Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Joël GUIBERT, Joueurs de boules en pays nantais. Double charge avec talon, collection « Espaces et temps du sport », Paris, Éditions L'Harmattan, 1994, 233 p.

Ali Aït Abdelmalek

Entrées d’index

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Excellent connaisseur du jeu de boules en pays nantais, Joël Guibert, Maître de conférences de sociologie à l'Université de Nantes, a tenté, à partir de ce laboratoire, d'étendre à l'ensemble des jeux populaires la vision neuve qu'il offre de la fête, des loisirs et des sports.

2L'auteur s'est attaché à dévoiler l'histoire, la diffusion géographique du jeu de boules, mais aussi les spécialités et façons de jouer. Plus précisément, il s'agit de la restitution des multiples expressions d'une vie communautaire organisée autour des rites, des traditions, des fêtes, des manières d'être ensemble. L'univers ludique et en même temps sportif des joueurs de boules se trouve ainsi révélé par le recours conjoint à l'étude historique, l'enquête et l'observation ethnographique. « C'est un livre sérieux sur un divertissement », souligne Joël Guibert qui, à travers le jeu de boules, retrace, et analyse de manière précise, les permanences et transformations que connaissent les cultures populaires. En effet, l'étude des boulistes révèle un mode de reproduction, particulièrement efficace, des identités communautaires et des manières d'être ensemble.

3Pour comprendre comment se perpétuent et évoluent les manifestations ludiques, l'auteur a construit un tableau des divertissements, en partant d'une liste riche et variée des jeux nantais. L'ouvrage s'attache, en fait, à montrer que les loisirs ont pour fonction de fonder la communauté, et de renouveler périodiquement cette fondation. Il est impossible de rendre compte ici de l'« immersion prolongée », pour reprendre une formule de l'auteur, dans ce monde des boulistes nantais ! Avec une érudition critique rigoureusement maîtrisée, Joël Guibert a souligné la richesse expressive et culturelle d'un univers original, sans tomber, pour autant, dans les excès de la glorification populiste. Il permet aussi de mieux interroger le rapport entre les « mutations sociales » et la remise en cause des « cultures identitaires ». Le rationalisme, moderne et individualiste, menace à l'évidence les jeux populaires, mais l'auteur nous invite à faire preuve d'optimisme : la Boule nantaise, comme cas idéal-typique ­ au sens de Max Weber ­, a de réelles capacités de résistance et d'adaptation.

4Ainsi, le sociologue s'est penché sur « la longue tradition du jeu » (chapitre 1) ; à noter que la documentation s'enrichit considérablement à partir du Moyen Âge. Cette approche socio-historique a permis de circonscrire les « divertissements nantais » (chapitre 2), et, plus précisément, la « boule nantaise et autres boules » (chapitre 3). Le premier mérite de Joël Guibert est, à mon sens, d'avoir construit, par un double travail d'historicisation et de sociologisation de l'approche, un outil qui permet d'introduire la richesse expressive de l'exercice bouliste, comme style culturel et rite identitaire : pour résumer très grossièrement les choses, on pourrait dire que l'unité du groupe témoigne du souci ­ des couches populaires ­ de ne pas se soumettre aux dominations culturelles. Ce que montre l'auteur, dans une conversion quasi-ethnologique, c'est que le fossé culturel renvoie à un autre fossé, c'est-à-dire à une dimension supplémentaire de la vie sociale, de nature culturelle. Il entend, du même coup, restituer, en des pages d'une remarquable acuité, la pertinence de la résistance aux « assauts de la modernité ». Pour parvenir à introduire de l'ordre dans la complexité et la multiplicité des jeux, il fallait partir d'une hypothèse : le jeu, comme phénomène social à part entière, participe à la régulation des échanges et, surtout, favorise l'intégration des individus à des groupes d'appartenance, donc à la société globale. Les jeux de boules bénéficient, à l'évidence, d'une audience impressionnante, mais, à ma connaissance, il n'existait pas d'étude sociologique portant sur le jeu de boules comme divertissement, univers ludique, compétition et élément culturel.

5Au-delà de la littérature existante, l'auteur a sollicité de nombreuses sources documentaires : archives publiques, registres d'amicales, dossiers administratifs, articles de presse. Toutefois, des observations, des entretiens et des questionnaires ont complété ce dispositif d'investigation. Toutes ces méthodes ont été utiles et complémentaires, mais l'immersion familière dans le monde de la « Boule nantaise » et l'écoute informelle, en situation, se sont révélées comme les procédures les plus adaptées : « Le jeu de boules s'écrit peu, se raconte peu : avant tout, il se pratique ou se regarde » prévient l'auteur (p. 11). Ici, l'auteur a le sentiment de s'attaquer à une image convenue de la culture populaire, lorsqu'il affirme avec force ­ mais il n'est pas le premier à le faire, notamment au LERSCO-CNRS (Nantes) ­ que « les formes de domination culturelle et sportives frappent les jeux populaires de discrédit et les assimilent à des pratiques archaïques et anachroniques » (p. 217).

6À vrai dire, c'est à la culture populaire, longtemps méconnue par des chercheurs fascinés par la culture légitime, que l'essentiel du livre est dédié. Accompagné d'une bibliographie, sélective et raisonnée, sur les jeux et sur la culture populaire, l'ouvrage, superbement illustré, est une contribution de qualité à l'histoire et à l'anthropologie du phénomène sportif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ali Aït Abdelmalek, « Joël GUIBERT, Joueurs de boules en pays nantais. Double charge avec talon, collection « Espaces et temps du sport », Paris, Éditions L'Harmattan, 1994, 233 p. », Ruralia [En ligne], 01 | 1997, mis en ligne le 25 janvier 2005, consulté le 29 mars 2017. URL : http://ruralia.revues.org/16

Haut de page

Auteur

Ali Aït Abdelmalek

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page