Navigation – Plan du site
Thèses ruralistes

La Confédération paysanne : s’engager à « juste » distance.

Thèse de doctorat de science politique, sous la direction de Bernard Pudal, Université Paris X-Nanterre, 2 volumes, 627 f°, soutenue le 27 novembre 2006 devant un jury composé d’Olivier Fillieule (rapporteur), de Rose-Marie Lagrave, Jean-Luc Mayaud, Pierre Muller (rapporteur), Michel Offerlé (président) et Bernard Pudal, mention très honorable avec les félicitations du jury à l’unanimité.
Ivan Bruneau

Entrées d’index

Géographique :

France

Chronologique :

XXe siècle, XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Ce travail de recherche est entièrement consacré à une sociologie du militantisme à la Confédération paysanne (CP). Ce syndicat minoritaire a été créé en 1987 par la fusion de deux organisations, la Confédération nationale des syndicats de travailleurs paysans (CNSTP) et la Fédération nationale des syndicats paysans (FNSP) 1. À la fin de l’année 1999, au moment où nous avons commencé notre enquête, les rares travaux existants avaient retracé l’histoire des origines de cette gauche paysanne. En revanche, ils n’avaient pas directement étudié les logiques sociales de ces engagements professionnels. C’est cette lacune que cherche à combler notre thèse. Pour appréhender cette réalité sociale – des agriculteurs « de gauche » dans un milieu le plus souvent décrit comme « conservateur » –, il fallait s’éloigner des grilles de lecture du militantisme qui tiennent pour décisifs l’accord politique préexistant à l’engagement et l’appropriation progressive des enjeux de « la cause » par le militantisme. Notre sociologie compréhensive met systématiquement en relation les multiples inscriptions sociales de ces agriculteurs et leur participation à la construction d’une alternative syndicale. De plus, notre enquête de terrain dans l’Orne et dans l’Aveyron nous a conduit à situer les identités militantes dans des configurations particulières 2 et à mettre en évidence l’ensemble des différences susceptibles de spécifier les conditions de l’engagement à la CP. Fondée sur des données diverses (une cinquantaine d’entretiens approfondis, observation participante, documents d’archives), cette analyse localisée du militantisme 3 interroge également la dynamique des interactions avec la structure nationale.

Terrains d’enquête et construction de l’objet

La définition initiale du projet de recherche

2Le 12 août 1999, les militants de la CP de l’Aveyron, emmenés par José Bové, procèdent au « démontage » du Mc Donald’s de Millau. Au cœur de l’été, cette action syndicale est largement médiatisée, d’autant plus qu’elle se prolonge par la mise en détention de plusieurs militants. C’est dans ce contexte particulier que nous découvrons l’existence de ce syndicat. En 1999, le monde agricole ne nous est pas totalement étranger 4, mais l’irruption de la CP sur la scène publique nous confronte alors à des images de la profession qui contrastent fortement avec nos représentations de ce groupe social. En octobre 1999, le choix de ce sujet de thèse valide cet intérêt naissant pour ce qui nous apparaît alors comme une « curiosité sociale », à savoir l’existence de paysans de gauche organisés syndicalement.

3Cela étant, le projet de recherche ne va se stabiliser qu’au cours des mois suivants, en lisant notamment les travaux de Rose-Marie Lagrave sur l’histoire organisationnelle de cette gauche paysanne 5. En effet, l’émergence de cette opposition syndicale est à mettre en relation avec les mouvements de contestation apparus après Mai 68 au sein de certaines structures départementales de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) et du Centre national des jeunes agriculteurs (CNJA). Or, notre intérêt pour les engagements de la période soixante-huitarde, étroitement lié à des interrogations biographiques, est antérieur à 1999. Rarement convaincu par les travaux réduisant « Mai 68 » à l’expression d’une révolte étudiante et lettrée, et plus généralement par les analyses faisant uniquement reposer les politisations du « moment 68 » sur les diverses formes de déclassement d’une jeunesse bourgeoise et petite-bourgeoise, l’objet « Confédération paysanne » nous offrait justement l’opportunité de restituer les trajectoires sociales et militantes des « fondateurs » de cette alternative syndicale, tout en attirant l’attention sur les processus d’appropriation des subversions soixante-huitardes par une fraction de la jeunesse agricole.

4Au final, ce projet de recherche visait à la fois à éclairer la genèse d’une des composantes de la nébuleuse altermondialiste alors en pleine affirmation et à mettre en évidence l’une des postérités politiques de Mai 68. Ainsi, entreprendre une sociologie du militantisme à la Confédération paysanne permettait de rétablir les continuités militantes empiriquement observables entre deux conjonctures de radicalisation des oppositions.

Enquêter dans l’Orne et dans l’Aveyron. Vers une sociologie compréhensive du militantisme.

5À la fin de l’année 1999, la nouvelle visibilité du syndicat est amplifiée par la construction médiatique du phénomène José Bové. D’une manière générale, elle tend à surexposer les figures militantes les plus investies dans la dynamique altermondialiste et à surreprésenter les « néo-ruraux » des départements du sud. Afin d’échapper à cet effet-écran, nous prenons le parti de situer notre terrain d’enquête dans le département de l’Orne. Au printemps de l’année 2000, les premières interactions avec les membres de ce collectif livrent un enseignement qui va déterminer l’orientation des problématisations ultérieures : ces militants ne sont pas « seulement » des paysans de gauche engagés syndicalement. Autrement dit, et sans être en mesure de réellement expliciter ces impressions initiales, leur engagement à la CP nous paraît assez vite indissociable des principes de démarcation par lesquels ils cherchent à se tenir à distance des normes professionnelles. Comprendre le sens social des engagements de ces fils et filles d’agriculteurs impliquait de saisir les ressorts de l’imbrication entre leur appartenance syndicale et les autres dimensions constitutives de leurs positions sociales dans le monde agricole. C’est dans cette optique qu’ont été menés les entretiens, en veillant à ouvrir l’éventail des informations pertinentes, de façon à restituer la complexité des logiques d’emboîtement entre leurs trajectoires scolaires, leurs processus de politisation, leurs carrières militantes antérieures et postérieures à l’installation, leurs choix matrimoniaux, leur tropisme culturel à l’égard des classes moyennes salariées, et leurs pratiques professionnelles souvent innovantes et parfois subversives. De plus, entre 2000 et 2004, les militants nous ont permis d’observer différents moments de leur « vie collective » (réunions internes, réunions publiques, manifestations, fêtes, etc.). Par un va-et-vient permanent entre les entretiens individuels et les observations du collectif réuni, nous avons cherché à cumuler les apports de ces deux types de données. Parce qu’elles facilitent la délimitation des enjeux et l’identification des positions internes, les observations du groupe « en train de militer » informent les situations d’entretien. Dans le même temps, en multipliant les points de vue sur l’organisation et l’efficacité de l’action collective, les entretiens individuels révèlent toute l’importance des processus d’homogénéisation organisationnelle.

6À mesure que progressait l’enquête auprès des militants de l’Orne, il nous est apparu nécessaire d’élargir les investigations par un travail de comparaison avec une autre structure départementale. Le choix de l’Aveyron s’est imposé assez rapidement. D’une part, il nous semblait opportun de réinscrire « le coup de Millau » dans un contexte spécifique. D’autre part, entre 2001 et 2004, la CP aveyronnaise était « représentée » par deux de ses militants au secrétariat national, ce qui constituait une anomalie au regard des statuts de l’organisation. Ce déplacement du terrain d’enquête nous « rapprochait » indirectement de la structure nationale. Enfin et surtout, une sociologie de l’engagement à la CP ne pouvait uniquement reposer sur l’analyse d’un groupe militant essentiellement composé de fils et de filles d’agriculteurs. Le choix de l’Aveyron se justifiait d’autant plus qu’il nous donnait l’occasion d’étudier un collectif départemental caractérisé par l’investissement de plusieurs « néo-ruraux ». L’imprégnation du groupe militant aveyronnais a été moins intense que dans l’Orne. Nous nous sommes rendu à six reprises dans ce département, nous y avons notamment effectué quatre séjours de deux semaines chacun 6. Comme dans l’Orne, nous avons réalisé une vingtaine d’entretiens approfondis. En outre, à défaut d’une présence continue, nous avons bénéficié du levier représenté par Franck, un « informateur » rencontré lors du premier séjour. Celui-ci nous a hébergé sur le plateau du Larzac lorsque l’enquête l’exigeait, et nous a fait accéder à un décryptage de l’intérieur des particularités de la configuration aveyronnaise. Par conséquent, de la même façon que pour le cas ornais, il nous a été possible de rapporter notre analyse relationnelle des trajectoires biographiques à l’espace des positions occupées au sein du collectif syndical.

7Ainsi, l’enquête auprès des militants de l’Orne et de l’Aveyron nous a amené à construire une problématique reposant sur l’articulation de deux séries de questionnements interdépendantes. La première interrogeait les processus de formation des dispositions spécifiques actualisées dans l’engagement à la CP. La seconde visait à saisir les logiques sociales et politiques encadrant à la fois l’agrégation des collectifs et les décalages entre positions internes, et s’intéressait plus largement aux conditions du maintien de l’engagement 7. Cette problématique impliquait de dépasser le cloisonnement des approches disciplinaires, en associant notamment les raisonnements mobilisés par la sociologie de la profession et des politiques publiques agricoles depuis les années 1950, par l’histoire des transformations du système scolaire depuis 1945, par la sociologie des mouvements sociaux et la sociologie des organisations.

Le « moment » altermondialiste de la Confédération paysanne. Sociologie localisée du militantisme et histoire nationale du syndicat.

8Le « démontage » du Mc Donald’s de Millau et ses prolongements judiciaires ont manifestement transformé les conditions du militantisme de la CP, en modifiant non seulement les attentes extérieures, mais aussi les appréciations internes de la valeur des investissements militants. Auparavant, jamais le syndicat n’avait été autant sollicité politiquement, exposé médiatiquement, reconnu publiquement. L’inscription de la CP au cœur du mouvement altermondialiste a pesé de façon continue sur la situation d’enquête. Dans un premier temps, jusqu’aux élections professionnelles de janvier 2001, la nouvelle visibilité du syndicat engendre un sentiment d’appartenance « euphorique » au(x) collectif(s) militant(s). Elle fonctionne comme une source de légitimation, inattendue parce que trop longtemps différée, de leur engagement à gauche dans le monde agricole. Dans un second temps, alors que la structure nationale se rapproche de certaines organisations extérieures à la profession, un groupe d’anciens responsables nationaux provoque un débat sur la stratégie de positionnement à l’égard du monde agricole. Ces réserves et ces interrogations, d’abord formulées au niveau national, sont ensuite discutées localement et donnent lieu à des tentatives d’explicitation des décalages entre postures militantes.

9Ainsi, en 2002, notre enquête localisée du militantisme nous incite à « revenir » au « national », afin d’interroger les logiques des prises de position dans ce débat entre orientations conflictuelles. En amont, elle nous suggère d’éclairer l’histoire des usages internes de « l’international » ayant conduit à cet engagement dans un mouvement de contestation élargie 8. Si la constante démarcation à l’égard du syndicalisme majoritaire détermine en partie les ressorts de l’investissement de « l’international » comme enjeu syndical, les processus de distinction interne consécutifs à la réforme de la Politique agricole commune (PAC) de 1992 ont largement contribué à la désectorisation de la critique des politiques agricoles et à la radicalisation des revendications 9. Plus généralement, de même qu’on ne peut comprendre l’altermondialisme sans restituer « la longue histoire de cette nouvelle cause » 10, il importait de resituer le « moment » altermondialiste du syndicat dans une histoire plus ancienne, dont l’origine est antérieure à sa création en 1987. Analyser l’histoire de la Confédération paysanne impliquait à la fois d’étudier la genèse des ruptures avec le syndicalisme majoritaire dans l’après-Mai 68 – et notamment l’émergence du mouvement des Paysans-Travailleurs au début des années 1970 –, de reconstituer les différentes étapes des processus d’autonomisation ayant finalement abouti à la fusion de la CNSTP et de la FNSP en 1987, et de mettre en évidence le travail d’institutionnalisation et l’effort de stabilisation du répertoire revendicatif réalisés au début des années 1990. Fondée sur les travaux existants 11 et l’exploitation des archives 12, cette histoire nationale, développée dans la première partie de la thèse, constituait un préalable à une sociologie localisée du militantisme à la CP.

Des militants engagés à « juste » distance de leur profession

10Une sociologie compréhensive de l’engagement à la CP suppose de prendre la mesure de la distance critique qu’entretiennent les militants à l’égard du « monde paysan ». Ils se définissent implicitement comme des agriculteurs qui le seraient un peu « moins » que ceux dont ils se distinguent. En mobilisant différents principes de classement, ils refusent que leur identité sociale se confonde parfaitement avec leur appartenance professionnelle 13. Cependant, on ne saurait déduire de cette position de surplomb qu’ils tentent de se protéger de leur milieu professionnel. La représentation des agriculteurs, et l’adhésion des « petits » en particulier, est toujours recherchée, même à des degrés divers. Cette tension est constitutive de l’engagement à la CP, l’appartenance à l’organisation permettant de légitimer cette relation singulière au monde agricole par l’affirmation d’une posture de mise au service et de défense de « leur » profession. Pour les militants, les collectifs départementaux apparaissent comme des espaces de « négociation » de leurs appartenances subjectives au monde agricole : ils peuvent à la fois y être reconnus comme des agriculteurs atypiques par ceux avec qui ils militent, et comme des agriculteurs capables de représenter « la profession » par ceux au nom desquels ils interviennent syndicalement.

11Les logiques sociales des investissements syndicaux s’organisent autour d’une revendication de « l’ouverture », le mot « ouverture » étant employé par la quasi-totalité des militants interviewés. C’est précisément ce qui nous a autorisé à renouer avec une acception forte de l’idéologie, entendue ici comme le système de représentations du « monde paysan » à partir duquel ils « s’inventent » une position marginale dans l’espace social agricole et cultivent leurs singularités professionnelles. À ce stade de l’analyse, il restait à identifier les composantes des identités socio-professionnelles que les militants valorisent, confirment ou renforcent lorsqu’ils participent à l’élaboration d’une alternative syndicale. En effet, les rétributions symboliques du militantisme ne pouvaient être dissociées des constructions identitaires susceptibles d’entrer en résonance avec la promotion de « la cause » incarnée par cette gauche paysanne 14. Étudier les conditions sociales et politiques de l’adhésion à cette « idéologie de l’ouverture » nécessitait de mettre en œuvre une double sociologie dispositionnelle. Il s’agissait de mettre l’accent sur les points de rencontre entre les deux familles de trajectoires biographiques – celles des « néo-ruraux » et des « héritiers » 15 –, sans pour autant négliger les écarts entre leurs modes d’entrée dans la profession.

Les trajectoires sociales des « héritiers » et des « néo-ruraux »

12Dès lors qu’on tente de caractériser les expériences sociales ayant précédé l’engagement syndical, la frontière entre « néo-ruraux » et « héritiers » apparaît plus ténue qu’on ne pouvait l’imaginer a priori. Les « néo-ruraux » forment une catégorie-écran, qui masque la diversité des origines sociales et des trajectoires antérieures à l’entrée dans la profession. Si ces « nouveaux paysans » sont effectivement venus à l’agriculture à défaut d’y avoir été « familiarisés » durant leur enfance, ils y sont parfois venus très tôt, par une formation agricole initiale, et se sont fréquemment installés à l’issue d’un (long) parcours professionnel au sein du monde agricole. De même, l’évidence d’une extériorité originelle à l’agriculture, contenue dans les significations diffuses de la catégorie « néo », mérite d’être nuancée. Pour un certain nombre d’entre eux, l’installation n’a pas signifié la découverte d’un univers social qui leur était totalement inconnu ou l’aboutissement d’un voyage vers un ailleurs absolu. Certains ont vécu leur enfance et leur adolescence en milieu rural, et non en milieu urbain. En outre, plusieurs anecdotes attestent d’une immersion pratique dans le monde agricole. Quant aux « héritiers », ils ont souvent différé le moment de leur installation, si bien que le temps des incertitudes et les expériences du salariat (agricole ou autre) ont durablement marqué la manière avec laquelle ils ont « choisi » de s’intégrer à la profession agricole. De surcroît, qu’ils aient ou non repoussé le projet d’installation, les contradictions inhérentes à leur « héritage » familial ont pesé sur leurs devenirs professionnels. Ils ont généralement été socialisés dans les fractions culturellement dominantes du monde agricole, dans des familles pour lesquelles les perspectives d’ascension sociale étaient liées à un fort enjeu scolaire et à la valorisation des savoirs diffusés par les instances de production de la culture légitime. Plus longtemps scolarisés que les enfants d’agriculteurs appartenant à leur « génération scolaire » 16, plus diplômés que les agriculteurs de leur génération, ces « enfants de la modernisation » ont vu leurs frères et sœurs aînés « échapper » à l’agriculture et poursuivre des études supérieures. Nos enquêtés, rapidement pressentis pour assumer la succession familiale, n’ont pu mener la carrière scolaire que leurs résultats auguraient, soit parce qu’enfants uniques ils devaient venir en aide à leurs parents, soit parce que leurs parents ne pouvaient laisser tous leurs enfants quitter l’exploitation familiale. De fait, ils ont rarement été mis en situation d’être associés à la « réussite scolaire » familiale. Ce type de structure familiale fournit le cadre d’émergence d’une tension symbolique entre la perspective d’un maintien, « programmé », dans le milieu d’origine et l’ouverture concomitante d’horizons sociaux incarnés par les membres de la fratrie.

13Ces « portraits de groupes » tendent à accréditer l’idée d’un continuum de trajectoires sociales prédisposant à l’adhésion à « l’idéologie de l’ouverture ». De plus, ils révèlent l’existence d’un certain nombre de situations intermédiaires ou de militants « inclassables ». Toutefois, on ne saurait réduire l’idéologie du militantisme à la CP à l’intériorisation d’une relation distante au métier d’agriculteur(trice), ou à une pratique de l’agriculture « avec distance ». Ce serait partiellement inexact car ce serait confondre l’affirmation de leurs identités professionnelles alternatives avec l’intensité de leur engagement « dans » leur métier. Surtout, l’expression d’un savoir-être « paysan Conf » repose également sur la participation individuelle à une entreprise collective de subversion des règles de la représentation professionnelle, visant à imposer un syndicalisme « de gauche » dans le monde agricole.

Politisations à gauche et modes d’entrée dans la profession

14C’est à ce stade de l’analyse qu’apparaissent les effets les plus décisifs du clivage entre « héritiers » et « néo-ruraux ». Pour les « héritiers » ornais et aveyronnais, le premier engagement au sein de l’une des organisations de « la gauche paysanne » s’est accompagné d’une rupture avec l’ordre politique familial. Ces jeunes agriculteurs se sont classés « à gauche » et « à l’extrême-gauche » de l’échiquier politique, alors que leurs parents et les membres de leur famille élargie votaient très fréquemment à droite. Quels que soient la période et le contexte, le phénomène de « désencastrement » symbolique du monde agricole apparaît comme constitutif de leurs conversions politiques. Pris entre des injonctions contradictoires, ces « héritiers » mettent en suspens leurs classements sociaux antérieurs 17. Ces « flottements » statutaires sont d’autant plus accentués qu’ils prennent appui sur une crise des structures de formation et d’encadrement de la jeunesse agricole. Il convient en effet de prendre la mesure des évolutions qui, au cours des années 1960 et 1970, ont durablement transformé la condition d’aide familial(e) et le sens de l’engagement au sein de l’Action catholique rurale. Finalement, la politisation à gauche et la subversion syndicale, autorisées par des passeurs « idéaux » – comme ont pu l’être leurs frères et sœurs étudiants, quelques prêtres hétérodoxes ou des paysans « exemplaires » – leur offrent l’opportunité de « produire des certitudes de valeurs » 18 et de s’établir socialement aux marges de leur milieu d’origine.

15Ce schéma général gagne à être affiné par une périodisation des entrées en subversion. On peut en effet distinguer des sous-groupes générationnels ayant partagé des expériences sociales et politiques sensiblement convergentes. Pour ne prendre qu’un exemple, les membres de « la génération 81 » 19, si on les compare à ceux de « la génération 68 », bénéficient d’un tout autre état des possibles scolaires, caractérisé par la généralisation de l’offre de scolarités secondaires. Conséquence majeure de cet allongement de la durée des études, les enfants d’agriculteurs restent plus longtemps au contact de jeunes non issus du monde agricole. De plus, cette génération échappe davantage à l’emprise familiale. Les formations agricoles commencent à intégrer des stages d’immersion professionnelle qui leur donnent l’occasion de « sortir » de l’exploitation familiale. Par ailleurs, plus nombreux sont ceux qui s’accordent un moment d’indétermination professionnelle. Les parcours pré-installatoires sont plus hétérogènes qu’ils ne l’étaient dans les années 1950 ou 1960. On assiste au cours des années 1970 à une « crise des stratégies familiales de reproduction » 20, qui affecte autant l’envie des parents de voir leur fils ou leur fille leur succéder que le désir des enfants de devenir à leur tour agriculteurs. Les lieux et les vecteurs de politisation de cette « génération 81 » sont à rapporter à cette extension des sociabilités juvéniles et à cet élargissement de l’espace des interactions sociales. Les orientations politiques initiales des membres de cette génération ne trouvent pas leur raison d’être principale dans des tentatives de qualification des divisions internes à la profession. À la différence de leurs aînés, cette politisation « englobante » s’opère autour d’enjeux transversaux, non réductibles aux problématiques agricoles.

16Les « néo-ruraux », eux, sont devenus des « paysans de gauche » en empruntant des voies différentes. Ils se sont situés à gauche et à l’extrême-gauche de l’échiquier partisan alors qu’ils évoluaient dans des sphères sociales extérieures au secteur agricole. Qu’ils soient issus de familles conservatrices ou de familles ancrées à gauche, ils n’ont pas eu à subir et à transgresser les normes d’appréciation politique du milieu professionnel auquel ils étaient destinés. En ce qui les concerne, on ne peut se contenter d’une réflexion fondée sur le postulat d’une causalité évidente entre leurs engagements antérieurs à l’installation et leur militantisme au sein de la gauche syndicale. Il importe au contraire de restituer la cohérence pratique des étapes biographiques au terme desquelles ces « néos » sont parvenus à exercer le métier d’agriculteur(trice). En règle générale, ces « nouveaux paysans » doivent leur installation en agriculture à leur inscription préalable dans des espaces politiques et des sociabilités militantes créant de nouvelles opportunités professionnelles. À l’encontre de certaines interprétations consacrées au mouvement du « retour à la nature » des années 1970, c’est le plus souvent « par la politique » qu’ils se rapprochent de l’agriculture, et non en fuyant ou en soldant leurs engagements antérieurs. Par ailleurs, leur engagement syndical est soutenu par des logiques particulières d’inclusion sociale qui sont à la fois le produit de leur entrée « par effraction » dans la profession, et la conséquence de la précarité économique qui caractérise fréquemment leur période post-installatoire.

Trajectoires biographiques et homogénéisation organisationnelle

17Toutefois, on ne saurait considérer l’engagement à la CP comme le résultat « logique » et immédiat de ces ruptures préalables et de ces constructions identitaires. Si les groupes militants réunissent effectivement des paysans qui se ressemblent au regard de leur relation aux « autres paysans », l’homogénéité ne peut être « la condition nécessaire et suffisante de la cohésion » 21. L’agrégation des collectifs requiert un travail d’homogénéisation organisationnelle, constamment rejoué et consolidé in situ. Le groupe ornais fournit un prisme d’analyse particulièrement pertinent. L’observation des réunions publiques permet de décrypter le travail de sélection du dicible et de l’indicible par lequel le collectif se maintient à « juste » distance du monde représenté. Dans le même temps, l’observation des réunions internes met au jour la relation de continuité entre cette délimitation de la sphère syndicale à usages externes et la clôture des enjeux syndicaux visant à assurer la cohésion interne. Ainsi, de l’entre-soi à la représentation publique, les contraintes situationnelles du militantisme à la CP imposent de neutraliser à la fois les tendances centrifuges de la subversion politique et les décalages entre situations professionnelles. Autrement dit, la construction d’une alternative syndicale est bien plus qu’un sous-produit des activités militantes, elle est en retour le ressort pratique qui commande de faire silence sur les désaccords et rend possible la convergence des investissements. À cet égard, si nous avons porté une attention toute particulière, au cours de nos entretiens, aux multiples modalités par lesquelles les militants racontent leurs histoires familiales, c’est bien parce que les récits de l’héritage sont eux-mêmes constitutifs de ces ajustements continus. Loin de n’être qu’« illusion biographique » à déconstruire, ces aménagements biographiques relativement autonomes – ce que les militants disent et se disent de ce qu’ils ont été et de ce qu’ils sont devenus – contribuent à l’actualisation des dispositions à l’engagement : ils n’inventent pas ex nihilo une continuité familiale, ils la découvrent ; ils ne fabriquent pas la cohérence dans le mensonge à soi et la mauvaise foi, ils réalisent, au sens fort du terme, l’homogénéité.

Deux configurations départementales. Militer dans l’Orne et dans l’Aveyron.

18Une sociologie compréhensive du militantisme à la CP implique de « localiser » les conditions de possibilité des engagements individuels. Les identités militantes sont nécessairement spécifiées par les caractéristiques des configurations départementales. Comprendre la genèse de ces espaces des possibles militants suppose d’étudier les histoires collectives ayant jalonné l’organisation d’une opposition syndicale.

Des histoires décalées 22

19La CP de l’Orne et la CP de l’Aveyron ont été créées en 1987 dans le sillage de la constitution de la CP nationale. La « naissance » de ces deux structures départementales est le prolongement direct d’organisations déjà existantes. Dans l’Aveyron, la création de la CP est le résultat de la fusion entre le syndicat des Travailleurs paysans, affilié à la CNSTP, et la Fédération départementale des syndicats paysans (FDSP), membre de la FNSP. Dans l’Orne, la situation est différente, puisque la FNSP ne s’est pas implantée dans ce département. Les militants de l’Union départementale des syndicats de travailleurs paysans (UDSTP) vont adhérer à la CP nationale en 1987. Ces entreprises fondatrices ont fortement conditionné la formation des configurations qui se stabiliseront dans les années 1990. En effet, dans les deux départements, l’émergence de cette dynamique oppositionnelle repose largement sur l’initiative de quelques pionniers de la contestation syndicale, qui bénéficieront par la suite de cette légitimité « historique ». Par ailleurs, l’apparition progressive de ce leadership organisationnel se traduit par la valorisation de certaines postures militantes, dont dépendent en partie les mécanismes d’agrégation et de clôture du collectif syndical. Enfin, on observe quelques similitudes entre ces histoires départementales. On a tout d’abord affaire à des collectifs restreints. Dans l’Orne comme dans l’Aveyron, l’opposition syndicale constituée au début des années 1980 ne réunit pas plus d’une trentaine d’adhérents. Dans les deux cas, on peut localiser les foyers d’émergence de la contestation, dans la région millavoise pour l’Aveyron, dans les régions du Bocage et du Perche pour l’Orne. En outre, les résultats encourageants obtenus lors des élections à la chambre d’agriculture de janvier 1983 (environ 15 %) permettent de conforter l’initiative des pionniers et de faire entrer la « gauche paysanne » dans le jeu de la représentation professionnelle. Néanmoins, ces similitudes ne suffisent pas à réduire les décalages existant entre les deux processus.

20Dans l’Orne, la construction d’une opposition syndicale « de gauche » à la FDSEA est le produit d’une histoire collective dont il faut situer la genèse dans l’après-Mai 68. En effet, le groupe fondateur de la CP est composé de ceux qui ont animé le CDJA paysan-travailleur au début des années 1970. Cette démarcation originelle à l’égard du syndicalisme majoritaire ouvre la voie à un long processus d’autonomisation, ponctué en 1981 par la création de l’UDSTP, une structure syndicale affiliée à la CNSTP. Cependant, cette histoire organisationnelle n’a rien d’une histoire linéaire, dont l’issue aurait été déterminée par la cohérence des intentions initiales et la cohésion du collectif dissident. Au milieu des années 1970, le groupe des jeunes contestataires se divise, certains inscrivent leur engagement dans une perspective révolutionnaire, les autres préfèrent se maintenir à l’écart de l’extrême-gauche partisane. À la fin des années 1970, le clivage apparaît irréductible aux yeux des principaux acteurs, les deux « tendances » s’éloignent durablement. Ce sont les représentants de la ligne « modérée » ou « réformiste » qui prennent l’initiative d’une organisation syndicale autonome. La configuration militante initiale de la CP de l’Orne doit beaucoup à ces luttes antérieures pour la définition d’un syndicalisme agricole de gauche, et aux velléités entrepreneuriales de ceux qui ont su imposer leur « pragmatisme » politique.

21Dans l’Aveyron, l’émergence d’une « gauche paysanne » organisée est plus tardive que dans l’Orne. Jusqu’au début des années 1980, le monopole de la FDSEA n’est contesté que par la seule présence d’un noyau de militants du Mouvement de défense de l’exploitation familiale (MODEF). En 1982, quelques agriculteurs du sud du département fondent le syndicat des Travailleurs Paysans (TP). En 1985, un autre petit groupe se réunit pour créer la FDSP. D’un point de vue strictement organisationnel, la naissance de la CP aveyronnaise en 1987 peut donc être considérée comme une réplique locale de la fusion des structures nationales de la « gauche paysanne ». Cependant, les ressources engagées dans le « mariage » s’avèrent rapidement inégales, puisque les pratiques militantes cultivées par les TP s’imposent finalement à l’ensemble des membres de la nouvelle entité collective. Restituer l’histoire de la CP de l’Aveyron implique d’étudier la composition des deux groupes qui lui ont préexisté et d’analyser les mécanismes de leur agrégation initiale. Cette recherche des lieux originels et des expériences fondatrices nous conduit nécessairement au Larzac et à la lutte contre l’extension du camp militaire (1971-1981). L’entreprise oppositionnelle des TP est indissociable des processus de reconversion des militants antimilitaristes ayant rejoint les « paysans du Larzac » dans leur combat contre l’Armée à la fin des années 1970. Après avoir lutté quotidiennement contre les représentants du pouvoir étatique, ces « nouveaux paysans » vont se distinguer par la mise en œuvre d’un syndicalisme de confrontation. Bien que l’on ne puisse réduire la genèse de la « gauche paysanne » aveyronnaise aux possibles militants ouverts par la victoire du Larzac – ce serait faire abstraction de l’engagement des « pionniers » n’ayant pas directement participé à cette lutte –, il apparaît néanmoins que les acquis de cette longue mobilisation ont fortement pesé sur les conditions d’émergence de ce mouvement syndical.

Cultures organisationnelles et engagements individuels

22Dans l’Orne et dans l’Aveyron, le système de relations entre les positions occupées au sein du groupe militant doit être rapporté à la culture organisationnelle consolidée depuis la création du syndicat. Par cette expression, nous désignons à la fois la manière dont le collectif « gère » son répertoire d’action – et produit un « type particulier d’assemblage » entre les actions les plus visibles et les interventions « invisibles » 23 – et la façon dont il définit l’ensemble de ses décalages et de ses distinctions internes. Ces cultures organisationnelles encadrent la distribution des responsabilités et déterminent les variations d’intensité des engagements individuels.

23Dans l’Aveyron, le collectif nous a d’emblée été présenté comme hétérogène. Les décalages internes sont reconnus et assumés. Ils sont le plus souvent réduits en un clivage unique et territorialisé, qui tend à instaurer une ligne de partage opposant les militants du sud du département à ceux du nord et de l’ouest. L’explicitation de ces « tendances » est le produit d’une imbrication de plusieurs logiques de différenciation, entretenues par une division des rôles militants et par les perceptions croisées des diverses sensibilités politiques. Elles renvoient également, et sans doute plus profondément, aux décalages entre les niveaux d’appartenance subjective au « monde paysan ». Cette combinaison de distinctions soutient l’expression de points de vue opposés lorsque les enjeux du moment donnent lieu à des appréciations conflictuelles des orientations qui engagent le collectif. Ce clivage ne se stabilise sous sa forme actuelle qu’au milieu des années 1990. Depuis 1987, les militants sud-aveyronnais, véritables spécialistes de l’action spectaculaire et du scandale médiatisé, ont imposé leur syndicalisme de confrontation. La constitution progressive d’une « tendance » divergente est en partie le résultat d’un déplacement des zones d’implantation du syndicat. La forte progression électorale enregistrée en 1995 dans le nord du département contribue à légitimer les pratiques militantes des adhérents de cette « région ». Dans l’Orne, le collectif départemental n’est pas traversé par une division des rôles. Les militants chargés de la représentation du syndicat dans les commissions officielles sont aussi ceux qui sont les plus investis dans le fonctionnement interne de l’organisation. Dans ces conditions, la « gestion » du répertoire d’action prend la forme d’une réflexion collégiale ayant pour enjeu la maximisation des ressources collectives. Or, depuis la fin des années 1980, la reproduction des positions dominantes s’est traduite par une stabilisation du répertoire d’action et par un contrôle progressif des subversions incarnées. Contrairement à la situation aveyronnaise, les militants ornais font essentiellement reposer l’efficacité de leurs manifestations sur la loi du nombre. Dans la pratique, il devient difficile pour les plus « radicaux » de remettre en cause le consensus « pragmatique », et ce d’autant plus que le collectif se refuse à « politiser » les divergences et préfère s’accorder sur le constat de « caractères » différents. Cette spécificité exerce des effets non négligeables sur le maintien de l’engagement, dont l’expression interne du mécontentement peut constituer l’un des ressorts, comme l’a mis en évidence Hirschman 24.

Haut de page

Notes

1 La CNSTP a été créée en 1981 par les militants ayant animé le mouvement des Paysans-Travailleurs au cours des années 1970. La FNSP a été fondée en 1982 par les responsables départementaux de quelques structures dissidentes de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA).
2 Sur la notion de « configuration », voir : Norbert ELIAS, Qu’est-ce que la sociologie ?, Paris, Pandora éditions, 1981.
3 Voir : Frédéric SAWICKI, « Pour une analyse locale des partis politiques », dans Politix, n° 2, 1988, pp. 13-28.
4 Nous avons vécu notre enfance et notre adolescence dans une petite commune rurale du Calvados, nous y avons régulièrement côtoyé des agriculteurs.
5 Voir : Rose-Marie LAGRAVE, « Les gauches syndicales (MODEF, CNSTP, FNSP) », dans Pierre COULOMB, Hélène DELORME, Bertrand HERVIEU, Marcel JOLLIVET et Philippe LACOMBE [dir.], Les agriculteurs et la politique, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1990, pp. 355-369.
6 En juin et en octobre 2002, en avril et en octobre 2003.
7 C’est pourquoi nous avons aussi réalisé des entretiens avec des agriculteurs qui soutiennent cette gauche paysanne, et parfois au prix d’une réelle identification sociale, sans jamais s’être investis dans un collectif, et avec quelques « paysans Conf » qui militent moins ou qui ne militent plus, après un pas de côté ou un exit brutal et définitif. Sur cette question, voir : Olivier FILLIEULE [dir.], Le désengagement militant, Paris, Belin, 2005.
8 « L’international », tel que nous le concevons ici, ne désigne pas seulement l’espace décisionnel des politiques agricoles, il constitue aussi une dimension, parmi d’autres, de la réflexion et de l’action syndicales. Cette ressource est inégalement valorisée et inégalement mobilisée dans les luttes pour l’imposition d’une « ligne » dominante.
9 Sur cette question, voir notre article : Ivan BRUNEAU, « La Confédération paysanne et le "mouvement altermondialisation". L’international comme enjeu syndical », dans Politix, n° 68, 2004, pp. 111-134.
10 Voir : Éric AGRIKOLIANSKY, Olivier FILLIEULE, Nonna MAYER [dir.], L’altermondialisme en France. La longue histoire d’une nouvelle cause, Paris, Flammarion, 2005.
11 Voir : Rose-Marie LAGRAVE, « Les gauches syndicales… », art. cité ; Jean-Philippe MARTIN, Histoire de la nouvelle gauche paysanne. Des contestations des années 1960 à la Confédération paysanne, Paris, La Découverte, 2005 ; Samuel DEGUARA, Les conditions d’émergence d’un nouveau syndicat : la Confédération paysanne (1981-1987), Mémoire de DEA réalisé sous la direction d’Annie Collovald, Université Paris X-Nanterre, 2000.
12 La collection complète de Vent d’Ouest, le journal des Paysans-Travailleurs (1969-1981) ; les rapports des congrès nationaux antérieurs à 1987 ; les comptes rendus des réunions du secrétariat national et du comité national de la CP de 1987 à 1996.
13 Voir notre article : Ivan BRUNEAU, « Représenter les paysans à partir d’une position marginale. Les militants de la Confédération paysanne et leurs appartenances subjectives au monde agricole », dans Annie ANTOINE et Julian MISCHI [dir.], Sociabilité et politique en milieu rural, Rennes, Presses universitaires de Rennes, à paraître.
14 Voir : Daniel GAXIE, « Rétributions du militantisme et paradoxes de l’action collective », dans Revue suisse de science politique, n° 11 (1), 2005, pp. 157-188.
15 Non pas au sens d’une élite sociale ou économique, mais parce qu’à la différence des « néo-ruraux », ils sont eux-mêmes fils ou filles d’agriculteurs et qu’ils ont été placés en situation de succéder à leurs parents.
16 Pour que l’étude des trajectoires scolaires soit sociologiquement fondée, on se doit de les rapporter à l’évolution des possibles scolaires intériorisés par les familles agricoles, ou, autrement dit, aux transformations structurelles ayant altéré les modes d’anticipation des chances et des « limites » scolaires des enfants d’agriculteurs. Pour des données statistiques concernant les « chances scolaires des enfants de paysans », voir notamment : Guenhaël JÉGOUZO et Jean-Louis BRANGEON, Les paysans et l’école, Paris, Editions Cujas, 1976.
17 Voir : Pierre BOURDIEU, « Décrire et prescrire. Les conditions de possibilité et les limites de l’efficacité politique », dans Pierre BOURDIEU, Langage et pouvoir symbolique, collection Points Seuil essais, Paris, Éditions du Seuil, 2001, pp. 187-198.
18 Voir : Alessandro PIZZORNO, « Considérations sur les théories des mouvements sociaux », dans Politix, n° 9, 1990, pp. 74-80.
19 Cette « génération 81 » rassemble les « héritiers » nés entre la fin des années 1950 et la fin des années 1960, qui se sont installés entre la fin des années 1970 et la fin des années 1980, avant et après l’alternance de 1981.
20 Patrick CHAMPAGNE, « Élargissement de l’espace social et crise de l’identité paysanne », dans L’héritage refusé. La crise de la reproduction sociale de la paysannerie française. 1950-2000, collection Points Seuil essais, Paris, Éditions du Seuil, 2002, pp. 249-276.
21 Luc BOLTANSKI, Les cadres. La formation d’un groupe social, Paris, Éditions de Minuit, 1982, « Introduction 2. Une question de sociologie », pp. 53-54.
22 Nous nous appuyons ici sur les entretiens réalisés avec les « fondateurs » et sur les documents d’archives consultées aux bureaux des structures départementales : comptes rendus des réunions du comité départemental et des assemblées générales, exemplaires du journal syndical, articles de la presse locale, etc.
23 Michel OFFERLÉ, Sociologie des groupes d’intérêt, collection « Clefs », Paris, Montchrestien, 1998 (2e édition), pp. 104-109.
24 Albert O. HIRSCHMAN, Défection et prise de parole, Paris, Fayard, 1995.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ivan Bruneau, « La Confédération paysanne : s’engager à « juste » distance. », Ruralia [En ligne], 20 | 2007, mis en ligne le 08 mai 2008, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://ruralia.revues.org/1712

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page