Navigation – Plan du site
Thèses ruralistes

Châtelains et paysans de Saint-Hilaire. Transmission des terres et organisation sociale dans le Bocage vendéen, 1840-1995

Thèse en ethnologie sous la direction de Martine Segalen, Université Paris X-Nanterre, 2 volumes, 724 f°, soutenue le 10 décembre 1999, devant un jury constitué de Jean-René Trochet (président), Martine Segalen, Georges Augustins, Hugues Lamarche, Yves Pourcher, mention très honorable et félicitations du jury.
Benoît Carteron

Entrées d’index

Chronologique :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Saint-Hilaire-de-Loulay, commune dynamique, jeune, industrialisée, est aussi surnommée « Saint-Hilaire les sept châteaux », territoire longtemps resté sous la coupe économique et culturelle de grands propriétaires fonciers résidents. L'objectif de la recherche était d'étudier les relations entre la transmission des terres, fermes et propriétés, et l'organisation sociale de la commune depuis 150 ans. La problématique privilégiée est celle d'une continuité à l'œuvre dans les modes de pensée, en dépit des changements économiques et sociaux qui ont marqué la région depuis la Seconde guerre mondiale. Elle a été abordée par une ethnographie régressive centrée sur la transmission des terres, point focal autour duquel s'ancrent les modes de régulation collective. Dans une perspective anthropologique qui relie le présent au passé, il s'agit ainsi de retracer la continuité dans les modes de pensée, susceptible d'expliquer des paradoxes apparents comme ceux qui dans la région font cohabiter dynamisme économique et respect des hiérarchies anciennes. L'étude de la transmission des terres conduit ainsi à celle du fonctionnement du système social dans son ensemble : comment la société locale s'est reproduite dans ses principes organisateurs, façons de penser et rapports de pouvoirs entre les groupes qui composent la collectivité ?

2La recherche sur le terrain a consisté en la reconstitution des généalogies et du destin des patrimoines fonciers d'une vingtaine d'exploitations agricoles, fermes et propriétés paysannes, et des cinq principaux domaines châtelains 1, ceci à partir du cadastre, des listes de recensements, d'actes notariés et informations orales. Des entretiens auprès des différentes catégories de la population ont permis de croiser les points de vue sur les anciennes relations châtelains-paysans et d'approfondir les évolutions économiques et sociales depuis la Seconde guerre mondiale. L'étude de l'implication des châtelains dans la collectivité locale a été appréhendée à partir des archives paroissiales et municipales.

3Dans le bocage, l'idéal d'indépendance que représente la possession foncière rencontre des réalités opposées : celle des fermiers des grandes exploitations châtelaines, porteurs du dynamisme et de l'innovation d'après la Seconde guerre mondiale, celle d'un mythe vendéen qui fait du fermier ou du métayer une figure idéale du paysan. A contrario de sa dépendance, le fermier incarne mieux que les autres la famille communautaire et solidaire, la stabilité de lignées paysannes renouvelant au fil des générations leur fidélité ancestrale aux maîtres reconnus et acceptés. Si, comme le revendiquent les fermiers, « le dynamisme agricole est venu des fermiers de châteaux », ce n'est pas simplement pour des raisons de meilleure adéquation des structures foncières au tournant de la modernisation agricole, mais aussi en raison de toute une configuration matérielle et culturelle qui les a rendus plus prompts à s'adapter aux changements économiques.

4Avec les fermiers, le modèle égalitaire de transmission du patrimoine et la solidarité horizontale de la communauté fermière s'accordent avec une logique lignagère, inégalitaire par l'avantage accordé à l'aîné-successeur. Dans un système dominé par le château et son domaine, les fermiers depuis longtemps, et plus que les autres, se tiennent à l'abri de la misère, acquièrent des lopins de terre en grand nombre, accèdent à une éducation scolaire et à des formes d'influence et de considération dans la commune, étendent des ramifications de leurs familles sur le territoire qui assoient le pouvoir de leurs parentèles. Acquéreurs de terres grâce aux surplus dégagés par l'exploitation d'une grande ferme, les fermiers maintiennent une égalité de principe en attribuant des petites propriétés « secondaires », à la fois biens de sécurité et biens de compensation, aux enfants qui ne succèdent pas sur la ferme. La ferme étend ses ramifications aux petites propriétés paysannes constituées autour de la souche fermière comme au sein d'un réseau de grandes fermes autour desquelles s'organisent les alliances matrimoniales. Alliée au célibat prolongé et définitif, la succession intervient tardivement et plusieurs couples mariés exploitent « en communauté » des fermes qui exigent une main d'œuvre nombreuse et solidaire. L'étude de la transmission des terres chez les fermiers/métayers aboutit ainsi à mettre en évidence un système complexe faisant coexister des exigences d'apparence contradictoires : respect conjoint d'un principe inégalitaire d'autorité et d'un principe égalitaire de solidarité. Ces principes agissent aussi bien à l'intérieur des familles qu'entre les familles dans la collectivité locale.

5Un constat de cette recherche est celui que le Bocage, à travers une commune de ce type qui en actualise la dominante foncière (grande propriété noble et bourgeoise coexistant avec une petite propriété paysanne nombreuse et éclatée), n'associe pas deux régimes fonciers distincts, mais un seul régime aux éléments complémentaires et interdépendants. Seule une microanalyse partant des généalogies et se plongeant dans les cycles familiaux et intergénérationnels permettait de révéler cet aspect, en dépassant tout en la considérant attentivement, l'opposition paysans-propriétaires et fermiers. Le système foncier et les stratégies de transmission qui sont mises en œuvre avantagent les exploitants des grandes fermes châtelaines au détriment des petits propriétaires paysans. La situation de ces derniers reste toujours plus ou moins marginale. Leur survie dépend des services en main d'œuvre rendus dans les fermes avoisinantes ou dans les châteaux. On ne rencontre pas de cas d'ascension continue de familles de propriétaires-paysans. Tôt ou tard, le partage égalitaire des terres aboutit à une division du patrimoine sans que des mécanismes compensateurs ne puissent agir efficacement. Derrière cela, c'est l'ensemble du groupe des petits paysans-propriétaires qui connaît une importante mobilité et, contrairement aux fermiers, une impossibilité à se constituer en parentèles fortes et influentes.

6Dans le Bocage, l'individu est pris dans un ensemble d'obligations groupales qui contiennent les oppositions. Pour s'en sortir et s'affirmer face à la classe possédante, les couches modestes font jouer de multiples solidarités, tissant des liens solides et durables entre individus dans les familles, entre les familles d'un même hameau et entre les hameaux. La communauté de la grande ferme et ses extensions locales en sont une forme caractéristique dont on observe des prolongements dans le sentiment filial et les solidarités actuels. La ferme reste un point de référence pour la descendance et la parentèle. Dans le contexte de l'industrialisation qui a suivi la Seconde guerre mondiale, le maintien sur place d'une population d'ouvriers et employés restée proche de ses origines familiales et locales continue de maintenir vivants les anciens réseaux de solidarité liés aux relations de parenté et de voisinage. Se maintiennent également des cadres de pensée et des comportements tels que ceux qui ont permis le transfert des relations de patronage de l'ancienne société rurale à l'usine.

7L'étude de la transmission des grands domaines fonciers révèle chez les châtelains des stratégies proches de celles des fermiers, dont elles pourraient bien constituer une source organisatrice : le patrimoine foncier des châtelains se divise en un domaine principal et des domaines secondaires, répartis sur un vaste territoire. Comme les exploitations qui en dépendent, les domaines sont considérés comme des unités indivisibles, que l'on transmet intacts tant que la fortune le permet. Par héritages et acquisitions, les domaines sont constitués ou arrondis. L'aîné des garçons hérite préférentiellement du domaine principal avec les fonctions sociales et symboliques attachées à la lignée. Une éthique égalitaire est cependant maintenue par l'attribution aux puînés des domaines secondaires.

8L'emprise sociale et politique des châtelains dans la commune relève de la conjonction du « système de la paroisse », déjà bien décrit dans la région, et du « système du château » dont on connaît peu la logique de fonctionnement. Occupant une position centrale sur les plans économique et social, les châtelains étendent leur emprise à partir du domaine et de ses fermes à l'ensemble de la collectivité locale. Pour autant, l'emprise châtelaine ne s'exerce pas uniquement comme une simple domination par la puissance et la coercition. Pour se faire accepter dans la collectivité, les châtelains n'interviennent pas seulement par des avantages accordés à leurs électeurs-clients, ils adoptent aussi des traits de cette « vaillance » propre à la culture paysanne bocaine 2 : ardeur dans leurs activités, fusent-elles d'encadrement et de représentation, don de soi, proximité avec les habitants, acceptation de certaines formes de contestation, reconnaissance de pratiques populaires de sociabilité, échanges réciproques.

9Les propriétaires châtelains agissent de façon unie en dépit des oppositions qui pourraient les séparer. La hiérarchie terrienne et sociale conduit, dès la seconde moitié du XIXe siècle, à une occupation par la noblesse des fonctions importantes dans la commune : mairie et présidence du conseil de fabrique. Dans le domaine politique, la logique verticale, inégalitaire et hiérarchique s'impose clairement. Parallèlement à la succession sur le domaine ou l'exploitation, on tend à se succéder de père en fils dans l'exercice des charges municipales et paroissiales. La lignée et le rang d'âge guident la formation des conseils.

10Sous le contrôle du maire noble, le conseil municipal ne se structure pas plus autour de parentèles paysannes qu'il n'était le résultat de tendances politiques opposées. Il faudra attendre les années 70 et la fin du « règne » de la noblesse pour que deux listes opposées mettent en évidence des regroupements de parentèles paysannes, dont l'une, constituée surtout de grands fermiers, a conservé depuis lors son pouvoir déjà acquis contre le maire noble.

11Illustrée par les circonstances de l'accès au pouvoir du dernier maire de Saint-Hilaire, fermier qui se maintient à la tête de la commune depuis 30 ans, une double position contradictoire des fermiers dans la société ne permettrait-elle pas de les situer symboliquement comme « héritiers du château », et ce en dépit d'un certain affranchissement vis-à-vis de la tutelle châtelaine ? Ils seraient ainsi devenus les modèles d'une forme renouvelée de représentation politique consensuelle. Le secret de l'équilibre social, et l'absence d'éclatement de la société autour d'affrontements de groupes aux intérêts contradictoires, pourraient reposer sur l'absence d'une perception collective de ces mêmes contradictions. Le système du Bocage, représenté idéalement par la communauté familiale de la grande ferme, a surtout favorisé les capacités d'adaptation des individus comme des groupes. En dépit des allures de rigorisme des options idéologiques et d'affirmation identitaire forcenée, la recherche de portes de sortie à des situations de soumission a généré un pragmatisme tirant partie de toutes les ressources disponibles et faisant fi des cadres idéologiques contraignants. Ce sont des individus particuliers, engagés dans des positions fortement personnalisées d'autorité (s'inscrivant dans la lignée de la personnalisation du pouvoir des maîtres-châtelains), qui supportent pour le groupe la charge des pressions contraires. La dimension consensuelle de la vie politique prolonge ainsi le souci constant d'une recherche d'équilibre entre les intérêts des propriétaires et ceux des tenanciers des fermes, entre les intérêts de la communauté familiale et ceux de l'individu, permettant de dépasser les contradictions de classes et les inégalités statutaires. « L'équilibre dans l'instabilité » marquant l'ancienne condition des fermiers et métayers pourrait bien constituer un facteur initial de la cohésion sociale dans le Bocage.

Haut de page

Notes

1 Le domaine châtelain se définit par une grande demeure (véritable château ou maison bourgeoise) entourée d'un parc privé et située au centre d'un domaine constitué d'un ensemble plus ou moins important de grandes exploitations agricoles mises en métayage ou fermage. Le terme « châtelain » est une expression générique qui regroupe à la fois des familles de la noblesse d'Ancien Régime et de la grande bourgeoisie terrienne.
2 Voir : Bernadette BUCHER, Descendants de Chouans. Histoire et culture populaire dans la Vendée contemporaine, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'homme, 1995.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Carteron, « Châtelains et paysans de Saint-Hilaire. Transmission des terres et organisation sociale dans le Bocage vendéen, 1840-1995 », Ruralia [En ligne], 06 | 2000, mis en ligne le 25 janvier 2005, consulté le 25 avril 2017. URL : http://ruralia.revues.org/155

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page