Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Jean-Luc MAYAUD, La petite exploitation rurale triomphante. France, XIXe siècle, Paris, Éditions Belin, 1999, 278 p.

Hugues Lamarche

Entrées d’index

Chronologique :

XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Le débat sur les formes sociales de production en agriculture et plus précisément autour de la supériorité de la grande exploitation par rapport à la petite peut apparaître, aujourd'hui, pour bon nombre de sociologues de l'agriculture, comme quelque peu dépassé et archaïque. Personnellement, je ne le pense pas. Bien au contraire, en ces temps présents où aucun modèle de développement approprié n'a pu être mis en place dans les sociétés en voie de développement et où, dans les sociétés industrialisées, les modèles de fonctionnement des exploitations sont fortement contestés parce que trop et « mal » productifs, la nécessité de penser autrement l'organisation de l'agriculture devient d'une urgente nécessité. De sorte que ce débat est à nouveau d'actualité et nul doute que, dans ce nouveau contexte, les petites et moyennes exploitations agricoles peuvent retrouver sens et fonction. D'autant que cette petite agriculture familiale, que bien des experts avaient un peu trop rapidement vouée à une inéluctable disparition, est encore bien présente un peu partout dans le monde, quelles que soient les histoires agraires particulières des pays et les systèmes politiques qui les gouvernent. Cela démontre une extraordinaire capacité d'adaptation et de régulation des divers aléas (qu'ils soient climatiques, économiques ou politiques). C'est dans cet état d'esprit, dans cette problématique actuelle sur la nécessaire recomposition des formes sociales de production que, me semble-t-il, le travail d'historien réalisé par Jean-Luc Mayaud sur la petite exploitation doit être lu ; il y trouve tout son sens et toute sa dimension.

2Se pose dès le début, naturellement, la question de la définition de la petite exploitation. Il est relativement aisé de cerner la grande propriété, mais c'est loin d'être le cas pour la petite et moyenne propriété. Si, pour les définir, quelques critères sont généralement reconnus, comme la faculté, pour la moyenne exploitation, de nourrir tous les membres de la famille qui travaillent sur l'exploitation (à condition toutefois qu'ils ne soient pas trop nombreux) et, pour la petite exploitation, la nécessité d'avoir recours à des ressources extérieures, la propriété reste néanmoins le principal facteur saisissable de discrimination. Mais la très grande diversité de potentialités agronomiques et des systèmes de production pratiqués rend une synthèse nationale extrêmement délicate. Toujours est-il que l'auteur confirme l'écrasante majorité d'une petite agriculture multiforme sur l'ensemble du territoire. Jean-Luc Mayaud se risque alors à construire une typologie plus élaborée de la petite exploitation prenant en compte à la fois le mode de faire-valoir (et pas uniquement la propriété, car de nombreuses petites exploitations ne cultivent pas en direct) et le travail extérieur.

3S'opposant à l'idée fortement établie de la mono-activité agricole et familiale, qui veut que la famille se consacre exclusivement aux activités de l'exploitation et que celle-ci « doit être suffisante pour entretenir les bras qui la cultivent », Jean-Luc Mayaud démontre que la petite exploitation agricole est en réalité (ou devient) une exploitation rurale, c'est-à-dire une exploitation pluri-active, ouverte sur l'économie de marché et au crédit. Et si le nombre des petites exploitations varie peu tout au long du XIXe siècle, c'est que cette forme sociale de production dispose, contrairement à ce que beaucoup pouvaient penser, de capacités certaines d'adaptation et de reproduction. Elles puisent cette énergie non seulement dans une réelle diversification des activités agricoles et non agricoles, mais aussi dans l'organisation collective de leur production et un enracinement profond dans la communauté locale. Nous sommes bien loin de l'image généralement admise de la petite exploitation paysanne archaïque plutôt repliée sur elle-même et individualiste, et bien incapable de progrès. Bien que la famille soit toujours très présente dans les différentes approches qui sont faites de la petite exploitation, on peut regretter, cependant, que celle-ci n'ait pas fait l'objet d'un propre chapitre, c'est-à-dire d'une analyse en soi.

4L'apport premier de ce travail est, sans aucun doute, d'avoir rétabli la réalité de la petite exploitation et contribué ainsi à expliquer sa permanence alors que tout la condamnait. Mais il est, me semble-t-il, bien plus que cela pour le lecteur qui s'intéresse à l'évolution des rapports sociaux de production dans l'agriculture et aux transformations des différentes couches sociales qui les organisent.

5En effet, le concept d'Exploitation rurale, très proche de celui d'Entreprise rurale utilisé par Pierre Muller, ouvre de nouvelles perspectives théoriques et permet de poser des hypothèses nouvelles et pertinentes sur l'exploitation agricole, son mode de fonctionnement et sa place dans le système socio-économique. L'exploitation agricole de type Entrepreneuriale, mono-active et hyper-spécialisée, modèle préconisé pour la modernisation agricole et encouragé tant par les responsables politiques que les organisations professionnelles, s'avère de plus en plus contestable et contestée ; ce modèle a contribué non seulement à déstabiliser la petite exploitation jusqu'à l'éliminer presque totalement, mais aussi à fragiliser l'exploitation moderne en la rendant totalement dépendante et de moins en moins capable de gérer les aléas, qu'ils soient d'ordre naturel, économique ou social.

6D'autre part, de nombreuses autres études historiques viennent compléter et élargir la thèse défendue par l'auteur. Ces études montrent d'abord la présence au niveau local d'une très grande diversité d'activités économiques, agricoles ou non, et l'extrême perméabilité du travail entre tous ces secteurs. Elles démontrent ensuite que cette situation n'est pas le fait de certaines régions particulières, les territoires les plus pauvres par exemple ; on la rencontre aussi bien en Beauce qu'en Cévennes, dans le Bassin parisien, en Normandie ou dans le Jura ; il s'agit donc bien d'une situation générale. Elles montrent enfin que cette perméabilité du travail ne concerne pas uniquement, même si c'est très souvent le cas, les couches sociales rurales les plus pauvres ; il n'est pas rare que les gros propriétaires, eux aussi, exercent une autre profession que celle d'exploitant agricole ; ils sont avocat, médecin, homme de loi, ingénieur. Force est d'admettre, alors, qu'historiquement le travail de la terre ne pouvait que très rarement satisfaire aux besoins essentiels des familles agricoles au point qu'il était nécessaire pour la plupart de leurs membres de s'employer ailleurs, dans d'autres activités que celles de l'exploitation.

7Cela amène tout naturellement à se demander si les activités agricoles de production sont susceptibles par elles-mêmes de permettre à ceux qui les pratiquent d'accéder au minimum nécessaire à leur reproduction et si ce n'est pas une erreur, une utopie, que d'avoir imaginé un modèle de fonctionnement des exploitations, l'exploitation entrepreneuriale, fondé uniquement sur des activités agricoles de production. L'inadaptation chronique que présente l'agriculture en ce qui concerne son intégration à l'économie de marché, gérée au coup par coup et le plus souvent par un recours systématique aux subventions, ne proviendrait-elle pas fondamentalement de cette spécialisation de l'exploitation dans l'activité agricole ? La solution ne serait-elle pas alors de favoriser l'installation de formes sociales de production organisées autour d'activités diversifiées ? La reconnaissance actuelle de la multifonctionnalité des agriculteurs et des exploitations n'est-elle pas le signe précurseur d'une telle prise de conscience et le début d'une évolution consacrant la fin de cette forme sociale inadaptée que représente l'agriculteur « pur » ?

8Autant de questions essentielles, déterminantes pour l'avenir de l'agriculture et plus largement du milieu rural, auxquelles ce travail d'historien apporte des éléments de réponse, contribuant ainsi de façon effective au débat général.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hugues Lamarche, « Jean-Luc MAYAUD, La petite exploitation rurale triomphante. France, XIXe siècle, Paris, Éditions Belin, 1999, 278 p. », Ruralia [En ligne], 06 | 2000, mis en ligne le 25 janvier 2005, consulté le 26 mars 2017. URL : http://ruralia.revues.org/170

Haut de page

Auteur

Hugues Lamarche

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page