Navigation – Plan du site
Positions de thèse

Société et animal : contrôler la grande faune sauvage, l’exemple du chevreuil sur le département de la Haute-Vienne

Thèse pour le doctorat de géographie, sous la direction de Bernard Valadas, Université de Limoges, soutenue le lundi 11 septembre 2006, devant un jury composé de Yvette Veyret, Jean-François Staszak, Philippe Allée, Sergio Dalla Bernardina, François Didolot, Frédéric Ogé et Bernard Valadas, mention très honorable avec les félicitations du jury à l’unanimité
Ludovic Boussin

Texte intégral

1Une question s’est posée tout au long de l’élaboration de cette thèse et cette question a été : comment faire une géographie de l’animal ? Pour tenter de répondre à cette interrogation, je présenterai une analyse à la fois rétrospective et introspective sur l’évolution de la réflexion, des recherches et de leur légitimation dans une thèse de géographie.

La zoogéographie comme projet scientifique initial

2Le projet scientifique initial était celui d’appliquer l’esprit d’une géographie physique dans un domaine réservé aux sciences de la vie. Faire du chevreuil, un animal du biologiste, l’animal du géographe en m’occupant avant tout de sa répartition spatiale, ce qui correspond à la zoogéographie, une branche de la biogéographie tombée aujourd’hui en désuétude. Me considérant au départ comme un géographe « physicien », je pensais que traiter du chevreuil se ferait avec une rigueur aussi scientifique que celle des collègues limnogues ou géomorphologues. Certes, les connaissances requises ne seraient pas les mêmes, mais un peu d’écologie et de zootechnie me permettraient de découvrir les grandes lois géographiques de la répartition du chevreuil sur les territoires et de contribuer à faire avancer la géographie sur la voie de la reconnaissance et de la rigueur scientifique.

3L’approche statistique et cartographique a constitué un préalable nécessaire à la démarche zoogéographique. Ma première approche fut de réunir les données statistiques nécessaires afin d’établir le constat de la distribution géographique de l’animal, et d’établir celui de l’évolution des populations dans le temps, et ce à diverses échelles spatiales, celles du continent européen, des États, des régions et des départements, mon choix s’étant fixé sur le département de la Haute-Vienne. Ainsi, le domaine de distribution du chevreuil recouvre quasiment l’ensemble de l’Europe, à l’exception des régions méditerranéennes et des latitudes les plus septentrionales. Globalement, la progression du chevreuil a été spectaculaire durant ces trente dernières années, et ce dans la plupart des pays européens. En France, les prélèvements en chevreuils ont été multipliés par sept depuis 1980.

4J’eus ensuite recours à la zootechnie, à l’écologie des populations pour comprendre les mécanismes de la distribution du chevreuil sur le territoire. Le principe de l’homéostasie permet de comprendre comment la propagation du chevreuil sur le département s’est faite de façon très rapide. L’émigration des individus les plus jeunes permet aux populations de chevreuils de rester en équilibre avec leur milieu. Ceux-ci s’en vont coloniser de nouveaux territoires moins densément peuplés ou laissés vacants.

5Ces travaux ont permis de dresser un bilan : les populations de chevreuils ont connu une expansion rapide durant ces trente dernières années, les remarquables facultés d’adaptation de l’animal lui ont permis de coloniser de nouveaux milieux. L’évolution des populations sur le département de la Haute-Vienne a été comparable, en cela cet exemple ne présente pas un cas particulier : en une vingtaine d’années seulement, le chevreuil a colonisé l’ensemble du département, à partir de massifs forestiers densément peuplés.

6Toutefois, les données provenaient toutes des bilans des tableaux de chasse, d’où une interrogation légitime : est-ce que les chiffres et les bilans des tableaux de chasse traduisent la densité réelle d’une population présente sur le terrain ? Ma démarche a donc été de proposer une méthode d’estimation indirecte des populations présentes en effectuant des relevés de terrain. La méthode ne vise pas à donner une estimation directe des densités de populations mais une estimation indirecte par le dénombrement des indices de présence. Les touffes de poils, les empreintes laissées sur le sol, les excréments sont autant d’indices qui trahissent la présence de l’animal ; pour ma part je n’ai retenu qu’un seul type d’indice : les couches de reposée du chevreuil, petites excavations creusées par l’animal dans lesquelles il va se tapir au sol. Le dénombrement des couches de reposée du chevreuil a permis d’établir un indice de densité relative.

7J’ai procédé par échantillonnage, à partir d’une grille de points de relevés. Celle-ci est composée de mailles de 1 km2 dans lesquelles j’ai réalisé 5 points de relevés. Pour chaque secteur prospecté, 15 points de relevés ont été effectués ; j’ai prospecté aussi bien les massifs forestiers du département que les secteurs de bocage. Les résultats montrent que les indices de densité relative sont très bien corrélés avec les prélèvements de chasseurs, on peut en conclure que les prélèvements des chasseurs sont de bons indicateurs des populations présentes sur le terrain.

8Certes, l’approche zoogéographie a permis de lever le doute à propos de la valeur des tableaux de chasse, et d’attester une capacité à fonder une géographie rigoureuse. Mais l’approche zoogéographique ne permet pas d’embrasser tous les aspects d’une réalité plus profonde et plus étendue. Qu’en est-il des dégâts occasionnés par le chevreuil sur la régénération forestière ? Qu’en est-il des conflits à propos de la gestion du chevreuil ?

La géographie comme science sociale et environnementale

9Ma deuxième approche a donc été celle de la géographie en tant que science environnementale et sociale. En cela, la démarche n’a en soi rien d’original puisque, selon la définition de Jacques Lévy 1, la géographie « est une science sociale, une science qui s’intéresse à la dimension spatiale des phénomènes sociaux ». Dans ce cas « on note une évolution très significative des géographes "physiciens", soit vers les sciences de la terre, soit, à l’inverse, vers l’inclusion volontaire, au titre de l’environnement, dans une géographie-science sociale ». Le chevreuil devenait un biais vers l’étude des relations homme/milieu et plus largement des problèmes environnementaux. Le chevreuil est un animal géré, sa gestion est intégrée dans la sphère du social.

10Le traitement statistique des données par SIG s’est imposé avec un but avoué, établir une loi générale pour expliquer la répartition d’un animal comme le chevreuil sur un département (un territoire social) géré de façon a priori homogène. J’ai eu recours à l’analyse spatiale des tableaux de chasse pour voir comment se distribuaient les prélèvements en chevreuils sur le département de la Haute-Vienne. Première constatation, le chevreuil ne se répartit pas selon les taux de boisement des communes : il existe des paramètres humains à prendre en compte. Dans un anthroposystème ou géosystème, les facteurs socioculturels jouent sur la distribution spatiale de l’animal tout autant que les facteurs « naturels ». Le concept d’anthroposystème a permis de mettre en évidence le rôle des facteurs socioculturels dans la distribution d’un animal sauvage comme le chevreuil.

11Cela a été l’occasion d’appréhender la géographie, dans son approche la plus classique, comme une étude de combinaisons et de systèmes. La prise en compte de paramètres physiques et d’une dimension humaine sur la base de critères socioculturels, amène à analyser l’espace et la répartition du chevreuil sur les territoires au travers de ces deux critères. Les agrégats ainsi constitués sont confrontés alors à la réalité des données chiffrées du plan de chasse. L’analyse des résultats obtenus conduit à distinguer deux types de territoires : un premier type où les prélèvements en chevreuils dépendent étroitement de la qualité du milieu, ce sont des territoires qui correspondent au « rural affirmé », au « rural » et au « péri-urbain » ; avec le second type de territoire, les prélèvements en chevreuils s’affranchissent complètement de la qualité du milieu : ce sont des territoires de type « cadre de loisir », « cadre de vie et de loisir » et « urbain ». Le croisement des données à l’aide du SIG permet de mettre en évidence le rôle des facteurs socioculturels dans la gestion cynégétique, et à ce titre, l’animal apparaît « naturel » et « culturel » à la fois.

12Cette analyse spatiale conduit à l’élaboration de ce qui ressemble à un plan d’aménagement, où les densités de chevreuils seraient établies par le souci de prendre en compte à la fois les paramètres physiques de l’espace et ses composantes socioculturelles. Cependant, cela pose le problème de l’ambiguïté des schémas d’aménagements. En effet, le géographe guidé par des soucis d’équité et de justice se doit de construire, en tant qu’aménageur, des représentations cartographiques qui l’amènent à passer d’une position de retrait à une position qui l’implique par les propositions qu’il formule, au risque d’imposer un ordre qui n’autorise pas une autre organisation possible. De plus, les SIG qui laissent une large part à l’interprétation des faits géographiques, ne représentent pas le gage d’une objectivité, mais servent au contraire à légitimer les discours, justement sous couvert d’une neutralité de l’analyse et de l’objectivité. Enfin, les limites de l’approche cartographique ont été maintes fois soulignées, ce genre d’approche tendant à réifier l’espace 2. La gestion cynégétique est avant tout une affaire d’hommes et de territoires, c’est pourquoi, en tant que géographe, il me fallait faire ma propre expérience de terrain.

13Les dégâts forestiers et les conflits à propos de la gestion du chevreuil ont constitué une thématique importante de mes travaux. Plutôt que de dénombrer des dégâts effectifs que personne n’était en mesure d’évaluer, il m’a paru plus pertinent de faire réagir les acteurs sur la gestion de l’animal et le problème des dégâts. En effet, il apparaissait comme une évidence que les acteurs se référaient plus à des impressions, à des représentations, qu’à des approches rigoureuses de la question. C’est ainsi que l’enquête s’est imposée, comme expérience des conflits provoqués par la gestion du chevreuil. Pour réaliser cette enquête, j’ai établi un questionnaire d’une dizaine de questions, relatives à la gestion cynégétique, à la dynamique des populations de chevreuils, aux dégâts sur la régénération forestière.

14Dès lors se posait la question de la méthodologie de l’enquête : privilégier les questions semi-ouvertes (ou à moitié fermée ?), afin de traiter statistiquement les données, interroger les « décideurs » ? Approche néopositiviste s’il en est, il m’apparut de plus en plus évident au fil de mon expérience de terrain d’adopter une position moins rigide afin de prendre en compte ce que les acteurs ont à dire et qui ne cadre pas forcément avec la logique du questionnaire. L’enquête ouverte a permis de remettre l’homme au cœur de la gestion cynégétique là où précisément les « techniciens » de l’environnement (ONCFS, Cemagref), tendent à éluder la part de politique qui gouverne la gestion de chaque territoire, à considérer le plan de chasse comme un processus essentiellement technique et à produire des écrits de techniciens pour des techniciens.

15L’enquête a permis de mettre à jour la nature des conflits qui opposent les acteurs : ces conflits reposent sur des représentations et des conceptions différentes des espaces ruraux ; ces conflits revêtent une dimension culturelle qui est inévitablement à prendre en compte. Les faits culturels sont omniprésents, de ce fait la gestion de l’animal est forcément source de conflit.

Les apports de la géographie culturelle et postmoderniste

16Ma troisième partie est donc consacrée à une approche inspirée de la géographie culturelle et postmoderniste, qui s’est construite en réaction aux approches néopositivistes : on reproche à ces dernières leur lourdeur, leur rigidité. De plus, elles sont trop à distance des réalités humaines. Au pire, seules les statistiques permettraient d’établir des vérités, au mieux, seuls les décideurs auraient une parole digne d’intérêt.

17Les sources bibliographiques se caractérisent par leur diversité et leur disparité : des sources zootechniques publiées à des fins de gestion cynégétiques ou de gestion forestière, des sources sociologiques, anthropologiques, des essais de sciences politiques mais aussi des sources philosophiques se rapportant plus largement à la condition et au statut de l’animal. Cette disparité des sources oblige à opérer la jonction entre plusieurs pôles bibliographiques qui, a priori ne seraient jamais parvenus à se rencontrer en dehors d’une approche géographique. Mais il convient d’insister surtout sur la rareté des sources géographiques et donc du peu de réflexion sur le sujet. La façon de traiter de l’animal sauvage, les thématiques abordées, mes interrogations personnelles me plaçaient en difficulté par rapport aux préceptes de la discipline. La lecture du Nouvel Ordre écologique de Luc Ferry 3 m’a apporté plus de questionnements que de solutions sur la nature d’un tel sujet. En effet, comment la géographie pouvait-elle intégrer cette dimension philosophique, traiter de la question de l’assujettissement de l’animal, de la barrière ontologique entre l’homme et l’animal ?

18La réflexion épistémologie est donc apparue comme un recours à un blocage, sur le plan de la méthodologie comme sur le plan de l’ancrage académique. Des géographes précurseurs, des déterministes au possibilistes, jusqu’à la nouvelle géographie, dont dérivait mon approche de la « géographie humaine », le problème était qu’il n’y avait pas, d’« animal géographique ». Il fallait donc faire un pas de plus et recourir à la géographie culturelle et postmoderniste, pour découvrir, dans la revue Society & Animals par exemple, que des géographes pouvaient s’intéresser aux animaux.

19Les approches anglo-saxonnes et la géographie postmoderniste sont en effet plus ouvertes aux apports extra-disciplinaires et l’inclusion de références philosophiques ou anthropologiques ne leur pose pas de difficultés – Foucault et Derrida constituant des figures incontournables. C’est en fait une géographie plus libre dans ses démarches et ses méthodes qui se révélait. Ainsi, ces géographes pouvaient se permettre de prendre fait et cause pour l’animal, et de ce fait, intervenir en qualité d’intellectuels dans le débat public. Ce qui, sans ambiguïté, rompait avec l’idéal de distance et de neutralité du chercheur. La critique postmoderniste dénonce justement le discours scientifique moderne dont la neutralité serait garantie par l’objectivité. De même, la géographie postmoderniste insiste sur la relativité de la connaissance scientifique, en relation avec la spécificité des lieux et des individus. Ainsi, les approches purement quantitatives ne permettent plus d’établir de vérités absolues et cette remise en cause ouvre la voie pour des démarches alternatives favorisants les analyses à très grande échelle. L’homme n’est plus appréhendé comme un paramètre quantifiable, mais en tant qu’individu ; c’est pourquoi, les entretiens, l’observation, l’importance accordée aux images et aux représentations, plus globalement à la culture, deviennent les véritables clefs de la compréhension du monde actuel 4. Le paradigme postmoderniste, qui revalorise l’enquête de terrain, m’a ainsi permis d’inclure de façon légitime des apports qui ne rentraient pas dans le cadre strict des questionnaires.

La culture comme ensemble de techniques et de pratiques

20J’ai abordé la « culture » d’abord comme un ensemble de techniques et de pratiques, telles que celles déployées par les chasseurs : la battue au chevreuil et la chasse aux chiens courants.

21J’ai eu recours au récit pour essayer de retranscrire les lieux dans lesquels se pratiquent les battues, le rôle des chiens, mais aussi une atmosphère, les sons et la tension palpable des chasseurs. Également, pour confronter les pratiques différentes des chasseurs, puisque deux réalités des battues au chevreuil sont apparues : celle d’une chasse pratiquée dans les « montagnes limousines », et celle d’une chasse pratiquée dans les « bois et bosquets » des espaces bocagers.

22Certes, le récit « confiné au domaine littéraire, banni des domaines de la science, au point même qu’on a fait de son bannissement un critère de progrès scientifique pour chaque discipline » 5, ne semble pas pouvoir fonder un savoir rigoureux. Mais dans le paradigme postmoderniste, il est réévalué : Vincent Berdoulay préconise ainsi le recours à une certaine forme de récit qui est une forme de connaissance et donc une source d’informations, et auquel il accorde pleine valeur de compréhension. J’ai pour ma part utilisé le récit pour rendre compte de ma propre expérience, par définition subjective, mais utile à la compréhension d’une certaine réalité. À chaque fois, ce récit est construit, véritable travail de synthèse qui allie une démarche descriptive et une démarche explicative, les enchaînements de cause à effet permettant ainsi au lecteur, dans une démarche déductive, de tirer lui-même des conclusions sur les faits qui lui sont présentés. Le récit est ainsi élaboré, basé sur des faits réels mais soigneusement compilés pour en faire ressortir une tendance, non formulée par des outils mathématiques mais par des comportements humains.

La culture comme mode de représentation et comme discours

23Mes recherches bibliographiques m’ont permis une première approche de la culture à travers la thématique du nouveau statut de l’animal sauvage, par opposition à un ancien contexte où l’animal sauvage était associé à un « nuisible ». Cette dichotomie des représentations de l’animal m’a servi à analyser les différents discours des acteurs. La culture a donc été appréhendée comme mode de représentations et comme discours. J’ai ainsi rencontré tout à tour des personnes pour lesquelles l’animal sauvage – le chevreuil dans le cas présent – était encore associé à un nuisible et d’autres pour lesquelles le chevreuil avait une place tout à fait légitime dans les « campagnes », associées elles-mêmes à la « nature ». D’où la constatation suivante : des personnes proches dans l’espace peuvent être très éloignées dans le temps si l’on tient compte de leurs référents culturels. Ce qui constitue en fait l’un des traits de la postmodernité, qui réside dans « la pluralité culturelle des contextes locaux » 6.

24J’ai ensuite procédé à la déconstruction des discours des différents acteurs. Pour les utilisateurs de la nature, le chevreuil est le bel et gentil animal, issu des projections anthropomorphiques. La progression, la diffusion des savoirs écologiques et leur vulgarisation leur font dire que le chevreuil se régule tout seul, et donc que la chasse est une barbarie, amenée à disparaître sous les effets aussi inévitables que positifs de la marche des sociétés vers le progrès. Pour les propriétaires forestiers, le chevreuil est un animal nuisible, des populations trop nombreuses engendrent des animaux déviants dont la taille et le poids sont bien en dessous de la normale. De plus, ces animaux n’ont plus rien de sauvage, ils n’ont plus peur de l’homme et commettent des ravages dans les plantations de conifères. Il faut alors les exclure des espaces de production forestière. Pour les chasseurs, le chevreuil est avant tout un gibier qu’ils peuvent s’approprier de droit au vu des efforts qu’ils ont concédés depuis des années en matière de gestion cynégétique. Ce sont eux qui ont réintroduit le chevreuil, ils sont donc les véritables protecteurs de la nature, et eux ne se contentent pas de discours comme les écologistes, qui restent leurs ennemis déclarés. Parce qu’ils se sentent rejetés par une grande partie de la société, les chasseurs sont en lutte permanente face à des forces « obscures » qui ont juré leur perte : la modernité, les écologistes et la toute puissante logique économique.

25Ainsi, la place du chevreuil sur les territoires ne résulte pas d’un processus naturel : elle est le résultat d’une lutte d’influence, de pouvoir entre les différents groupes sociaux.

L’animal sauvage culturel

26Toutes ces approches ont permis, au-delà du cas du chevreuil, de mener une réflexion sur la place de l’animal, dans ce qu’il est convenu d’appeler « la nature », mais qui correspond en fait à un anthroposystème. Il est indéniable qu’aujourd’hui, le développement de la grande faune sauvage ne dépend plus des conditions du milieu : c’est un fait humain avec une gestion qui s’inscrit dans une complexité culturelle. C’est cette complexité qui entretient les conflits entre les acteurs qui ont des vues différenciées sur l’animal et sur le fonctionnement des territoires. Cela est vrai pour le chevreuil, aussi pour le sanglier, sans doute pourrait-on en dire autant du lièvre. En revanche, il en irait tout autrement pour des animaux du type « ours » qui lui est un omnivore, avec une propension à devenir « carnivore » et dont on sait les difficultés de réintroduction.

Introspection

27Pour terminer, je voudrais revenir sur mon positionnement personnel car l’élaboration de cette thèse est aussi le produit d’un questionnement introspectif. En effet, j’ai souhaité que ce travail de recherche s’inscrive dans une temporalité. Il importait donc pour moi de pratiquer une géographie contemporaine en phase avec les tendances actuelle, mais en réaction contre une tendance dominante au sein de l’environnement géographique. Il se trouve précisément que le sujet traité, celui de l’animal, est un sujet contemporain, et qu’à ce titre, il est devenu un sujet de choix pour la géographie contemporaine. Comme l’avançait Thomas Kuhn, le progrès scientifique n’a d’autre origine que sociale 7. L’animal en tant que figure contemporaine de l’altérité, est un sujet de choix pour la géographie postmoderniste qui interroge la barrière ontologique entre l’homme et l’animal, et pose le problème de l’assujettissement. Guidés par un idéal de justice, certains géographes s’engagent même, et interviennent ainsi en qualité d’intellectuels dans les débats de société. Cet engagement a suscité mon plus profond respect même si je ne partage pas les positions antispécistes. En revanche, cet engagement correspond à ma conception du chercheur et de l’intellectuel qui ne doivent pas être coupés des réalités de la société mais s’engager de façon plus ou moins active, ce qui implique de prendre parfois position. L’emploi du « je », dans les pratiques discursives, en est un signe révélateur. De plus, la géographie postmoderniste conçue comme une géographie alternative, autorise les démarches en dehors du « convenu », en insistant sur la relativité de la connaissance. Un rapprochement avec les géographes postmodernistes a donc été nécessaire pour rompre un isolement.

28Est-ce le sujet traité qui induisait cette démarche ou bien, étant moi-même le produit d’une époque, d’une société, ce travail s’inscrivait-il « naturellement » dans un contexte post-moderne ? En tous cas, la gestion de l’animal sauvage est imprégnée de représentations, de tradition orale, d’expérience des territoires et d’empirisme. Cette subjectivité est présente à tous les niveaux, des estimations des populations à leur régulation, de leur impact sur le milieu à leur place dans les territoires. Les approches néo-positivistes de la distribution d’une espèce comme le chevreuil sur le département de la Haute-Vienne ne parviennent qu’à des approximations, certainement parce que l’espace ne constitue pas un tout cohérent régi par des lois. Ainsi, la chasse en elle-même est porteuse de différentiations et ce à plusieurs échelles, elle véhicule d’abord un ensemble de valeurs dont résulte un réflexe identitaire basé sur la différenciation urbain/rural. Ainsi, la pratique de la chasse par des communautés fortement ancrées sur des territoires conduit à considérer l’habitant d’une commune voisine comme un « étranger ». Ce qui amène à appréhender l’espace en tant que somme de territoires individualisés et juxtaposés.

29La chasse et la gestion cynégétique vont sans aucun doute à l’encontre des positions antispécistes des géographes anglo-saxons, défenseurs de la cause animale. La chasse est difficilement compatible avec l’idée du continuum phylogénique entre l’homme et l’animal, et tuer pour le plaisir reste un véritable point d’achoppement sur lesquelles viennent buter toutes les tentatives de légitimation de la chasse. Or, le courant post-moderniste fourni lui-même les arguments pour défendre la chasse. Ayant repris à son compte le paradigme post-colonial, le mouvement postmoderniste s’érige contre la prédominance d’une vision occidentale et s’abstient de juger avec condescendance les autres formes de culture qui n’ont pas les mêmes référents. À ce titre, les chasseurs ne sont-ils pas une quasi-minorité culturelle en devenir ? Faut-il condamner une pratique rurale traditionnelle sous prétexte que son rapport à l’animal sauvage n’est pas le même ? Accepter toutes les formes de culture, c’est aussi accepter la chasse comme une forme d’expression culturelle, comme vecteur d’identité et comme un moyen de régulation de la faune sauvage. Dans ce contexte, la mort de l’animal fait partie intégrante du « cycle immuable de la nature ». Certes, ce point de vue est anthropocentriste, mais il ne présente en rien un danger pour le maintien des populations, puisque paradoxalement l’espèce chevreuil a bénéficié de la gestion cynégétique, les relations qu’entretiennent les chasseurs avec le grand gibier en font les « protecteurs » des populations de gibier. Dans ce cas, la justice pour l’animal rejoint une éthique environnementale, la progression indiscutable des effectifs correspond à une amélioration de la condition de l’animal sauvage au sein de l’anthroposystème. La chasse, telle qu’elle est pratiquée par les hommes, n’est peut-être pas exempte de tout reproche, mais elle parvient à l’équilibre des anthroposystèmes. Surtout, elle n’obéit pas à une froide rationalité mécanique. Le danger serait d’instaurer la distance entre l’homme et l’animal, de réguler les populations avec les seuls critères scientifiques et techniques, au service de la rationalité économique.

30Enfin, il était question pour moi de me démarquer des approches scientifiques habituelles. « Avec Feyerabend, on en arrive à une conception anarchiste du champ scientifique. Les chercheurs ne sont pas lancés à la poursuite d’une vérité absolue. Ils luttent à coup d’expériences, de démonstrations et de polémiques pour le pouvoir, l’influence, la célébrité. Les règles qu’ils sont contraints de respecter sont édictées par les institutions que les divers groupes, écoles, groupuscules, se battent pour contrôler » 8. Avec le recul, mes recherches se sont aussi construites en réaction à une tendance dominante au sein d’un pôle de recherche où régnait une géographie physique se disant seule habilitée à construire de la scientificité. Par ailleurs, je ne me reconnaissais pas davantage dans les approches classiques de la géographie rurale, alors que j’étais évidemment concerné par la thématique ruraliste.

31Ainsi, aborder un sujet comme la régulation d’un animal sauvage autrement que sous la forme d’études naturalistes couplées à des méthodes néo-positivistes et présenter un travail marqué par la différenciation est aussi un moyen de sortir des études génériques et de s’inscrire dans une époque, et un courant, le postmodernisme, qui m’a personnellement beaucoup apporté.

Haut de page

Notes

1 Jacques LÉvy, « L’exception ordinaire », dans Jacques Lévy et Michel Lussault [dir.], Logique de l’espace, esprit des lieux. Géographie à Cerisy, Paris, Belin/Mappemonde, 2000, pp. 333-343.
2 Éric Dardel, L’homme et la terre : nature de la réalité géographique, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1990 (1ère édition 1952), 199 p.
3 Luc Ferry, Le nouvel ordre écologique, Paris, Grasset, 1992.
4 Jean-François Staszak, « Les enjeux de la géographie anglo-saxonne », dans Jean-François Staszak [dir.], Géographie Anglo-saxonnes, Paris, Belin, 2000, pp. 7-21.
5 Vincent Berdoulay, « Le retour du refoulé. Les avatars modernes du récit géographique », dans Jacques Lévy et Michel Lussault [dir.], Logique de l’espace, esprit des lieux…, ouv. cité, pp. 111-126.
6 Benno Werlen, « Géographie culturelle et tournant culturel », dans Géographie et cultures, n° 47, 2003, pp. 7-27.
7 Référence reprise dans : Paul Claval, Épistémologie de la géographie, Paris, Nathan, 2001.
8 Paul Claval, Épistémologie de la géographie, ouv. cité, p. 235.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ludovic Boussin, « Société et animal : contrôler la grande faune sauvage, l’exemple du chevreuil sur le département de la Haute-Vienne », Ruralia [En ligne], 18/19 | 2006, mis en ligne le 28 août 2007, consulté le 26 mai 2017. URL : http://ruralia.revues.org/1461

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page