Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Ronald HUBSCHER, Les maîtres des bêtes. Les vétérinaires dans la société française (XVIIIe-XXe siècle), Paris, Odile Jacob, 1999, 441 p.

Frédéric Chauvaud

Entrées d’index

Chronologique :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Première véritable synthèse sur l'histoire des vétérinaires, l'ouvrage de Ronald Hubscher est appelé à devenir un classique. L'auteur, dans diverses contributions précédentes 1, avait posé les jalons de la somme qu'il propose aujourd'hui aux lecteurs. Le vétérinaire, au carrefour de plusieurs approches, fait figure de personnage mal aimé des sciences humaines, comme si le discrédit qui a frappé et frappe encore les paysans avait, par rebond, rejailli sur eux. Patoir, un des rares vétérinaires que la littérature du XIXe siècle a mis en scène, n'est-il pas avant tout un praticien de la campagne ? Contrairement aux animaux, qui bénéficient aujourd'hui de solides études ­ on attend toutefois avec une certaine impatience la publication de la très belle thèse d'Éric Pierre ­ les vétérinaires semblent s'être réfugiés dans un angle mort de l'historiographie. Finalement, ce n'est que tout récemment que les représentations sociales ont donné aux maîtres des bêtes une place enviée par d'autres professions. Il n'est peut-être pas alors anodin de constater que, depuis peu, « les sciences vétérinaires » se sont substituées à la « médecine vétérinaire ».

2L'ambition de Ronald Hubscher est de nouer ensemble deux fils : le premier consiste à éclairer la trajectoire collective d'un groupe délaissé par la recherche ; le second s'attache au statut ambigu d'une catégorie qui appartient au secteur libéral. Pour répondre à cette double ambition, l'ouvrage est divisé en cinq grandes parties : la première s'intéresse à la genèse et à l'institutionnalisation de la profession. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, Claude Bourgelat écrit que « le traitement des animaux » exige des lumières neuves. Toutefois, Ronald Hubscher distingue une « protohistoire de la vétérinaire » qui s'ouvre avec le XVIe siècle. Les épizooties meurtrières, notamment la peste bovine de 1711, bousculent les inerties et imposent de s'intéresser aux corps des animaux, mais c'est « la connaissance du cheval » qui constitue le point de départ du savoir vétérinaire. De son côté, la médecine animale populaire reste très fortement tributaire du surnaturel. Au XVIIIe siècle, tandis que l'Angleterre agricole attise les curiosités, Buffon regrette que la médecine animale n'existe pas encore. Claude Bourgelat, l'écuyer lyonnais, devient l'hippiatre des Lumières. Le 1er janvier 1762, la première école vétérinaire du monde voit le jour à Lyon. La naissance de « la vétérinaire » ne s'est pas faite sans conflit. Bourgelat et Étienne Lafosse, rivaux irréconciliables, incarnent deux postures et deux conceptions de « la vétérinaire ». La Révolution lui donne une nouvelle orientation et métamorphose les établissements de Lyon et de Maisons Alfort en « écoles d'économie rurale vétérinaire ». Sous la Restauration, les trois écoles royales ­ Toulouse s'est ajoutée aux deux précédentes ­ délivrent le diplôme de vétérinaire. Toutefois, il faut attendre 1923, après d'âpres combats entre « réglementaristes » et « libéraux », pour que soit institué le doctorat vétérinaire, suivi deux ans plus tard par la création du concours d'agrégation. Loi de circonstance, elle permet néanmoins de redorer le blason de la profession et de mettre un terme à l'hémorragie des écoles ; elle donne aussi un titre qui autorise la France à préserver sa réputation internationale. Reste alors à cerner les contours du parfait candidat. Selon Bourgelat, une solide constitution prime sur les capacités intellectuelles. Aussi n'est-il pas rare que les « vétérans » achèvent leur formation au bout de sept ans. La médiocrité du recrutement est aussi le révélateur de méthodes pédagogiques pratiquement inexistantes. À partir de 1890, la possession du baccalauréat ou d'un diplôme délivré, soit par l'Institut agronomique soit par les écoles nationales d'agriculture, devient obligatoire. Dans le même temps, la suppression des exercices de la forge « marque une rupture culturelle entre pratique intellectuelle et manuelle ». Finalement, en un peu plus d'un demi-siècle, la formation donnée est passée de l'instruction élémentaire au statut d'enseignement supérieur. Pour cela, la construction d'un savoir autonome, autour de l'expérimentation, apparaît essentiel. Aussi les plus célèbres praticiens, comme Henri Bouley, se rallieront avant le corps médical à « la théorie des germes » de Pasteur. Véritables professionnels de la santé, les vétérinaires se trouvent, avant la Première guerre mondiale, légitimés par la presse, l'Académie et l'Institut.

3La deuxième grande partie s'attache à la construction d'une identité. L'école apparaît bien comme « un moule unificateur ». Ronald Hubscher passe au crible, la discipline, les règlements, les contestations, les réseaux de solidarité, les codes vestimentaires, la composition sociale des ascendants, les épreuves et les rites d'initiation, les processus d'acculturation... Davantage que les structures institutionnelles, les associations ­ comme la Société vétérinaire des départements du Calvados et de la Manche constituée en 1829 ­ jouent un rôle majeur. Loin des débats théoriques, les associations de prévoyance et de secours mutuel sont les leviers qui permettent de regrouper de multiples associations et sociétés savantes. Toutefois deux conceptions s'opposent : les associations doivent-elles conserver leur caractère local ou faut-il aller vers la centralisation, à l'instar de l'Association générale des médecins de France ? Après diverses rencontres, ponctuées de différends, se met en place en 1902 la Fédération des associations et syndicats vétérinaires de France. Au lendemain de la Première guerre mondiale, la question de la transformation de la Fédération en syndicat est posée. Au moment où la IVe République se met en place, l'Ordre des vétérinaires et le Syndicat national sont les deux grands « organismes » de la profession. Comme pour d'autres métiers et secteurs d'activité, la professionnalisation du corps s'est accompagnée d'une quête de prestige, mais ce que les vétérinaires recherchent, c'est une glorification « sans emphase ».

4Le troisième temps de l'ouvrage traite de la dynamique professionnelle. C'est d'abord contre l'autre, c'est-à-dire les empiriques, que se construisent les références du groupe. Contre les charlatans, contre les guérisseurs, contre la médecine « grotesque », les vétérinaires fourbissent leurs armes, mais les populations locales et une grande partie de l'opinion se retrouvent derrière les empiriques. En intervenant sur un autre terrain, dans le vaste débat sur l'amélioration des races animales par croisement ou par sélection, les vétérinaires s'imposent comme des spécialistes de l'économie du bétail. De la sorte, ils sont aussi perçus comme des « hussards de l'hygiène ». En mettant leur compétence au service de la justice, les contentieux se rapportant aux maladies et aux vices rédhibitoires leur sont dévolus. Si le contrôle sanitaire accroît leur influence, la surveillance des foires et marchés suscite aussi des tensions, voire des animosités de la part du monde agricole. La réglementation, sous le contrôle des praticiens, se révèle toutefois lente à se mettre en place. Pourtant, vers 1904, après avoir conquis le quasi-monopole du contrôle de la viande, les vétérinaires investissent d'autres secteurs. Un tel mouvement expansionniste heurte les susceptibilités des ingénieurs agronomes et des pharmaciens : où se situent le domaine et les frontières propres à chacun ? Il n'en reste pas moins que les vétérinaires vivent douloureusement cette période plutôt faste. Les représentations collectives ne correspondent pas à l'essor de la profession, aussi les vétérinaires restent victimes de préjugés durables. Chroniqueurs et journalistes ne se privent pas pour décocher des traits brûlants. Dans le débat politique, l'expression « parti de sous-vétérinaires » illustre le discrédit durable. Jusqu'en 1940, la représentation politique des vétérinaires reste marginale, très inférieure à celle des agronomes.

5La quatrième partie, intitulée « de l'étable à la chaire professorale », aborde la question de l'ascension sociale d'une profession qui ne constitue pourtant pas un groupe monolithique. Le praticien des champs et le praticien des villes ne bénéficient ni du même prestige ni des mêmes conditions d'exercice. Les doléances des vétérinaires ruraux sont exposées dans les feuilles professionnelles jusqu'au milieu des années 1920. Aussi certains n'hésitent pas à écrire qu'il faut extraire la « quintessence pécuniaire » des services rendus. Il importe de faire payer au prix fort sa clientèle. Si le vétérinaire doit inspirer le respect et un certain bien-être, nombre d'entre eux préfèrent les « lumières de la ville ». Dans l'univers urbain, les pratiques sont moins diverses et bien souvent les « maîtres des bêtes » se livrent à une monoactivité : le soin des chevaux. S'établissent alors de véritables dynasties comme celle des Leblanc, originaires des Deux-Sèvres venus trouver la consécration et la fortune à Paris. Le retrait de la traction hippomobile et un glissement vers les animaux de compagnie contribuent au surgissement d'une nouvelle figure : celle du vétérinaire mondain. Mais celui qui n'est pas un praticien libéral se met au service de l'État : les vétérinaires militaires gagnent la bataille des épaulettes en devenant officiers. La méritocratie s'illustre par les carrières de professeurs. Obtenir la direction d'une école représente un véritable aboutissement. Reste que la confraternité, souvent brandie, n'est guère pratiquée. Les conflits opposent les individus comme les établissements vétérinaires. Querelles intestines et concurrence entre praticiens, sans être amplifiées, ne sauraient être écartées de l'enquête de l'historien.

6Dans la dernière partie, centrée largement sur les interrogations du temps présent, Ronald Hubscher propose un tableau de la profession à la fin du XXe siècle. En effet, les vétérinaires ont vécu leur âge d'or, entre 1960 et 1980. Ils détiennent, selon le commentaire d'un sondage réalisé en 1979, « le record de la popularité » parmi les professions libérales. Enfants de cadres supérieurs ou de professions libérales, animateurs d'émissions animalières, experts du caractère consommable de la viande de boucherie, leur place dans la société française ne cesse de prendre de l'importance. Bénéficiaires de gains substantiels en hausse, des attentions d'une société française de plus en plus « zoolâtre », la profession fait rêver. Faire des études vétérinaires devient ainsi une ambition partagée par un nombre croissant d'étudiants. Et pourtant la profession change. Tandis que certains considèrent que « la vétérinaire » se décline en plusieurs métiers, le « maître des bêtes » n'est-il pas en train de se transformer en chef d'entreprise comme l'atteste l'apparition du marketing vétérinaire ? L'implantation de vétérinaires dans la grande distribution est un autre indice des mutations récentes. L'une des plus importantes, dans un univers encombré de clichés masculins, réside toutefois dans la lente féminisation de la profession. À Alfort, rappelle Ronald Hubscher, la première femme diplômée l'est en 1897, la seconde en 1934. Depuis, malgré les résistances et un antiféminisme affirmé, la Semaine vétérinaire peut récemment titrer « 1990 : l'année féminine ». Aux concours d'entrées, les filles ont désormais un taux d'admission supérieur aux garçons. En 1998, les femmes vétérinaires sont plutôt jeunes et citadines, souvent salariées et spécialisées dans l'activité canine. Toutefois, la compétence scientifique n'est plus reconnue aux seuls vétérinaires, les changements structurels dans l'élevage français conduisent par exemple à donner naissance à des inséminateurs artificiels de bovins, à la création de certificats de spécialisation relative aux techniques d'élevage et de laboratoire. Nombre de questions apparaissent qui contribueront à donner une nouvelle identité à l'activité vétérinaire. Qu'il s'agisse des dispensaires de la SPA, des prétentions des élèves de « l'Agro », la grande rivale depuis 1876, de la libre circulation des vétérinaires dans la CEE, ou de la réforme de 1994 des études vétérinaires... Mais, au-delà des doutes et des interrogations, note en conclusion Ronald Hubscher, la politique de l'environnement comme les biotechnologies semblent déjà dessiner les contours de lendemains radieux. Ouvrage essentiel, synthèse réussie et foisonnante, le beau livre de Ronald Hubscher ne peut que susciter des vocations. Espérons qu'il sera suivi dans cette direction de recherche et que de jeunes doctorant(e)s prolongeront les multiples pistes proposées et s'attacheront, par exemple, aux techniques et aux gestes des praticiens, à la presse professionnelle ou à la période 1945-1970, qui est la moins connue.

Haut de page

Notes

1 Ronald HUBSCHER, « Pouvoir vétérinaire et paysans : l'exemple de l'Ardèche au XIXe siècle », dans Alain FAURE, Alain PLESSIS, Jean-Claude FARCY [dir.], La terre et la cité. Mélanges offerts à Philippe Vigier, Paris, Créaphis, 1994, pp. 85-99 ; Ronald HUBSCHER, « L'invention d'une profession : les vétérinaires au XIXe siècle », dans Olivier FAURE [dir.], Médicalisation et professions de santé, XVIe-XXe siècles.­ Revue d'histoire moderne et contemporaine, tome 43, octobre-décembre 1996, pp. 686-708 ; Ronald HUBSCHER, « La République contre ses élites : les révoltés de l'École vétérinaire de Lyon », dans Jean-Luc MAYAUD [dir.], Clio dans les vignes. Mélanges offerts à Gilbert Garrier, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1998, pp. 485-496.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Chauvaud, « Ronald HUBSCHER, Les maîtres des bêtes. Les vétérinaires dans la société française (XVIIIe-XXe siècle), Paris, Odile Jacob, 1999, 441 p. », Ruralia [En ligne], 06 | 2000, mis en ligne le 25 janvier 2005, consulté le 29 mars 2017. URL : http://ruralia.revues.org/162

Haut de page

Auteur

Frédéric Chauvaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page