Navigation – Plan du site
Articles

Le paysan individualiste : marché et systèmes d’exploitation de terre dans la Grèce du sud (fin du XIXe-début du XXe siècle)

Evi Karouzou

Résumés

Les systèmes d’exploitation de la terre dans la Grèce du sud doivent leurs origine à l’évolution des rapports fonciers. Le recul de la grande propriété et la consolidation de la petite propriété paysanne renforcent la position des paysans et rendent la main-d’œuvre chère dans la campagne. Le faire-valoir direct par les paysans eux-mêmes prédomine alors que l’affermage est la forme préférée parmi les autres systèmes d’exploitation de terre. Ces systèmes sont déterminés par les relations que les paysans maintiennent avec les autres couches sociales et avec le marché. Les relations avec les autres couches sociales permettent souvent au paysan de jouer un rôle important au choix du système d’exploitation de la terre, puisque la propriété de la terre n’est pas la condition la plus importante pour l’hégémonie économique et sociale. Et la relation des paysans avec le marché des produits commerciaux ainsi que l’introduction des cultures intensives permettent aux paysans de choisir le système d’exploitation qui leur assure une haute rentabilité et la possibilité de se mouvoir entre l’autoconsommation et l’adhésion au marché.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologique :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Faire-valoir direct 1, métayage ou affermage ? 2 Chacun de ces termes a des connotations spécifiques qui renvoient à des relations différentes des paysans avec la terre et le marché. Qui dit faire-valoir direct sous-entend autoconsommation, petite production marchande, ou agriculture plus ou moins arriérée, à basse productivité ; qui dit métayage parle d’une agriculture dépourvue souvent d’un esprit entreprenant, dans laquelle les paysans, plus appauvris que dans le premier cas, ne possèdent pas toute la terre ou même l’outillage agricole dont ils ont besoin ; et qui dit affermage pense à une agriculture plus extravertie vers le marché, à des fermiers et à des paysans ouvriers. On sait bien que ces définitions ne sont pas rigides et que la combinaison de divers systèmes d’exploitation de terre caractérise souvent la paysannerie. Il est connu, par ailleurs, que la paysannerie maintient des relations avec le marché qui ne sont pas toujours négatives. Enfin, les paysans ne refusent pas la modernisation de leur équipement et de leurs techniques. En quoi réside donc la différence entre les divers systèmes d’exploitation de terre ? Ces systèmes correspondent-ils vraiment à des degrés différents de développement de l’agriculture ou d’appauvrissement des paysans ? Une étude portant sur la région argolique, à l’Est du Péloponnèse, permet de mettre à l’épreuve la valeur de ces trois systèmes d’exploitation de terre, de leur relation avec le marché, et de la relation des paysans avec la terre pour chacun de ces systèmes. Dominée par la plaine argolique 3, il s’agit d’une région méditerranéenne typique (les céréales, la vigne et l’olivier y prédominent) qui jusqu’au début du XXe siècle souffre de deux contraintes : les marais et la sécheresse. Dès les années 1870, la plaine se transforme grâce à de petits travaux d’irrigation — creusements de puits — : les paysans orientent leur production vers les cultures maraîchères afin de répondre à la demande d’Athènes, dont la population augmente à un rythme impressionnant. La région ne tarde pas à devenir un potager de la capitale, sans que son économie agricole perde les caractéristiques de l’autoconsommation.

2Plusieurs systèmes d’exploitation de la terre sont pratiqués dans la province d’Argos : le faire-valoir direct avec main-d’œuvre familiale ou de journaliers, le métayage, l’affermage, l’emphytéose. Selon les statistiques de 1860 4, le faire-valoir domine dans la province d’Argos. En effet, au XIXe siècle, la structure foncière grecque évolue en faveur de la paysannerie par un double mouvement : d’une part, après la fondation de l’État néo-hellénique en 1830, les grands propriétaires du pays, ayant échoué dans une tentative de concentration de la terre et de consolidation des grands domaines, se retirent peu à peu de la propriété de la terre ; d’autre part, les premiers gouvernements favorisent la petite propriété paysanne afin d’affaiblir les notables locaux et au profit du pouvoir central. Les petits cultivateurs se renforcent donc au cours des années suivantes, et la réforme agraire qui a lieu en 1871 confirme la prépondérance de la petite propriété paysanne dans la Grèce du sud 5. Ainsi, en 1860, dans la région argolique comme dans toute la Grèce du sud, la famille paysanne cultive un lot qui lui est propre. Selon l’étendue de ce lot, la famille régule son activité soit en prenant en métayage ou affermage des parcelles supplémentaires, soit en affermant sa force de travail 6 aux grands propriétaires 7. L’excédent de terres chez les propriétaires et son défaut chez les paysans créent un marché dans lequel les systèmes d’exploitation employés interviennent comme des stratégies visant à pallier ces déséquilibres.

Caractéristiques des systèmes d’exploitation de la terre

3Le faire-valoir direct excepté, l’affermage est le système d’exploitation dominant dans la plaine d’Argos (tableau 1). Le métayage est moins répandu et les autres systèmes n’occupent qu’une place marginale.

Tableau 1 : Systèmes d’exploitation de la terre dans la province d’Argos (deuxième moitié du XIXe siècle-début du XXe) 8

Système d’exploitation

Nombre de contrats

 %

Métayage

79

14,3

Affermage

423

76,6

Sous-affermage

46

8,3

Emphytéose

3

0,5

Défrichement

1

0,2

Total

552

100

4Ces systèmes concernent, dans la plupart des cas, la plaine, à savoir les propriétés autour d’Argos — la ville unique de la province — et des villages de plaine. La présence de la montagne est très faible. 57,8 % des domaines exploités conformément à ces systèmes se trouvent aux abords de la ville ou dans la ville même, 36,2 % dans les communes de plaine et seulement 3,7 % dans les communes montagneuses (tableau 2). Argos — première ville du département d’Argolide-Corinthie en terme de population — n’est qu’un immense champ 9. Selon le recensement agricole de 1911, la province possède une superficie productive de 345,3 km2, dont 85,5 km2, soit 24,8 %, sont localisés sur le territoire de la ville. En outre, les trois communes de plaine 10, la ville y compris, occupent 247,3 km2, soit 71,6 % de la superficie productive de la province 11. Ainsi la ville et les villages de plaine sont sur-représentés dans les contrats ; le nombre de ceux-ci s’affaiblit à mesure qu’on s’éloigne de la ville, en direction des villages de montagne. Cela ne s’explique pas seulement par le facteur de la distance. Les montagnards couvrent assez souvent leurs besoins en terre ou en travail en s’occupant de l’élevage ou en louant leur force en dehors de la montagne. En effet, leur présence dans les contrats concernant l’élevage est beaucoup plus forte que celle des habitants de la plaine 12 ; et il y a deux fois plus de métayers provenant de la montagne que de contrats concernant la montagne 13. Cela signifie que la montagne reverse une part de sa population à la plaine, celle-ci étant le lieu de résidence des domaines des grands propriétaires comme des couches urbaines, c’est-à-dire de ceux qui ont plus que les autres besoin d’une main-d’œuvre non familiale pour la culture de leurs domaines. Ainsi, les systèmes d’exploitation indirecte sont plus répandus dans la plaine.

Tableau 2 : Répartition géographique des systèmes d’exploitation selon le lieu des domaines et le lieu de résidence des propriétaires 14

Lieu des domaines

Nombre de contrats

 %

Ville

310

57,8

Villages de plaine

194

36,2

Villages montagnards

20

3,7

Bourgs

12

2,2

Total

536

100

Lieu de résidence des propriétaires

 

 

Ville

381

70,6

Villages de plaine

111

20,6

Villages montagnards

31

5,7

Bourgs

17

3,1

Total

540

100

Tableau 3 : Type de domaines et systèmes d’exploitation 15

Type de domaine

Type d’exploitation

 

Métayage

Affermage

Sous-affermage

Total

100 %

 

nbre de contrats

 %

nbre de contrats

 %

nbre de contrats

 %

 

Terre

39

10,1

311

80,6

36

9,3

386

Vignoble

24

34,3

46

65,7

0

0

70

Raisin sec

17

73,9

6

26,1

0

0

23

Pâturage

0

0

34

81

8

19

42

Jardin

4

12,9

26

83,9

1

3,2

31

Divers

5

27,8

12

66,7

1

5,6

18

5Dans certains cas, le métayage concurrence l’affermage malgré la supériorité générale de celui-ci (tableau 3). Ainsi, des propriétaires de vignobles, culture qui exige des soins particuliers et qui réclame un investissement important notamment pour la production de raisin sec, choisissent le métayage pour s’assurer le bon traitement de la plantation à un risque réduit 16. Le sous-affermage, dans le cas de la terre, concerne presque exclusivement les terres publiques qui appartiennent à l’école agricole de Tiryns. Ces terres, près de Dalamanara, village de plaine, sont mises aux enchères et louées pour une période de dix ans environ 17. Assez souvent, les locataires les donnent à ferme ou en métayage, réclamant en loyer ce qu’ils paient au fisc. Pas d’homme de paille louant des terres au bénéfice de grands propriétaires : dans la majorité des cas, les sous-affermages engagent des paysans, quelques années après le premier affermage aux enchères 18. La raison pour laquelle les premiers fermiers n’arrivent pas à cultiver les terres louées réside dans la longue durée de ces locations (dix ans). Ce délai ne leur permet pas une réévaluation annuelle des possibilités de culture et de force de travail de leur famille, et empêche un réajustement de la superficie cultivée à ces possibilités 19. Ce problème ne se présente pas dans le cas d’affermage des terres privées où la durée des contrats est beaucoup plus courte.

6Les baux d’affermage et de métayage, qui prévalent dans la plaine, sont de courte durée : 41 % des contrats de métayage, 29 % des contrats d’affermage et 41 % de ceux de sous-affermage sont conclus pour une durée inférieure ou égale à un an. La majorité des accords porte sur trois ans au plus : 78 % pour le métayage, 69 % pour l’affermage et 74 % pour le sous-affermage. 3,8 % de ces baux sont renouvelés ; toutefois ce taux semble être plus élevé. Il existe en effet dans bien des cas une clause suivant laquelle le contrat doit être considéré comme dissous à l’échéance prévue, à moins qu’un éventuel renouvellement verbal n’intervienne. Cette clause ne doit pas être interprétée comme une tendance à l’abrègement de durée des accords, mais comme un moyen, pour le propriétaire, d’aboutir à la fois à la continuation de l’accord et à une renégociation des termes du bail — en particulier du loyer —, en position de force et au moindre coût. D’une part, sans cette clause, la non-dénonciation du contrat à l’échéance pourrait conduire au renouvellement automatique de l’accord — sans renégociation. La dénonciation du contrat, pour le renégocier, entraînerait les dépenses de rédaction d’un nouveau contrat. D’autre part, si cette clause devait réellement entraîner la fin du contrat à l’échéance, le propriétaire devrait chercher un autre fermier ou métayer, et rédiger un nouveau contrat — dépense là encore. En fait, la clause permet le renouvellement sans frais du contrat, tout en mettant le preneur dans l’obligation d’accepter les termes du propriétaire à l’échéance, sauf à se mettre dans une position illégale — ou à partir. C’est pourquoi l’on peut supposer que le taux de renouvellement est plus élevé, sans qu’on puisse toutefois le préciser : le renouvellement verbal laisse peu de traces. Le taux de 3,8 % que nous avons cité résulte d’indices indirects présents dans un certain nombre de textes : il est probable que ces indices soient omis dans d’autres.

7Le contrat de l’affermage ne présente pas de spécificité. Le loyer est annuel, il doit être payé en espèces, plus exceptionnellement en nature 20. Le paiement s’effectue soit d’avance soit a posteriori. Il n’est pas rare que le propriétaire exige d’avance les loyers de toutes les années de la location. En outre, dans le cas de jardins où les paysans touchent des revenus plusieurs fois par an, le paiement se fait souvent à échéance régulière, deux, trois ou quatre fois par an 21. Dans cette forme simple du contrat d’affermage, se trouvent quelques fois des clauses concernant le maintien de la productivité du sol : le fermier doit chaque année enrichir le champ avec une certaine quantité de fumier. C’est surtout le cas des terres d’Argos, déjà soumises à une culture plus intensive 22.

8Le contrat du métayage est plus compliqué. Étant donné que cette forme d’exploitation ressemble à une association, les obligations réciproques doivent être précisées dans le contrat. La forme de métayage qui prédomine dans la région d’Argos est celle du métayage à mi-fruit. On peut distinguer deux types d’accords, selon le degré de participation du propriétaire aux dépenses de la culture ou parfois même au processus de la culture. Selon le premier type, le métayer engage les dépenses de la culture, semence comprise. Après la moisson, la production est partagée en deux après avoir qu’ont été déduites la semence et les autres dépenses. Dans le deuxième cas, le propriétaire verse la moitié de la semence et des autres dépenses. À la fin, la production est partagée aussi en parts égales. La forme de participation du propriétaire peut varier. Au lieu de verser sa portion de semence il peut contribuer avec son propre travail : il laboure la terre, ou entreprend entièrement la culture du champ 23. Dans ce cas, le métayer verse la semence, met à disposition les animaux de trait et peut donner une somme au propriétaire pour son travail éventuellement excédant. Certes, ici le contrat du métayage dissimule un deuxième accord, celui de l’affermage de la main-d’œuvre du propriétaire par le métayer. Ainsi, selon la participation du propriétaire, le système d’exploitation reste le même mais les rôles sociaux changent.

9Le métayage dans le cas des vignobles et de la production de raisins secs est plus uniforme. Le métayer entreprend la culture de la plantation. Le propriétaire y participe en versant habituellement la moitié des dépenses, notamment des impôts, des droits de garde champêtre, du soufre, des salaires des journaliers et du fumier. Le produit est partagé en deux. Dans ce cas de métayage, le propriétaire peut contribuer davantage en accordant au métayer des avances pécuniaires permettant de faire front aux dépenses de la culture. À l’époque des vendanges, ces sommes sont déduites du produit brut sans intérêt. Toutefois, il n’est pas rare qu’elles soient accordées comme un don 24.

Une approche du faire-valoir direct

10Le faire-valoir direct, dominant dans la région, repose sur la main-d’œuvre familiale. La famille paysanne dispose au moins d’un petit lot qu’elle cultive avec une charrue, dont elle est normalement propriétaire, et un ou deux animaux de trait. En 1833, Frédéric Thiersch constate que « la situation misérable dans laquelle les paysans grecs se trouvent à cause de la guerre est telle qu’à l’époque de la mort du Gouverneur [1831] seulement le tiers des paysans disposait d’une paire de bœufs. Quant aux autres, plusieurs disposent de bœufs en commun ou ils n’en ont pas du tout et ils sont obligés de labourer la terre avec une houe » 25. Certes, Thiersch écrit au lendemain de la guerre d’Indépendance qui a ravagé le pays. Et de fait, en 1861, on dénombre quatre paires de bœufs pour sept ménages agricoles 26. Selon les chiffres officiels, la situation devrait être plus ou moins la même dans la province d’Argos : 3 437 bœufs pour 4 603 familles. Mais la statistique agricole de 1860 ne cite que les bœufs 27 comme animaux de labour ; or les paysans labourent également avec des chevaux, des mulets ou même des ânes 28. Aussi, le rapport animaux de trait/familles s’élève-t-il à 1,6.

Tableau 4 : Animaux de trait et nombre de familles dans la province d’Argos en 1861 29

Bœufs de labour

(a)

chevaux

(b)

mulets

(c)

ânes

(d)

familles

(e)

rapport

(a+b+c+d)/e

3 437

1 305

351

2 305

4 603

1,6

11Le tableau 4 n’apporte pas d’indications sur la répartition réelle des bêtes de trait par famille, certaines familles disposant de plus de deux bêtes. Il est pourtant difficile de trouver une famille ne possédant pas au moins un animal de trait : en 1883, les habitants de Froussina, village montagnard, créent une compagnie d’entraide où ils s’engagent à indemniser celui dont le mulet ou l’âne crèvera. Il est difficile de croire qu’y participent des paysans n’ayant pas au moins un de ces bêtes 30. Les familles dont les animaux de trait ne sont pas suffisants ou celles qui ne disposent pas de chevaux de battage ont recours à ceux des paysans du même village ou des villages voisins qui labourent ou battent avec leur gros bétail contre un paiement. On appelle alogarides ceux qui disposent de chevaux 31. Ils forment souvent des compagnies en unissant leurs chevaux et en étendant leur rayon d’action sur la région 32.

12Alors que le bœuf reste l’animal de labour majoritaire, le cheval apparaît dans la plaine. Cette présence est ancienne, comme à Argos où on nourrissait des chevaux 33. Or, l’emploi du cheval comme animal de labour se diffuse dans le dernier quart du siècle. En 1875, on dénombre respectivement 19 et 20 chevaux, 40 et 26 bœufs à Koffini et Tzaferaga, tous deux villages de plaine. Quinze ans plus tard, Koffini dispose déjà de 38 chevaux contre 27 bœufs 34. En 1900, les chevaux sont utilisés dans la plaine, les bœufs l’étant désormais en montagne. Parallèlement, le mulet en tant qu’animal de trait connaît une diffusion, dans les villages de montagne essentiellement, du fait de sa plus grande longévité et de son moindre coût d’entretien par rapport au cheval 35. La nouvelle composition du bétail de labour est plus manifeste dans le recensement agricole de 1911 : 4 523 chevaux (dont 4 287 dans la plaine), 2 953 mulets (1 163 dans la plaine), 1 489 ânes (1 022 dans la plaine) et 2 122 bœufs (573 dans la plaine). Le rapport animaux de labour/familles atteint alors 1,8 36. Ce rapport comparé à celui de 1861 indique donc que le progrès technique de la région ne réside pas tant dans l’augmentation du bétail — qui d’ailleurs atteignait un niveau satisfaisant à la fin du siècle — que dans son changement qualitatif 37. Cette mutation est plus frappante au cœur de la région où se développent les cultures maraîchères, c’est-à-dire sur les territoires de la ville d’Argos et des villages qui l’entourent : 3 414 chevaux, 134 mulets, 172 ânes et 65 bœufs.

13Dans la plaine, les machines agricoles sont connues dès la deuxième moitié du XIXe siècle mais, il est vrai, ce ne sont encore que des exceptions 38. Ainsi, en 1900, la charrue en bois « avec le versoir et le soc en fer, selon le modèle d’anciennes charrues Grignon, fabriquée à Argos » continue à prévaloir dans la région 39. À la même époque, la moisson se fait toujours à la faux et le battage avec les chevaux 40. En 1909, dans cinq villages semi-montagnards à l’est de la plaine composés d’environ 165 familles, 7 chevaux, 70 mulets, 117 bœufs, 15 vaches, 2 ânes composant le cheptel vif et 103 charrues, toutes en bois 41, formant le cheptel mort.

14Il faut reconnaître que la plaine argolique devance de beaucoup la montagne en ce qui concerne la pénétration des outils agricoles nouveaux, en partie sous l’influence de l'école agricole de Tiryns qui se trouve sur son territoire. Au niveau national, elle doit être classée parmi les régions les plus avancées quant à la diffusion des nouvelles techniques agricoles. En 1865, « en Argolide 500 charrues européennes retournent la terre, tirées par des chevaux » 42. L’école agricole de Tiryns fabrique des charrues et d’autres outils agricoles dès les années 1840 et elle promeut la vente des charrues européennes introduites par le gouvernement grec 43. En 1900, à Argos, des artisans fabriquent des charrues au prix de 45 drachmes l’une et « en 1909, Argos est cité parmi les trois régions du Péloponnèse où la charrue en fer a connu une grande diffusion » 44. Enfin, selon le recensement de 1929, l’équipement agricole de la province d’Argos est constitué de 363 charrues en bois et 3 151 en fer, 41 charrues à essence, 1 698 herses en bois, 251 en fer et une moissonneuse. 89,7 % des charrues sont donc en fer, alors que la moyenne nationale n’est que de 45,7 % et celle du Péloponnèse de 39,2 %. La grande diffusion de la charrue en fer ne doit pas être seulement attribuée à la présence de l’école agricole qui, d’ailleurs dès la fin du XIXe siècle, se réduit en station agricole. L’expansion des cultures maraîchères, outre le creusement des puits qui transforme le paysage de la plaine, entraîne la rénovation de l’équipement agricole, car elles exigent un labourage profond que la charrue en bois est incapable d’assurer 45. L’opposition frappante entre la diffusion des charrues en fer et l’absence de moissonneuses et de batteuses indique que les motivations de la rénovation ne résident pas dans la culture extensive des céréales mais dans l’horticulture intensive qui a envahi les champs de la plaine et qui fait désormais partie de l’assolement au même titre que les céréales. Les moissonneuses-batteuses du XIXe siècle ont disparu. Certes, l’introduction d’une technologie plus avancée que la précédente a rendu possible une hausse des rendements du sol en général, y compris celui des céréales ; la chose est surtout manifeste dans le premier tiers du XXe siècle. En effet, la comparaison entre les rendements de 1900 et ceux de l’Entre-deux-guerres montre une amélioration générale : le rendement moyen du blé en plaine, de 128 kg par stremma (1 stremma = 0,1 hectare) atteint les 211 kg par stremma pendant l’Entre-deux guerres. L’évolution est comparable pour l’orge (le rendement passe de 154 à 211 kg/stremma), le tabac (le rendement de 77 kg/stremma correspond 30 ans plus tard à celui du tabac non arrosé, celui du tabac arrosé étant de 192 kg/stremma), les tomates et les pommes de terres (leurs rendements passent respectivement de 1 920 kg/stremma et 832 kg/stremma à 2 560 et 1 536 kg/stremma) 46.

15Ce progrès technique de l’équipement agricole, vu dans son contexte méditerranéen, peut être comparé à celui du Bas-Rhône. Comme Pierre George le remarque en 1935 « on n’en est plus à utiliser l’araire, mais le matériel reste très limité. Chaque ferme ne possède généralement qu’une petite charrue, une herse, un semoir, une faucheuse, et en pays de vignoble les machines indispensables pour le traitement courant de la vigne. Les bêtes de travail ne sont jamais nombreuses, un ou deux chevaux ou mulets suffisent. Au moment des grands travaux, défoncements pour plantations par exemple, on loue un tracteur et une charrue à socs profonds ou bien on emprunte les bêtes du voisin. Dans les pays qui cultivent le blé, des entreprises de battage vivent de la location de leur matériel et de leur personnel. Et beaucoup de fermes continuent à dépiquer le blé au rouleau » 47. Certes, en 1935, les centres primeuristes comme Cavaillon et Châteaurenard ont moins besoin de la charrue parce que leur polyculture et leur assolement reposent sur toute une gamme de produits maraîchers dont la culture est faite par des outils à main 48. Ainsi, la charrue est-elle destinée plutôt aux localités entourant ces centres où on cultive encore des céréales. Ce progrès dans l’agriculture, où la charrue n’est ni présente ni remplacée par le tracteur, est plus évident en Italie dans l’Agro nocerino et l’Agro di Castellammare di Stabia (provinces de Salerne et de Naples). Là aussi, toujours en 1935, les seuls outils agricoles en usage sont la houe et plus rarement la bêche 49. Le bétail se résume à un cheval qui sert au transport des produits au marché ou à actionner la noria. Il n’y a plus de place pour les céréales. Même le cheval se nourrit avec les rebuts des légumes frais ou de l’avoine et du fourrage acquis sur le marché 50.

16Les progrès techniques dans l’agriculture ne peuvent donc pas toujours être mesurés par le nombre des machines en fonction. Le modèle de développement anglais qui est applicable surtout à la culture céréalière se révèle donc inopérant. Un autre modèle, méditerranéen, se fonde principalement sur la conquête de la plaine par l’horticulture et par l’arboriculture, grâce aux travaux de bonification. Dans les régions primeuristes, les caractéristiques du progrès technique sont celles d’une culture intensive avec d’abord un assolement composé de primeurs, ensuite la présence des engrais, enfin, et surtout une amélioration de l’arrosage 51. De ce point de vue, la plaine argolique semble être au même niveau de développement que les cas français et italien mentionnés, en ce qui concerne les eaux d’irrigation et les engrais utilisés 52. Toutefois, elle en diffère quant à l’assolement et à la polyculture. L’assolement est plus « évolué » dans les deux autres cas européens. D’autre part, la polyculture pratiquée en Argolide comprend des céréales et vise à la fois l’autoconsommation et le marché tandis que les deux autres cas sont entièrement orientés vers le marché 53. Cette différence figure sur le tableau 5. Or, le terme « arriérée » pour qualifier la polyculture argolique serait discutable : arriérée par rapport au degré d’adhésion au marché mais avancée par rapport à l’autoconsommation ; cela dépend de ce qui est souhaité par la famille paysanne.

Tableau 5 : Produits cultivés par deux familles dans la plaine argolique (1938) et l’Agro Nocerino (1935) 54

Plaine argolique

produits cultivés

superficie en stremmas (= 0,1 ha)

 

froment

10

 

coton

8

 

foin d’orge

5

 

orge

4

 

vignoble

2

 

tomate

6

 

melon

3

 

divers légumes

3

total

 

41

Agro Nocerino

 

 

 

oignons

1,230

 

maïs

0,615

 

chou

1,722

 

pomme de terre

0,369

 

pépinière

0,246

 

chou frisé

0,123

 

fenouil

1,353

 

endive

0,984

 

tomate

2,952

 

concombre

1,599

 

haricots verts

0,923

 

panais

0,861

 

fève

0,431

 

courge

0,246

 

brocoli

0,369

 

avoine

0,246

total

 

14,269 55

17L’époque de la moisson et du battage constitue une période de pointe dans le calendrier agricole. Ainsi, dans les domaines de la plaine, dont l’étendue dépasse la capacité de travail de la main-d’œuvre familiale, apparaissent, aux côtés des ouvriers agricoles, des journaliers saisonniers originaires des villages montagnards de la province ou du département limitrophe de l’Arcadie. Les propriétaires leur assurent la nourriture quotidienne y compris le vin, et les paient soit en espèces soit en nature. Dans le premier cas, le salaire d’une journée s’élève à 2‑2,5 drachmes, soit 1,48‑1,85 francs, ou même à 5‑6 drachmes (3,7‑4,4 francs) et dans le deuxième à une gerbe sur dix 56. La grande différence entre la journée de 2‑2,5 drachmes et celle de 5‑6 drachmes peut être attribuée à la spécialisation du travail fourni et aux fluctuations saisonnières de l’offre de la main-d’œuvre 57. Dans le cas des vignobles, il n’est pas nécessaire d’attendre la vendange pour rencontrer des journaliers saisonniers : dès la période du piochage et de l’émondage, des journaliers spécialisés dans ces travaux sont recrutés. Pendant la vendange, leur nombre augmente, et on y trouve aussi beaucoup de femmes 58.

18Les journées de 2 ou 3 drachmes peuvent être considérées comme assez élevées. En 1861, la journée moyenne constatée dans la province d’Argos est de 2,05 drachmes et dépasse la moyenne nationale qui est égale à 1,82 drachmes. En général, elle est parmi les plus élevées de l’Europe durant la même période. De fait, le journalier de la plaine argolique touche pour une journée en moyenne 2,5 drachmes, soit de 1,85 francs, tandis qu’en 1852, le journalier français reçoit 1,56 francs, l’Anglais 1,7 francs, le Prussien et l’Autrichien respectivement 0,95 francs et 0,87 francs en 1850 59. En outre, cette rémunération comparée à celle d’un fonctionnaire, semble satisfaisante. En 1861, le 1/25e du traitement mensuel d’un fonctionnaire subalterne de ministère s’élève à 4,8 drachmes et celui du personnel auxiliaire à 2,8 drachmes. Un gendarme gagne 2,16 drachmes et un brigadier de gendarmerie 2,68 drachmes 60. Le journalier perçoit donc une rémunération plus ou moins égale à celle des couches urbaines inférieures mais non appauvries qui, toutefois, ne disposent pas des avantages de l’autoconsommation ou du travail familial dont le journalier agricole bénéficie. Certes, cette comparaison a ses limites parce que le travail du journalier traité ici est saisonnier. Néanmoins, elle mérite d’être mentionnée pour deux raisons. En premier lieu, elle prouve que la main-d’œuvre salariée dans la plaine argolique, comme dans toute la campagne grecque au XIXe siècle, est assez chère. Cela résulte de la faible densité de la population à la campagne qui provoque au cours du siècle un manque de main-d’œuvre, qu’il faut attribuer à l’évolution du système de propriété et surtout à la consolidation de la petite propriété. En second lieu, la journée assurée par les journaliers constitue une contribution non négligeable au budget de la famille rurale. Les journaliers ne partent de leur village d’origine pour la plaine qu’après avoir fait la moisson et le battage de leurs propres champs 61. Dans les villages montagnards et semi-montagnards, les semailles ont lieu assez tôt en automne parce que le sol est pauvre, et l’importante inclinaison du terrain ne permet pas de retenir une humidité suffisante. Avec les semailles précoces, ils poursuivent une moisson hâtive afin d’éviter la dessiccation du sol pendant la maturation des céréales 62. Ainsi, le travail fourni dans la plaine ne coïncide pas avec les jours de pointe du calendrier des montagnards et le salaire de leur travail dans la plaine apparaît complémentaire.

Affermage ou métayage ? Une interprétation

19Les termes d’affermage et de métayage, par définition, renvoient à un rapport social : d’un côté celui qui dispose de terres, de l’autre celui à qui il en manque. Qui définit donc la forme d’exploitation ? Par extension, pourquoi une certaine forme d’exploitation est-elle choisie plutôt qu’une autre ? Soutenir que c’est le propriétaire foncier qui l’impose signifie que le métayer ou le fermier est impuissant, livré à sa merci. En réalité, l’importance du faire-valoir direct détermine plus ou moins les termes du jeu : le métayer ou le fermier ne veut que compléter un lot insuffisant ou un revenu faible. De plus, il se peut que ce soit la part la plus puissante du contrat qui préfère le métayage ou l’affermage comme choix provisoire, plus souple que l’achat de terre ou permettant de mettre à l’épreuve une stratégie future.

Tableau 6 : Profession des propriétaires et type des domaines qu’ils donnent à métayage et à bail 63

Profession

Type de domaine

 

terre

vignoble

raisin sec

pâturage

jardin

divers

Total

Commerçants

67

13

3

1

7

7

98

Propriétaires

70

9

8

11

4

1

103

Agriculteurs

47

3

0

16

4

2

72

Propriétaires-cultivateurs

24

0

0

4

4

2

34

Professions libérales

14

1

4

1

4

1

25

Fonctionnaires

29

7

1

0

2

1

40

Ouvriers

23

4

2

0

0

0

29

Divers

35

12

0

2

0

1

50

Tableau 7 : Profession des métayers et fermiers et type de domaine qu’ils cultivent 64

Profession

Type de domaine

 

terre

vignoble

raisin sec

pâturage

jardin

divers

Total

Commerçants

38

15

1

1

0

0

55

Propriétaires

19

10

7

1

1

2

40

Agriculteurs

182

12

2

34

19

11

260

Propriétaires-cultivateurs

70

5

2

4

7

3

91

Professions libérales

2

0

0

0

0

0

2

Fonctionnaires

5

2

1

1

1

0

10

Ouvriers

32

16

10

0

2

2

62

Divers

32

9

1

1

0

0

43

2016,9 % des métayers et fermiers sont des commerçants et des propriétaires. Les propriétaires des terres louées sont des commerçants, des propriétaires mais également des ouvriers ou des agriculteurs. Aussi, il n’est pas rare que le métayer détermine les produits cultivés, achète lui-même la production ou encore compense une dette du propriétaire par le montant du loyer 65. Ces cas qui semblent extrêmes indiquent d’une part le lien relâché entre les diverses couches sociales ; d’autre part ils montrent que la terre n’est pas la seule manière de parvenir à l’hégémonie économique ou sociale. Autrement dit, le marché de la terre est défini par le profil global des contractants : les paysans possédant des terres 66, ils arrivent en position de force pour négocier leurs baux en métayage ou en affermage. Si les termes de ceux-ci ne semblent pas avantageux, ils peuvent renoncer au contrat proposé. On serait donc tenté de penser qu’il existe un consensus entre les parties contractantes déterminant la forme et les conditions de l’accord. Cela ne signifie pas qu’il n’y a pas une partie faible, il y en a toujours une ; mais le propriétaire impose sa volonté en sachant que l’autre contractant dispose d’alternatives. Pour rechercher les raisons pour lesquelles les contractants préfèrent l’affermage au métayage, voyons tout d’abord la rentabilité de deux systèmes. En 1861, la culture d’un stremma (0,1 hectare) engendre dans le cas du blé et des produits maraîchers les dépenses figurant sur le tableau 8.

Tableau 8 : Dépenses de production d’un stremma (0,1 hectare) en drachmes en 1861 67

Dépenses de production

Drachmes

blé

2 labourages

5,50

14 ocques de semence

4,10

moisson, battage etc.

5,50

dîme

3,63

impôts municipaux

0,86

Total

19,59

Produits maraîchers

4 labourages

7,50

semence, sarclage, arrosage

18

cueillette, etc.

4

impôts

2,40

Total

31,90

21La production de blé atteint 79 ocques 68 par stremma et celle de la paille 100 ocques, chaque ocque valant respectivement 0,46 et 0,05 drachmes. Le produit brut du blé s’élève donc à 41,34 drachmes et son produit net à 21,75 drachmes par stremma. De même, avec une production de 900 ocques par stremma, à 0,07 drachmes l’ocque, les cultures maraîchères dégage un produit brut de 63 drachmes et donc un produit net de 31,10 drachmes. Par ailleurs, le loyer moyen de la terre à Argos en 1861-1863 s’élève à 12 drachmes 69, somme que le propriétaire toucherait annuellement en l’affermant. Si celui-ci préfère le métayage à moitié, il s’assure une rente de 10,9 drachmes dans le cas du blé, mais de 15,55 drachmes par an s’il s’agit de cultures maraîchères. Faut-il pour autant en conclure qu’il cherchera toujours le métayage des cultures maraîchères ? En réalité, la terre respectant un cycle d’assolement biennal ou triennal où les céréales précoces succèdent aux cultures maraîchères pour une ou deux années, la rente doit être calculée sur une base biennale ou triennale. De fait, si l’assolement est biennal (céréales-produits maraîchers), il peut recevoir 26,45 drachmes par métayage ou 24 drachmes par affermage. Si l’assolement est triennal (céréales-céréales-produits maraîchers) il touche respectivement 37,35 dans le premier cas, 36 drachmes dans le second. Les deux systèmes offrent donc plus ou moins la même rentabilité, avec une supériorité latente du métayage. L’évaluation de la rente sur une base biennale ou triennale est acceptable, puisque la majorité des baux sont conclus pour des durées égales ou supérieures à deux ans 70. Le propriétaire peut encore opter pour une combinaison des deux systèmes d’exploitation, en donnant sa terre à ferme lorsque la rotation exige des céréales et en métayage au moment des cultures maraîchères. Ce serait la solution la plus rentable, et pourtant les propriétaires préfèrent l’affermage, y compris pour les productions maraîchères 71.

22La préférence « absolue » des propriétaires pour l’affermage ne repose donc pas seulement sur des motifs économiques. Il est vrai que le métayage entraîne un partage des risques pour les deux contractants ; une mauvaise récolte ou une chute des prix sont moins graves pour le métayer puisque le propriétaire participe aux dépenses de la culture 72. Dans les mêmes conditions, le propriétaire s’assure un revenu, même modeste, tandis qu’avec l’affermage, il s’expose — comme l’ont été les propriétaires de la France du nord pendant la dépression à la fin du XIXe siècle 73 — à ne pas recevoir de rente. En outre, le métayage permet une coopération entre les contractants qui rend la commercialisation du produit plus facile 74. Ainsi, le métayer peut se prémunir contre une future chute des prix en vendant par avance sa portion de la production au propriétaire — celui-ci étant en même temps un commerçant — en échange d’un prêt 75. Le métayage correspond aussi à un engagement réciproque des deux parties contractantes : le propriétaire joue un rôle actif allant de la simple surveillance à la participation à la culture. Il prend davantage de risques, lorsqu’il investit non seulement dans la terre, mais également dans les semences, les capitaux, et dans son travail. De son côté, le métayer subit le contrôle du propriétaire et il est parfois obligé de lui vendre la production 76. Certes, le métayer d’Argos ne ressemble pas à celui de Thessalie ou au mezzadro de Toscane, qui sont tous deux étroitement encadrés par le ciftlic pour le premier, le podere pour le second, systèmes d’exploitation dont ils dépendent entièrement pour subvenir aux besoins de leur famille 77. Le métayer d’Argos est un paysan-propriétaire possédant sa propre habitation, sa terre et son cheptel vif et qui négocie réellement avec le propriétaire de la métairie. Il décide assez souvent, de concert avec lui, des produits cultivés, de la vente de la production et de la gestion des revenus 78. Toutefois, la participation du propriétaire à la culture et à la prise des décisions entrave la liberté du métayer qui doit toujours être en contact et en accord avec le propriétaire.

23L’adoption de l’affermage comme système d’exploitation de la terre — plus conforme à la fois aux intérêts des propriétaires et à ceux des paysans de la plaine argolique — s’explique par l’évolution du système de propriété dans la région. Durant la deuxième moitié du XIXe siècle, la grande propriété des notables pré-révolutionnaires est déjà affaiblie, les membres des anciennes familles notables ont abandonné Argos pour s’installer à Athènes ou à l’étranger 79. Des 423 propriétaires qui donnent leur terre à ferme, 54, soit 12,8 %, habitent une autre ville qu’Argos, en particulier Athènes. L’affermage de leur terre apparaît alors comme l’étape intermédiaire entre l’intérêt immédiat pour la propriété de la terre, exprimé jadis par le faire-valoir direct ou le métayage, et la dissolution définitive de leurs domaines exprimée par leur morcellement et leur vente. Le métayage, sous la forme qu’il a revêtu dans la région, présente moins d’intérêt pour eux, en raison de leur absence et surtout de leur relative indifférence à la terre 80. L’affermage leur assure une rente à moindre prix.

24Si les grands propriétaires sont partis, les petits notables — commerçants, percepteurs d’impôts, notaires, etc. — gardent des propriétés foncières, tout comme la population humble d’Argos. 47,2 % des propriétaires des terres mises en cultures en faire-valoir indirect (excepté ceux qui n’indiquent comme profession que propriétaire), exercent des professions urbaines exigeant plus ou moins une occupation à plein temps : commerçants, professions libérales, fonctionnaires, et autres métiers (voir tableau 6). Le métayage nécessitant la surveillance ou la participation active à la culture ne leur convient donc pas. En outre, la polyculture, largement répandue dans la plaine, a pour effet de leur ouvrir une participation aux divers marchés. Ainsi, les risques d’une mauvaise récolte ou d’une chute des prix sont réduits par la diversification des cultures. Par conséquent, les propriétaires n’ont pas besoin de recourir au métayage afin de partager les risques avec le métayer.

25Enfin, le choix de l’affermage reflète l’intérêt modéré des propriétaires et des autres détenteurs de capitaux pour la propriété foncière comme investissement. En effet, prêter de l’argent semble être un investissement plus attractif que l’achat de terres. Car les alternatives pour l’investissement de capitaux sont limitées : d’une part, le départ des grands propriétaires et des commerçants de la société locale prive la région de capitaux considérables qui auraient pu donner naissance à une industrie régionale. D’autre part, les conditions sur place sont très peu favorables au développement industriel. La constitution d’une main-d’œuvre salariée devient de plus en plus difficile, au fur et à mesure que la petite propriété paysanne consolide sa position. Ainsi, le seul investissement possible semble être l’achat de terre agricole et de terre urbaine et le prêt d’argent.

26Bien que la terre agricole ne laisse aucun détenteur de capitaux indifférent, l’accès à la propriété est très faible, ceci étant  en partie justifié par le caractère assez rural de la ville. Il faut noter que les commerçants et les propriétaires n’achètent pas beaucoup de terres pendant la réforme agraire de 1871 81. Pour que la terre soit rentable, il faut que les cultures choisies le soient, et que leur coût de production demeure bas. L’évolution des rapports fonciers en faveur de la petite propriété paysanne et le manque de main-d’œuvre rendent difficiles tant la consolidation des grandes fermes que la production agricole à faible coût. Les cultures maraîchères qui se développent à cette époque dans la région doivent leur expansion au travail intensif de la famille paysanne. Dans de telles conditions, l’augmentation de la productivité par le biais de l’investissement dans un know-how plus moderne est peu probable. Si les cultures maraîchères étaient soutenues par une main-d’œuvre salariée, leur coût de production serait très élevé. Ainsi, les propriétaires et les commerçants louent leurs terres à fermage. Or, le retour du capital dans le cas du fermage est de 8 % environ, ce qui n’est pas négligeable mais bien inférieur à celui de l’investissement dans les opérations de prêt 82.

27L’investissement dans la terre urbaine est également un choix peu attractif. D’une part, le caractère rural de la ville et, d’autre part, sa population stagnante ne favorisent pas le marché de la terre urbaine. Seuls les ateliers du centre de la ville peuvent susciter l’intérêt des détenteurs de capitaux 83. Aussi, les détenteurs de capitaux préfèrent-ils investir sous la forme de prêts qui, avec un taux d’intérêt qui oscille entre 12 et 20 %, assurent une rente plus élevée que ne leur permettrait tout autre placement. Mais cette rente n’est pas liée à la propriété de la terre : déjà au XIXe siècle, l’économiste Ioannis Soutsos constatait que le circuit d’usure en Grèce se substituait à la rente foncière comme mécanisme de partage du produit agricole 84. À une époque où le commerce ne contrôle qu’une fraction de l’économie de la région, localisée surtout dans la plaine, et où les capitaux privés ont peu de possibilités de placement, la rente provenant des prêts devient le placement le plus sûr et le plus profitable. Cette rente, qui d’habitude s’instaure sur la longue durée des prêts et sur l’intérêt moratoire, établit des liaisons étroites et durables entre les créanciers et les débiteurs, ce qui permet aux premiers d’agir, l’occasion donnée, sur divers marchés avec les mêmes débiteurs, en partageant les revenus agricoles sous diverses formes. La préférence des propriétaires et des commerçants pour l’affermage explique donc la prépondérance de celui-ci comme mode de faire-valoir indirect ; ce choix est aussi déterminé par la disponibilité limitée de la région en métayers, ce qui nous ramène aux choix du paysan lui-même.

28Nous avons déjà vu que les paysans, étant eux-mêmes propriétaires d’un lot, arrivent sur le marché de la terre avec un pouvoir de négociation ou, dans le meilleur cas, avec celui d’imposer leur volonté. La disposition du cheptel vif et de l’équipement agricole les rend indépendants : ils peuvent entreprendre seuls la culture d’une parcelle supplémentaire prise à ferme. Dans le cas inverse, ils devraient recourir au métayage pour renforcer l’équipement et s’assurer les animaux de trait du propriétaire. En outre, la réduction des risques d’une chute des prix, à travers la vente anticipée de la production à prix fixe, peut être assurée sans le métayage, car la vente anticipée de la production agricole existe dans la région comme une pratique indépendante du métayage 85. La préférence du paysan pour l’affermage peut être considérée comme un choix individualiste, une extension du faire-valoir direct de sa propre terre. En effet, le changement des cultures dans la deuxième moitié du XIXe siècle et l’introduction des cultures maraîchères ont rendu possible une haute productivité fondée sur l’intensification du travail familial et les travaux de bonification. La rentabilité de nouvelles cultures était tout aussi visible sur la terre propre du paysan que sur la terre prise à ferme. Ainsi, le paysan préfère l’affermage qui lui assure d’une part la liberté de choisir le produit cultivé et les investissements éventuels dans la terre et d’autre part une rémunération élevée. La durée du bail ne semble pas être un obstacle. Nous avons dit que la majorité des contrats (69,3 %) est d’une durée de un à trois ans. Il n’est pas rare que le contrat soit renouvelé. Toutefois, même dans le cas d’un bail de courte durée, la haute rentabilité des cultures maraîchères permet l’amortissement rapide des capitaux investis. Les fermiers de la région du Bas-Rhône, engagés dans l’horticulture, ont exproprié leurs propriétaires en obtenant de la terre, entre 1923 et 1927, un rendement annuel égal à son prix 86. Ainsi, les paysans de la plaine argolique entreprennent le creusement de puits sur la terre louée avec leurs propres finances ou avec la participation du propriétaire et, à la fin du bail, ils laissent l’œuvre opérée au profit du propriétaire. Dans le meilleur cas, le propriétaire est obligé par le contrat d’opérer cette œuvre avant de livrer son champ à la disposition du fermier 87.

29Les systèmes d’exploitation de la terre employés dans la plaine argolique sont donc le produit de l’évolution du système de propriété de la région. La période 1860-1910 est une phase transitoire, marquée par l’affaiblissement puis la disparition de la grande propriété et le renforcement de la petite propriété qui, d’ailleurs, prévalait avant cette période. Le faire-valoir direct prédomine donc tandis que, parmi les formes du faire-valoir indirect, l’affermage est préféré. Ce dernier est l’étape intermédiaire entre la dissolution de la grande propriété et la consolidation de la petite. Ainsi, la préférence pour l’affermage est déterminée par le retrait progressif des propriétaires fonciers et par la faible disponibilité en main-d’œuvre appauvrie, qui serait obligée de travailler chez les grands propriétaires en qualité de journalier ou de métayer. Certes, l’affermage et le métayage subsistent au XXe siècle et dans l’Entre-deux-guerres, toujours à l’ombre du faire-valoir direct. Or, à cette époque-là, ces formes d’exploitation sont plutôt liées au cycle de vie du patrimoine paysan. Le droit d’héritage étant égalitaire entre les enfants, chaque génération doit, après division de la propriété d’origine, parcourir un cycle de formation de ses propres biens. C’est ainsi que les domaines des propriétaires moyens et l’excédent des terres des paysans aisés sont cultivés.

30* * *

31Les systèmes d’exploitation de la terre prennent donc leur sens à l’ombre des rapports fonciers, à savoir des rapports sociaux prévalant dans la région. L’affermage ne concerne pas des fermiers-entrepreneurs mais des paysans. Toutefois, ceux-ci ne sont pas engagés dans le seul but de l’autoconsommation, ils s’ouvrent au marché. D’une part, l’augmentation de la population rurale dans la deuxième moitié du XIXe siècle contribue à la diminution du lot paysan et provoque l’intensification des cultures. D’autre part, la demande croissante des centres urbains et surtout d’Athènes en légumes oriente les cultures vers la production maraîchère. L’affermage devient ainsi le complément du faire-valoir direct qui associe autoconsommation et petite production marchande. L’affermage n’est donc pas lié à un équipement agricole propre à une agriculture pour le marché, c’est-à-dire une haute mécanisation et l’utilisation d’une main-d’œuvre salariée. Cet équipement est déterminé par les choix de la famille paysanne, celle-ci s’insérant dans le marché en choisissant des cultures employant toute la main-d’œuvre familiale. Le métayage dans la région n’est qu’une variation de l’affermage pour ce qui est du rapport entre paysan et terre : le paysan pourvu d’un équipement agricole, d’un cheptel vif et d’une propre maison ne cherche qu’à compléter son lot par des locations. Il n’est pas appauvri et entièrement soumis au maître de la terre. Et ses choix par rapport aux cultures sont les mêmes que dans le cas de l’affermage.

32Les formes d’exploitation de la terre ne renvoient pas d’une façon rigide aux classes sociales. Tous les systèmes d’exploitation de la terre sont liées à toutes les couches sociales, ce qui montre la flexibilité de cette société et la mobilité sociale de ses membres. Le paysan devient le maître de la terre dans le bail de l’affermage ou du métayage quand il dispose d’un excédent de terre, ou quand il veut cultiver des parcelles autres que les siennes, plus appropriées à ses choix culturaux ou à l’organisation du travail de sa famille. Il devient aussi un fermier ou un métayer quand la terre lui manque ou quand elle ne convient pas à ces choix culturaux ou familiaux. De même, le propriétaire et le commerçant peuvent jouer le rôle du fermier ou du métayer quand ils veulent mettre à l’épreuve une stratégie future pour leurs capitaux : au lieu d’acheter de la terre, ils peuvent la prendre à ferme afin d’évaluer le rendement du capital dans la culture de tel ou tel produit. Tout cela montre, certes, le poids relatif du propriétaire et du commerçant dans une société où la propriété de la terre n’est pas la principale voie menant à l’hégémonie économique et sociale. Mais il confirme aussi la flexibilité du ménage paysan qui utilise toute forme d’exploitation lui permettant de mettre en valeur le travail familial et de profiter de ses contacts avec le marché.

Haut de page

Notes

1 Par faire-valoir direct, on entend ici que la terre est cultivée par le paysan qui est en même temps le propriétaire de cette terre.
2 Cet article est fondé sur un chapitre de ma thèse de doctorat : Evi KAROUZOU, Cultures maraîchères dans la Méditerranée. Les transformations de la plaine et de la société argoliques, 1860‑1910, Florence, Institut universitaire européen, 1995.
3 Ici, sont examinés la partie ouest de la plaine et son arrière-pays, constituant au niveau administratif, la province d’Argos.
4 S.A. Spiliotakis, Statistiki tis georgias, [Statistique de l’agriculture], Athènes 1864, p. 95. Par faire-valoir direct, l’auteur entend le système d’exploitation qui est fondé sur le travail de la famille paysanne.
5 Evi Karouzou, « Las reformas agrarias en Grecia, siglos XIX y XX », dans Noticiario de Historia Agraria, n° 6, 1993, pp. 59‑83.
6 Spyridon Chassiotis, « Procheiroi pliroforiai peri tis georgikis katastaseos tis argolikis pediados » [« Renseignements impromptus sur la situation agricole de la plaine argolique »],dans Deltion Georgikon, 4‑9, 1900, pp. 103‑113.
7 Alexandros Mansolas, Politeiografikai pliroforiai peri Ellados [Renseignements politographiques sur la Grèce], Athènes, Imprimerie nationale, 1867, p. 53 ; Evi Karouzou, « Zitimata katochis ethnikon gaion, 1833‑1871 » [« Questions de possession des terres nationales, 1833‑1871 »], dans Mnimon, n° 12, 1989, pp. 149‑161.
8 Source : Arch. not. Argos (Archives notariales d’Argos), contrats des notaires des années suivantes : P. Papadopoulos (1861‑1863), Th. Katsamvas (1873‑1883 et 1891‑1893), Th. Aggelopoulos (1901‑1903 et 1909‑1911).
9 Antonios Miliarakis, Geografia politiki nea kai archaia tou nomou Argolidos kai Korinthias [Géographie politique nouvelle et ancienne du département d’Argolide et Corinthie], Athènes, 1886, p. 40, écrit que sa population agricole habite pour la plupart aux extrémités de la ville et c’est pour cela que les maisons disposent de cours amples, pour le bétail et les charrettes. Voir aussi Henri Belle, Voyage en Grèce, Paris, 1881, p. 287.
10 Les communes de plaine sont celles d’Argos, des Mycènes et des Prossymnéens.
11 Sont exclus les forêts, les marais, des terres vagues non cultivées et les terres improductives ; voir : Recensement agricole de l’année 1911, Athènes, Ministère de l’Économie nationale, 1914.
12 Voir Evi Karouzou, Cultures maraîchères…., ouv. cité, chapitre 6.
13 Sources identique à celles du tableau 1 : Arch. not. Argos (Archives notariales d’Argos), contrats des notaires et des années suivantes : P. Papadopoulos (1861‑1863), Th. Katsamvas (1873‑1883 et 1891‑1893), Th. Aggelopoulos (1901‑1903 et 1909‑1911).
14 Source : idem.
15 Source : idem.
16 Alexis Franghiadis, Peasant Agriculture and Export Trade; Currant Viticulture in Southern Greece, 1830‑1893, thèse de doctorat, Institut universitaire européen, Florence, 1990, f° 224‑227.
17 L’étendue de ces terres en 1829, époque de la fondation de l’école agricole de Tiryns, s’élevait à 2 200 stremmas (220 hectares). Ces terres, pour la plupart marécageuses, après la suppression de l’école en 1837 sont louées à son dernier directeur. L’école est réouverte en 1846, fonctionne jusqu’en 1873, date à laquelle elle est à nouveau supprimée ; ses terres sont mises aux enchères et louées au public, Voir : Leonidas Kallivretakis, I dinamiki tou agrotikou eksynchronismou stin Ellada tou 19ou aiona [La dynamique de la modernisation agricole en Grèce du XIXe siècle], Athènes, Institut culturel de la Banque agricole, 1990, p. 124, pp. 131‑133 et p. 143.
18 Arch. not. Argos, K 335, K 645, K 786, K 883, K 2626, K 3 654, K 4194, K 19277. Grigorios Paleologos, déjà en 1833, signale le phénomène comme une caractéristique de toute la campagne grecque : « Dans beaucoup de localités les paysans aiment louer plus de terre qu’ils ne peuvent maintenir ; ainsi, plusieurs parmi eux font faillite dans de grandes fermes tandis qu’ils pourraient vivre dans l’aisance et faire des bénéfices dans de plus petites ». Voir Grigorios Paleologos, Georgiki kai oikiaki oikonomia [Économie agricole et domestique], Athènes, 1833, tome 1, pp. 29‑30.
19 Les possibilités de culture d’une famille peuvent changer, par exemple, quand un membre de la famille meurt ou quitte le foyer paternel. Dans ce cas et dans le sens chayanovien, le rétablissement de l’équilibre entre travailleurs/consommateurs exige une réduction de la superficie de la terre cultivée par la famille ce qui n’est pas le cas du mariage d’une fille puisque la dot entraîne une réduction des biens familiaux.
20 Arch. not. Argos, contrats P 1721, P 2186, K 2475, K  376, K 6399, A 1700, A 14847.
21 Arch. not. Argos, K 3574, K 3607, K 3933, K 4118, K 6234, K 16406, K 16534, K 16586, K 16726, K 17003, K 17229, K 17328, K 17477, K 17503, K 17622, K 17959, K 18040, K 18094, K 18105, K 18315, K 18366, K 18521, K 18558, K 18774, K 18908, K 18950, K 18988, K 19077, K 19490, K 19584, K 19587, K 19657, K 19854, K 19885, K 20136, K 20162, K 20190, K 20191, K 20434, K 20445, K 20478, K 20502, K 20514, K 20533, K 20564, K 20746.
22 Arch. not. Argos, K 1054, K 2163, K 18988.
23 Arch. not. Argos, P 1884, P 2161, K 554, K 641, K 1140, K 1426, K 1750, K 2055, K 3178, K 3838, K 6801, K 16910, K 17749, K 18214, K 19078, K 20482, K 20574, A 2665, A 2717, A 2791, A 3206, A 4633 ; voir également : Spyridon Chassiotis, ouv. cité, pp. 103‑104.
24 Arch. not. Argos, P 2238, K 655, K 698, K 989, K 1181, K 1200, K 1420, K 1847, K 1849, K 1883, K 2281, K 2850, K 16907, K 17755, K 17970, K 18348, K 18395, K 18951, K 20528, K 20903, K 21852, K 21983, A 16017, A 17416.
25 Frédéric Thiersch, De l’état actuel de la Grèce et des moyens d’arriver à sa restauration, Athènes, 1972 (1ère édition Leipzig, 1833), tome 1, p. 290.
26 Leonidas Kallivretakis, I dinamiki tou agrotikou…, ouv. cité, p. 225. Ce rapport nous semble encore en deçà de la réalité et pourrait être plus avantageux pour les ménages, voir la note suivante pour la véracité des données.
27 La classification du bétail dans la statistique agricole de 1860 (bœufs de labour, chevaux, mulets, ânes etc.) est adoptée aussi par : Alexandros Mansolas, Politeiografikai pliroforiai…, ouv. cité, pp. 91‑92 ; Leonidas Kallivretakis, I dinamiki tou agrotikou…, ouv. cité, pp. 224‑225, qui font leurs calculs sur le rapport animaux de labour/habitants en utilisant seulement la catégorie « bœufs de labour ». Les données de cette catégorie sont acceptées comme dignes de confiance parce que les animaux de labour sont exemptés d’impôts : les paysans auraient donc intérêt à déclarer le plus grand nombre possible de bétail comme bétail de labour. Or la statistique qui utilise la rubrique « bœufs de labour » et non « animaux de labour » n’exclut pas l’utilisation des autres animaux dans le labourage ce qui augmenterait le nombre réel des animaux de labour. Car il est difficile de croire que dans le royaume grec de 1860, il n’y ait aucun paysan ou propriétaire utilisant des chevaux, des mulets ou des ânes dans le labourage. La province d’Argos par exemple les utilise (voir la note suivante). D’autre part, l’apparition en 1875 de 59 313 animaux de labour autres que de bœufs — qui constituent 27,8 % du total — montrerait un changement rapide des usages paysans auquel le monde rural n’est pas accoutumé — on ne parlerait pas d’un progrès parce que l’utilisation à ce moment-là des ânes dans le labourage serait plutôt un recul qu’un progrès par rapport aux bœufs.
28 Spyridon Chassiotis, « Paratirisseis peri tis en Argei ktinotrofikis ekthesseos kai peri tis en Elladi ktinotrofias » [« Remarques sur l’exposition d’élevage à Argos et sur l’élevage en Grèce »], dans Deltion Georgikon, 1‑3, 1900, pp. 48‑49 ; et « Ekthessis epi tou apologismou tou 1900 » [« Rapport sur le compte-rendu de 1900 »], dans Deltion Georgikon, 4, 1901, p. 241. Dans la région du Bas-Rhône on utilisait également depuis longtemps l’âne comme animal de labour même au XIXe siècle. Voir : Pierre GEORGE, La région du Bas Rhône, 1935, p. 337 ; Robert Specklin « Grands travaux et tâches quotidiennes » dans Georges Duby et Armand Wallon [dir.], Histoire de la France rurale, Paris, Éditions du Seuil, 1976, volume 3, p. 201. Spyridon Chassiotis, directeur de la station agricole de Tiryns, dès 1900, ou peut-être avant, mène une propagande en faveur du mulet et, en quelque sorte, contre le cheval dont la propagation est déjà considérable dans la plaine : Spyridon Chassiotis, « Georgikos Stathmos Tirynthos : ergassiai autou kata to proton examinon 1906 » [« Station Agricole de Tiryns : ses travaux pendant le premier semestre de 1906 »], dans Deltion Georgikon, n° 3, 1906, pp. 134‑135 ; Spyridon Chassiotis, « Peri tis paragogis onon en Tirynthi » [« Sur la production d’ânes à Tiryns »], dans Deltion Georgikon, n° 1, 1905, p. 45.
29 Source : S.A. Spiliotakis, Statistiki tis georgias, Athènes 1864, p. 60 ; Statistique de la Grèce. Population de l’année 1861, Athènes, 1862, réimpression EMNE-Fondation culturelle et technologique ETBA, 1991, p. 38.
30 Les habitants du village d’Ano Belessi forment une compagnie semblable ; Arch. not. Argos, K 6647, K 6863.
31 Dans le premier quart du XXe siècle, probablement même avant, les familles avec un cheptel vif insuffisant pratiquent l’échange des services des bêtes, voir : N.H. Anagnostopoulos et G. Gagalis, I argoliki pedias [La plaine argolique], Athènes, 1938, p. 71.
32 Les propriétaires de bœufs forment aussi de telles compagnies, Voir : Arch. not. Argos, P 2257, K 500, K 593, K 1484. Une forme de compagnie assez connue est celle dont le contrat K 1484 parle : trois habitants du village montagnard Karya, A.  Mavroyiannis, A. Kotaras et P. Passias forment une compagnie avec quatorze chevaux pour cinq ans. Le premier place cinq chevaux, le deuxième deux et le troisième sept. P.  Passias entreprend de soigner les bestiaux et de travailler sur les aires. Pour ce travail, il touchera une rémunération, seulement en ce qui concerne les chevaux de ses associés, égale au quart des recettes de chaque bête, soit « une patte » des quatres pattes du cheval. Les recettes, après déduction de cette patte, seront divisées en quatorze et partagées proportionnellement.
33 Pouqueville, consul général de France auprès d’Ali Pacha de Janina, visite l’Argolide au début du XIXe siècle et note que les habitants d’Argos, « comme les antiques Argiens, sont nourriciers, non plus de courciers destinés aux jeux de l’hippodrome, mais de chevaux vigoureux et forts, voués aux nobles travaux de l’agriculture » : F.-C.-H.-L. Pouqueville, Voyage de la Grèce, Paris, 1827 (2e édition), tome 5, p. 210. Dans l’Antiquité, on nourrissait également des chevaux à Argos d’où son surnom hippotrophon, c’est-à-dire nourricier de chevaux.
34 Voir Arch. mun. Nauplie (Archives municipales de Nauplie), Municipaux 1.1, T34, 35, 1875, 1890.
35 Spyridon Chassiotis, Procheiroi pliroforiai…, ouv. cité, p. 111.
36 Recensement agricole de 1911, B. Effectif du bétail, des oiseaux de basse-cour et des ruches, V. Péloponnèse, pp. 308‑311. La population en 1907 est de 27 332 habitants qui correspondent à 6 074 familles environ.
37 Le sens de l’augmentation du bétail devient relatif dans le contexte de l’économie agricole globale d’un village ou d’une région. Car le changement de la composition des cultures entraîne un besoin accrû ou réduit de gros bétail. C’est le cas de la province de Nauplie. Le maire de Nauplie répond au préfet en 1860 que les animaux de labour de la province sont suffisants parce que la culture de la terre a diminué à cause de l’expansion de l’arboriculture, Arch. mun. Nauplie, Municipaux 1.1., X 1860.
38 En 1865, le journal Argolis salue l’arrivée d’une moissonneuse-batteuse dans la ville. Il s’agit probablement d’une des premières. Et l’année suivante il écrit : « [A Argos] cette année, les céréales ont été moissonnées par des machines perfectionnées et la moissonneuse à vapeur a produit de grands effets. L’année prochaine en Argolide toutes les céréales seront moissonnées et battues par des machines à vapeur, dont l’avantage est visible même aux aveugles ». Néanmoins, cet optimisme est assez prématuré. Si l’arrivée d’une machine constitue une nouvelle dans un journal, il faut attendre quelques décennies pour voir sa diffusion se généraliser, voir : Argolis, 31 mars 1865, 11 juin 1865 et 17 mai 866.
39 Spyridon Chassiotis, Procheiroi pliroforiai…, ouv. cité, p. 105.
40 Ibidem.
41 Arch. mun. Nauplie, ABE 52, AEE Education 9.2, non classé.
42 Argolis du 4 juin 1865, cité dans Leonidas Kallivretakis, I dinamiki tou agrotikou…, ouv. cité, p. 327.
43 Leonidas Kallivretakis, I dinamiki tou agrotikou…, ouv. cité, p. 213 et p. 261.
44 Ibidem, p. 328.
45 Grigorios Paleologos, Georgiki kai oikiaki oikonomia, ouv. cité, tome 2, p. 158 et p. 195.
46 Spyridon CHASSIOTIS, Procheiroi pliroforiai…, ouv. cité, pp. 110‑111 ; N.H. Anagnostopoulos et G. Gagalis, I argoliki pedias, ouv. cité, pp. 157‑184.
47 Pierre George, La région du Bas Rhône, ouv. cité, p. 341.
48 Ibidem, p. 585. Autrefois, ces centres primeuristes utilisaient un assolement associant des céréales aux produits maraîchers, Ibidem, p. 487.
49 Entre l’utilisation des outils à main dans cette culture plus ou moins perfectionnée et l’utilisation de la charrue en fer pour un labourage profond, constatée dans la plaine argolique, il y a une contradiction. Mais, elle n’est qu’apparente. Il est vrai que les cultures maraîchères exigent un labourage profond. Toutefois, dans les cas français et italien que nous avons cités, la superficie destinée à l’horticulture est très limitée et subdivisée en parcelles minuscules qui ne connaissent aucun repos. La succession des cultures qui ne coïncide pas entre les diverses parcelles rend chaque fois encore plus petite la superficie à labourer. Ainsi, le labour se fait avec des outils à main parce que les concepts de labour saving et de time saving ne sont pas applicables à des superficies aussi réduites.
50 Giulio Petrocchi, La piccola impresa ortiva irrigua nell’Agro nocerino e nell’Agro di Castellammare di Stabia, Rome, Istituto nazionale di economia agraria, 1935, p. 22, p. 31, p. 36, p. 57 et p. 58.
51 Piero Bevilacqua adopte lui aussi le modèle de développement méditerranéen : Piero Bevilacqua, « Clima, mercato e paesaggio agrario nel Mezzogiorno » dans Piero Bevilacqua [dir.], Storia dell’agricoltura italiana in etá contemporanea, volume 1, Spazi e paesaggi, Venise, Marsilio, 1989, pp. 649‑650.
52 Pour les travaux d’irrigation et les engrais voir : Evi Karouzou, Cultures maraîchères…, ouv. cité, f° 174‑182.
53 Ici on se réfère seulement aux centres des régions des cultures maraîchères et non à toute la région où on trouve aussi la culture des céréales et du vignoble.
54 Sources : N.H. Anagnostopoulos et G. Gagalis, I argoliki pedias, ouv. cité, pp. 278‑280 ; Giulio Petrocchi, La piccola impresa…, ouv. cité, pp. 24‑25.
55 La superficie cultivée dans le cas de l’Agro Nocerino est en réalité inférieure à 14,269 stremmas parce que la plupart des cultures sont des cultures associées. La superficie réelle cultivée est égale à 4,304 stremmas.
56 Voir : Argolis, n° 7 du 8 juin 1883 ; Spyridon Chassiotis, Procheiroi pliroforiai…, ouv. cité, p. 104 ; Arch. not. Argos, K 554, A 2200, A 2251 ; pour le premier tiers du XXe siècle voir : N.H. Anagnostopoulos et G. Gagalis, I argoliki pedias, ouv. cité, pp. 70‑72 ; sur le cours des changes du franc et de la livre voir : Georges B. Dertilis, Banquiers, usuriers et paysans. Réseaux de crédit et stratégies du capital en Grèce (1780‑1930), Paris, Éditions La Découverte/Fondation des Treilles, pp. 221‑222 ; Georges B. Dertilis, Atelesforoi i telesforoi ? Foroi kai Exoussia sto Neœlliniko Kratos [Infructueux ou fructueux ? Impôts et pouvoir dans l’État néo-hellénique], Athènes, Alexandreia, 1993, p. 128.
57 Alexandros Mansolas écrit en 1867 que dans les régions où la culture du coton est répandue, la journée s’élève à 5 drachmes pendant toute la période de la culture de la plante et de la récolte, Alexandros Mansolas, Politeiografikai pliroforiai…, ouv. cité, p. 54. En France, au milieu du XIXe siècle, pendant les trois mois estivaux où les travaux agricoles sont abondants, la hausse du salaire journalier est de 42 %, voir : Gabriel Désert, « Vers le surpeuplement ? » dans Georges Duby et Armand Wallon [dir.], Histoire de la France rurale, ouv. cité, volume 3, 1976, pp. 71‑74. La moisson provoque également une hausse considérable des salaires en Angleterre et des flux migratoires traversent le pays, de campagne à campagne ou des villes à la campagne car les salaires agricoles durant la moisson sont beaucoup plus élevés que ceux de l’industrie ou de l’artisanat, voir : W.A. Armstrong, « Labour I : Rural Population Growth, Systems of Employment, and Incomes », dans G.E. Mingay [dir.], The Agrarian History of England and Wales, Cambridge, Cambridge University Press, vol. 6, 1989, pp. 677‑683.
58 Spyridon Chassiotis, Procheiroi pliroforiai…, ouv. cité ; N.H. Anagnostopoulos et G. Gagalis, I argoliki pedias, ouv. cité, p. 72.
59 Pour les salaires en France, voir : Gabriel Désert, « Vers le surpeuplement ? », art. cité, p. 85 ; sur l’Angleterre voir J.H. Porter « The Development of Rural Society », dans G.E. Mingay [dir.], The Agrarian History…, ouv. cité, p. 865 ; pour les autres pays les données sont indiquées par Alexandros Mansolas, Politeiografika…, ouv. cité, p. 55.
60 Petros Pizanias, Misthoi kai eissodimata stin Ellada (1842‑1923). To paradeigma ton ipallilon tis Ethnikis Trapezas [Salaires et revenus en Grèce (1842‑1923). L’exemple des employés de la Banque Nationale], Athènes, Fondation culturelle de la Banque nationale de Grèce, 1985, pp. 99‑100.
61 Spyridon Chassiotis, Procheiroi pliroforiai…, ouv. cité, p. 104. Selon W.A. Armstrong, des petits fermiers et des journaliers tiraient profit du temps différent de la moisson entre les coteaux et la plaine, des sols lourds et légers et le Nord et le Sud de l’Angleterre, de telle façon qu’ils faisaient deux moissons par saison, une chez eux et une dans d’autres régions. Il continue : « Taking advantage of the fluctuating work rhythms of home and receiving areas, labourers from the heavy clays around Rotherfield in East Sussex went first to haywork near London, returned home for the corn harvest, took a late harvest in the « hill country » round Lewes, and finally a hop harvest in Kent or Surrey », W.A. Armstrong, « Labour I : Rural Population Growth… », art. cité, pp. 678‑679.
62 N.H. Anagnostopoulos et G. Gagalis, I argoliki pedias, ouv. cité, pp. 156‑158.
63 Sources identiques à celles du tableau 1 : Arch. not. Argos (Archives notariales d’Argos), contrats des notaires et des années suivantes : P. Papadopoulos (1861‑1863), Th. Katsamvas (1873‑1883 et 1891‑1893), Th. Aggelopoulos (1901‑1903 et 1909‑1911).
64 Source : ibidem. La différence entre les effectifs des colonnes de la profession des tableaux 6 et 7 (451 et 563) résulte de la validité des cas qui change selon les variables adoptées. Dans le tableau 6, l’effectif des propriétaires est plus faible, d’une part parce que plusieurs propriétaires ne déclarent pas leur profession, et d’autre part parce que les femmes propriétaires sont inscrites comme étant sans profession.
65 Voir entre autres, Arch. not. Argos, K 698, K 1750, K 1804, K 19246.
66 Voir tableau 6 et Evi Karouzou, Cultures maraîchères…, ouv. cité, chapitre 2.
67 Source : S. A. Spiliotakis, Statistiki tis georgias, ouv. cité.
68 1 ocque = 1,28 kilogramme.
69 Voir S.A. Spiliotakis, Statistiki tis georgiasHaut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Evi Karouzou, « Le paysan individualiste : marché et systèmes d’exploitation de terre dans la Grèce du sud (fin du XIXe-début du XXe siècle) », Ruralia [En ligne], 07 | 2000, mis en ligne le 22 janvier 2005, consulté le 26 juin 2017. URL : http://ruralia.revues.org/175

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page