Navigation – Plan du site
Thèses ruralistes

Berger pyrénéen. Une identité professionnelle, culturelle et sociale en question (Pyrénées occidentales et centrales).

Thèse de doctorat de sociologie, sous la direction de Jacques Rémy, Université Toulouse 2-Le Mirail, 396 f°, soutenue le 2 mars 2007, devant un jury constitué de Christian Deverre (rapporteur), Anne-Marie Granié, Isabelle Mauz, Yves Poinsot (rapporteur), Jacques Rémy et Denis Salles, mention très honorable.
Danielle Lassalle

Entrées d'index

Géographique :

France

Chronologique :

XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Ce travail a pour objet, détudier lévolution et la transformation de la société agropastorale dans les Pyrénées occidentales à partir du rôle de lun de ses acteurs pivot, le berger. Ce qui nous a paru digne dintérêt, cest lautonomie, la maîtrise des gestes, la possession, aussi accomplie que possible, des moyens de production par les bergers destive, dans un cadre dactivité complexe, celui de la montagne. Et ce que cela révélait de la volonté humaine, de la puissance dagir dans le travail, face à des éléments incontrôlables (la nature), pas toujours prévisibles (les animaux), parfois déroutants (les bergers voisins).

2En se plaçant dans une perspective dynamique il sagissait de sintéresser aux connaissances ou formes de pensées des bergers transhumants, et de montrer que ce qui constitue la nature même de lart pastoral a, certes, été acquis par transfert de savoir, mais que les connaissances et les pratiques sont aussi construites, différentes, par les sujets eux-mêmes.

3Au-delà de son statut, qui sest brouillé au cours du temps (on est en effet passé de la phase dun individu inséré dans un collectif à une phase de désassociation sociale, et enfin à une phase de contractualisation de lactivité) et au-delà de sa fonction qui, elle, sest adaptée aux changements de culture technique, le berger est resté un homme soumis à de rudes épreuves.

4Lheureuse contrepartie de la destinée pastorale que constituent les temps de déambulations du berger dans la montagne, temps de réflexion et de méditation intense, ne doit en rien masquer les dangers de son activité, et la force physique et mentale nécessaire pour lexercer. La fonction heuristique de ces cheminements réflexifs conduit cet homme coupé de sa société dorigine, obligé de composer avec lunivers végétal et minéral qui lentoure, à se réconcilier avec lui-même, avec sa propre nature, illustrant ainsi la manière quont les hommes de se former en donnant forme à ce qui les entoure.

5Ce phénomène de construction dun homme qui arrache sa liberté à la frontière de limpossible (là où parfois certains tutoieront la folie et le désespoir) ne peut rester sans écho dans la société contemporaine où le nombre dexclus confrontés au travail parcellisé, émietté, ne cesse de croître, renforçant le sentiment de perte dindépendance et du respect de soi qui atteint ces travailleurs pauvres.

6Une certaine forme de dignité, sopposant à la subordination au sein de la Maison de ces cadets ou domestiques assignés au métier de gardien de troupeau, caractérise ce corps de bergers qui a compris très vite dans lhistoire que sa reconnaissance passerait par la professionnalisation de sa fonction.

7On peut employer le terme « corps de bergers » qui évoque, bien au-delà de sa communauté dorigine, les notions de règles et de normes souvent invisibles ou indéchiffrables au profane et qui sont la marque des corporations. Dans les Pyrénées, cette organisation sarticule autour de systèmes de gardiennage familiaux ou collectifs relativement élaborés, où la précision du rôle de chacun sur lestive est garante de lapprovisionnement annuel des communautés den bas. Cette organisation en montagne est renforcée par la pacification de lespace de travail : les communautés pastorales des deux côtés des Pyrénées, issues du voisinage et qui en ont gardées la coloration querelleuse, où se côtoient envie jalousie et dépit, ont dû dépasser les luttes stériles liées à la conquête des pâturages. Suivant la fonction de rassemblement des conflits mise en évidence par Simmel, elles ont en permanence tenté de réglementer lusage de la montagne au travers de nombreux traités, dont lessence est bien la nécessité de laisser travailler en paix les protecteurs des troupeaux.

8Lessentiel de cette cohésion du groupe professionnel des bergers est aussi lié à son pouvoir dexclusion, cest-à-dire à la conscience de ses différences. Cette culture populaire est portée par un groupe de « pauvres », le plus souvent les cadets, soumis aux desideratas de leurs aînés, et peu influents sur les affaires familiales de la Maison. Ceux ci vont développer au dehors cet art populaire « du débinage » dont parle Hoggart, moyen déchapper au poids de lautorité, et qui se traduit par le pied de nez que lon peut faire à lautorité en la singeant ou en la dégonflant. Cet art populaire, qui a perduré, reste la marque de fabrique des bergers pyrénéens et imprègne leurs discours et leurs actes.

9Ce sentiment très vif dappartenir au groupe sest aussi appuyé sur lintérêt porté aux animaux dont témoigne la grande proximité des bergers avec leurs troupeaux. Ce rapport de connivence et détroite relation avec les bêtes et avec leur espace de travail, se traduit aujourdhui dans une approche agri-environnementale européenne et nationale par le terme de multifonctionnalité. Au regard de cette formulation, qui nest pas neutre, on doit sinterroger sur les relations, les contacts quentretiennent désormais les bergers destive avec les autres acteurs, les autres groupes sociaux qui portent un regard différent sur lusage de la montagne. Se pose alors la question de savoir comment faire reconnaître un point de vue issu de la pratique et une expertise professionnelle quand on occupe une position sociale à la fois marginale et minoritaire, question qui dépasse largement le cadre pastoral.

10Confrontés à toute une série de préoccupations complexes liées à la décomposition de lancienne société pastorale 1, et à lintérêt pressant du reste de la société pour tout espace présumé naturel, les bergers et leurs représentants peinent à faire reconnaître lusage productif de lestive. Sommés, sous le feu des médias, de trouver une réponse immédiate aux contradictions individuelles entre intention, justification et action engendrée par leur activité quotidienne, ils sont souvent sévèrement jugés pour leurs pratiques (écobuage, nouveaux systèmes de gardiennage) dont le sens et la cohérence échappent aux nombreux autres usagers de la montagne.

11Le risque du désenchantement et du repli sur soi qui frappe inévitablement les populations qui se sentent contestées au plus profond de leur identité professionnelle et culturelle, guette les éleveurs et bergers transhumants. Pourtant la réflexion collective sur la manière de « vivre ensemble », la concertation autour de la montagne bien commun dun groupe qui partage des intérêts matériels et spirituels, constituent le préalable à toute action de développement menée par les autorités nationales. Linstitution dun espace public, lieu et enjeu dun vivre-ensemble, passe par celle dun espace dactivité (et non plus didentité). La reconnaissance de ces droits et de cette légitimité suppose une concertation sur la question : que faisons nous ensemble ? Une telle démarche implique donc la capacité à formuler, dans un espace démocratique, un problème que chacun acceptera dexaminer à la lumière de son propre point de vue. Elle suppose, enfin, la délimitation de lieux de débat où serait distingué ce qui est de lordre du local, et donc a trait aux questions concrètes liées à lamélioration des conditions de vie et de travail des bergers sur lespace montagnard, de ce qui est de lordre du débat collectif, citoyen, sur la crise dans lusage de la nature que traversent les sociétés modernes

12Dans le premier cas de figure, ils ne devront en aucun cas déserter les lieux où serait débattue la définition de leur rôle et place dans la montagne. Ils devront aussi trouver des ressources pour sinscrire dans le débat citoyen avec la conviction qui a permis dans lhistoire, aux groupes minoritaires porteurs davancées significatives pour leur communauté dappartenance, dêtre reconnus. Ce nouveau combat est loin dêtre gagné davance. Cest pourtant une des conditions majeures de la reproduction de cette société montagnarde, originale et dynamique.

Haut de page

Notes

1 Cela se traduit sur le terrain par une combinaison de pratiques coutumières avec des processus individuels axés sur le clientélisme politique ou socioprofessionnel, tout cela arbitré par la puissance économique relative de certains éleveurs.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Danielle Lassalle, « Berger pyrénéen. Une identité professionnelle, culturelle et sociale en question (Pyrénées occidentales et centrales). », Ruralia [En ligne], 20 | 2007, mis en ligne le 01 janvier 2011, consulté le 26 novembre 2014. URL : http://ruralia.revues.org/1772

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page