Navigation – Plan du site
Articles

De la décentralisation industrielle à l’aménagement du territoire rural : Pierre Coutin, 1942-1965

Isabelle Couzon

Résumés

Les travaux du géographe et économiste rural Pierre Coutin, menés entre 1942 et 1945 et relatifs aux répercussions de la décentralisation industrielle sur la natalité et sur la vie agricole et rurale, révèlent l’existence et l’évolution d’une réflexion scientifique sur la modernisation de l’agriculture française au sein d’une structure administrative créée par le régime de Vichy, la Délégation générale à l’équipement national. Ces travaux permettent également d’appréhender les débuts de la politique d’aménagement du territoire et d’éclairer le cheminement ultérieur de Pierre Coutin qui, inséré dans les institutions conduisant la politique agricole de l’après-guerre, notamment le Commissariat général au plan, délaisse progressivement les problèmes de productivité et de techniques agricoles pour s’intéresser aux modalités d’aménagement du territoire rural.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Les fondements de la politique d’aménagement du territoire en France doivent être appréhendés au miroir de la série de rapports réalisés entre 1942 et 1945 par une équipe d’agrégés d’histoire et géographie, encadrés par un ingénieur, Gabriel Dessus, au sein des services de la Délégation générale à l’équipement national (DGEN), structure administrative créée par le gouvernement de Vichy 1. L’ensemble de ces rapports sont réunis dans neuf fascicules intitulés Rapports et travaux sur la décongestion des centres industriels et publiés de 1944 à 1945 par la DGEN puis par le ministère de l’Économie nationale qui a intégré à la Libération une partie des services de la DGEN ainsi que l’équipe de Gabriel Dessus.

2C’est en septembre 1942 que Henri Giraud demande à Gabriel Dessus de réfléchir aux modalités et aux conséquences sur l’ensemble du pays d’une décentralisation industrielle 2. Face aux bombardements des usines Renault en 1942 et 1943, les fonctionnaires de la DGEN avancent l’idée que le problème de la « congestion » industrielle — symbolisée par la concentration des industries en région parisienne — doit être traité à l’échelle nationale, ce qui implique donc l’étude des « répercussions de tout ordre qui auront sur l’économie du pays un retentissement considérable » 3. Le 28 septembre 1942, dans une note adressée à Henri Giraud, Gabriel Dessus propose de mener ses investigations sous la forme d’une série d’études, « en vue d’établir si possible une doctrine d’action ». Il réunit autour de lui une équipe de chargés de mission, qui travaillent en étroite collaboration avec les fonctionnaires de la DGEN et consultent des « personnalités appartenant à des milieux très variés et surtout capables de saisir les réalités sociales dans ce qu’elles ont de vivant » 4.

3Cette rapide esquisse « administrative » de la préhistoire de la politique d’aménagement du territoire est inséparable d’un contexte politique singulier, le régime de Vichy. La « Révolution nationale » est construite à la fois sur la modernisation et l’équipement du pays et sur la préservation de « l’ordre éternel des champs » grâce au « retour à la terre » 5. Au début de l’année 1941, dans le cadre d’un exposé relatif à la lutte contre le chômage, François Lehideux prône la mise en œuvre « d’un grand plan d’équipement de la France [qui] doit porter sur un certain nombre de chapitres » : « Il y a dans ce pays des besoins de main-d’œuvre considérables, il y a un travail à accomplir qui dépasse largement les possibilités de toute la main-d’œuvre disponible, même si les prisonniers nous sont bientôt rendus. Parmi ces prisonniers, les uns, la plus grande partie, sont d’origine paysanne et retrouveront leurs emplois, mais les autres, si l’on prévoit un vaste plan d’équipement du pays, seront immédiatement repris dans la vie économique, il nous sera permis de les faire participer à la renaissance du pays. […] Il y a en France de grands travaux ruraux à accomplir. La Sologne, terre de prédilection des chasseurs, mériterait peut-être un sort meilleur, nous pouvons peut-être assainir ces terres, les rendre à l’agriculture, réparer des fermes et retrouver là peut-être 30 000 hectares. L’Adour, avec un canal latéral, permettrait de remettre 10 000 hectares à l’agriculture. La Vendée, où nous pouvons trouver 25 000 hectares par des travaux d’assainissement. La Crau, où une irrigation dirigée permettrait de rendre à des cultures utiles des terres actuellement inutilisables. Du côté de Noirmoutier, nous avons notre Zuyderzee. Nous avons ainsi des travaux immenses qui marqueront sur le sol, qui seront l’œuvre considérable d’une génération, si nous voulons bien les entreprendre. Et dans ce domaine agricole s’ajoutent d’autres possibilités : travaux de drainage, de marnage des terres qui peuvent augmenter dans de grandes proportions notre rendement agricole. Dans le domaine de l’habitation ouvrière et paysanne, la France a tout à faire. […] Pour Paris, par exemple, il suffit d’avoir un peu d’imagination ; on peut concevoir que Paris sera le lieu de travail de demain et qu’on pourrait construire autour de Paris un certain nombre de villes satellites qui peuvent être tracées dans les zones encore agricoles et qui permettront de donner aux ouvriers, dans ces zones, une maison avec de la terre, qui permettront de leur faire retrouver le chemin de la Patrie. […] Construisez des villes autour de Paris, réunissez ces villes par des moyens de communication faciles, dispersez ces villes, car il ne s’agit pas de construire des cités ouvrières qui soient encore un lieu de malédiction ; il s’agit de jeter des maisons dans la verdure, de les mettre dans un cadre digne d’elles, d’agglomérer à certains villages existants des maisons d’une architecture qui ne choque pas trop » 6.

4Une semaine plus tard, Robert Préaud dresse le tableau des « aspects du passé, du présent et de l’avenir de l’agriculture française » où il s’attache à mettre en avant « la place de l’Agriculture dans l’Économie Nationale » et « l’importance relative de la population rurale » afin de défendre l’organisation corporative de l’agriculture, destinée à « sauvegarder toutes les forces actives de l’agriculture française, […] encourager et […] soutenir la vie même des familles, ainsi que […] résister par tous moyens utiles à l’exode rural » : « J’ai commencé par marquer la part prépondérante dans notre économie nationale que représente la production agricole. Pensons immédiatement aux hommes dont elle est l’œuvre. […] On parle, le plus souvent, de population rurale : je suis ainsi amené à vous rappeler la distinction traditionnelle entre le terme agricole et le terme rural. On qualifie d’agricole tout ce qui se rapporte directement à l’exploitation de la terre. Mais dans les localités où la majorité des hommes vivent de l’exploitation de la terre, il y a nécessairement autour d’eux un certain cadre de vie économique : il y a des commerçants, le boulanger, l’épicier, etc. ; il y a des artisans qui ferrent les chevaux ou les bœufs, qui réparent les machines agricoles, etc. C’est tout cet ensemble qui est qualifié de rural. Quand on parle de vie rurale ou d’économie rurale, la notion est donc plus étendue que celle de vie agricole ou d’économie agricole : la première notion contient la seconde et la complète en lui adjoignant son cadre normal. Ainsi que nous l’avons fait d’abord pour le montant des productions, nous avons à nous demander quelle part la population rurale représente dans la population totale de la France. Vous savez que pour tous les pays c’est une valeur caractéristique des diverses étapes de l’histoire ; vous savez qu’elle va sans cesse en diminuant. Mais je souligne immédiatement que l’évolution française est moins inquiétante que d’autres, puisque la population rurale représente encore chez nous 45 % à peu près du nombre total des habitants : l’agriculture demeure l’une des bases essentielles de la structure et, sans doute, du redressement de notre pays. […] L’agriculture, ce n’est pas seulement la grande industrie nourricière du pays, elle a un rôle beaucoup plus profond dans la vie d’un peuple : c’est le réservoir essentiel en hommes, c’est la source du renouvellement de la race, en santé morale comme en santé physique. Il y a, en effet, un aspect de l’exode rural qui n’est aucunement à redouter : dans les régions où la natalité se maintient forte, tous les enfants d’une nombreuse famille ne peuvent rester sur la terre paternelle et, en quittant la campagne pour la ville, ils viennent participer à l’ensemble des autres activités du pays » 7.

5À la lumière de ces données administratives et politiques, il convient d’étudier l’itinéraire intellectuel du géographe et économiste rural Pierre Coutin entre 1942 — date à laquelle il rejoint l’équipe réunie autour de Gabriel Dessus et commence à réfléchir aux conséquences sur la natalité et sur la vie agricole et rurale d’une politique de décentralisation industrielle menée à l’échelle du territoire national — et 1965, lorsque le spécialiste d’économie rurale reconnu et influent en matière de politique agricole dans les sphères administratives des IVe et Ve Républiques, notamment au commissariat général au Plan, livre ses réflexions sur la nécessité et les modalités d’un aménagement du territoire rural, après vingt ans d’expérience et « d’intelligence du terrain » 8. Fils de petits propriétaires agricoles, Pierre Coutin fait ses études supérieures à Clermont-Ferrand. Titulaire du diplôme d’études supérieures et de l’agrégation d’histoire et géographie, il débute sa carrière d’enseignant au lycée d’Épinal. Au début des années 1950, Pierre Coutin est nommé directeur d’études à l’École pratique des hautes études (VIe section). Il dirige parallèlement le Centre d’études économiques créé également au début des années 1950 avec l’appui de Jean Meynaud et installé dans les locaux de l’Institut d’études politiques de Paris 9. Cette insertion réussie dans les milieux scientifiques et administratifs de l’époque va de pair avec une fidélité inébranlable au milieu d’origine, qui nourrit le travail scientifique du géographe économiste. Chef d’une exploitation agricole en Limagne, à Saulzais, Pierre Coutin est convaincu que la compréhension du social réside dans la maîtrise de la technique, ce qui le conduit, dès l’Occupation, à prendre le parti d’une modernisation de l’agriculture française, qu’il juge inévitable et souhaitable.

Une réflexion sur les répercussions sociales de la décentralisation industrielle

6En janvier 1943, Gabriel Dessus rédige le premier rapport de l’enquête collective sur la décentralisation industrielle. Intitulé « Introduction à l’étude de la localisation de l’industrie » et publié en 1944 par la DGEN, dans le premier fascicule des Rapports et travaux sur la décongestion des centres industriels, ce rapport s’attache à définir la notion de décentralisation industrielle et élabore le cadre théorique dans lequel les études de cas concrets doivent s’insérer :

7« I. Position générale du problème

8La question soulevée sous le nom de « décentralisation » n’est qu’un aspect temporaire de la question générale de la localisation optima de la production industrielle. […] Il est évident que le problème de la localisation de l’industrie est lié aux différents problèmes de localisation que l’on peut se poser à propos des autres activités nationales (agriculture, etc.) […]. C’est dire qu’en étudiant la décentralisation, nous aurons à tenir compte des répercussions des mesures éventuellement recommandées sur les activités autres que l’industrie et que nous aurons, par exemple, à nous préoccuper des problèmes que pose la coexistence, dans une même région, des activités industrielles et agricoles. Il y a là une série de problèmes des plus importants : l’industrialisation d’une région bouleverse le marché des produits agricoles, développe telles productions aux dépens de telles autres, agit sur les salaires agricoles à la fois par l’intermédiaire des prix de vente agricoles et du fait que le travail industriel devient facilement « substituable » au travail de la terre ; l’industrialisation tend à modifier les goûts et les habitudes de la population rurale : matériellement et moralement, deux civilisations différentes vivent en contact intime. […]

9II. Hypothèses de travail

10En vue de donner un support plus précis à nos études, nous introduirons, à titre d’hypothèses de travail, et en précisant bien qu’il s’agit là de schémas purement théoriques, les stades successifs d’éloignement géographique des diverses cellules d’une industrie déterminée :

11A. L’éloignement à l’échelle régionale ou desserrement. Extraire de centres industriels congestionnés, certaines industries qui n’ont pas de raison majeure d’être au cœur d’agglomérations urbaines, et les réinstaller, ainsi que les quartiers de résidence correspondants, dans un périmètre régional plus ou moins vaste, suivant l’importance du foyer envisagé.

12B. L’éloignement à l’échelle nationale. 1. La décentralisation : industrialiser aux dépens des régions congestionnées un certain nombre de petites villes (de 10 000 à 30 000 habitants) […] en installant dans chacune de ces villes quatre ou cinq entreprises d’importance moyenne représentant ensemble […] environ 3 000 ouvriers. 2. La dispersion : industrialiser des zones géographiques (vallées par exemple) comportant une vingtaine de villages de 300 à 3 000 habitants, en doublant pour chacun des villages le chiffre actuel de la population. 3. La dissémination : chercher à fournir à la population agricole d’une région un travail industriel de complément » 10.

13Le premier rapport de Pierre Coutin, rédigé en décembre 1943, s’intéresse aux conséquences sociales de la décentralisation industrielle puisqu’il tente d’évaluer « Les répercussions de la localisation des industries sur la natalité » 11. Dans sa « Préface », Gabriel Dessus souligne que le rapport de Pierre Coutin répond aux interrogations présentées dans son rapport introductif : « nous avons […] insisté au cours de notre étude introductive sur l’importance qu’il convient d’attacher à l’influence éventuelle d’une nouvelle géographie de l’industrie sur la natalité. Si la réalité d’une influence favorable de la décentralisation industrielle était nettement établie, ce serait un argument d’un grand poids en faveur de celle-ci. Le rapport de M. Pierre Coutin montre qu’il est hautement probable qu’une telle influence existe » 12. L’étude de Pierre Coutin s’organise autour de deux axes d’investigation : il cherche d’abord à mesurer « si le développement des villes, qui est dû en partie à la centralisation industrielle, a une influence sur la natalité » avant de présenter le programme d’une enquête en cours « sur les variations de la natalité selon la localisation des industries » 13. En ce qui concerne le premier axe, quatre graphiques pointant les rapports de la proportion de la population rurale dans les départements en 1936 pour 1 000 habitants avec le taux comparatif de natalité, le taux de fécondité, le taux brut de reproduction, le taux net de reproduction et cinq cartes représentant ces quatre taux ainsi que la proportion de la population rurale, indiquent que les départements dont la natalité est très faible ont une forte proportion de population urbaine. À l’inverse, les départements dont la natalité est élevée ont une forte proportion de population rurale. L’examen cartographique révèle également que la proportion de population urbaine ne constitue pas le seul facteur de variation de la natalité : « on pourrait croire, en particulier, que la localisation géographique joue un rôle plus important que celui de l’agglomération urbaine : le Nord‑Est et surtout l’Ouest ont dans l’ensemble une forte natalité ; le Sud‑Ouest a une natalité moyenne ou faible ; le Midi méditerranéen a une natalité très faible. Il est certain qu’il existe une « tendance régionale » à avoir plus ou moins d’enfants. Mais si l’on marque d’une couleur différente pour ces quatre régions les points des graphiques, on constate qu’en général, dans chaque région, la natalité varie en fonction inverse de la proportion de la population urbaine » 14. Les départements ruraux seraient donc « systématiquement plus prolifiques » 15 que les départements urbains. Pierre Coutin affine alors son analyse en se demandant si la taille de la ville exerce une influence sur la natalité. À défaut de statistiques françaises sur le sujet, il utilise les données statistiques allemandes, en particulier les taux nets de reproduction pour 100 femmes en Allemagne en 1933 et en 1939, dans les communes rurales de moins de 2 000 habitants, les communes urbaines de 2 000 à 100 000 habitants et les grandes villes de plus de 100 000 habitants. Il ressort de ce bref examen statistique que « les taux nets de reproduction varient en fonction inverse de l’importance de l’agglomération. Les très grandes villes sont particulièrement atteintes par la dénatalité, les villes moyennes et les petites villes le sont beaucoup moins, les communes rurales ont une forte natalité. Il est probable qu’il en est de même en France » 16.

14L’existence, révélée par les données statistiques, d’un taux de natalité plus élevé dans les « milieux ruraux » ne satisfait pas complètement Pierre Coutin, qui lie les variations du taux de natalité à des déterminismes sociaux et non à un vague déterminisme géographique : « le nombre élevé des naissances dans les milieux ruraux tient peut-être plus à la profession exercée qu’au fait de résider à la campagne ; or, la décentralisation industrielle ne transformera pas un ouvrier d’usine en cultivateur. Il s’agit de savoir si les ouvriers et les employés d’une même industrie ont plus ou moins d’enfants selon le mode de localisation des usines. Les statistiques dont nous disposons ne permettent pas de répondre à cette question ; c’est pourquoi il est nécessaire de faire une enquête » 17. Pierre Coutin dit avoir entrepris cette enquête dans des usines situées à Paris, dans des grandes villes, des villes de moyenne importance, des petites villes et des communes rurales, auprès des ouvriers et des employés de sexe masculin à qui il fait remplir une fiche de renseignements : date de naissance, lieu de naissance, état civil, nombre d’enfants, emploi occupé à l’usine, possession ou non d’un jardin en 1939, politique de l’usine en faveur de la natalité. En attendant les résultats de son enquête dans l’industrie française, Pierre Coutin s’appuie de nouveau sur les statistiques allemandes, notamment sur le nombre moyen d’enfants pour 100 ménages non agricoles dans les communes rurales de moins de 2 000 habitants, les communes urbaines de 2 000 à 100 000 habitants et les grandes villes de plus de 100 000 habitants ainsi que sur le nombre moyen d’enfants pour 100 ménages non agricoles, selon qu’ils disposent ou non d’un jardin : « […] le nombre d’enfants des ménages non agricoles varie en fonction inverse de l’importance de l’agglomération où ils habitent. La fécondité des ménages non agricoles est plus élevée lorsque le ménage possède des terres ou simplement un jardin. Cet exemple permet de supposer que l’enquête en France conclura à une natalité plus forte dans les usines décentralisées que dans les usines situées dans les grandes villes. Si la natalité est plus forte dans les villes moyennes et les petites villes que dans les grosses agglomérations urbaines, la décentralisation industrielle, qui aura pour résultat de décongestionner les grandes villes, paraît souhaitable au point de vue démographique. Mais il ne faut pas oublier que le problème de la natalité est très complexe et que la localisation optima des industries n’est pas le seul facteur en jeu » 18.

Un projet de modernisation de l’agriculture au miroir de la Limagne

15En octobre 1944, Pierre Coutin signe un nouveau rapport relatif au « Développement industriel à Clermont-Ferrand, et ses répercussions sur la vie rurale des régions voisines » 19. Avant même d’étudier, dans une perspective historique, l’implantation et le développement de l’industrie du caoutchouc à Clermont-Ferrand, Pierre Coutin attribue l’expansion industrielle de l’agglomération clermontoise à « la présence d’une main-d’œuvre agricole abondante et à bon marché. Il en est résulté une augmentation rapide de la population de Clermont aux dépens des campagnes voisines, ce qui a eu des répercussions sur la vie rurale » 20. L’histoire du développement de l’industrie du caoutchouc semble donc illustrer le mythe de la grande ville, mangeuse d’hommes : « le développement de l’industrie a fait augmenter la population de Clermont. […] L’augmentation de la population, à Clermont, résulte d’une très forte immigration. En examinant les listes nominatives des recensements de la ville depuis 1911, on constate que la plupart de ses habitants sont nés hors de Clermont ; dans l’ensemble, ils sont originaires du Puy-de-Dôme, principalement de la Limagne, mais aussi du Livradois, du Forez, des Monts Dômes, des Monts Dorés, des plateaux de l’Artense et de la Combrailles. Le développement industriel à Clermont-Ferrand a donc enlevé de la main-d’œuvre à l’agriculture des régions voisines » 21. Mais Pierre Coutin émet immédiatement l’hypothèse que le surpeuplement des campagnes et la différence des salaires, qui concernent essentiellement les ouvriers agricoles et les petits exploitants, sont les causes majeures de déplacement de la main-d’œuvre agricole vers l’industrie. Cette conviction occupe une place déterminante dans les réflexions ultérieures de Pierre Coutin sur la productivité agricole et sur la modernisation de l’agriculture, ce qui l’éloigne des agrariens, comme Louis Salleron ou Robert Préaud 22 : « Mais Michelin a pu trouver facilement de la main-d’œuvre parce que la Limagne était surpeuplée. Si les gens n’étaient pas allés chez lui, ils seraient partis tout de même. Ce n’est donc pas Michelin qui est la cause profonde du dépeuplement de la Limagne ; cependant, il a contribué à l’accélérer » 23. L’étude des mouvements de main-d’œuvre de l’agriculture vers l’industrie indique également que sur l’ensemble des ouvriers travaillant chez Michelin en 1944, 1 000 d’entre eux habitent dans des communes rurales situées dans un rayon de 15 km autour de Clermont-Ferrand. Ce cas de figure permet de répertorier les avantages et les inconvénients liés à la situation d’ouvrier-paysan :  « les ouvriers aiment mieux habiter à la campagne qu’à Clermont parce que les prix des loyers sont moins élevés ; très souvent même, ils ne paient pas de loyer, parce qu’ils habitent une maison qui leur appartient. Ils peuvent travailler un grand jardin et même des terres et des vignes […]. La plupart des ouvriers d’usine habitant à la campagne font une double journée. […] Le rendement industriel ne s’en ressent pas, parce que ce sont des hommes très travailleurs, mais souvent ils se surmènent. […] En période de crise, très peu de ces ouvriers reviennent à l’agriculture : l’usine les garde parce qu’en général ce sont de bons travailleurs dont le rendement est excellent. […] Pour pratiquer ce genre de vie mixte, il faut des gens originaires du pays : ils sont habitués à vivre à la campagne, ils aiment leur village ; les salaires de l’usine améliorent leur niveau de vie, ils sont contents de leur sort. Ces ouvriers d’usine habitant à la campagne sont jalousés par les paysans : quand ils travaillent à l’usine le matin, ils sont libres l’après-midi, ils blaguent les cultivateurs qui sont encore au travail et leur disent "pour les faire bisquer" qu’ils ont fini leur journée. En fait, ils travaillent autant qu’eux, mais ils gagnent beaucoup plus et cette différence de gains contribue à accélérer le glissement de la main-d’œuvre agricole vers l’industrie » 24.

16La solution de l’ouvrier-paysan, destinée à répondre à la diminution de la main-d’œuvre agricole, apparaît donc peu viable à long terme, d’autant plus qu’elle n’est pas généralisable 25. L’exemple de la Limagne, qui a répondu à la pénurie de main-d’œuvre en employant des machines, met à jour les mécanismes du progrès technique et des gains de productivité induits, qui libèrent une nouvelle main-d’œuvre agricole, désormais disponible pour l’industrie : « […] tandis qu’en 1910 les paysans de la Limagne étaient obligés de faire appel, pour la moisson, à une main-d’œuvre supplémentaire venue des régions montagneuses voisines, en 1939, malgré la diminution de la population, ils faisaient eux-mêmes leur moisson. La moissonneuse-lieuse n’est pas la seule machine employée en Limagne : le fléau a été remplacé par la batteuse mécanique, la bêche et l’araire par la charrue brabant et l’extirpateur, et même les tracteurs et les moissonneuses-batteuses ont fait leur apparition. […] La diminution de la main-d’œuvre agricole a eu des répercussions sur les cultures. Mais le caractère essentiel de l’agriculture de la Limagne qui est d’être avant tout un pays de céréales, n’a pas changé. La production du blé, de l’avoine, de l’orge, était sensiblement la même en 1939 qu’à la fin du XIXe siècle. Par contre, cette diminution de la main-d’œuvre agricole a contribué, dans une certaine mesure, au recul de la vigne, de la betterave à sucre et de la pomme de terre » 26. La diminution de la population agricole, provoquée en partie, et en partie seulement, par le développement de l’industrie du caoutchouc à Clermont-Ferrand, ne s’est pas traduite par une transformation radicale du paysage agricole de la Limagne. Selon Pierre Coutin, le recul de la culture de la vigne, de la betterave et de la pomme de terre, l’augmentation des surfaces dédiées aux prairies artificielles et naturelles et les étendues en friche ne constituent pas des arguments suffisants pour arguer que la Limagne est descendue au-dessous de « l’optimum économique de peuplement » : « En dépit des chefs d’exploitation qui se plaignent de l’insuffisance de la main-d’œuvre, en dépit des friches, nous croyons que la Limagne est encore surpeuplée. La plupart des exploitations sont trop petites et comprennent un trop grand nombre de parcelles. Les terres en friche correspondent soit à de petites parcelles, soit à des terres marécageuses. La crise agricole dont souffre la Limagne n’est pas due à l’insuffisance de la main-d’œuvre mais à sa mauvaise utilisation » 27. Pierre Coutin plaide donc en faveur d’un programme de modernisation agricole en Limagne, fondé sur l’assainissement des marécages, le remembrement des petites exploitations, le développement de « l’emploi rationnel » du tracteur et de la moissonneuse-batteuse tout en restant lucide quant aux conséquences sociales du progrès technique dans les campagnes : « […] le progrès technique entraînera une nouvelle diminution de la population agricole. En effet, à la fin du XIXe siècle, avec l’araire, la bêche, la charrue, le volant et la faux, il fallait deux hommes pour cultiver 8 hectares. Aujourd’hui, avec les techniques actuelles, il faut deux hommes dans une exploitation de 12 hectares 1/2, 3 hommes dans une exploitation de 25 hectares. Demain, quand on aura remembré les petits champs, avec le tracteur et la moissonneuse-batteuse, 4 hommes pourront cultiver 50 hectares. Il en résulte que pour travailler 100 hectares, il a fallu 25 hommes, 16, 12, et demain il en faudra seulement 8. Le remembrement, le tracteur, la moissonneuse-batteuse seront donc des facteurs essentiels de dépeuplement agricole » 28. Débouché et accélérateur de l’émigration, Clermont-Ferrand est aussi et surtout un « centre de consommation », qui constitue donc le débouché principal des produits en provenance de ces « régions » agricoles qui l’entourent : la région des Monts-Dômes et la plaine de la Limagne assurent la production de lait, le plateau de Combrailles, les montagnes du Livradois et du Forez et la Limagne fournissent le beurre tandis que les œufs et les volailles proviennent de la Limagne. L’interdépendance de l’agriculture et de l’industrie instaure un équilibre régional, qui conforte les arguments précédents de Pierre Coutin en faveur de la modernisation de l’agriculture : « la hausse ou la baisse des salaires des ouvriers de Michelin a une répercussion très marquée sur le prix des volailles, des œufs et du beurre. Une grande partie des salaires distribués par Michelin va ainsi à l’agriculture des régions voisines. L’appel de main-d’œuvre résultant du développement industriel de Clermont-Ferrand n’a pas eu une action désastreuse sur l’agriculture des régions voisines parce qu’elles étaient surpeuplées. On aurait même pu, et on pourrait, assez aisément, remédier aux inconvénients, en intervenant pour faciliter les transformations techniques de l’agriculture » 29.

17Le troisième et dernier rapport de Pierre Coutin publié dans les Rapports et travaux… date de février 1945 30. Précédé d’une longue préface de Gabriel Dessus 31, ce rapport s’interroge sur les conséquences du rapprochement de l’agriculture et de l’industrie, une fois réalisée la décongestion des centres industriels, en synthétisant l’ensemble des informations issues des diverses enquêtes de terrain et des deux rapports précédents. L’observation des répercussions sur la vie agricole du développement de l’industrie en France depuis le XVIIIe siècle, illustrées par une série d’exemples régionaux, permet « de déterminer les précautions à prendre pour que la décongestion des centres industriels ne nuise pas gravement à la vie agricole » 32. L’histoire révèle que « la grande industrie moderne a ses origines dans l’industrie rurale » et s’est développée dans des régions agricoles pauvres « où les ressources agricoles étaient nettement insuffisantes pour faire vivre la population » (Bretagne, Bas-Maine) comme dans les régions agricoles riches (Flandre, Picardie, Normandie) « ayant une très forte densité de population et par suite manquant de ressources comme les régions pauvres. Ces campagnes surpeuplées fournirent à l’industrie une main-d’œuvre abondante et bon marché » 33. La disparition de l’industrie rurale date du milieu du XIXe siècle : soit elle s’implante dans les usines situées dans les villes en entraînant la main-d’œuvre, soit elle disparaît purement et simplement : « pour suppléer au manque de ressources, les paysans ont amélioré leur technique et augmenté ainsi la production agricole. […] La disparition de l’industrie rurale a contribué au dépeuplement » 34. Les « genres de vie mixtes », « survivances d’industries rurales anciennes, ou industries rurales nouvelles qui se sont installées grâce à l’électricité pour avoir une main-d’œuvre meilleure marché, plus docile, et supportant plus facilement l’irrégularité du travail, que celles des villes », constituent la seconde répercussion du développement industriel sur la vie rurale, « depuis les paysans qui cherchent un supplément de ressources dans l’industrie, jusqu’aux ouvriers d’usine qui habitent à la campagne et cultivent un jardin » 35. Pierre Coutin réitère ses critiques à l’encontre de l’association ou de l’alternance du travail agricole et du travail industriel, parce qu’elle ne lui semble pas apporter une solution pertinente au problème de la décongestion des centres industriels : « L’association du travail agricole et du travail industriel augmente les ressources de ceux qui pratiquent deux métiers. Les salaires industriels servent d’appoint aux paysans ; ils ont ainsi un niveau de vie supérieur à celui des gens qui sont occupés uniquement dans l’agriculture. L’amélioration du niveau de vie a des répercussions positives sur la santé […]. Mais souvent les genres de vie mixtes entraînent le surmenage […] d’où un développement dangereux de la tuberculose. L’alternance des deux activités diminue les risques de chômage agricole ou industriel ; mais en contre-partie il arrive que l’équilibre soit rompu aux dépens de l’une ou de l’autre. Parfois l’industrie prend une place trop grande dans les genres de vie mixtes, ce qui entraîne un recul de l’agriculture et l’abandon de certains travaux agricoles demandant beaucoup de main-d’œuvre. D’autres fois c’est le travail agricole trop fatigant qui diminue le rendement industriel : on vient se reposer à l’usine » 36. C’est ce genre de vie mixte qui explique en partie l’abandon de l’agriculture pour l’industrie et l’émigration vers la grande ville, « les ouvriers agricoles [ayant] été attirés vers l’industrie par un salaire plus élevé, par une journée de travail moins longue, par un travail moins pénible, plus propre et plus régulier » 37. À l’issue de sa description ethnologique des conditions de vie en milieu urbain et en milieu rural, Pierre Coutin achève sa réflexion sur les causes de l’abandon de l’agriculture pour l’industrie en s’interrogeant sur l’influence de la localisation des industries dans la décision d’abandonner l’agriculture : « Il est difficile de savoir si l’abandon de l’agriculture est plus ou moins fort selon le mode de localisation des industries. Cependant l’émigration agricole semble particulièrement importante lorsque les industries sont localisées dans des villages ou dans de petites villes. Mais dans les régions sans industrie, les paysans émigrent tout de même […]. Dans le sud-ouest de la France, par exemple, l’industrie est peu développée, néanmoins l’émigration agricole a été très forte : les jeunes gens de la campagne se sont dirigés vers les carrières administratives. La présence de l’industrie dans une région n’est pas la cause profonde de l’émigration agricole ; mais elle contribue à l’accélérer » 38. La diminution de la main-d’œuvre agricole a contraint l’agriculture à se mécaniser et la présence d’un « centre de consommation » a entraîné la transformation du système de culture : Pierre Coutin résume ici les conclusions de l’enquête sur Clermont-Ferrand, sans la citer, et prolonge son analyse en mentionnant la présence des industries agricoles, qui contribuent également à modifier le système de culture des régions agricoles : « Les industries agricoles transforment, conditionnent les produits agricoles et par suite en favorisent la vente ; les résultats sont en général excellents. Dans la basse vallée du Lot, l’installation de l’industrie de la conserve à Villeneuve-sur-Lot, Sainte-Livrade, a permis l’extension de la culture des petits pois, des haricots, des tomates. L’état d’esprit des paysans a changé, ils sont associés pour défendre leurs intérêts, leurs gains sont plus élevés et plus réguliers, l’émigration vers les villes a diminué, la natalité a probablement augmenté. La présence des sucreries dans le Nord de la France et dans la région parisienne a contribué au développement de l’agriculture : la culture de la betterave à sucre a favorisé la production de blé en assurant une bonne préparation du sol » 39.

18Après avoir tiré les leçons des répercussions sur la vie agricole du développement industriel, Pierre Coutin élabore un véritable plan d’action — qui est aussi un programme de modernisation de l’agriculture pour l’après-guerre — destiné à préserver l’agriculture locale des conséquences néfastes de la décongestion future des centres industriels : « L’installation de nouvelles industries dans une région enlèvera certainement de la main-d’œuvre à l’agriculture locale ; l’exode rural sera accéléré au voisinage des usines. Pour que cette diminution de la population agricole ne nuise pas à la production et qu’on ne descende pas au-dessous de l’optimum économique de peuplement, il faudra installer les usines dans les régions agricoles surpeuplées. D’abord dans celles qui ont à la fois une forte natalité et une forte émigration ; puis dans celles où l’on peut rendre de la main-d’œuvre disponible en transformant les techniques et le système agricole. Il faudrait faire des enquêtes sur ce sujet dans les départements considérés comme réceptifs. De plus, pour que le pompage de main-d’œuvre ne se fasse pas trop sentir sur certains points, il semble préférable d’installer les usines dans des villes petites ou moyennes plutôt que dans des villages. Cependant on peut envisager l’installation de certaines industries agricoles dans les villages : les distilleries, les beurreries, par exemple. Le recrutement de la main-d’œuvre des usines des villes pourra se faire dans un rayon de 15 ou 20 kilomètres en organisant des services de transport. Des paysans des villages voisins pourront venir travailler à l’usine sans abandonner complètement l’agriculture ; en cas de chômage dans l’industrie, le retour à la terre sera possible. Pour que ce système soit viable, il faut que les salaires soient aussi élevés dans les petites villes que dans les grandes. Enfin, quand on aura choisi judicieusement une région pour installer des usines, il faudra prendre des mesures pour y consolider l’agriculture. On devra s’occuper spécialement de l’équipement agricole et de l’orientation de la production, de la transformation et de la vente des produits, de l’enseignement agricole, et de l’amélioration des conditions de vie des paysans » 40.

19L’histoire et la géographie ont révélé que « la dépopulation des campagnes » 41 était largement imputable au développement industriel de la France, sans nuire pour autant à la production agricole globale en raison du progrès technique. Pierre Coutin ne s’intéresse pas au bien-fondé de la décentralisation industrielle mais à ses répercussions sur la vie des campagnes, car il est convaincu que l’implantation locale d’usines nouvelles « aura pour résultat d’accélérer localement l’émigration vers l’industrie ; aussi sera-t-il indispensable de prendre des mesures pour faciliter les transformations techniques de l’agriculture et son adaptation à cette diminution de main-d’œuvre » 42.

20* * *

21Entre 1942 et 1945, Pierre Coutin comprend que le machinisme et les transformations des techniques agricoles font entrer l’agriculture dans une ère nouvelle, ce qui le conduit progressivement à promouvoir la modernisation de l’agriculture et l’augmentation de la productivité agricole : « Le monde rural est souvent considéré comme routinier et immuable ; en réalité il est en perpétuelle transformation. L’agriculture française a subi de prodigieux changements depuis le XVIIIe siècle ; les perfectionnements ont porté sur les systèmes de culture et l’élevage, l’amélioration des sols, l’outillage agricole. Ces transformations techniques ont eu d’importantes conséquences démographiques et sociales. D’énormes progrès peuvent encore être réalisés. […] Les perfectionnements des techniques du monde rural ne sont pas une fin en soi, mais un moyen d’améliorer les conditions de vie et de travail des hommes tout en conservant la fertilité des sols. Ces améliorations techniques ont permis, et permettront une production plus abondante et à meilleur marché, tout en exigeant moins de main-d’œuvre. Elles ont ainsi contribué et contribueront encore à augmenter la productivité du travail et par suite à élever le niveau de vie, non seulement des paysans mais de tous les Français » 43. Cependant, la priorité accordée à la mise en valeur du territoire agricole n’occulte pas les préoccupations liées à l’aménagement du territoire rural. En 1965, Pierre Coutin met en avant son « expérience personnelle de plusieurs années », lorsqu’il propose « une définition claire de la notion d’aménagement rural », dont les objectifs sont ceux de l’aménagement du territoire, appliqués à l’échelle d’un territoire spécifique, le territoire rural. En reconnaissant l’existence d’une territorialité rurale, Pierre Coutin passe d’une conception de l’espace rural défini par la seule activité agricole à celle d’un espace rural indépendant de l’agriculture et des agriculteurs : « L’aménagement du territoire introduit dans les objectifs généraux de la politique économique une dimension nouvelle, marquée par deux ordres de préoccupations : une perspective géographique, car à la recherche du produit national le plus élevé, succède le souci d’un développement équilibré des diverses régions, auxquelles on doit assurer, sinon une parité de revenus ou de taux de croissance, du moins une certaine égalité dans les conditions de vie et un égal droit au développement. Une finalité humaine, en second lieu : la politique de développement économique doit tendre en effet dans cette optique à une amélioration des conditions de vie et d’environnement de tous les habitants d’une nation, et recherche les conditions d’un équilibre entre habitat, travail et répartition de la population. Il est logique, sous cet aspect très général, que l’aménagement du territoire soit "rural" et non pas "agricole". L’aménagement agricole concernant seulement ce qui se rapporte aux produits agricoles, soit l’orientation rationnelle de la production, les conditions de production […] ainsi que les problèmes de transformations et de débouchés. L’aménagement rural concerne l’ensemble de la population agricole ou non agricole, travaillant ou vivant en territoire rural ; il envisage donc, en plus des problèmes précédents, l’amélioration de l’habitation et des conditions de vie, soit les problèmes d’équipement collectif, de villages-centres, etc. L’aménagement rural constitue donc, au sein de l’aménagement régional, l’organisation à long terme de l’activité agricole, ainsi que des collectivités petites et moyennes qui seront caractérisées à l’avenir par la présence majoritaire ou non d’un certain pourcentage d’agriculteurs. L’essentiel demeure pour nous l’orientation vers le long terme et la finalité géographique et humaine, auxquelles depuis longtemps les études menées au CEE ont tenté d’être fidèles. Si elles veulent constituer un bon support pour la préparation de l’aménagement du territoire rural, les recherches nous semblent en effet devoir respecter à la fois une démarche et une méthode. […] La méthode qui nous paraît la mieux adaptée repose sur un constant recours à l’étude monographique comme moyen privilégié d’observation et d’expérimentation » 44.

Haut de page

Annexe

Publications de Pierre Coutin 45

« Les répercussions de la localisation des industries sur la natalité (décembre 1943) », dans Rapports et travaux sur la décongestion des centres industriels. II. Études diverses (1). , Paris, Délégation générale à l’Équipement national, 1944, pp. 93‑107.

« Le développement industriel à Clermont-Ferrand et ses répercussions sur la vie rurale des régions voisines (octobre 1944) », dans Rapports et travaux sur la décongestion des centres industriels. VI. Études régionales, Paris, Ministère de l’Économie nationale/Direction de l’Équipement national, 1945, pp. 37‑42.

« La décongestion des centres industriels et la vie agricole (février 1945) », dans Rapports et travaux sur la décongestion des centres industriels. V. Études diverses (2), Paris, Ministère de l’Économie nationale/Direction de l’Équipement national, 1945, pp. 61-69.

La dépopulation des campagnes en France. s.l, s.d., pp. 11.

« L’équipement de l’agriculture française en tracteurs » dans Hommes et techniques, mars 1946, pp. 9‑14.

« La notion d’exploitation agricole familiale. L’exemple de la Limagne » dans Annales, économies, sociétés, civilisations, n° 4, octobre-décembre 1946, pp. 342‑346.

« Le rôle du facteur technique dans le progrès agricole », dans Les séances d’étude d’économie agricole, Paris, Ministère de l’Agriculture, 22 et 23 septembre 1947.

« Interaction de l’agriculture et de l’industrie : relations de fournisseurs à client, demande concurrentielle de main-d’œuvre », conférence faite à l’École d’application de l’Institut national de la statistique et des études économiques, mars 1948.

La productivité agricole en France de 1892 à 1950. Rapport présenté à la sous-commission de la productivité du Commissariat Général au Plan, 1949.

« La population agricole en France », dans Revue du ministère de l’Agriculture, Études et monographies, n° 2, février 1949, pp. 34‑44.

« L’avenir de l’agriculture française », dans Travaux de l’Action populaire, mai 1949.

« La structure sociale agricole de la France », dans Le Mois d’ethnographie française, juillet-septembre 1950, pp. 70‑76.

« Les transformations techniques du monde rural : leçons du passé et perspectives d’avenir », dans Le monde rural dans l’économie moderne. (37e session des Semaines sociales de France, Nantes, 1950), Lyon, Éditions Chronique sociale de France, 1950, 358 p., pp. 109‑125.

« Les exploitations agricoles en France », dans Revue de l’Action populaire, novembre 1951, pp. 583‑595.

« Fiscalité et para-fiscalité agricoles en France », dans Revue économique, n° 5, 1953.

« Le deuxième plan agricole (1954-1957) », dans Revue de l’Action populaire, n° 74, janvier 1954, pp. 17‑31.

« Le remembrement des terres en France », dans Terres de France, n° 6, 1954, pp. 41‑48.

« Produisons-nous trop de blé ? », dans Revue de l’Action populaire, n° 90, juillet-août 1955, pp. 823‑832.

« Le problème du blé en France », dans Paysans, tome 1, n° 3, décembre 1956-janvier 1957, pp. 18‑25.

Carte de la densité de population active agricole masculine en 1954, Paris, Centre d’études économiques, 1957.

« La politique agricole de la Ve République », dans Revue économique, tome 10, n° 5, septembre 1959 : pp. 784‑792.

« La population agricole active masculine souhaitable », dans Paysans, n° 22, février-mars 1960, pp. 62‑65.

« Le Crédit national, établissement de crédit à moyen et long terme », dans Revue économique, n° 5, 1961.

« Problèmes agricoles français », dans Revue économique, tome 14, n° 5, septembre 1963, pp. 625‑633.

« Politique agricole française de demain », dans France-Forum, n° 57, juin 1964, pp. 11‑13.

« Réflexions sur la population active masculine "techniquement nécessaire" en agriculture », dans Cahiers de l’ISEA, série AG, tome 4, n° 155, novembre 1964, pp. 57‑67.

« Les études préparatoires à l’aménagement du territoire rural », dans Études rurales, n° 16, janvier-mars 1965, pp. 78‑91 46.

Haut de page

Notes

1 La loi du 23 février 1941 qui crée la Délégation générale à l'équipement national (DGEN) et fixe ses attributions, précède le décret de nomination de François Lehideux — commissaire à la lutte contre le chômage depuis octobre 1940 — au poste de délégué général. Lorsque ce dernier devient secrétaire d’État à la production industrielle en juillet 1941, c’est Henri Giraud, commissaire aux travaux de la région parisienne et secrétaire général de la DGEN depuis juin 1941, qui en assure la direction jusqu’à sa disparition en novembre 1942. Il est alors remplacé par Frédéric Surleau, polytechnicien, inspecteur général des Ponts et chaussées et inspecteur général des services de la DGEN.
2 Les Rapports et travaux sur la décongestion des centres industriels représentent un jalon essentiel dans l’émergence de la politique d’aménagement du territoire, dans la mesure où ils contribuent à définir l’instrument privilégié de cette politique au cours des années 1950, la décentralisation industrielle. En ce qui concerne l’histoire de la décentralisation industrielle, issue de la rencontre des préoccupations de l’urbanisme de plan et de la Défense nationale, on renverra à la thèse en cours d’Efi Markou, La décentralisation industrielle comme objet d’intervention : politiques publiques et champs professionnels. France, 1910‑1950 et à ses deux articles de synthèse : Efi Markou , « Les villes des militaires. Danger aérien et (pro)positions sociales durant les années trente », dans Villes, espaces et territoires. Travaux de l’EHESS, 1999, pp. 142‑153 ; et Efi Markou , « Les enjeux de la production des Cartes industrielles de France et les milieux de géographie (1925‑1945) », dans La fondation des laboratoires de géographie et la figure d’Emmanuel de Martonne, Rennes, Presses universitaires de Rennes, à paraître en 2000.
3 Archives nationales, AT 191, Lettre de l’inspecteur général des services faisant fonction de délégué général au secrétaire général auprès du chef du gouvernement, 8 février 1943. Il s’agit donc de Frédéric Surleau. En juin 1944, Frédéric Surleau écrit que « chargée à la fois de la préparation du plan d’équipement du pays et de la coordination des questions ressortissant à l’urbanisme et à la construction [par la loi du 6 avril 1941 relative à l’équipement national] la délégation générale à l’Équipement national avait, à ce double titre, le devoir d’évoquer et d’étudier le problème général défini sous le vocable de "Décentralisation industrielle" ; par le vocable, il faut comprendre la localisation des entreprises industrielles, leur répartition sur l’ensemble du territoire. Cette étude conditionne à la fois le problème de la structure des villes, celui de l’habitat ouvrier, celui de l’interpénétration du monde ouvrier et du monde paysan, celui de la Défense Nationale. La solution de ces problèmes peut exercer, à longue échéance, une influence sur les destinées du pays […] » (c’est nous qui soulignons) ; voir Frédéric Surleau, « Avant-propos », dans Rapports et travaux sur la décongestion des centres industriels. I. Introduction à l’étude de la localisation de l’industrie, Paris, Délégation générale de l'Équipement national, 1944, p. 3.
4 Archives nationales, AT 191, Gabriel Dessus, La décentralisation industrielle, 28 septembre 1942. Jacques Weulersse et Pierre Coutin rejoignent Gabriel Dessus dès septembre 1942. Louis Chevalier intègre l’équipe au début de l’année 1943 et Pierre George à la fin de l’année 1943. Il remplace Jacques Weulersse, nommé professeur de géographie coloniale à l’Université d’Aix-Marseille. Henri Giraud, directeur général des services techniques de la préfecture de la Seine, et Gabriel Dessus, polytechnicien, directeur des services techniques de la Compagnie parisienne de distribution d’électricité ont travaillé ensemble avant la guerre. Gabriel Dessus rejoint Électricité de France (EDF) en 1946, où il met en œuvre la tarification au coût marginal. Il participe à ce titre à la commission centrale d’études pour le Plan national — créée après la publication en février 1950 de la « brochure verte », Pour un plan national d’aménagement du territoire. Communication du Ministre de la reconstruction et de l’urbanisme au Conseil des Ministres — où il prononce un exposé sur les politiques tarifaires d’EDF. Les exposés présentés de 1950 à 1952 au sein de cette commission témoignent de l’influence des Rapports et travaux sur la décongestion des centres industriels sur toutes les questions relatives à la « localisation de l’industrie ». On trouvera deux des rapports de Pierre George et Jacques Weulersse et un article de synthèse de Gabriel Dessus, « Éléments d’une politique de localisation des industries », dans Matériaux pour une géographie volontaire de l’industrie française, Cahiers de la Fondation nationale des sciences politiques, n° 7, Paris, Éditions Armand Colin, 1949. L’article de Gabriel Dessus est dédié « à la mémoire d’Henri Giraud ».
5 Roland Maspétiol, L’ordre éternel des champs. Essai sur l’histoire, l’économie et les valeurs de la paysannerie, Paris, Librairie de Médicis, 1946. Pour une approche juridique du « retour à la terre », voir la thèse de droit de J. Piault, Les débouchés de l’agriculture française et le retour à la terre, Lyon, Éditions Bosc, 1941 ; et R. Mallet, Le retour à la terre. Préface de Louis Baudin, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 1942.
6 François LEHIDEUX La lutte contre le chômage. Conférence faite par M. François Lehideux, commissaire au Chômage, École libre des sciences politiques, 7 février 1941, pp. 21‑23.
7 Robert PRÉAUD, Les tendances d’une politique nouvelle en matière agricole. Conférence faite par M. Préaud, secrétaire général du ministère de l’Agriculture, École libre des sciences politiques, 13 février 1941, pp. 8‑9 et p. 18.
8 L’expression est de Marie-Claire Robic.
9 « Lucien Febvre, en créant la sixième section de l’École des hautes études (sciences économiques et sociales), avait voulu d’abord rapprocher les chercheurs venus d’horizons très différents et supprimer les cloisons entre disciplines. Les géographes ont pu se plaindre d’avoir été tenus trop à l’écart dans cette confrontation des méthodes et des résultats […]. Pourtant reconnaissons qu’un organisme dépendant de cette sixième section et créé peu après celle-ci, peut leur rendre de très grands services : le Centre d’études économiques. Il s’agit d’un centre de documentation et de recherche où travaillent des équipes, formées d’économistes, de sociologues, d’historiens, de géographes, de techniciens, etc. C’est d’ailleurs un géographe, M. Pierre Coutin, qui dirige ce centre comme secrétaire général. En liaison avec le Commissariat au plan de modernisation et d’équipement, ce centre cherche d’abord à rassembler une documentation pour mieux mener les études d’économie régionale. Un important fichier a été constitué, par régions et par départements. […] Un remarquable travail de cartographie, généralement par départements, a été entrepris pour utiliser au mieux toutes les données statistiques. […] Au moment où les géographes cherchent à développer une géographie appliquée et participent aux travaux des comités régionaux d’aménagement et d’équipement du territoire, il est indispensable d’assurer plus de liaisons entre chercheurs appartenant à des disciplines différentes. Le Centre d’études économiques a donc un grand rôle à jouer dans ces contacts. Les divers ouvrages publiés dans sa collection "Études et mémoires" montrent combien variés sont les problèmes traités » ; voir Abel Châtelain, « Les études d’économie régionale au Centre d’études économiques de Paris », dans Revue de géographie de Lyon, tome 34, n° 4, 1959, pp. 379 et 385. La collection des « Études et mémoires » compte soixante titres publiés, parmi lesquels on trouve les ouvrages de Jean Gottmann, Documents pour servir à l’étude de la structure agraire dans la moitié occidentale de la France. Rapport de l’enquête dirigée par Albert Demangeon en 1936‑1940 ; Michel PhIlipponneau, La vie rurale de la banlieue parisienne. Étude de géographie humaine, 1956 et Le problème breton et le programme d’action régionale. Un problème type de la politique de développement des économies régionales, 1957 ; Philippe Pinchemel, Le fait urbain en France. La population urbaine. Les villes de plus de 20 000 habitants, 1963. Animé par la conviction que la recherche doit servir l’action, Pierre Coutin après la liquidation du Centre d'études économiques en 1965, fonde le Centre de recherches économiques et sociales appliquées (CRESA), association (loi 1901) relevant de l’association Marc Bloch, dont le champ scientifique est l’économie rurale et le type d’activité la recherche appliquée et la documentation. Le CRESA a laissé place à la Société d’études géographiques et sociologiques appliquées (SEGESA) dirigée par Jean-Claude Bontron, auteur en 1966, en collaboration avec Nicole Mathieu, sous la direction de Pierre Coutin, d’un rapport intitulé Les populations rurales françaises. Étude préliminaire à l’aménagement de l’espace rural. Ces renseignements sont issus d’un entretien avec Nicole Mathieu, organisé par Marie-Claire Robic et Marie-Vic Ozouf-Marignier, les 11 juin et 4 juillet 1996.
10 Gabriel Dessus, « Introduction à l’étude de la localisation de l’industrie (janvier 1943) », dans Rapports et travaux sur la décongestion des centres industriels. I. Introduction à l’étude de la localisation de l’industrie, Paris, Délégation générale à l'Équipement national, 1944, pp. 5 et 7‑8.
11 Pierre Coutin, « Les répercussions de la localisation des industries sur la natalité (décembre 1943) », dans Rapports et travaux sur la décongestion des centres industriels. II. Études diverses (1), Paris, Direction générale à l'Équipement national, 1944, pp. 93‑107. Dans la table des matières publiée à la fin de chaque fascicule, le rapport de Pierre Coutin est intitulé « L’influence sur la natalité de la localisation de l’industrie ; étude préliminaire ».
12 Gabriel Dessus, « Préface », ibidem, p. 3. En effet, dans son rapport introductif, Gabriel Dessus aborde les « aspects sociaux » de la décentralisation industrielle, notamment ses répercussions sur le « développement numérique, physique, intellectuel et moral de la famille […] On peut croire que les foyers compteront plus d’enfants. M. Boverat l’affirme dans son livre récent : "La résurrection par la natalité" ; peut-être faudrait-il chercher à confirmer ce point de vue. On peut retenir en faveur d’un accroissement de la natalité les moins grandes difficultés que présente à la campagne, pour la mère de famille, l’éducation des enfants (par exemple, un jardin permet de les laisser au grand air sans surveillance spéciale). En sens inverse, il faudra prêter une grande attention au danger que peut représenter, si l’ouvrier est propriétaire de sa maison, la volonté de ne pas partager l’héritage. On peut tenter d’y remédier par une modification de la loi successorale ; mais les enquêtes de cet ordre sont infiniment délicates. Le père plus souvent présent au foyer […] la vie plus calme faite aux enfants seront sans doute facteurs de meilleure éducation de ceux-ci » ; Gabriel Dessus, « Introduction à la localisation de l’industrie… », art. cité, p. 15 et p. 19.
13 Pierre Coutin, « Les répercussions de la localisation des industries… », art. cité, p. 93.
14 Ibidem, p. 96.
15 Gabriel Dessus.
16 Pierre Coutin, « Les répercussions de la localisation des industries… », art. cité, p. 96. Ces données statistiques sont issues du « Wirtschaft und Statistik », fascicule 1, janvier 1943. Afin de démontrer la convergence de la France et de l’Allemagne en matière de dénatalité dans les grandes agglomérations urbaines, Pierre Coutin s’appuie sur les calculs de Paul Vincent publiés dans la Revue de l’Alliance nationale contre la dépopulation en janvier 1943 : un arrêt de l’émigration et de l’immigration dans le département de la Seine et un taux net de reproduction identique à celui de 1936 se traduiraient par une chute du nombre d’habitants de 4 800 000 habitants en 1936 à 2 600 000 en 1986 et à 1 00 000 en 2036.
17 Ibidem, p. 97.
18 Ibidem, p. 98. Dans sa « Préface », Gabriel Dessus met en avant les répercussions positives de la décentralisation industrielle sur la natalité : « Non seulement les départements ruraux sont systématiquement plus prolifiques que les départements urbains, mais il semble de plus que ceci ne soit pas seulement dû à l’exercice de la profession agricole, et que les familles ouvrières résidant dans des centres provinciaux aient plus souvent de nombreux enfants que les familles ouvrières des grands centres » ; Gabriel Dessus, ibidem, p. 3.
19 Pierre COUTIN, « Le développement industriel à Clermont-Ferrand et ses répercussions sur la vie rurale des régions voisines », dans Rapports et travaux sur la décongestion des centres industriels. VI. Études régionales, Paris, Délégation générale à l’Équipement industriel, 1945, pp. 37‑42. La préface de Gabriel Dessus précise que « ce fascicule réunit quatre études monographiques : deux études établies en 1943 par M. J. Weulersse, alors chargé de mission à l’Équipement National, sur une industrie installée dans une petite ville et sur une industrie en milieu rural ; une étude de M. Coutin sur le développement industriel de Clermont-Ferrand […]. Ces quatre études analysent, dans des milieux différents, l’interaction de l’industrie et des autres forces sociales ; ce qui est proprement notre problème. Il est à souhaiter qu’elles suscitent de nombreuses études semblables, propres à préciser les mécanismes infiniment variés et délicats qui assurent l’adaptation réciproque des exigences de la production et du style de vie des travailleurs » ; Gabriel Dessus, ibidem, p. 3. Les deux rapports de Jacques Weulersse, rédigés en juin 1943 et décembre 1943 et intitulés respectivement « Un exemple d’industrie en milieu rural. L’usine métallurgique de Tillières-sur-Avre (Eure) » ; et « Un exemple d’industrie de petite ville. L’usine de la société savoisienne de constructions électriques d’Aix-les-Bains » sont des monographies d’usines qui correspondent à deux des hypothèses de travail définies par Gabriel Dessus en janvier 1943, la dispersion et la décentralisation, et se proposent d’éclairer l’action administrative, à partir de l’observation de ces deux cas concrets. Les études monographiques de Pierre Coutin et Jacques Weulersse signalent la convergence de leurs points de vue sur la question agricole. Nous y reviendrons plus loin.
20 Ibidem, p. 37.
21 Ibidem, pp. 38‑40. La recherche des causes de l’exode rural a orienté Pierre Coutin vers la démographie historique. Après-guerre, il s’intéresse aux travaux d’Abel Châtelain et à la mise à point de sa méthode, destinée à étudier le rôle des migrations rurales dans la formation des grandes villes, élaborée à partir des listes nominatives et des recensements. Il interviendra à ce sujet en 1951, lors du colloque « Villes et campagnes », à l’issue de la communication de Louis Chevalier sur les « Origines rurales du prolétariat des grandes villes », dans Georges Friedmann [dir.], Villes et campagnes. Civilisation urbaine et Civilisation rurale en France. 2e semaine sociologique organisée par le Centre d’études sociologiques du CNRS, Bibliothèque générale de l’École pratique des hautes études (VIe section), Paris, Librairie Armand Colin, 1954, pp. 173. On lira l’article de Paul‑André Rosental, « Treize ans de réflexion : De l’histoire des populations à la démographie historique française (1945‑1958) », dans Population, n° 6, 1996, pp. 1211‑1238.
22 Louis Salleron, l’un des auteurs de la loi du 2 décembre 1940 relative à l’organisation corporative de l’agriculture, et Robert Préaud, ancien secrétaire général du ministère de l’Agriculture sous la IIIe République, secrétaire perpétuel de l’académie d’agriculture de France, ont été consultés par les membres de l’équipe Dessus au cours de l’année 1943 ; ils représentent le courant agrarien, favorable au retour à la terre et à la dissémination industrielle dans les campagnes, telle qu’elle a été définie par Gabriel Dessus dans son rapport introductif de janvier 1943 ; voir Robert Préaud, Sur la politique agricole et rurale de la France. Orientations à retenir pour le Plan d’Équipement. Étude présentée pour la DGEN, Paris, Imprimerie nationale, p. 55. On lira la contribution de Pierre Barral et Isabel Boussard, « La politique agrarienne », dans Le gouvernement de Vichy 1940‑1942. Institutions et politiques, Paris, Éditions Armand Colin, 1972, pp. 211‑233 et l’article de Jean-Claude  Bontron, C. Gillette, Nicole Mathieu, Jean-Pierre Peyon, Françoise Plet et Marie-Claire Robic, « Éléments de réflexion sur l’aménagement et l’espace rural en France », dans Réflexions sur l’espace rural français. Approches, définitions, aménagement, Paris, Université Paris 1/École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses, mai 1976, pp. 53‑85. Je remercie Marie-Claire Robic de m’avoir transmis cet article.
23 Pierre Coutin, « Le développement industriel à Clermont-Ferrand… », art. cité, p. 40.
24 Ibidem, pp. 40‑41.
25 Pierre Coutin défendra de nouveau ce point de vue lors du colloque « Villes et campagnes », dans un débat l’opposant à Roland Ziegel. Polytechnicien, ingénieur en chef des constructions navales au ministère de la Marine, membre de X‑Crise, Roland Ziegel est, depuis 1935, un fervent partisan de la « dissémination » de l’industrie française dans les campagnes : « M. Roland Ziegel. — Je voudrais […] soumettre à cette assemblée un problème qui me préoccupe depuis longtemps : celui de la dissémination de l’industrie et de son implantation en milieu rural. Nous avions fait une première expérience avant la guerre. Elle n’avait donné aucun résultat […]. Nous reprenons cette tâche aujourd’hui. […] j’ai l’impression que nous avons peu de chances de réussir dans les régions de grande culture, où le programme de travail est rigide. Mais peut-être certaines régions de polyculture seraient-elles favorables : l’industrie complémentaire y absorberait l’excédent de force de travail et, à condition d’établir un programme équilibré, par exemple deux cents jours ouvrables pour le travail industriel et cent pour le travail agricole, la polyculture y nourrirait la population, cessant ainsi d’être un résidu archaïque. […] M. Pierre Coutin. — […]. J’ai étudié les ouvriers de Michelin qui avaient une exploitation de polyculture : ils devaient s’en occuper toute l’année et étaient nettement surmenés. J’ai vu en revanche à Issoire des ouvriers d’usine de création récente ; ils possédaient des vergers peu étendus et où un certain nombre de travaux étaient, je crois, faits en commun. […] M. Ziegel. — Cela poserait une autre question : quelle est la dimension optima de la terre qui peut être exploitée par une famille dont le chef est ouvrier d’industrie ? S’il est possible, et je le crois, d’implanter des industries dans de tout petits centres, on pourrait y trouver assez de terre, dans un rayon de trois ou quatre kilomètres, pour donner une vingtaine d’ares à chaque ouvrier, comme on l’a fait en Allemagne. Le problème est important, car c’est aussi un problème social : il s’agit de rendre à l’ouvrier un genre de vie plus équilibré et où il ne soit plus obnubilé par un sentiment de dépendance à l’égard du patronat. M. Coutin. — À mon avis, il ne faut pas dépasser quinze à vingt ares. Un petit domaine de ce genre, consacré à une culture spécialisée et dont le seul but est de satisfaire les besoins alimentaires de son propriétaire, c’est la seule solution raisonnable. En revanche, je ne crois pas qu’il soit possible de créer de véritables exploitations agricoles, même de dimensions réduites, pour des ouvriers d’industrie. J’ai fait à ce sujet une enquête en 1945 et les résultats que j’ai obtenus comme les avis que j’ai recueillis ne laissent pas de place au doute : le mélange des deux genres de vie, agricole et industriel, est une catastrophe à la fois pour l’agriculture et pour l’industrie. J’ai interrogé près de deux mille ouvriers qui avaient une terre assez étendue : assurément, ils étaient satisfaits de ce supplément de ressources ; mais il leur coûtait une aggravation de travail, aux dépens de leur santé, de celle de leur femme, ou de celle de leurs enfants. Réciproquement, l’avis des chefs d’industrie était clair : les ouvriers qui s’occupent vraiment de leur exploitation viennent se reposer à l’usine. Il n’est pas possible de mener de front les deux tâches et le résultat, c’est que toutes deux en souffrent. […] Je ne prétends pas que la question soit tranchée. Il faudrait que se poursuivent les enquêtes qui ont été menées collectivement sous la direction de M. Gabriel Dessus de 1942 à 1945 et auxquelles j’ai participé. Mais ma conclusion provisoire est qu’il faut se méfier de l’image d’Épinal qu’on se fait parfois des beautés de la décentralisation industrielle poussée à l’extrême. […] je crains que le mélange, l’alternance des deux types d’activité, des deux genres de vie ne soit qu’une vue de l’esprit » ; Georges Friedmann [dir.], Villes et campagne…, ouv. cité, pp. 394‑397 et pp. 274‑277. Pour un aperçu des propositions de Roland Ziegel dans les années 1930, voir Efi Markou, « Les villes des militaires… », art. cité, pp. 147‑148 et 151.
26 Pierre Coutin, « Le développement industriel à Clermont-Ferrand… », art. cité, p. 41.
27 Ibidem, p. 42.
28 Ibidem, p. 42.
29 Ibidem, p. 42. Voir Jacques Weulersse, « Réflexions sur le problème agricole en France », dans Revue de l’économie contemporaine, n° 7, novembre 1942, pp. 4‑8. En 1942, Jacques Weulersse, « agrégé de l’Université », s’interroge, dans la perspective de l’Après-Guerre, sur l’avenir de l’agriculture française et les orientations d’une politique agricole « nationale et raisonnée » : « Il y a deux façons d’aborder le problème : on peut se préoccuper uniquement de la production des biens agricoles, du volume global que peut donner le sol du pays, et vouloir le porter au maximum sans se soucier de savoir comment ce maximum sera obtenu. On peut au contraire mettre au premier plan l’agriculteur, la classe rurale elle-même, et en faire la fin essentielle d’une politique agricole. […] Cette distinction […] résulte du fait capital qui marque et explique la révolution agricole du XXe siècle : l’apparition du machinisme agricole et les transformations de la technique. […] L’exemple de la France est significatif : depuis un siècle environ le chiffre des agriculteurs actifs ne fait que diminuer, alors que le volume de la production agricole demeure stable ou même tend à s’accroître. Par quel miracle ? Pour mieux saisir le phénomène, descendons d’un échelon, passons de l’ensemble de la nation à un petit pays donné ; moins que tous les autres, les problèmes agricoles ne doivent se raisonner dans l’abstrait ; il leur faut le soutien constant du cadre précis, de l’exemple vécu, l’appui du sol même. Choisissons l’une des plus illustres, parmi les vieilles campagnes de notre pays, la grasse Limagne, à la fertilité légendaire, une des terres classiques de la paysannerie française au pied du Puy-de-Dôme et de Gergovie. Que s’y est-il passé depuis un siècle ? Les faits brutaux sont les suivants : la densité de la population rurale est tombée de plus de 100 habitants au kilomètre carré à moins de 50. Et pourtant la production du pays, formée surtout par les céréales est restée identique, si même elle ne s’est pas accrue ». (p. 4). S’ensuit une description, précise et détaillée, de la substitution des techniques mécaniques aux techniques manuelles, qui aboutit à la mise en évidence du cercle vicieux du machinisme : « Ce serait ainsi, au bout d’un espace de temps relativement court, la disparition définitive de la France paysanne, à la fois en quantité, puisque la machine aurait chassé la plupart des ruraux de chez eux, et en qualité puisque ceux d’entre eux qui resteraient n’auraient plus rien du paysan. Suivant les modalités de l’évolution sociale on obtiendrait des types agricoles se rapprochant soit du fermier canadien plus spéculateur que paysan, soit de l’industriel de la culture, de l’ouvrier de sovkhose plus attaché à son tracteur qu’à son champ. Privée de sa substance paysanne, la France ne serait plus la France : son économie comme son idéal seraient à la remorque de l’étranger. Peut-on concevoir une autre politique orientée vers la maintien et même le développement d’une classe rurale paysanne nombreuse et active, considérée comme le but même de l’agriculture nationale ? Il va de soi qu’une pareille politique ne saurait se baser sur la contrainte ; il ne s’agit pas davantage d’archaïsme sentimental, le retour à la terre ne doit pas être un retour en arrière […] » (p. 6). Jacques Weulersse pointe alors les deux questions cruciales posés à l’agriculture française : la dénatalité paysanne et l’exode rural. On retrouvera cette énumération des facteurs explicatifs de la dénatalité dans le rapport de Pierre Coutin de décembre 1943. En ce qui concerne l’exode rural, Jacques Weulersse propose la mise en œuvre d’un programme de modernisation à l’échelle des régions agricoles : « Augmenter les rendements tout en allégeant le travail, accroître en même temps les loisirs et les revenus, cela peut paraître une formule creuse, une gageure vaine. C’est pourtant réalisable, si, dans un cadre régional déterminé, Limagne ou Sologne, vallées alpestres ou pyrénéennes, on s’attaque à la totalité du problème agricole, et si l’on fait converger vers une même fin toutes les améliorations techniques : remembrement, assainissement, drainage, réforme de l’habitat, orientation des cultures, vie corporative, enseignement rural, coopération pour la vente et l’achat, commercialisation des produits, rapports avec la ville et l’industrie — cette fin étant la détermination puis la réalisation de l’optimum de peuplement pour la région agricole envisagée, optimum lié à la dimension optimum des exploitations. L’optimum de population tel que nous l’envisageons ici doit aboutir à une densité stable avec toutefois une tendance constante à un léger excédent. Toute communauté vivante, nation, province ou village, ne peut se maintenir que par une certaine pression démographique qui maintienne la concurrence vitale. Pour la France, cet excédent de population rurale trouverait un débouché facile dans les villes et aussi, ne l’oublions pas, dans l’Empire qui ne peut se développer que par un apport constant de sang neuf et d’énergies nouvelles », (p. 7). Pierre Coutin pourrait tout aussi bien être l’auteur de cet article, dont il développe les principaux aspects dans ses trois rapports. La similitude de ses propos avec ceux de Jacques Weulersse s’explique sans doute par le travail en commun mené lors des débuts de l’enquête sur la décentralisation industrielle, qui se fondait sur des études monographiques (voir note 17).
30 Pierre Coutin, « La décongestion des centres industriels et la vie agricole », dans Rapports et travaux sur la décongestion des centres industriels. V. Études diverses (2), Paris, Ministère de l’Économie nationale/Direction de l’Équipement national, 1945, pp. 61‑69.
31 Bien que cette préface ne soit pas datée, elle résume les orientations de l’équipe en matière de localisation des industries, qui seront présentées ultérieurement par Gabriel Dessus dans un rapport intitulé « Conclusions provisoires (mai 1945) », dans Rapports et travaux sur la décongestion des centres industriels. IX. Conclusions, Paris, Ministère de l’Économie Nationale/Direction de l’Équipement National, 1945, pp. 41‑50. Il ressort de ce rapport que la décentralisation industrielle doit s’effectuer en fonction de deux paramètres, qui déterminent à la fois les modalités de sa mise en œuvre et son cadre géographique. La décongestion d’un certain nombre de centres industriels passe par des opérations de « desserrement » au niveau régional, ce qui doit être assimilé à une vaste « opération d’urbanisme ». Mais le problème posé par Paris oblige à penser la décentralisation industrielle dans le cadre national, grâce à l’industrialisation des villes petites et moyennes, susceptibles de voir leur population originelle doublée par l’arrivée d’une main-d’œuvre ouvrière, véritables « constellations » industrielles autour des métropoles régionales. Selon Gabriel Dessus, le rapport de Pierre Coutin, en étudiant les répercussions sur la vie agricole du développement industriel, contribue à définir une « doctrine » de la décentralisation industrielle : « Le rapport de M. Coutin sur les questions agricoles liées à la décentralisation aborde l’un des sujets les plus délicats de notre étude, et en traite tous les aspects importants. […] Ce rapport admet comme un fait nécessaire et bienfaisant la réduction de la main-d’œuvre appliquée à l’agriculture dans certaines régions qui se trouvent présentement au-dessus de l’optimum économique de peuplement tel que le définissent les techniques de culture actuellement possibles. Il sera certainement, de ce fait, vivement controversé. Mais il ne suffit pas d’exprimer des regrets sentimentaux touchant les vertus de la vie à la campagne. Il faut bien voir quelles sont les solutions alternatives. Actuellement l’exode a lieu, vers Paris. Ne vaut-il pas mieux qu’il soit dirigé vers de petites cités industrielles régionales ? » : Voir Pierre COUTIN, « La décongestion des centres industriels et la vie agricole », art. cité, p. 61.
32 Pierre COUTIN, « La décongestion des centres industriels et la vie agricole », art. cité, p. 62.
33 Ibidem, p. 62. On retrouve ici, bien qu’elle ne soit pas explicitement mentionnée, la notion d’optimum de population ou optimum de peuplement, dans le cadre de la région agricole.
34 Ibidem, p. 62.
35 Ibidem, p. 63.
36 Ibidem, p. 63.
37 Ibidem, p. 64.
38 Ibidem, p. 65.
39 Ibidem, p. 66. Pierre Coutin introduit également des éléments nouveaux dans sa réflexion sur les rapports entre paysans et ouvriers, à l’heure des difficultés du ravitaillement et du marché noir : « Il semble que le rapprochement des deux populations lorsqu’elles vivent l’une près de l’autre mais séparées, augmente les jalousies, voire même les haines. Avant 1939, les paysans étaient jaloux des ouvriers parce que ceux-ci gagnaient beaucoup d’argent, travaillaient un petit nombre d’heures par jour et avaient beaucoup de loisirs ; ils étaient d’autant plus mécontents que les ouvriers se moquaient d’eux et les méprisaient. Aujourd’hui les paysans ont pris leur revanche, ils ne plaignent pas les ouvriers qui ont de la peine à se ravitailler : "Ils ont faim ? Ils n’ont qu’à revenir travailler la terre ; ils ne veulent pas le faire, ils trouvent la terre trop basse pour eux, alors qu’ils ne se plaignent pas, c’est bien fait pour eux". Il faut dire que le pillage des récoltes dans les champs proches des villes ou des usines contribue fortement à entretenir cet état d’esprit ; par contre, lorsque les ouvriers vont aider les paysans dans leurs travaux ils reçoivent une large hospitalité et trouvent souvent du ravitaillement à très bon compte. Malheureusement les bonnes relations entre paysans et ouvriers ne sont pas générales : la plupart des ouvriers se plaignent des paysans qui vendent trop cher, qui se sont enrichis en spéculant sur la faim ; et ils les menacent des pires représailles après la guerre » ; ibidem, pp. 66‑67.
40 Ibidem, p. 67. Selon Pierre Coutin, l’urgence la plus grande réside dans le remembrement des terres cultivées, accompagné de travaux d’assainissement, de drainage ou d’irrigation, afin d’utiliser les machines modernes, c’est-à-dire le tracteur et la moissonneuse-batteuse. Le plaidoyer en faveur de la modernisation de l’agriculture, vecteur de libération de la main-d’œuvre et de diminution des prix de revient, est inséparable d’un autre plaidoyer en faveur du maintien de l’exploitation agricole familiale, « à condition toutefois d’installer des coopératives pour l’emploi des machines » ; Ibidem, p. 68. Ce point de vue est développé dans : Pierre Coutin, « La notion d’exploitation agricole familiale. L’exemple de la Limagne », dans Annales, économies, sociétés, civilisations, n° 4, octobre-décembre 1946, pp. 342‑346.
41 Pierre Coutin, La dépopulation des campagnes en France, s.l., s.d., pp. 11. Cette brochure, qui se trouve à la bibliothèque de l’Institut d’études politiques de Paris, porte sur la première page le tampon « FEV. 1945. Bibliothèque de l’École Libre des Sciences Politiques ». Elle résume l’ensemble des rapports réalisés au sein de l’équipe Dessus, en trois parties intitulées : « Les causes de la dépopulation des campagnes » ; « Les conséquences de la dépopulation des campagnes » ; « Quelle politique suivre ? ».
42 Pierre Coutin, « La décongestion des centres industriels et la vie agricole », art. cité, p. 69.
43 Pierre Coutin, « Les transformations techniques du monde rural : leçons du passé et perspectives d’avenir », dans Le monde rural dans l’économie moderne. 37e session des Semaines sociales de France, Nantes, 1950, Lyon, Éditions Chronique sociale de France, 1950, pp. 109 et 125. Pierre Coutin est alors chargé de mission au CGP. On notera que Gabriel Dessus participe également à ces Semaines Sociales, où il prononce un cours intitulé « Décentralisation industrielle et vie rurale », pp. 257‑272.
44 Pierre COUTIN, « Les études préparatoires à l’aménagement du territoire rural », dans Études rurales, n° 16, janvier-mars 1965, pp. 79‑80. C’est nous qui soulignons.
45 Cette bibliographie a été réalisée à partir de la Bibliographie analytique des articles de périodiques dépouillés de 1944 à 1968, établie par les services de documentation de la Fondation nationale des sciences politiques, de la table vicennale de la Revue économique (1950‑1969) et de l’article de P. Clément (Service des études économiques et financières) et P. Vieille (Centre d’études économiques) : P. Clément et P. Vieille, « L’exode rural. Historique. Causes et conditions. Sélectivité. Perspectives », dans Études de comptabilité nationale, avril 1960, pp. 63‑130. Elle ne prétend pas à l’exhaustivité.
46 En réalité, cet article a été écrit en mars 1964, « en collaboration avec les chercheurs du CEE et notamment M. Beaugendre, Mme Join-Lambert et Melle Zink ».
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Couzon, « De la décentralisation industrielle à l’aménagement du territoire rural : Pierre Coutin, 1942-1965 », Ruralia [En ligne], 07 | 2000, mis en ligne le 24 janvier 2005, consulté le 30 mars 2017. URL : http://ruralia.revues.org/176

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page