Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Michèle SALMONA, Souffrances et résistances des paysans français, Paris, Éditions L'Harmattan, 1994, 254 p.

Christian Nicourt

Entrées d’index

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Au travers de cet ouvrage se croisent les interrogations de la psychologie sociale et le récit d'une tranche de vie de recherche observant les effets du développement agricole. Le lecteur y est convié à l'examen des « dégâts du progrès » de l'agriculture, c'est-à-dire aux effets d'une politique incitative de l'État (à partir de la Loi d'orientation agricole de 1962) relayée par les organisations professionnelles agricoles, pour moderniser « à marche forcée » l'agriculture française. Comme d'autres auteurs s'interrogent à ce niveau sur les problèmes d'alimentation ou d'environnement, Michèle Salmona nous propose un regard sur le travail des agriculteurs. Les « progrès » s'y traduisent aussi bien en souffrances qu'en réactions inventives. Dans la lignée des analystes critiques du « progrès », elle insiste sur la nécessaire insertion du travail de recherche dans une perspective de transformation sociale, liée à l'intégration des acteurs aux différents stades du processus recherche. On est ici face à un plaidoyer de la recherche-action, étayé de multiples exemples. Chronologie et problématiques structurent l'ouvrage, autant pour montrer la cohérence du parcours de recherche que la variété des terrains et des objets réinterrogeant et enrichissant cette cohérence.

2La question méthodologique est centrale dans l'ouvrage. La démarche de recherche-action, impliquant fortement aussi bien le chercheur que les acteurs et permettant la richesse de l'interrogation et des sorties vers l'innovation sociale mérite en effet d'être explicitée. L'objectif est de fournir des outils aux agriculteurs dans leur confrontation aux agents du développement, de relativiser le savoir des conseillers, de mieux comprendre voire de formaliser les compétences d'expérience des agriculteurs et de rechercher des alternatives. La recherche-action est déclinée ici comme une configuration d'interlocuteurs intellectuels multiples. Elle repose sur un engagement personnel du chercheur. Les liens profonds tissés avec les acteurs la nourrissent pour surmonter les difficultés à aborder des pratiques de travail considérées comme banales et non valorisées, quotidiennes. La confiance suscitée entre ses partenaires permet d'approcher l'épaisseur de la vie sociale dans laquelle s'insère le travail. Les dispositifs d'observation sont multipliés, qu'ils soient spontanés ­ manifestations et fêtes ­ ou organisés par la recherche ­ outils pédagogiques avec des enfants scolarisés, dessin, apprentissage et usage de l'outil audiovisuel... ­. La relation entre les partenaires est familière et de longue durée. La formation joue ici un rôle central, au travers de la réalisation de stages au cours et sur les terrains de la recherche. Elle est aussi bien un espace d'observation, d'analyse et de validation, que de transmission des fruits de la recherche.

3L'analyse porte sur le cœur du dispositif de la modernisation agricole : les plans de développement. Mais elle observe ce centre depuis des espaces critiques. Certes, des demandes de réflexion sur la souffrance sont aussi adressées aux organisations professionnelles agricoles. Mais chacun connaît d'avance le refus qui sera formulé. L'enquête s'effectue alors avec les délaissés du développement : les femmes et les néo-ruraux, mais aussi ceux qui le contournent. Le rôle des innovateurs sociaux peut être apprécié ici. Il s'agit aussi de rendre hommage aux figures de ces « utopistes réalistes » : ceux qui ont pensé et innové à partir des territoires, des savoirs de leurs acteurs et de leurs potentialités, malgré le rouleau compresseur du développement.

4L'expression de la souffrance n'est pas aisée. Elle émerge difficilement dans l'entretien classique. Elle peut être repérée au travers de formes du discours inversant le réel : « le monde à l'envers », par l'existence de pratiques de remise en scène de cultes populaires ou par des manifestations de recours à des formes de sorcellerie… La souffrance emprunte des biais pour se laisser appréhender. C'est l'intérêt d'outils comme le dessin, la théâtralisation ou la production audiovisuelle de les mettre en évidence. L'audiovisuel offre un usage multiple. Au-delà d'être un outil de recherche, il fonctionne pour les acteurs en terme pédagogique d'implication-appropriation à la dynamique de la recherche. Le film permet à chacun d'exprimer ses problèmes à partir de ceux qui sont observés chez d'autres, selon une méthode comparative : filmer la traite et la projeter à des éleveuses... Ont ainsi été élaborés des modes originaux d'analyse de l'action à partir de supports graphiques spatiaux (cartes, dessins) ou temporels (calendriers) et audiovisuels. Ces méthodes laissent émerger des expressions des refoulés : peurs, risques, conflits. Ce sont des outils-supports pour des analyses comparatives au sein de collectifs. Ils permettent l'expression de situations de domination et fournissent aux dominés l'occasion de réinvestir un espace social où ils ne peuvent prendre la parole. Ils mettent à nu les rapports de domination. En ce sens ce sont des supports d'aide au changement social, par distanciation avec les situations « objectivées » par l'outil.

5Pour l'auteur, le groupe familial est un cadre d'observation central pour analyser les réponses des agriculteurs au développement. La famille, ses relations et ses histoires sont certes un moyen de compréhension des problèmes du travail. Mais l'absence d'espace privé en agriculture fait de ce cadre un observatoire privilégié des effets et des réponses aux problèmes de production et de relations avec le développement. En effet, le système familial a été intégré par la modernisation agricole comme une source de productivité et de surveillance du travail. Il s'y exerce une « violence disciplinaire » reposant sur le pouvoir de ceux qui ont une « place haute » : père, mari…

6Le travail est au centre de l'observation : ses conditions, son absence de reconnaissance, ses accidents et ses conflits. Son analyse met en évidence une sociopathologie induite par le développement. L'auteur repère trois types de coûts humains. Ils sont d'ordre psychophysiologique et concernent l'individu, relationnels et familiaux et impliquent le groupe familial, d'origine structurelle et renvoient aux interactions avec la structure. Son analyse se focalise d'abord sur les coûts des processus de décision en termes de relations et de conflits. La parole des dominées : les belles-filles, et les rapports de domination entre père et fils les mettent en évidence. Les problèmes se manifestent au sein des collectifs familiaux en termes d'échange, de réciprocité, d'évaluation comparée du travail… L'auteur montre ensuite comment la vulgarisation agricole fonctionne comme système autoritaire. Il s'agit d'un outil disciplinaire s'appuyant sur le principe d'autorité de la science et une standardisation des techniques et des comportements. Pour ceux qui sont pris au cœur du développement, l'idéologie de l'exemplarité sociale et économique fonctionne comme un système de pressions. Il implique pour le sujet une obligation de réussite, liée à un déni des phénomènes problématiques émergeant, et une angoisse vis-à-vis de l'attente sociale qui s'exerce envers lui. La souffrance est exacerbée ici par la peur de l'échec.

7Cette pression disciplinaire sur le travail amène un appauvrissement des connaissances, notamment par une formation standardisée et la reconnaissance des seules compétences algorythmicisées. Ces dernières sont montrées comme le plus souvent en contradiction avec les savoirs d'expérience. Les techniques du développement rendent en effet obsolètes les savoirs antérieurs : ainsi de l'analyse de terre pour les maraîchers... L'auteur montre néanmoins la persistance d'une « pensée sauvage », définissant des cultures techniques agricoles non reconnues. Ainsi se manifestent des savoir-faire affectifs et relationnels dans les situations homme-animal. La mise en évidence de la pertinence de ces compétences, en situations problématiques, conforte les résistances paysannes et interpelle les marges du développement. Les relations affectives avec l'animal peuvent alors apparaître comme composantes légitimes des qualifications des éleveurs. Elles interpellent ainsi la « machinisation du vivant » qu'impliquent les techniques mises en avant par le développement. La formation au sein de la recherche joue ici un rôle clé, en validant la culture technique, en la mettant en forme pour la transmettre et en nourrissant le débat.

8Paradoxalement, la négation des cultures techniques paysannes par le développement est, au travers de la résistance des individus, productrice d'innovations sociales. Leur pertinence induit une interpellation sociale. L'auteur montre comment de multiples débats surgissent des limites et échecs du développement. Ainsi, le travail masqué des agricultrices réapparaît au travers de sa comptabilité, par l'usage de la méthode des budgets-temps. Leurs compétences sont réinterrogées. La spécificité des savoir-faire sociaux des femmes apparaît alors : transferts de savoirs à partir de compétences développées au préalable en dehors de la sphère agricole ou dans d'autres lieux, gestion de la santé physique et mentale des groupes… La reconnaissance de leur travail et de leur identité peut alors être posée socialement.

9La recherche-action produit un ensemble de connaissances et définit un réseau de leurs diffusions à différents niveaux. Groupes locaux d'agriculteurs, conseillers, chercheurs et décideurs publics se trouvent impliqués dans un réseau où les débats entrent en résonance. La mise en évidence de la culture technique paysanne et de sa validité interpelle les conseillers confrontés aux exigences de terrain. Des outils pédagogiques circulent dans des collectivités paysannes. Des formations brassent agriculteurs, conseillers, chercheurs et décideurs publics. Ce système d'influence emprunte un parcours original pour faire pression sur le développement. Il s'appuie plus particulièrement sur les marginalités des centres de décision. Cependant, il s'agit ici encore d'une expression des potentialités du savoir paysan délaissé par le développement. Il y a là toute une stratégie de négociation que ne renieraient pas les éleveurs ayant pratiqué la vente dans les foires et marchés.

10En montrant que les souffrances paysannes au travail expriment une confrontation entre une démarche disciplinaire et des compétences organisées et validées par l'expérience d'individus, l'ensemble des recherches-action présenté par l'auteur s'inscrit dans la perspective d'une reconstruction d'une identité paysanne ancrée sur des territoires. Elles contribuent ainsi à l'élaboration d'une psychologie sociale comparative qu'appelle l'auteur de ses vœux, pour mieux comprendre les dynamiques produites par les diversités culturelles et sociales. Mais l'interrogation de Michèle Salmona sur les souffrances et les résistances paysannes, à l'aune des exigences de la recherche-action, est aussi une interrogation sur la déontologie du chercheur. En ce sens, la clé de lecture de l'ouvrage réside d'abord dans cette quête éthique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Nicourt, « Michèle SALMONA, Souffrances et résistances des paysans français, Paris, Éditions L'Harmattan, 1994, 254 p. », Ruralia [En ligne], 06 | 2000, mis en ligne le 25 janvier 2005, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://ruralia.revues.org/163

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page