moins mal que le chiffonnier, figure inquiétante de la pauvreté mobile, insaisissable et de la marginalité ? Comment interpréter les périodes de chômage momentané au moment des crises, comment appréhender au mieux le monde de l’économie souterraine ? À l’intérieur de ce groupe fluctuant, quels points communs peut-on trouver entre le bohémien, le déraciné qui quitte la terre pour les marges de la ville, le mendiant gyrovague d’une commune où il réside, si ce n’est leur exclusion temporaire ou permanente de la société englobante. Au-delà du problème des taxinomies, des représentations — la pauvreté comme pathologie sociale — et des catégories, André Gueslin se risque à une définition de la pauvreté dont les échos à la situation des sociétés occidentales contemporaines ne sont pas absents : « Le quart-monde dans les pays riches rassemble des populations dominées qui manquent du minimum vital et du minimum en général compte tenu des usages sociaux, qui ont des comportements marginaux et se trouvent exclues par l’absence de travail, par la difficulté de communiquer, par le sentiment de perte de dignité, et d’humiliation par leurs comportements mêmes. Privées souvent de liens contractuels, elles se heurtent à des phénomènes de blocages permanents tels, qu’elles ont les plus grandes difficultés pour s’intégrer, voire seulement pour s’insérer socialement » (p. 49). C’est une définition qui a le mérite de fixer clairement les termes de cette question sociale.

3Cela posé, l’auteur s’essaie ensuite à décrypter dans les quatre chapitres suivants les affres de la misère, les stigmates de la pauvreté, l’image des exclus dans le regard des élites. Dans cet inventaire en forme de catalogue, il se dégage parfois une impression de « staticité » photographique pour un monde défini par ailleurs comme mouvant, organisé selon des trajectoires sociales le plus souvent descendantes. Il n’en reste pas moins que l’on découvre avec intérêt et saisissement un univers marqué par « la misère noire » (p. 51). Ce que l’on peut savoir de la vie quotidienne des exclus au temps de Villermé ou de Zola incite ainsi à faire attention au critère de la domiciliation. La masure du journalier et le garni du citadin pauvre sont autant de points d’ancrage, certes misérables, mais qui déterminent en quelque sorte une ligne de fracture entre la grande pauvreté et les autres pauvretés. Car les espaces de la misère sont avant tout, mais pas exclusivement, des espaces de la mobilité. Mobilité géographique tout d’abord : les mendiants, les vagabonds, les migrants existent dans un espace dilaté. Mobilité sociale ensuite : à côté des pauvres honteux, de ceux qui ont déchu et se retrouvent à faire l’aumône voisinent des pauvres de pauvres quasiment étiquetés de génération en génération. Et André Gueslin de poser le problème de la pauvreté permanente, récurrente mais aussi des frontières poreuses entre le un peu mieux et le un peu moins bien, entre l’immobilité sociale pour certains, les possibilités conjoncturelles de promotion sociale ou de chute pour les autres. Quant à la pesée de la pauvreté dans la société du siècle des Misérables et des Mystères de Paris — à noter de bons passages sur l’intérêt de l’œuvre d’Eugène Sue dans la compréhension des phénomènes étudiés —, qu’il est difficile d’avancer des chiffres précis. L’auteur fait ici la part belle aux tentatives de chiffrage, rappelle qu’une telle mesure se heurte aux approximations statistiques, que tout indice construit (les mariages avec contrat et les mariages sans, les inventaires après décès) possède ses propres limites et propose enfin une estimation : la grande pauvreté en année normale se situerait à environ 10 % de la population française avec un écart de plus ou moins 5 % (p. 88). Le XIXe siècle ne voit pas cependant un reflux visible de la pauvreté « même si on peut penser que la réalité de la grande misère tend à reculer dans sa seconde moitié » (p. 98). Comment est-on un pauvre dans le regard de l’autre ? André Gueslin s’interroge ensuite sur l’imaginaire et le comportement des élites. Le seuil de tolérance semble être ici fonction du milieu dans lequel elles évoluent. Ainsi, dans les campagnes, la tolérance serait d’autant plus forte que les cherche-pain apparaissent comme intégrés à la société locale. On aurait alors souhaité une étude plus approfondie prenant en compte les stratifications sociales des campagnes avant de parvenir à ce constat rapide. Des degrés de tolérance ne sont-ils pas en effet perceptibles suivant que les hiérarchies sociales sont plus ou moins tranchées, que la société apparaît bloquée, que la valeur accordée à la propriété est plus ou moins prégnante et partagée par les membres de la communauté ? La misère urbaine reléguée de plus en plus à la périphérie de la cité est, quant à elle, mise à distance physiquement et mentalement par les élites des villes. Préoccupées de l’essor des classes laborieuses et dangereuses, elles n’en veillent pas moins cependant aux moindres soubresauts de ces pauvres qui pourraient être convaincus si facilement de socialisme. Car dans une société qui vénère entre autres l’ordre, la peur de l’émotion populaire, surtout après 1848, incite à encourager les démarches sécuritaires. Ainsi s’affirme la distinction opérée déjà lors des siècles précédents entre bons et mauvais pauvres. Elle se fonde sur une éthique du travail partagée aussi bien par les tenants du libéralisme que ceux du socialisme associationniste. Aux traditionnelles œuvres charitables s’ajoute désormais un discours visant à faire de la pauvreté un état transitoire pour des personnes susceptibles d’être intégrées par le travail dans une société qui se pense chez ses élites comme inéluctablement promise au bonheur. Qu’en pensèrent les pauvres ? Quelles furent leurs stratégies ? André Gueslin dans un très bon cinquième chapitre pose la question de l’existence d’une culture de la pauvreté, après les livres fondateurs de Oscar Lewis 1 et de Richard Hoggart 2. Évoquant les codes de l’honneur, la quête de la dignité aussi bien que la violence au quotidien ou le fatalisme devant un avenir forcément désenchanté, il conclut qu’il est préférable de parler de pratiques partagées et de comportements similaires plutôt que d’une culture enracinée dans un milieu spécifique.

4Les trois derniers chapitres proposent un panorama des doctrines sociales et des mesures prises afin de lutter contre la pauvreté. Après avoir esquissé un tableau des idées qui présidèrent aux solutions apportées depuis la fin du Moyen Âge — de la pauvreté promue au rang de vertu théologale à l’époque médiévale au grand enfermement du XVIIe siècle —, l’historien du Crédit agricole revisite les grands courants de pensée nés du bouillonnement des Lumières, sous la Révolution ou au cours du XIXe siècle : malthusianisme et darwinisme social qui mettent l’accent sur la faiblesse inhérente aux pauvres, leur élimination sous la poussée des plus forts et donc l’inutilité de la charité ; approche marxiste qui révère le prolétariat avant-gardiste de la révolution, se méfie ou exècre un Lumpenproletariat prêt à se vendre aux forces de la réaction ; doctrines de l’économie sociale en France avec ses inspirations chrétiennes — Frédéric Le Play, Albert de Mun par exemple —, ses utopistes du socialisme, de Saint-Simon et Buchez aux phalanstères de Fourier, et ses tenants du libéralisme soucieux d’acclimater les notions de bienfaisance et de philanthropie 3, nées au siècle précédent, aux contingences de la société en cours d’industrialisation. Sur le terrain, les innombrables œuvres charitables marquées fréquemment au sceau du christianisme témoignent de l’importance des initiatives privées qui pallient les manques de l’État ou s’ajoutent à ses efforts. La figure de la dame d’œuvre court tout au long du siècle, personnalité féminine de l’assistance portée par les notables à leurs pauvres. Chaque ville dispose ainsi de ses institutions locales et privées et sous la Monarchie de Juillet, pour les plus grandes d’entre elles, de caisses d’épargne que le régime entend soutenir et aide à diffuser. Quant au rôle des pouvoirs publics, André Gueslin montre qu’aux interventions répressives de l’État s’ajoutent progressivement les prémices d’une politique d’assistance publique. La fin de l’hôpital comme structure d’enfermement et d’encadrement des pauvres, l’échec des dépôts de mendicité — structures nées sous l’Ancien Régime et qui perdurent après la Révolution — sont possibles dès lors que les sensibilités à l’égard de la pauvreté ont changé — la peur du pauvre n’entraîne plus obligatoirement son incarcération — et qu’il existe des politiques d’assistance communale : ateliers de charité dépréciés après l’échec des ateliers nationaux de 1848, promotion dès la Révolution des bureaux de bienfaisance permettant l’assistance à domicile. Cependant, il faut attendre les débuts de la IIIe République pour que les solutions avancées dans le but de résoudre la question sociale constituent l’amorce d’une véritable politique publique. Au même moment apparaît sur la scène sociale le chômeur 4 sans que disparaissent pour autant le mendiant, le vagabond, le miséreux.

5De ce livre de très bonne facture, on retiendra tout de même pour les ruralistes la place modeste et ponctuelle accordée à l’étude de la pauvreté dans les campagnes : sujet difficile aux sources variées et aux indices parfois rares et qui demanderait peut-être une approche qui tienne davantage compte des spécificités des milieux ruraux. Ainsi, les différents niveaux d’intervention — de l’État aux communes, des paroisses 5 aux individus — pour lutter contre la misère permettraient-ils d’entrevoir les liens qui existent ou n’existent pas entre eux, les initiatives originales, les pratiques communes. Comment s’organisent par exemple les solidarités, quels sont les remèdes utilisés au moment des crises par les différentes composantes des sociétés villageoises tant au niveau des institutions communales que dans le cadre des relations familiales, interindividuelles, professionnelles ? Repli, aide, intégration ? Comment peut-on envisager par exemple les relations entre les villes et les campagnes à travers le prisme du départ de l’indigent pour l’hospice de la cité ? Autant de questions qui ne sont pas des réserves mais veulent souligner la fécondité d’un chantier auquel certains après André Gueslin se sont d’ores et déjà attelés. On songe bien sûr ici à quelques travaux universitaires 6 mais aussi au superbe « documenteur » de Agnès Varda, Les glaneurs et la glaneuse 7, vision d’une cinéaste qui a su rendre magnifiquement dans une même œuvre pauvreté des villes et pauvreté des champs, en France à l’extrême fin du XXe siècle, sans dolorisme et sans manichéisme non plus.

Haut de page

Notes

1 Oscar LEWIS, Five families. Mexican Casa Studies in the Culture of Poverty, New York, Basic Books, 1959.
2 Richard HOGGART, La culture du pauvre. Étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre (traduction française), Paris, Éditions de Minuit, 1970.
3 Catherine DUPRAT, « Pour l’amour de l’humanité ». Le temps des philanthropes. La philanthropie parisienne des Lumières à la Monarchie de Juillet, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1993.
4 Christian TOPALOV, Naissance du chômeur, 1880-1910, Paris, Albin Michel, 1994.
5 Jean-Luc MARAIS, Histoire du don en France de 1800 à 1939. Dons et legs charitables, pieux et philanthropiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1999.
6 Entre autres : Guy HAUDEBOURG, Mendiants et vagabonds en Bretagne au XIXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998.
7 Film sorti sur les écrans en 2000.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Le Gall, « André GUESLIN, Gens pauvres, pauvres gens dans la France du XIXe siècle, Collection historique, Paris, Aubier, 1998, 314 p. », Ruralia [En ligne], 07 | 2000, mis en ligne le 31 juillet 2000, consulté le 17 septembre 2014. URL : http://ruralia.revues.org/187

Haut de page

Auteur

Laurent Le Gall

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page