Navigation – Plan du site
Actualités

L'abattage des animaux d'élevage : in-montrable ? À propos des rencontres de Rambouillet

Jean-Christophe Vincent

Entrées d’index

Mots-clés :

Colloque
Haut de page

Texte intégral

1Durant l'automne 1998 se tint à la Bergerie nationale de Rambouillet le traditionnel colloque annuel de l'Association des ruralistes français (ARF). La projection en soirée de trois films consacrés à l'élevage et à l'abattage suscita émotions et discussions ; les images renvoyèrent chacun au constat pourtant évident que la chose mangée est d'abord un être tué. En marge des journées scientifiques, nombre de conversations abordèrent le thème du statut de la bête, mais aussi celui de la fonction discursive de l'image dans la construction des représentations. S'interroger en ces termes revient à considérer les affects à la lumière de la subjectivité du cinéaste et mène à demander « Comment prendre en compte le discours construit par le film pour l'intégrer à des débats sur l'image qui lui attribueraient davantage qu'un rôle simplement “illustratif” ? » ; ce qu'exprimèrent, comme point de départ à une réflexion commune menée depuis lors, les membres du groupe de travail « Sang des bêtes ».

2Avec l'organisation de leur première manifestation (3 et 4 février 2000, Bergerie nationale de Rambouillet), intitulée « L'abattage des animaux d'élevage : in-montrable ? », ces derniers formulent la question à laquelle répond déjà la société du XIXe siècle en sortant les abattoirs 1 du centre des villes au même titre que les échafauds 2, afin d'éloigner le sang, la mort, la violence, pour ne pas en donner l'exemple. S'il est vrai que l'abattage des animaux « ne va pas de soi » comme l'explique Jocelyne Porcher dans l'écho de ces rencontres qu'elle nous donne à lire (ci-après), il est tout aussi évident que les limites de l'acceptable se transforment au gré de l'évolution du cadre de pensée de la société. En 1894 par exemple, la Société protectrice des animaux attribue son premier prix ­ par lequel elle récompense chaque année des individus s'illustrant par leur attitude bienfaitrice à l'égard des animaux ­, à François Bruneau ayant breveté quelques années auparavant un masque du même nom 3. Son succès auprès des amis des animaux ne réside pas uniquement dans le fait que le tueur n'a plus besoin d'assener plusieurs coups jusqu'à ce que « le bon soupir soit soufflé » 4, mais plutôt et avant tout, dans l'impossibilité pour la victime de voir la mise en scène de sa propre mort ; même si en matière d'amélioration des procédés d'abattage, la recherche des moindres souffrances s'impose déjà à ce XIXe siècle finissant, la nécessité d'obvier chez l'animal à tout pressentiment de sa fin s'avère, en effet, une préoccupation primordiale. Alors que l'invention du pistolet « d'assomage » 5, à la veille des années 1930, marque, quant à elle, la volonté de modifier le rapport à l'animal, auquel il est offert une mort plus « humaine », c'est-à-dire sans souffrance et la plus rapide possible 6. Entre ces deux périodes s'opère un glissement subjectif ; l'acceptable passe du respect du ressentiment supposé de la bête à ce que l'homme peut accepter pour lui-même.

3Dans la philosophie morale de Kant, la subjectivité relève de la sensibilité par opposition à la raison. Elle évolue dans l'espace et le temps. La caméra du cinéaste n'est qu'un voile supplémentaire ­ reflet de la sensibilité ou de l'absence de sensibilité de celui qui filme ­ entre notre propre subjectivité et la réalité. Quelle différence entre filmer un morceau de viande en bout de chaîne de production et le regard d'un veau en attente dans le couloir d'amenée ? Quelques minutes. Mais aussi le choix du cinéaste d'opter pour une image de la bête réifiée nous ramenant seulement au contenu de notre assiette ou de choisir, au contraire, un plan qui individualise l'animal, nous renvoyant ainsi à notre barbarie fondatrice. Savoir décrypter l'image participe par conséquent de la nécessaire critique des sources à laquelle tout chercheur s'applique. Après l'article engagé de Jocelyne Porcher qui revient sur les journées de Rambouillet, un collectif composé de quatre auteurs du groupe de travail « Sang des bêtes » nous propose « Quelques pistes de réflexion sur le discours de l'image ayant trait à la mise à mort des animaux », afin de nous guider dans la possible exploitation des archives visuelles qu'ils ont d'ores et déjà collectées.

Haut de page

Notes

2 Alexandre NUGUES-BOURCHAT, Le spectacle de l'exécution capitale au XIXsiècle, l'exemple de Lyon (1815-1900), Mémoire de maîtrise d'Histoire contemporaine sous la direction d'Yves Lequin, Université Lumière Lyon 2, 1998, 250 f°.
3 François Bruneau décrit son invention comme un outil qui « [...] consiste en un masque proprement dit en cuir, toile ou toute autre matière qui se fixe sur la tête de l'animal au moyen de courroies et lui couvre les yeux. Sur ce masque et vers le milieu, existe une pièce métallique rivée au cuir ou à la toile et qui s'applique exactement en adoptant les formes sur le crâne au front de l'animal. Cette pièce est percée d'un trou. Une cheville emporte-pièce, creuse, s'ajuste librement dans le trou de la pièce. Pour abattre un bœuf, lorsque le masque est attaché sur sa tête, il suffit de placer la cheville dans le trou et de frapper un seul coup sur la dite cheville au moyen d'un maillet ou d'un marteau. Sous l'action du maillet, la cheville pénètre très aisément jusque dans la cervelle, en découpant sur le front un trou pour son passage [...] » (brevet d'invention n° 96 760 du 4 octobre 1872).
4 M. VILLEROI, cité par M.F. QUIVOGNE, Rapport sur les essais d'un nouveau procédé d'abattage des grands animaux de boucherie, Lyon, Imprimerie Bellon, 1876, 16 p., p. 6.
5 Au cours de l'année 1928, deux brevets d'invention sont délivrés à Jean Duchenet et Karl Schermer par la Direction de la propriété industrielle (INPI) pour un pistolet d'abattage avec retour instantané de la tige (brevets d'invention n° 644 379 et n° 642 790). Le modèle de Duchenet, le Matador, est utilisé aux abattoirs de La Mouche (Lyon) à partir de 1930.
6 La conjonction des convictions zoophiles et des intérêts économiques permet l'émergence de nouveaux outils d'abattage, tels que le pistolet « d'assomage » dont la rapidité avec laquelle il donne la mort est gage d'absence de souffrance pour les uns et de gain de productivité pour les autres.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Christophe Vincent, « L'abattage des animaux d'élevage : in-montrable ? À propos des rencontres de Rambouillet », Ruralia [En ligne], 06 | 2000, mis en ligne le 01 janvier 2000, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://ruralia.revues.org/143

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page