Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Annie ANTOINE [dir.], Campagnes de l'Ouest. Stratigraphies et relations sociales dans l'histoire. Actes du colloque de Rennes, 24-26 mars 1999, Collection histoire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1999, 552 p.

Jacques Rémy

Entrées d’index

Chronologique :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Les textes rassemblés et présentés ici par Annie Antoine réunissent les 35 communications d'un colloque qui s'est tenu à Rennes en mars 1999, soit 552 pages, publiées dans l'année même aux Presses universitaires de Rennes, ce qui constitue un fort bel exploit. Penser, organiser et publier un colloque est une lourde tâche, en particulier lorsqu'on s'attache à l'inscrire dans une véritable cohérence thématique et géographique, alors que les communicants potentiels ont eux pour principal souci, nous le savons tous, de faire admettre aux organisateurs combien leurs travaux, parfois fort exotiques, s'inscrivent parfaitement dans les contours définis par le comité d'organisation. Si le pari de l'unité géographique n'est pas parfaitement tenu, sauf à considérer, par exemple, la Franche-Comté au nombre des campagnes de l'Ouest (quoiqu'elle soit en effet à l'ouest ­ et parfois sous le vent ­ de Tchernobyl), le pari thématique, plus essentiel, l'est très largement, même si c'est parfois au prix de subtiles acrobaties tout à l'honneur de l'agilité intellectuelle des communicants. D'une culture historique médiocre, l'auteur de ces lignes ne peut manquer de s'interroger sur le choix, par les organisateurs du colloque, du terme de stratigraphie, que le sociologue est tenté de rapprocher de la morphologie sociale durkheimienne : s'il est certes doté d'un réel pouvoir de suggestion métaphorique, comme le note avec une souriante insolence Anne Jollet dans l'introduction de sa communication (pp. 465-466), c'est en imposant une image par trop fixiste des groupes sociaux contre laquelle s'élève cet(te) auteur qui récuse cet emprunt à la géologie. Cependant, en rejetant cette « vision de la société comme un feuilletage », elle suscite en nous une autre image, moins austère, celle du mille-feuilles auquel nous fait songer cet ouvrage ; on sait que cette pâtisserie peut être terriblement indigeste mais qu'elle parvient parfois à une sublime onctuosité. Entre ces deux pôles extrêmes, les 35 communications de l'ouvrage se tiennent tout près de l'idéal gustatif et parviennent, dans leur grande diversité d'approche, à constituer un ensemble qui s'enrichit de cette pluralité de regards, qui va des conceptions esthétiques des élites gallo-romaines (Leveau, Gros, Trément) aux préjugés des vétérinaires envers leur clientèle paysanne (Hubscher), en passant par maintes approches typologiques, d'une grande finesse et d'une grande ingéniosité et l'on ne peut que se réjouir que mille strates s'épanouissent ainsi dans l'harmonie.

2N'importe, c'est un pari courageux des historiens que de revenir ainsi frontalement sur la question des catégories sociales à la campagne, « tâche impossible » nous dit en introduction Gérard Béaur, mais aussi « nécessité absolue, pratique et historique », ajoute-t-il (p. 19) 1. Le sociologue ne saurait démentir ni l'impossibilité ni la nécessité de ces classifications, mais il ne peut s'empêcher d'admirer l'audace de ses collègues historiens, alors que la science contemporaine elle-même, je veux dire la statistique officielle, crée et dirigée par de brillants polytechniciens, peine à définir les catégories sociales dont est composé le monde agricole contemporain, si ce n'est par de plates qualifications en « agriculteur sur petite exploitation », « agriculteur sur moyenne exploitation » et « agriculteur sur grande exploitation » (encore est-ce là un acquis récent, de 1982, du passage des anciennes « catégories socioprofessionnelles » les CSP, crées en 1950, aux nouvelles « professions et catégories socioprofessionnelles », dites PCS) 2. Encore ne faut-il pas confondre, comme le font régulièrement et au gré de leurs besoins journalistes et responsables professionnels, les « agriculteurs », qui correspondent à une définition des individus par eux-mêmes (statut déclaratif), identité professionnelle relevée par les enquêteurs lors des recensements généraux de la population (RGP) conduits par l'INSEE, et les « exploitants agricoles » que sont les « chefs » des exploitations agricoles telles que celles-ci sont définies par le SCEES (Le Service central d'enquêtes et d'études statistiques, dépendant du ministère de l'Agriculture) qui assume la responsabilité des recensements généraux de l'agriculture (RGA). Par construction, une exploitation agricole a un siège et un chef et il y a exploitation agricole, selon la définition de 1955 qui n'a guère varié, dès le seuil minimum d'un hectare en polyculture-élevage, ou dès la possession d'une jument poulinière, ou d'une vache, ou de cinq moutons, ou de quatre chèvres ou encore de vingt ares de cultures spécialisées, etc.

3On comprend donc que l'on dénombre notablement plus d'exploitations agricoles ­ c'est-à-dire l'ensemble des ménages qui ont une activité agricole (allant au-delà du simple jardinage), que cette activité soit exercée à titre secondaire et même accessoire ou à titre principal ­ et donc qu'il existe plus d'exploitants agricoles que d'agriculteurs, à savoir l'ensemble des individus qui déclarent exercer à titre principal cette profession ; profession qui ne fait d'ailleurs pas l'objet d'une définition unique tandis que la définition de la nature même de l'activité agricole a connu des évolutions et des interprétations complexes et sujettes à négociations (on épargnera au lecteur l'exposé de quelques autres subtiles différenciations, par exemple entre les « ménages agricoles » de l'INSEE et les « familles agricoles » du SCEES) 3.

4Autant dire que nous nous trouvons en terrain familier, sinon devant les nomenclatures mises en œuvre par les collègues historiens, du moins quand ils exposent les difficultés, théoriques et pratiques qu'ils affrontent dans leur démarche stratigraphique, telles celles relevées par exemple par Dominique Guillemet lorsqu'il cite les instructions aux notaires de l'inspecteur des registres du contrôle des actes de l'île d'Oléron (p. 456) ou celles que signale Raymond Jousmet, tout au long de son article. On compatit d'autant plus sincèrement au manque de rigueur, par exemple, des différents teneurs de registres dont les historiens ont à subir les distractions ou la versatilité taxinomique, que l'on sait que le codage de la CSP des parents des enfants scolarisés par l'Éducation nationale (à l'origine donc de statistiques sur lesquelles s'appuient de savants travaux de sociologie de l'éducation et s'appuieront un jour de non moins subtils travaux d'historiens) peut connaître, d'un agent à l'autre, des variations de 20 à 30 % à partir des mêmes données comme l'expérience en a été faite 4, avec en particulier une inflation de la catégorie « employés » ­ ne l'est-on pas tous peu ou prou ? ­ qui évoquera sans doute chez les collègues historiens de semblables catégories attrape-tout, par exemple celle des cultivateurs, comme le démontre Jean-Pierre Lethuillier qui analyse le passage du « laboureur » au « cultivateur ».

5Au-delà du flottement taxinomique, les enjeux symboliques de la dénomination ­ qu'il s'agisse de l'auto-désignation des individus et des groupes par eux-mêmes ou des termes utilisés par les autres groupes sociaux ou les administrations ­ sont abordés dans plusieurs articles, en particulier par Brigitte Maillard en conclusion de son texte et par Raymond Jousmet qui conduit une intéressante réflexion sur l'image de soi et les regards croisés des groupes sociaux. Le XXe siècle abonde lui aussi en retournements, par exemple autour de la simple dénomination de paysan 5, subie ou revendiquée, de la dévalorisation à l'exaltation des vertus et des valeurs dont le mot est porteur, dans une approche progressiste aussi bien que dans une perspective conservatrice. L'apparente neutralité générique du terme « agriculteur » est elle-même un leurre : à l'occasion d'un sondage, publié en 1986, qui proposait le choix entre quatre termes (producteur, paysan, entrepreneur, agriculteur), les viticulteurs du Languedoc ont préféré choisir celui de « producteur », moins marqué à leurs yeux par un métier particulier et distinct du leur que celui d'agriculteur dans lequel ils ne se reconnaissent pas 6. Plus largement, les débats actuels le montrent à l'évidence tout comme certaines des communications de ce volume, la détention et le contrôle du titre professionnel légitime est l'objet de batailles symboliques dont les effets peuvent être tout à fait concrets, notamment en termes de suprématie politique locale mais aussi de prestige capitalisé propice à la valorisation des produits ou, en notre fin de siècle, d'obtention de la couverture sociale, de droit à l'accès au foncier, d'aide à l'installation, d'attribution des primes, aides, subventions...

6Une des questions sur laquelle s'interroge la sociologie contemporaine est celle de la juste évaluation du poids d'un facteur tel que le statut socioprofessionnel ­ la position dans les rapports de production aurait-on dit il y a 30 ans ­ dans l'appréciation des déterminants des goûts, des représentations et des pratiques des individus, qu'il s'agisse du vote politique, de la fréquentation des musées ou de l'appartenance à un groupe confessionnel ou à une association sportive... En d'autres termes, c'est se demander dans quelle mesure les statuts professionnels participent à la composition des groupes sociaux, et si d'autres formes d'appartenance ne méritent pas d'être relevées comme fondatrices de liens, de proximités sociales, d'affinités. Or, si la terminologie marxiste semble s'être évaporée sans laisser de traces dans l'énonciation des problématiques actuelles (sur ce point les historiens semblent marcher au même pas que les gauches paysannes, voyez Jean-Philippe Martin, page 165 en particulier), à lire les travaux réunis dans cet ouvrage, on a le sentiment que la question des groupes d'appartenance autres que professionnels n'est guère posée par la plupart des auteurs, comme s'ils adhéraient naturellement à l'idée qu'appartenance et conscience de classe constituent la seule véritable entrée pour conduire une analyse des configurations sociales, que seul le statut professionnel, si on veut bien me permettre cet anachronisme de dénomination, fait l'homme (et la femme ?) 7.

7Cette interrogation conduit par association à un autre souvenir, celui des vieux débats qui ont partagé les sociologue ruraux ­ et je crois bien aussi les historiens ­ sur le thème, pour reprendre le titre d'un ouvrage très « représentatif », Sociétés paysannes ou lutte de classe au village 8, débat qui opposait, pour faire vite, Henri Mendras et Marcel Jollivet, étant entendu que l'un et l'autre animaient ensemble le même Groupe de Sociologie rurale du CNRS, à Nanterre (autrefois GR 10 et aujourd'hui constitutif du Laboratoire Dynamiques sociales et recomposition des espaces, le LADYSS, en association avec des géographes) dans une stimulante ambiance intellectuelle. Les communications du colloque de Rennes semblent avoir soigneusement évité de s'engager dans ces controverses, sans doute datées (« Le temps n'est plus aux débats acharnés sur la conception de la société d'Ancien Régime ­ ordres ou classes ? [...] » écrit Annie Antoine dans sa présentation, évoquant avec retenue « la modification de l'arrière-plan idéologique qui avait contribué à donner consistance à l'histoire sociale »), mais n'est-ce pas au risque de laisser pendantes certaines questions sur la dynamique sociale au sein des « communautés » et sur les tensions et les oppositions susceptibles de dresser deux couches stratigraphiques l'une contre l'autre et par là de les faire exister chacune comme groupe social conscient de lui-même et de ses intérêts et non plus comme de simples éléments d'une nomenclature certes scrupuleuse mais dont « l'histoire » et en particulier « l'histoire sociale » risque de s'absenter ?

8Efforçons-nous cependant de troubler la belle ordonnance du « feuilletage ». Si certains des auteurs semblent estimer qu'en effet les sociétés qu'ils étudient bâtissent leurs solidarités autour d'une communauté d'intérêts partagés par le groupe englobant, sans guère d'aspirations spécifiques ou de récriminations des sous-groupes qui le composent, d'autres repèrent cependant quelques tensions. Pour prendre un exemple qui semble emblématique de ces deux approches, celui des métayers (bel exemple d'association capital-travail, et qui passionne à nouveau les économistes nous expose Serge Dormard), il apparaît à la lecture de l'ouvrage qu'il vaut mieux bénéficier de ce statut au Béarn (selon Francis Brumont) que le subir au Poitou (si j'ai bien lu Jacques Péret). L'article de John A. Dickinson, qui porte sur « relations sociales et exclusion au village » nous apporte quant à lui le parfum de scandale des archives judiciaires (peu employées ici par ses collègues), où s'élabore déjà la romantique figure du bagnard, rejeté par certains mais accueilli et abrité par d'autres au sein d'une communauté parfois partagée, voire divisée. À propos de cette notion de communauté, Daniel Pichot, dans un de ces belle synthèses où excellent les médiévistes, s'interroge sur « l'individu et la communauté dans les villages de l'Ouest français » en avançant avec prudence et maîtrise sur le rapport entre l'organisation de l'espace et l'emprise communautaire.

9Cette même question de la communauté, Jean Vassort l'aborde à son tour dans une approche comparée des divers terroirs du Vendômois, et si le terme semble parfaitement approprié pour décrire la réalité contrastée de la partie beauceronne et de la vallée viticole, l'auteur est conduit à s'interroger sur le choix de l'échelle pertinente dans le Perche vendômois, du fait de la très grande mobilité observée. En effet, les phénomènes de mobilité dans les régions d'habitat dispersé contredisent les visions par trop statiques de communautés s'identifiant purement et simplement au chef-lieu (c'est d'ailleurs une des qualités de cet ouvrage de délaisser les modèles longtemps hégémoniques ­ en particulier dans la littérature ­ de l'habitat groupé et de la paysannerie propriétaire et immuable comme sièges uniques de la civilité, voire de la civilisation agraires). La mobilité n'est pas nécessairement instabilité, et l'habitat dispersé, s'il incite à la circulation, n'est pas inéluctablement isolement, ce que montre excellemment (en particulier p. 399 où il aborde la question de l'apprentissage et celle de l'alliance), Philippe Bossis, lequel manifeste une telle intimité avec le métier de laboureur et avec les techniques de conduite d'un attelage de bœufs que je le soupçonne fort d'avoir mis la main à la pâte ­ ou plutôt à l'aiguillon ­ ou au moins d'avoir vu faire de tout près 9.

10À ce propos, les interrogations pertinentes de Philippe Jarnoux sur l'hérédité immatérielle ne sont pas totalement restées sans réponse du côté des anthropologues et des ethnologues, voire des sociologues et j'en profite pour m'étonner un peu, chers collègues historiens, du très faible nombre de références dans vos travaux aux belles recherches conduites par Martine Ségalen et par Georges Augustins qui éclairent, par exemple, les stratégies matrimoniales, les formes de transmission des biens et les pratiques de mobilité dans l'Ouest, souvent si décisives dans la reproduction sociale en pays de fermage 10. Bernard Dérouet ne me démentira pas, qui cite ces auteurs et d'autres (Tiphaine Barthélémy, Marie-Claude Pingaud) et met à bon escient l'accent sur la nécessité d'une connaissance approfondie du fonctionnement de la parenté et de la famille pour saisir aussi bien les formes de la sociabilité que les jeux de pouvoir qui s'exercent au sein de ces communautés rurales dont l'organisation de l'espace social et géographique présente certains caractères originaux.

11Fabrice Mouthon comme Philippe Grandcoing s'attachent précisément à montrer comment les hiérarchies sociales se combinent avec les hiérarchies spatiales et comment dominent ou s'effacent, sont perçues ou ostensiblement ignorées, les élites urbaines qui de leur côté observent de la fenêtre de leur château ou du haut de leur position sociale, comme les vétérinaires de Ronald Hubscher qui font assaut de préjugés avec leur clientèle… potentielle puisqu'elle se contente souvent de faire appel aux « empiriques » 11. D'autres communications encore analysent le regard de l'Autre sur le paysan, ainsi de cette curieuse et passionnante Vie de saint Cunual que nous rapporte Bernard Merdrignac ou des « images », dans tous les sens du terme, que nous apporte la riche iconographie médiévale présentée par Sophie Cassagne ou encore le discours sur les communaux tenu par les agronomes, les autorités et les historiens eux-mêmes. Nadine Vivier illustre quelques-uns des usages dont ces communaux, fort divers au demeurant, sont l'objet de la part des politiques comme des scientifiques, et expose certains détournements de fonction opérés au nom de pieuses intentions, ainsi de ces notables qui expriment leur attachement au maintien des communaux par souci, disent-ils, de « nourrir la vache du pauvre », notion dont les deux termes semblent contradictoires à notre auteur 12.

12Parler de vache nous amène à Jean-Luc Mayaud (dont on sait l'amour pour le placide ruminant et en particulier pour les montbéliardes) qui s'interroge sur les hiérarchies villageoises dans l'univers d'un village à fruitière, en multipliant les angles d'attaque, je veux dire les sources qui permettent de construire ces hiérarchies, comme bien d'autres l'ont fait dans cet ouvrage mais avec l'avantage de disposer également du livre de la fromagerie communale, située au cœur de l'activité économique villageoise en ces temps de spécialisation laitière. Il peut ainsi confronter les diverses hiérarchies économiques, sociales, symboliques et politiques et analyser comment elles se combinent ou s'opposent au travers de l'analyse des trajectoires sociales, des cycles de vie et des cycles des exploitations. L'intérêt de cette dernière entrée, démontré à plusieurs reprises par Jean-Luc Mayaud, m'amène au retournement de perspective qu'opère de son côté Vincent Thébault qui plaide pour une analyse cinématique de la propriété foncière, en partant non pas du propriétaire mais de la propriété dont il s'efforce de suivre le devenir plutôt que de s'attacher d'abord aux vicissitudes de ceux qui en sont, parfois passagèrement, les maîtres. La démonstration m'a semblé convaincante (mais je ne suis pas un grand spécialiste du maniement des cotes foncières) et, au-delà des avantages techniques de la méthode (du moins s'agissant des propriétés d'une certaine ampleur) elle s'appuie sur une analyse pertinente des fonctions symboliques du foncier (en particulier dans la région de l'étude, le Midi toulousain) et s'achève par une description convaincante de l'évolution des rapports à la propriété des divers groupes sociaux au travers de l'analyse de cette mobilité foncière.

13Je voudrais conclure cette recension trop longue et cependant inachevée (que les auteurs délaissés de communications cependant remarquables m'en excusent s'ils en ont la force d'âme) en évoquant rapidement l'importante synthèse à laquelle se livre Jean-Pierre Jessenne qui s'efforce, de façon fort éclairante, de proposer une taxinomie des classes sociales du Tiers rural de la France du nord-ouest, resituant sa propre démarche dans la perspective des tentatives récurrentes de l'histoire sociale. Le travail qu'il nous livre, appuyé sur ses propres recherches comme sur d'autres travaux parfois célébrissimes, est remarquablement informé et passionnant : il donne à penser et chatouille la fibre typologique, très développée chez les chercheurs en sciences sociales. Mais penser n'est pas imiter et il me semble que l'ouvrage dans son ensemble, avec ses 35 communications et à peu près autant de démarches typologiques dément l'ambition synthétique exprimée page 29, et que c'est finalement la diversité qui l'emporte, avec toute la richesse qu'elle apporte. La grille qui est proposée n'est nullement en cause : elle est excellente et aide sans doute chacun à se resituer par rapport à elle, à retrouver ses propres catégories au prix de quelques franchissements de frontières et autres recompositions. Elle ne saurait ­ et c'est heureux ­ exercer la fonction normative qui est celle de nos découpages socioprofessionnels que les nécessités de l'action et les fonctions opératoires de la statistique d'État imposent comme cadre commode de structuration formelle à nos sociétés contemporaines. Si, comme l'écrit François de Singly, « le statisticien élabore ses catégories à partir d'une pré construction sociale avec laquelle il compose parfois délibérément » 13, il faut se résoudre à admettre que la démarche typologique du sociologue ou de l'historien est elle aussi construite en fonction de la problématique qu'il engage, que les faits ne sont pas donnés et que les « données » ou « data » que nous recueillons sont elles-mêmes le fruit d'un travail de classement et de codification opéré par tous ceux qui ont eu avant nous pour fonction de mettre en ordre le monde social. Mais dans quel ordre ?

Haut de page

Notes

1 Voir son article très documenté paru aux Annales de Bretagne et des Pays de l'Ouest, 1999, n° 1.
2 « L'établissement d'un tel découpage a été très coûteux, en particulier en termes de négociations » déclarent ses concepteurs dans leur article : Alain DESROSIÈRES, Alain GOY et Laurent THÉVENOT, « L'identité sociale dans le travail statistique. La nouvelle nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles », dans Économie et statistique, 152, Paris, INSEE, 1983. Si on compare ces catégories à celles de la statistique du siècle passé, la seule « avancée » consiste dans le passage des classes de superficie aux classe de dimension économique (dont l'appréciation est opérée par estimation lors du passage de l'enquêteur de l'INSEE...).
3 Le lecteur curieux se reportera à : Alice BARTHEZ, « Du labeur paysan au métier d'agriculteur : l'élaboration statistique en agriculture », dans Cahiers d'économie et sociologie rurales, 3, 1986 ; Jacques RÉMY, « Qui est agriculteur ? », dans Pierre COULOMB, Hélène DELORME, Bertrand HERVIEU, Marcel JOLLIVET et Philippe LACOMBE [dir.], Les agriculteurs et la politique, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1990, pp. 257-265 ; Jacques RÉMY, « La crise de professionnalisation en agriculture : les enjeux de la lutte pour le contrôle du titre d'agriculteur », dans Sociologie du travail, 4, 1987 , pp. 415-441.
4 Voir le remarquable numéro spécial de l'excellente revue de l'INSEE : Statistique et sociologie.­ Économie et statistique, 168, juillet-août 1984, rendant compte d'une journée organisée conjointement par la Société française de sociologie et l'INSEE.
5 Pierre Barral avait offert à Études rurales un article intitulé modestement « Notes historiques sur l'emploi du terme paysan » qui n'a rien perdu de son intérêt, comme le rappelle Jean-Pierre Jessenne. Pierre BARRAL, « Note historique sur l'emploi du terme paysan », dans Études rurales, n° 21, avril-juin 1966, pp. 72-80.
6 Sondage BVA-AGRIMAR réalisé à la demande de la FNSP et publié dans son mensuel, sous la signature de Patrick Mundler : Patrick MUNDLER, Pays et paysans, n° 23, janvier 1986, pp. 8-9. La question posée était la suivante : « De laquelle de ces définitions de votre métier vous sentez-vous le plus proche ? » En chiffres ronds, le terme « producteur » a rassemblé 20 % des suffrages, celui de « paysan » 18 %, « entrepreneur » 4 % et « agriculteur » 56 %. Il faut bien entendu resituer la réalisation de ce sondage par la Fédération nationale des syndicats paysans dans les combats syndicaux de l'époque, le CNJA mettant l'accent sur le statut d'entrepreneur de l'agriculteur tandis que les gauches syndicales se revendiquaient « paysannes » ; il est vrai que le CNJA, en 1997 n'a pas reculé devant le cumul en intitulant le rapport d'orientation à son XXXIe congrès « PAYSANS ENTREPRENEURS » : les batailles pour la domination symbolique du champ, comme dirait Bourdieu, ne sont pas les moins notables (voir supra l'article de Jean-Philippe Martin, quoiqu'il n'évoque qu'elliptiquement ce courant scissionniste de la FNSEA, néanmoins présent dans un des tableaux de son article).
7 Rose-Marie LAGRAVE, « L'agricultrice inclassable : les fonctions sociales du flou statistique », dans Rose-Marie LAGRAVE [dir.], Celles de la terre. Agricultrice : l'invention politique d'un métier, Paris, Éditions de l'École des hautes études en sciences sociales, 1987, 255 p.
8 Marcel JOLLIVET [dir.], Les collectivités rurales françaises, tome II : Sociétés paysannes ou lutte de classe au village ?, Paris, Librairie Armand Colin, 1974, 265 p.
9 S'il faut se garder de tout anachronisme, l'observation directe dans les années 1940 et 1950 de la conduite des exploitations, avec chevaux, bœufs ou vaches et des ustensiles agraires bien proches encore de ceux mis en œuvre dès la fin du XIXe siècle sur les exploitations modernes d'alors, constitue un réel et utile privilège qui, comme celui des bouilleurs de cru, s'éteindra avec ses détenteurs, mais rien ne presse…
10 Voir par exemple : Georges AUGUSTINS, « Mobilité résidentielle et alliance matrimoniale dans une commune du Morbihan au XIXe siècle », dans Parenté et alliance dans les sociétés paysannes.­ Ethnologie française, n° 4, tome 11, octobre-décembre 1981, pp. 319-328 ; Martine SEGALEN, Quinze générations de bas-bretons : parenté et société dans le pays bigouden sud, Paris, Presses universitaires de France, 1985, 405 p.
11 J'en profite pour régler un vieux compte avec Edward Shorter qui, s'appuyant sur les récits et observations de médecins de campagne ­ sans faire la sérieuse critique des sources à laquelle procède Ronald Hubscher sur les semblables discours de leurs confrères vétérinaires ­ en concluait un peu cavalièrement à l'absence de sentiments chez les rustres ; il est vrai que l'on avait déjà déduit de l'impassibilité des indiens d'Amérique sous la torture qu'ils n'éprouvaient guère de souffrance… Voir : Edward SHORTER, The Making of the Modern Family, Londres, Collins, 1976, 369 p., traduction en français : Naissance de la famille moderne, Paris, Éditions du Seuil, 1977, 379 p.
12 C'est d'ailleurs avec surprise qu'Alain Corbin avait découvert que selon les papiers du curé d'Origny-le-Butin le pauvre sabotier Louis-François Pinagot, quoique classé parmi les indigents, était en possession d'une vache. Voir le dossier : « Recherches pinagotiques », dans Ruralia, revue de l'Association des ruralistes français, n° 3, pp. 159-197 et n° 4, pp. 167-168. [lire l'introduction, les contributions de Jean-Luc Mayaud, de Jacques Rémy, de Corinne Boujot et la réponse d'Alain Corbin]
13 Statistique et sociologie.­ Économie et statistique, ouv. cité.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Rémy, « Annie ANTOINE [dir.], Campagnes de l'Ouest. Stratigraphies et relations sociales dans l'histoire. Actes du colloque de Rennes, 24-26 mars 1999, Collection histoire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1999, 552 p. », Ruralia [En ligne], 06 | 2000, mis en ligne le 25 janvier 2005, consulté le 30 mars 2017. URL : http://ruralia.revues.org/168

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page