Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Frédéric CHAUVAUD, Les criminels du Poitou au XIXe siècle. Les monstres, les désespérés et les voleurs, Collection Pays d’histoire, La Crèche, Geste éditions, 1999, 358 p.

Laurent Le Gall

Entrées d'index

Chronologique :

XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Quand une étude monographique a valeur d’exemple, quand elle déborde un strict cadre géographique et/ou administratif pour donner à voir des réalités qui le dépassent, on se dit alors que la régionalisation de l’Histoire de France a encore de beaux jours devant elle. Le livre de Frédéric Chauvaud parle du Poitou — deux départements en toile de fond, les Deux-Sèvres et la Vienne — et surtout des criminels au XIXe siècle. Le lecteur, à la suite de l’enquêteur, pénètre avec intérêt, effroi et parfois répulsion dans un univers social où le voleur côtoie le violeur, le failli, le meurtrier ; il découvre une galaxie où faits et gestes criminels sont décryptés en regard des normes des sociétés villageoises et urbaines. Frédéric Chauvaud donne ici un grand livre, de ces livres qui ravissent à la fois le profane et le spécialiste : maîtrise de la réflexion sur l’objet étudié, goût de l’archive, justesse de la narration, abondance des exemples, rendent ainsi les espaces du crime — dans tous les sens du terme — intelligibles et transparents. En trois parties finement charpentées — « La communauté des coupables », « Les figures criminelles », « Le désordre des émotions » —, en neuf chapitres méticuleusement structurés, l’auteur se fait l’historien des corps, de la parole captée et capturée, des sensibilités.

2Corps dans le décor. Corps des victimes tout d’abord. C’est un thème récurrent et pour cause ! Archive putride de la victime assassinée, archive des coups reçus, il est souvent un des premiers éléments de l’enquête du magistrat instructeur. Bien plus, il renseigne sur le paroxysme de la violence ou sur sa banalité. Quand Frédéric Chauvaud évoque dans une optique à la fois descriptive et compréhensive l’infanticide au village, il s’attache aussi bien aux causes qui ont pu présider à la barbarie qu’aux écorces humaines. La plupart des femmes sont jeunes, célibataires, pauvres. Ce sont en grande majorité des salariées agricoles au service de leurs maîtres et dont la grossesse est la marque infamante des amours ancillaires. L’infanticide qui confine parfois à un véritable « saccage corporel » (p. 169) en dit alors autant sur un malheur féminin et les moyens recherchés pour le conjurer que sur les valeurs du corps dans les campagnes du XIXe siècle. Quand il étudie les affaires de viol, c’est moins à la catégorie juridique du violeur que l’auteur s’intéresse qu’aux perversions du désir et à la banalité des crimes. Exercées contre les enfants dans plus de 80 % des cas instruits par la justice poitevine, les violences sexuelles sont souvent l’objet du silence complice de populations qui préfèrent les ignorer afin d’éviter le scandale. Elles sont aussi de plus en plus l’affaire des experts dans un siècle qui révère le chiffre, la science et recherche la vérité. Le corps blessé est alors montré. C’est le corps-témoignage sur lequel se penche le praticien ; ses conclusions en disent long sur la foi des élites dans le credo scientifique pour débrouiller les affaires et révèlent souvent combien l’acte est minoré et le violeur absous. Corps enfin — car la liste des remarques passionnantes consacrées à cette véritable anthropologie historique de l’enveloppe des individus serait bien trop longue à énumérer —, avec l’étude des criminels condamnés et punis. Frédéric Chauvaud rappelle qu’il fallut attendre en France 1832 pour que s’effacent les supplices corporels et 1848 pour que les peines deviennent plus douces. Quant au passage spectaculaire des bagnards enchaînés, il ne se fit plus après 1836 que dans des voitures cellulaires. Ne restait alors pour spectacle morbide que celui de la guillotine. Dans le Poitou, terre de moyenne voire de faible criminalité selon les statistiques émises tout au long du siècle, les bois de justice ne fonctionnent pas entre les débuts de la Monarchie de Juillet et la fin du XIXe siècle, à l’exception d’une seule fois dans la Vienne en 1854. L’exécution de Marseil Sabourin en février 1894 sur la place de la Brèche à Niort, condamné pour le viol et l’éventration de sa sœur, est un moment de cristallisation des passions ; elle offre à l’historien sagace, au-delà de la promotion d’un exemple, un moyen de rendre plus palpable l’incarnation du monstre, les enjeux des affects, la tension du moment. La brutalité du geste qui échappe à ce que la société conçoit des violences possibles n’a d’égale que la frénésie de voir une tête tomber. L’exécution appelle la rumeur et la rumeur crée l’information. On attend l’arrivée de Deibler, le bourreau de la République qui vient de Paris par le chemin de fer ; les journaux, nouveaux canards sanglants, recherchent des vieillards qui assistèrent, enfants, au spectacle du couperet, et publient leurs souvenirs. Et puis, c’est le silence après l’exécution, le silence coupable d’une foule avilie. Frédéric Chauvaud sait faire remarquer le basculement des émotions. Le cerveau de l’assassin sera ensuite analysé. Car au cours du siècle, une anthropologie des coupables s’est peu à peu dessinée, distinguée. Pour une société judiciaire qui cherche à confondre scientifiquement les coupables, à mesurer l’échelle des crimes et des délits, qui établit à partir de 1850 le casier judiciaire, l’étude de la culpabilité est du ressort de l’investigation technique. Ainsi, bien avant que l’anthropométrie d’Alphonse Bertillon ne soit adoptée à la fin des années 1880, se tourne-t-on avec intérêt et délectation vers la physiognomonie, la phrénologie dont on attend qu’elles jettent leurs lumières sur « les secrets de la culpabilité » (p. 108) et « l’insondable mystère » (p. 135) des individus. Corps mis en pâture, corps mis en spectacle — la foule se presse aux assises pour voir la figure criminelle —, le corps du coupable est cependant plus fréquemment condamné à son effacement social derrière les murs d’une prison que l’administration pénitentiaire voulut cellulaire après 1836 mais qui fut surtout aménagée selon les contingences économiques du moment. Le corps est donc pour l’historien l’ombre de ce que celui-ci perçoit en premier dans les archives : la parole captée et capturée.

3Les discours en pointillé. C’est un des mérites de Frédéric Chauvaud de dépasser la quantification des actes, d’inviter son lecteur à considérer la procédure judiciaire moins sous son aspect anecdotique ou en fonction de ses résultats que comme un grand déballage du discours. Le paysage judiciaire avec ses institutions, ses membres, ses évolutions campe alors le cadre où évoluent les criminels. Car l’identité des coupables s’est, elle aussi, transformée au cours du siècle. Il y a les lois — le code Napoléon bien sûr —, les modifications apportées à celles-ci — la loi du 28 avril 1832 par exemple qui aboutit au plus grand mouvement de correctionnalisation du siècle. Il y a aussi ce que chacun met dans la catégorie du criminel. Il y a enfin, dans cette « fabrique des coupables » (p. 25), la hiérarchie des forfaits qu’imposent au fur et à mesure des sessions les jugements des tribunaux. Ce qui fait dire à l’auteur, à propos de cette notion toute relative de criminalité, qu’« elle se module en fonction de la personnalité du criminel, de son statut social, de sa prestance sociale et surtout de la perception de son acte » (p. 33). Dans le Poitou, sur le siècle, les criminels jugés sont pour près de la moitié des voleurs. On traverse donc au fil des pages les arcanes du système judiciaire. On suit de même, à la manière d’un magistrat instructeur, les tribulations du juge chargé de l’affaire sur les lieux du malheur. Frédéric Chauvaud écrit de belles pages sur la topographie du crime, sur la nécessaire enquête de terrain qui doit conduire non seulement le juge à la recherche des indices mais aussi à se familiariser avec un monde sensible a priori opaque. Vient le temps de l’inculpation et du huis clos. L’archive judiciaire est un genre à elle seule rappelle l’auteur, faite de bribes arrachées, de conventions d’écriture et de formulation. Elle permet cependant, à travers les interrogatoires ou les comptes rendus d’audience par exemple, d’envisager l’histoire des vies coupables sous des angles neufs : la recherche de la vérité judiciaire induit des comportements, des procédés oratoires qui vont de la dénégation des faits imputés suivant le registre de l’émotion ou de la démonstration à l’acquiescement bref et quasiment silencieux. Se révèlent alors des procédés discursifs propres à chaque protagoniste mais qui empruntent avec plus ou moins de force à « une véritable rhétorique de l’atténuation » (p. 58). Dans ce duel entre le magistrat et l’accusé, c’est toute la question de l’aveu, surtout après la Seconde République, qui est posée : « Révélateur tantôt de l’absurdité d’un geste, tantôt du dérèglement des émotions, tantôt encore du trouble irrémédiable apporté par de folles ambitions… l’aveu construit la chronique d’existences animées parfois par le rêve et balisées désormais par le désenchantement » (p. 80).

4Une histoire des sensibilités. C’est une histoire à la mode et qui, comme toute mode, sera affinée et démodée. Ne boudons cependant pas notre plaisir, car Frédéric Chauvaud excelle dans l’interprétation des systèmes de représentations, dans la mise en valeur du « trouble des ambitions » (p. 253) et de la « confusion des passions » (p. 287). On découvre une société qui se lit à travers ce qu’elle imagine de la criminalité et à travers ses criminels eux-mêmes. L’auteur s’attache ainsi à inventorier les figures d’un groupe aux individus si différents. Chaque affaire est unique plaide-t-il, chacune apporte sa moisson d’informations ; chaque individu porte en lui une part d’irréductibilité à l’analyse. Il n’empêche, la construction des catégories est possible, nécessaire à la compréhension d’un monde enfoui. On trouve alors les monstres, les désespérés et les voleurs. Les premiers se définissent par leurs actes et par leur tempérament. Oubliés de la taxinomie des juristes, se rapprochant cependant des parricides et des empoisonneurs, ils se présentent soit comme des monstres froids impavides, soit comme des monstres chauds dévorés par un feu intérieur et laissant libre cours à leur exaltation. Ce sont les créatures infernales sur lesquelles se penchent les spécialistes de la médecine légale qui essaient de trouver dans leur comportement les traces des maladies de l’âme. La théorie des humeurs, partagée aussi bien par les experts que par les jurés ou les journalistes, permet alors de faire entrer le criminel dans une grille de lecture qui entend donner aux actes les plus graves une explication rassurante pour la société. Les désespérés quant à eux composent un monde de coupables aux contours flous que le code pénal n’a pas rangés dans une catégorie particulière. À côté des mères qui tuent leur nouveau-né, on trouve par exemple les déracinés. Frédéric Chauvaud envisage leur histoire sous l’angle des figures de la mobilité et de ce qu’elle signifie en particulier pour les sociétés villageoises. Aux travailleurs saisonniers, aux déracinés, des crises s’ajoutent colporteurs et voyageurs déguenillés. Dans une société poitevine qui perd sa main-d’œuvre surtout dans les vingt dernières années du siècle, l’errance, si elle n’est pas circonscrite à l’intérieur de territoires connus, inquiète. Au mendiant inséré dans la communauté s’oppose le Bohémien, incarnation malfaisante et éponyme du larcin, du recel, du vol d’enfant. Il n’en reste pas moins que ce que la société imagine de la violence latente des misérables fait peur. Même si une prospérité relative dans la seconde moitié du siècle ne fait plus planer le spectre de la famine, les années de mauvaise conjoncture dessinent les appréhensions du pillage et de la multiplication des vols et des atteintes à la propriété. Mendiants et vagabonds restent donc toujours des ombres qui peuplent l’imaginaire des communautés tout au long de la période. La dernière catégorie qu’étudie l’auteur se compose des voleurs. Là encore, les cas sont multiples et l’inventaire impossible. Leurs forfaits en disent autant sur l’enrichissement d’une société, la valeur sociale accordée aux biens que sur la façon dont le voleur solitaire ou la bande de malfaiteurs s’emploient à dérober, de l’abus de confiance — alors que l’honneur est une des valeurs cardinales — à la violence effective. Comme les premiers enquêteurs qui, à l’ère de la statistique naissante, dressèrent une ethnographie des coupables et cherchèrent à distinguer au mieux des tempéraments locaux, Frédéric Chauvaud offre, en particulier dans la dernière partie de l’ouvrage, un panorama des passions villageoises et citadines dans le Poitou — et la France ? — du XIXe siècle. Les vertus de l’arrangement tellement prôné et estimé dans la régulation des conflits laissent filtrer, quand les affaires sont portées sur la scène judiciaire, une partie de l’univers sensible. La jalousie coudoie le désir du luxe, l’ambition de s’élever socialement par le petit commerce, l’artisanat ou le faux en écriture côtoient les appétits du désir, les sentiments haineux nés fréquemment au sein des familles se juxtaposent aux souffrances des passions inassouvies.

5De cette « histoire du paroxysme » (p. 328) écrite par Frédéric Chauvaud, on conservera le plaisir d’une lecture qui doit tant au savoir-faire du maître d’œuvre, à la clarté de l’enquêteur, à l’intelligence du propos de l’expert. En liant le social et le judiciaire, en empruntant les sentiers inhabituels des explications données aux actes criminels et aux ombres des coupables, Frédéric Chauvaud nous parle à sa façon des natures humaines. Il emporte la conviction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Le Gall, « Frédéric CHAUVAUD, Les criminels du Poitou au XIXe siècle. Les monstres, les désespérés et les voleurs, Collection Pays d’histoire, La Crèche, Geste éditions, 1999, 358 p. », Ruralia [En ligne], 07 | 2000, mis en ligne le 31 juillet 2000, consulté le 19 avril 2014. URL : http://ruralia.revues.org/185

Haut de page

Auteur

Laurent Le Gall

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page