Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Paul-André ROSENTAL, Les sentiers invisibles. Espaces, familles et migrations dans la France du XIXe siècle, Paris, Éditions de l'École des hautes études en sciences sociales, 1999, 256 p.

Édouard Lynch

Entrées d'index

Chronologique :

XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Quels que soient les côtés par lesquels on l'aborde, ce livre est un maître livre. Par la méthode tout d'abord qui mêle l'usage judicieux de l'interdisciplinarité, la mise en perspective du champ historiographique, et la rigueur d'exposition dans la construction d'un modèle d'analyse et de son application. Mais aussi sur le fond, puisqu'il ne s'agit rien moins que de jeter un regard radicalement neuf sur un élément central de l'histoire de la France du XIXe siècle, celui de l'exode rural et de la mobilité des populations rurales.

2Ce travail s'inscrit dans le prolongement de l'enquête des 3 000 familles ou TRA lancé en 1980 par le Laboratoire de démographie historique, auquel l'auteur a participé. Reprenant ce fond généalogique exceptionnel, il l'a complété au service d'une problématique plus fine, celle de l'étude de la mobilité géographique et plus précisément de la mobilité entre les campagnes et les villes. Pour cela, il a fallu reconstruire et isoler un échantillon « représentatif », à la fois quantitativement mais aussi qualitativement, les « lignées » retenues devant tout à la fois partir d'un espace rural, être suffisamment représentatives d'un point de vue géographique et enfin offrir le plus de renseignements possibles, y compris sur le nom des témoins ou les signatures des époux, exigences qui ne « collaient » pas systématiquement avec la base de l'enquête TRA.

3Le corpus final est donc constitué d'un ensemble de 97 lignées, issues de douze départements, pour lesquelles il a été possible de reconstruire la généalogie descendante. Ces 97 lignées, suivies sur un long XIXe siècle qui offrent tout à la fois des exemples précis et une base cohérente d'étude statistique. La nature même de cet échantillon, et le dialogue nécessaire ­ ou impossible ­ entre exemplarité singulière et représentativité statistique alimentent une première réflexion méthodologique entre le micro et le macroscopique. Cette mise à distance de l'objet étudié apparaît particulièrement pertinente lorsqu'il s'agit de s'appuyer sur la très riche historiographie des courants migratoires. Sans négliger les études proprement historiques existantes, l'auteur montre sa préférence pour une approche résolument pluridisciplinaire, à travers la démographie, l'anthropologie, qui ont généré de nombreux modèles sur le thème de la migration. Celui du géographe suédois Hägerstrand, qui met au centre du processus migratoire la notion d'interconnaissance, est pour l'auteur l'étape essentielle dans la construction de son modèle de projet migratoire.

4La rigueur méthodologique apparaît ensuite dans le va et vient toujours très prudent entre les hypothèses générées par l'étude des cas particuliers ; les conclusions adoptées sont aussitôt discutées et au besoin relativisées par des contre-exemples, étape préalable à leur soumission à une « vérification » systémique, par la mise en œuvre de l'ensemble de l'échantillon. C'est ainsi que sont progressivement distinguées les familles autocentrées et les familles exocentrées, ou les processus de différenciation intrafamiliale, qui sont des facteurs clés dans l'explication des phénomènes migratoires.

5Outre ces questions méthodologiques et historiographiques, les apports de l'ouvrage sont d'une part la déconstruction du modèle traditionnel de l'exode rural et d'autre part la mise en évidence d'un autre modèle explicatif, centré sur les dynamiques familiales. L'auteur démontre en effet que le modèle traditionnel de l'exode rural s'appuie sur une construction théorique biaisée, qui étudie les migrations à leur seul point d'arrivée, celui des villes. Dès lors, la plupart des études ainsi organisées aboutissent à l'évidence : un afflux massif et régulier de ruraux. Cette conclusion oriente ensuite tout l'appareil explicatif, qui présente l'exode rural comme le produit de facteurs extérieurs : l'appel de la ville et de l'industrialisation frapperait un monde jusque-là immobile et sédentaire. Or, en se plaçant au point de départ de la migration, on aboutit à un résultat fort différent, à la fois dans l'espace et dans le temps : « dans ce schéma, l'exode rural n'a plus l'allure d'une intensification de la mobilité des campagnes vers les villes, mais d'une canalisation progressive vers Paris des flux de migrants qui, auparavant, s'orientaient vers les campagnes » (p. 35). Paul-André Rosental s'attache aussitôt à tenter de comprendre pourquoi ce modèle biaisé de l'exode rural a eu un tel succès dans l'historiographie, soulignant l'effet induit par la logique départementale de conservation des archives qui rend la concentration beaucoup plus facile à observer que la dispersion.

6Mais plus stimulante encore est l'analyse portée sur l'extrême mobilité des campagnes, puisque les habitants des villages sont ceux qui présentent le taux de mobilité le plus élevé, même s'il s'agit pour moitié d'une mobilité intercommunale. Or, là encore, l'historiographie a systématiquement minoré l'impact de cette mobilité, pour mieux confirmer le postulat initial de l'immobilisme villageois qui s'inscrit mieux dans l'opposition traditionnelle entre ville et campagne, agriculture et industrie, tradition et modernité. Sans en exagérer la portée, il convient au contraire pour l'auteur de mieux cerner les conséquences et l'impact de cette mobilité, même limitée, qui s'orientera progressivement vers les grandes villes. Pour cela, il lui importe de redéfinir des notions aussi essentielles que celles qui touchent au territoire et à la résidence, ou à la composition et à l'interaction du groupe familial. Ainsi, à travers l'étude d'un cas précis, il montre qu'un ensemble de micro-déplacements, négligeable au point de vue individuel, peut en effet bouleverser totalement l'assiste géographique d'une famille. De même, un déplacement de quelques kilomètres peut préfigurer, à la génération suivante, une migration plus lointaine.

7Reste le second objectif de l'ouvrage, celui de construire un modèle explicatif de l'exode rural qui ne soit pas seulement externe, c'est-à-dire expliqué par les bouleversements provoqués par l'industrialisation et l'urbanisation. Cela suppose de l'historien qu'il explique pourquoi l'on part, mais aussi pourquoi l'on reste. L'idée centrale est que l'un des modes d'explication passe par la notion de projet migratoire, lui même déterminé par des trajectoires familiales préexistantes. Il existe des filiations dans l'espace, avec par exemple la présence dans une ville d'un membre de la lignée, mais aussi des références professionnelles : l'horizon de la migration est aussi une migration des possibles rendus pertinents par l'étude des générations successives et de l'existence d'un « stock familial de possibilités professionnelles » qui s'incarne dans des membres de la famille. Il montre en particulier l'importance de la place des femmes, qui, parties avec leur conjoint, offrent de nouvelles perspectives de mobilité au reste de leur lignée. Il ne s'agit bien entendu que d'un stock dans lequel puiseront, ou ne puiseront pas, les générations suivantes.

8Renvoyant toujours à des exemples précis de lignée, Paul-André Rosental montre la diversité de l'usage de ce stock. Mesurant la « reproduction professionnelle familiale », il distingue tout d'abord les familles autocentrées, c'est-à-dire celles où se repère une relative homogénéité des professions, et les familles exocentrées, où existe au contraire une forte mobilité professionnelle. En utilisant les signatures et les professions des témoins, il est encore possible de mesurer un degré d'ouverture vers l'extérieur (intra et inter-témoignages), au delà du seul cercle familial, certaines familles faisant appel de manière récurrente aux mêmes patronymes. Au bout du compte, il apparaît que les familles exocentrées sont celles qui ont le plus fort taux de « pionniers ».

9Il reste ensuite à comprendre pourquoi, confrontés à des conditions externes apparemment semblables, certains individus migrent et d'autres demeurent sur place. La taille de la famille est un critère important, mais il ne peut être seul pris en compte : les familles exocentrées réagissent à une forte fécondité, avec un taux important de départs. En revanche, dans les familles autocentrées, le facteur de la taille ne joue pas, contredisant l'idée reçue que l'importance des familles paysannes ­ et donc la pression démographique ­ explique les départs. Ceux-ci ne se produisent que dans certaines circonstances. Il est enfin possible de faire jouer un critère de différenciation, d'ordre socio-économique, à travers la capacité de signature des témoins. Les familles autocentrées sont ainsi beaucoup plus sensibles à la différenciation, dans la mesure où davantage repliées sur elles-mêmes, elles profitent mieux des occasions, rares, qui leur sont offertes.

10Parvenu au terme de son analyse, l'auteur refuse tout triomphalisme. De la même manière qu'il s'est appliqué tout au long de sa démonstration à en souligner les incertitudes et les limites, il tient à rappeler la complexité des phénomènes migratoires : « plutôt que d'espérer retracer l'ensemble des facteurs qui ont provoqué les transformations de la mobilité intérieure française au XIXe siècle, nous avons retenu une grille d'analyse précise, un angle d'approche circonscrit dont nous avons tenté de voir en quoi il permettait une relecture des explications habituelles » (p. 212). Ce qui ne l'empêche pas de conclure sur des hypothèses stimulantes. Notamment que l'analyse en terme de lignée permet de comprendre que le changement de profession d'un seul individu a des conséquences beaucoup plus larges que sa réalité arithmétique. C'est le cas en particulier des professions étatiques, dont on connaît l'importance dans l'évolution des sociétés rurales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Édouard Lynch, « Paul-André ROSENTAL, Les sentiers invisibles. Espaces, familles et migrations dans la France du XIXe siècle, Paris, Éditions de l'École des hautes études en sciences sociales, 1999, 256 p. », Ruralia [En ligne], 06 | 2000, mis en ligne le 01 janvier 2004, consulté le 01 octobre 2014. URL : http://ruralia.revues.org/169

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page