Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Francis BRUMONT, Madiran et Saint-Mont. Histoire et devenir des vignobles, Biarritz, Atlantica, 1999, 359 p.

Gilbert Garrier

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L'auteur qui, après une thèse de doctorat sur les paysans de Vieille-Castille aux XVIe et XVIIe siècles, enseigne l'histoire moderne à l'Université de Toulouse-Le-Mirail, est gersois. D'où une grande connivence avec son sujet : « nos vins », « notre vignoble ». Il est aussi viticulteur et son vin de Madiran est aussi bon que son livre. Celui-ci, riche en matières tanniques de statistiques, de cartes, de graphiques, est parfois âpre et rugueux. Mais il est long en mémoire et donne à réfléchir pendant de longues caudalies.

2Pourquoi et comment s'est affirmée cette longévité d'un vignoble régional, attestée dès le haut Moyen Âge, plusieurs fois relancée au XVIIe ou au XIXe siècle et forte aujourd'hui de plus de 2 000 hectares partagés entre deux appellations contrôlées (Madiran et Pacherenc de Vic-Bilh) et une délimitation « de qualité supérieure » (VDQS « Côtes de Saint-Mont » ? La réponse est à la fois dans une grande diversité de la demande et dans la capacité d'adaptation des terroirs et des cépages à un constant renouvellement technique. Histoire surtout économique certes, s'excuse presque son auteur, mais sous tendue par une fine et méticuleuse analyse juridique et sociale de la propriété et de l'exploitation.

3C'est une première constante et une première constatation. Sur ces coteaux de l'Adour moyen et de ses affluents, entre Armagnac et Béarn, travaillent et innovent côte à côte des moines d'abord, ceux des prieurés bénédictins de Madiran et de Saint-Mont dès le XIe siècle, puis très vite, des notables, nobliaux gascons et bourgeois des petites villes, et surtout des paysans dans un contexte de polyculture nourricière. Les compoix, les terriers et les cadastres vendangés avec une longue patience, montrent une ascension résolue des moyens propriétaires, scandée par la très lente et incomplète conversion des landes et labours en vignobles. En fait, tout n'était pas et tout n'est toujours pas convertible, loin de là. Francis Brumont, en bon vigneron, n'ignore pas que le relief du Madiranais multiplie les expositions nord et ouest peu favorables à la maturation des raisins, que les sols argileux des « fonds » lourds et humides conviennent toujours mieux à l'élevage.

4L'attention portée à l'encépagement est une autre constante du comportement vigneron. Dès la fin du Moyen Âge, une sélection est faite, sans qu'à la différence d'autres vignobles (la Bourgogne, par exemple) les pouvoirs locaux aient à intervenir. Pour les vins rouges, émergent le tannat et le « manseng noir » ; pour les vins blancs on signale surtout l'arrufiac, le courbu et le « piquepout » (picpoul, folle blanche ou « plant de Madame »). Leur culture se fait en hautins et en espaliers, ce qui augmente le labeur, mais améliore la qualité. Au XIXe siècle, sont introduits les cabernets et le sémillon du Bordelais voisin. La reconstitution post-phylloxérique multiplie les hybrides, encore localement présents aujourd'hui hors des zones d'appellation.

5Francis Brumont démontre parfaitement que les critères de ces choix sont à rechercher dans les goûts de la clientèle. Quand elle était massivement faite de bergers pyrénéens, il fallait leur livrer des vins « noirs », rudes et épais. Quand elle se diversifie et s'urbanise (XVIIIe et XIXe siècles), c'est encore le tannat qui garantit une bonne conservation. Les clients hollandais ont dès le XVIIIe siècle porté leur choix sur les vins blancs « doux » et sur les vins de « piquepout » (picpoul) à brûler en eaux-de-vie. Dans la réponse des producteurs à cette demande, entre même, selon l'auteur, une recherche précoce des vendanges tardives et des effets bénéfiques du botrytis, à l'imitation de ce qui se faisait dès 1750 à Montbazillac et dans le Sauternais. Le Vic Bihl aurait-il, sur ce point, devancé le Jurançonnais ? La question méritait d'être posée.

6Comme l'avaient, en leur temps, bien affirmé Olivier de Serres ou Montesquieu, deux grands viticulteurs, c'est donc bien le négoce qui est, dès l'origine, le moteur de la viticulture. Francis Brumont a pu disposer d'archives privées de négociants. Elles lui permettent de dessiner la géographie très mouvante de clientèles et de restituer l'évolution des quantités vendues. Des correspondances retrouvées, n'aurait-il pas pu tirer quelques éléments sur ce que la clientèle pensait de la qualité des vins et sur les usages qu'elle en faisait ? Cela aurait même introduit la difficile question du vieillissement. Et celle toute contemporaine des vertus médicales du vin de Madiran ; très riche en polyphénols, c'est lui qui aurait la plus forte teneur en anthocyanes, donc en resveratrol, si bénéfique, nous assurent certains, à notre système cardiovasculaire. Pourrait-on se soigner au Madiran ? Cela m'arrive...

7Un des derniers mérites de ce grand livre est que l'historien moderniste n'hésite pas dans les deux derniers chapitres à faire la part belle au contemporain. Les vingt dernières années ont vu, en effet, une belle reprise de la viticulture : 1300 hectares en 1979, 2 050 en 1996. La délimitation d'origine, esquissée dès 1910, est sanctionnée par l'AOC « Madiran et Pacherenc de Vic-Bilh » obtenue en 1948. Les viticulteurs de la rive droite de l'Adour, aidés par le grand ampélographe Louis Levadoux, sollicitent en 1979 et obtiennent en 1981 leur classement en VDQS « Côtes de Saint-Mont ». Dans cette recherche et cette reconnaissance de la qualité, les syndicats locaux, et plus encore, les coopératives, (Cruseilles et la SICA « Plaimont ») ont joué un rôle décisif. Elles garantissent la survie des petites exploitations familiales, en leur permettant de ne pas se soucier de la vinification et de la vente et d'atteindre à l'excellence des techniques viticoles, à l'égal des moyennes et grandes propriétés désormais dominantes en Madiranais.

8Toutes ces permanences n'allaient pas de soi et la tradition a bon dos quand elle est seulement évoquée et comme invoquée. Francis Brumont la décompose et la recompose sur près de dix siècles d'histoire. Celle d'un perpétuel devenir, résolument progressif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilbert Garrier, « Francis BRUMONT, Madiran et Saint-Mont. Histoire et devenir des vignobles, Biarritz, Atlantica, 1999, 359 p. », Ruralia [En ligne], 06 | 2000, mis en ligne le 25 janvier 2005, consulté le 30 mars 2017. URL : http://ruralia.revues.org/166

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page