Navigation – Plan du site
Thèses ruralistes

Les nouvelles orientations du développement local, environnement et qualité en espace rural fragile

Mémoire pour l'Habilitation à diriger des recherches en géographie, Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, 20 janvier 1999, 741 f°, jury constitué de Jean-Pierre Fruit (tuteur), Christopher Bryant, Jean Renard, Jean-René Bertrand et Nicole Mathieu.
Lucette Laurens

Entrées d’index

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Le volume de synthèse de mon dossier d'Habilitation à diriger des recherches est marqué, d'une part, par les travaux antérieurs que j'ai conduits, et d'autre part, il ouvre de nouvelles perspectives de recherches. Ces travaux figurent dans un volume joint à ce mémoire, et ils sont classés en fonction des thèmes retenus ici.

2Dès leur reconnaissance publique dans les années 1960-1970, les espaces ruraux dits fragiles ont bénéficié d'une attention particulière, qui s'est prolongée tout en se renouvelant. L'étude de l'action du Syndicat des communes du Nord-Aveyron à partir de 1984, puis de l'Unité de séjour touristique Aubrac-vallée du Lot en 1985, et de l'Aubrac à la fin des années 1980 m'a fourni un point de départ riche pour l'analyse du développement local dans ses différentes dimensions et composantes. Ainsi, l'Unité de séjour touristique Aubrac-vallée du Lot permettait déjà de constater l'orientation qualitative retenue par les politiques afin d'optimiser les atouts de cet espace. Celle-ci se retrouve dans certaines expériences conduites sur l'Aubrac au milieu des années 1980, comme la zone nordique des monts d'Aubrac, la poursuite des efforts engagés pour la relance de la race bovine aubrac.

3Des prémices qui vont se révéler essentiels dans la suite de mes investigations. En effet, la deuxième moitié de la décennie 1980 et les années 1990 se révèlent être des années innovantes en matière de développement local dans les espaces ruraux fragiles. Cette reformulation est inséparable des mutations et des transformations qu'a connues la Politique agricole commune et de la montée en puissance des politiques environnementales européenne et française. En ce sens la deuxième moitié des années 1980 constitue un tournant.

4Face à ce nouveau contexte, j'ai poursuivi l'observation et l'analyse sur les espaces déjà investis. J'ai parallèlement élargi mes références géographiques en privilégiant l'étude des parcs naturels régionaux dont la reconnaissance comme terrain d'expérimentation permet d'évaluer les mutations en cours. De même, cela m'a permis d'étoffer ma base de comparaison, nécessaire pour tenter de percevoir les transformations actuelles des espaces ruraux fragiles.

5Quatre thèmes ont été choisis pour traiter les différentes dimensions du renouvellement du développement local grâce à l'intégration systématique de la prise en compte de l'environnement et des démarches qualitatives.

6Le développement local se révèle tout d'abord par la multiplication des zonages qui tentent tous de résoudre la question de la fragilité. Cette dernière a surtout été perçue dans un premier temps au travers de ses données démographiques et économiques. Le suivi de l'exemple du Nord-Aveyron sur plusieurs décennies au travers de plusieurs procédures (Syndicat des communes de l'Aubrac aveyronnais, Syndicat des communes du Nord-Aveyron, Contrats de terroir, programme Leader 2) permet de mettre en évidence que ces structures intercommunales créent du territoire. Quelle est sa signification ? Il se définit par une géométrie variable dans laquelle la sphère politique joue un rôle primordial et où la finalité est essentiellement économique. En comparant cette construction du territoire avec celle portée par les parcs naturels régionaux, on constate que les parcs sont certes une émanation du politique mais qu'ils sont porteurs d'une philosophie qui tente de concilier protection de l'environnement et développement économique. Ceci s'apparente au concept de « développement durable », aujourd'hui largement médiatisé mais embryonnaire en 1967 lors du vote du décret fondateur des parcs. Leur succès actuel (36 parcs existants, une quinzaine de projets) tendrait à prouver que le développement local loin de s'étioler connaît un regain d'intérêt grâce au renouvellement et à l'enrichissement de ses problématiques. Les chapitres trois « Aubrac/Nord-Aveyron, le territoire du politique dans la gestion de la fragilité et des handicaps » et quatre « Articulation contrat de terroir/parc naturel régional : vers une "gestion patrimoniale" du territoire dans le Sud-Aveyron » s'attachent à mesurer ces nuances. La comparaison entre le Nord-Aveyron et les Grands Causses permet de mesurer cette évolution conceptuelle et son application.

7Ce renouvellement de la construction territoriale et de la gestion territoriale, visible au travers des différents zonages retenus, est inséparable de l'évolution des politiques sectorielles, de leurs crises, de leurs redéfinitions. L'impasse de la Politique agricole commune admise au milieu des années 1980 a représenté un véritable traumatisme pour l'ensemble de la corporation. Cette crise majeure se traduisait par des remises en cause difficiles à admettre. Dans ce contexte de tensions, l'Union européenne a choisi de lancer des actions ponctuelles formulées comme des expérimentations. L'article 19 et les OGAF-environnement en sont la première preuve. De nombreuses OGAF seront expérimentées dans les parcs naturels régionaux autour de deux orientations : la gestion de la déprise agricole, la préservation des biotopes rares et sensibles. Ces choix dénotent un intérêt évident pour l'évolution des paysages ruraux, du risque de développement de la friche. Ces actions vont également être mises en œuvre dans des espaces qui se caractérisent par des pratiques agricoles extensives, tels la Lozère, les hautes terres de l'Hérault, les Grands Causses, le parc national des Cévennes. Mais elles ne sont pas entièrement novatrices si l'on considère que certains espaces protégés avaient pu au cours des années précédentes financer des opérations approchantes. L'exemple du parc national des Cévennes le prouve.

8Ces orientations vont d'une façon générale se heurter au scepticisme de la profession agricole, à une certaine méfiance ou réserve, sinon une hostilité. Il faut attendre le début des années 1990 pour que celle-ci soit en partie levée. La création du Fonds de gestion de l'espace rural prouve qu'une étape a été franchie en 1992-1993. Cependant, nous observons que la prise en compte des préoccupations environnementales dans la Politique agricole ne donne lieu au mieux qu'à des actions ponctuelles dont la pérennité sur le long terme n'est pas toujours assurée. S'engage-t-on réellement dans un processus d'agriculture durable ? La mise en œuvre des Plans de développement durable à partir de 1995 puis le projet actuel des Contrats territoriaux d'exploitation démontrent que l'on s'oriente vers ce nouveau concept d'agriculture avec difficulté et prudence. Dix ans d'expérimentation ne semblent pas de trop dans cette recherche puis dans cette consolidation du rapprochement entre agriculture et environnement.

9Ce rapprochement s'explique donc par les limites reconnues de la Politique agricole commune mais aussi par un renforcement de la politique de la protection de la nature. La période actuelle est marquée par une évolution sémantique où les termes de patrimoine naturel, de diversité biologique, de biodiversité, de gestion des richesses naturelles se sont renforcés et ont acquis une validité scientifique et publique. Quelle place laisse-t-on à l'environnement ? Assiste-t-on à une redécouverte de la nature ? Quels sont les processus qui se mettent en place ? Est-ce que cela conduit à une territorialisation des dynamiques de développement local ? En s'arrêtant sur « Territoires et milieux ouverts, des concepts pour la recherche d'une identité » dans le chapitre neuf, cela me permettait d'analyser en profondeur le terme de milieux ouverts et de constater sa capacité de mobilisation actuellement.

10La politique actuelle de l'environnement repose sur un glissement de sens particulièrement intéressant dans la mesure où elle affiche une nouvelle conception des espaces ruraux. L'analyse de différentes expériences prouve que l'on est passé d'une politique de la protection, de la préservation à une politique de la gestion. La finalité est sensiblement différente car il s'agit d'imaginer de nouveaux modes de coopération entre les acteurs de cet espace. Les concepts sont cependant transversaux à l'ensemble de ces politiques : identité et paysages, agriculture et patrimoine, temporalités. Mais il y a des nuances de taille selon les objectifs retenus, résumés dans le concept de « sustainable development » dont la traduction française « développement durable » ne donne pas à première vue l'ensemble des significations. Afin de décortiquer les processus en cours, l'analyse de plusieurs exemples me semble indispensable.

11Dans le concept de sustainable development, il y a l'idée de durabilité, du long terme qui est associée à la volonté de préserver la biodiversité. L'exemple des réserves naturelles apporte un éclairage intéressant. Mais cette approche du long terme peut se révéler rapidement conflictuelle dans la mesure où elle est perçue et vécue comme un facteur limitant le développement actuel. La mise en œuvre de Natura 2000 a montré ces blocages et imposé aux responsables politiques une autre approche de la durabilité. Celle-ci se doit d'intégrer deux pas de temps différents. Certes le long terme ne disparaît pas mais il doit au contraire être confronté au court terme, c'est-à-dire à la recherche de formules de développement viable, compatibles avec la protection de l'environnement. L'analyse de deux exemples précis, le parc national des Cévennes, le parc naturel régional des Grands Causses, apporte des éléments de réponse : voir le chapitre quinze « La "soutenabilité" ou le moyen de rendre crédible l'intérêt porté au patrimoine naturel ». L'approche conjointe de la durabilité et de la viabilité impose un temps d'appropriation long de ces objectifs, reposant sur la négociation voire sur la formation.

12Ainsi, le concept de sustainable development intègre une troisième dimension. L'accessibilité à la nature n'est pas a priori acquise pour tout un chacun d'où la mise en place d'outils de formation, notamment par les parcs naturels : voir chapitre seize « La muséographie de la nature, un processus de formation ». Ils permettent à la fois une sensibilisation aux éléments naturels mais aussi le renforcement ou la création d'une identité territoriale. Le « développement durable » pourrait permettre de territorialiser le développement local en surpassant la dimension politique. L'exemple de l'eau sur le plateau de Rambouillet en est la preuve. Cela peut passer aussi par l'assurance d'une meilleure accessibilité à la nature, soit par le biais d'outils de formation et de mise en scène de la nature (tels l'Arche de la nature au Mans, mémoire de maîtrise), soit par l'amélioration de la lisibilité du territoire (telle la politique des espaces naturels sensibles du département de l'Hérault).

13Ces différents exemples démontrent que la territorialisation du développement est de plus en plus complexe, en raison de la combinaison d'objectifs de protection de la nature et de développement économique et social des populations concernées. Ce souci d'associer ces deux objectifs ne peut être considéré comme une simple anecdote, qualificatif que l'on pourrait attribuer aux labels « Paysages de reconquête » du ministère de l'Environnement. À y regarder de plus près, le patrimoine naturel devient aujourd'hui une ressource potentielle au service de la collectivité. Comment faire pour y parvenir ? Comment satisfaire une demande qui s'exprime de plus en plus clairement ? Comment valoriser ces nouveaux territoires ?

14Actuellement la contractualisation de la qualité semble être le meilleur moyen, sinon celui le mieux maîtrisé. Cependant, cette approche n'est pas entièrement nouvelle en matière de développement local puisque je l'ai déjà rencontrée, notamment en 1985 lorsque j'ai étudié l'Unité de séjour touristique monts d'Aubrac-vallée du Lot.

15À ce jour, deux grandes orientations se distinguent. Une série d'expériences ponctuelles de labellisation se développe. Celles-ci sont intéressantes car la définition de la qualité est extrêmement évolutive. En partant des labels rouges agricoles, on constate que la qualité se définit dans un premier temps par les caractéristiques intrinsèques du produit. Mais immédiatement, ces produits ont utilisé une référence territoriale pour renforcer leur identité, pour s'individualiser. Les Appellations d'origine contrôlée (AOC) ne sont qu'une identification territoriale et s'individualisent par leur typicité. Ce critère n'est donc pas toujours signe de qualité. Mais il le devient assurément lorsque le territoire se définit par la qualité de certains critères. L'exemple de l'AOC « Taureau de Camargue » montre que le territoire devient signe de qualité dans la mesure où il est fait référence à l'environnement, aux milieux naturels, aux paysages. L'intérêt de l'Appellation « Taureau de Camargue » ne qualifie ce produit que parce qu'il est lié à un territoire reconnu exceptionnel et méritant attention. Ce glissement de sens de l'AOC est révélateur d'un mouvement de fond où la qualité devient de plus en plus globale : chapitre 19 « La référence au territoire, à la recherche de l'identité et de l'authenticité ». Le fort développement de l'agriculture biologique le prouve actuellement.

16Ainsi la qualité n'existe que par le territoire qui la supporte. Les exemples du fromage et du couteau de Laguiole d'une part, et celui de l'action « valoriser l'authentique » des parcs naturels en sont une excellente traduction. Celle-ci est confirmée par les écrits de Gilles Valéro et de Guillaume Benoît dans le numéro thématique du Bulletin de la revue languedocienne de géographie de décembre 1997 sur « Les parcs naturels de France, un concept de développement territorialisé et environnemental à l'épreuve du temps ».

17Par ailleurs, on note aujourd'hui une structuration de l'action au nom du développement durable qui se traduit par la mise en place de chartes et d'engagements contractuels. Si l'on reprend le cadre des parcs naturels, la charte européenne du tourisme durable dans les espaces protégés est l'exemple le plus abouti. Elle fait suite à des actions ponctuelles comme les « Voyages au naturel », les gîtes Panda, les hôtels au naturel. Cette charte met en évidence que la mise en œuvre du concept de sustainable development passe aujourd'hui par la déclinaison thématique et par l'engagement contractuel des différents acteurs sur certains critères. On ne peut pas réduire cette démarche à un simple prolongement d'actions ponctuelles préalables, plus anciennes comme les gîtes de France… La nouveauté réside dans l'affirmation des territoires, de l'identification à un espace. En analysant quelques expériences dans le chapitre 18 « Les réponses en matière de tourisme dans les sites naturels, vers une approche globale du produit dans son environnement », j'ai pu mettre en évidence cette évolution.

18Cette évolution des pratiques de développement local par l'introduction du concept de sustainable development ne doit pas être exempte de critiques. Jusqu'où doit-on pousser l'identification territoriale au risque d'artificialiser totalement les références ? S'agit-il d'une véritable opportunité pour les espaces ruraux fragiles ? Est-ce le moyen de faire de la fragilité non pas un handicap mais un atout ? Quels sont les espaces qui peuvent en profiter ? Même si une partie de ces questions n'a pas encore de réponses, les processus en cours présentent toutefois un intérêt évident par la mobilisation qu'ils suscitent. Cependant, il faut se demander comment faire pour inciter à la continuité de la mobilisation pour l'innovation, pour l'expérimentation. Les parcs naturels régionaux peuvent-ils être ces aiguillons dont dépend la validité du « développement durable ». Assiste-t-on actuellement au glissement de formules de développement localisé à des formes de développement local dans lesquelles il y aurait une réelle implication des acteurs locaux ?

19En ce sens, cette synthèse ne fait que présenter les bases d'une réflexion qui se prolongera tant le renouvellement du développement local et/ou localisé est amené à se poursuivre. Le renouvellement et la continuation des travaux engagés et des thèmes abordés dans cette synthèse m'imposent de donner aux acteurs locaux une place privilégiée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucette Laurens, « Les nouvelles orientations du développement local, environnement et qualité en espace rural fragile », Ruralia [En ligne], 06 | 2000, mis en ligne le 25 janvier 2005, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://ruralia.revues.org/157

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page