Navigation – Plan du site
Articles

Retour critique sur une catégorie de l’historiographie : les violences contre l’État. Corrèze, 1800-1860

Charles Wright

Résumés

Cet article, fondé sur les résultats d’une enquête d’histoire locale portant sur le département de la Corrèze dans la première moitié du 19e siècle, entend interroger la notion de résistance « antiétatique » qui structure la recherche historique depuis de nombreuses années. S’appuyant sur un corpus constitué d’une centaine de mouvements insurrectionnels contre les composantes fiscales et militaires du pouvoir étatique, il s’agit de se demander si, en s’attaquant aux gendarmes ou aux agents du fisc, les paysans corréziens manifestent réellement leur haine de l’État et de ses prescriptions. Comme la catégorie de violence « antiétatique » le suggère, peut-on sans commettre d’anachronisme, affirmer que l’hostilité au pouvoir étatique est la motivation principale des rebelles ? C’est à cette question que cet article entend apporter des éléments de réponse, en se tenant à l’écoute des mots et des formules employés par les villageois lors de ces formes de protestation collective.

Haut de page

Entrées d'index

Chronologique :

XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Juillet 1816, commune de La Roche-Peyroux, Corrèze. Une patrouille de gendarmes, venue procéder à l’arrestation d’un déserteur, est assiégée par un groupe de 300 paysans, armés de pierres et de bâtons, les sommant « de lâcher le détenu ou ils étaient morts ». « De tout temps, poursuit le fonctionnaire, les habitants de cette commune ont été connus comme opposés aux lois et récalcitrants envers les autorités. Habitants de la franche montagne, très sauvages et insubordonnés, croyant pouvoir échapper par leurs positions locales à toutes les recherches, c’est là le repaire des gens suspects du pays et il est difficile de les surprendre » 1.

2Juillet 1840, Hautefage, commune de Saint-Privat, Corrèze. Une rixe sanglante éclate entre deux paysans réunis sur le champ de foire. Les gendarmes, présents sur les lieux, parviennent à capturer le responsable de l’incident et lui énoncent « les trois sommations voulues par la loi », auxquelles le paysan rétorque : « je ne connais pas la loi et je me fous de vous comme de la loi » 2.

3Si ces événements peuvent surprendre le lecteur contemporain par leur violence ou par leur exotisme, ils n’étonneront pas les historiens des sociétés rurales du 19e siècle, habitués à trouver dans les archives de la justice ou de la gendarmerie des actes d’insubordination similaires, encore très répandus dans la France rurale de la première moitié du siècle au moins. C’est d’ailleurs sur la base de ces nombreuses manifestations d’irrévérence que les rapports des paysans à l’État ont été pensés par les historiens, dessinant le tableau sombre d’une France rurale mal intégrée à l’État-nation, composée de ruraux indifférents à l’imposition des normes nationales et témoignant, le plus souvent sous une forme violente et spectaculaire, d’une profonde répulsion à l’égard de l’extension croissante de l’autorité étatique et des agents chargés de faire appliquer sa législation sur le territoire 3.

4« Les paysans contre l’État », « une société en dissidence », une « société contre l’État » 4 : ces titres d’ouvrages, dont la liste pourrait être allongée sans peine, témoignent de l’existence de cette tendance historiographique massive qui, depuis le milieu des années 1980 – selon une grande diversité de méthodes et de points de vue, il est vrai –, s’attache à mettre en lumière les multiples voies par lesquelles s’est historiquement exprimé le refus « paysan » de l’intrusion étatique. Si l’on consent à définir l’État par le monopole de la violence physique légitime, alors il faut en convenir avec les historiens précités : dans la France rurale de la première moitié du 19e siècle, les communautés paysannes demeurent imperméables à l’imposition des consignes étatiques, comme pourrait en témoigner, de prime abord, les deux affaires placées en introduction de ce texte.

5C’est cette hostilité supposée des paysans à l’institution étatique, devenue un lieu commun de l’historiographie, que l’on voudrait interroger dans cet article 5, lequel n’entend pas contester l’existence de violences paysannes dirigées contre les agents locaux de l’État, mais plutôt discuter la manière dont les historiens les qualifient 6. Peut-on, sans commettre d’anachronisme, désigner ces mouvements comme « antiétatiques » dès lors que l’on choisit de se placer du point de vue de l’« indigène », et non plus du point de vue de l’historien qui classe les réalités du passé avec les catégories de son époque ? 7 Peut-on, comme le suggère l’historiographie, déduire de l’observation de ces protestations l’idée selon laquelle la haine de l’État ferait partie intégrante des motivations et des raisons d’agir des villageois, lesquels percevraient leurs violences comme des atteintes délibérément dirigées contre son pouvoir et son administration ? Ce qui reviendrait à induire une attitude – d’hostilité à l’État – à partir de la simple observation de comportements – cris, violences contre les gendarmes, etc.

6Pour travailler empiriquement ces questions, nous nous appuierons sur un corpus d’émeutes classées par l’historiographie dans la rubrique des violences « antiétatiques », les historiens désignant usuellement par ce terme l’ensemble des mouvements insurrectionnels manifestant « le rejet des initiatives réformatrices de l’État, la résistance à la fiscalité publique et à l’appareil judiciaire, militaire ou policier de l’État » 8. Il s’agira de sonder la validité et la pertinence de cette notion, en se demandant si elle permet de retranscrire fidèlement ce que les villageois pensaient lors de ces formes de protestation collective. L’État est-il réellement, comme la catégorie le suggère, un concept indigène 9 ? Dans quelle mesure appartient-il au système de représentation politique des sociétés rurales ? Cet article poursuit donc un double objectif. Il entend tout à la fois décrire les formes qu’ont revêtues les violences dirigées contre les agents locaux de l’État, telles qu’elles ressortent d’une enquête d’histoire locale portant sur la Corrèze rurale du premier 19e siècle 10, tout en se livrant à une réflexion méthodologique en acte sur les catégories de l’analyse historienne.

Les paysans contre l’État : acquis et limites d’un courant historiographique

7Qu’il soit évoqué de manière transversale, au détour d’un chapitre, ou de façon plus frontale, le thème du rapport des populations locales à l’État au 19e siècle a été placé, depuis les années 1980, au cœur de nombreuses stratégies de recherche dans le domaine de l’histoire politique rurale 11. Sans prétendre faire une recension exhaustive de cette orientation de la recherche, on voudrait revenir sur le contexte historiographique qui lui a donné naissance, avant de repérer les hypothèses qui en sont au fondement.

De la diffusion à la réception du politique et de l’État

8Pour ce qui est du contexte historiographique, la plupart de ces enquêtes entendent s’insurger contre ce que Renaud Dorandeu a appelé « le paradigme de l’apprentissage » 12, lequel peut se décliner en deux propositions : les formes d’expression des doléances politiques paysannes sont d’abord jugées archaïques, incohérentes, irrationnelles et sont figées dans le rôle ingrat d’étape obsolète du processus de civilisation ; le passage à un univers politisé, individualisé et nationalisé 13 serait le fruit d’un éveil politique stimulé par la propagation d’un apport extérieur. La diffusion de la politique « moderne » s’effectuerait donc selon un mécanisme télégraphique et linéaire opposant un émetteur actif, les élites urbaines investies d’une mission de civilisation politique, et un récepteur passif, la paysannerie jugée incapable d’émettre des opinions politiques rationnellement motivées.

9Dans la lignée des recherches de Maurice Agulhon sur la République au village 14 et des nombreuses thèses d’histoire départementales menées sous l’égide d’Ernest Labrousse dans les années 1960 15, ce schème de la coulée et de la propagation va dominer l’étude du politique en milieu rural jusqu’à une date récente, conduisant les historiens à porter en priorité leur attention sur les acteurs de la médiation et de l’inculcation politique – militants, instituteurs, migrants, militaires, envoyés en mission, etc. –, la paysannerie étant alors largement perçue comme « une cire molle offerte aux apprentissages » 16.

10C’est dans le rapport critique à ce paradigme de l’apprentissage que s’est peu à peu élaboré un ensemble de recherches choisissant de renverser les termes de l’analyse, en privilégiant l’examen des opérations d’appropriation villageoise de l’apport politique extérieur sur l’étude des modes de diffusion de la citoyenneté 17. Le procès d’acculturation, rappellent justement les auteurs inscrits dans cette démarche, sous-entend l’existence de deux cultures qui se trouvent mises en contact l’une avec l’autre. Pour comprendre la manière dont s’est insinuée et infiltrée la politique – et l’État – au village, ces enquêtes entendent repérer au préalable les structures et les normes qui régissent la quotidienneté des « indigènes », en fonction desquelles s’opérerait la réception de l’apport politique extérieur.

11Alain Corbin l’affirmait avec force en 1995 : « l’histoire politique de cette période s’est focalisée à l’excès sur la diffusion des idéologies qui irradient des élites installées dans les grands centres urbains ; elle s’est montrée par trop désinvolte à l’égard des systèmes de représentations et d’appréciations élaborés loin de ces noyaux, et, plus encore, à l’égard des mécanismes de réinterprétation de l’apport extérieur ». Elle ne « pourra réellement progresser, poursuivait-il, que si l’on consent à mener une véritable étude sociale de l’imaginaire » 18. C’est à ce programme de recherche que se sont attelés les travaux qui nous intéressent, en scrutant les résistances rencontrées par la mise en place d’une culture étatique et nationale dominante, au regard des systèmes de représentation politique de la paysannerie – lesquelles, rappellent-ils par ailleurs, se matérialisent dans des comportements – émeutes, insultes adressées aux fonctionnaires de l’État, etc. – qui pour n’être pas compatibles avec les attendus de la démocratie représentative, n’en sont pas moins politiquement significatifs.

Des hypothèses implicites contestables

12Ces recherches s’inscrivent donc dans cette mouvance historiographique, attentive aux résistances opposées par les paysans à la pénétration grandissante des normes étatiques dans leur vie quotidienne. Si elles ont contribué à déplacer utilement le regard de la diffusion vers la réception du politique, elles peuvent toutefois faire l’objet d’une critique principale – à nos yeux, décisive.

13De l’observation d’un certain nombre de faits empiriques – l’existence de nombreuses émeutes dirigées contre les agents du fisc ou la gendarmerie, la diffusion massive des pratiques de désertion 19, la perpétuation d’une forme préciputaire de transmission des biens, pourtant proscrite par le code civil, pour conserver intacts les patrimoines fonciers familiaux 20, la subsistance « d’un mode relationnel de désignation des terres » pour échapper à la surveillance et à la taxation administrative 21, la conservation d’un système autonome de résolution des conflits – l’arrangement – destiné à échapper à la justice répressive de l’État 22 –, la majorité des historiens a conclu que la paysannerie exprimait ce faisant son mépris et sa détestation de l’institution étatique et des agents chargés d’en incarner localement les prescriptions. Ce qui, pour être plus direct, reviendrait à déduire des deux « affaires » placées en introduction l’observation suivante : en s’attaquant aux gendarmes venus procéder à des arrestations aux villages, les populations locales corréziennes manifesteraient leur « hostilité à l’État centralisateur » 23 et prouveraient ainsi leur « dissidence contre l’État » 24, pour utiliser des expressions couramment employées dans ces travaux.

14Or, cette déduction reste selon nous à démontrer, car elle repose sur deux hypothèses implicites contestables, rarement interrogées en tant que telles, qui demandent à être soumises à l’épreuve de la validation empirique : 1) elle implique d’abord l’existence d’un État, c’est-à-dire d’un réseau de fonctionnaires disciplinés et pénétrés de leurs fonctions, capables de se faire obéir, de contraindre et de répercuter au village les ordres émis par les structures centrales du gouvernement « avec la rapidité du fluide électrique » 25 ; 2) elle suppose ensuite l’existence d’une perception mentale de l’État chez les paysans. Affirmer : « les paysans sont hostiles à l’État » ou « l’État est perçu comme coercitif et prédateur » revient en effet à suggérer que celui-ci constitue une catégorie de perception indigène. C’est cette deuxième hypothèse que l’on voudrait désormais examiner à la loupe, en prenant pour objet les troubles qualifiés d’« anti-étatiques » par l’historiographie, dans un département qui, à l’image de ceux généralement étudiés pour mettre en lumière la « résistance » à l’étatisation 26, se trouve en périphérie du pouvoir central, dans la montagne limousine.

Des violences « anti-étatiques » ? Caractères, formes et intensité des violences paysannes dirigées contre l’« État » dans le département de la Corrèze (1800-1860)

15L’analyse des fluctuations de l’agitation paysanne en Corrèze permet de faire ressortir quelques périodes mouvementées dont les années 1815, 1830 et 1848 constituent, comme dans beaucoup d’autres départements, les dates saillantes. Au cours de la période qui s’étire de 1800 à 1860, une centaine de mouvements insurrectionnels prenant pour cible les agents locaux de l’État ont été recensés dans le département, ce chiffre étant sans doute bien en deçà de la réalité – beaucoup de révoltes ne donnant lieu, on le sait, à aucune consignation administrative. Ces émeutes peuvent pour l’essentiel être qualifiées d’antifiscales, même si les résistances à la conscription suscitent encore beaucoup de troubles, spécialement lorsque les gendarmes viennent procéder dans les villages aux arrestations des conscrits réfractaires ou des déserteurs. Ce sont donc les composantes fiscales et militaires du pouvoir étatique, présentées dans de nombreuses théories sociologiques comme les deux monopoles dont la détention constituerait la caractéristique distinctive de l’État moderne 27, qui subissent les foudres des paysans corréziens. Il faut donc le reconnaître, et c’est la seule interprétation que l’on peut légitimement s’autoriser : les représentants locaux du pouvoir étatique rencontrent de grandes difficultés à imposer les consignes et à faire respecter l’autorité de l’État dans le département au cours de la période étudiée.

16Peut-on toutefois, sur la base de ce constat, monter en généralité en proposant l’idée suivante, avancée par nombre d’historiens : en s’attaquant aux gendarmes ou aux agents du fisc, les paysans manifesteraient leur hostilité farouche à l’État centralisateur et à ses prescriptions ? Ce qui, comme nous l’avons laissé entendre, revient à supposer deux choses : d’abord, que les paysans perçoivent leurs agissements comme des atteintes délibérément dirigées contre le pouvoir étatique et son administration ; ensuite, qu’ils disposent de l’outillage cognitif nécessaire pour raisonner selon ces schèmes juridiques – l’État, l’administration, etc. Comme la notion de résistance anti-étatique le suggère, l’État constitue-t-il la cible des émeutiers ? L’hostilité à l’État est-elle réellement la motivation des rebelles ? C’est à ces questions qu’il convient d’apporter des éléments de réponse, en se tenant à l’écoute des mots et des formules employés par les villageois lors de ces formes de protestation collective.

La cible des émeutes

17La gendarmerie est sans aucun doute la cible privilégiée de ces violences. De nombreux historiens ont érigé l’animosité viscérale que les populations locales vouent aux gendarmes en trait distinctif de la « mentalité » villageoise dans les départements du centre et du sud-ouest aquitain 28. En Corrèze, le gendarme cristallise en effet l’hostilité villageoise. Sa simple présence au village suffit le plus souvent à provoquer des mouvements collectifs. Ainsi en 1816, deux gendarmes venus maintenir l’ordre lors de la fête votive de la commune de Queyssac, entament l’inspection des cabarets « pendant qu’on chantait vêpres ». « Nous avons trouvé, rapportent les fonctionnaires, plusieurs individus à table auxquels nous représentâmes que les règlements ne permettaient pas de boire pendant les offices divins. À ces recommandations, les villageois réunis dans l’auberge répondirent insolemment qu’ils se foutaient de la gendarmerie, qu’ils voulaient continuer à boire », avant que les assauts verbaux ne dégénèrent en rixe sanglante 29.

18Les employés des contributions indirectes aiguisent également de façon très vive les exaspérations. Selon le préfet, « l’esprit d’insoumission aux lois sur les contributions indirectes est tellement prononcé dans le département que c’est la sûreté même des employés qui est compromise » 30. En 1829, deux agents du fisc sont « insultés, maltraités, battus sur la place du champ de foire d’Argentat ». Pour le fonctionnaire qui relate l’événement, « les paysans ne voient que des ennemis dans les personnes chargées de constater et de faire rentrer les deniers du trésor » 31.

19Gendarmes et agents du fisc sont donc les cibles privilégiées des émeutiers, même si d’autres fonctionnaires, comme le garde-pêche ou le garde-champêtre, peuvent parfois faire l’objet de leurs assauts 32. La grande majorité des affaires composant notre corpus opposent toutefois plus spécifiquement des ruraux aux gendarmes et aux employés des contributions indirectes qui demeurent, tout au long de la période, les principales victimes des violences rurales.

Le nombre de participants

20Il est très difficile de chiffrer avec précision le nombre d’individus participant aux protestations, les documents administratifs ne mentionnant l’information qu’avec parcimonie. Convaincus de la nature pathologique des comportements adoptés au cours de ces épisodes de violence collective, les fonctionnaires perçoivent ces rassemblements comme des agrégats à la fois indistincts et confus 33. Ils ont donc recours à des indications approximatives comme « populace ameutée », « peuple » ou encore « grand rassemblement d’individus » 34. Il faut néanmoins observer que le nombre de participants varie considérablement d’une émeute à l’autre, depuis l’individu isolé qui « cherche querelle à tout venant à la gendarmerie » 35, jusqu’au groupe de 40 paysans assiégeant les gendarmes à coups de pierre 36, en passant par les coalitions de plusieurs centaines d’individus, comme à Lonzac, où en juillet 1816, 200 paysans armés de pierres et de bâtons parviennent à faire échapper un déserteur capturé le jour même par la gendarmerie 37.

Le moment de l’émeute

21Les troubles ont le plus souvent pour théâtre les fêtes votives villageoises ou les places de foirail. À la foire, les émeutes contre la gendarmerie éclatent généralement entre 12 et 16 heures, l’après-midi consacrant traditionnellement le temps du relâchement, « de la permissivité, voire de la licence » 38, après une longue matinée de travail, entamée souvent de très bonne heure.

22Dans l’après-midi, rappelle l’abbé Marcellin-M. Gorse, « le paysan en champ de foire n’est plus l’homme calme et tranquille de son village. Il est enfiévré, il élève la voix, il a de grands gestes, il agite son bâton. Il m’y a toujours fait l’effet d’un homme sur le pied de guerre » 39. Il est beaucoup plus rare que les troubles se déroulent de nuit. En octobre 1830 toutefois, plusieurs attroupements, destinés à forcer les « rats de cave » à quitter la ville, se forment à Beaulieu le soir venu, après 21 heures 40. En décembre 1814, dans cette même commune, plusieurs centaines de paysans, armés de bâtons et d’armes à feu, se portent à la faveur de la nuit dans les rues de la ville, « en criant que si l’employé des contributions indirectes ne partait pas de Beaulieu, ils lui brûleraient sa maison. Ils ont continué de crier une partie de la nuit, et ne se sont retirés que lorsque le sommeil les a obligés et après avoir fait toutes les imprécations imaginables », rapporte le fonctionnaire 41.

23C’est néanmoins le plus souvent de jour, en pleine lumière, que les paysans se déchaînent, l’extrême visibilité des émeutiers étant alors tempérée par le nombre souvent important de participants qui permet aux protagonistes de se fondre dans la masse et de garder l’anonymat. Comme le remarque le prévôt du département, « les rassemblements nombreux fournissent aux paysans le prétexte d’éluder de nommer les coupables » 42.

Révoltes spontanées, révoltes préméditées

24Les affaires qui composent le corpus peuvent, pour l’essentiel, être définies comme des mouvements spontanés. Il suffit le plus souvent qu’un seul paysan s’oppose physiquement ou verbalement à un gendarme ou à un employé du fisc pour que, par le jeu des solidarités familiales ou communautaires, cet affrontement dégénère en révolte armée, mobilisant de nombreux paysans. Tout au moins est-ce ce qu’affirment les fonctionnaires qui se plaignent de travailler dans un département où « tous les habitants des villages sont animés d’un même esprit, se soutiennent et se défendent » 43. Pour le prévôt, et son avis est corroboré par de très nombreuses affaires glanées dans notre corpus 44, les révoltes paysannes ont le plus souvent « lieu par un mouvement spontané des parents, qui voyant leurs fils ou leurs neveux arrêtés, veulent les délivrer » 45.

25La révolte se caractérise donc par sa spontanéité, même si nous avons pu relever des actes de sédition ne correspondant pas à ce modèle. Il arrive en effet, beaucoup plus rarement, que l’insurrection soit préméditée. Ainsi en 1799, dans la commune de Lagarde, trente paysans tendent un guet-apens aux deux gendarmes chargés de conduire des conscrits corréziens au dépôt de Grenoble et blessent les officiers de plusieurs coups de fusil. De même, en 1800, des bandes de déserteurs se livrent à plusieurs embuscades sur les gendarmes chargés de la correspondance, à la lisière méridionale du département 46.

L’intensité de la violence

26La protestation ne fait pas systématiquement intervenir des violences physiques. Les paysans se contentent parfois de recourir à des procédures d’intimidation, comme l’usage de cris, d’insultes ou de moqueries, destinés à « narguer la gendarmerie » 47. À Beaulieu, en 1811, un gendarme dans l’exercice de ses fonctions est ainsi « publiquement traité de polisson, de mauvais sujet et d’autres termes injurieux » 48. Les employés des contributions indirectes subissent aussi les assauts verbaux des populations. Le préfet rapporte par exemple qu’ils « sont en butte aux vexations quotidiennes des paysans », qu’on les « insulte tous les jours et qu’on s’attroupe pour vomir les plus atroces imprécations contre ces agents du gouvernement ». Ils seraient continuellement « insultés par des malveillants qui sont le plus souvent pris dans la classe des enfants » 49. Il est toutefois rare que les paysans s’en tiennent à cette forme non violente de protestation, dans une société rurale qui valorise l’exploit physique et l’ostentation de la force. Le plus souvent, les révoltes se soldent par des blessures graves, plus rarement par des morts, presque toujours dans l’effusion de sang. Le gendarme assailli par une foule de paysans déguisés en femmes dans la commune d’Auriac en 1808 périt ainsi des suites de ses blessures 50.

27Au sujet des armes utilisées lorsque les protestations tournent à la violence, on peut porter crédit une fois encore au témoignage de l’abbé Marcellin-M. Gorse : « dans la lutte, le paysan se donne pour arme d’attaque l’instrument qu’il tient à la main : si c’est une fourche, il se sert de la fourche, si c’est une faux ou une faucille, il entaille avec la faux ou la faucille ; si c’est un bâton, il frappe du bâton. S’il n’a rien à la main, il saute dans la haie et en arrache un pieu quelconque. On n’a pas l’idée de la furie et de la rudesse avec laquelle les coups sont assénés. On frappe du bâton sur un corps d’homme comme sur une pierre, la faucille est lancée comme en un champ de blé, les coups de pierre arrivent en plein ventre comme sur une outre inerte, le couteau fourrage et cherche dans les chairs vives comme le lard qu’on dépèce à la saison » 51. Au regard de notre corpus, l’arme favorite est sans conteste le bâton, bien que les cailloux et les haches soient très fréquemment utilisés. L’usage de pistolets est beaucoup plus rare, tout comme l’utilisation des sabres et des couteaux.

Cris, insultes et modes de caractérisation de l’adversaire

28Les révoltes paysannes s’accompagnent presque toujours de l’émission de cris et de hurlements. Les documents ne mentionnent pas toujours la nature des vociférations, se contentant le plus souvent d’indiquer que l’insurrection s’est « accompagnée de huées pendant plus d’une heure », « qu’il s’était fait un attroupement au nombre d’une force imposante qui lançait des cris », « que les paysans proféraient des injures et des menaces comme des féroces » ou « qu’un groupe de personne faisait des cris perçants » 52. Quelques affaires permettent toutefois de préciser les formules employées et de comprendre la signification qu’il convient de donner à ces « hurlements » 53.

29Pour François Ploux, les cris émis par les paysans lors des révoltes ont une double fonction : « on crie, tout d’abord, pour signifier qu’on est en état de rébellion. Mais il s’agit également de renseigner la foule sur le type de situation à laquelle elle est confrontée : à chaque forme de révolte – antifiscale, anti-gendarme – correspondent plusieurs cris spécifiques » 54. Lorsqu’ils ont affaire aux gendarmes, les paysans corréziens ont recours à « au loup ! au loup ! » – cri souvent accompagné de sifflets –, « à l’assassin ! », « au voleur ! », « lâchez-le, lâchez-le ! » « à mort ! », « écrasez-les ! » ou encore « aux armes ! ». Lorsque les paysans sont aux prises avec les agents des contributions indirectes, les cris de « aux rats de cave, aux voleurs, il faut les tuer ! » retentissent le plus souvent. Il en existe d’ailleurs plusieurs variantes : « aux rats, aux rats, oh ! oh ! » 55 ou « à bas les rats, il faut les massacrer ! » 56

30Si les cris servent à informer les villageois sur la nature de la rébellion en cours et à caractériser les adversaires, ils assument d’autres types de fonctions : comme le tocsin, mais de façon atténuée, le cri permet d’abord d’ameuter et de mobiliser les villageois lorsqu’une menace se profile. Le lieutenant de gendarmerie de la Corrèze observe ainsi que « la recherche des déserteurs et des retardataires devient de plus en plus difficile dans le département. Dès que les gendarmes sont aperçus, des cris répétés donnent l’avertissement de les cacher » 57. Les hurlements, souvent proférés par des femmes placées un peu en retrait de la scène, servent d’autre part à stimuler l’ardeur belliqueuse des émeutiers et à exalter leur courage et leur acharnement au combat 58. Enfin, le cri a de toute évidence une fonction intimidante. Il faut imaginer en effet l’impression que pouvait produire sur les employés de l’État les coalitions de plusieurs centaines de paysans armés de bâtons, proférant d’une seule voix des cris à la fois assourdissants et menaçants 59. Le plus souvent d’ailleurs, face à un tel déploiement de force, les agents de l’État préfèrent renoncer à accomplir leurs missions.

31Il faut distinguer les cris des insultes, bien que dans la pratique ces deux registres de l’assaut verbal soient étroitement mêlés 60. À la différence du hurlement qui s’adresse aussi bien aux agents de l’État qu’aux émeutiers, l’insulte vise exclusivement le fonctionnaire qu’elle cherche à rabaisser ou à humilier. Si les cris se distinguent selon la nature de l’émeute – antifiscale, anti-gendarme –, les insultes, elles, sont utilisées indistinctement pour désigner tout type de fonctionnaires. Ceux-ci essuient ainsi les épithètes de « polisson », « foutu cochon », « mauvais sujets », « lâches », « coquins», « gueux », « grippe-jésus », « bougres », « voleurs », « brigands », « canailles », « poulardes » ou « jean-foutre ».

Enquête sur les motivations paysannes lors des troubles « anti-étatiques » dans la Corrèze rurale de la première moitié du 19e siècle

L’absence de l’« État » comme catégorie de perception de la réalité politique

32Les révoltes rurales que les historiens qualifient d’« anti-étatiques » revêtent donc dans le département une très grande ampleur. L’objet de ce développement n’est évidemment pas d’en nier l’existence, mais plutôt d’en contester la dénomination. Peut-on désigner ces mouvements comme « anti-étatiques » sans commettre d’erreur d’appréciation ? Notre enquête incline à la prudence interprétative : rien dans ce que nous venons d’observer, ne permet de conclure que l’État constitue une catégorie de perception indigène ou même que les villageois perçoivent les gendarmes ou les agents du fisc comme des représentants de son autorité. Dans notre corpus d’émeutes, il est très rare que les agents locaux de l’État soient désignés par leurs fonctions – « je me fous des gendarmes » 61 – ou que les termes de « loi » ou de « législation » soient employés – « je me fous de vous comme de la loi » 62 –, les fonctionnaires étant le plus souvent stigmatisés par des vocables empruntés au registre scatologique – « je vous emmerde » – sexuel – jean-foutre –, animalier – loup, rat, poularde – ou familier – coquin, gueux, canaille, etc..

33« Violences anti-étatiques » et autres formulations proches, très présentes dans l’historiographie, doivent donc être maniées avec précaution. En partant du postulat que les représentations sociales s’incarnent dans des actes et qu’en observant et en interprétant ces actes, il est possible de remonter vers les pensées, et donc de rencontrer les raisons qui les fondent, bref en assignant des attitudes mentales – d’irrévérence et de détestation de l’État – à partir de comportements – violences verbales ou physiques contre ses agents –, ces recherches cèdent selon nous à une forme de surenchère interprétative 63. Aucun élément empirique ne permet pourtant de prouver que l’« État » serait une notion structurante du système de représentation politique de la paysannerie corrézienne. Mieux encore : beaucoup de faits tendent à prouver le contraire, comme nous allons tenter de le prouver en scrutant la manière dont les paysans corréziens désignent les autorités et se représentent le pouvoir.

Les modes paysans de désignation du pouvoir dans la première moitié du 19e siècle

34S’il n’est pas rare de trouver les termes d’« État », d’« administration » et de « fonctionnaires » dans les circulaires ministérielles, dans la correspondance des préfets ou dans les pétitions écrites par les notables lettrés des villages, ces notions n’appartiennent pas, en revanche, au vocabulaire paysan. L’affirmation est difficilement contestable : pour la période étudiée, cette forme de catégorisation du pouvoir en termes juridiques et institutionnels est l’apanage des hauts fonctionnaires et des lettrés. Les paysans ne recourent que très exceptionnellement à ce type de catégorisation.

35Lorsque les villageois corréziens cherchent à désigner le pouvoir, c’est à travers des formules très approximatives et imprécises, lesquelles expriment sans doute une perception confuse et désordonnée des enjeux politiques nationaux, en même temps qu’elles reflètent l’absence des ressources cognitives nécessaires pour comprendre et déchiffrer le fonctionnement des institutions politiques de leur temps. C’est en effet le plus souvent par le recours aux vocables « d’autorité » 64 et de « gouvernement » 65 qu’ils qualifient le pouvoir politique. On peut tenter de préciser le sens que recouvrent ces notions chez les paysans corréziens à travers deux remarques.

36Les paysans conçoivent d’abord le pouvoir comme étant très fortement personnalisé ou personnifié. Loin d’être un mécanisme institutionnel complexe ou une structure bureaucratique hiérarchisée, le pouvoir revêt, à leurs yeux, une forme concrète et palpable, puisqu’il se résume le plus souvent au patronyme du souverain qui le détient. Ne disposant pas des schèmes cognitifs nécessaires pour dissocier les deux corps du roi, le corps physique – la personne du souverain – et le corps symbolique – la structure politique dont il est le détenteur provisoire –, les paysans réduisent le pouvoir politique à celui qui l’incarne. Il est ainsi significatif que retentisse très souvent le nom du détenteur du pouvoir lorsqu’ils s’en prennent aux ponctions de l’État – l’impôt et la conscription –. En juin 1814, un attroupement de 200 paysans parcourent le bourg de Beaulieu en criant : « À bas les droits réunis ! À bas Louis XVIII ! Vive l’Empereur » 66. En novembre 1817, les gendarmes de Beaulieu sont pris d’assaut par la population qui les a attaqués trois fois aux cris de « Vive l’Empereur ! », alors qu’ils venaient d’arrêter un paysan pour contravention aux lois et règlement sur la police de cabaret » 67.

37Le pouvoir n’est donc pas perçu comme un mécanisme institutionnel ou comme une structure juridique, mais comme un attribut qui appartient tout entier à celui qui le détient, à qui les paysans imputent l’ensemble des événements qui affectent leur quotidienneté, réduisant ainsi considérablement la complexité des rouages institutionnels : si les contributions indirectes ne sont pas supprimées, c’est que Louis XVIII veut s’enrichir, et non que l’état des finances de l’État l’impose ; si « nous avons la guerre, c’est que Napoléon n’a pas peur » 68, et non que la conjoncture internationale l’exige. On pourrait multiplier les exemples de tels raisonnements, l’essentiel étant ici de mettre en évidence le caractère patrimonialisé et personnalisé du pouvoir dans l’imaginaire politique des paysanneries corréziennes.

38Deuxième remarque : le pouvoir politique est de toute évidence déprécié et disqualifié. Les rares fois où il est désigné en tant que tel, c’est de façon éminemment péjorative, pour en condamner l’injustice. On le croit d’abord cruel et tortionnaire. Si Marie Brajou fait cuire son enfant, avant de le faire disparaître en le donnant à manger à ses cochons, c’est parce que des rumeurs laissent entendre que les autorités sanctionnent les filles mères par le recours à des procédures d’humiliation publique : « j’avais ouï dire que la justice faisait promener dans les rues les filles mères avec leurs enfants attachés au cou lorsqu’elles ne les avaient pas présentés à l’autorité », s’exclame-t-elle lors de son procès 69.

39Cruel et barbare, le pouvoir est aussi perçu comme voleur, coercitif et prédateur, comme peut en témoigner le recours à la symbolique animale du rat ou du loup pour désigner agents du fisc et gendarmes. Le pouvoir, pensent les paysans, enlève nos enfants pour les emmener sur les champs de bataille et grève nos finances. Enfin, les paysans corréziens condamnent massivement la pénétration grandissante de l’« autorité » dans leur vie quotidienne, qu’ils perçoivent comme une ingérence illégitime dans leurs affaires privées. C’est en ce sens que l’on peut interpréter les « fausses nouvelles » qui circulent en Corrèze à la fin de l’année 1841, à l’occasion du recensement des portes et des fenêtres initié par le ministre des Finances Jean-Georges Humann. Les troubles qui éclatent alors à Albignac, à Ussel, à Saint-Germain, à Uzerche ou à Tulle sont alimentés par la rumeur selon laquelle le gouvernement chercherait en fait à imposer le linge, le mobilier 70 et même les femmes enceintes 71. Si les paysans accréditent ces rumeurs d’imposition des objets les plus personnels et privés de leur quotidienneté – les nourrissons ou le linge –, c’est sans aucun doute sur la base d’une représentation du pouvoir comme violeur d’intimité. D’où les nombreuses résistances rencontrées par les agents chargés du recensement : « je leur demandais pourquoi ils voulaient entrer dans la maison, à quoi ils répondirent que c’était pour faire le recensement des portes et fenêtres, je leur dis alors que mes fenêtres étaient toutes extérieures qu’il n’était pas nécessaire d’entrer dans la maison pour les voir » 72.

40À ce stade de la démonstration, un constat se dégage très nettement : les paysans corréziens ne se représentent pas le pouvoir à travers des catégories juridiques et institutionnelles abstraites – l’État, l’administration, l’intérêt général, etc. –, mais à travers ses détenteurs – Louis XVIII, l’empereur –, au regard donc de figures concrètes et nommables qui permettent d’incarner et de personnifier, bref de mettre un visage sur les phénomènes sociaux et politiques qu’ils ne perçoivent d’ailleurs que de façon confuse et désordonnée. Deux hypothèses, qui ne sont pas exclusives l’une de l’autre, peuvent être avancées pour expliquer ces représentations du pouvoir.

41On peut d’abord se demander si les paysans disposent des ressources cognitives nécessaires pour élaborer des raisonnements abstraits. Si la question peut paraître brutale, elle n’est pourtant pas sans fondement. Marcellin-M. Gorse n’affirme-t-il pas que les paysans corréziens « ne pensent guère en théorie » 73 ? Deux arguments peuvent venir à l’appui de cette thèse d’une incompétence paysanne à penser politiquement la réalité politique. D’abord, la manière dont les paysans emploient un « langage imprégné de concret symbolique » 74 pour exprimer la complexité des réalités sociales et politiques qui s’offrent à leurs regards. En Corrèze les notables sont ainsi qualifiés de « gros » 75, de même que dans d’autres départements ils sont désignés par les vocables de « gros bonnets », d’« habits de draps » ou de « Messieurs » 76. Ensuite, l’attachement viscéral que les paysans vouent aux symboles politiques qui permettent de matérialiser la réalité politique, notamment dans ce qu’elle a d’abstrait. Si les notions de monarchie, de république, d’empire ou d’État sont absentes du vocabulaire paysan, ceux-ci maîtrisent en revanche parfaitement le système de signes qui sert à les concrétiser. Ainsi à Lanteuil, en octobre 1815, des « paysans se sont emparés pendant la nuit du drapeau blanc qui flottait sur le clocher de l’église et lui ont substitué l’étendard de la révolte [le drapeau rouge] » 77, exprimant ainsi leur volonté de voir Bonaparte revenir sur le trône 78. C’est ainsi le plus souvent à travers des signes concrets et palpables que les paysans s’essaient à décrypter et à interpréter le fonctionnement de la vie politique, ne disposant sans doute pas des ressources pour percer autrement l’opacité de ses enjeux 79.

42Deuxième hypothèse : la confusion opérée par les paysans entre les deux corps du roi, la structure étatique et le souverain qui l’incarne, peut s’expliquer par les formes que revêt l’État à l’époque étudiée. Celui-ci est alors étroitement patrimonialisé et encore très souvent utilisé à des fins personnelles. Parmi de nombreuses preuves de cette privatisation du pouvoir étatique, il faut observer que les fonctionnaires ne se définissent pas comme des agents de l’État mais comme des « agents du gouvernement », laissant ainsi entendre qu’ils sont au service du souverain plus que de l’intérêt général 80.

L’imbrication des rôles administratifs et de la vie sociale quotidienne chez les agents de l’État

43Car en contrepoint à cette histoire des représentations de l’autorité dans les sociétés rurales, ce serait faire preuve d’anachronisme que de concevoir l’administration locale dans la première moitié du 19e siècle comme un espace d’activité autonome, marqué par la spécialisation de ses activités, l’existence de règles et d’intérêts spécifiques, bref comme un ordre à part, différencié du social. L’observation attentive des pratiques administratives dans le département incite en effet à réévaluer la question du « désencastrement » de l’administratif et du social et « de l’autonomie des sphères objectivées sur laquelle nous avons construit notre perception du monde social » 81. Il n’est pas rare, par exemple, de trouver dans les dossiers des administrations supérieures, composés de rapports politiques ou de renseignements confidentiels de haute importance, des correspondances privées et même intimes. Dans un dossier regroupant la correspondance politique avec le préfet du département figurent ainsi plusieurs lettres d’amour adressées par une femme mariée au sous-préfet de Brive… 82 C’est dire si les sphères d’activités demeurent à cette époque largement enchevêtrées et si les rôles administratifs ne sont pas encore vécus comme totalement différenciés par rapport aux données de la vie sociale quotidienne. Cela se vérifie d’autant mieux à mesure que l’on descend vers les échelons inférieurs de l’administration : maires, gendarmes, juge de paix et autres relais locaux de l’emprise étatique s’éloignent en effet très souvent des prescriptions normatives de leurs rôles – neutralité, objectivité, efficacité, idéologie de l’intérêt général, impersonnalité, apolitisme, etc. –. Plutôt que de postuler a priori la conformité des comportements des fonctionnaires locaux aux règles, aux valeurs et aux modèles de conduites imposés par leurs supérieurs hiérarchiques, il convient donc de porter attention « à la manière dont les individus se saisissent des rôles prescrits » 83 pour les plier aux normes qui régissent leurs rapports sociaux quotidiens.

44De cette indifférenciation des répertoires de l’action administrative et de l’activité sociale dans la pratique quotidienne des fonctionnaires locaux, il existe de très nombreux signalements. On se contentera d’en relever deux en étudiant d’abord la manière dont les agents de l’État s’approprient pour leur bénéfice personnel les ressources de leurs emplois, avant d’analyser la conception qu’ils se font de leur fonction : loin du bureaucrate wébérien encadré par un statut rigide censurant ses dispositions individuelles, les relais locaux de l’État s’impliquent au contraire souvent personnellement et refusent ainsi de se conformer aux normes d’impartialité et d’impersonnalité que l’institution étatique attend d’eux.

L’appropriation personnelle des fonctions et de leurs ressources

45Dans la première moitié du 19e siècle, les agents de l’État ne « travaillent pas totalement séparés des moyens d’administration et sans appropriation de leurs emplois » 84. À titre d’exemple, il n’est pas rare en effet que les maires se servent de leur autorité à des fins personnelles. Pour le préfet de Corrèze, « l’écharpe municipale donne immédiatement aux cultivateurs une certaine influence ». Forts de ce sentiment d’autorité morale, les maires dépassent parfois les bornes de leurs attributions et se livrent à de nombreux excès verbaux, voire physiques, contre leurs administrés. Il faut toutefois distinguer ce qui relève ici de l’absence de connaissances des limites exactes de leurs attributions de ce qui constitue des abus de pouvoir délibérés ou une utilisation à des fins privatives des ressources que leur procure leur emploi.

46Tout au long de la période en effet, l’administration supérieure se plaint du manque de connaissances juridiques de ses agents locaux 85. Cela mérite d’autant plus d’être signalé que dans bon nombre de théories sociologiques, les compétences techniques et juridiques constituent l’un des traits distinctifs de l’administration « moderne ». En 1803, le juge de paix de canton de La Roche-Canillac est ainsi disqualifié comme « possédant peu de connaissances dans la partie judiciaire » ; le juge de paix du canton de Seilhac n’aurait, quant à lui, « pas assez de connaissances juridiques » 86. En octobre 1816, le manque de compétences et d’expérience des gendarmes du département est à l’origine de deux révoltes paysannes d’une certaine gravité. Le jour de la fête patronale de Corrèze, les gendarmes renversent par inadvertance plusieurs paysans alors qu’ils cheminent à cheval dans une ruelle étroite. « Cette imprudence donna lieu à des plaintes, à des railleries, peut-être même à des propos mal honnêtes de la part des villageois. Ces jeunes militaires, peu accoutumés à ce langage, tirèrent leur sabre et frappèrent quelques-uns de ceux qui avaient tenus ces propos. Et alors, on leur jeta des pierres et même des bouteilles ». À Queyssac, le jour de la fête votive villageoise, « tout était parfaitement tranquille avant que les gendarmes n’entrent dans le cabaret voulant faire sortir les personnes qui y buvaient. Au lieu de se borner à dresser un procès-verbal de contravention de police, les gendarmes usèrent de la force », mettant le village en état d’insurrection. « La gendarmerie de ce département, poursuit le fonctionnaire, est animée du zèle le plus louable. Mais elle n’a aucune instruction et ne connaît point les bornes de ses attributions et de ses devoirs » 87. Pour le prévôt du département, « par ses fautes de formes, d’usages et même de conduite », la gendarmerie « est gravement inculpée » dans ces deux affaires 88 qui retiennent d’ailleurs l’attention du garde des Sceaux, lequel se plaint au ministre de la Guerre que « les gendarmes, peu pénétrés de leurs devoirs, ont provoqué le désordre par une conduite imprudente ». Il lui demande expressément de « faire donner à la gendarmerie du département de la Corrèze des instructions qui puissent les éclairer sur les bornes précises de leurs attributions et de leurs devoirs, pour prévenir dorénavant des pareils événements » 89. Cette absence de compétence et de tempérance semble assez répandue au cours de la période qui nous concerne.

47Il n’est pas rare en effet que les fonctionnaires se livrent à des excès verbaux et physiques envers leurs administrés, soulignant ainsi la faible intériorisation des règles de contention, de distance et de maîtrise de soi censées être au fondement de leurs pratiques administratives. En 1813, le maire de Meyssac est ainsi accusé « d’actes arbitraires et vexatoires hors du territoire de sa commune » 90. Il s’était rendu dans une commune voisine, accompagné de deux gendarmes, pour forcer les parents d’un conscrit réfractaire à s’acquitter des frais de garnison de leur fils. Sur leur refus, le maire décide de procéder à une saisie, mais les paysans « avaient eu le soin d’enlever les meubles de leur maison et de soustraire leurs bestiaux ». Le maire, précise le procureur, « piqué d’avoir été joué par ces individus, cru pouvoir employer la violence en ordonnant aux gendarmes de saisir l’un des parents du conscrit en lui disant qu’on allait le conduire en prison » 91.

48En 1869, un gendarme de la brigade d’Ayen abuse de son autorité alors qu’il visite à cheval la commune de Saint-Aulaire. À une heure du matin, il se présente devant l’entrée de l’hôtel Toulze où « le silence le plus parfait régnait au dedans comme au dehors. Chacun dormait profondément ; seul, relate le témoin, je causais tranquillement dans ma chambre avec un ami, lorsque deux coups frappés violemment à la porte me firent mettre la tête à la croisée : c’était le représentant de la force publique qui attiré sans doute par l’éclat de notre bougie nous sommait au nom de la loi de leur ouvrir. À peine avais-je obtempéré à cette injonction toute militaire que le brigadier me dit comment se fait-il qu’à pareille heure je vois de la lumière ici ? Je lui répondis qu’étant locataire de la maison, j’usais d’un droit bien légitime de conserver de la lumière dans ma chambre toute la nuit si cela me faisait plaisir. Mais le gendarme ne partageant pas ma manière de voir à ce sujet, m’interrompit brusquement et d’une voix à faire trembler l’édifice le plus solide sur sa base : taisez-vous, vous n’avez pas le droit de parler, où est la maîtresse que je lui fasse voir qui je suis ? Ils parlementèrent quelques instants et jugeant sans doute qu’il nous avait assez épouvantés par ses grotesques menaces et sentant peut-être aussi tout l’arbitraire et l’odieux de sa conduite se ravisa tout à coup : pour aujourd’hui, dit-il, je ne sévis pas, mais à l’avenir prenez garde à moi » 92.

49Le plus souvent toutefois, les abus de pouvoir des fonctionnaires locaux procèdent d’une volonté délibérée d’utiliser les ressources que leur procurent leurs emplois à des fins personnelles, pour assouvir des vengeances ou pour consolider leurs positions dans la configuration locale. En 1824, le préfet s’offusque « de certains fonctionnaires publics qui cèdent à la passion du ressentiment personnel en aggravant les torts des prévenus et en les présentant sous un faux jour », au lieu d’appliquer les règles de la neutralité que requièrent pourtant leurs fonctions 93. En 1815, le maire de Végennes refusant d’inhumer le corps d’un de ses ennemis dans l’église paroissiale « exécute un scandale public dans l’exercice de ses fonctions en se livrant à des actes de violences contraires au respect dû à la mémoire des morts » 94. C’est dire si les maires éprouvent encore beaucoup de difficultés à émanciper leurs fonctions des enjeux qui structurent la quotidienneté villageoise et à concevoir leurs rôles comme différenciés par rapport aux données de la vie sociale quotidienne.

50Soulignant d’abord de façon particulièrement évidente l’absence de pacification des mœurs administratives à l’époque, ces affaires ont également le mérite de rappeler que, loin d’être un simple exécutant, le « corvéable de l’État » comme disait Taine, le fonctionnaire local se caractérise d’abord par son appartenance au monde villageois dont les logiques et les enjeux affectent considérablement ses comportements et ses pratiques administratives.

Une absence de conformité aux actions prescrites liée à l’enracinement local du fonctionnaire

51Les comportements des fonctionnaires locaux se ressentent en effet très nettement de leur insertion dans le monde villageois, dont ils sont d’ailleurs le plus souvent originaires. De nombreuses enquêtes monographiques ont en effet mis en évidence le fort degré d’enracinement des relais locaux de l’État, le plus souvent issus de leur canton, pour ne pas dire de leur village 95. Sur la base de cette solidarité de lieu avec les villageois, on peut s’imaginer que les fonctionnaires locaux aient été tentés d’infléchir et de moduler les prescriptions étatiques pour ne pas déplaire à leurs administrés, d’autant que ceux-ci attendaient d’eux une défense sans réserve de leurs intérêts, fussent-ils indéfendables et même condamnables au regard des lois nationales.

52Il est ainsi très fréquent que les maires protègent les conscrits réfractaires, avec lesquels ils entretiennent très souvent des liens familiaux ou d’amitié. Cette soustraction au service militaire prend des formes très variées. Le plus souvent, les maires acceptent de cacher les déserteurs à leur domicile, sachant que les gendarmes n’oseront y pénétrer pour opérer des perquisitions. En 1831, le commandant de la gendarmerie de Corrèze se plaint des maires du département qui « oublient trop souvent les devoirs de leurs fonctions au point de cacher déserteurs et réfractaires chez eux » 96. La protection des villageois se fait parfois selon des procédés plus subtils. En 1812, le maire d’Allassac est accusé d’avoir favorisé la désobéissance et la désertion de plusieurs conscrits réfractaires et déserteurs « en les mariant au lieu de les faire arrêter ». Le procureur général ajoute qu’il « les a mariés clandestinement, en faisant ces mariages sans publication préalable, énonçant faussement que ces publications avaient eu lieu et commettant des altérations, transpositions et antidates sur les registres » 97. Il arrive très souvent en effet que les maires accomplissent des falsifications de documents officiels. Le maire de Voutezac est par exemple accusé en 1812 « d’avoir omis de porter sur les listes de conscription de 1811 plusieurs conscrits qui ont acheté cette faveur ». Il serait d’ailleurs coupable de plusieurs autres malversations de ce genre et aurait avancé que « sa place de maire devait assurer sa fortune » 98. En 1816, le maire de Saint-Étienne-aux-Clos est suspecté d’avoir reçu « des sommes considérables de différentes personnes pour soustraire des jeunes gens aux lois de la conscription ». Il aurait également prodigué « à un jeune homme qui voulait fuir l’enrôlement le conseil de se serrer la cuisse avec une corde ». On lui reproche enfin « d’avoir exigé d’un autre, en 1813 et 1814, une somme de 18,5 francs à chaque fois, pour apposer en sa qualité de maire, sa signature à des passeports que ce particulier lui présentait à signer » 99.

53Le manque d’impartialité des magistrats municipaux s’exprime avec beaucoup de netteté lorsque des émeutes éclatent dans leur commune. Le prévôt du département se plaint par exemple « d’être très mal secondé par le maire et son adjoint » dans l’enquête sur la sédition qui a éclaté au village de Corrèze en décembre 1816. Le fonctionnaire rappelle « que la querelle a eu lieu chez le gendre du maire et que tout son intérêt le voile soit à le soutenir, soit à éviter de donner les renseignements nécessaires et qu’on découvre dans sa déposition une partialité hors de toute vraisemblance » 100. L’affaire retient l’attention du ministre de l’Intérieur qui s’étonne à son tour de la conduite du maire et de l’adjoint « qui paraissent avoir eu des torts très graves, soit en ne faisant rien pour s’opposer au désordre, soit en favorisant la retraite dans leurs communes des principaux suspects de l’insurrection » 101.

Le travail préfectoral de pédagogie administrative

54Une grande partie du travail quotidien des préfets et des sous-préfets consiste ainsi à procurer à ses agents locaux les explications nécessaires sur les lois et les modalités de leur application. Tout au long de notre période, les élites administratives du département ne cessent de répéter aux maires par exemple qu’il est « important d’étudier les lois qui sont relatives à vos fonctions ; elles sont en petit nombre et l’étude n’en est ni longue ni difficile. Comment pourriez-vous exercer régulièrement ces fonctions précieuses, si vous ne connaissiez pas l’étendue et les bornes de vos devoirs et de vos attributions ? » 102 Cette action de normalisation administrative s’accentue avec les années. En 1849, le ministre de la Justice fait ainsi parvenir aux juges de paix corréziens « des paquets contenant la loi sur les compétences des juges de paix », ajoutant « qu’il est indispensable que les fonctionnaires connaissent cette loi » 103. De manière plus générale, préfet et sous-préfets incitent les maires à faire l’achat de livres et de répertoires contenant l’ensemble des lois relatives à leurs fonctions, des modèles standardisés de budgets municipaux, de calendriers de réunions, de taxations. Il n’est pas rare de trouver dans les archives de la sous-préfecture des publicités pour des ouvrages de vulgarisation comme le volume intitulé Lois rurales municipales, administratives et de police réunies en un seul volume 104, avec les modèles de formules de tous les actes que maires et fonctionnaires sont amenés à rédiger ; ou encore le Dictionnaire municipal, rural, administratif et de police. En 1849, un employé de la sous-préfecture de Brive fait l’acquisition de l’ouvrage Formulaire des tribunaux de paix et de simple police 105. Il conviendrait bien sûr de mesurer l’efficacité de ce dispositif de normalisation, en étudiant notamment la diffusion de ces ouvrages, ce qui nécessiterait de recourir aux archives municipales. Il semble toutefois, au regard du sondage que nous avons opéré dans ces sources, que ce n’est pas avant les années 1870-1880 que ces ouvrages de vulgarisation se diffusent massivement dans les municipalités. En 1874 par exemple, le conseil municipal de la commune de Saint-Cirgues « sur la proposition du maire, vote l’achat d’un exemplaire d’un ouvrage intitulé Secrétaire de mairie par Dubarry, secrétaire général de la préfecture de la Haute-Saône » 106. Mais cette acculturation est une œuvre de longue haleine, nullement achevée à la fin de la période de notre étude.

55Dans la première moitié du 19e siècle, les fonctionnaires locaux éprouvent encore de grandes difficultés à se concevoir comme les titulaires d’un poste défini en dehors de toute considération de personne. Malgré le port de l’uniforme censé leur rappeler l’appartenance à un ensemble institutionnel dépassant les bornes étriquées du finage, ils refusent encore bien souvent d’appliquer de façon standardisée, « sans haine et sans passion, sans amour et sans enthousiasme, sous la pression des simples concepts du devoir » 107, des normes qui se veulent universelles, les pliant le plus souvent aux enjeux et aux normes qui régissent la quotidienneté villageoise. L’existence de ces procédures de « réencastrement » de l’administratif dans le social rappelle, s’il en était encore besoin, que les fonctionnaires ne sont pas réductibles aux rôles que l’institution étatique attend d’eux.

* * *

56Au terme de cet article, une question s’impose avec force : est-il pertinent de sonder les représentations paysannes du pouvoir au regard du concept d’État ? L’État est-il un concept indigène, c’est-à-dire une catégorie utilisée par les villageois pour déchiffrer la réalité ? Au regard de ce que nous avons pu observer dans la Corrèze de la première moitié du 19e siècle, il faut, semble-t-il, répondre de manière négative à ces interrogations. Dans notre corpus d’émeutes, il n’a jamais été fait référence à l’« État », à l’« administration » ou au terme de « fonctionnaire », bref à des catégories juridiques abstraites ou à un vocabulaire politique spécialisé. L’État n’est pas un cadre de perception indigène de la réalité politique. L’étude des modes d’appréhension du pouvoir au regard de schèmes juridiques ou d’un vocabulaire politique spécialisé relève en grande partie de l’anachronisme. Les paysans corréziens ne se représentent pas le pouvoir au prisme de catégories abstraites, mais à travers la figure concrète de ses détenteurs, autrement dit par le recours à des procédures d’incarnation et de personnification des phénomènes sociaux et politiques qui affectent leur quotidienneté et qu’ils ne sont sans doute pas à même de déchiffrer autrement.

57La catégorie historiographique « violence antiétatique » doit donc être utilisée avec précaution, puisqu’elle reflète très imparfaitement ce que les paysans « avaient dans la tête » lorsqu’ils s’attaquaient aux agents de l’État. Si l’on admet que la saisie des « conflits sociaux et politiques du passé à travers les frontières conceptuelles de l’époque et l’interprétation du langage des partenaires d’alors » constitue « une exigence méthodologique minimale » 108, alors il convient de lui substituer, de préférence, les termes de « violence contre le pouvoir », contre l’autorité ou mieux encore avant 1830, contre le souverain. Par leur imprécision, ces vocables sont beaucoup mieux à même de restituer l’univers mental des paysans, lesquels appréhendaient en effet les réalités politiques de leur temps de manière très indirecte.

58Il n’y a toutefois pas que des causes endogènes à cette incapacité à se représenter l’État. L’absence de dissociation du souverain et de la structure administrative dans l’imaginaire politique paysan peut en effet s’expliquer aussi par les formes à travers lesquelles le pouvoir étatique se donne à voir quotidiennement au village, au cours de la période historique qui balise cette étude. Nous nous sommes en effet demandé ce qui était susceptible d’alimenter les jugements et les perceptions que les paysans portaient – ou pas – sur l’institution étatique, en repérant les modes d’incarnation de l’État au village : qu’est-ce qui médiatisait localement l’autorité étatique dans le quotidien des paysans ? Quelles étaient les « technologies sociales » de figuration du pouvoir étatique dans les campagnes corréziennes de la première moitié du 19e siècle ? Pour répondre à ces questions, nous nous sommes prioritairement intéressés aux « petits » fonctionnaires dont nous avons cherché à scruter le rôle dans la construction de l’État et dans l’exercice permanent de son autorité. Pour les élites administratives de l’époque en effet, la circulation des normes étatiques – et leur intériorisation par les populations locales – doit advenir à travers les interactions répétées et quotidiennes qui se nouent entre les agents locaux de l’État et les communautés locales. C’est la raison pour laquelle, les administrateurs du département se montrent très soucieux des qualités morales de leur relais locaux, dont les comportements engagent l’image du pouvoir étatique auprès de la société rurale. Au terme de cette analyse du fonctionnement de l’État au concret, saisi à travers les pratiques administratives quotidiennes de ses agents, nous avons mis en évidence le décalage entre la réalité de l’administration locale corrézienne et le modèle idéal-typique wébérien de la « direction administrative bureaucratique ».

59Nous avons en effet pris la mesure des difficultés rencontrées par les agents locaux de l’État pour émanciper leurs fonctions des enjeux qui structurent la quotidienneté villageoise et pour concevoir leur rôle comme différencié par rapport au politique et aux données de la vie sociale. Les fonctionnaires de l’État, loin d’être de simples exécutants répercutant fidèlement et sans considération de personne les consignes du pouvoir central, se caractérisent d’abord par leur appartenance au monde villageois, dont les logiques et les enjeux affectent considérablement attitudes et pratiques administratives. Indifférenciée par rapport aux données de la vie sociale quotidienne, l’administration l’est aussi, à bien des égards, vis-à-vis de la politique et plus encore peut-être à l’égard de la sphère religieuse. La plupart des actes du pouvoir civil ont en effet pour cadre l’église paroissiale, et le processus d’affirmation d’une conscience municipale, soucieuse de s’émanciper de la tutelle cléricale, n’est encore que très timidement engagé.

60À l’époque qui nous intéresse, l’État reste donc très faiblement laïcisé et institutionnalisé. Les signes de l’inachèvement de ce processus de mise en administration sont nombreux : absence de soumission des fonctionnaires à des règles générales, impersonnelles et objectives ; faible bureaucratisation de l’appareil de domination ; manque d’infrastructures suffisantes pour agir à distance. Bref, on ne peut pas parler de l’État en cette première moitié du 19e siècle dans le département de la Corrèze, comme d’un support permanent d’autorité.

61Dans ces conditions, comment les paysans corréziens auraient-ils pu procéder à l’opération mentale consistant à découper dans le réel un ordre institutionnel autonome – l’État – délimitant un espace d’activités bien différencié – l’administration – et consacrant des règles et des rôles impersonnels – fonctionnaires – ? Clairement, le pouvoir étatique et les pratiques administratives de ses relais locaux demeuraient encore très étroitement encastrés dans le social, le politique et le religieux, très faiblement différenciés donc, et dès lors indiscernables par une société rurale dans laquelle les représentations héritées restaient encore très vivaces.

Haut de page

Notes

1 Arch. nat. (Archives nationales), BB/18/235, Prévôt de la Corrèze, rapport des arrestations dans le département, 22 juillet 1816.
2 Arch. dép. Corrèze (Archives départementales de la Corrèze), 4M 22, Procès verbal, brigade de gendarmerie de Saint-Privat, 12 juillet 1840.
3 Eugen Weber a été l’un des premiers historiens à dresser ce constat : Eugen WEBER, Peasants into Frenchmen. The Modernization of Rural France, 1880-1914, Standford, Stanford university press, 1976, traduit en français sous le titre : La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale 1870-1914, Paris, Fayard, 1983, 839 p.
4 Michel BRUNET, Le Roussillon : une société contre l’État. 1780-1820, Toulouse, Eché, 1986, 566 p. ; François PLOUX, Guerres paysannes en Quercy. Violences, conciliations et répression pénales dans les campagnes du Lot (1810-1860), Paris, Éditions de la Boutique de l’histoire, 2002, 376 p., pp. 193-223 ; Jean-François SOULET, Les Pyrénées au 19e siècle, tome 2, Une société en dissidence, Paris, Éché, 1987, 713 p.
5 Charles WRIGHT, L’État au village. Sur les relais locaux de l’emprise étatique dans les campagnes du 19e siècle (1800-1860), mémoire de DEA de sciences sociales, sous la direction de Michel Offerlé, ENS/EHESS, 2004, 206 p.
6 Yves-Marie BERCÉ, Croquants et nu-pieds. Les soulèvements paysans en France du 16e au 19e siècle, Paris, Gallimard, 1991 ; Alain CORBIN, « Histoire de la violence dans les campagnes françaises du 19e siècle. Esquisse d’un bilan », dans Ethnologie française, tome 21, n° 3, 1991, pp. 224-236 ; Frédéric CHAUVAUD, et Jean-Luc MAYAUD [dir.], Les violences rurales au quotidien, Paris, Éditions de la Boutique de l’histoire, 2005, 376 p. ; Frédéric CHAUVAUD, « Conflictuosité et sociétés conflictuelles : les campagnes dans la société française au 19e siècle (1830-1914) », dans Jean-Claude CARON et Frédéric CHAUVAUD [dir.], Les campagnes dans les sociétés européennes. France, Allemagne, Espagne, Italie (1830-1930), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, pp. 181-207.
7 On s’inspire ici des conseils de Roger Brubakers et de Frederik Cooper incitant à distinguer les notions employées selon qu’elles sont des catégories de l’analyse scientifique ou de la pratique sociale. Roger Brubakers et Frederik Cooper, « Au-delà de l’identité », dans Actes de la recherche en sciences sociales, n° 139, 2001, pp. 66-85.
8 Jean NICOLAS, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, Éditions du Seuil, 2002, pp. 548 et suivantes.
9 La notion de concept « indigène » renvoie au sens qu’il prend pour les personnes qui l’emploient.
10 Charles WRIGHT, L’État au village…, ouv. cité.
11 On en trouvera une première recension dans : Alain CORBIN, « Recherche historique et imaginaire politique. À propos des campagnes françaises au 19e siècle », dans La politisation des campagnes au 19e siècle. France, Italie, Espagne et Portugal. Actes du colloque de Rome, 20-22 février 1997, Rome, École française de Rome, 2000, pp. 47-55. Plus récemment : Lutz RAPHAEL, « L’État dans les villages : administration et politique dans les sociétés rurales allemandes, françaises et italiennes de l’époque napoléonienne à la Seconde Guerre mondiale », dans Jean-Luc MAYAUD et Lutz RAPHAEL [dir.], Histoire de l’Europe rurale contemporaine. Du village à l’État, Paris, Armand Colin, 2006, pp. 249-281.
12 Renaud DORANDEU, « Faire de la politique ». Contribution à l’étude de la politisation. L’exemple de l’Hérault, 1848-1914, thèse pour le doctorat de science politique sous la direction de Dominique Rousseau, Montpellier 1, 1992, p. 22.
13 Pour reprendre les catégories utilisées par Alain Lancelot pour définir les critères de la citoyenneté, dans : Daniel GAXIE [dir.], Explication du vote. Un bilan des études électorales en France, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1989, pp. 77-78.
14 Maurice Agulhon, La République au village. Les populations du Var de la Révolution à la Seconde République, Paris, Plon, 1970, 543 p.
15 Pour une présentation de ces travaux : Gilles PÉCOUT, « La politisation des paysans au 19e siècle. Réflexions sur l’histoire politique des campagnes françaises », dans Histoire et sociétés rurales, n° 2, 1994, pp. 91-125 ; Jean-Luc MAYAUD, « Une histoire rurale éclatée (1945-1993). La France au 19e siècle », dans Alain FAURE, Alain PLESSIS et Jean-Claude FARCY [dir.], La terre et la cité. Mélanges offerts à Philippe Vigier, Paris, Éditions Créaphis, 1994, pp. 21-31.
16 Alain CORBIN, « La violence rurale dans la France du 19e siècle et son dépérissement : l’évolution de l’interprétation politique », dans Philippe BRAUD [dir.], La violence politique dans les démocraties occidentales, Paris, Éditions L’Harmattan, 1993, p. 64.
17 Édouard LYNCH, Entre la commune et la nation. Identité communautaire et pratique politique en vallée de Campan (Hautes-Pyrénées) au 19e siècle, Tarbes/Toulouse, AGM-Archives des Hautes-Pyrénées/GRHP-université Toulouse 2, 1992, 241 p. ; Christian THIBON, Pays de Sault. Les Pyrénées audoises au 19e siècle : les villages et l’État, Paris, Éditions du CNRS, 1988, 278 p. ; Jean-François SOULET, Les Pyrénées au 19e siècle…, ouv. cité ; Michel BRUNET, Le Roussillon…, ouv cité ; Frédéric CHAUVAUD, Tensions et conflits. Aspects de la vie rurale au 19e siècle d’après les archives judiciaires. L’exemple de l’arrondissement de Rambouillet, 1811-1871, thèse pour le doctorat d’histoire, Paris X-Nanterre, 1988, 958 f. ; François PLOUX, Guerres paysannes en Quercy…, ouv cité ; Alain CORBIN, Le village des cannibales, Paris, Flammarion, 1995, 204 p. ; Philippe GRANDCOING, La bande à Burgout et la société rurale de la châtaigneraie limousine (1830-1839), Limoges, SELM, 1990, 302 p. ; Peter McPHEE, Les semailles de la République dans les Pyrénées-orientales 1846-1852, Perpignan, Publications de l’Olivier, 1995, 507 p. ; Peter McPHEE, The Politics of Rural Life. Political Mobilization in the French Countryside, 1846-1852, Oxford, Clarendon Press, 1992, 310 p. Pour un exposé de la conception du politique qui irrigue ces travaux : Christophe PROCHASSON, « La politique comme culture sensible. Alain Corbin face à l’histoire politique », dans French politics, culture and society, tome 22, n° 2, 2004, pp. 56-57 ; Anne-Emmanuelle DEMARTINI et Dominique KALIFA [dir.], Imaginaire et sensibilités au 19e siècle. Études pour Alain Corbin, Paris, Créaphis, 2005, 278 p.
18 Alain CORBIN, Le village des cannibales, ouv. cité, p. 201.
19 Par exemple, pour le département du Cantal, frontalier de la Corrèze : Jean-Pierre SERRE, « Les Cantaliens et la conscription : du refus militaire à l’insertion nationale, 1789-1852 », dans Cahiers d’histoire, tome 46, n° 1, 2001, pp. 27-60.
20 Par exemple : Élisabeth CLAVERIE et Pierre LAMAISON, L’impossible mariage. Violence et parenté en Gévaudan, 17e, 18e et 19e siècles, Paris, Hachette, 1982, 361 p.
21 Danielle GERVAIS, « Ethnographie de la relation patrimoniale dans le Lot », dans Louis ASSIER-ANDRIEU [dir.], Une France coutumière. Enquête sur les « usages locaux » et leur codification (19e -20e siècles), Paris, Éditions du CNRS, 1990, pp. 119-120.
22 François PLOUX, Guerres paysannes en Quercy…, ouv. cité, troisième partie, « La résolution des conflits », pp. 225-353 ; Jean-Claude FARCY, « Justice, paysannerie et État en France au 19e siècle » dans Xavier ROUSSEAUX et René LÉVY [dir.], Le pénal dans tous ses États. Justice, États et sociétés en Europe (12e–20e siècles), Bruxelles, Publications des facultés universitaires Saint-Louis, 1997, pp. 191-207 ; Frédéric CHAUVAUD, « Les paysans et la justice pénale en France. Transition judiciaire et construction du social, 1830-1930 », dans Jean-Luc MAYAUD et Lutz RAPHAEL [dir.], Histoire de l’Europe rurale…, ouv. cité, pp. 182-201.
23 Louis CLAEYS, « Les Ariégeois et le pouvoir central au 19e siècle : du refus à l’acceptation », dans Michel BRUNET, Serge BRUNET et Claudine PAILHES [dir.], Pays Pyrénéens et pouvoirs centraux 16e-20e siècles. Actes du colloque international organisé à Foix les 1er, 2 et 3 octobre 1993, s.l., Association des amis des Archives de l’Ariège, 1995, volume 2, pp. 225-238, p. 225.
24 Jean François SOULET, Les Pyrénées au 19 e siècle..., ouv. cité.
25 L’expression est empruntée à CHAPTAL dans son Discours pour la défense du projet de loi sur la division du territoire de la République et l’organisation de son administration, 28 pluviôse an VIII, Archives parlementaires, tome 1, Paris, Librairie administrative P. Dupont, 1867, p. 230.
26 Voir notamment la géographie des départements cités dans : Eugen WEBER, La fin des terroirs…, ouv. cité.
27 Norbert ELIAS, La dynamique de l’Occident, Paris, Calmann-Lévy, 1976, 320 p. ; Charles TILLY [dir.], The formation of national States in Western Europe, Princeton, Princeton university press, 1975, 711 p.
28 Jean-François Soulet parle de la « gendarmophobie » des Pyrénéens : Jean-François Soulet, Les Pyrénées au 19 e siècle, tome 2, Une société en dissidence, ouv. cité, pp. 281-282 et pp. 517-518. François Ploux évoque, lui, « la haine du gendarme » chez les paysans du Lot : François Ploux, Guerres paysannes en Quercy…, ouv . cité, p. 194. Se reporter aussi : Jean-Noël LUC [dir.], Gendarmerie, État et société au 19e siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, pp. 211 et suivantes.
29 Arch. dép. Corrèze, 5U 29, Procès verbal, brigade de gendarmerie de Beaulieu, 29 septembre 1816.
30 Arch. dép. Corrèze, Z3, Lettre du préfet au sous-préfet de Brive, 21 septembre 1814.
31 Arch. dép. Corrèze, 4M 19, Rapport sur les événements arrivés aux employés des contributions indirectes à Argentat, 12 avril 1828.
32 En 1851, le garde-pêche de Terrasson est frappé de plusieurs coups de pioche (Arch. dép. Corrèze, 5U 10, jugement, 6 janvier 1851). En avril 1828, le garde-champêtre de Varetz est également blessé (Arch. dép. Corrèze, 4M 19, lettre du procureur du roi au sous-préfet de Brive, 25 avril 1828).
33 Sur ce point, voir l’analyse de : Jacques REVEL, « Préface », dans Georges LEFEBVRE, La Grande peur de 1789, Paris, Armand Colin, 1988 (réédition), pp. 11-15 ; et celle de : Alain CORBIN, « Histoire de la violence dans les campagnes… », art. cité, pp. 224-225.
34 Arch. dép. Corrèze, 4M 17, Ministre de l’Intérieur au préfet, 13 novembre 1816 ; Arch. dép. Corrèze, 4M 17, Procès verbal dressé par le conseiller de préfecture, 16 septembre 1816 ; Arch. dép. Corrèze, 4M 34, Rapport de gendarmerie, 5-10 juin 1848.
35 Arch. dép. Corrèze, 5U 10, Interrogatoire de P. Coste, 15 janvier 1820.
36 Arch. dép. Corrèze, Z4, Sous-préfet de Brive, compte de l’administration de l’arrondissement de Brive pendant le 1er trimestre de juillet 1816.
37 Arch. dép. Corrèze, 4M 17, Arrêté du préfet de la Corrèze, 23 juillet 1816.
38 Alain CORBIN, Le village des cannibales, ouv. cité, pp. 76-77.
39 Marcellin-M. GORSE (abbé), Au bas pays de Limosin. Études et tableaux, Paris, Ernest Leroux, 1896, p. 52
40 Arch. nat., F/7/3961, Rapport du commandant de la compagnie de gendarmerie de Corrèze, 4 octobre 1830.
41 Arch. nat., F/7/9017, Lettre du maréchal des logis de gendarmerie à la résidence de Beaulieu au lieutenant de l’arme à Brive, 9 décembre 1814.
42 Arch. nat., BB/18/235, Lettre du prévôt de la Corrèze au garde des Sceaux, 12 décembre 1816.
43 Arch. nat., BB 18/235, Prévôt de la Corrèze au ministre de la Guerre, 5 décembre 1816. Dans de nombreux cas, on sonne le tocsin pour ameuter les paysans des villages alentours, comme à Saint-Aulaire en janvier 1838 (Arch. nat., F/7/396, Rapport de gendarmerie, 1er janvier 1838) ou à Beaulieu en avril 1831 (Arch. dép. Corrèze, 5U 31, Commission rogatoire, tribunal de Brive, 23 avril 1831).
44 Par exemple à Onzac où en juillet 1819, les gendarmes venus capturer un retardataire sont violemment pris à partie par la famille du conscrit et les habitants du village : Arch. dép. Corrèze, 4M 18, Procès verbal de la gendarmerie royale, 24 juin 1819.
45 Arch. nat., BB/18//235, Prévôt de la Corrèze au garde des Sceaux, 24 juillet 1816.
46 Arch. dép. Corrèze, 5U 6, Procès verbal du tribunal civil du département, 7 thermidor an VII ; Arch. nat., F1/cIII/Corrèze 9 ; Lettre de l’administration centrale du département au ministre de l’Intérieur, 7 pluviôse an VIII.
47 L’expression est extraite du greffe du tribunal de première instance de l’arrondissement de Brive. Arch. dép. Corrèze, 5U 14, 2 octobre 1815.
48 Arch. dép. Corrèze, 3U 83, Minutes correctionnelles, 26 novembre 1811. De même, en 1845, deux gendarmes en tournée à Astaillac « rencontrent deux individus dont l’un d’eux se mit à crier de toutes ses forces et à siffler, nous faisant même des gestes comme ayant l’air de se moquer de nous. Les gendarmes lui demandèrent ce que voulaient dire ces gestes et ces cris. Le jeune homme répondit alors très honnêtement, qu’il se moquait d’eux, que c’était des brigands et des coquins ». Arch. dép. Corrèze, 5U 32, Procès verbal de la brigade de gendarmerie de Beaulieu, 28 décembre 1845.
49 Arch. dép. Corrèze, Z3, Lettre du préfet de Corrèze au sous-préfet de Brive, 21 septembre 1814 et lettre du préfet de la Corrèze au sous-préfet de Brive, 30 septembre 1814.
50 Arch. dép. Corrèze, 5U 25, Minutes de greffe, cour de justice criminelle spéciale de la Corrèze, 29 septembre 1808. Sur la signification du déguisement dans les violences contre l’État, voir : John M. MERRIMAN, « The Demoiselles of the Ariège, 1829-1831 » dans John M. MERRIMAN [dir.], 1830 in France, New York/Londres, Franklin Watts, 1975, pp. 87-118.
51 Marcellin-M. GORSE (abbé), Au bas pays de Limosin…, ouv. cité, p. 212.
52 Arch. dép. Corrèze, 4M 17, Procès verbal dressé par le conseiller de préfecture, 16 septembre 1816 ; Arch. dép. Corrèze, 5U 14, Extrait du greffe du tribunal de première instance de l’arrondissement de Brive, 2 octobre 1815 ; Arch. dép. Corrèze, 5U28, Lettre du contrôleur principal de l’arrondissement de Brive au procureur du roi, 29 novembre 1814 ; Arch. dép. Corrèze, 5U 14, Rapport du maire d’Allassac, 30 août 1815.
53 Il faut remarquer que la plupart de ces paroles sont énoncées dans la langue vernaculaire, et qu’elles sont donc traduites en français par les fonctionnaires qui les consignent dans leurs rapports, avec toutes les déformations et les altérations de sens que cette opération peut comporter. Un agent des contributions indirectes admet ainsi que les villageois « proféraient en patois des paroles qu’il me serait impossible de rapporter, ne les ayant pas comprises ». Arch. dép. Corrèze, 5U32, Lettre du contrôleur des contributions directes au directeur des contributions, 18 septembre 1841.
54 François PLOUX, Guerres paysannes en Quercy…, ouv. cité, p. 200 pour la citation et pp. 196-200 pour des indications sur la nature des cris proférés.
55 Citations glanées dans les dossiers : Arch. dép. Corrèze, 5U 32, 5U 25, 4M 19, 4M 17 et Arch. nat., BB/18/235 et F/7/9017.
56 Arch. nat., F/7/9017, Lettre du maréchal des logis de gendarmerie de Beaulieu au lieutenant de l’arme à Brive, 9 décembre 1814. Nous n’avons trouvé qu’une seule occurrence du cri « Partézo », qui signifie « vas-tu partir ? » dans le sud-ouest de la Corrèze, pourtant très répandu dans le département voisin du Lot lors des émeutes antifiscales (Paul GONNET, « Esquisse de la crise économique en France de 1827 à 1832 », dans Revue d’histoire économique et sociale, volume 33, n° 3, 1955, pp. 249-292). Sur les cris des paysans dans les émeutes provençales : Maurice AGULHON, La République au village, ouv. cité, p. 430. L’auteur évoque notamment le « Zou ! Zou ! », exclamation provençale signifiant « Allons-y ! Marchons ! En avant ! ».
57 Arch. nat., F/7/3961, Rapport du lieutenant de gendarmerie, 3 décembre 1831. C’est aussi par les cris répétés de « Au loup ! » qu’un conscrit réfractaire prévient son entourage de sa capture par la gendarmerie de Treignac, en les appelant à l’aide. Arch. dép. Corrèze, 4M 18, Procès verbal de la gendarmerie royale, 24 juin 1819.
58 Par exemple : Arch. nat., F/7/9017, lettre du maréchal des logis de Beaulieu au lieutenant de l’arme à Brive, 9 décembre 1814.
59 Pour les paysans eux-mêmes, le brouhaha des révoltes contraste avec le calme habituel du village, alors que les bruits sont rares et que les paysans s’expriment posément. Pour le préfet, « le langage des paysans ressemble à une psalmodie monotone, calme et langoureuse ». Arch. dép. Corrèze, 1M 62, Lettre du préfet de Corrèze au ministre de l’Intérieur.
60 Sur les insultes dans les campagnes du 19e siècle, on consultera avec profit : François PLOUX, « Insultes au village (Haut Quercy, 19e siècle) », dans Thomas BOUCHET, Matthew LEGGETT, Jean VIGREUX et Geneviève VERDO [dir.], L’insulte en politique. Europe et Amérique latine du 19e siècle à nos jours, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2005, pp. 41-51.
61 Arch. dép. Corrèze, 5U 29, Procès verbal, brigade de Beaulieu, 29 septembre 1816.
62 Arch. dép. Corrèze, 4M 22, Procès verbal, brigade de gendarmerie de Saint-Privat, 12 juillet 1840. Voir aussi les propos des paysans de La Roche-Peyroux répondant aux gendarmes, qui les sommaient de se soumettre à la loi, « qu’ils ne voulaient reconnaître ni le roi, ni la loi, que c’étaient eux qui portaient la loi au contour des barres dont ils étaient armés ». Arch. dép. Corrèze, 5U 25, Acte d’accusation, juillet 1816 (souligné par nous).
63 Sur ce point, voir les réflexions de : Bernard LAHIRE, « Risquer l’interprétation. Pertinences interprétatives et surinterprétations en sciences sociales », dans Enquête. Anthropologie, histoire, sociologie, n° 3, 1996, pp. 61-87, repris dans : Bernard LAHIRE, L’esprit sociologique, Paris, La Découverte, 2005, pp. 40-65. Voir encore : Gérard LENCLUD, « Attribuer des croyances à autrui. L’anthropologie et la psychologie ordinaire », dans Gradhiva, n° 15, 1994, pp. 3-25.
64 « J’avais ouï-dire que l’autorité… », dit une paysanne accusée d’infanticide lors de son procès. La Petite presse, 21 décembre 1867.
65 « Le gouvernement et tous ses employés sont des voleurs, des coquins et des assassins ». Arch. dép. Corrèze, 5U 15, Lettre du maire de Collonges au procureur de la République de l’arrondissement de Brive, 10 octobre 1850.
66 Victor de SEILHAC, Histoire politique du département de la Corrèze sous le Directoire, le Consulat, l’Empire et la Restauration, Tulle, Imprimerie Crauffon, 1888, p. 193.
67 Arch. dép. Corrèze, 4M 17, Lettre du ministre de l’Intérieur au préfet de Corrèze, 13 novembre 1816.
68 Arch. dép. Corrèze, 1M 63, Lettre du préfet de Corrèze au ministre de l’Intérieur, 1854.
69 La Petite presse, 21 décembre 1867 et Arch. nat., BB/30/378, Lettre du procureur impérial de Limoges au garde des Sceaux, 1867. Eugen Weber a souligné la crainte qu’inspire la justice pénale aux paysans corréziens. Leurs prières du soir inséraient en effet la supplication : « Moun Dî délivré nous dé tout mal et de la jostisso ! » (« Mon Dieu, délivre-nous du mal et de la justice »). Eugen WEBER, La fin des terroirs…, ouv. cité, p. 84.
70 « Comme on m’avait dit qu’on voulait faire le recensement du linge et du mobilier des maisons et que j’avais chez moi du linge appartenant à un belle-sœur à moi, je dis fort bien à ce monsieur [agent du recensement] que je lui défendais d’entrer chez moi ». Arch. dép. Corrèze, 5U 32, Audition de L. Moulin, 72 ans, cultivateur à Albignac, 20 octobre 1841.
71 Les paysans prétendent ainsi que les femmes qui accoucheront d’une fille paieront une somme de 20 francs au Trésor public contre un franc pour les garçons. Sur ce point : Félix PONTEIL, « Le ministre des Finances Georges Humann et les émeutes antifiscales de 1841 », dans Revue historique, tome 179, 1937, p. 335 et, pour une synthèse récente : Jean-Claude CARON, L’été rouge. Chronique de la révolte populaire en France (1841), Paris, Aubier, 2002, 348 p., et plus spécialement pp. 81-82.
72 Arch. dép. Corrèze, 5U 32, Audition de P. Monteil, 54 ans, cultivateur à Albignac, 20 octobre 1841. Sur les émeutes de 1841 en Corrèze, voir : Arch. nat., F/7/3962, Rapport du commandant de la gendarmerie de Corrèze, 14 novembre 1841 ; Arch. dép. Corrèze, 5U 32, Rapport du contrôleur des contributions indirectes de la Corrèze, 18 septembre 1841.
73 Marcellin-M. GORSE (abbé), Au bas pays de Limosin…, ouv. cité, p. 8. Voir aussi les réflexions de Peter Jones : « French was a language of abstractions, whether geographical, historical or political ; its domain was limited to the school house and yard. Beyond lay the familiar, the concrete world of patois ». Peter JONES, « An improbable democracy : nineteenth century elections in the Massif central », dans English historical review, tome 47, n° 384, 1982, p. 533.
74 Maurice AGULHON, La vie sociale en Provence intérieure au lendemain de la Révolution, Bibliothèque d’histoire révolutionnaire, 3e série, n° 12, Paris, Société des études robespierristes, 1970, p. 469. L’auteur dit du langage paysan qu’il « tire un caractère expressif de l’usage du symbolisme concret, ou de l’image évocatrice concrète : les chapeaux et les coiffes pour l’homme et la femme, les mangeurs pour les riches, les capitalistes » (ibidem, p. 468).
75 Arch. dép. Corrèze, 5U 22, Interrogatoire de J. Vauras, cultivateur à Juissac, 22 novembre 1832.
76 Christine GUIONNET, L’apprentissage de la politique moderne. Les élections municipales sous la Monarchie de Juillet, Paris, Éditions L’Harmattan, 1997, pp. 92-93 ; Philippe VIGIER, « Élections municipales et prise de conscience politique sous la Monarchie de Juillet », dans La France au 19e siècle. Mélanges offerts à Charles-Henri Pouthas, Paris, Publications de la Sorbonne, 1973, pp. 276-286.
77 Arch. dép. Corrèze, 1M 61, Sous-préfet de Brive, compte de l’arrondissement de Brive, octobre 1815. Pour des affaires similaires : Arch. dép. Corrèze, 4M 23, Procès verbal de la brigade de gendarmerie d’Argentat, 26 mars 1848 ; Arch. dép. Corrèze, 5U 13, Acte d’accusation, 15 thermidor an X ; Arch. dép. Corrèze, 4M 16, Lettre du sous-préfet de Brive au préfet du 28 fructidor an X.
78 Peter McPhee a mis en évidence le rôle joué par les symboles dans la politisation des populations catalanes : Peter McPhee, Les semailles de la République…, ouv. cité, pp. 294 et suivantes. Pour Alain Corbin qui préface l’ouvrage, « la conquête idéologique du Roussillon s’effectue au son du tambour, des chansons et des clameurs séditieuses, dans la profusion colorée des rassemblements, des défilés, des cortèges et des farandoles. Le recours au signe, au symbole, à l’emblème est omniprésent » (ibidem, p. 15).
79 Sur ce point, voir : Michel PIGENET, « Le vocabulaire des couleurs dans l’identité politique et sociale. L’exemple du Cher au 19e siècle », dans Paradoxes de la couleur.— Ethnologie française, tome 20, n° 4, 1990, pp. 399-409.
80 L’expression « agent du gouvernement » figure notamment dans les dossiers suivants : Arch. dép. Corrèze, 4M 19, Lettre du directeur des contributions indirectes au préfet, 17 avril 1829 ; Arch. dép. Corrèze, Z3, Lettre du préfet au sous-préfet de Brive, 30 septembre 1814. Sur l’importance politique des fonctionnaires, se reporter à : Jean-Claude FARCY, « Les juges de paix et la politique au 19e siècle », dans Jacques-Guy PETIT [dir.], Une justice de proximité : la justice de paix, 1790-1958, Paris, Presses universitaires de France, 2003, pp. 143-163.
81 Michel OfferlÉ, « L’électeur et ses papiers. Enquête sur les cartes électorales (1848-1939) », dans Genèses, 13, 1993, p. 53. Sur la nécessité de réencastrer le politique dans le social dans l’analyse des institutions. Voir aussi, dans une toute autre perspective et sur un tout autre objet : Olivier Nay et Andy Smith, « Les intermédiaires en politiques. Médiations et jeux d’institution », dans Olivier Nay et Andy Smith [dir.], Le gouvernement du compromis. Courtiers et généralistes dans l’action politique, Paris, Economica, 2002, pp. 1-21.
82 Arch. dép. Corrèze, Z2, Correspondance du sous-préfet de Brive avec le préfet de Corrèze (1806-1809).
83 Jacques Lagroye, « Être du métier », dans Politix, n° 28, 1994, p. 6.
84 Max Weber, Économie et société, tome 1, Les catégories de la sociologie, Paris, Pocket, 1995, p. 226.
85 Pour une approche comparatiste, voir : Lutz RAPHAEL, « Staat im Dorf. Transformation lokaler Herrschaft zwischen 1750 und 1850 : Französische und Deutsche Erfahrungen in vergleichender Perspektive », dans Zeitfschrift für agrargeschichte und agrarsoziologie, tome 51, 2003, pp. 43-62.
86 Arch. nat., BB/8/1, Préfet de la Corrèze, liste des candidats pour les places de juge de paix dans le département, 1803.
87 Arch. nat., BB/18/235, Lettre du procureur du roi près le tribunal de première instance de tulle au garde des Sceaux, 12 octobre 1816.
88 Arch. nat., BB/18/235, Lettre du prévôt du département de la Corrèze au garde des Sceaux, le 10 décembre 1816. Le prévôt précise quelques jours plus tard que « l’arme qui devrait être formée autant que possible de vieux militaires, est composée de jeunes gens très zélés et très dévoués, mais emportés par le zèle, ils peuvent quelquefois s’écarter de bornes qui leur sont prescrites par leurs chefs » (Arch. nat., BB/18/235, Lettre du prévôt de Corrèze au garde des Sceaux, 12 décembre 1816).
89 Ibidem, Lettre du garde des Sceaux au ministre de la Guerre, 5 décembre 1816.
90 Ibidem, Lettre du procureur général de limoges au garde des Sceaux, 9 novembre 1813.
91 Ibidem, Lettre du procureur général de Limoges au garde des Sceaux, 2 mars 1813.
92 Arch. dép. Corrèze, 2M 8, Lettre d’un employé de la compagnie des chemins de fer au préfet de Corrèze, 29 juin 1869.
93 Arch. dép. Corrèze, 2M 56, Lettre du sous-préfet de Brive au préfet de Corrèze, 21 juin 1824.
94 Arch. dép. Corrèze, 1M 61, Sous-préfet de Brive au préfet de Corrèze, octobre 1815.
95 Jacques-Guy Petit [dir.], Une justice de proximité…, ouv. cité.
96 Arch. nat., F/7/3961, Rapport de lieutenant commandant, 3 décembre 1831.
97 Arch. nat., BB/18/17, Lettre du procureur général près la cour impériale de Limoges au ministre de la Justice, 12 décembre 1812.
98 Arch. dép. Corrèze, Z3, Lettre du préfet de Corrèze au sous-préfet de Brive, 7 février 1812.
99 Arch. nat., BB/18/235, Lettre du procureur général de Limoges au garde des Sceaux, 25 avril 1816. En janvier 1807, le maire de Treignac est soupçonné d’avoir accompli « des substitutions d’individus » sur les listes de conscription de sa commune (Arch. nat., F/7/3590, Lettre du préfet au conseiller d’État chargé du deuxième arrondissement de police générale, 31 janvier 1807).
100 Arch. nat., BB/18/235, Lettre du prévôt de Corrèze au garde des Sceaux, 12 décembre 1816.
101 Arch. dép. Corrèze, 4M 17, lettre du ministre de l’Intérieur au préfet, 11 octobre 1816.
102 Arch. dép. Corrèze, Z35 Lettre du sous-préfet de Brive aux maires de son arrondissement, 9 février 1808.
103 Arch. dép. Corrèze, Z61, Lettre du ministre de la Justice au préfet de Corrèze, 1849.
104 par M. Duquénel, Paris, P. Renouard, 1847.
105 Arch. dép. Corrèze, Z61, Lettre de M. Ornal, employé à la sous-préfecture de Brive au directeur du journal Le juge de paix, 28 janvier 1849.
106 Arch. dép. Corrèze, E dépôt 193/D2, Délibérations du conseil municipal de Saint-Cirgues, 24 mai 1874. Sur l’intégration administrative de l’ordre municipal, voir les analyses de : Christian THIBON, « L’ordre public villageois : le cas du pays de Sault », dans Philippe VIGIER et Alain FAURE [dir.], Maintien de l’ordre et polices en France et en Europe au 19e siècle, Paris, Créaphis, 1987, pp. 315 et suivantes.
107 Max Weber, Économie et société…, ouv. cité, p. 300.
108 Reinhart KOSELLECK, Le futur passé. Contribution à une sémantique des temps historiques, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1990, p. 104.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Wright, « Retour critique sur une catégorie de l’historiographie : les violences contre l’État. Corrèze, 1800-1860 », Ruralia [En ligne], 20 | 2007, mis en ligne le 01 janvier 2011, consulté le 21 décembre 2014. URL : http://ruralia.revues.org/1572

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page