Navigation – Plan du site
Thèses ruralistes

Liens discrets. Processus historiques dans le milieu agricole d'un village sarde, 1950-1990

Thèse pour le doctorat en sciences sociales et démographie sous la direction de Hervé Le Bras, École des hautes études en démographie et sciences sociales, soutenue le 29 février 2000, 2 volumes, 328 f°+ 75 f°, devant un jury constitué de Georges Augustins (rapporteur), Joseph Goy (président), Maurizio Gribaudi (rapporteur), Hervé Le Bras et Giovanni Levi, mention très honorable avec les félicitations unanimes du jury.
Andrea Tribess

Entrées d’index

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Dans cette thèse je me suis proposée de reconstituer les processus historiques dans le milieu agricole d'un village sarde entre 1950 et 1990. Le village se situe dans les collines entre la montagne, la Barbagia, et la plaine du Campidano. Ces deux régions se caractérisent par des organisations rurales bien distinctes : la Barbagia est traditionnellement pastorale, avec des transhumances hivernales et un système d'accès aux terres communales ; le Campidano est traditionnellement agricole, sédentaire et marqué par la présence de grands propriétaires terriens. Bien que situé près de la montagne, Araforas 1 se rapproche historiquement de la plaine quant à son organisation agricole. La période prise en considération est caractérisée par deux événements : en 1950, la réforme agraire italienne ayant pour but de disloquer le latifundium en faveur de petites exploitations ; en 1990, deux éleveurs de brebis d'Araforas ont gagné les premiers prix au Salon international de l'agriculture à Paris. En reconstituant l'histoire de ce village, mon objectif était d'éclairer deux images contradictoires de la Sardaigne : d'une part l'image d'une culture ancestrale, d'autre part celle d'une culture inscrite dans la modernité. Cette apparente contradiction se reflète également dans les discours des habitants : d'une part les Araforesi ne cessent de souligner qu'ils sont « arriérés », d'autre part ils se vantent d'avoir « les meilleures brebis de la Sardaigne, si ce n'est du monde entier ». Plus généralement les discours oscillent entre le constat que « tout a changé », et celui qu'« au fond rien n'a changé ».

2Partant de ce paradoxe, j'ai essayé de distinguer la part des changements et la part des reproductions afin de reconstituer une image cohérente des évolutions locales. Pour ce faire, j'ai successivement abordé l'histoire locale de trois points de vue : économique, biographique et culturel. Les données sont issues d'observations sur le terrain (le plus long séjour fut de neuf mois), d'entretiens informels, d'une quarantaine d'entretiens semi-directifs enregistrés, de divers registres civils, de quelques registres officieux, ainsi que de statistiques officielles. Étant présente au village au moment d'une forte concurrence entre agriculteurs, il va sans dire que les habitants ont passablement contrôlé mon accès à certaines sources d'information et que, par conséquent, il a souvent fallu combiner différentes sources afin d'obtenir les renseignements nécessaires, ou encore interpréter directement ces informations dissimulées en tant que données sociologiquement significatives.

La réforme agraire : un tournant historique ?

3Dans un premier temps je me suis intéressée aux effets de la réforme agraire sur le paysage agricole local. De l'analyse de différentes statistiques officielles, les changements suivants se sont dégagés : la plupart des notables terriens d'Araforas ont quitté l'agriculture et le village ; la culture céréalière traditionnelle a cédé le pas à l'élevage, d'ovins en particulier ; tous les agriculteurs sont devenus des exploitants « autonomes » et des paysans jadis sans terres ont effectivement accédé à la propriété. La réforme agraire a eu des effets immédiats et positifs sur le paysage agricole local. En même temps, la présence d'une notable terrienne posait question. Cette notable, chef d'une exploitation d'élevage de bovins de races Charolaise et Limousine, tient en même temps un cabinet d'avocat à Milan. Grande propriétaire, elle est ressentie comme une concurrente redoutable par les éleveurs : « elle nous prend toutes les terres, alors qu'elle n'en a même pas besoin pour vivre ». Avec cette présence de la notable sur le marché foncier local, les effets de la réforme semblaient remis en cause. L'hypothèse d'une reproduction d'anciens rapports sociaux s'est imposée.

4En analysant différents discours et statistiques j'ai donc essayé de mieux définir les statuts sociaux de la paysannerie du passé : il y avait des bergers, des cultivateurs et des propriétaires. Les bergers étaient dans l'ensemble plus pauvres que les cultivateurs. Cependant, ils ne formaient pas non plus des milieux distincts : les deux activités étaient parfois pratiquées dans un même ménage, et des gens passaient de l'une à l'autre au cours de leur parcours professionnel. Un autre aspect semblait plus important : celui des contrats agraires, notamment avec les grands propriétaires. Avant la réforme agraire ces derniers géraient de vastes domaines agricoles, intégrant dans leur foyer différents employés. Ces domaines semblaient former un milieu de vie à part, bien distinct de celui des paysans mais relié à la paysannerie par d'éventuels contrats avec des « associés externes » (des métayers pour la plupart). La seule notable terrienne qui a gardé son exploitation au village jusque dans le présent nous a décrit les changements intervenus dans son domaine depuis la réforme agraire ; bien qu'elle n'ait aujourd'hui plus de métayers, ni de locataires, elle a maintenu un rapport étroit avec un employé et sa famille : c'est « l'employé de confiance ». Ce dernier est intégré dans l'exploitation patronale, ses fils ont été envoyés faire des études agronomiques et participent eux aussi à l'exploitation. De ce point de vue l'organisation du domaine agricole de la grande propriétaire s'inscrit dans une longue tradition.

5En 1990, certains rapports se sont donc maintenus à l'intérieur du domaine d'une notable. Il restait à éclairer quels étaient les liens de cette dernière avec le reste de la population, ainsi que la question des rapports hiérarchiques au sein de la population agricole non notable. Pour répondre à cette dernière question j'ai essayé de définir les statuts économiques des exploitants agricoles de 1990. Étant aujourd'hui tous des exploitants pratiquant l'élevage à leur compte, il a fallu chercher de nouveaux paramètres pour évaluer les inégalités économiques : la qualité de la sélection ovine, le rendement des cultures fourragères, les débouchés sur le marché, l'extension de la propriété foncière. En analysant les différents capitaux tels qu'ils sont inscrits dans les registres officiels et officieux, j'ai dégagé douze « meilleurs éleveurs » parmi les soixante exploitants en place. Curieusement, ce sont exactement les mêmes que différents villageois ont désigné comme tels : données administratives et appréciations subjectives coïncident. Est-ce que ces « meilleurs éleveurs » forment un milieu social ? Les premières analyses systématiques n'ont pas permis de dégager des points communs entre ces meilleurs éleveurs. En revanche, elles ont fait apparaître certains atouts économiques possibles : l'origine pastorale, un petit héritage foncier, un nombre important de collègues potentiels dans la parenté résidente au village. Bien qu'économiquement importants, ces éléments ne constituent pas des critères de distinction entre les meilleurs éleveurs et leurs collègues plus modestes.

La réussite économique enracinée dans les histoires familiales ?

6En cherchant à définir différents milieux sociaux au sein de la population non notable, je me suis intéressée aux éventuelles raisons familiales de la réussite économique des meilleurs éleveurs. À partir d'entretiens et de registres civils, j'ai reconstitué une dizaine de généalogies et histoires familiales. Il s'est avéré que le capital foncier familial n'était pas un critère de la réussite en 1990 : certains des éleveurs issus de familles de petits propriétaires ont aujourd'hui une exploitation médiocre, et vice versa, des éleveurs issus de familles très pauvres connaissent de très bons résultats économiques. Conformément à une coutume égalitaire de l'héritage, les patrimoines ne cessent de se décomposer et de se recomposer au sein des familles. Mais le capital relationnel se révèle de première importance : ceux qui en 1990 produisent un excellent élevage s'entendent bien avec les parents et amis de leur entourage. Avec les biographies familiales on découvre que des gens nouant des projets ou des stratégies patrimoniales ­ vouloir, par exemple, trouver à tout prix un bon parti pour ses enfants ­ parviennent à des résultats économiques médiocres. L'élargissement des réseaux relationnels que permet une bonne entente semble primer sur les stratégies ayant une visée immédiatement économique.

7Mais au-delà des réseaux d'alliance, de parenté ou d'amitié, une autre forme de réseau s'est cristallisée : celle de réseaux autour de notables. Ce n'était pas facile de découvrir ce dernier réseau, car il était constitué des éleveurs qui évitaient justement une situation d'entretien avec moi… Ainsi j'ai découvert une autre face des rapports de pouvoir au sein de ce village : les éleveurs avec des réseaux de type horizontal sont en concurrence avec ceux qui ont un lien avec la grande propriétaire. Ils s'évitent les uns les autres dans la vie de tous les jours. Par conséquent je ne devais moi-même pas, ou seulement sporadiquement, traverser cette frontière. On peut retenir que les éleveurs qui ont des liens amicaux avec la notable ont un meilleur accès aux relais institutionnels tels les banques, cabinets juridiques, associations régionales de l'élevage, centres agronomiques, etc. Cependant, leurs résultats économiques sont comparables, parfois même inférieurs à ceux des éleveurs qui se débrouillent entre « pairs » (l'un des deux éleveurs ayant gagné un prix à Paris en 1990 est d'ailleurs un opposant farouche de la grande propriétaire !).

8On peut retenir de ces analyses biographiques que les rapports sociaux au sein du village ne se structurent pas en fonction des niveaux de fortune, mais en fonction d'un critère relationnel : être autonome vis-à-vis de la grande propriétaire, ou ne pas l'être, c'est au fond la question qui guide les concurrences locales. Avec cette découverte de réseaux d'éleveurs autour de la notable, la continuité historique s'est encore une fois imposée : en 1990 la grande propriétaire n'a pas seulement quelques employés fidèles au sein de son exploitation, mais aussi quelques liens « externes ». Sans contrats, ce sont des liens d'entraide, notamment pour accéder à des études dans des domaines proches de l'agriculture ou à des postes dans des institutions agricoles importantes. En comparant mes observations à celles faites sur des domaines notables d'autres époques et d'autres villages sardes, force est de constater que ces rapports entre notables terriens et villageois se sont reproduits presque à l'identique sur au moins deux siècles. Les rapports se sont adaptés à la conjoncture ­ notamment avec la disparition des contrats agraires d'autrefois et un déplacement des relations vers les relais institutionnels ­, tout en ne variant guère dans leur structure.

La culture en tant que savoir-faire

9Mais il restait une curiosité : comment donc des villageois économiquement désavantagés et autonomes vis-à-vis des grands propriétaires « tout-puissants » parviennent-ils à accéder aux ressources matérielles ? Ainsi je me suis posée la question du pouvoir discret inscrit dans les pratiques culturelles. En m'intéressant aux relations quotidiennes également en dehors des enjeux agricoles, j'ai découvert que les villageois mettaient non seulement à l'écart ceux qui, comme les alliés de la grande propriétaire, risquaient de s'enrichir excessivement, mais aussi des gens qui pour toute une myriade de raisons ne sont pas considérés comme fiables : des couples conjugaux qui se disputent, des jeunes célibataires vivant à moitié au village, à moitié à la ville, des gens qui ne sont pas familiers avec les codes locaux de la communication, comme par exemple certains habitants arrivés à Araforas par le biais du mariage, ou encore l'ethnologue vivant parmi eux. Il s'est donc avéré que les réseaux relationnels discrets, que j'ai désignés par le terme de communauté villageoise, ne s'inscrivent pas seulement dans des stratégies économiques, comme dans le cas de la concurrence avec les gens trop proches de la notable, mais aussi dans une stratégie culturelle : on écarte de certains espaces quotidiens tous ceux qui ne respectent pas les notions culturelles locales.

10Les villageois, comme la plupart des Sardes, valorisent les objectifs de la procréation et de l'autonomie, ainsi que la capacité d'agir discrètement. Quant à la forme que prend la réalisation des objectifs de la procréation et de l'autonomie, elle s'adapte au contexte du moment : ménages nucléaires ou ménages élargis, mariages jeunes ou tardifs, descendance nombreuse ou réduite, élevage ou culture, travail sous un « patron » ou à son compte… ­ les solutions varient d'un ménage et d'une époque à l'autre. On note néanmoins que certaines tendances attribuées à la modernité se rencontrent dans la culture sarde d'époques reculées : l'aspiration à la famille nucléaire, le principe de l'égalité de l'héritage, la mobilité professionnelle, le concubinage avant le mariage, la tendance au mariage tardif. La discrétion permet d'accéder à des informations et à des ressources, l'autonomie de rester maître du lieu et de ses actions : deux notions qui fonctionnent comme une stratégie de défense vis-à-vis de tous les représentants externes, nombreux, pouvant intervenir dans les équilibres locaux. Mais l'objectif ­ toujours affiché et également inscrit dans les pratiques ­ est « d'élever décemment ses enfants ». Tout enrichissement ne servant pas ce seul et unique objectif est dévalorisé et déclenche des processus de marginalisation.

Deux formes de pouvoir comme moteur de l'histoire

11En reliant successivement les aspects économiques, biographiques et culturels de l'histoire locale, les comportements économiques reçoivent un nouvel éclairage. La sélection des brebis coïncide très bien avec les aspirations des Araforesi pendant la période étudiée. Tout en étant subventionnée par l'État, elle ne demande pas des investissements à moyen terme et permet de changer rapidement d'orientation : vendre le troupeau, en acquérir un ou abandonner le secteur agricole. L'endettement ou l'adoption inconditionnelle de toutes les nouvelles techniques signifieraient une dépendance vis-à-vis des institutions, et par conséquent de la politique agricole. Ainsi d'autres modernisations également subventionnées par l'État (tels la trayeuse mécanique, l'insémination artificielle ou le regroupement en coopératives de production) n'ont pas été adoptées par les Araforesi. Non pas à cause d'une réticence au changement, mais en raison d'une méfiance envers la dépendance d'autrui. Le choix d'un investissement à court terme est apparu d'autant plus judicieux que, effectivement, la production ovine a été peu à peu récupérée par des producteurs d'autres territoires et qu'elle dégage actuellement moins de profits que dans les années 1970-1990. À noter que les éleveurs sans lien clientéliste avec la grande propriétaire ont déjà intégré cette nouvelle orientation dans leurs stratégies professionnelles : à quelques exceptions regrettées près, leurs enfants s'investissent dans des métiers en dehors du secteur agricole.

12Dans ce village deux pouvoirs s'affrontent : l'un, visible, celui des notables économiquement puissants ; l'autre, discret, qui est celui d'une communauté peu structurée mais contrôlant à tout moment une partie non négligeable des ressources relationnelles et matérielles locales. Son objectif est de se perpétuer par les enfants dont on n'attend rien d'autre que de prendre au sérieux le devoir parental quand ce sera leur tour. Une communauté qui se projette dans l'avenir, considéré comme incertain par essence, tout en maîtrisant parfaitement bien les enjeux du présent. Ainsi ce fragment d'histoire renvoie à l'interrogation plus générale sur les rapports entre les espaces sociaux marginaux et la société étatique dans son ensemble : bien que les influences dominantes ­ depuis la politique gouvernementale jusqu'à la diffusion des lois du marché ainsi que de certains styles de vie ­ affectent immédiatement ce microcosme villageois, les acteurs locaux façonnent activement le cours de leur devenir. Discrètement, certes, mais avec un savoir-faire consolidé dans une longue expérience.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Dans cette thèse j'ai baptisé ce village Araforas.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrea Tribess, « Liens discrets. Processus historiques dans le milieu agricole d'un village sarde, 1950-1990 », Ruralia [En ligne], 06 | 2000, mis en ligne le 25 janvier 2005, consulté le 29 mai 2017. URL : http://ruralia.revues.org/153

Haut de page

Auteur

Andrea Tribess

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page