Navigation – Plan du site
Articles

La Confédération paysanne et José Bové, des actions médiatiques au service d'un projet ?

Jean-Philippe Martin

Résumés

Ce travail veut replacer l'action menée à Millau, pendant l'été 1999, par des éleveurs de brebis et José Bové, contre un Mac Donald's dans l'histoire du syndicat auquel il se réfère, la Confédération paysanne. Ce syndicat est né en 1987 du rapprochement de courants de gauche. Il entend défendre en priorité les petits et moyens producteurs, promouvoir une agriculture qui produisent des aliments de qualité et ne pollue pas. Dans son projet, la valeur de solidarité est primordiale. Cette action est devenue un fait politique majeur grâce au travail du syndicat, aux ressources du leader aveyronnais, du fait de l'importance et du traitement accordés par les médias mais aussi parce qu'une partie des propositions du syndicat étaient en phase avec les attentes de la société. Pour rendre cette action populaire, les médias ont personnalisé l'événement et fait de José Bové un héros positif, ce qui a renforcé la mobilisation en sa faveur.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Le mois d'août 1999 a vu les questions agricoles, l'aménagement du territoire et les propositions d'un petit syndicat agricole de gauche, la Confédération paysanne, devenir des thèmes de débat nationaux et mobiliser les acteurs du jeu politique. L'action spectaculaire menée par la Confédération paysanne de l'Aveyron contre un restaurant Mac Donald's à Millau a bénéficié d'un traitement favorable des médias et a permis à ce courant de faire connaître son projet très au delà de sa sphère d'influence grâce à une gestion habile du conflit 1.

2Par cet article, nous voudrions replacer cette action dans l'histoire de ce syndicat et repérer en quoi l'événement est révélateur des pratiques et du discours de ce courant. Il semble donc nécessaire de revenir sur la genèse de ce mouvement dans les années 1970 2. L'analyse des thèmes déclinés par la Confédération paysanne (CP), tant sur les plans local que national, permet de mettre en évidence son projet et de réfléchir à la façon dont il est adapté dans le sud Aveyron.

3Par ailleurs, il paraît intéressant de comprendre les ressorts qui ont fait de cet événement local un fait médiatique national, en analysant le jeu des acteurs, en particulier celui des syndicalistes et des médias ainsi que la diversité des dimensions qu'il revêt 3. L'analyse faite par Patrick Champagne 4 d'une manifestation importante de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) en 1982 peut servir de point d'appui. Il faut, toutefois, relever deux différences fondamentales : d'une part, la Confédération paysanne est un courant minoritaire du syndicalisme agricole et, d'autre part, la société a depuis lors de nouvelles exigences vis-à-vis de l'agriculture et de ses pratiques.

La construction d'une gauche paysanne indépendante

Une rupture mal assumée

4Le plus souvent la CP est présentée comme née en 1987 de la fusion de la Confédération nationale des syndicats de travailleurs paysans (CNSTP, gauche indépendante, inspirée des idéaux de mai 1968) et de la Fédération nationale des syndicats paysans (FNSP, socialiste). Cette lecture tend à laisser supposer que cette création était inéluctable, que le processus fut facile et logique, en bref, que ce qui est advenu devait advenir 5. Or, une étude plus approfondie permet de repérer certes les permanences mais aussi les discontinuités, les querelles et les tensions qui auraient pu empêcher son émergence et sa, relative, percée ; d'autant plus que l'équilibre interne lors de la création de cette organisation, avec une force maintenue de la gauche extra-parlementaire, est assez atypique des années 1980.

5Philippe Gratton 6 a montré que dès le début de ce siècle, des syndicats agricoles de gauche s'étaient constitués, animés par des militants de la SFIO ou du PCF : ils affirmaient refuser l'agrarisme 7, cet attachement sentimental à la terre qui considère que tous les « paysans » 8 ont les mêmes intérêts, différents de ceux des urbains et qui glorifie l'exploitation familiale. Pour ces gauches, les paysans, petits voire moyens, sont les alliés des ouvriers des villes mais ces courants demeurent minoritaires parmi les paysans. Après 1945, la FNSEA majoritaire est dirigée par des hommes proches de la droite ; elle est contestée, à partir de 1959, par un courant animé par des militants communistes, le Mouvement de défense et de coordination des exploitations familiales (MODEF) qui progresse avant de s'essouffler à la fin des années 1970.

6Une nouvelle rupture dans le syndicalisme paysan intervient dans les années 1970. Le terme de « nouvelle gauche » a parfois été utilisé pour qualifier les équipes qui rompent avec la FNSEA et le Centre national des jeunes agriculteurs (CNJA) après 1968 car elles étaient alors indépendantes vis-à-vis tant du Parti communiste français (ils ne rejoignent pas de ce fait le MODEF) que du Parti socialiste et proches soit du Parti socialiste unifié soit de la gauche extra-parlementaire (divers groupes maoïstes, libertaires...). Ces militants ont souvent été formés par la JAC (Jeunesse agricole catholique, puis chrétienne) qui plaidait, dans les années 1950, la modernisation des campagnes, le départ des paysans archaïques et la parité sociale pour ceux qui restaient 9. Afin de faire progresser ces idées, la direction de la JAC s'était emparée du CNJA puis avait rejoint la FNSEA, mais les fruits de la modernisation sont amers, la parité tarde à venir, le nombre d'agriculteurs qui cessent leur activité est massif et le spectre de la « prolétarisation » 10 guette le grand nombre pendant qu'une minorité profite de cette modernisation. Un courant critique s'affirme, alors, dans le CNJA qui s'oppose, de plus, à la politique menée par les gouvernements de droite, se rapproche de la gauche et est influencée par les événements de mai 1968, en particulier en Loire-Atlantique d'où est issu un de ses leaders, parmi les plus actifs, Bernard Lambert 11.

7Le livre de Bernard Lambert, Les paysans dans la lutte des classes et l'échec de la conquête du CNJA par ce courant sonnent, à partir de 1970, l'heure de la rupture avec le CNJA et la FNSEA. Celle-ci, toutefois, ne se produit pas dans tous les départements, son rythme est fort différent d'une région à l'autre et elle ne se fait pas toujours autour d'une équipe suffisamment structurée. Le courant qui naît de ces multiples ruptures avec le syndicalisme majoritaire prend le nom de Paysans-Travailleurs (PT) 12. En fait, cette rupture prend des formes très diverses, selon les rapports de force locaux, les choix des militants PT et les initiatives des directions locale ou nationale du CNJA et de la FNSEA. Certains ne veulent pas rompre et veulent s'appuyer sur les structures, ce sont le plus souvent des militants socialistes ou des militants qui dirigent une FDSEA (Fédération départementale) ; d'autres veulent rester à l'intérieur du CDJA tout en créant une structure PT ; d'autres, enfin, créent des équipes PT extérieures au syndicalisme traditionnel. La rupture est donc longue. Mal contrôlée, elle entraîne des désaccords et laisse souvent l'initiative à la FNSEA ou au CNJA qui reprennent peu à peu en main nombre de sections départementales. Elle ne débouche pas sur la création d'un syndicat structuré sur le plan national mais plutôt sur un collectif de liaison, qui coordonne des groupes départementaux, dans lequel l'Ouest domine. De ces années date une cassure entre ceux qui sont restés dans la FNSEA et le CNJA pour y mener une bataille interne (ils sont plutôt proches des socialistes) et ceux qui veulent créer de nouvelles structures indépendantes qui font de la FNSEA-CNJA une cible essentielle de leurs discours (qui sont plutôt proches de la gauche extra-parlementaire, les Paysans-Travailleurs). Entre 1970 et 1981, le courant PT se structure quelque peu et organise des journées nationales (1972, 1974, 1976, 1977, mars 1981) mais n'adopte pas la forme syndicale ; il conserve une forme très souple et traverse plusieurs crises et scissions alors que ceux qui voulaient mener le combat à l'intérieur de la FNSEA y sont marginalisés.

8Ces années sont marquées par un fort activisme avec des luttes symboles sur le plan national (le Larzac), des actions régionales ou en défense d'une filière (la « grève du lait » en 1972, la viticulture du Languedoc) mais aussi des luttes locales. De nouvelles cibles sont désignées (le Crédit agricole), des moyens d'action spectaculaires et inédits sont utilisés. En parallèle, un discours très virulent dénonce les « exploiteurs » des « paysans » et leurs alliés, affirme que le plus grand nombre de paysans sont des « exploités » et donc parties prenantes de « la lutte des classes » 13. Ce discours marxisant très véhément dénonce les grands exploitants, souligne donc des divisions sociales parmi les paysans, ce qui peut choquer l'aspiration à l`unité de nombre d'entre eux. Les militants PT, très peu nombreux en fait, à l'exception de quelques départements 14, semblent nourrir un goût immodéré pour la dispute politique et les anathèmes, ce qui les divise et les affaiblit.

9À la fin des années 1970, les gauches paysannes sont divisées, ne sont pas présentes dans tous les départements, elles ne sont pas reconnues par les pouvoirs publics et ne peuvent donc pas distribuer de services sauf dans quelques départements. La logique pourrait laisser penser à un lent dépérissement et à une marginalisation comme en a connu l'extrême-gauche politique dans les années 1980. Cependant, ces gauches paysannes saisissent les opportunités qui s'ouvrent à partir de 1981 et trouvent des ressources pour se transformer et accroître leur influence.

Opportunité, adversaire et habileté tactique

10Quelles sont les raisons qui expliquent que ce courant ait pu finalement résister et se structurer alors que ses forces sont des plus réduites au début des années 1980 ? La première est à rechercher en dehors du champ syndical la victoire de François Mitterrand en 1981 offre une opportunité aux gauches syndicales agricoles. D'autant plus qu'Édith Cresson, ministre de l'Agriculture, semble vouloir s'opposer à la FNSEA et reconnaît les gauches syndicales. Opportunité immédiatement saisie puisque ces courants adoptent la forme syndicale 15. Les PT créent avec des syndicats départementaux indépendants la Confédération nationale des syndicats de travailleurs paysans (CNSTP) et le courant qui était restée dans la FNSEA donne naissance, en 1982, à la Fédération nationale des syndicats paysans (FNSP) ; avec le MODEF, ces gauches participent au ministère à la conférence annuelle de 1981, au grand dam de la FNSEA. Les nouveaux syndicats participent aussi aux élections aux chambres d'agriculture de 1983 16. Incontestablement la reconnaissance institutionnelle a joué ; toutefois quand, après 1983 et surtout 1986, le ministère de l'Agriculture reçoit en priorité voire exclusivement la FNSEA et que les critères de représentativité avantagent le syndicat majoritaire, ces courants résistent en s'adaptant à la nouvelle situation. C'est, au moment où François Guillaume, ancien président de la FNSEA, est ministre de l'Agriculture du gouvernement de Jacques Chirac que la FNSP et la CNSTP se rapprochent et fusionnent en 1987 pour donner naissance à la Confédération paysanne, choix de l'efficacité certes, mais aussi fruit du rapprochement des idées et du recul des anciens clivages tactiques.

11Une autre raison doit être cherchée dans la structure du champ syndical 17. La FNSEA fonctionne comme un repoussoir pour ces militants qui ne veulent pas la rejoindre, ce qui serait, de plus, un aveu d'échec ; par ailleurs, la FNSEA les traite tous deux de la même manière, comme des adversaires, minoritaires, politisés, dont elle ne reconnaît pas la représentativité et fait tout pour qu'ils aient peu de pouvoir. L'adversaire commun pousse à un rapprochement sans que ces deux courants rejoignent le MODEF, trop proche du PCF et jugé comme archaïque. L'opiniâtreté des équipes militantes a dans plusieurs départements permis de maintenir un groupe des années 1970 aux années 1980, que ce soit une structure nationale légère ou des groupes départementaux dans l'Ouest, bien sûr, mais aussi en Savoie, dans la Drôme, en Languedoc... De plus, l'indépendance vis à vis de la gauche au gouvernement a été acquise plus vite que dans les syndicats ouvriers.

12Du côté de la base paysanne, nombre de jeunes modernisés mais endettés ne trouvent ni dans la FNSEA ni dans le MODEF des réponses aux problèmes auxquels ils sont confrontés. Les néo-ruraux, présents et actifs dans certaines zones du sud de la France, parfois porteurs d'innovations, ont en général rejoint ce courant 18, eux qui se sont vus souvent opposer les critères préconisés par le syndicalisme majoritaire pour l'ouverture du droit aux subventions et aux aides, en particulier à l'installation (DJA) 19. Enfin, les électeurs paysans de gauche ont pu trouver l'opposition du syndicalisme majoritaire au gouvernement trop systématique et son action trop politique entre 1981 et 1986.

13Enfin, le discours de la gauche paysanne a changé : le marxisme a été abandonné et les premières analyses critiques du « productivisme », sans que celui-ci soit encore très bien défini, s'affirment en 1980-1981 20. Ce renouvellement a été rendu possible par la progression des idées écologiques dans la société, par le fait que le refus du corporatisme et l'acceptation de la modernisation étaient présents sous le discours marxiste chez les PT et par l'influence des néo-ruraux dans ce courant 21.

Une invention... « l'agriculture paysanne » !

14Faut-il que la production agricole soit devenue technicienne et capitalistique pour que l'ajout de l'adjectif « paysanne » au substantif « agriculture » suffise à différencier le projet de la CP de celui de la FNSEA ? Syndicat pour une agriculture paysanne et la défense de ses travailleurs, la CP affirme en 1987 que « l'agriculture paysanne » est « une nécessité pour une société moderne et solidaire ». Le titre du Rapport d'orientation témoigne de la volonté de lier défense des producteurs, modèle d'agriculture et projet de société qui conjugue modernité et solidarité (apports de la JAC). Pour elle, l'agriculture productiviste est en crise sous le poids des excédents, des dépenses de la Politique agricole commune (PAC) qui contribuent à renforcer des inégalités croissantes entre les producteurs et les régions et ce alors que le nombre d'agriculteurs continue à diminuer sans que l'Europe soit entièrement auto-suffisante. Cette agriculture contribue sur le plan mondial à ruiner les agricultures des pays en voie de développement qui recourent à des importations de denrées alimentaires produites intensivement et donc moins chères sur le marché mondial que les productions locales. La CP refuse donc le libéralisme 22, et s'affirme partisane d'une action régulatrice de l'État afin de maintenir le maximum d'agriculteurs sur tout le territoire tout en réduisant les disparités de revenus. Le projet d'agriculture paysanne qu'elle commence à élaborer rappelle la fonction traditionnelle de l'agriculture qui est de nourrir les hommes en quantité mais, souligne-t-elle, aussi en qualité. Il vise à rémunérer correctement le plus grand nombre de producteurs, les moyens pour y parvenir sont peu à peu définis, il faut selon elle, maîtriser la production entre tous et la répartir équitablement 23. Les pouvoirs publics sont invités, fussent-ils de gauche, à mener une politique active et innovante d'installation car ce syndicat fait remarquer que le modèle défini dans les années 1960 n'est plus valable et que le nombre d'installations non aidées car « hors normes » a beaucoup augmenté, en particulier dans le sud de la France. Le modèle d'agriculture paysanne ébauché s'inspire des évolutions constatées dans plusieurs régions dans lesquelles la diversification s'est développée, les activités non agricoles se sont affirmées et où la recherche de circuits courts, la transformation artisanale, l'affirmation de la qualité voire le « bio » ou la vente directe ne sont plus le fait de quelques néo-ruraux illuminés mais font vivre correctement des ménages agricoles ou en partie agricoles 24.

15Depuis 1987, la CP affine son projet dans sa dimension revendicative mais aussi pratique, avec un projet d'agriculture paysanne. Elle met au centre de celui-ci la nécessité de la solidarité. Solidarité entre les paysans, ce que traduit son slogan « trois fermes valent mieux qu'une grande » ou sa volonté de soutenir l'agriculture dans les régions difficiles ou enclavées refusant ainsi la concentration de celles-ci le long des côtes ou dans le Bassin parisien et le Nord. Solidarité avec les autres ruraux non agricoles car le paysan est un citoyen qui doit participer à l'animation des campagnes et lutter contre la « désertification » pour maintenir « des campagnes vivantes » 25. Solidarité avec les exclus et ceux qui luttent contre le libéralisme, d'où son soutien aux luttes des chômeurs, des sans-papiers ou à celle des fonctionnaires en décembre 1995. Solidarité avec les paysans des pays pauvres du sud car ce syndicat défend leur droit à l'autosuffisance et ne les considère pas seulement comme des marchés à conquérir. Le refus du corporatisme est sensible dans la volonté de tisser des alliances avec les couches urbaines sensibles à la thématique écologique et les associations de consommateurs, d'où le combat pour la qualité des aliments ou celle de l'eau en Bretagne. Ce qui peut amener à s'opposer à certains gros producteurs porcins qui polluent et ne veulent pas limiter la taille de leurs ateliers. Ce discours, en construction, pèse sur l'orientation de la FNSEA dont les référents ne sont plus opératoires et dans laquelle certains demandent des aides qui ne profitent pas surtout aux plus gros mais bénéficient plus aux régions défavorisées.

16Cette thématique nationale est toutefois relayée de manière différente dans les départements, elle subit inflexions et adaptations ; par ailleurs, les actions menées peuvent privilégier tel ou tel thème non sans contradictions parfois 26.

Sur le Larzac : contestations, propositions et projet de société

17Le département de l'Aveyron, au sud du Massif central, est enclavé mais possède une agriculture dynamique, dans des zones rurales parfois innovantes (comme dans l'Aubrac). Il dispose d'une élite agricole qui a joué un rôle national avec Raymond Lacombe qui fut président de la FNSEA et d'autres militants de premier plan, à tel point que certains ont pu parler de « clan aveyronnais » 27. La Confédération paysanne y a pourtant effectué une réelle percée puisqu'elle a obtenu un tiers des voix aux élections aux chambres d'agriculture de 1995, progressant même dans des zones de vote politique à droite 28.

De la lutte du Larzac à la structuration d'un courant syndical

18Dans cet espace, le sud Aveyron se distingue par les liens tissés avec le Languedoc, par le rôle fondamental de la production de lait de brebis pour le roquefort, ce qui a donné naissance à un syndicat qui se veut autonome de la FDSEA, le Syndicat des éleveurs de brebis (SEB). Il se différencie aussi par l'histoire et en particulier par le fait que, sur le Causse du Larzac, des agriculteurs ont dû lutter pendant de longues années contre un projet d'extension du camp militaire. Dans ce combat, ils ont reçu l'appui de la FDSEA du département dirigée alors par Raymond Lacombe 29, de la gauche et de l'extrême-gauche politique et celui des Paysans travailleurs qui furent à l'initiative d'un grand rassemblement sur le Larzac dans l'été 1973. C'est pendant cette lutte que se sont installés des néo-ruraux sur le plateau ­ dont José Bové ­ qui firent leur jonction alors avec des agriculteurs du plateau ou de ses environs. La durée de cette lutte ­ le projet de camp ne fut abandonné qu'en 1981 ­ permit de tisser liens et réseaux entre agriculteurs membres des PT, de la FDSEA (comme Guy Tarlier qui fut longtemps le principal animateur de cette lutte) ou du SEB. Elle vit le soutien constant des PT sur le plan national 30. Elle permit de nouer des contacts avec les urbains du sud Aveyron, politiques, syndicalistes, membres d'associations écologiques ou culturelles. Elle obligea à mener des actions nombreuses à forte visibilité symbolique pour ne pas être oubliées des médias et des décideurs politiques. Elle tendit à prouver que des luttes menées au départ par un petit nombre ­ les agriculteurs en lutte étaient au départ 103 ­ peuvent réussir en devenant des causes nationales. Enfin, elle amena les leaders paysans à se lier avec la galaxie pacifiste et écologique, voire d'extrême-gauche, sur le plan national. Le Causse du Larzac a acquis pendant ces années une forte charge symbolique, bien au delà de l'Aveyron 31.

19C'est dans cet espace qu'en 1987 des militants de la FDSEA et des TP entendent réagir à la surproduction de lait de brebis dans la zone de collecte (le rayon) de Roquefort. Ils créent un Comité roquefort qui devient le Syndicat des producteurs de lait de brebis (SPLB) qui se différencie du SEB 32 par ses propositions. Pour faire entendre ses idées la CP a donc créé une structure indépendante, spécialisée et régionale ­ comme affirmait l'être son adversaire ­, animée par des militants à elle mais qui regroupe au delà de ses rangs. Elle a donc utilisé la même tactique localiste que le SEB. Elle publie, depuis 1994, un journal, Le Rayon dont le titre fait référence à la zone de collecte du roquefort et dont le tirage est nettement supérieur au nombre de ses adhérents, car cette publication entre en phase avec l'exigence de transparence et de clarté dans les débats portée par nombre de jeunes agriculteurs 33 de la zone. Les militants les plus actifs du SPLB arrivent, après moultes péripéties, à obtenir le droit de siéger à l'interprofession où se retrouvent producteurs de lait et industriels, ce qui leur permet d'obtenir des informations précises sur l'état du marché. Ses liens avec le milieu urbain passent par le biais de structures pratiquant la vente directe à Millau ou à Montpellier, par la participation à des associations locales mais aussi, et de manière plus politique, par l'appartenance de certains de ses membres à des partis politiques, comme les Verts qui soutiennent nombre des idées de la CP ou du SPLB dans cette région.

Quelles propositions en Roquefort ?

20Face à la surproduction et aux problèmes d'organisation du marché, le SPLB déploie ses propositions dans trois directions 34. Aux producteurs de lait, il affirme qu'il est nécessaire de maîtriser la production et de se battre pour la qualité du produit. Le SPLB ne nie donc pas la nécessité de quotas, mais il explique que ces quotas doivent être répartis équitablement afin de permettre au maximum de producteurs de vivre correctement de leur travail dans la région. Cette maîtrise doit permettre d'éviter une chute des cours, mais elle ne doit pas pénaliser les plus petits et favoriser la concentration des exploitations. Il défend donc en priorité les petits et moyens éleveurs, ce qui l'amène parfois à critiquer les plus gros. Ces positions ainsi que la dénonciation du manque de transparence et l'exigence d'être représenté à l'interprofession ont entraîné parfois des conflits avec le SEB. À ce débat entre producteurs s'ajoute celui avec les industriels. Vis à vis de ceux-ci, le SPLB entend défendre les producteurs à l'interprofession et se bat pour la défense du prix du lait de brebis, élément essentiel du revenu agricole dans cette région. Il refuse donc que les transformateurs diminuent le prix payé pour le lait transformé en roquefort ou réduisent la part de lait transformé en roquefort, nettement mieux rémunérée, en augmentant celle utilisée pour produire des produits de diversification (féta ou pecorino) ou pour fabriquer de la poudre de lait moins bien payée. Dans ce combat qui entraîne de vifs conflits avec les industriels, il plaide la nécessaire unité des éleveurs, leurs intérêts communs et organise des actions communes avec le SEB, ce qui vaut reconnaissance de la part de ce dernier. Au delà de ces divergences d'intérêt, le SPLB joue aussi la carte de la défense de la filière qui fait vivre industriels, travailleurs des laiteries et éleveurs de brebis dans cette région. Il affirme donc la nécessité d'une rigoureuse définition du produit, de la recherche de la qualité et d'une authenticité, qui doivent permettre d'avoir un produit d'Appellation d'origine contrôlée (AOC) unique et irréprochable sur le marché afin de justifier un prix élevé. Le roquefort doit être produit avec du lait de brebis, de race lacaune uniquement, élevées dans la zone de collecte, et ce fromage ne peut être affiné que dans les grottes du village de Roquefort. D'où la lutte contre les contrefaçons et les imitations de roquefort vendues parfois sur des marchés étrangers ; d'où la revendication d'une organisation du marché afin de se protéger contre les grands groupes industriels et la méfiance vis-à-vis du groupe Besnier, extérieur à la région, quand il reprend la Société des caves. Avec parfois des contradictions puisque le SPLB a lutté contre le projet grec d'une AOC pour la féta sous le prétexte que ce type de fromage existait dans tout le bassin méditerranéen. Maîtrise de la production, défense du prix et définition du produit sont aussi des moyens de défendre le pays, le sud Aveyron, de maintenir des emplois et des activités afin que les campagnes y soient vivantes et liées aux petites villes locales réactivant ainsi le slogan des années 1970, « vivre et travailler au pays ».

21Pour obtenir satisfaction sur l'un ou l'autre de ces points le SPLB et ses militants les plus connus, José Bové et Alain Soulié 35, multiplient les actions énergiques, voire rudes et à forte visibilité médiatique, devenant au fil des années des acteurs incontournables de la vie syndicale locale, reconnus par les éleveurs comme incarnant un courant nécessaire ne serait-ce que pour faire circuler l'information et pousser la SEB à plus de vigueur dans l'action et les revendications. Ils sont aussi une aubaine pour les journalistes locaux (de Midi libre et de La Dépêche du Midi), car ils produisent des événements qui changent de la routine de la vie locale. Le SPLB mène un combat pour être reconnu institutionnellement, il faut pour cela que ses militants se rendent à plusieurs reprises aux réunions de l'interprofession auxquelles ils ne sont pas invités et qu'ils s'y imposent de fait, peu à peu. Ce combat pour le droit à être entendu est parallèle à celui mené pour que la CP le soit aussi sur le plan national. L'épisode le plus marquant est sans doute, lors d'une réunion publique à Millau en avril 1995, la vigoureuse saisie par José Bové de la cravate de Jean Puech, alors ministre de l'Agriculture et président du conseil général de l'Aveyron : ce dernier refusait de recevoir la CP au ministère. Cette action entraîne d'ailleurs une justification embarrassée dans le journal Gardarem lo Larzac, pour tenter d'expliquer que ce n'était pas une action violente mais une réponse à la violence institutionnelle subie. Pour défendre les prix face aux industriels, M. Besnier, le nouveau patron de Société, est retenu sans violence physique mais fermement plusieurs heures durant en juin 1997 par une centaine de producteurs. Une manifestation est également organisée à Millau avec le SEB, qui regroupe plusieurs milliers de producteurs en octobre 1997 : cette défense intransigeante de la profession leur permet de conquérir une forte légitimité locale. Les pouvoirs publics sont aussi interpellés, lorsque le syndicat s'oppose à la Politique agricole commune : en 1992 comme en 1999, des manifestations sont organisées devant la préfecture de Rodez ; en 1992, les paysans vont alors jusqu'à empêcher le ministre de l'Éducation Lionel Jospin d'atterrir sur le Causse. Les valeurs issues de la lutte du Larzac peuvent mener ces militants fort loin de la défense professionnelle. Pendant l'été 1995, ils se mobilisent ainsi contre la reprise des essais nucléaires dans le Pacifique décidée par le président Jacques Chirac : des militants paysans, dont José Bové, et des acteurs du milieu associatif millavois se rendent à Papeete pour manifester leur opposition à cette politique, une manifestation tournant sur place à l'émeute, sans que ces militants y soient pour quelque chose. Certaines actions sont symboliques et ont un objectif essentiellement médiatique : ainsi pour lutter contre la PAC et dénoncer son cours jugé trop libéral, des militants pénètrent dans la Bourse de Paris, gagnant ainsi le droit à passer à la télévision. Pour défendre la filière menacée par l'augmentation des taxes sur le roquefort décrétée par les États-Unis, le SPLB choisit pendant l'été 1999 une cible à forte valeur symbolique.

La production de l'événement

Construire une action

22Isabel Boussard a mis en évidence que les agriculteurs jouissent d'une bonne image de marque dans l'opinion et que leurs actions sont suivies avec de la sympathie 36. Ils peuvent aussi obtenir l'attention et un traitement favorable « d'autres acteurs » qui participent « au jeu politique », en particulier « ces observateurs privilégiés que sont les journalistes » 37. Ces acteurs poussent les syndicats à réaliser des actions de préférence sans violence mais sont plutôt habitués à commenter les actions menées par le syndicat majoritaire 38. L'action menée à Millau s'inscrit, toutefois, dans un nouveau contexte : depuis la crise de « la vache folle », la méfiance vis à vis des dérapages de l'agro-industrie est très vive, la demande de qualité, d'authenticité des produits agricoles s'est accrue et le sentiment que les agriculteurs peuvent être aussi des pollueurs s'est répandu dans les couches moyennes urbaines. Ce nouveau contexte rend plus difficile la médiatisation d'un combat limité à la défense professionnelle des agriculteurs. Reste que cette action n'est pas réalisée par le syndicat qui a longtemps disposé du monopole de la reconnaissance institutionnelle et des médias, la FNSEA, et dont Patrick Champagne a bien mis en évidence le travail en direction des médias. Enfin, si les déprédations furent réelles, le nombre des manifestants est resté modeste et cette action s'est déroulée, en plein mois d'août, dans une petite sous-préfecture du sud de la France et non à Paris. D'où le travail mené par la CP pour inscrire cette action dans une perspective plus globale et non seulement professionnelle. Sa place minoritaire dans le champ du syndicalisme agricole l'oblige à élargir le combat et à montrer que le nouveau combat des paysans pose des questions qui concernent la société dans son ensemble et ses choix d'avenir, condition indispensable pour être entendu des médias. Cette action s'insère dans une série de mobilisations contre les organismes génétiquement modifiés (OGM) qui ont permis en 1998 et 1999 à la CP de populariser ses propositions, de se faire connaître des médias et du grand public, et de nouer des liens avec des organisations de consommateurs et d'écologistes, voire de mener des combats communs avec des organisations de paysans indiens ou d'autres pays 39.

23Pour expliquer cependant la forte résonance de cette action, il faut revenir sur la chronologie afin de mieux percevoir le jeu des divers acteurs tout en le mettant en relation avec les nouvelles représentations de l'agriculture en gestation dans la population. Pendant l'hiver et le printemps 1999, le SPLB mène, à travers la presse locale, son journal ou en organisant des débats, une campagne défavorable à la future implantation d'un restaurant Mac Donald's à Millau. Le Rayon de mai 1999 craint que le « regard sardonique du Clown Ronald » ne s'épanouisse dans Millau et recense les critiques vis à vis de la firme Mac Donald's 40. L'hostilité à cette entreprise repose sur plusieurs arguments. Ces restaurants, malgré l'hygiène, proposent de la « bouffe au sens le plus péjoratif du terme » avec de la viande reconstituée, où les éléments séparés auraient perdu « leur substantifique moelle », devenant « un produit... commun ». Selon l'article, cette « bouffe unique » participerait de la normalisation du monde, si rapide qu'elle en est angoissante. La marchandisation de la nourriture entraînerait, dans cette perspective, une perte d'essence, une banalisation et une uniformisation de l'espace mais aussi du temps, dominé par les produits Mac Donald's (anniversaires, outils pédagogiques proposés...). Le SPLB critique aussi l'infantilisation à l'œuvre : « on peut manger avec ses doigts, prendre son dessert avant sa soupe... » ; « Ronald... autorise » à aller contre ce que « papa et maman nous ont appris et qui font qu'on sait se tenir à table ». Par ailleurs, dans ces entreprises, les employés 41 sont niés comme individus, doivent adopter des postures comme des « automates » et la liberté syndicale n'est pas réelle ; enfin, « Mac Do sponsorise un mouvement clairement identifié comme secte : l'église de scientologie ». On le voit, la charge est excessive, Mac Donald's ne possède pas l'apanage de la « mal-bouffe » et ses sandwiches valent nombre de ceux vendus aux abords des gares ; elle n'est pas la seule entreprise mondialisée, même si elle est l'une de celles qui possèdent la plus forte visibilité. Reste que ce discours révèle à la fois nombre d'idées et de représentations de la CP, mais aussi des habitants de cette région. Dans l'Aveyron où la gastronomie et les repas pris en commun constituent un des fondements de la sociabilité, avec ses règles et ses savoir-faire, la transgression des codes par les enfants pendant le repas ainsi que la piètre qualité gustative des ingrédients de celui-ci peuvent choquer 42. L'uniformisation du produit va à l'encontre de la tradition d'une cuisine de terroir qui s'appuie sur des productions locales. Le syndicat dénonce les conditions de travail et les difficultés pour se syndiquer dans cette entreprise. Il est hostile au développement non contrôlé du secteur privé et sous-entend son opposition aux grandes firmes multinationales, surtout américaines, qui ouvrent, selon lui, la voie à « la pensée unique ».

24Lorsque les États-Unis, voulant faire pression sur l'Union européenne afin qu'elle accepte les importations de viande de bœuf aux hormones, augmentent nettement les taxes sur les importations de roquefort, le syndicat se mobilise pour défendre le produit, la filière, la région ; le chantier du Mac Donald's devient, alors, une cible. Contrairement à ce qui a souvent été dit, le tract d'appel à la manifestation présente cette action comme une mobilisation d'abord professionnelle. Il commence par un double titre « non à l'embargo des USA contre le Roquefort », le « non à la construction de Mac Do à Millau » ne vient qu`en second lieu et est lié au premier refus. Pour les initiateurs de l'action (le SPLB et la CP), « au moment où les USA décident avec la complicité de l'Organisation Mondiale du Commerce... de surtaxer de 100 % le roquefort et donc d'interdire... sa vente sur son territoire » l'installation « au cœur du rayon de Roquefort » d'un Mac Donald's est une « provocation ». Le tract appelle ensuite à réagir, à la fois, et cela est révélateur du discours de la CP, « pour dire Non au bœuf aux hormones », « à l'alimentation standardisée et industrielle », « aux pratiques des USA et de l'OMC ». Il appelle aussi à « affirmer son soutien, à l'agriculture paysanne, à une nourriture diversifiée et saine, aux Appellations d'Origine Contrôlées et notamment le Roquefort ». Refus et propositions cohabitent donc sur ce tract quasiment à égalité de place. Quant au discours, il met bien en valeur l'aspect professionnel du combat puisque la référence au produit qui fait vivre les éleveurs ouvre et clôture le tract, même s'il l'intègre dans un combat plus large. Si « la provocation de la multinationale de la “bouffe” » est dénoncée, l'expression « mal-bouffe » n'est pas présente sur le tract d'appel à l'action, même si le thème de la qualité de l'alimentation est évoqué (mais pas à la première place).

25La date de l'action est judicieusement choisie, au lendemain de l'éclipse qui avait mobilisé les médias mais avant les championnats du monde d'athlétisme : elle est programmée pour le 12 août, à un moment où les médias ont en général peu de sujets de première importance à traiter et où beaucoup de Français sont en vacances. Le mois d'août n'est pas un obstacle à une mobilisation sociale et peut même être favorable à sa médiatisation et à sa transformation en fait politique majeur, comme la lutte des sans-papiers de l'église Saint Bernard l'avait mis en évidence 43. La cible est lisible par tous et des plus symboliques : multinationale américaine de surcroît, dans un lieu qui incarne la « France des terroirs » mais aussi la France contestataire, et rappelle la lutte du Larzac. L'appel au rassemblement évoque le « démontage » du Mac Donald's 44 et le fait que la préfecture aurait été informée du projet de démonter portes et fenêtres 45. Une manifestation regroupe plusieurs centaines de personnes 46 sur le chantier sans que les forces de l'ordre en interdisent l'accès. Certains, à visage découvert, démontent ou cassent une partie des installations, dont le panneau du chantier, pour les amener devant la sous-préfecture de Millau. Sur le chantier sont peintes des inscriptions, « Gardarem Roquefort » (nous garderons le roquefort), « Mac Do defora » (Mac Do dehors), « Mac Do go home » 47, « OGM, non » ; « l'embargo » est dénoncé sur la pancarte du chantier. Les cloisons intérieures et les vitres (sauf une) ne semblent pas avoir souffert, une partie du matériel transporté n'avait pas encore été posée et était stockée dans le bâtiment. Un convoi fort spectaculaire traverse la ville ; devant la sous-préfecture, José Bové intervient pour demander à des manifestants de ne pas jeter les matériaux mais de seulement les déposer comme convenu 48. Une action relativement massive donc pour Millau, avec des non agriculteurs, sans intervention des forces de l'ordre. Une action fortement symbolique, illégale, dans laquelle du matériel a été déplacé ou détruit sans toutefois qu'il y ait de violence physique ni que, malgré les dégâts, réels, on puisse parler de saccage 49.

26Cette action était-elle voulue sur le plan national par la CP ? A-t-elle été entièrement contrôlée par le SPLB localement ? A posteriori, François Dufour a parfois affirmé que cette action était pensée par la direction de la CP ; dans le livre d'entretiens co-signé avec José Bové, il affirme, au contraire, que la CP avait prévu une action de grande envergure, mais pour le mois de septembre à Deauville pendant le festival du film américain. La direction nationale de la CP (en particulier, les dirigeants de l'Ouest) est en fait défavorable aux actions qui entraînent des destructions de matériel 50, même si sous la pression de ses syndicats du sud de la France elle doit parfois couvrir des actions violentes 51. Localement, les dirigeants du SPLB disent assumer cette action dans toutes ses dimensions. Dans une interview au journal Télérama, José Bové l'assure : tout était pensé 52. Il nous semble cependant que ces affirmations doivent être nuancées. Il paraît des plus improbables que la CP ait décidé d'une action de destruction importante de matériel. Quant aux dirigeants du SPLB, nous avons le sentiment que s'ils avaient prévu le démontage et le transport ­ limité à des éléments symboliques du chantier ­, le « démontage » s'est révélé plus important que prévu ; ils ont toutefois décidé d'assumer le geste, d'autant plus qu'il se révélait payant sur le plan médiatique. La CP n'avait pas prévu les réactions tant de la presse que de la justice, les militants locaux mis en cause ont été très surpris, les craintes que l'action se révèle contre-productive ont été vives et des doutes se sont exprimés, pendant un temps, à l'intérieur du syndicat sur le plan national 53.

Le jeu des acteurs, de l'action à l'événement

27Plusieurs facteurs favorisent la médiatisation de l'affaire, la fusion entre Carrefour et Promodès, annoncée peu de temps après, illustre le poids décisif de la grande distribution et la faiblesse des agriculteurs sur le marché face à de tels géants. La gestion maladroite par les pouvoirs publics locaux et la justice des suites à donner à cette action en amplifie la portée. L'habileté tactique et le travail du syndicat ainsi que du principal protagoniste, José Bové 54, accentuent la médiatisation déjà à l'œuvre. Les médias, en effet, ont contribué fortement à faire de cette action un événement politique.

28Dans un premier temps, toutefois, les réactions sont plutôt défavorables aux militants. Dans son édition du 13 août, Midi Libre, journal de la presse quotidienne régionale en situation de force dans cet espace, souligne que « près de 200 éleveurs et militants de gauche et d'extrême-gauche ont patiemment saccagé » le chantier et parle de « guérilla laitière ». Le nombre des manifestants publié est dans la fourchette basse des estimations, la référence aux militants politiques a pour objet de limiter l'ampleur de la manifestation à une tendance politique, l'action est qualifiée de saccage patient donc déterminé, volontaire et méthodique 55. De plus, la presse reprend l'estimation faite par le gérant du Mac Donald's qui évoque, dans un premier temps, un million de francs de dégâts. À ce stade, l'action risque de devenir contre-productive. D'autant plus que les réactions des acteurs locaux sont elles aussi défavorables. Le président de l'interprofession roquefort affirme qu'il ne peut cautionner ce type d'actions et souligne qu'un consommateur peut aller au Mac Donald's à midi et manger du roquefort le soir 56. Le SEB, syndicat rival, souligne qu'il n'est pas resté sans rien faire et que s'il est d'accord avec le fond quant à l'action du 12 août, il n'en accepte pas la forme. Hostile au SPLB, le député-maire de Millau (RPR), Jacques Godfrain, saisit l'occasion, condamne ces « débordements » et affirme que « les actes médiatico-symboliques... ne serviront à rien » 57. La sous-préfecture condamne cette action et le ministre de l'Agriculture, tout en critiquant la décision américaine, refuse les violences. À l'intérieur de la CP, beaucoup, sous le choc de l'annonce du montant estimé des dégâts et du terme de « saccage », sont ébranlés et inquiets. Quant à la justice, suite à la plainte du gérant du Mac Donald's, elle met très rapidement en examen, le 17 août, cinq personnes, quatre paysans et le président de la Fédération régionale des Grands Causses (libéré le jour même). C'est à partir de ce moment que la presse locale adopte un point de vue plus favorable à la cause des paysans, que des acteurs locaux soutiennent les syndicalistes, que cette affaire prend une dimension nationale et que les journalistes font de José Bové un héros positif 58.

29Qu'est ce qui explique cette médiatisation et le soutien que reçoit le SPLB pour une action incontestablement illégale et mal accueillie par certains ? Plusieurs éléments y concourent. Le jeu des acteurs locaux favorise la mobilisation en faveur des paysans. La rapidité et la sévérité de la justice sont critiquées et mises en relation avec sa lenteur et sa mansuétude quand, quelques mois auparavant, des militants du CNJA et de la FNSEA avaient saccagé les bureaux de la ministre de l'Environnement, Dominique Voynet. D'où la dénonciation d'une justice à deux vitesses, plus dure contre la CP que contre la FNSEA. L'incarcération et la demande d'une caution pour libérer les syndicalistes choquent, d'autant plus que la justice met en cause un nombre important de militants locaux. Ces faits permettent à la CP de dénoncer l'« acharnement » dont ferait preuve la justice à son égard. Les pouvoirs publics locaux, eux, jouent de malchance : la présence massive de policiers dans Millau pendant la garde à vue de la première fournée de militants mis en cause et lors de la manifestation de soutien du 19 août est soulignée par la presse locale qui ne se prive pas de rappeler que les forces de l'ordre étaient quasi absentes le 12 août. Ceci permet de mobiliser le thème du refus de la répression, fort vif en ces terres larzaciennes 59. Partis de gauche et syndicats expriment leur solidarité avec les paysans mis en cause. Le 19 août, une manifestation regroupe près de 400 personnes à Millau, qui dénoncent la justice à deux vitesses, soutiennent les revendications du SPLB et ce d'autant plus que certains des membres du syndicat sont adhérents des Verts. Les manifestants jouent cette fois la carte de la bonne humeur et de l'humour avec le slogan « gardez vos mac's, rendez nous nos mecs ». Habilement, le SPLB et la CP veulent dédramatiser, ce qui rend disproportionné le dispositif policier déployé.

30L'attitude de José Bové favorise également l'amplification de l'affaire. Il est absent de son domicile, en vacances, alors que les policiers viennent le chercher, ce qui met les rieurs de son côté. Il ne refuse pas la convocation de la justice mais, avant de se rendre à elle, tient une conférence de presse sur les hauteurs de Millau où, accompagné d'un leader national du syndicat, il peut défendre son point de vue. Incarcéré, il fait le procès de la « mal-bouffe » et dénonce la justice à deux vitesses, qui n'hésite pas à lui passer les menottes qu'il brandit souriant devant les photographes. Enfin, alors qu'il bénéficie d'une libération sous caution, il refuse, avec panache, de payer la caution, ce qui amplifie encore la couverture médiatique dont il bénéficie et les soutiens qui lui sont accordés. Il ne se cantonne pas, cependant, dans une posture de martyr, qui aurait pu nuire à son action, puisque quelques jours plus tard, la caution est versée, grâce à une forte mobilisation mais sans que ce soit le syndicat qui la verse. Militant reconnu par les éleveurs du sud Aveyron, bien qu'il ne soit pas originaire de la région 60, il est aussi en contact avec les réseaux anti-nucléaires et pacifistes depuis son engagement dans la lutte du Larzac. Il apparaît et est présenté aux yeux du plus grand nombre comme un leader, militant obstiné mais fin tacticien, indépendant des politiques et intègre, qui refuse les compromissions, qui sait jouer des actions d'éclat et utiliser les médias pour son combat, sans perdre de vue ni ses objectifs ni les liens tissés avec la base. Il y a là comme un portrait idéal du militant syndical que serait parvenu à incarner, l'espace d'un moment, José Bové et que les médias ont contribué à façonner 61. Sylvain Maresca a mis en évidence les propriétés sociales qui distinguent les dirigeants paysans des autres paysans et le travail qu'ils effectuent pour représenter ce groupe social 62. La comparaison avec l'échantillon sur lequel avait travaillé cet auteur suppose de tenir compte d'un certain nombre de différences intervenues depuis lors tant dans les domaines agricole que politique. Il faut aussi ne pas perdre de vue le contexte local. José Bové n'appartient pas à la génération des Debatisse, Lacombe et Lambert formée par la JAC, génération qui avait pris le CNJA puis la FNSEA. Ce qui n'empêche pas une certaine influence du christianisme : il souligne les apports décisifs pour lui de Jacques Ellul, théologien protestant ; par ailleurs, son épouse fut membre de la Jeunesse étudiante chrétienne et parmi les défenseurs des paysans du Larzac nombreux étaient les catholiques adeptes des luttes non-violentes. Comme François Guillaume, qui fut président de la FNSEA puis ministre de l'Agriculture, il doit sa formation au système scolaire et au militantisme associatif et syndical 63. Tous deux ont un capital culturel et social qui les distingue de la masse des paysans ; mais alors que François Guillaume (comme Bernard Lambert) est issu d'une famille d'agriculteurs, José Bové est un néo-rural qui ne se situe pas à droite politiquement. Né en 1953 près de Bordeaux, il s'est installé en 1976 sur le Larzac en pleine lutte contre l'extension du camp militaire, non sans avoir vécu enfant aux États-Unis, d'où sa connaissance de l'anglais et de la culture américaine. Sylvain Maresca affirme que l'excellence professionnelle distingue les dirigeants et donne droit à représenter le groupe. Si tel a bien été le cas longtemps, la crise du « modèle productiviste » fait de la définition de cette excellence ­ voire même de son existence ­ un enjeu du combat entre la FNSEA et la CP. José Bové travaille dans un GAEC, comme le faisait Bernard Lambert ou des dirigeants de FDSEA, ce qui n'est donc pas une nouveauté mais peut parfois laisser du temps pour militer 64. Ce GAEC a diversifié ses activités, transforme une partie de sa production et pratique la vente directe, autant d'orientations chères au projet d'agriculture paysanne de la CP. Il n'y a donc plus peut-être « excellence professionnelle » mais des éléments d'un projet nouveau qui peuvent constituer des points d'appui, des exemples pour d'autres paysans. Toutefois, José Bové souffrait d'un handicap notoire pour s'imposer sur le plan syndical local et national : il n'est pas fils de paysan. L'incapacité de la FNSEA à apprécier l'apport des néo-ruraux a incontestablement poussé ceux-ci dans les bras du syndicalisme de gauche et a donc renforcé José Bové dans sa proximité avec la CP. Une question reste alors à élucider : comment un tel homme a-t-il pu s'imposer comme défenseur des éleveurs de brebis de la région de Roquefort ? Plusieurs ressorts permettent de mieux comprendre cette capacité à s'intégrer sur le plan local. Tout d'abord, il a fait la preuve pendant près de 25 ans que son projet d'installation était viable et il a contribué à faire revivre un « désert de ruines et de friches ». C'est ce que proclame le président de la confédération roquefort qui précise qu'il n'est pas de gauche 65. Son action militante pendant la lutte du Larzac lui a permis de s'intégrer, de s'enraciner, de tisser des liens. D'autant plus qu'il paraît fort capable de mener un travail militant collectif, comme le montrent les activités du SPLB ou la diversité des signatures dans le journal Le Rayon 66. La défense du roquefort est assurée avec virulence depuis des années, ce qui lui vaut une reconnaissance des paysans locaux, même s'il suscite une forte opposition parmi les responsables de la FDSEA. Cette défense s'est faite avec brio et fort médiatiquement en 1999, y compris aux États-Unis.

31Au delà du Larzac José Bové s'insère dans une des traditions de la gauche paysanne incarnée longtemps par Bernard Lambert. Nous voudrions souligner points communs et différences entre les deux hommes. Tous les deux ont en commun un engagement syndical ancien, sont partisans d'un syndicalisme d'action, tous les deux ont mené un combat politique au sens large et peuvent être classés à gauche. Toutefois, Bernard Lambert, comme nombre de jeunes militants des années 1960-1970, a considéré que l'appartenance à une organisation politique (le MRP puis le PSU) permettrait de faire avancer la cause paysanne et de construire une nouvelle société. José Bové affirme, lui, ne pas vouloir mener une action dans le cadre d'un parti politique ­ comme nombre des militants des années 1990 ­, et se veut indépendant de la gauche gouvernementale. Bernard Lambert se voulait théoricien et a tenté, dans son ouvrage publié en 1970 67, de disséquer les couches sociales paysannes. Plus qu'ouvrage théorique, le « livre » 68 de José Bové est centré sur l'action, dénonce les méfaits du « productivisme » et affirme la possibilité et la nécessité de l'action collective. Les idées popularisées par la CP doivent beaucoup, cependant, à Bernard Lambert qui fut un des premiers à dénoncer, à l'automne 1980, les méfaits du « productivisme » avec la critique des élevages industriels qui administraient des hormones aux veaux. Militant, ancien responsable national de la CP, le leader aveyronnais reçoit avec les autres paysans mis en cause le soutien de son syndicat qui envoie un leader national dès le 19 août à Millau et qui y dépêche une militante pour animer le comité de soutien.

32La Confédération paysanne veut faire de cette action une affaire nationale et l'utilise pour populariser ses idées. Dans ce combat, la bataille des mots est essentielle : la Confédération paysanne doit présenter une image des paysans, du syndicat et de l'agriculture qui lui permette d'obtenir le plus d'appuis possibles de la presse et de « l'opinion publique ». Il lui faut réfuter l'image de l'agriculteur, casseur, demandeur de subventions et de surcroît pollueur, image parfois liée aux manifestations paysannes. Elle dénonce donc la sévérité des sanctions mais, en parallèle avec l'avocat François Roux, très respecté sur le Larzac, son travail se déploie dans deux directions principales. En premier lieu, il s'agit de rendre l'action entreprise présentable : il est donc nécessaire de mener un travail d'euphémisation. José Bové parle du « démontage » et récuse le terme de saccage, François Dufour rappelle que ces hommes ont agi « à visage découvert 69, de manière symbolique et sans violence sur des personnes » 70, François Roux évoque le 31 août, le « déménagement » de certains éléments du chantier. Dès le départ, l'avocat avait dénoncé la trop grande présence policière et insisté sur le fait que José Bové ne voulait pas se soustraire à la justice, qu'il était un syndicaliste et non « un gangster » 71. Ce travail suppose que les actions menées en soutien à José Bové se déroulent dans le calme, d'où les fermes appels au calme et à la sérénité et la crainte d'éventuels dérapages fin août. Ce travail est relayé par la presse qui, si elle veut exprimer de la sympathie pour ces hommes et leur cause, doit, soit montrer qu'ils ne sont pas des casseurs, soit essayer d'expliquer que leur mécontentement est légitime, soit, encore mieux, qu'ils ne sont pas corporatistes mais défendent les intérêts de la société. Dans cette tâche, la CP est aidée par la surestimation des dégâts par le gérant du Mac Donald's, reprise au départ par les journalistes et semble-t-il par la justice. Or, après quelques jours, celui-ci diminue nettement son estimation, ne se constitue plus partie civile alors que le chantier n'a quasiment pas pris de jour de retard.

33Le deuxième versant du travail de la CP vise à politiser, à élargir socialement et politiquement les enjeux de l'action de Millau. Il s'agit de dépasser le combat local et corporatiste, afin d'être entendu par le plus grand nombre, de faire connaître ses propositions et d'obtenir le soutien des syndicats et des partis de gauche. Elle utilise la fusion entre Carrefour et Promodès dans la grande distribution ­ connue, fait du hasard, à ce moment ­, pour montrer la pertinence du combat mené contre la domination de l'agriculture par l'aval. François Dufour relie rapidement la lutte des éleveurs du sud Aveyron à l'opposition de la CP au fonctionnement actuel, jugé trop libéral et favorable aux firmes multinationale de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Attitude classique, il veut faire du procès de l'éleveur du Larzac celui de « la mondialisation », « de l'agro-industrie sans scrupule » et de « la mal-bouffe » 72. Il s'agit donc de soutenir une agriculture paysanne qui produit des aliments de qualité, mais aussi de défendre les consommateurs et tous ceux qui sont confrontés aux conséquences de la politique libérale de l'OMC. Les États-Unis ont selon le leader national de la CP une attitude trop agressive sur le plan commercial, mais celui-ci prend la précaution de refuser tout anti-américanisme systématique 73. Ce positionnement permet un large soutien à José Bové et aux autres syndicalistes, soutien qui vient aussi bien de « la gauche mouvementiste » 74, que du PS, du PCF et des Verts mais encore de courants qui auraient pu s'offusquer d'un combat trop anti-américain, comme la presse hebdomadaire proche de la gauche modérée (L'Événement du jeudi, Le Nouvel observateur). Le silence gêné et la médiocre habileté tactique de la FNSEA ­ qui n'a apporté qu'un soutien tardif et du bout des lèvres à l'agriculteur emprisonné ­ ont permis à la CP de se faire entendre seule, d'être reconnue comme un interlocuteur indispensable et ont évité que le message de la CP ne soit brouillé.

34Les médias ont joué un rôle considérable dans l'amplification de l'affaire et dans sa construction comme événement politique majeur. Ils ont tout d'abord personnalisé l'événement, fait de José Bové un héros positif. Il est dans Midi Libre, du 20 août, le « leader emblématique » de la CP, il devient le « Robin des bois du Larzac » dans Le Monde du 21 août. Son refus, dans un premier temps, d'être libéré sous caution accentue le côté sincère du personnage diffusé par la presse : il lui vaut de nouveaux surnoms 75 et permet que la campagne de la CP soit relayée quasi quotidiennement en France et au delà. Pour Midi Libre, « il a choisi la liberté... de résister ». Libération va plus loin encore, quoiqu'avec plus se sous-entendus, José Bové y est qualifié de « pourfendeur de la “sale bouffe” », de « sous commandant Marcos de la cause rurale », de « Zorro des Causses », de « Croisé anti-Mc Do ». La presse nationale et locale utilisent le personnage pour présenter, le plus souvent avec sympathie 76, un dossier qui sinon, en dehors de la région concernée et des agriculteurs, risquerait de ne pas passionner longtemps leur lectorat. Les médias ont agi dans le même sens que le syndicat, ce qui a renforcé l'efficacité de son travail d'euphémisation et de politisation des enjeux. Midi Libre évoque le 31 août le « raid » contre le chantier et non plus le saccage ; toutefois, selon le journaliste, José Bové n'aurait pas participé aux dégradations commises. Ce journal confirme cette option puisque le 9 octobre 1999, son édition de Millau affirme qu'à part la porte-fenêtre d'entrée, aucune vitre n'a été cassée, ce qui va dans le sens des affirmations des militants de la CP qui refusent le terme de saccage. Le Monde utilise les termes de « démontage », « saccage », « destruction partielle » mais rappelle le précédent du saccage du bureau de la ministre de l'Environnement qui n'avait débouché sur aucune détention préventive. Si l'éditorial de L'Événement du jeudi (9-15 septembre 1999) évoque malgré tout, poids de l'habitude, « la fronde paysanne », c'est pour en tirer « les leçons », en marquer l'importance politique et affirmer que « le mouvement paysan » dessine « une démocratie planétaire ». Dans leur volonté de démontrer que le combat des paysans porte sur un enjeu de société, les médias doivent aller à l'encontre de représentations traditionnelles et donc en signifier l'originalité et les différences par rapport aux luttes précédentes. Le titre de Marianne (30 août-5 septembre 1999) le souligne bien, qui affirme, « Paysans cette fois leur combat est juste ». Il faut présenter des paysans différents, soucieux de la qualité de leur production, qui refusent la pollution, ne sont pas corporatistes et refusent l'action violente. Pour renforcer ce changement d'image L'Événement du jeudi oppose « les deux visages du syndicalisme agricole », la FNSEA dont « la stratégie du libéral-corporatisme » n'hésite pas à recourir à la violence sans être inquiétée et la CP favorable à « une agriculture solidaire et durable », tiers-mondiste et qui recourt à des « happenings bon enfant ». Envers ces paysans différents qui sont prêts à s'allier avec les consommateurs, les médias mobilisent « l'opinion publique », qu'ils ont contribué à forger et font appel aux sondages qui prouvent, évidemment, que « les Français sont solidaires de la contestation paysanne » (Marianne77.

35Construire un événement politique suppose aussi en modifier le traitement journalistique 78. Peu à peu les répercussions de l'action de Millau quittent les pages intérieures des quotidiens nationaux pour être présentées en première page. Des éditoriaux lui sont alors consacrés, qui signifient que l'événement est présenté comme un fait politique majeur.

36Toutefois, le combat de Bové et des siens a été critiqué. Des stratégies de dévalorisation ont tenté de minorer son importance ou de montrer les erreurs de la CP. Localement, le journal de la FDSEA n'a pas parlé de l'action et de ses suites et ses leaders ont tenté d'ironiser sur l'absence de José Bové lorsqu'il était à Seattle pendant le sommet de l'OMC. De rares inscriptions « casseur » ont été ajoutées sur les bombages de peinture affirmant la solidarité avec José Bové. La FNSEA n'a pas tardé non plus à critiquer le côté médiatique et superficiel des actions menées par le syndicat rival et a souligné que l'activiste refusait la vocation exportatrice de la France dans le domaine agricole. Dans les médias, plusieurs types d'arguments ont été mis en avant pour dévaloriser le combat mené. Tout d'abord, les manifestants se seraient trompés d'ennemis : les États-Unis et Mac Donald's ne seraient pas de bonnes cibles et les critiques qui leur seraient opposées renverraient à un anti-américanisme peu réfléchi. Telle est l'argumentation d'André Kaspi, historien, spécialiste des États-Unis dans L'Événement du jeudi (9-15 septembre 1999) ou des publicités de Mac Do, fort confuses, qui entendent montrer que cette société achète ses produits en France, dans des exploitations à taille humaine (Le Monde, 25 novembre 1999). Le côté intègre et déterminé de José Bové agace aussi, par certains côtés, une partie des journalistes. Quand il fait part du fait qu'il ne boit plus de Coca-Cola, le journal Le Monde l'épingle avec ironie 79 ; quand il refuse d'être libéré sous caution Libération suggère qu'il en fait trop et qu'il adopte une « posture » 80. C'est ce jour là que les qualificatifs dont ce quotidien affuble José Bové atteignent des sommets et suggèrent une intransigeance trop grande, il est « le Zorro des Causses », le « croisé anti-Mc Do ». Le spécialiste des questions agricoles du Monde, quand il reprend en main la rubrique agricole (le 28 septembre), affirme que les opérations de la CP « sèment la discorde dans la grande famille paysanne » et « encouragent les surenchères ». Ces manifestants seraient, en effet, excessifs : c'est ce qui est suggéré par Le Monde qui, dans un éditorial du 25 octobre 1999, dénonce « le délire anti-OMC » 81 et renvoie ceux qui s'opposent au fonctionnement de l'OMC dans le camp de Charles Pasqua. José Bové est, encore le 17 novembre, présenté dans le même journal comme partageant des idées avec cette partie de la droite politique. Une interview croisée du principal collaborateur de Charles Pasqua et du leader de la CP est intitulée « deux visions du souverainisme », bien que le leader de la CP y affirme qu'il croit aux solidarités internationales et que la France ne peut jouer seule contre le reste du monde. Avec les pouvoirs publics, la bataille des mots s'est doublée d'une bataille des images. Le premier ministre, Lionel Jospin, interrogé sur le personnage de José Bové, s'inspire d'un ouvrage paru en 1999. Dans La fabrication de l'information, Florence Aubenas et Miguel Bennasayag font une critique du fonctionnement des médias et afin de mettre en évidence que ceux-ci fabriquent des personnages, ils rappellent « la brève et triste histoire de Tarzan » qui lors d'une grève des routiers avait semblé, brièvement, représenter ceux-ci. Or, faut-il y voir un hasard, c'est ce personnage qu'évoque le premier ministre quand on lui demande à la mi-septembre son opinion sur José Bové. La lecture de la suite de l'ouvrage permet de mieux comprendre pourquoi. « Décroché de tout courant politique, sans engagement particulier, le discours excédé de Tarzan n'avait rien de fondamentalement différent de celui du chauffeur du camion d'à côté... Le problème est que Tarzan ne représentait le symbole des routiers qu'aux yeux des journalistes ». Il s'agit bien de renvoyer à l'éphémère, à l'excessif, au non organisé et à l'a-politique le combat de José Bové et de présenter l'homme comme une construction médiatique, quitte à travestir la réalité puisque la grande différence avec « Tarzan » est l'ancienneté de l'engagement syndical. Cette méfiance perdure car alors que le premier ministre doit rencontrer les syndicats agricoles, il est suggéré à la Confédération paysanne que José Bové ne fasse pas partie de la délégation. Celle-ci s'y refusant, le premier ministre fait en sorte qu'aucune photo montrant les deux hommes côte à côte ne soit prise et sort seul pendant que ses interlocuteurs sont priés de rester dans la salle de réunion. Reste que ces stratégies visant à dévaloriser l'image ou le combat de José Bové et de son syndicat ont obtenu peu de résultats 82. Au contraire même, le soutien à ce courant est allé grandissant au fil des jours et des semaines. Quelles sont les raisons qui expliquent l'échec de ces tentatives et l'importance des soutiens obtenus ?

Les dimensions multiples d'une action-événement

37Politisation et euphémisation ont permis de rendre un combat local symbolique et exemplaire à l'échelle du pays, de le « nationaliser ». Reste que pour qu'il entre en phase avec « l'opinion publique » et qu'il en obtienne le soutien, il faut qu'il lui parle et renvoie à des préoccupations qui sont les siennes. Quels sont donc les ressorts qui lui ont permis d'être entendu par « l'opinion publique », par plusieurs segments de la société française 83 et de trouver écho sur le plan international ?

38Indéniablement, le combat a une dimension catégorielle, corporatiste, trop souvent oubliée 84. Nous sommes loin de ce qui fait l'originalité de la Confédération paysanne, la défense des petits et des moyens producteurs, la lutte pour la maîtrise et une juste répartition de la production. Il s'agit d'une action plus classique de défense du produit, de la filière et donc de l'ensemble des producteurs. L'activisme a permis d'affirmer la nécessité de défendre les revendications des producteurs et de toute la filière, voire de demander des mesures compensatoires, même si en réalité les exportations de roquefort vers les États-Unis sont assez limitées. D'où l'écho de cette action dans les campagnes du sud Aveyron 85, le SEB s'affirmant d'accord sur le fond, la Confédération roquefort (l'interprofession), défavorable dans un premier temps à l'action menée, affirmant par voie de presse qu'elle était prête à payer la caution demandée 86. Mais au delà, c'est le « pays » dans son ensemble qui est défendu, d'où les affiches apposées dans les cafés, les commerçants qui refusent de servir du Coca-Cola ou qui le « surtaxent » dans la région, d'où l'appui des syndicats et des associations locales. Cet appui local est mis en scène avec l'apparition de slogans le long des routes dans le Saint-Affricain et sur le Larzac exigeant la libération de José Bové, rappelant les revendications et défendant le syndicat 87. Même le député maire de Millau est obligé de concéder que de cette action peut, peut-être, sortir du bon et demande que Mac Donald's vende des sandwiches au roquefort. Au delà de l'Aveyron, dans les campagnes, le combat de José Bové est relayé par les militants de la CP : il est parfois apprécié par des responsables de FDSEA ou du CDJA, obtient le soutien de la Coordination rurale et semble avoir eu un écho réel parmi les agriculteurs sans que les manifestations ne rassemblent, toutefois, des foules considérables.

39Ce combat a aussi une dimension sociétale qui lui a permis d'être entendu par les citadins. L'habileté et la conviction de la CP l'amènent à refuser le corporatisme et à intégrer son projet d'agriculture paysanne dans un projet de société ; alors que se sont multipliées ces dernières années les révélations sur les dysfonctionnements de l'agro-industrie ­ vache folle, poulet à la dioxine ­ et que les États-Unis dans ce bras de fer veulent imposer le bœuf aux hormones, les idées de la CP sonnent justes et vraies pour les consommateurs urbains. Parmi ceux-ci les classes moyennes supérieures, les intellectuels ­ dont les journalistes ­ y sont très sensibles. La banalisation des produits, leur qualité médiocre, les risques pour la santé de certains produits, les conséquences à long terme du productivisme mais aussi le recul du nombre de paysans que dénoncent la CP ainsi que son souci d'aménager le territoire entrent en phase avec les aspirations de ces couches 88. Les paysans qui défendent la qualité ne sont pas pour eux des nostalgiques ou des passéistes : ils posent des questions de fond et tracent des perspectives d'avenir. Pour Jacques Julliard dans Le Nouvel observateur, « le monde rural est redevenu matrice et symbole » 89 de la société d'aujourd'hui ; pour Dominique Pouchin, « une révolution silencieuse » est à nouveau en marche, qui entend respecter l'environnement et le consommateur 90. Avec humour, Pierre Georges souligne que « ce qui était tenu hier pour une lubie gaucho-riz complet... est devenu prodigieusement contemporain » et d'évoquer « l'extrême gauche rurale rattrapée par la modernité » 91, ce qui explique le regard favorable des médias, qui se veulent experts en « modernité ». La présence de José Bové à Clermont-Ferrand pour un meeting en soutien aux ouvriers de Michelin menacés de licenciements montre que le syndicat s'adresse aux ouvriers et qu'il reste des traces du discours de lutte des classes des années 1970.

40La dimension symbolique à l'œuvre ici est particulièrement riche et fonctionne par couple d'oppositions : produit unique contre produit standardisé, convivialité des repas face à la restauration rapide, région opposée à mondialisation. La gastronomie régionale incarnée par le roquefort ­ produit artisanal, unique, typique d'un terroir, détenteur d'une AOC et phare de l'excellence française dans le domaine culinaire ­ s'oppose à un produit international, indifférencié, banalisé et standardisé. L'art de vivre autour de la table, la sociabilité des repas 92 paraissent aller à l'encontre de la restauration rapide à l'oeuvre dans les Mac Donald's. L'attachement à la région, à ses richesses, à ses particularités et à son histoire semble aller contre le processus de mondialisation tel que l'exprime cette société multinationale qui semble ne pas tenir compte des différences culturelles et tend à uniformiser ces restaurants et par là les paysages urbains de la planète. Mac Donald's représente donc à la fois l'uniformisation culturelle et la grande société capitaliste mondiale.

41Enfin, il y a incontestablement une dimension nationale 93 dans ce combat : la France est opposée aux États-Unis, elle est présentée comme s'appuyant sur l'Europe pour que l'OMC ne s'aligne pas sur une position purement libérale défendue par les États-Unis. L'anti-américanisme latent chez une partie des Français est parfois mobilisé 94. Cette lutte apparaît comme un nouvel épisode du combat des petits contre les grands, roquefort contre Mac Do, agriculteurs contre OMC, France contre États-Unis. C'est cette richesse symbolique qui explique sans doute la diversité des soutiens dont a bénéficié José Bové. Un grand nombre de paysans ont vu en lui un défenseur intransigeant de leurs revendications, les commerçants et artisans un symbole du combat des petits contre la grande distribution. Pour certains intellectuels, il va dans le sens du refus qu'ils expriment de l'uniformisation du monde symbolisée par Mac Donald's. Par ailleurs, aux yeux de nombre de ruraux, le roquefort est bien préférable au sandwiches de Mac Do. Quant aux urbains, ils se sont sentis concernés par le débat sur la qualité de l'alimentation. Le ministre de l'Agriculture s'en est saisi pour faire front commun avec les Européens dans les négociations de l'OMC à venir. L'extrême droite a perçu en lui le représentant de ceux qui refusent le mondialisme, destructeur selon elle de l'identité culturelle de la France. À la « gauche mouvementiste », il est apparu comme un militant de gauche intègre et indépendant, rejoignant son combat contre le fonctionnement de l'OMC et la puissance des États-Unis. Les Verts, eux, se sentent très proches du refus du productivisme et des préoccupations environnementales de la CP. La volonté de ce syndicat de poser les problèmes à l'échelle internationale et de défendre l'idée d'une solidarité internationale des paysans et des citoyens lui a permis de recevoir des appuis de nombreux pays et de jouer un rôle de premier plan dans la lutte contre le fonctionnement de l'OMC à Seattle 95.

42L'action menée à Millau a permis à la Confédération paysanne d'apparaître comme l'un des catalyseurs de la mobilisation des associations, ONG et syndicats contre le sommet de l'OMC de Seattle (30 novembre-4 décembre 1999). Plusieurs faits ont été mis en évidence, l'aspect international de la mobilisation, la diversité des organisations qui y ont participé ainsi que le fait qu'écologistes et syndicalistes américains puissent manifester ensemble, aux côtés ­ qui plus est ­ de syndicats ouvriers ou paysans d'Inde ou de France. Dans le numéro d'octobre de sa revue, la CP se donne comme objectif (qui paraît alors fort irréaliste) de désarmer l'OMC et proclame que « la résistance au libre-échange se mondialise ». Derrière le slogan « le monde n'est pas une marchandise », les diverses sensibilités hostiles au libéralisme économique s'unifient. La CP a joué un rôle décisif dans la capacité de ces courants fort divers à intéresser les citoyens à des débats économiques complexes, à interpeller l'OMC, à troubler le fonctionnement du sommet et à en révéler le fonctionnement réel. La détermination des manifestants, leur capacité à utiliser les outils modernes de communication, à expliquer et à médiatiser leurs actions ont surpris. Sa pratique de l'anglais, son goût affirmé pour certaines pâtisseries américaines, son refus de se dire anti-américain 96 et les 230 kilogrammes de roquefort apportés aux États-Unis et partagés avec des farmers ont permis à José Bové de faire largement entendre les idées des opposants à ce sommet. L'incapacité du sommet de l'OMC à déboucher sur un accord s'explique par la force de la contestation, les désaccords entre les délégations européenne et des États-Unis ainsi que par le mépris manifesté vis à vis des pays en voie de développement. La délégation française pouvait néanmoins difficilement céder sur certains des thèmes popularisés par la CP 97. La dénonciation des méfaits du libéralisme s'est poursuivie en Suisse lors du forum économique mondial de Davos, le 29 janvier 2000. Alors qu'il était, cette fois invité, seul, à participer aux débats, José Bové a manifesté avec plusieurs centaines d'opposants à la « marchandisation du monde » 98.

* * *

43Grâce à une action au départ professionnelle, la Confédération paysanne a pu, en élargissant et politisant son discours, toucher le plus grand nombre, retenir l'attention des médias et alimenter le débat politique plus que ne l'ont fait souvent des syndicats plus puissants. Les ressources dont disposaient José Bové ont favorisé la médiatisation de son discours. L'ampleur et la diversité des appuis dont celui-ci a bénéficié s'expliquent par les dimensions de l'action menée et par le jeu des différents acteurs tant locaux que nationaux et ne sauraient être ramenées à une nouvelle expression d'un anti-américanisme latent en France. La Confédération paysanne a bien la volonté d'élaborer un nouveau projet qui réponde à la crise de l'agriculture productiviste, soit en phase avec les attentes de la société et affirme la nécessité de la solidarité pour que le plus grand nombre des paysans conservent leur activité. Elle proclame le droit à l'auto-suffisance alimentaire des peuples du sud. Elle pense son combat comme politique et international car elle refuse le libéralisme économique et plaide pour une mondialisation de la résistance au libre échange. Les manifestations en marge du sommet de l'OMC à Seattle lui ont permis de renforcer les liens déjà noués. Un certain nombre de défis se posent toutefois à elle. Pourra-t-elle profiter du capital de sympathie qui s'est affirmé et renforcer ses rangs encore clairsemés ? Parviendra-t-elle à conserver sa dynamique revendicative et contestataire tout en élaborant propositions et contre-projets ? Reste que l'année 1999 s'est achevée sur un paradoxe : c'est un syndicat paysan, et non une quelconque internationale ouvrière ou écologiste, qui a joué un rôle primordial dans la critique de l'Organisation mondiale du commerce et de son fonctionnement.

Haut de page

Notes

1 Un grand merci à Jean-Luc Mayaud et Jacques Rémy qui ont bien voulu lire et critiquer ce travail.
2 Isabelle SOMMIER, dans La violence politique et son deuil. L'après 68 en France et en Italie, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998, 253 p. Isabelle Sommier rappelle combien les débats politiques des gauches des années 1970 s'exprimaient en des termes bien différents que dans les années 1980-1990.
3 La CP de ce point de vue est à rapprocher des mouvements sociaux des années 1990 qui intègrent les médias dans leur stratégie et privilégient les moyens d'action symboliques et spectaculaires (SUD, DAL, AC, Droits Devant...). Voir en particulier : Ivan SAINSAULIEU, « La Fédération solidaire unitaire démocratique des PTT (SUD-PTT), creuset d'une contestation pragmatique », dans Revue française de science politique, volume 48, n° 1, février 1998, pp. 121-141.
4 Patrick CHAMPAGNE, Faire l'opinion, le nouveau jeu politique, Paris, Éditions de Minuit, 1990, 314 p.
5 Vision que l'on retrouve aussi fréquemment dans l'analyse des partis politiques : Michel OFFERLÉ, Les partis politiques, Paris, Presses universitaires de France, 1987, 125 p.
6 Philippe GRATTON, Les paysans français contre l'agrarisme, Paris, Librairie François Maspéro, 1972, 223 p.
7 Pierre BARRAL, Les agrariens français de Méline à Pisani, Paris, Librairie Armand Colin, 1968, 386 p. Le récent colloque de l'Association des ruralistes français (Lyon, octobre 1999) est revenu sur la notion d'agrarisme en France et en Europe ainsi que sur les organisations agrariennes ou opposées à l'agrarisme. Actes à paraître courant 2001.
8 Sur l'utilisation du terme paysan, voir : Pierre BARRAL, « Note historique sur l'emploi du terme paysan », dans Études rurales, n° 21, avril-juin 1966, pp. 72-80.
9 D. BARRES, Françoise BOURQUELOT, François COLSON et Henri NALLET, La JAC et la modernisation de l'agriculture, Paris, Marcel Rivière, 1980, 300 p.
10 Il faut comprendre le terme au sens de bas revenus et de perte d'indépendance dans le travail. Michel DEBATISSE, La révolution silencieuse, Paris, Calmann Lévy, 1963, 275 p. ; Bernard LAMBERT, Les paysans dans la lutte des classes, Paris, Éditions du Seuil, 1970, 190 p.
11 René BOURRIGAUD, « La Loire-Atlantique, creuset du pluralisme syndical », dans Pierre COULOMB, Hélène DELORME, Bertrand HERVIEU, Marcel JOLLIVET et Philippe LACOMBE [dir.], Les agriculteurs et la politique, Paris, Presses de la Fondation nationale de science politique, 1990, pp. 370-386.
12 Le nom fait référence à la CGPT (Confédération générale des paysans travailleurs) proche du PCF, avant-guerre, que la thèse de Philippe Gratton (1969) a permis de redécouvrir. Il s'agit là d'inscrire son combat dans une tradition tout en se différenciant des adversaires, voir : Michel OFFERLÉ, Sociologie des groupes d'intérêt, Paris, Montchrestien, 1998, 158 p.
13 Bernard LAMBERT, Les paysans dans la lutte des classes, ouv. cité.
14 En 1976, les PT comptent 1 849 adhérents, dont plus de 1 000 sont issus du grand Ouest et leur journal, significativement intitulé Vent d'ouest a 3 015 abonnés. Archives des PT, Préparation des journées nationales de Poissy de 1976 (répartition des mandats), Centre d'histoire du travail, Nantes. Le mouvement s'affaiblit à la fin des années 1970, ce dont témoigne le nombre d'abonnés à Vent d'ouest qui n'est plus que de 2 596 en 1980 (Collectif national du 13 mai 1980, Centre d'histoire du travail, Nantes) ; le mouvement a de plus subi une scission et n'a pas réussi à agréger tous les groupes départementaux qui ont rompu avec la FNSEA.
15 Rose-Marie LAGRAVE, « Les gauches syndicales (MODEF, CNSTP, FNSP) », dans Pierre COULOMB, Hélène DELORME, Bertrand HERVIEU, Marcel JOLLIVET et Philippe LACOMBE, Les agriculteurs et la politique, ouv. cité, pp. 355-370.
16 Pierre DUBOSCQ, « 1983 : une élection professionnelle pour une épreuve de force politique », dans Pierre COULOMB, Hélène DELORME, Bertrand HERVIEU, Marcel JOLLIVET et Philippe LACOMBE, Les agriculteurs et la politique, ouv. cité, pp. 542-550.
17 Pour une analyse du syndicalisme agricole en terme de champ, voir : Ronald HUBSCHER et Rose-Marie LAGRAVE, « Unité et pluralisme dans le syndicalisme agricole, un faux débat », dans Annales, économies, sociétés, civilisations, n° 1, janvier-février 1993, pp. 109-134.
18 Ils l'ont parfois créé et maintenu en vie, la CP de l'Aude est ainsi issue du Syndicat montagne de l'Aude, syndicat de néo-ruraux de la montagne audoise selon un opposant à ce syndicat (Nouvelles campagnes).
19 La CP s'est intéressée à ces installations « hors normes » (près de 30 % au plan national au début des années 1990, plus dans le Sud et l'Ouest). Un militant de la CP très actif dans l'Association départementale pour le développement de l'emploi agricole et rural de l'Hérault (ADDEARH) a participé à l'organisation du premier congrès des installés non aidés en agriculture le 27 février 1997 à Nîmes : Campagnes solidaires, n° 105, février 1997 et n° 119, mai 1998. Effet de la reconnaissance des pouvoirs publics, ces installations « hors normes » sont dites « progressives » et tiennent un congrès national, à Nîmes, le 11 mai 1999 : Campagnes solidaires, n° 131, juin 1999. Sylvain MARESCA, « La réussite d'une politique. Interrogations sur les effets sociaux des incitations publiques », dans Cahiers d'économie et de sociologie rurales, n° 6, 1988, pp. 6-40 ; Jacques REMY, « Les sans-dot de l'agriculture : faut-il aider les installations sans aide ? », dans Économie rurale, n° 238, mars-avril 1997, pp. 33-37.
20 Jean Philippe MARTIN, « Syndicats agricoles et sociétés paysannes, les analyses des gauches paysannes après 1945 », dans Annie ANTOINE [dir.], Campagnes de l'Ouest. Stratigraphies et relations sociales dans l'histoire. Actes du colloque de Rennes, 24-26 mars 1999, Collection histoire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1999, pp. 153-169.
21 Des néo-ruraux jouent un rôle important à la direction de ce mouvement dans l'Ariège, l'Aude, l'Hérault, l'Aveyron, la Lozère... réussissant parfois à tisser des liens très étroits avec des jeunes natifs de ces départements. Toutefois, leur influence est probablement plus forte dans les départements du Midi de la France que dans le nord du pays.
22 Le titre du Rapport d'orientation du congrès de Vesoul en 1999 est intitulé « Contre la dictature des marchés, des paysans nombreux pour une Europe solidaire ».
23 Rapport d'orientation, 1987 et Rapport d'orientation de 1988 à 1999, Confédération paysanne.
24 Cette réflexion est stimulée quand Edgar Pisani et le groupe de réflexion qu'il a constitué (groupe de Seillac) qui, fait extraordinaire voit cohabiter des dirigeants FNSEA et CP, trace des pistes d'avenir allant dans ce sens. GROUPE DE SEILLAC, Agriculture, société et territoires. Pour une politique européenne, Paris, Fondation pour le progrès de l'homme, 1993, 29 p. Courte analyse dans : Jean-Philippe MARTIN, « Les modèles d'exploitants agricoles diffusés par le syndicalisme agricole », dans Cahiers de l'économie méridionale, n° 19, 1995, Montpellier, p. 53.
25 Rapport d'orientation du congrès de Clermont-Ferrand, 1990, p. 1.
26 L'intérêt de ne pas rester à un travail d'analyse au niveau national a été mis en évidence par le travail sur les réseaux du parti socialiste de : Frédéric SAWICKI, Les réseaux du parti socialiste. Sociologie d'un milieu partisan, Paris, Belin, 1997, 335 p.
27 Daniel CROZES, Raymond Lacombe, un combat pour la terre, Rodez, Éditions du Rouergue, 1992, 318 p.
28 Roger LE GUEN, « Les élections aux chambres d'agriculture du 31 janvier 1995 », dans Économie rurale, n° 237, janvier-février 1997, pp. 30-36.
29 Reste que ce soutien fut parfois assez réservé : lors de la marche sur Paris en janvier 1973, la FDSEA du département n'accompagna le défilé que jusqu'à Orléans. Daniel CROZES, Raymond Lacombe..., ouv. cité, p. 171.
30 Il ne faut cependant pas surestimer les bénéfices organisationnels tirés par les PT de leur soutien aux paysans du Larzac. En 1976, le département de l'Aveyron compte dix adhérents aux PT et douze abonnés à Vent d'ouest (Centre d'histoire du travail, Nantes).
31 En 1983, la CNSTP tiendra son congrès à Millau, au pied du Larzac.
32 Celui-ci se rapproche alors nettement de la FDSEA de l'Aveyron.
33 Il n'est pas jusqu'à des responsables locaux de la FDSEA qui sont abonnés à cette publication ; en juin 1999, le CDJA envoie même à cette revue un article que la FDSEA n'avait pas voulu publier.
34 Jean Philippe MARTIN, « La Confédération paysanne entre contestation traditionnelle et nouvelles propositions », dans Sciences de la société, n° 45, octobre 1998, pp. 27-44.
35 Soit, un néo-rural et un natif ; l'un vivant sur le Larzac, l'autre dans une vallée proche du Tarn, leaders connus mais le secrétaire de la CP dans le département était issu d'une autre région.
36 Isabel BOUSSARD, « Une bonne image de marque », dans Pierre COULOMB, Hélène DELORME, Bertrand HERVIEU, Marcel JOLLIVET et Philippe LACOMBE, Les agriculteurs et la politique, ouv. cité, pp. 504-508.
37 Patrick CHAMPAGNE, Faire l'opinion..., ouv. cité, p. 10.
38 Tout à fait significatif est le traitement du journal Le Monde : l'« affaire Bové » est suivie avec sympathie par Jean-Paul Besset qui n'est pas un « spécialiste » des problèmes agricoles mais travaille sur le Sud-Ouest ; un autre journaliste, Dominique Bouchin, publie deux pages elles aussi fort favorables et trace des portraits de ces nouveaux paysans ; François Grosrichard, spécialiste habituel des questions agricoles au Monde, écrit lui le 28 septembre un article beaucoup plus critique tant sur l'action que sur les idées défendues par la CP.
39 On notera cependant que dans l'Ouest, au départ, sont privilégiées manifestations et rassemblements (Rennes, 18 avril 1998), alors que dans le Sud-Ouest (janvier 1998, Lot-et-Garonne, destruction de semences de maïs transgénique) et le Sud-Est (juin 1999, Hérault, destruction de riz transgénique), les actions spectaculaires et illégales sont utilisées. Répertoire d'actions qui peut être ensuite réutilisé dans l'Ouest (10 juillet 1999, Morbihan, fauchage d'une parcelle OGM, dans Campagnes solidaires, n° 133, septembre 1999).
40 En s'inspirant de Paul Ariès, venu peu de temps avant à Millau, auteur d'un pamphlet, Petit manuel anti-Mc Do à l'usage des petits et des grands, Villeurbanne, Éditions Golias, 1999, 96 p.
41 Les temps ont changé, le syndicat ne parle plus de travailleurs, de prolétaires ou d'exploités.
42 Le tract distribué le jour de l'inauguration, le 20 septembre, confirme cet aspect puisque « la mal-bouffe à la sauce américaine » est considérée comme « l'opposé de notre gastronomie » (souligné par nous).
43 Christian, militant associatif et politique (Millau).
44 Entretiens avec X, militant associatif et Y, militant de la CP, Millau, le 1er mars 2000. Le premier a souligné l'ambiguïté du terme de « démontage », le second a évoqué une volonté « d'entraver les travaux », en insistant sur l'aspect symbolique de l'action envisagée.
45 José BOVÉ et François DUFOUR, Le monde n'est pas une marchandise. Des paysans contre la malbouffe. (Entretiens avec Gilles Luneau), Paris, Éditions la Découverte, 2000, 239 p. (pp. 15-16).
46 Les estimations font état de 200 à 300 personnes, selon les sources.
47 Les slogans font référence à la lutte du Larzac ; l'utilisation de la langue d'Oc inscrit cette action dans une dimension régionale. L'« anti-américanisme » qui resurgit là détourne un slogan des mobilisations hostiles à la guerre de Corée ou à l'intervention américaine au Viet-Nam.
48 Entretien avec X, cité.
49 Pour une critique argumentée du traitement par la justice locale de cette affaire voir l'article de : Pierre JACQUIN, « L'ordre public troublé par la justice », dans Justice, Syndicat de la magistrature, n° 162, novembre 1999.
50 Nathalie DUCLOS, Les violences paysannes sous la Ve République, Paris, Economica, 1998, 281 p.
51 Un dirigeant national de la CP est ainsi amené à couvrir, un peu surpris, une action des Comités d'action viticoles qui ont répandu une grande quantité de vin importé à Brest en 1991.
52 Télérama du 9 février 2000. José Bové y présente l'action de l'été 1999 comme maîtrisée, tout en soulignant les erreurs des « autorités » et la présentation excessive de l'AFP qui parle de « saccage ». Il affirme que les images liées à ce combat et à ceux qui l'ont suivi ont été « construites ».
53 José BOVÉ et François DUFOUR, Le monde n'est pas une marchandise..., ouv. cité, p. 19 et p. 34 ; entretiens avec X et Y, cités.
54 Celui-ci aurait, pour reprendre en la dépassant l'opposition signalée par Rose-Marie Lagrave, à la fois les qualités d'un leader charismatique et celles d'un dirigeant-expert médiatique : Rose-Marie LAGRAVE, « Les gauches syndicales... », art. cité, p. 369.
55 « Saccage », « mise à sac » ou « sac » sont les expressions qui reviennent le plus au départ dans la presse pour qualifier l'action ; mais l'article du Monde du 28 août évoque dans le corps de l'article « l'initiative musclée » de la CP.
56 Le Midi libre, 19 septembre 1999.
57 Le Midi libre, 13 août 1999 et Le Progrès saint-affricain.
58 Florence AUBENAS et Miguel BENASAYAG, La fabrication de l'information, Paris, Éditions la Découverte, 1999, 110 p. Voir en particulier p. 17 : « Des journalistes en quête de personnages ».
59 Pierre Jacquin considère, lui aussi, que ce sont les syndicalistes qu'on a voulu poursuivre, critique la « disproportion des moyens matériels et judiciaires employés », se demande « où est le million de dégâts ? » et dénonce des méthodes qui rappellent, selon lui, la loi anticasseurs : Pierre JACQUIN, « L'ordre public troublé par la justice », art. cité, pp. 6-9.
60 Si lors des élections aux chambres d'agriculture de 1989 la FDSEA n'avait pas hésité, par allusion, à signaler qu'à la CP se trouvaient nombre de néo-ruraux, cet argument n'a pas été utilisé, à notre connaissance, en 1995.
61 On notera que ce portrait idéal est plus proche de celui du militant anarcho-syndicaliste du début du siècle ou des militants de SUD, AC... des années 1990 que de celui du « cégétiste » des années 1930-1960. Bien évidemment la réalité est plus complexe que ne le laisse supposer ce portrait, mais la logique de la situation et les effets de ce portrait poussent les acteurs à tenter de s'y conformer.
62 Sylvain MARESCA, Les dirigeants paysans, Paris, Éditions de Minuit, 1983, 295 p.
63 Ibidem, p. 151.
64 Ibidem, p. 220, pour un ancien dirigeant de la FDSEA de Meurthe-et-Moselle ; Yves CHAVAGNE, Bernard Lambert, 30 ans de combat paysan, Quimperlé, Éditions la Digitale, 1988, 284 p., pour Bernard Lambert.
65 Le Monde, 1er janvier 2000.
66 L'article de Télérama déjà cité montre bien la volonté du leader d'inscrire son action dans une réflexion et une mobilisation collectives, même si parfois le jeu des « je » et des « nous » est défavorable aux « nous ». Le livre paru fin février 2000 est signé de José Bové et du responsable national de la CP (François Dufour).
67 Bernard LAMBERT, Les paysans dans la lutte des classes, ouv. cité.
68 José BOVÉ et François DUFOUR, Le monde n'est pas une marchandise..., ouv. cité.
69 Lors d'un entretien il y a quelques années, un militant des Comités d'action viticoles, dont les méthodes d'action étaient parfois fort violentes, nous avait signalé qu'un jour interrogé, et déstabilisé, par un journaliste de la presse étrangère qui lui demandait en quoi les hommes des CAV n'étaient pas des terroristes, il avait après réflexion souligné qu'ils agissaient à visage découvert.
70 Le Monde, 20 août 1999.
71 Le Midi libre, 20 août 1999.
72 Le Monde, 20 août 1999.
73 En cette fin de XXe siècle, toute critique de tel ou tel aspect de la politique des États-Unis ou de tel point du « modèle américain » tend à être renvoyé à un anti-américanisme poltron, erroné et désuet. C'est peut-être oublier un peu vite que ces critiques ont souvent été alimentées par des auteurs, des sensibilités et des mouvements nés aux États-Unis.
74 Cette expression utilisée après décembre 1995 par certains journalistes du Monde désigne les courants politiques d'extrême-gauche, voire une partie du PCF et des Verts et les syndicats les plus actifs et les plus indépendants du PS. Soit des courants aux contours flous qui se réfèrent au mouvement social et à sa capacité de transformation sociale et critiquent la gestion par le gouvernement socialiste après 1997 jugée trop libérale.
75 Éditions du 3 septembre 1999. À notre connaissance, la presse française n'a pas utilisé, avant décembre, la comparaison avec Lech Walesa que The Times a faite (6 décembre 1999) ­ Bové « seems like a french reincarnation of Poland's Lech Walesa » ­ comme si malgré la présence d'une moustache bien en vue, des réserves politiques l'avaient empêché de comparer cette lutte avec le combat anti-totalitaire mené en Pologne. Cette légitimation par la presse américaine semble autoriser la presse française à reprendre cette image. Dans Le Monde du 1er janvier 2000, le journaliste se sent, toutefois, obligé d'ajouter que c'est seulement « en se fiant aux apparences » qu'il faudrait le comparer à Lech Walesa. Notons aussi que s'il fut qualifié de « Zorro » voire d'« Astérix » par la presse française afin de souligner la disproportion des forces en présence et le caractère national du combat mené, personne, y compris parmi ceux qui lui sont opposés, ne l'a qualifié de « Don Quichotte ».
76 Le Figaro publie lui aussi une interview de José Bové après sa libération.
77 Marianne, 30 août-5 septembre 1999.
78 Patrick CHAMPAGNE, Faire l'opinion..., ouv. cité.
79 Le Monde, 29 septembre 1999, Pierre Georges l'affirme, José Bové fait un peu trop son « intéressant ».
80 Libération, 3 septembre 1999.
81 Visiblement il y a eu comme une inflexion puisque l'éditorial du Monde du 5-6 décembre change de ton et d'idée sans en expliquer les raisons. Il évoque « la victoire de Seattle » remportée par les manifestants et les ONG qui ne veulent pas, dit-il, que l'opinion soit laissée à l'écart des grands débats et plaident, comme José Bové mais à la différence de Charles Pasqua, souligne le journal, pour un monde ouvert, qui ne soit pas réduit à une marchandise. Pour rendre compte de ses propres hésitations, l'éditorial affirme que les ONG « avaient compris avant tout le monde » qu'« il y avait dans Seattle un pari fou ». L'erreur d'appréciation du journal est donc minorée puisque « tout le monde » s'est trompé. Pourquoi ? Personne n'en saura rien. Qui est « tout le monde » ? Le mystère demeure entier.
82 L'ultime version de cet article précède le Salon de l'agriculture de Paris (27 février-5 mars 2000) et la rencontre du 15 mars entre Lionel Jospin, son suppléant dans sa circonscription de Haute-Garonne, Patrick Lemasle, et José Bové (note de la rédaction).
83 Il faut toutefois noter que si « l'opinion » est favorable à ce combat (Marianne, du 30 août-5 septembre 1999), les manifestations regroupent, sauf en Aveyron, peu de monde, Jean Paul Besset le souligne dans Le Monde et parle de soutien par procuration, faisant allusion à ce qui avait été observé lors des grèves de 1995.
84 Même pendant leur voyage aux États-Unis, avant et pendant le sommet de Seattle, José Bové et A. Soulié n'oublient pas de défendre et de mener campagne en faveur du Roquefort. Ils s'y rendent avec de nombreux fromages réalisant de fait une vigoureuse campagne publicitaire, mondiale de surcroît, qui renforce leur influence en sud Aveyron et que reconnaissent à l'interprofession certains de ceux qui s'étaient quelquefois heurtés à eux.
85 La manifestation le jour de l'inauguration réunit encore plusieurs centaines de personnes à Millau.
86 En fait il n'en sera rien, ce que n'oublie pas de signaler le SPLB dans un communiqué paru en septembre dans un petit hebdomadaire local, très lu, Le Progrès saint-affricain.
87 Un des plus humoristiques demande que la médaille du Mérite agricole soit décernée à José Bové.
88 À noter qu'au moment où cette action et ses suites occupent le devant de la scène, un film, C'est quoi la vie ? répond à la question-titre en montrant un retour vers les Causses (Le Figaro, 8 septembre 1999).
89 Le Nouvel observateur, 9-15 septembre 1999.
90 Le Monde, 23 septembre 1999. L'auteur fait allusion à l'ouvrage de Michel Debatisse : Michel DEBATISSE, La révolution silencieuse, ouv. cité.
91 Le Monde, 4 septembre 1999.
92 Cette sociabilité du repas n'est évidemment pas propre à l'Aveyron ni même à la France, reste qu'elle y garde une importance marquée.
93 Qui explique le soutien de l'extrême droite nationaliste bien que la CP n'utilise pas un discours nationaliste étroit et refuse toute xénophobie.
94 Il semble plus présent parmi les militants aveyronnais que dans le discours national de la CP.
95 La préparation par la CP et le rôle qu'elle a joué pendant le sommet de l'OMC à Seattle mériterait une étude en soi, plus approfondie. Pour le point de vue des opposants à ce sommet voir : Susan GEORGE, Le Monde diplomatique, janvier 2000.
96 The Times, 6 décembre 1999. Il y affirme qu'il est hostile à la globalisation incontrôlée et non aux États-Unis.
97 Dont certains sont aujourd'hui repris par la FNSEA, les chambres d'agriculture, voire même le ministère de l'Agriculture.
98 Le Monde, 1er février 2000.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Philippe Martin, « La Confédération paysanne et José Bové, des actions médiatiques au service d'un projet ? », Ruralia [En ligne], 06 | 2000, mis en ligne le 22 janvier 2005, consulté le 30 mars 2017. URL : http://ruralia.revues.org/142

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page