Navigation – Plan du site
Articles

Aux origines des parcs naturels français (1930-1960) : ruralisme, naturalisme et spiritualité

André Micoud

Résumés

Les origines des parcs naturels français sont éminemment complexes. Non réductibles, en tout cas, à une rationalité naturaliste préservatrice. Cet article défend une lecture décalée, inspirée de l’herméneutique de Hans-Georg Gadamer, visant à initier un dialogue entre les interrogations du présent et celles du contexte large de création de ces parcs, entre les années 1930 et les années 1960. Une esquisse de prosopographie des acteurs de la création de ces institutions permet de mettre en lumière les schèmes assemblés pour « penser » les espaces considérés : ruralisme, naturalisme et spiritualité, qui occupent une place très importante dans les discours comme dans les orientations des fondateurs. L’analyse de quelques histoires de parcs permet de mettre en lumière cette complexité, en même temps que la postérité des gestes fondateurs, parfois peu reconnaissable dans les réalisations institutionnelles, mais souvent présente de manière sous-jacente.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

France

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Le présent article 1 n’est que le début d’un projet qui voudrait tenter de faire revenir à nos mémoires le contexte éminemment complexe ayant présidé à l’émergence des parcs naturels français. Projet auquel, bien entendu, je souhaiterais pouvoir associer toutes les bonnes volontés intéressées 2.

2Ainsi, à titre d’exemple de cette complexité, les parcs naturels français, tant les nationaux que les régionaux, s’intitulent effectivement parcs « naturels ». Or, il importe me semble-t-il, et ce sera là un des objectifs de cet article, de rappeler que cette qualification ne fut pas toujours évidente pour certains de ceux qui ont œuvré à les faire advenir. Issus de la conjonction de courants multiples et contradictoires où se trouvaient mêlés certes les intérêts pour la « protection » de la « nature » (au sens de la faune et de la flore), mais aussi ceux pour les espaces verts et le tourisme, la pratique des sports de plein-air, la santé, la préservation des modes de vie rurale, la pratique future de la chasse, la survie de l’artisanat et des cultures locales ou la régénération des citadins…, ils auraient aussi bien pu être qualifiés tout autrement.

3Si avec la diffusion de l’écologie et les préoccupations pour l’environnement, le mot de « naturel » a acquis aujourd’hui pour nous un statut d’évidence (qui, de fait, le rend pratiquement identique à l’ensemble des êtres vivants non-humains, soit la faune et flore), il est pour le moins curieux que les spécialistes ès-nature, c’est-à-dire les naturalistes n’aient, au bout du compte, dans les années 1930-1960, qu’assez peu compté dans la création des parcs dits pourtant « naturels ». Autrement dit, la « Nature » (que j’écris avec une initiale majuscule) dont il était question pour la majeure partie de ceux qui étaient les initiateurs de la notion de parc français, renvoyait peut-être à autre chose.

4L’histoire se fait toujours depuis le présent. Ce que je comprends de la façon suivante : chaque période porte en elle la nécessité d’une ré-interprétation de son passé qui lui permette de répondre aux questions nouvelles qu’elle se pose. Or, je suis enclin à penser que la nôtre est prête à s’écarter d’une approche qui, si elle a pu parvenir à faire que nos sociétés enfin, prennent en compte la nature au sens de l’ensemble des êtres vivants à protéger – et cela, sans conteste, était bien nécessaire – ne peut plus être poursuivie en l’état, qui consiste à la fois à isoler cette protection de la nature comme en des sanctuaires et aussi à la séparer des groupements humains qui sont en interaction avec elle. D’où l’intérêt me semble-t-il du projet que je voudrais présenter ici, qui consisterait à retrouver – voire à réhabiliter – ceux qui, quand bien même ils ont été très importants pour l’avènement des dits « parcs naturels » français, avaient quant à eux, des objectifs beaucoup plus larges 3. Manière peut-être, en rappelant leur mémoire, de donner des idées encore nouvelles pour aujourd’hui.

5Ou, pour être plus précis encore – c’est-à-dire, comme je l’ai appris de mes maîtres en herméneutique, Hans-Georg Gadamer 4 et Georges Devereux 5, pour tenter d’expliciter au maximum le préjugé qui gouvernerait mon travail – il s’agirait, pour mettre en cause une interprétation qui, à mes yeux, donne une part trop exclusive aux rôles des sciences naturalistes dans la création des parcs français, de chercher la manière qui pourrait aussi faire droit à l’action d’autres acteurs pour lesquels la Nature n’était pas exclusivement objet de connaissance scientifique mais aussi « forme de vie ».

6M’engager dans ce projet ne veut pas dire pour autant que je méconnais l’importance qu’a pu avoir l’appel aux savoirs scientifiques, surtout d’ailleurs dans l’invention des réserves et, aussi, ensuite, pour faire que, pratiquement, tel ou tel espace devienne éligible au statut de parc ; cela m’invite simplement à faire un pas de côté pour poser une autre question : comment se fait-il que, pratiquement, parmi tous les espaces potentiellement éligibles ce soit, dans ces années inaugurales, certains plutôt que d’autres qui aient été reconnus ?

7Comme mon titre, bien aventureux, l’énonce, une direction est là qui, posée comme hypothèse, indique dans quel sens il faudrait chercher. Expliciter chacun des mots de ce titre constituera donc l’exposé de ma problématique, et aussi la première partie de cette contribution. La suite consistera plus modestement en l’analyse de quelques documents en matière d’introduction à une étude prosopographique qui pourrait représenter un des chapitres de cette histoire restant encore largement à écrire.

Explication des mots du titre valant exposé de la problématique

Aux origines des parcs naturels français…

8Beaucoup d’ouvrages ont déjà exploré cette question 6. Toutefois, il ne m’a pas semblé nécessaire d’en faire ici la recension systématique. C’est que dans le pluriel qui pointe vers ce « aux origines » – et qui laisse entendre que celle-ci (au singulier) ne peut-être, par définition, qu’inconnaissable – ils ne me semblent pas suffisamment faire droit précisément à ces trois dimensions « ruralisme, naturalisme et spiritualité » qui forment les trois mots suivants de mon titre.

…(1930-1970)…

9Il y a auparavant, dont je voudrais rendre compte d’abord, cette périodisation qui, peut-être, semblera étrange à des historiens, en ce que, notamment, elle semble ignorer la coupure de la Seconde Guerre mondiale. Je voudrais montrer, moi qui ne suis pas historien mais sociologue, deuxième objectif de cet article, que la temporalité de la maturation (ou de la succession générationnelle) peut être une question spécifique amenant à s’affranchir des découpages par trop conventionnels tels que les disciplines les instituent.

10Il me paraît que, comme la chronologie invite à le penser, l’avènement et la lente consolidation de cet ensemble informe (que j’ai dit aussi complexe) dans lequel se tiennent ensemble les trois dimensions du ruralisme, du naturalisme et de la spiritualité, ne sont pas pensables sans la conjonction : 1°) de l’expérience traumatique que la Première Guerre mondiale a provoqué chez ceux qui l’ont connue dans leur jeunesse, 2°) de la grande dépression des années trente, 3°) de la « Révolution nationale », qui a pu apparaître comme une réponse à certains et 4°) de ce que l’expérience de la Résistance a pu apporter à d’autres – parfois aux mêmes. Comme si, par-delà et à travers la Seconde Guerre mondiale, et peut-être à cause d’elle, s’était poursuivi jusqu’aux années 1950-1960, avec une force assez importante, un mouvement plus ancien dont la temporalité, précisément, ne coïncide pas avec celle des « histoires officielles d’après coup », quand l’institution une fois en place écrit sa mémoire en effaçant les traces de son écriture 7.

Ruralisme, naturalisme, spiritualité

11Ce n’est pas par hasard, bien entendu, que j’ai employé les termes de ruralisme, de naturalisme et de spiritualité pour qualifier ce que j’appelle ainsi un « mouvement ». J’imagine, bien entendu, que c’est le troisième de ces termes qui peut le plus poser question. Je l’espère même puisque, pourquoi le cacher, je ne l’ai pas employé sans une certaine intention provocatrice.

12Je pense pourtant que ce troisième terme n’est pas dissociable des deux autres. En effet, dire ruralisme précisément, c’est convoquer quelque chose de plus que « espace rural » (avec cet accent technocratique et aménageur qui, de fait, ne va viser de plus en plus que le seul espace agricole). Mais ce n’est pas non plus dire « ethnologie des campagnes » ou « protection du patrimoine rural ». Avec ce mot de « ruralisme », qui inclut certes mais qui dépasse aussi, et les projets d’aménagement de l’espace rural d’un côté, et la collecte scientifique de ses us et coutumes plus ou moins folkloriques de l’autre, je veux commencer à introduire en effet ce qui est attendu de la « campagne » (à la fois « naturelle » et « éternelle »… ?) et qui va se dire par les termes de « régénération », de « retour » à un essentiel, de critique de la modernité en tant qu’elle détruirait certaines valeurs culturelles fondamentales que, dans le vocabulaire de l’époque, on osait nommer « spirituelles ».

13De la même façon, dire naturalisme ne saurait se réduire aux manières actuelles de penser la protection de la nature dans les seuls termes de l’écologie. Avec ce mot de naturalisme, je veux déjà indiquer cette dimension idéologique qui, à la nécessité de protéger les plantes et les animaux « sauvages », associe ce respect quasi-religieux de la nature, y compris de la nature travaillée, mais aussi ce sentiment océanique de la petitesse de l’homme par rapport à elle et de l’effort que sa fréquentation exige ; et encore la fascination qu’exerce son organisation merveilleuse, ou la vénération dont elle peut faire l’objet en tant que manifestation toujours continuée de la force vitale ; voire aussi la contemplation à son endroit considérée comme une sorte de prière de louange au « Créateur ».

14Enfin, dire spiritualité donc, qui récapitule déjà en partie ce que je viens de dire, est une manière d’essayer de faire droit à ce qui était le vocabulaire d’une grande partie des hommes, qu’il soient hommes d’action ou hommes de pensée, qui ont œuvré pour la création de ces espaces singuliers pensés comme espaces pour une « forme de vie » salvatrice, souvent qualifiée d’humaniste, au cœur du mouvement d’ensemble alors défini et vécu douloureusement comme mouvement d’industrialisation et d’urbanisation généralisées...

15J’ai bien conscience, assurément, de la difficulté de la tâche qui m’attend et, plus précisément du risque qu’elle comporte de surinterprétation du matériel que je vais avoir à analyser. Sauf que, me semble-t-il, je ne pars pas sans bagage. Et notamment sans cette espèce de vade-mecum méthodologique qui me sert depuis quelques années déjà à explorer cet univers extrêmement touffu que j’appelle la compréhension de la production des œuvres humaines.

Pour une lecture herméneutique à l’âge de la raison 8

16Au-delà de son usage canonique d’interprétation des textes sacrés – celui-là même qui a trop servi à le déconsidérer aux yeux des laïcs ignorants des savoirs nés avant eux – l’art herméneutique peut être étendu, comme l’a montré Paul Ricœur 9, à l’interprétation de l’ensemble des œuvres humaines. L’art, et non pas la « science » herméneutique, puisque aussi bien le projet de compréhension (au sens très fort de ce terme) qui est celui de l’herméneutique, et la posture de connaissance qui en émane, sont en décalage avec ce qu’enseigne la vulgate scientifique. La compréhension en effet, au-delà de l’explication, engage le sujet interprète lui-même sans la participation duquel elle ne saurait advenir 10.

17Même si cela peut y ressembler, ce que je souhaite faire ne ressortit donc pas à ce qu’on appelle communément l’histoire des idées. D’abord parce que je ne suis pas historien, ensuite parce que les idées comme telles ne sont pas objectivables. Ce sont les œuvres concrètes qui en sont les manifestations observables ; comme l’inconscient (c’est-à-dire le désir qui ne se connaît pas lui-même comme tel) qui ne se manifeste que dans des productions signifiantes symptomales. Productions signifiantes qui ne peuvent être dites symptomales que depuis le projet de compréhension qui les accueille. Un symptôme, nous dit Freud, est un « texte » qui est incompréhensible tant qu’on n’a pas compris le contexte dans lequel il prend sens. Soit donc : à la place des idées, je mets les œuvres qui les manifestent (des signifiants), puis je considère ces œuvres signifiantes comme des symptômes, desquels symptômes (dont je ne comprends pas le sens a priori), je dis qu’ils ne peuvent pas exister sans le projet actuel de les comprendre. D’où je conclus que ces idées-œuvres-signifiantes-symptômes sont efficientes puisque aussi bien elles continuent, aujourd’hui même, à me poser question (selon le principe de l’histoire de l’efficience de Hans-Georg Gadamer 11).

18Poussant le raisonnement un peu plus loin, mon hypothèse de travail est de dire que ce qui est efficient dans l’ordre des œuvres, ce sont les schèmes qui y sont inclus (qui y sont « à l’œuvre ») dans la mesure bien sûr où ils « tiennent » ensemble – en tant que schèmes précisément – des expressions apparemment disparates mais pourtant comme secrètement liées les unes aux autres. Ce qui fait que, sociologiquement parlant cette fois, il doit être possible de mettre à l’épreuve cette construction théorique en vérifiant si les collections de schèmes présentes dans les œuvres collectives apparemment disparates correspondent de fait aux collectifs humains (qui peuvent être des nébuleuses, des mouvances, des cercles affinitaires…) qui, à un moment donné, se recommandent des dites mêmes œuvres.

19Le schème (au sens kantien) est une représentation intermédiaire, homogène à la fois, d’une part au concept pur (en ce qu’il ne contient rien d’empirique) et, d’autre part, aux perceptions (en ce qu’il appartient à l’ordre du sensible), et qui, par la suite, permet la subsumption indirecte des perceptions ou des images sous les catégories 12. Comme j’ai pu déjà m’en servir ailleurs, je me permets de dire, en suivant en cela la théorie des trois formes d’intelligence selon la philosophie médiévale, que ce schème se laisse voir sous trois formes : celle de la figure (sensible), celle du concept (rationnel) et celle de la catégorie (juridique, mais que les médiévaux disaient « mystique »).

20Un mot en particulier retient mon attention dans cette définition empruntée au vocabulaire de Lalande, c’est celui de « sensible », qui pointe vers une forme de connaissance qui sait qu’elle ne doit pas tout au seul intellect, parce qu’elle engage le corps. « Alpinus en 1843 disait à un de ses amis, brillant avocat : "tu sais le mot, mais le pâtre sait la chose" ». J’aimerais précisément terminer cet article en revenant sur cette dimension du « sensible » pour voir comment, peut-être parce que plus familière à nos oreilles d’aujourd’hui, elle pourrait permettre d’accéder à ce qui se nomme, toujours fort énigmatiquement, « spiritualité » 13.

21Mais nous voilà un peu loin de notre objet concret que je définirais comme suit : essayer à partir d’une espèce de socio-histoire du paysage intellectuel de l’époque, de faire valoir un point de vue qui consisterait à montrer en quoi cette histoire des parcs naturels français nécessiterait de tenir ensemble deux dimensions : pas seulement la dimension institutionnelle permettant de dessiner le cadre des actions possibles, mais aussi cette dimension « spirituelle », manière de nommer de l’époque ce qu’on appellerait aujourd’hui la pensée « sensible » 14, « utopique » ou « inspirée » 15, qui a pu permettre que se développent et que se diffusent les schèmes créateurs de ces nouveaux espaces.

Présentation et analyse de quelques pièces

Éléments pour une prosopographie

22La pièce dont je dispose pour esquisser cette prosopographie se présente de la façon suivante 16 :

1955-1958

PARCS DE FRANCE

Adhésions au comité de patronage ou au

conseil d’administration de l’association

23Suit une liste de 60 noms avec leurs fonctions rangés selon les rubriques suivantes :
« Présidence (1)
Ministres (13)
Académie Française (4)
Institut (5)
Directeurs généraux de ministère (8)
Personnalités (29) »

24La provenance de ce document 17, le fait que son nom n’y figure pas, la datation, 1955-1958, me laissent de penser qu’il s’agit d’un récapitulatif rédigé par Gilbert André lui-même de toutes les personnes ayant été membres de l’association entre 1955 et 1958 – association dont, en fait, il fut le créateur. Émile Leynaud consacre quelques pages à Gilbert André dans son petit livre L’État et la nature : l’exemple des parcs nationaux français ; contribution à une histoire de la protection de la nature 18. Pour dire, entre autres choses que je retiens ici pour mon propos, que Gilbert André « est dans sa démarche très marqué par la pensée de G. Thibon [et qu]’il ne cache pas ses attaches profondément chrétiennes » 19.

25Un Gustave Thibon qui figure effectivement parmi les personnalités de la liste en question et qui écrira le préambule de l’article sur les parcs nationaux, paru en novembre 1957 dans le cahier n° 8 de la revue Rivières et forêts 20. Préambule dans lequel on peut lire : « Car le sauvetage de la nature s’identifie avec le sauvetage de l’homme : l’être dépend du cadre où il vit comme les poumons de l’atmosphère. En renouant le "pacte nuptial" avec la création, l’homme se réconciliera également avec lui-même. Il est bon, il est nécessaire qu’un haut lieu privilégié nous offre le spectacle et l’exemple de cette unité, souvenir de l’Eden et promesse du paradis où, suivant la parole d’Isaïe, la terre est comme une épouse et l’homme comme son fiancé » 21. De Gustave Thibon, signalons qu’il fut, avec François Perroux et Jean-Marie Gatheron, l’un des signataires, en septembre 1941, du manifeste d’où devait naître l’association Économie et humanisme du père Lebret – jusqu’à ce que, comme l’explique Denis Pelletier 22, il ait été contraint d’en démissionner en décembre 1944 pour cause de collusion, sinon d’engagement avec le régime vichyste 23.

26En tant que membre de l’Institut cette fois, figure dans cette liste le philosophe existentialiste Gabriel Marcel (1889-1973), préfacier du livre pessimiste et tragique Diagnostic. Essai de physiologie sociale, que Gustave Thibon avait fait paraître en 1940 et où il s’en prenait violemment à la revue Esprit d’Emmanuel Mounier 24.

27Toujours dans la liste de l’Institut, on relève les noms de :
- Roger Heim (1900-1979), qui fut un moment au jardin alpin du Lautaret puis, après avoir été arrêté par la Gestapo, torturé et déporté, devint à la Libération directeur du Muséum national d’histoire naturelle et, pendant 15 ans, président de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Voilà donc un naturaliste ! Certes, mais pas n’importe lequel, qui avait publié en 1952 un ouvrage intitulé Destruction et protection de la nature 25 : « L’homme », peut-on lire dans l’introduction de ce livre essentiellement consacré à un inventaire des dommages causés à la nature, « est aujourd’hui sur une crête, devant l’abîme qu’il a creusé ».
- Raoul Blanchard (1877-1965), apôtre des parcs, géographe des Alpes, doyen de l’université de Grenoble après un séjour en tant que professeur au Québec (où une montagne des Laurentides porte son nom) et qui fut surtout le fondateur de la Revue de géographie alpine, qu’il anime pendant 50 ans.

28 Deux autres membres de l’institut figurent dans cette liste : Gabriel Puaux, sénateur, et Philibert Guinier (1876-1962), fils du forestier Ernest Guinier, lui-même forestier et botaniste. il fut directeur de l’école de Nancy, considéré par les forestiers comme un des pionniers de l’écologie ; il a manifestement marqué plusieurs générations de forestiers.

29Les personnalités présentes au titre de membres de l’Académie française sont, elles aussi, très représentatives. Ce sont :
- Georges Duhamel (1884-1966), l’écrivain humaniste (auquel font allusion Bertrand Hervieu et Danielle Hervieu-Léger 26), mais qui est surtout connu, après sa visite aux parcs américains et canadiens, pour son essai paru en 1932 dans lequel il avance l’idée d’un Parc du silence, qu’il ne cessera de reprendre par la suite, jusque dans l’accompagnement des projets des années 1950.
- André Chamson (1900-1983), protestant éminent et cévenol respecté qui fut même gardien d’alpage par choix dans sa jeunesse, résistant sous l’Occupation et dont je crois me souvenir qu’il eut un certain rôle dans la création du parc national des Cévennes, mais qui, en tout cas, pris sept fois la parole aux Assemblées du désert entre 1953 et 1979.
- Daniel Rops (1901-1965), écrivain catholique s’il en est, qui, dans un numéro du Figaro de 1954, a chanté les louanges du géographe Raoul Blanchard déjà nommé, et s’en est pris violemment aux projets de barrage d’EDF à Tignes et Val-d’Isère.
- Henry Bordeaux (1870-1963), écrivain dont les œuvres célèbrent la famille, les valeurs traditionnelles, religieuses et morales ainsi que sa Savoie natale, et qui fut celui à qui il revint d’accueillir Georges Duhamel sous la coupole en 1930.

30Dans la liste des ministres, on retiendra Eugène Claudius-Petit, ancien ministre de la Construction, et Joseph Fontanet (alors député de Savoie). Aucun des directeurs généraux des services des ministères n’étant connus de moi, je passerai à la liste des personnalités pour, là encore, ne mentionner que ceux pour lesquels je dispose de quelques informations 27.

31J’ai déjà signalé la présence de Gustave Thibon dans cette liste des personnalités, auquel j’ai envie d’associer cet autre écrivain qui y figure aussi, Henri Pourrat (1887-1959). Que dire de lui, sinon qu’il figure dans cette lignée des chantres d’une ère paysanne au moment où ils perçoivent cruellement sa disparition prochaine 28 ; que c’est à ce titre qu’il a entretenu des liens étroits avec cet autre grand écrivain des paysans et de la terre qu’est le suisse Charles Ferdinand Ramuz, qui vint même lui rendre visite dans sa maison d’Ambert ; écrivain dont l’œuvre suffirait presque à elle seule à illustrer le sens du mot « ruralisme » que j’ai risqué dans cet essai. À côté d’une œuvre d’écrivain, d’une autre d’ethnographe amateur ayant recueilli des centaines de contes, chansons et légendes populaires dans son Auvergne natale, il est aussi celui qui a rédigé quelques essais, dont ce fameux Chef français qui, édité en mars 1942, apparut comme une hagiographie du maréchal Pétain. Mais aussi l’écrivain qui avait reçu le prix Goncourt en décembre 1941 pour son roman Vent de mars, publié la même année chez Gallimard, prix décerné par un jury dans lequel figuraient notamment Roland Dorgelès et Léon Daudet et qui fut interprété comme une consécration de liens privilégiés avec le régime de Vichy (alors même qu’il était dédié à Jean Paulhan, passé dans la clandestinité résistante).

32Autre personnalité dans cette liste, l’un des plus jeunes et du côté du « naturalisme » cette fois : Samivel (1907-1992), écrivain, cinéaste alpiniste et magnifique illustrateur à qui tant d’amoureux de la montagne doivent de savoir la regarder avec ses yeux de poète sensible. Ami de Théodore Monod, attaché aux « valeurs traditionnelles », il fut très tôt un ardent défenseur de la « nature ». Il fit paraître en 1954 un article dans la revue du Club alpin français, La Montagne, pour s’opposer radicalement au projet de téléphérique reliant l’Aiguille du Midi au col du Géant 29. Absent au colloque de Lurs, il y fit parvenir une lettre qui, reproduite dans les actes 30, témoigne de son engagement en faveur de la faune sauvage.

33Pourtant, toujours dans cette même liste de personnalités, que l’on ne s’y trompe pas, d’autres noms figurent qui pourraient ouvrir vers de tout autres cercles. Je ne fais ici que les énumérer : Louis Armand, président de la SNCF, mais surtout co-auteur avec Jacques Rueff, président d’Euratom, du fameux rapport Armand-Rueff ; Émile Bollaert, président de la Compagnie nationale du Rhône, et Gilbert Tournier, directeur de la même CNR ; Roger Blais, directeur de l’Institut national agronomique ; André Deffert, président du Touring club de France ; Jean Ripert, directeur du Commissariat au plan ; Jean-François Gravier, chargé de mission au Commissariat au plan, et surtout auteur du célèbre Paris et le désert français 31 ; Georges-Henri Rivière, directeur du Musée des arts et traditions populaires (et aussi de l’ICOM, de 1948 à 1966) et inventeur, avec son successeur Hugues de Varines, du mot et du concept d’écomusée… À propos de Georges-Henri Rivière, on peut lire dans L’Environnement entre au musée, la petite chronique que Jean-Claude Duclos, du Musée dauphinois, fait de la rencontre de celui-ci avec Jean Blanc 32, berger-éleveur transhumant, qui a participé à la création des parcs naturels régionaux et qui est l’un des initiateurs des écomusées 33. Georges-Henri Rivière le rencontre en 1959 à Paris, à l’occasion d’une exposition sur Jean de Brie, auteur au 14e siècle du Grand calendrier et compost des bergers. Jean Blanc vit l’été à Saint-Véran dans les Hautes-Alpes, où vient aussi Serge Antoine (qu’on retrouvera à Lurs) qui y possède une maison et qui, alors conseiller référendaire à la cour des comptes, participe à la préparation des jeux olympiques d’hiver de Grenoble, qui vont avoir lieu en février 1968. Serge Antoine, séduit par le personnage et parce qu’il lui fait découvrir la montagne, le charge d’une mission à la Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (DATAR). Et Jean-Claude Duclos poursuit ainsi : « De là naît cette idée toute simple qui va consister à ne plus raisonner qu’en terme de "pays", soit de territoires homogènes, tant sur le plan naturel que culturel, au mépris de toute limite administrative si ce n’est celle de la commune. Ce petit groupe ne va cesser, dès lors, d’élargir le champ des personnes et des compétences consultées, prenant soin d’éviter que les naturalistes et les promoteurs d’activités sportives et de loisirs n’imposent leurs vues » 34.

34D’autres noms viennent à l’esprit dont les œuvres, me semble-t-il, ont compté dans cette exaltation à l’endroit d’une nature et/ou d’une campagne restauratrice. Auteurs qui, tous marqués profondément par la Première Guerre mondiale et ses déchaînements de techniques meurtrières, ont essayé de rêver de paix. On pense à Jean Giono bien sûr, avec l’expérience du Contadour à la fin des années 1930, mais aussi à Joseph Delteil (1894-1978), qui quitta la vie parisienne pour rejoindre ses « garrigues de Montpellier » quelques années auparavant ; à Marcel Légaut (1900-1990) qui se fit paysan en Drôme en 1940, à Lanza del Vasto (1901-1981) retiré à la Borie-Noble, et que Gilbert André a bien connu puisqu’il séjourna plusieurs semaines dans sa communauté.

35Et bien d’autres archives restent encore à dépouiller, depuis celles du Club alpin français jusqu’à celles du Touring club, en passant par celles des différentes branches du scoutisme, ainsi que des différentes associations ayant accompagné ce changement progressif du regard sur la « nature » et sur la « campagne » (Aménagement et nature, Font-Vive, Alpes de lumière, les Compagnons du Gerboul…). Un tel travail permettrait, me semble-t-il, de mieux comprendre le sens à donner à la liste des 130 participants aux journées de Lurs qui, en 1966, devaient créer ces objets si singuliers que furent, à leur apparition, les parcs naturels régionaux.

Présentation et brève analyse de Pour un parc national français 35

36Comme l’a justement écrit Isabelle Mauz 36, qui titre le paragraphe qu’elle consacre à Gilbert André « Faire de toutes les Alpes un parc culturel ! », « Le projet de G. André est basé sur une conviction : les hommes dépendent des lieux qu’ils habitent ou, pour le dire plus brutalement, le lieu façonne l’homme. Or, pour Gilbert André la montagne est admirable et la ville exécrable ». Dans ce texte de Gilbert André, dont le sous-titre est « Mission du projet français de parc national », il est vrai que les mentions sont tellement nombreuses qui vont dans ce sens qu’il faudrait le citer en entier. Là encore, et toujours à l’appui de ma thèse, je ne retiendrai que les passages et les expressions les plus probantes. Du côté de la ville, la qualification la plus souvent reprise est celle de l’« asphyxie », qui fait que les hommes s’y « étiolent » ou que, citation d’Alfred Sauvy dans le texte, elles sont « le tombeau de la race ». Avec son « atmosphère enfumée, mécanisée, standardisée, précipitée, confortable… [elle est ce qui] soustrait notre jeunesse à tout ce qui en elle est Santé et Vie » (p. 28). « À ce jeune citadin étiolé, dispersé, surtendu… il est urgent d’apporter le seul remède qui soit : un contact fécond avec les sources cosmiques et spirituelles dont il dépend directement et dont la ville le sépare de plus en plus dangereusement » 37. Un parc comme celui auquel pense Gilbert André pour les hautes vallées de Maurienne et de Tarentaise « l’appelle tout naturellement à devenir pour les citadins un lieu de repos et de régénération » 38.

37Les références sont à Samivel pour la protection de la faune et de la flore (p. 7), à Georges Duhamel pour le « silence » (p. 15), à Bergson et à Rodin pour les bienfaits du travail manuel artisanal éducatif (p. 25), à Alexis Carrel pour ce qui est de la formation « d’une élite dure et ardente » (p. 28), à Bodin pour qui « il n’est de richesse que d’homme » (p. 20), à l’Autriche, au Valais et au val d’Aoste pour ce que ces régions ont su inventer de tourisme rural et d’entretien de la montagne par les habitants, mais aussi au village de Laviolle en Ardèche ou à celui de Bonneval-sur-Arc pour la concertation avec les habitants. Puisque aussi bien, pour Gilbert André, si le parc est fondamentalement le lieu où les citadins pourront se guérir des maux de la modernité urbaine, il est toujours et en même temps le moyen pour les autochtones « de retrouver leur dignité ».

38Enfin, c’est dans les dernières pages de ce texte que s’aperçoit le mieux la place que la montagne occupe dans l’esprit de Gilbert André : elle seule – à l’instar de la mer et du désert – peut être une véritable école. C’est celle avec quoi il n’est pas possible de « mentir ». Elle soumet l’homme à ses rythmes, elle met d’emblée l’esprit en contact avec les « lois cosmiques » pour faire naître tout naturellement des conceptions qui s’inspirent de son harmonie (p. 32). C’est dans le silence et la solitude que toutes les personnalités qui ont marqué nos civilisations ont lentement mûri (p. 33).

39Nulle part, on l’aura remarqué, ne figure l’expression de « parc naturel », tant il est vrai que, pour Gilbert André (que plusieurs qualifieront « d’utopiste »), il s’agit bel et bien avant tout d’une affaire de culture concernant le bienfait des hommes.

Présentation et brève analyse de « Définition du parc » par l’abbé Pierre Martel 39

40Pierre Martel est né en 1923 au Grand-Labouret, sur le plateau d’Albion ; il fait des études au séminaire de Digne et est successivement curé de Simiane de 1953 à 1955, puis de Mane de 1950 à 1960. Il est ensuite aumônier fédéral de la jeunesse rurale de 1960 à 1969. Il renonce au statut ecclésiastique en 1969 et se marie religieusement en 1978. Il a trois enfants. Sa femme obtient un contrat avec le CNRS pour réaliser un atlas linguistique de la haute Provence. Il est décédé en janvier 2001. Il crée l’association Alpes de lumière en 1953 40.

41En 1956, ont lieu des pourparlers pour la création d’un parc de haute Provence, avec notamment ceux qui s’intéressent aux projets de parcs nationaux : Eugène Claudius-Petit, Jean-Marie Gatheron, le docteur Pierre Richard. Il est question un moment d’un « Parc de santé de la France », ou encore d’une zone protégée pour la Croix-Rouge des monuments prévue par la convention de La Haye. En octobre 1957, c’est Gilbert André qui prend l’initiative d’une rencontre auprès du super-préfet de région, à Lyon, où l’on retrouve François-Benard, Claudius-Petit, Prothin, Cazaux, Villot, Tournier et Thibon. Pour la réunion constitutive de l’Association nationale des parcs de France, le 6 novembre 1957 à Paris, l’abbé Martel présente un rapport sur la nécessité de l’éducation des adultes dans la réalisation des parcs nationaux. Dans un numéro de 1958 de la revue Rivières et forêts, Pierre Martel publie un article intitulé « Les Alpes de Lumière deviendront-elles un refuge mondial de la culture et le Parc de Santé de la France ? »

42L’article de l’abbé Pierre Martel, intitulé « Définition du parc », est assez court. Il insiste notamment sur « la présence de l’homme, des hommes dans la mesure où leur présence apportera quelque chose à la nature et où la nature leur apportera quelque chose à eux-mêmes. C’est là éminemment une œuvre constructive de restauration, de vitalisation, d’enrichissement mutuel de l’homme et de la nature, et non pas seulement œuvre négative de préservation, de congélation de cette dernière, ce qui constituerait un excès inverse » (souligné dans le texte). Le texte se poursuit par une citation de Eugène Claudius-Petit : « Le parc ne doit pas être ni une nature envahie, ni une nature interdite mais une nature magnifiée », avant de développer ce qu’il appelle « la vocation des territoires » puis de reprendre le « modèle pensé par Gilbert André et établi par les services de M. Prothin pour la Vanoise, [dans lequel] il semble indispensable qu’un Parc comprenne plusieurs zones étagées... » 41. Pierre Martel indique enfin quelle est, selon lui, la fonction essentielle du parc : « améliorer les relations et multiplier les échanges entre l’homme qui habite ou parcourt une région donnée et les richesses de la nature que possède cette région, en préservant celles-ci, tant des fléaux naturels qui les menacent, que des interventions néfastes des hommes ». Où l’on voit, là encore, qu’à l’origine des parcs cette protection de la nature telle qu’on peut l’entendre aujourd’hui n’était pas la préoccupation principale.

43L’association Alpes de lumière existe toujours, elle a été à l’origine du musée de Salagon et des jardins de Mane dédiés à l’ethnobotanique des plantes provençales. C’est devenu un « ethnopôle » de la Mission du patrimoine ethnologique du ministère de la Culture. En octobre 2003 se tient à Forcalquier le colloque « Associations, développement et patrimoine », à l’occasion des 50 ans de la création d’Alpes de lumière. « Le mouvement associatif Alpes de Lumière est né il y a 50 ans d’un constat négatif – la mort d’un pays par abandon de ses habitants et mutation profonde de la civilisation qui le mettait en valeur – et d’une espérance vive en l’énergie positive de la jeunesse issue de la guerre, et surtout en la richesse indéfectible, et porteuse d’avenir, de cette civilisation essentiellement paysanne, menacée de destruction totale par l’avènement des temps modernes », peut-on entendre de la bouche de Jean-Claude Bouvier, président de l’association 42.

Font-Vive et le docteur Richard 43

44Les associations Alpes de lumière et Font-Vive, je l’ai déjà mentionné, entretiennent des liens étroits. On peut d’ailleurs lire l’actualité maintenue de ces liens dans le n° 125 du Lien des chercheurs cévenols–Font-Vive, paru en avril-juin 2001, où paraît un « Hommage à Pierre Martel », signé par Pierre A. Clément. L’association Font-Vive a été créée en 1961 à Génolhac par les docteurs Pierre Richard et Pierre Pellet, Roland Calcat, et maître Bieau. Le père Lebret est venu plusieurs fois aux Vans dans la maison du docteur Richard qui, père d’une famille nombreuse, aurait été aussi le modèle du héros d’un roman de la série « Les hommes en blanc » consacré au médecin de campagne de André Soubiran. On peut lire avec profit ce qu’il dit au colloque de Lurs pour s’insurger notamment qu’il ne soit question que de la santé des urbains et jamais de celle des paysans 44. Il fut, avec Huguette Nicolas (elle-même en lien étroit avec Georges-Henri Rivière et le musée des ATP), à l’origine de la création en 1961 de l’association ardéchoise des Compagnons du Gerboul 45, dont l’objet social visait à « la restauration de la vie rurale toute entière par le moyen de l’artisanat d’art rural ».

45Qu’il me soit permis ici de citer quelques-unes des phrases qui, dans les bulletins de l’association, décrivent ce que doivent être ces objets issus de « l’artisanat d’art rural » (expression qui, devenue aujourd’hui familière, est ici employé pour la première fois). « Des objets qui évoquent l’agriculture puisque fabriqués pendant les temps morts ils visent à la signifier par la médiation d’objets quotidiens traditionnels et utilitaires confectionnés à partir de matière noble parce qu’elles sont d’origine agricole, c’est-à-dire naturelle ». Mais aussi objets paysans parce « qu’évoquant des régions où ils ont été faits et où le citadin trouve cette paix, ce silence, cet équilibre qu’il a perdus en ville et dont il garde une grande nostalgie ». Mais comme il en allait du projet de parc de Gilbert André, ici aussi cette œuvre poursuit un autre but : celui de redonner à des ruraux, abandonnés de tous, un peu de cette dignité. « Vous venez nous aider à mourir ont dit les paysans à H. Que du moins cette présence humble, qui se veut toute petite et fervente, rende le passage moins difficile, moins abandonné » 46.

46Dernière citation, extraite celle-ci d’une carte (de vœux, d’adhésion ?) éditée par les Compagnons du Gerboul et signée APPCA 60 : « La France ne se comprend pas sans la terre que des générations de Paysans ont "faite" – c’est parce que le génie Français y a puisé la sève que l’abandon des campagnes est une perte irréparable de substances spirituelles » 47.

* * *

47J’avais dit que je voudrais revenir sur le sensible comme manière de comprendre, ou de traduire pour aujourd’hui, ce mot un peu provocateur de « spiritualité ». Émile Leynaud quant à lui parle plus prudemment, pour cette période des années 1950 et 1960, d’une « idéologie humaniste et naturaliste à la fois » 48. Mais foin de ces euphémismes, comment comprendre aujourd’hui l’emploi de ce mot de « spiritualité » ? D’une première façon peut-être : avant que les parcs aient lieu, ils ne pouvaient avoir lieu que dans les têtes, en esprit. Et donc susceptibles de venir assouvir tous les rêves de paix et d’harmonie d’hommes qui, ne l’oublions pas, avaient pour la majorité d’entre eux 49, vécu laPremière Guerre mondiale dans leur prime jeunesse et éprouvé les souffrances de la Seconde en plein dans leur âge adulte. Des hommes donc, deuxième façon peut-être de justifier cet emploi, qui tous, à un moment ou à un autre, ont été amenés à douter fortement des valeurs, seulement techniciennes et seulement économiques de la « modernité » et qui, pour cette raison, ont pu chercher le réconfort vers des havres de solitude, de retraite, de silence… Des hommes enfin, troisième façon de comprendre ce mot, qui voyaient disparaître sous leurs yeux, plus que la nature au sens de la faune et de la flore, d’abord et avant tout la nature travaillée par les hommes et peu à peu désertée, les paysages de leur enfance, les us et coutumes d’une vie rurale qu’ils avaient tous peu ou prou partagée à un moment de leur vie, qui voyaient en somme une culture disparaître à jamais.

48Je crois bien que c’est parce qu’ils avaient ressenti « sensiblement » dans leur chair ces choses empiriques de leur temps, qu’on peut dire de leurs aspirations qu’elles étaient spirituelles. Si du moins on pense que ce qui se dit sous le terme de spiritualité (ou de concept pur, selon la définition philosophique du schème) n’est au fond, et paradoxalement, que ce que l’être vivant dans sa plus grande sensibilité ne sait comment manifester.

49Au colloque de Lurs 50, ça et là, on peut encore entendre résonner leurs voix, sauf que la machine administrative est déjà en marche qui, peu à peu, va les recouvrir pour faire advenir quelque chose qui, certes, ressemble un peu à ce qu’ils appelaient de leurs vœux ; mais qui, parce qu’il s’agissait de désirs, ne pourra jamais les combler. Jamais les utopies ne se réalisent, elles ne sont là que pour faire avancer vers un ailleurs imaginé en réponse à ce qui se révèle être intolérable.

Haut de page

Notes

1 Cet article a été rédigé à partir d’une communication orale au séminaire du 12 mars 2005 du Laboratoire d’études rurales de Lyon dirigé par Jean-Luc Mayaud.
2 Qu’il me soit permis de remercier ici tout particulièrement Isabelle Mauz, qui m’a obligeamment prêté des documents et qui a relu attentivement une première version de ce texte.
3 Un vaste programme de recherche a été initié qui, sous l’intitulé « Nature protégée et sociétés locales » se propose, entre autres, de travailler l’histoire et la mémoire des parcs nationaux en métropoles. À ma connaissance, mais sans pouvoir en inférer quelque interprétation que ce soit, ce programme n’a pas donné tout ce qu’on pouvait en attendre, hormis toutefois les publications remarquables dues à Isabelle Mauz : Isabelle MAUZ, « Comment est née la conception française des parcs nationaux ? », dans Revue de géographie alpine, n° 2 2002, pp. 33-44 ; Isabelle MAUZ, Histoire et mémoire du parc national de la Vanoise ; 1921-1971 : la construction, Grenoble, Revue de géographie alpine, hors-série, collection « Ascendances », 2003 ; et Isabelle MAUZ, Histoire et mémoire du parc national de la Vanoise. Trois générations racontent, Grenoble, Revue de géographie alpine, hors-série, collection « Ascendances », 2005. On citera également la thèse de Adel Selmi également sur la Vanoise : Adel Selmi, Administrer la nature. Le parc national de la Vanoise, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme/Éditions Quae, 2006, 487 p. ; ainsi que le travail de Sophie Bobbé sur le Parc national des Pyrénées-Orientales : Sophie BOBBÉ, « Les choix de gestion des espèces animales au parc national des Pyrénées », colloque de restitution du programme Espaces protégés, Paris, Muséum, national d’histoire naturelle, 13-14 avril 2005. Cette question m’intéresse aussi par rapport à ce que j’ai pu ressentir en telle ou telle occasion à l’endroit des positions prises par certains naturalistes « militants » qui, le plus souvent par ignorance, croient que les parcs naturels régionaux ont pour principale mission la protection de la nature au prétexte qu’ils s’appellent « naturels ».
4 Hans-Georg GADAMER, Vérité et méthode. Les grandes lignes d’une herméneutique philosophique, Paris, Éditions du Seuil, 1976, 346 p.
5 Georges DEVEREUX, De l’angoisse à la méthode, Paris, Flammarion, 1986, 472 p.
6 Anne CADORET [dir.], Protection de la nature, histoire et idéologie ; de la nature à l’environnement. Colloque de Florac, 1985, collection « Alternatives paysannes », Paris, Éditions L’Harmattan, 1985, 245 p. Florian CHARVOLIN, L’invention de l’environnement en France (1960-1971). Les politiques documentaires d’agrégation à l’origine du ministère de la Nature et de l’environnement, Thèse de science politique, Grenoble, 1993 ; Jean Davallon, Gérald Grandmont et Bernard Schiele [dir.], L’environnement entre au musée, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1992, 206 p. ; Jean-Paul ZUANON, Chronique d’un arc oublié. Du parc de la Bérarde (1913) au parc national des Écrins, Grenoble, Revue de géographie alpine, Hors-série, collection « Ascendances », 1995, 144 p. ; Romain LAJARGE, Territorialités intentionnelles. Des projets à la création des parcs naturels régionaux (Chartreuse et Monts d’Ardèche), Thèse de géographie, Université Grenoble 1, 2000, 663 p.
7 Judith Schlanger écrit ainsi : « C’est bien le propre de la réussite institutionnelle, que de configurer le mémorable pour tenter de s’emparer de l’avenir ». Judith Schlanger, « Fondation, nouveauté, limites, mémoires », dans Communication, n° 52, 1992, p. 297.
8 Allusion au titre de l’ouvrage de Jean Greisch : Jean GREISCH, L’âge herméneutique de la raison, Paris, Éditions du Cerf, 1985, 275 p.
9 Paul RICŒUR, Du texte à l’action ; Essais d’herméneutique, volume 2, Paris, Éditions du Seuil, 1986, 409 p.
10 Christine de BAUW, « Droit et nature : l’histoire de Noé », dans Philippe GÉRARD, François OST et Michel VAN de KERCHOVE [dir.], Images et usages de la nature en droit, Bruxelles, Publications des facultés universitaires de Saint-Louis, 1993, pp. 607-646.
11 Hans-Georg GADAMER, Vérité et méthode…, ouv. cité, p. 140.
12 Par exemple, le schème de la catégorie quantité est le nombre, c’est-à-dire tel signifiant concret et donc perceptible, susceptible de donner une idée de la notion abstraite de quantité.… d’après : André LALANDE, Vocabulaire technique et critique de la philosophie, Paris, Presses universitaires de France, 1972, 1123 p.
13 Peut-être convient-il de préciser ici que le CrÉsal a organisé en octobre 2004 un colloque intitulé « Questions sensibles, le sensible en question », dont les actes sont à paraître.
14 …qui permettrait de comprendre, à côté et de façon non forcément contradictoire avec d’autres explications, pourquoi il y eut en France un tel retard par rapport aux autres pays européens pour créer des parcs ; pour en arriver à trouver le moyen d’en inventer d’une « manière française ».
15 Luc BOLTANSKI et Laurent THÉVENOT, De la justification. Les économies de la grandeur, NRF Essais, Paris, Gallimard, 1991, 485 p.
16 Cette pièce est reproduite dans l’ouvrage d’Isabelle Mauz auquel on pourra se reporter pour avoir la liste complète des noms. Isabelle MAUZ, Histoire et mémoire du parc national de la Vanoise…, ouv. cité, p. 65.
17 Il m’a été prêté par Isabelle Mauz, qui le tient de Gilbert André.
18 Émile LEYNAUD, L’État et la nature : l’exemple des parcs nationaux français ; contribution à une histoire de la protection de la nature, avant-propos de Philippe Joutard, Éditions du Parc national des Cévennes avec le concours du ministère de l’Environnement, 1985, pp. 27-32.
19 Ibidem, p. 29.
20 Gustave THIBON, « Préambule », dans Rivières et forêts, cahier n° 8, 1957.
21 Ibidem, p. 53.
22 Denis PELLETIER, Économie et humanisme. De l’utopie communautaire au combat pour le tiers-monde, Paris, Éditions du Cerf, 1996, 529 p.
23 Ibidem, pp. 51-53 ; p. 57 et suivantes.
24 Gustave Thibon, Diagnostic. Essai de physiologie sociale, préface de Gabriel Marcel, Paris, Librairie de Médicis, 1940.
25 Je remercie Florian Charvolin de m’avoir prêté ce petit livre, devenu introuvable, et rédigé par son auteur après le succès rencontré par des émissions radiophoniques qu’il avait données en 1950. Roger Heim, Destruction et protection de la nature, Paris, Armand Colin, 1952, 222 p.
26 Dans : Anne Cadoret [dir.], Protection de la nature, histoire et idéologie…, ouv. cité, p. 159.
27 Conscient des risques de surinterprétation que peut entraîner une telle méthode, je me permets de renvoyer le lecteur à la liste totale qui figure dans : Isabelle MAUZ, Histoire et mémoire du parc national de la Vanoise…, ouv. cité.
28 Pierre Pupier, Henri Pourrat et la grande question, Paris, Éditions du Sang de la terre, 1999.
29 Isabelle MAUZ, Histoire et mémoire du parc national de la Vanoise…, ouv. cité, p. 34.
30 Les journées nationales d’études sur les parcs naturels régionaux, Lurs-en-Provence, septembre 1966, 211 p., p. 151.
31 Jean-François GRAVIER, Paris et le désert français, Paris, Le Portulan, 1947, 414 p.
32 Jean BLANC, « Le berger et l’herbe » dans L’Alpe, n° 1 1998.
33 Il existe un autre Jean Blanc, sans parenté avec le précédent, dont Émile Leynaud ne dit que quelques mots : « Jean Blanc, dit "le pape", prestigieux guide de montagne qui connaît l’Everest et le Népal » (p. 28) et qui, chasseur invétéré, était guide de haute montagne à Bonneval-sur-Arc.
34 Jean-Claude Duclos, dans Jean Davallon, Gérald Grandmont et Bernard Schiele [dir.], L’environnement entre au musée, pp. 64-66.
35 Document ronéoté de 34 pages, daté du 30 novembre 1955 et dû à Gilbert André.
36 Isabelle MAUZ, Histoire et mémoire du parc national de la Vanoise…, ouv. cité, p. 45.
37 Document cité, p. 9, souligné par moi.
38 Ibidem, p. 5.
39 Président de « Alpes de lumière ». Texte paru dans le numéro spécial, de la revue : Les Alpes de lumière, n° 21, été 1961, pp. 9-13.
40 Il a été également l’un des principaux animateurs d’un groupe de spéléologie « Lei Pardigou » à Simiane, de 1948 à 1955 et a publié à ce titre un compte rendu de ses expéditions spéléologiques – plus de 80 noms d’avens et de grottes. Pierre MARTEL, « Explorations spéléologiques sur le plateau de Saint-Christol et de la montagne de Lure », dans Annales de spéléologie, Spelunca, 3e série, tome 8, fascicule 1, 1952, pp. 31-54..
41 En fait, l’idée de « zones concentriques » est due à Denys Pradelle, dans l’espoir qu’elle permettrait de concilier les projets davantage « protecteurs » d’un côté et celui, de Gilbert André, davantage « culturel ».
42 Actes du colloque, mis en ligne sur le site de l’association : www.alpes-de-lumiere.org
43 À partir de mon travail sur les Compagnons du Gerboul. André MICOUD, « L’artisanat d’art rural : les néo-ruraux avant la lettre », dans Anne Cadoret [dir.], Histoire et idéologie de la protection de la nature, ouv. cité, pp. 124-137.
44 Les journées nationales d’études sur les parcs naturels régionaux…, ouv. cité. p. 134.
45 Jean MOULIN, « Huguette Nicolas et les Compagnons du Gerboul », dans Mémoires d’Ardèche temps présent, n° 79, 2003, pp. 57-61.
46 Font-Vive, n° 5.
47 Le document date sans doute de 1960. Pour une autre relation de cette initiative, voir : Jean MOULIN, « Huguette Nicolas… », art. cité.
48 Émile LEYNAUD, L’État et la nature…, ouv. cité, p. 39.
49 Henri Bordeaux (1870-1963), Georges Duhamel (1884-1966), Henri Pourrat (1887-1959), Gabriel Marcel (1889-1973), Jean Giono (1895-1970), Roger Heim (1900-1979), Gustave Thibon (1903-2001), Samivel (1900-1992), Marcel Legaut (1900-1990), Daniel-Rops (1901-1965), André Chamson (1901-1992). « Comment pardonner cela à l’humanité ? Ce fut la guerre civile dans toute son horreur, la mise à mort d’un monde pour des raisons dont aucune ne tenait debout. Toute cette jeunesse sacrifiée ! ». Philippe Barthelet, Entretiens avec Gustave Thibon, Paris, La Place royale, 1989, p. 36 (réédition : Monaco/Paris, Éditions du Rocher, 2001).
50 Les journées nationales d’études sur les parcs naturels régionaux…, ouv. cité.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Micoud, « Aux origines des parcs naturels français (1930-1960) : ruralisme, naturalisme et spiritualité », Ruralia [En ligne], 20 | 2007, mis en ligne le 01 juillet 2011, consulté le 28 mai 2017. URL : http://ruralia.revues.org/1622

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page