Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Ronald HUBSCHER et Jean-Claude FARCY [dir.], La moisson des autres. Les salariés agricoles aux XIXe-XXe siècles. Actes du colloque international de Royaumont, 13-14 novembre 1992, Rencontres à Royaumont, Paris, Éditions Créaphis, 1996, 368 p.

Claude-Isabelle Brelot

Entrées d'index

Chronologique :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Beau titre, grand sujet, pléiade de spécialistes français et étrangers... : et l'histoire rurale serait en crise ! Il faut se réjouir que Ronald Hubscher ait pu publier les actes du colloque organisé les 13 et 14 novembre 1992 par le Centre d'histoire de la France contemporaine (Université Paris X-Nanterre) dans le cadre des Rencontres de Royaumont. Le livre, des plus réussis, agrémenté d'illustrations toujours pertinentes et puisées dans les meilleures collections de cartes postales, vient poursuivre la série des Rencontres de Royaumont.

2L'ambition est claire : il s'agit de sortir de l'oubli l'une des catégories sociales les plus méconnues de l'histoire, le prolétariat rural. L'enjeu fait que cet ouvrage ne retiendra pas seulement l'attention des historiens, mais aussi celle de tous les chercheurs des sciences sociales impliquées dans l'étude des sociétés rurales. Ceux-ci apprécieront la finesse de l'analyse par laquelle Ronald Hubscher, en introduction, explique la marginalisation du salariat agricole : la précarité économique n'est pas seule en cause, mais aussi la communauté scientifique, sensible à l'idéologie dominante de l'unicité paysanne, et les acteurs politiques et sociaux, longtemps fascinés par le modèle de la petite exploitation agricole

3La première partie de l'ouvrage mobilise les acquis d'une histoire sociale bien comprise afin de dessiner les contours du groupe. Sa lecture démentirait, s'il le fallait, la crise de cette spécialité, tant elle convainc de l'intérêt et de la fécondité de la démarche. L'étude des témoignages qualitatifs des récits de vie et des romans, due à Gilbert Garrier, est équilibrée par la cartographie sérielle réalisée par Jean-Luc Mayaud et par Jean-Claude Farcy, le livre récapitulant au fil des contributions successives les principaux éléments des statistiques agricoles de 1852, 1862, 1882, 1892 et 1929, des enquêtes agricoles de 1866 et 1910 comme du recensement de 1851. Si les monographies départementales se taillent une belle place ­ diversité de la province française du XIXe siècle oblige ­, de la Bourgogne de Pierre Lévêque à la Basse-Normandie de Gabriel Désert et au Beaujolais de Pierre Goujon, l'approche sectorielle n'est pas négligée, avec l'enquête conduite par Françoise Bourquelot sur la main-d'œuvre saisonnière dans deux secteurs de pointe ­ la culture de la betterave sucrière des années 1860 et la culture légumière hors sol et sous verre des années 1975. Macro-histoire et micro-histoire sont sollicitées l'une et l'autre, croisant leurs éclairages, d'Anse-en-Beaujolais à l'exploitation des séries statistiques nationales. Enfin l'approche régionale « à la française » trouve une nouvelle légitimité dans les comparaisons européennes, avec la Catalogne de Ramón Garrabou Segura et Enric Saguer et la plaine du Pô de Franco Cazzola.

4L'étude des salariés agricoles, il est vrai, pose un vrai problème historique tant ils demeurent à la fois incontournables et insaisissables. L'historien retrouve sa vocation à décrire les réalités sociales : flous sont les contours d'une catégorie qui rassemble aussi bien les journaliers-propriétaires que les authentiques prolétaires sans terre et qui compte bien des nuances. Le détail des nomenclatures catalanes, le tableau des rythmes saisonniers du travail publié par R. Garrabou et E. Saguer, l'analyse statistique des variantes régionales de la population active agricole selon le recensement de 1851 répondent à cette nécessité de méthode. Autre impératif, la périodisation, puisque « la classe dangereuse » des ouvriers agricoles semble naître, s'affirmer puis décliner en un siècle. Le défi de la mobilité sociale est relevé, et Jean-Luc Mayaud formule l'hypothèse d'« un mouvement de sortie par le haut du salariat agricole » au cours du dernier tiers du XIXe siècle : l'érosion numérique et la prolétarisation du salariat agricole ont pour contre-partie la promotion de ceux qui se hissent dans les rangs des petits propriétaires ruraux. Deuxième résultat, qui contribue lui aussi à expliquer que les ouvriers agricoles aient été les grands oubliés de l'histoire rurale : comme la pluri-activité ­ et ce rapprochement est frappant ­, le salariat est bien souvent une condition transitoire, le temps d'une jeunesse, d'une émigration ou d'un remboursement de dette. Voilà qui conduit à réévaluer fortement l'incidence de la mobilité sociale dans le monde rural européen du XIXe siècle.

5La deuxième partie du livre, elle, marque un retour à l'étude des révoltes sociales et des conflits de classe ­ et cet infléchissement vaut d'être relevé. Conflits qui expriment la frustration des laissés pour compte de la modernisation des campagnes et de la « déprolétarisation » (Alain Plessis) de la paysannerie française, bref de la mobilité triomphante. Aussi demeurent-ils souvent dans l'individuel, avec la rupture de contrat étudiée par Yvonne Crebouw, ou dans l'informel, et la délinquance apparaît comme une forme de recours, comme le souligne Frédéric Chauvaud. Nadine Vivier, elle, offre un nouvel exemple d'opposition sociale face aux usages collectifs, cette fois en Picardie. La démarche de Francis Arzalier pose la question de la continuité des formes de violence salariale, de la fin du XVIIIe siècle au XXe siècle. L'étude de l'affirmation d'une conscience sociale et de l'organisation des luttes se nourrit des contributions attendues de Jean Sagnes et de Michel Pigenet, auteur d'une thèse consacrée aux bûcherons du Centre. Manuela Martini revient sur l'histoire de la Federterra, pivot du mouvement paysan italien avant 1914 ; elle souligne, entre autres, qu'en Émilie-Romagne l'identité collective de l'ouvrier agricole s'est constituée en relation avec les couches moyennes de la société rurale et pas seulement dans le face à face avec les grands propriétaires et les gros fermiers. Yves Rinaudo et Jean-Claude Farcy livrent des pages fort neuves sur les grèves agricoles de 1936-1937 dans leur terrain privilégié d'analyse, la Provence et le Bassin parisien. Quant à l'histoire de la Fédération nationale des travailleurs de l'agriculture (1920-1981), conduite par Ronald Hubscher, elle ouvre une page négligée jusqu'ici dans l'histoire du syndicalisme agricole, sort de l'oubli des figures méconnues, de Jules Bonnet à Pierre Lacambre, souligne la mobilisation des 350 000 adhérents de 1946 et montre que l'organisation et la radicalisation des luttes sont concomitantes de l'érosion du groupe social.

6Voilà donc un livre qui donne la preuve que l'histoire rurale est bien vivante. Nombre de leçons d'histoire sociale sont à y prendre. Il offre de surcroît un bel exemple de comparatisme européen. Une typologie des voies d'évolution du monde rural est esquissée, du « capitalisme agraire sans prolétariat » de la Catalogne et de la « décongestion des campagnes » par quasi-disparition des ouvriers agricoles en Bourgogne à une agriculture capitaliste fondée sur le recours au salariat et génératrice d'une question agraire dans la plaine du Pô...

7Correction typographique le 01/01/2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude-Isabelle Brelot, « Ronald HUBSCHER et Jean-Claude FARCY [dir.], La moisson des autres. Les salariés agricoles aux XIXe-XXe siècles. Actes du colloque international de Royaumont, 13-14 novembre 1992, Rencontres à Royaumont, Paris, Éditions Créaphis, 1996, 368 p. », Ruralia [En ligne], 01 | 1997, mis en ligne le 01 janvier 1997, consulté le 01 septembre 2014. URL : http://ruralia.revues.org/14

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page