Navigation – Plan du site
Articles

Mobilité professionnelle : ouvriers bourreliers et forgerons dans la région lyonnaise (fin XIXe-XXe siècles)

Jean-Pierre Aguerre

Résumés

La collecte des témoignages menée de manière systématique permet une approche relativement fine de l'histoire rurale. Elle mobilise la mémoire familiale et donne accès aux archives privées dont les potentialités sont considérables. Les exemples de mobilité des ouvriers bourreliers et forgerons de la région lyonnaise aux XIXe et XXe siècles en sont une illustration. En associant les itinéraires individuels, les lignes de force qui apparaissent montrent les mécanismes de l'insertion des jeunes professionnels. Les migrations intra régionales leurs permettent d'acquérir l'indispensable pratique du métier qui semble le préalable à toute installation. Elles leurs permettent de conserver des contacts étroits avec le “pays” où ils s'efforcent de s'installer. L'analyse des migrations professionnelles révèle la norme régionale mais aussi les comportements atypiques d'une frange d'ouvriers qui refusent de se fixer.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologique :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Les bourreliers, les maréchaux et les charrons forment jusqu'au milieu du XXe siècle un réseau dense d'artisans qui quadrillent en profondeur le monde rural et dont la présence n'était pas moins importante en ville jusqu'à la Grande guerre 1. Cette trilogie constitue l'un des ultimes môles de résistance dans l'inexorable décrue de l'artisanat rural. Ce sont les hommes du cheval. Ils sont en permanence renouvelés par la succession des générations, par les ventes ou par des créations ex nihilo. Ce phénomène de reproduction et de renouvellement des fonds génère un flux constant de jeunes compagnons qui sillonnent les campagnes. En parallèle aux vastes périples qu'effectuent les compagnons du tour de France 2, il existe aussi et surtout (?) des migrations de travail plus modestes et sans doute plus nombreuses. Ces migrations échappent pour l'essentiel aux sources classiques de l'histoire sociale. Pour y accéder, il faut collecter les témoignages des derniers survivants. Cette méthode de terrain 3 qui s'apparente davantage au travail de l'ethnologue ou du sociologue est exigeante en temps mais féconde.

2L'entrée dans ce champ spécifique de l'histoire rurale, celui des métiers du village, s'effectue par l'entretien. Par son truchement, on accède au passé professionnel de l'artisan et il est de surcroît possible, dans bien des cas, de remonter les générations. Chaque entretien part d'un questionnaire qui permet de relier ces micro-sources les unes aux autres et de les insérer dans des problématiques plus larges. La caractéristique majeure de ce type de source est son éminente fragilité puisqu'elle dépend exclusivement de celui ou celle qui en est le dépositaire. Ces informations essentielles, et souvent d'une stupéfiante précision, permettent d'approcher des réalités qui sont inaccessibles à la démarche classique de l'historien exerçant à partir des seules archives constituées. Par ailleurs, le témoignage est presque toujours à la confluence d'autres sources. En effet, par l'entretien on accède à des archives privées dont la gamme est étonnamment large. Le témoignage oral ramène donc vers la source écrite. Le paradoxe n'est qu'apparent puisque l'exercice professionnel ne se désolidarise jamais complètement de l'écrit. Tous ces documents, qu'il s'agisse des livres de comptes, des contrats d'apprentissage, des photographies et des livrets d'ouvrier, authentifient et valident la démarche entreprise. On rejoint ainsi les voies de l'investigation historique. Par ailleurs, ces documents étroitement couplés aux témoignages peuvent être raccordés aux données classiques de l'état civil, aux enquêtes administratives et aux annuaires pour d'ultimes rectifications. Cette méthode mise en œuvre par emboîtement successif des sources débouche sur un ensemble documentaire qu'il nous a paru intéressant de défricher.

3Nous avons volontairement disposé nos sources à intervalles réguliers pour couvrir de manière uniforme le temps relativement long courant entre les deux bornes chronologiques retenues. Ces itinéraires de compagnons maréchaux et bourreliers montrent des permanences, des régularités qui ne semblent pas dues au hasard. D'un bout à l'autre de la période de référence, les mêmes nécessités engendrent les mêmes solutions. Circuler, c'est d'abord consolider et approfondir les acquis de l'apprentissage, mais c'est aussi trouver un point de chute. L'errance professionnelle d'une forge ou d'une bourrellerie à l'autre semble être un préalable indispensable à toute installation.

Aux origines de la mobilité

4Entre la fin de l'apprentissage et le conseil de révision, s'ouvre une période de quelques années propices à la mobilité des jeunes professionnels. Les migrations des jeunes compagnons maréchaux et bourreliers répondent à des préoccupations souvent fort diverses. Il convient d'emblée de distinguer les périples qu'entretiennent les fils d'artisans, formés dans l'atelier ou la forge paternels et les autres.

5Pour les premiers, circuler quelques temps d'une forge à l'autre est une pratique qui vient en quelque sorte mettre un point final à une longue période de formation. En effet, avant même de quitter l'école et de travailler sous le regard exigeant du père et des oncles, le jeune garçon a déjà appris le métier par un phénomène d'osmose. Les gestes sont connus avant même d'être appris. Si l'on excepte le cas des cadets, qui savent ne pas compter sur le fonds paternel souvent dévolu à l'aîné 4, le voyage est tout à la fois une validation des acquis, une confrontation avec la réalité et une parenthèse de liberté qui élargit l'horizon vécu du jeune. Cette tradition du « tour de France », sans que l'on sache très bien ce qu'elle recouvre, était semble-t-il assez répandue avant la Grande guerre. Tous les vieux fonds ont leurs lots d'aïeux partis un jour où l'autre. Charles Révérand, qui naît en 1854 sous le Second Empire, quitte le bourg de Saint-Quentin (Isère, bas Dauphiné) pour effectuer le tour de France. Il sait qu'il retrouvera la forge familiale dont l'origine est fort ancienne. Il se conforme à une tradition. Il « roule » vers le sud, vers la Provence, s'arrêtant quelques temps à Uzès et à Marseille sans que l'on en sache davantage. Périple au long cours dont la durée excède l'année. Avant la Première guerre mondiale, son fils aîné Joseph, comme ses devanciers, entreprend lui aussi un tour de France. Après un passage à la Guillotière, alors faubourg rural de Lyon 5 où exercent de nombreux maréchaux-ferrants, il « monte » vers Paris où il travaille quelques temps. En revanche, Charles, petit-fils et fils des précédents, né en 1921, le dernier maréchal d'une longue dynastie dont la présence est attestée au bourg depuis 1680, reste sur place. L'habitude du périple s'est perdue. On n'en voyait plus l'utilité 6. De fait, si l'on s'en tient aux plus vieux fonds de maréchalerie du bas Dauphiné, tous les héritiers nés après la Grande guerre sont restés sur place. Ni les Vial, de Torchefelon 7 , ni les Bourguignon, de La Détourbe 8 ou encore les Canel, d'Artas 9 n'ont bougé. Cette immobilité se retrouve à quelques exceptions près dans la bourrellerie ou encore dans le charronnage de l'Isère et du Rhône.

6L'immobilité des premiers contraste avec la mobilité maintenue de tous ceux qui ne peuvent pas compter sur l'existence d'un fonds déjà établi. La majeure partie des jeunes qui effectuent leur apprentissage chez des bourreliers ou des maréchaux sont issus du milieu rural. Tous les témoignages recueillis confirment la présence toute proche de la petite paysannerie ou d'un prolétariat rural encore plus précaire. Se destinant à des métiers en étroite symbiose avec le monde paysan, c'est en général dans ce milieu que sitôt établis ils choisissent leur épouse. En surnombre sur des exploitations qui ne peuvent les employer, ces cadets de familles souvent nombreuses savent qu'ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes pour subvenir à leurs besoins. Toutefois cet exode agricole qui est rarement un exode rural n'est pas vécu comme une exclusion. C'est un choix qui n'est pas toujours fait par défaut. Cette recherche et cette acceptation d'un métier qui « plaît bien » expliquent sans doute la surprenante capacité de certains « à rouler » des années durant. Ainsi François-Joseph Chanrond, né le 30 décembre 1873, fils de cultivateurs à Châbon 10, dans l'Isère, ne pensait qu'à la maréchalerie. C'est en somme tout naturellement qu'il est placé dès l'âge de douze ans chez Gallin, maréchal-forgeron au bourg 11. Même aux marges de la précarité, le choix n'est pas absent : « Ma mère était journalière, elle allait à ses journées, se souvient Marius Mazillier, et mon père faisait garde moulin ». Lui-même, né le 9 mai 1893 à Bourg 12 mais élevé à Ars, était berger « par là, en travers ». C'est en discutant au bord d'un chemin avec Corcial, un bourrelier de Trévoux, qu'il décide du choix de son futur métier 13. Comme lui, ni Joseph Reynaud né à Lapeyrouse (Isère) en 1895 ni Claudius Degout une génération plus tard, en 1913, à Mionnay dans l'Ain, ne peuvent compter sur l'exploitation familiale. Le premier est le cadet d'une famille de cinq enfants qui vit plutôt mal que bien sur une douzaine d'hectares. Dès 1910, après l'école, sa mère le place chez Badin, maréchal à Beaurepaire. L'année suivante, il décide de faire ce qu'il appelle « son tour de France », en clair cela signifie qu'il décide de poursuivre son apprentissage ailleurs 14. Le second, cadet d'une famille de quatre enfants, est placé à quatorze ans chez Huc, maréchal à Mionnay 15.

7Le choix du métier se fait parfois contre l'avis paternel. Mailler, né en 1906 à Brangues, à quelques kilomètres à l'est de Morestel (Isère), se souvient que son père aurait souhaité en faire un bourrelier. Lui préférait la maréchalerie et passait de longues heures devant la forge actionnant le soufflet dès qu'il le pouvait. C'est chez Revol, l'un des maréchaux du village, qu'il fait son apprentissage avant de rouler d'une maréchalerie à l'autre 16. C'est encore le choix du métier qui apparaît dans les propos de Joseph Brison, né le 26 juin 1911 à Charnoz, dans la plaine de l'Ain. Élevé dans une famille d'agriculteurs où le père est décédé trop tôt, il va à l'école jusqu'à l'âge de treize ans et aide ensuite sa mère, seule responsable d'une exploitation de douze hectares en polyculture. Mais il ne souhaite ni rester sur l'exploitation ni suivre les pas de son frère devenu boucher. À 18 ans, vigoureux, il négocie directement une place d'apprenti chez Dumoulin à Chalamont-en-Dombes. « Un dimanche, je vais le trouver ­ le dimanche, il bricolait toujours en été ­ et je lui ai demandé. Il m'a dit : "ben, oui je t'embauche". Je lui ai dit : "voilà, j'ai ma mère qui est handicapée, moi je veux bien [...] seulement je ne peux pas faire un apprentissage de deux, trois ans sans rien gagner. Alors si vous ne me payez pas j'irai travailler à l'usine". "Ah ben, il me dit, écoute, je t'embauche trois mois et au bout de trois mois, je te donnerai un petit salaire". Je suis rentré au mois de janvier 1928 et j'ai resté trois ans et demi à Chalamont » 17.

La morphologie des migrations intrarégionales

8L'itinéraire le plus ancien que nous ayons pu reconstituer est celui de François-Joseph Chanrond. Il est caractéristique de ces migrations locales ou régionales des jeunes ouvriers « roulants ». Après son apprentissage vers 1889 ou 1890, complétant ses connaissances et acquérant l'indispensable pratique du métier, il va d'une forge à l'autre. Cette première période d'activité nous échappe. Aucun document ne nous est parvenu. Après deux ans de service militaire, il reprend son périple professionnel, cette fois consigné dans son livret d'ouvrier. Il a alors 22 ans. C'est un solide gaillard de 1,76 mètre au teint frais : visage oval et nez ordinaire, yeux grès-roux et cheveux châtain foncé. Pendant cinq ans, de novembre 1895 à septembre 1900, ce jeune ouvrier maréchal-forgeron parcourt les départements de l'Isère et de l'Ain. Voici son itinéraire tel qu'il apparaît consigné dans son livret d'ouvrier : 1 - chez Gallin à Châbons du 1er novembre 1895 au 8 février 1896 ; 2 - chez Billat à Tullins du 10 février 1896 au 12 juillet 1896 ; 3 - chez Guillaud à Rives-sur-Fure du 13 juillet 1896 au 10 avril 1897 ; 4 - chez Argoud à Voiron du 10 avril 1897 au 11 mai 1897 ; 5 - chez Vassenaz à Grenoble du 12 mai 1897 au 1er septembre 1897 ; 6 - chez Durieux à Rives-sur-Fure du 2 septembre 1897 au 9 mars 1898 ; 7 - chez Branchon à Vonnas du 14 mars 1898 au 17 mars 1898 ; 8 - chez Allarousse à Meyzieu du 23 mai 1898 au 21 juin 1900 ; 9 - chez Rey à Trévoux du 22 juin 1900 au 10 septembre 1900 18. Fin 1900, il reprend à son compte, à Cheyssieu, un fonds qui devient au fil des années l'une des plus grosses maréchalerie de la région. Il se marie en 1903 et prend sa retraite en 1936, cédant son fonds à son fils.

9Ce livret d'ouvrier est intéressant à plus d'un titre. Son existence d'abord. La première mention qui y figure se situe plus de cinq ans après l'abolition du carnet ouvrier par la loi du 2 juillet 1890. Il est peu vraisemblable que toutes ensemble les parties contractantes, l'ouvrier, le patron et l'autorité municipale en aient ignoré jusqu'à la suppression. En réalité le livret d'ouvrier, institution séculaire, a poursuivi une existence autonome, avalisée par la force de l'usage. De fait, le livret permet à l'ouvrier de prendre congé de son patron et facilite sa migration d'une forge à l'autre, en lui conférant une identité rassurante marquée du double sceau de l'artisan et du maire. Cette permanence du livret d'ouvrier s'explique aussi ­ si l'on en croit Jean-François Wagniart ­ par la multiplication des mesures chargées de réprimer le vagabondage 19. L'apogée de ce phénomène au cours des années 1890 impose le livret ouvrier dont certains milieux demandent le rétablissement. Il permet d'échapper ­ mais pas toujours ­ à la lutte contre l'errance menée par les autorités de police et la gendarmerie. En somme, le livret d'ouvrier joue dans la pratique quotidienne le rôle d'un véritable passeport dont l'utilisation est indispensable à toutes les échelles spatiales de la mobilité, qu'elle soit régionale, nationale voire même internationale. Il semble bien, en dehors de tout fondement législatif ou réglementaire, l'indispensable marqueur de l'errance légitime, socialement reconnue et d'utilité économique. Ainsi se trouve confirmée, après coup, la justification de ce document décrié. Déjà en 1856 dans son Code de l'ouvrier, Mollot n'écrivait-il pas : « le livret est pour l'ouvrier le certificat honorable de sa moralité et de sa capacité, le moyen certain de lui assurer du travail et des secours. L'ouvrier changeant souvent d'atelier et de résidence, par nécessité ou par goût, n'aurait pas d'autres témoignages le plus souvent pour remplacer le livret, qui sert de plus, entre le patron et lui, à constater leur situation respective à la fin du contrat » 20. Un autre livret d'ouvrier, appartenant à un bourrelier contemporain du précédent, confirme cette utilité nouvelle et apporte des informations plus précises. Lorsqu'en 1897 François Clopin quitte Saint-Georges-d'Espéranche (Isère) et commence à « rouler », les appréciations sont moins laconiques que celles dont peut se prévaloir Chanrond. Ses patrons successifs notent : « Très satisfait de ses services », « Satisfait de ses services ». Son patron Genevois, Émile Thormeyer, à Carouge, note sur une feuille séparée : « il s'est très bien conduit et sort libre de tous engagements » 21.

10Les migrations professionnelles de François-Joseph Chanrond, huit au total, mettent en évidence trois caractéristiques que l'on retrouve peu ou prou dans toutes celles que nous avons eu l'occasion d'étudier. En premier lieu, le pays ou un espace relativement proche reste l'idéal recherché. La migration n'est pas l'appel du grand large. Au vrai, travailler et vivre au pays ne présentent que des avantages : compter sur les réseaux de solidarité et d'informations tissés par la famille et les amitiés. C'est aussi un espace connu que l'on sait évaluer. On retrouve ici la prégnance et la force des usages locaux. Un tiers de siècle plus tard, le bourrelier Marius Mazillier justifie ainsi son installation à Saint-Didier-sur-Chalaronne : « Il fallait être un peu paysan. C'est-à-dire que si vous aviez le bonheur de parler patois, vous étiez le bienvenu » 22. Pendant deux ans, Chanrond circule dans un périmètre étroit, une quinzaine de kilomètres à vol d'oiseau de la ferme paternelle. Une exception : le séjour grenoblois entre mai et septembre 1897. Puis, en mars 1898, lassé de ne rien trouver à proximité, avec le retour prochain des beaux jours, alors que l'animation et l'embauche repartent, il quitte l'Isère pour l'Ain. Le périple qui le mène de Rives-sur-Fure à Vonnas, en pays bressan, une centaine de kilomètres plus au nord, bien davantage en suivant les routes, permet d'isoler un deuxième noyau de prospection. Après trois jours dans une maréchalerie à Vonnas, il reste plus de deux mois sans embauche inscrite sur son livret alors que jamais auparavant, il n'était demeuré ne serait-ce qu'un seul jour sans ouvrage. Passe-t-il ce laps de temps sans travailler ? Rien de moins sûr. Il a sans doute conscience que la multiplication des courtes périodes d'activité risquaient de lui procurer plus d'embarras que d'avantages. En mai 1898, il s'enracine pour deux ans chez Allarousse à Meyzieu, aux portes de Lyon.

11Pour cet ouvrier de 25 ans qui pratique depuis plus de dix ans, l'arrêt à Meyzieu, le plus long qu'il ait connu, est significatif. Il travaille en effet chez un professionnel réputé, auteur d'un manuel de maréchalerie 23. On trouve ici un deuxième enseignement essentiel qui justifie la mobilité des jeunes ouvriers : parachever la formation professionnelle dispensée lors de l'apprentissage. Tous les témoignages recueillis confirment la nécessité de consolider les acquis parfois maigres de la formation initiale. De fait, la formation des jeunes dépendait en grande partie de la personnalité du maître chez qui ils étaient placés. L'apprentissage était codifié par une loi déjà ancienne revue au début du siècle. Mais malgré ses 22 articles et ses remaniements successifs, la loi du 22 février 1851 n'empêchait pas les abus. Trop souvent considérés comme une main-d'œuvre bon marché, les apprentis étaient cantonnés de longs mois dans des travaux mineurs peu ou pas formateurs. Les travaux de la commission chargée de toiletter la loi de 1851 24 constatent d'ailleurs en s'appuyant sur les résultats du recensement professionnel de 1896 que seuls 10 % des 602 000 apprentis en formation bénéficient d'un contrat écrit 25. Cela explique le départ de Joseph Reynaud après une seule année de présence entre 1910 et 1911 chez Badin, son maître de Beaurepaire. C'est en effet à Jarcieux, à une dizaine de kilomètres plus à l'ouest, qu'il achève son apprentissage. Constat similaire pour Claudius Degout en 1922 : il ne reste que 18 mois chez Huc, le maréchal-forgeron de Mionnay. C'est bien trop peu pour s'initier à l'art délicat de la maréchalerie. Son patron l'incite d'ailleurs à partir, « à faire d'autres patrons, à rouler » 26. Ce n'est que chez Galaud, un ancien maréchal ferrant de l'armée, au Mas Rillier un hameau de Rillieux, qu'il pose ses premiers fers. Marius Mazillier reconnaît qu'après deux ans d'apprentissage « on ne pouvait pas attaquer n'importe quoi. On se forme petit à petit en voyageant » 27. Il ajoute : « Comme là, chez le père Berthelot [Francheville, Rhône], ben il était bien brave, je disais : "j'aimerais bien apprendre le métier complet [...] je ne suis pas à cheval sur les heures". Il m'a dit : "tu es bien gentil, le soir on veillera puis je te ferai voir, je te montrerai". De fait en changeant de patron, on apprenait de nouvelles techniques, des tours de mains inédits : "Ah ben tu fais ça comme ça toi ? Et bien, je vais te faire voir une chose : tu feras comme ça ! Tu verras, ça va plus vite et ça fait mieux". Alors c'est là que j'ai appris à monter les colliers. Quand je suis parti dans une autre maison, ben j'étais déjà plus dégrossi ».

12Un troisième enseignement apparaît à la lecture du livret d'ouvrier de François-Joseph Chanrond : la mobilité des roulants est bridée par une très forte contrainte saisonnière. L'hiver est par excellence la saison redoutée dans ces métiers en grande partie tributaires de l'activité agricole. La question se pose dès la fin de l'apprentissage lorsque se profile la recherche du premier emploi. Pour l'ouvrier, la fin de la belle saison ouvrait une période d'incertitude car rouler d'une forge ou d'une bourrellerie à l'autre n'était envisageable que s'il trouvait un patron avenant qui le gardait jusqu'au printemps. Il fallait savoir déterminer sans se leurrer l'envergure du patron chez qui il travaillait. De ce point de vue, la situation dans les deux professions n'est pas tout à fait la même. Dans les bourrelleries, l'étiage hivernal, basse saison du métier, est beaucoup plus marqué que dans les maréchaleries. Tous les fonds embauchaient et débauchaient en même temps. L'avantage passait alternativement aux uns et aux autres. À Thoissey par exemple, il ne restait plus ­ sauf exception ­ d'ouvriers après le mois de novembre : « ça partait tout avant l'hiver. "Hé ben, ça va être la dernière semaine, alors vous chercherez un emploi, si vous pouvez" ». L'ouvrier recherche l'employeur qui le gardera durant la morte saison. Le patron est quant à lui, selon l'importance de sa clientèle, tiraillé entre la pénurie de main-d'œuvre qualifiée dès le mois de mars, et la charge d'un ouvrier qui risque de coûter plus cher qu'il ne rapporte. De surcroît rien ne l'empêchait de donner son congé avec le retour des beaux jours et des sollicitations. En 1927, à peine installé à son compte, Marius Mazillier fait le pari de garder un ouvrier : « l'hiver que j'ai eu mon premier ouvrier [...] on a tiré la ficelle pour les paiements. Alors je me suis gêné pour le garder l'hiver, je me suis bien fait du mauvais sang » 28. Lui-même, un hiver avant la Grande guerre est contraint de retourner chez lui à Ars, faute de travail.

13À l'exception des plus gros fonds, l'emploi se rétractait sur les chefs-lieux de canton et sur les villes où l'activité de camionnage et de charroi assurait un minimum d'emploi. « Quand j'étais chez Labrosse à Villefranche [entre 1907 et 1909], se souvient Marius Mazillier, il ne restait qu'un apprenti et un ouvrier. À mesure qu'il neigeait, le patron disait : "vous voyez compagnons, voilà la fleur de la patience !" Alors il fallait la boucler pour les augmentations » 29. L'emploi régulier que l'on trouve davantage en ville explique peut-être l'itinéraire urbain de Jules Villard, un autre bourrelier, lorsqu'il entreprend son tour de France comme compagnon du devoir, dans les dernières années du XIXe siècle 30. De Beaurepaire à Genève, pendant près de trois ans, il travaille en milieu urbain ou dans de grosses bourgades : à Lyon rue du Plat, à Oullins, Tarare, Amplepuis peut-être. Genève enfin, où il séjourne pratiquement deux ans dans une bourrellerie de la banlieue.

14Les compagnons maréchaux ne sont pas toujours à l'abri d'un hiver chômé. Une première fois, à la fin des années 1920, Claudius Degout trouve un travail en hiver à Romanèche-Thoreins en Saône-et-Loire, dans une grosse maréchalerie où l'on forgeait des fers à trois, en cadence, pour l'année suivante. Il trouve encore une fois de l'embauche en février 1931 (?) à Sainte-Julie. Mais en décembre de la même année son patron le renvoie, car dit-il son entretien incombe à ses parents 31. Un tiers de siècle plus tôt, l'itinéraire de François-Joseph Chanrond est exemplaire. Il ne lui arrive pas de semblable déconvenue. Il est plus âgé et plus expérimenté. Ses changements de maréchalerie s'effectuent toujours entre le printemps et l'automne, à la seule exception de février 1896 où il quitte son patron en plein hiver. Là encore, le déplacement est préparé puisqu'il entre dès le lendemain chez son nouvel employeur.

La sociabilité des migrations

15En dehors de l'activité professionnelle qui dépasse toujours une dizaine d'heures journalières, la vie de ces jeunes ouvriers migrants s'inscrit dans une double dimension : celle de la matérialité de la vie quotidienne et celle d'une sociabilité où la solidarité entre « pays » et les amitiés tiennent assurément une grande place.

16En milieu rural, la règle générale est celle du logement dans la maison du patron où une chambre est spécialement réservée à l'ouvrier. Il prend ses repas à la table familiale 32. Mais cette proximité n'efface pas toutes les barrières car l'ouvrier forain reste fondamentalement ce qu'il est : un homme de passage. À l'autorité naturelle du patron se surimpose parfois celle de la patronne, comme à Pontanevaux (Saône-et-Loire) se souvient le jeune Mazillier : « Elle causait assez difficilement [...], vous étiez un peu en contrebas, dans une autre classe ». On le lui fait bien sentir : « Si y avait besoin d'un coup de main, ou n'importe quoi, [elle disait] "ben, je vais vous appeler le commis" ! » En ville la situation était différente car il existe toujours une dissociation entre lieu de vie et lieu de travail. L'ouvrier n'entre pas dans l'univers familial de l'artisan, même lorsque ce dernier vit sur son lieu de travail. En novembre 1927, lorsque Mailler est embauché chez Chanrion, cours Tolstoï, à Lyon 33, il loge à proximité, dans une rue adjacente. Il loue dans un garni tenu par une vieille femme qui lui arrange aussi sa chambre. Il règle les menus problèmes de son intendance. Comme il travaillait jusqu'à 13h30, la pose de midi était mise à profit pour ferrer les chevaux, un restaurant tout proche lui gardait son repas au chaud.

17Dans son périple mi-urbain mi-rural entre 1909 et 1913, Mazillier a expérimenté toutes les solutions 34. Chez Gauthier, quai Perrache, en 1910 35, il logeait dans l'atelier : « il y avait une mansarde au-dessus de l'atelier. L'atelier était en contre-bas et moi, j'étais juste au-dessus, dans une soupente. Je pouvais sortir quand je voulais, j'avais la clé » 36. Il prenait ses repas à l'atelier. Le samedi soir, le commis soupait avec les patrons dans un hôtel de la rue Puits-Gaillot, « seulement le dimanche, c'était fini vous ne mangiez pas ». Il regagnait alors Ars en vélo. S'il faisait beau, il achetait « deux sous de graton, une rigotte, du pain » et mangeait sur un banc. « J'attendais lundi quoi, je me promenais dans Lyon ». L'année suivante à Saint-Chamond, il est chez Pic dans un atelier de bourrellerie qui travaillait pour la marine. Il est l'un des sept ouvriers aux pièces. Il avait pris pension à l'hôtel où tous les repas lui étaient servis. Le matin il prenait une soupe épaisse accompagnée d'un un-pour-à-deux, une bouteille de vin pour deux. « On buvait une petite goutte le matin avant de partir. C'était convenu comme ça ». En fin de matinée, le déjeuner était copieux. « Ah oui, on était bien nourri ! À midi, on ne se plaignait pas ». Le soir le repas était plus modeste. Avec ce qui lui restait des trois ou quatre francs qu'il gagnait par jour, il payait le blanchiment du linge, « il fallait le donner à des bonnes femmes ».

18L'atelier et la famille encadrent la vie sociale de ces jeunes ouvriers migrants surtout s'ils sont mineurs, ce qui n'exclut pas une large autonomie. Le retour à intervalles réguliers dans la famille assure les liens avec le pays. Le jeune reste informé des événements qui marquent la vie locale. Il sait la situation des jeunes de sa génération, ses « conscrits », demeurés sur place ou qui « roulent » comme lui. Les emplois disponibles et surtout ceux qui risquent de le devenir sont recensés. Selon les affinités, on s'arrange pour se garder les bonnes places. En juillet 1932, Joseph Brison est embauché à Miribel, dans la forge de Roche, maréchal au bourg. Il succède à un ami qui part au régiment. Une vingtaine d'années plus tôt, Mazillier attend à Lyon l'apprenti qui l'a remplacé là où il avait précédemment fait son apprentissage, on renoue des amitiés le temps d'un bout de chemin, « il était d'Arnas, un pays à côté de Villefranche ». Tous deux font le voyage de Saint-Chamond et trouvent de l'embauche dans le même atelier. C'est encore ensemble qu'ils en repartent au printemps, lassés du travail aux pièces et brouillés avec le patron. Ils s'inscrivent alors dans une sociabilité plus large, celle des ouvriers de leur âge. Les lieux de ralliement sont des cafés à proximité des garnis où ils logent. C'est là qu'ils achèvent d'écluser le reliquat de salaire laissé par la pension et le restaurant : « si on arrivait un peu en retard, il fallait payer l'apéritif. C'était l'engrenage ».

19La préoccupation essentielle reste celle des conditions de travail qui, le soir venu, alimentent les conversations. On y élabore de nouveaux itinéraires parfois échafaudés sous le coup de l'émotion. « Oh tu pars, merde ! qu'est-ce que je vais faire dans ce bled moi alors ? Oh ben, moi aussi je vais partir ! » 37. À l'occasion, ces jeunes ouvriers n'hésitent pas à discuter avec le patron. Ils font leurs trois jours et puis il s'en vont. Plus généralement, ils attendent les nouvelles « des voyageurs » et évaluent leurs chances respectives. Pour les ouvriers bourreliers, le voyageur ­ c'est-à-dire le représentant de commerce ­ constitue une pièce centrale dans leur processus de mobilité. Ils connaissent mieux que quiconque l'état de l'embauche dans les bourrelleries qu'ils visitent. Patrons et ouvriers recourent à ses services : « Dis donc, si tu sais un compagnon, tu me l'enverras ! Il y marquait. Et puis, quand vous n'étiez pas bien dans une place et qu'il y a le voyageur au magasin, ben vous demandiez au patron : "je voudrais bien lui parler". Alors il devait bien se douter de quelque chose. On lui disait : "t'as pas une place pour moi, je veux changer [...]". Alors il disait : "Ouh attend voir ! Dis donc, dans tel endroit ça te dirait ?" » 38. Le recours à cet intermédiaire explique probablement en partie l'itinéraire de Marius Mazillier, dont les patrons successifs sont parfois distants de plusieurs dizaines de kilomètres.

L'enracinement

20En roulant les jeunes professionnels vivent de leur métier et achèvent de se former. Ils n'acceptent cette double contrainte que dans la perspective de pouvoir un jour s'installer à leur compte. Cet horizon est une composante importante de la mobilité professionnelle, elle en constitue en quelque sorte la Terre promise. Bien que chaque expérience soit irréductible à toute autre, les dizaines de témoignages recueillis dans les campagnes de la périphérie lyonnaise nous permettent d'entrevoir les grands traits de l'enracinement. La sédentarisation succède aux années de mobilité et au régiment 39. Elle précède en général le mariage.

21En ce qui concerne les conditions d'installation, deux observations s'imposent. En premier lieu, il s'agit ici d'expériences réussies. Par définition nous n'avons pas accès à l'histoire de tous ceux qui ont échoué ou qui ont poursuivi leur activité professionnelle comme salariés de l'industrie. On devine par des témoignages indirects qu'ils sont probablement plus nombreux que ceux qui parviennent à s'installer. De fait, même chez les jeunes « roulants » qui s'installent, la tentation de l'industrie a existé. Une plus grande sécurité d'emploi, des horaires moins lourds et parfois la perspective d'une retraite ne pouvait les laisser indifférents. À chaque génération, l'alternative a été envisagée. En 1913, Mazillier est attiré un moment par l'industrie : « J'avais un camarade qui était chez Berliet. "Tu devrais venir essayer, il y a une retraite épatante et puis, on est sûr du patron !" ». Il réussit un examen de corroyeur à Bron. On l'assure d'une place après le service militaire. Le cas de Joseph Reynaud est aussi très significatif. Dès que son frère aîné est tué sur le front, il s'empresse de lâcher tricoise et marteau pour retourner sur l'exploitation familiale. En 1927, après le service militaire, lorsque Mailler reprend son périple d'ouvrier maréchal, il songe un instant à abandonner le métier pour une place dans les chemins de fer. En second lieu, l'installation s'effectue presque toujours à proximité du pays d'origine. Les enracinements les plus lointains n'excèdent pas quelques dizaines de kilomètres. On retrouve là le poids des terroirs dont la substance se dissout lentement, et peut-être encore plus lentement que ne le suggérait Eugen Weber 40. Les migrations régionales ramènent inexorablement les roulants au plus proche de leurs origines. À l'exception de François-Joseph Chanrond qui reprend un fonds à près de 50 kilomètres de son pays d'origine, tous les autres se sont installés soit dans leur commune de naissance soit à proximité :

22Trois grands types de solutions s'offrent aux ouvriers désireux de s'installer : l'achat d'un fonds existant, la création ex nihilo ou l'installation en concurrence directe. La première solution est la plus simple mais c'est aussi la plus onéreuse. La vente survient lorsque le prédécesseur disparaît brutalement sans héritier en état de reprendre le fonds ou lorsqu'il cesse son activité. C'est le cas de tous les artisans qui n'ont pas de descendance masculine. Face à l'achat d'un fonds, tous ne sont pas égaux. En 1913, Mazillier possède 40 francs sur son livret d'épargne tandis que Brison en économisant sous après sous dispose de 3 500 francs 42 à l'automne 1933. Si d'aventure le mariage survient avant l'installation, il la complique d'autant. Enfin, la mise en œuvre de la solidarité familiale introduit une dernière inégalité entre les candidats à la reprise d'un fonds. Nous n'avons pas d'informations précises sur l'installation de François-Joseph Chanrond. Constatons simplement qu'il ne s'installe qu'à 27 ans. Villars y parvient un peu plus tôt, aux alentours de 24 ans. En 1906, après son service militaire à Dôle (Jura), il « roule » encore quelques temps : Grenoble, Saint-Marcellin, puis se fixe à Beaurepaire, sa commune d'origine. En 1908, il rachète à tempérament un petit fonds de bourrellerie à Bougé-Chamballu à une quinzaine de kilomètres à l'ouest de Beaurepaire. Les facilités de paiement et le fait que le propriétaire l'abandonne pour un emploi salarié à Valence montrent assez bien la médiocrité du fonds. Villard y végète jusqu'en 1912, date à laquelle il rachète un fonds à Beaurepaire grâce à un prêt que lui consent son père. Dans cet actif chef-lieu de canton, le travail ne manque pas. Il emploie un ouvrier et un apprenti malgré la présence de trois autres bourrelleries 43. L'installation la plus rapide est sans conteste celle de Joseph Brison. À peine terminé son service militaire, il rachète le 10 octobre 1933 un vieux fonds de maréchalerie à Meximieux. Il est âgé de 22 ans. Là encore, grâce à la famille et à l'épargne qu'il a su constituer, il se porte acquéreur pour 17 000 francs du fonds Cagnin, à savoir le fonds proprement dit (l'outillage et la clientèle) et « une vieille baraque pas logeable » 44. Son prédécesseur, le père Cagnin, assure la succession, en prêtant main forte les jours de marché et en discutant avec ses anciens clients. En effet, la forge n'est pas un simple fonds de commerce, c'est aussi un lieu de sociabilité. On y ferre assurément les chevaux mais on y discute encore bien d'avantage. On s'y retrouve quelquefois par affinité politique.

23La création ex nihilo d'un fonds est par définition moins coûteuse mais elle est plus risquée. On peut en effet considérer qu'à la fin du XIXe siècle, tout l'espace rural est couvert par un réseau dense de bourrelleries et de maréchaleries. La seule solution consiste alors à s'insérer à la lisière la moins bien desservie de plusieurs fonds et parvenir ainsi à les rogner sur leurs marges. C'est le choix que fait Joseph Allègre 45. Il est né en 1882 dans une famille d'agriculteurs de Sonnay (Isère). C'est là qu'il fait son apprentissage de bourrelier. Il « roule » quelques temps avant de s'installer vers 1905 ou 1906 à La Chapelle-de-Surieu, en pays roussillonnais (Isère). Le fonds qu'il crée est enchâssé aux confins des zones de chalandise d'une dizaine de bourrelleries. De fait, la seule bourrellerie ne lui permet pas de vivre. Il tient un des cinq débits de boisson de la commune et sa femme est couturière : « Ils tiraient tous les deux de l'aiguille » se souvient Lucien Allègre l'un de leurs quatre enfants 46. Dans ce pays de collines, la clientèle est dispersée, il faut aller la trouver. Dès que viennent les beaux jours, Joseph Allègre chemine par monts et par vaux, sa caisse à outils en bandoulière et une pièce de cuir sur l'épaule. Il emporte aiguilles, poix, pinces, allènes et emporte-pièce. Lorsque le travail l'exige, il reste plusieurs jours sur place. L'essentiel de l'activité générée par ce petit fonds consiste en réparations. Le bourrelier est prié de faire durer autant que possible un matériel souvent hors d'âge. Il fabrique aussi du neuf, colliers, harnais et « morilles » qui protègent le front des bœufs de la pression des joucles. Il arrive parfois que le fonds soit créé en complément d'une activité exercée jusque là comme activité principale. Au milieu des années 1930, les Curt, de Roche (Isère), entrepreneurs en battage, décident d'élargir une activité trop saisonnière. En 1935, à 17 ans, Robert Curt 47 est placé comme apprenti à La Côte-Saint-André, chez Garten. Jusqu'en 1938, il complète sa formation chez plusieurs maîtres, à Givors chez Gaget, à Saint-Jean-de-Bournay chez Ponsard et à Pusignan chez Bertoli où il apprend aussi la serrurerie. Après son service militaire, qu'il effectue dans l'artillerie comme maréchal-ferrant, et la guerre, il est démobilisé fin 1940. Il commence alors à ferrer aux Beaux, un hameau de la commune de Roche. La maréchalerie complète le battage, la distribution et l'installation des pompes à bras dans les fermes. La mécanique agricole prend ensuite le relais. Il cesse de ferrer au début des années 1960.

24La création d'un fonds en concurrence directe est la troisième solution qui s'offre au candidat à l'installation. Ce n'est pas la moins périlleuse. Marius Mazillier en fournit un bon exemple. En 1927, la bourrellerie dans laquelle il était salarié depuis 1920 achève de péricliter au fur et à mesure que son patron sombre dans l'alcoolisme. Il est alors virtuellement obligé de s'installer, ce qu'il fait, un peu à l'écart du bourg. « Il y avait trois bourreliers à Thoissey et puis moi, je me suis installé à 1 500 mètres d'eux. Ah, il fallait y aller ! » 48. Il peut certes compter sur sa réputation de bon ouvrier. Quelques clients qu'il rencontre le vendredi, jour du marché, l'incitent à s'établir : « "Dis donc, tu devrais venir t'installer !" Puis je leur dis : "c'est bien beau mais après sept ans de régiment, j'ai absolument pas de sous !" "Mais on t'en prêtera !" » 49 Et Mazillier d'ajouter : « Au moment que j'y suis allé pour chercher des sous, ils n'en avaient tous point ! » 50 L'installation n'a pas été facile : « ça a été dur pour moi de percer, hein ! » 51 Au delà de l'expérience personnelle, deux difficultés sont révélées. Il fallait d'une part trouver un minimum de marchandises pour rassurer le chaland, établir des liens de confiance, en bref constituer une clientèle et la fidéliser. Il fallait que l'on accepte son passage d'ouvrier à patron. Sur le premier point, Mazillier reconnaît sa chance : « Alors il s'est passé quelque chose, un dénommé Claudius Perrot, un fourreur, un bon camarade [...], il faisait des marchés, il est allé à Châtillon [sur Chalaronne], il m'a dit : "dis donc, il y a le cordier de Villefranche qui ne peut plus faire les marchés. Il m'a demandé s'il pouvait te donner ses cordes en dépôt" 52. Il m'a laissé ses cordes samedi [...]. J'y ai tout pendu au plafond. Les gars qui m'avaient refusé quand ils ont vu la camelote : "Oh, ben tu t'es installé ! Dis donc, si tu as besoin, tu me le diras, j'ai de quoi faire maintenant" » 53. Sur le deuxième point, il apprend la relation avec la clientèle, cette autre face du métier qu'il ne connaissait pas : « Et puis surtout les bonjours. Ah la casquette, ça fait beaucoup ! Ah, il n'est pas fier machin ! Ah, je l'aime bien ! Il [ne] fallait [pas] ­ même quand vous ne connaissiez pas ­ avoir peur de dire bonjour. C'était la mentalité de la campagne » 54.

25La concurrence n'est pas toujours aussi sévère, à preuve l'exemple de Claudius Degout. En octobre 1934, après son régiment, il retourne à Sainte-Julie où Sève, son ancien patron, l'a demandé. Il le remplace quelques mois puis il décide de s'établir sur place et d'y créer un fonds de maréchalerie. Son ancien patron n'est plus capable de ferrer les chevaux. Les jeunes de la commune avec qui il s'était lié d'amitié lui conseillent de rester : « Il faut que tu t'installes ici, Sève, il peut plus rien faire, il boit le canon ! » 55 Les 1 000 francs qu'il a économisés lui permettent d'acheter le matériel d'un vieux confrère du village, Goy, qui n'exerce plus. En quelques mois, Sève est obligé de « dételer ». Il trouve un emploi civil dans un camp militaire. Les quelques dizaines de témoignages recueillis dans la seule profession de maréchal-forgeron contiennent tous, à quelques exceptions près, des références précises et nombreuses sur les conséquences professionnelles et familiales de l'alcoolisme. C'est sans conteste un fléau de la profession que l'on serait presque amené à qualifier de maladie professionnelle, tant la sociabilité de la forge se nouait autour du vin. Il était impensable de refuser longtemps le verre généreux qui était offert. C'est encore l'alcoolisme qui permet à Marin, de Surbaix, hameau de Sainte-Baudille-de-la-Tour (Isère), de prendre la place de Romatier, un maréchal malchanceux en octobre 1947 56.

Les professionnels de l'errance

26Reste encore le cas de ceux qui ne se fixent pas. Ce sont les vrais « roulants », les professionnels de l'errance. Il faut solliciter les mémoires pour les voir surgir au détour d'une forge, venus d'on ne sait où pour y retourner. Leur arrêt dans une forge est le seul halo lumineux qui nous permette un instant de les fixer. Dans les forges (moins dans les bourrelleries) où l'on se méfie de ces voleurs d'ouvrage sans feu ni patente. Ils cheminent plutôt d'une ferme à l'autre réparant colliers et harnais. Néanmoins, ils s'arrêtent dans les plus grosses bourrelleries. François Clopin, maître bourrelier à Saint-Georges-d'Espéranche, a tenu le compte minutieux des ouvriers itinérants qu'il a employé de 1927 à 1931 57. Certains restent quelques jours d'autres quelques mois. Ils sont tous logés et nourris chez l'artisan :

Nom et prénom

Lieu d'origine

Dates d'arrivée et de départ

Salaires perçus en espèce

(en fr)

Prix de la pension (gîte et couvert)

Jean Sibille

Saint-Véran (Hautes-Alpes)

1er mars 1927-1er mai 1927

180

855

Camille Chatenier

?

20 février 1929-4 mars 1929

42

180

André Gallein

?

30 avril 1930-10 mai 1930

30

180

Joseph Merlin

Les Abrets (Isère)

8 octobre 1930-31 octobre 1930

300

400

Henri Croze

Lussas (Ardèche), né le 30 mai 1913

29 avril 1931-5 juin 1931

310

684

27Rares sont les informations précises sur cette main-d'œuvre itinérante, sauf une série de portraits. Les témoignages dans leur diversité montrent toutefois des régularités qui permettent de fixer quelques traits spécifiques. Un trait constant revient tout au long de la période de référence : ce sont d'excellents ouvriers, d'un certain âge déjà. « Holà, attention ! Et puis alors des forgerons hein ! Des fins, fins, fins ! Ils savaient tout, tout faire ! » 58 C'est en ces termes que Marcel Gabier se remémore certains des ouvriers itinérants qui fréquentaient la forge familiale de Revel-Tourdan avant la Grande guerre 59. Une génération plus tard, au début des années 1930, Joseph Vial se souvient lui aussi de ce « roulant » qui posait quelques jours son baluchon à la forge de Torchefelon. Il se chargeait des menus travaux que la forge n'avait ni le temps ni la patience de traiter. En échange d'un coup de main, il avait accès à la forge, aux outils, à un coin de grange où dormir et à la table du patron. « Comme il avait roulé sa bosse un peu partout, hein, il connaissait tout, il touchait à tout » 60. Toujours dans les années 1930, Gaston Canel à Artas, se souvient du « père Perrin » : « je le vois encore faire des volutes à la main avec une griffe », lui aussi était un itinérant. Dans les années 1950, Jacques Gauchon, l'un des maréchaux d'Heyrieux, un gros bourg du bas Dauphiné, employait un certain Claude, natif de Bas-en-Basset dans la Loire, dont le nom est oublié : « Il se défendait bien parce qu'il avait travaillé partout. Il faisait son tour de France tout le temps » 61.

28Il s'agit d'individus en marge du cours « normal » de la vie, celui qui mène à l'enracinement. En marge certes mais pas marginaux, du moins pas tout de suite. Jusqu'à la fin des années 1930, ils trouvent une place dans les représentations et les schémas sociaux du monde rural. De fait ils s'insèrent dans des habitudes anciennes et acceptées. Ces roulants ne sont pas des inconnus. On peut en général les rattacher à un pays voisin et il est probable que leurs périples ne les éloignent pas trop de leur village d'origine. Chez les Gabier, de Revel-Tourdan, on se souvient avec netteté de Jean Mouton, un forgeron roulant de la classe 1893. Il est originaire de Saint-Julien-de-l'Herms 62, un petit pays voisin. Forgeron hors pair, c'est aussi un chasseur et, mieux encore, un braconnier des rives du Rhône. Il s'arrête à la forge lorsque la nécessité se fait trop pressante ou lorsque s'approche le banquet des conscrit de son pays. Déchaussé, en guenilles, on lui consent une avance. Il rentre alors pour quelques semaines dans la société villageoise. Cette vie des bois n'offusque pas. À Artas, quelques dizaines d'années plus tard, le père Perrin reste dans la mémoire de ceux qui l'ont connu comme un homme à part : forgeron et amateur éclairé de champignons, dont le savoir mycologique glané à travers chemins et sous-bois est sans limites, au grand dam de la patronne priée d'accommoder ces mets inconnus. Il vient du « côté de Bourgoin » et Léon Canel l'emploie plusieurs fois par an. Dans les années 1950, le portrait que Jacques Gauchon dresse de son ouvrier Claude ressemble étrangement à celui de Jean Mouton. Lui aussi ne « faisait que ça, courir d'une forge à l'autre [...] quand il avait faim, il cherchait du boulot » 63. Même décrépitude lorsqu'il se présente à la forge : « il était en haillons ». Mais la perception d'ensemble à changé. C'était sans doute un bon ouvrier mais les mots hésitent pour le qualifier : « c'était un clochard », une « sorte de clochard », un « clochard-ouvrier ». La marginalité gagne le roulant mais elle reste inachevée car il a toujours sa place à la table familiale et loge dans une chambre attenante. Les clients le connaissent. Il n'a rien d'inquiétant.

29Enfin un dernier trait marque le profil de ces roulants : la vie au jour le jour et l'incapacité foncière à s'établir. Le monde rural tout comme la société d'abondance des Trente glorieuses a connu ces hommes qui jamais n'acceptent de se fixer. C'est un trait de caractère que révèlent les sources. Tous ces hommes auraient pu s'installer « mais ils ne voulaient pas avoir ce souci. Ils aimaient rouler, voilà ». Cette histoire est celle de tous les roulants. Quand Jean Mouton quitte Revel-Tourdan, « il allait ailleurs parce qu'il savait qu'ailleurs on le prenait » 64. En 1922, quand Marcel Gabier quitte la forge paternelle pour « faire son régiment », on prépare les fers pour l'année suivante. Le « père Bret » qui est de passage est embauché : « Il est resté deux mois parce qu'il fallait forger deux milles fers », puis il est reparti. Ces roulants sont souvent des célibataires mais pas toujours semble-t-il. On leur connaît parfois de la famille et plus sûrement des liens moins avouables, des « bonnes amies » mais on évitait d'en parler. Terminée la longue journée de travail, ces hommes restent encore des heures durant au café, lieu de sociabilité qui occupe une place dont on imagine difficilement l'importance. Tel le père Perrin : « il fallait le payer tous les jours et quand il avait touché il allait au bistro et buvait le canon. Le lendemain il revenait travailler » 65. Plus proche de nous, Claude a une solide réputation de « bringueur » : forgeron et amateur de bals où il a su se faire un nom et des amitiés. Dès que l'appel du chemin se fait sentir, tous les prétextes sont bons. Ces instables découvrent soudain des obligations urgentes. Mais ne partent-ils pas pour revenir ? En août 1914, à Revel-Tourdan, alors que résonne le tocsin, c'est un de ces ouvriers roulants habitué de la forge qui, pour une fois, remplace le patron parti vers des horizons peu rassurants.

* * *

30Cette brève approche d'un aspect de l'histoire rurale des XIXe et XXe siècles reste sans doute impressionniste, voire pointilliste. Cela est inhérent à la nature même de la démarche artisanale qui prévaut à la collecte des sources exploitées. Elles méritent mieux. Ces quelques destins sauvés de l'oubli ne peuvent à eux seuls restituer la foisonnante mobilité des campagnes de la région lyonnaise. Néanmoins, collectées et traitées dans une perspective globale et non pas monographique, ces sources constituent des gisements documentaires d'une exceptionnelle richesse. On imagine sans peine leur apport à l'histoire économique du monde rural. Tous ces documents oraux ou écrits conservent des rythmes journaliers, mensuels ou saisonniers que les données classiques tirées des grandes enquêtes sont incapables de restituer. Reflétant l'activité économique des « pays », ils transcendent les limites administratives et restituent l'« espace vécu ». Ces sources documentaires qu'il faut quérir porte à porte d'un « pays » à l'autre, loin des archives constituées, offrent de beaux chantiers. Collectées et analysées alors qu'il est encore juste temps, on sent bien qu'elles pourraient être les matériaux modestes mais fondateurs des grandes synthèses à venir.

31L'enquête de terrain permet aussi de relier le passé au présent, en dépassant l'évocation des professions dont les savoirs et les fonctions seraient devenus obsolètes. Combien de vieux fonds de bourrellerie, de maréchaleries ou de charronnages n'ont-ils pas évolué ? Toute une partie de l'activité économique des campagnes de la région lyonnaise est directement issue de ce vivier d'artisans. Faut-il simplement les évoquer de manière univoque comme les reflets d'un monde défunt ? Les surgeons sont vigoureux et les réussites parfois spectaculaires. Longtemps confinées dans l'atelier, les énergies disponibles ont rebondi, lorsqu'il a fallu s'adapter aux contraintes d'une économie différente. L'étonnante et précoce réussite d'un Victor Lafuma, au départ modeste bourrelier de Jarcieu (Isère), puis représentant en articles de bourrellerie, avant de devenir industriel, ne doit pas cacher d'autres belles réussites 66. La bourrellerie Chardon de Condrieu, reconvertie dans la garniture et sellerie automobiles, s'est transformée dans les années 1960 en l'une des plus grosses entreprises de la région. On peut aussi évoquer, parmi d'autres, la destinée du vieux fonds de charronnage Finet, d'Auberives-sur-Varèze (Isère). Succédant à quatre générations de charrons, Michel Finet donne un tour nouveau à l'entreprise familiale. Aujourd'hui, avec plus de 60 millions de francs de chiffre d'affaire dont 35 % à l'exportation, Finet France est spécialisée dans le négoce de tubes de forage pétrolier. L'entreprise obtient en octobre 1991, dans sa catégorie, le premier prix du conseil régional Rhône-Alpes des entreprises les plus performantes (meilleur ratio formation en comparaison de la valeur ajoutée).

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : Itinéraire professionnel de Marius Mazillier, ouvrier bourrelier (1907-1913)

Annexe 2 : Marius Mazillier en 1918

Annexe 3 : Itinéraire professionnel de François-Joseph Chanrond ouvrier maréchal ferrant (1895-1900)

Annexe 4 : Le livret ouvrier de François-Joseph Chanrond

Haut de page

Notes

1 Les trois métiers comptent en 1929 :

 

Charrons

Bourreliers

Forgerons

 

Maîtres

Ouvriers

Total

Maîtres

Ouvriers

Total

Maîtres

Ouvriers

Total

Ain

441

150

591

97

20

117

460

141

601

Isère

535

123

658

200

33

233

648

194

842

Rhône

300

169

469

99

34

133

366

164

530

Source : Statistique agricole de la France, Ministère de l'Agriculture, Résultats généraux de l'enquête de 1929, Paris Imprimerie nationale 1936, 803 p.

2 Agricole PERDIGUIER, Mémoire d'un compagnon, préface par D. Halévy, Moulin, Cahier du centre 1914/8, 402 p.
3 Méthode suivie par Claude-Isabelle Brelot et Jean-Luc Mayaud lorsqu'ils retracent les itinéraires des ouvriers de la taillanderie de Nans-sous-Sainte-Anne (Doubs) : Claude-Isabelle BRELOT et Jean-Luc MAYAUD, L'industrie en sabots. Les conquêtes d'une ferme-atelier aux XIXe et XXe siècles. La taillanderie de Nans-sous-Sainte-Anne, Paris, J.-J. Pauvert aux Éditions Garnier, 1982, 292 p.
4 La succession du fils aîné sur le fonds paternel ne préjuge en rien des droits du cadet. Toutefois, les compensations auxquelles il peut prétendre sont fort modestes au regard d'un fonds dont la clientèle a été patiemment constituée par la ou les générations précédentes.
5 C. CHÂTELET, Statistique agricole et industrielle du canton de la Guillotière, comparée sous les rapports agricoles à la statistique de France, Lyon, Bajat, 1853, 47 p.
6 Entretien Charles RÉVÉRAND, maréchal-ferrant à Saint-Quentin-Fallavier, Isère, 24 juillet 1998.
7 Entretien Joseph VIAL, maréchal-ferrant à Champier, Isère, 10 février 1999.
8 Entretien Gustave BOURGUIGNON, maréchal-ferrant à La Détourbe, Isère, 9 février 1999.
9 Entretien Gaston CANEL, maréchal-ferrant à Artas, Isère, 6 janvier 1999.
10 Extrait d'acte de naissance, année 1873, acte n° 58 : « à 1 heure 30 en notre commune est né François Joseph Chanrond du sexe masculin, de Joseph Chanrond, cultivateur 37 ans et de Sophie Guillermin, 32 ans ménagère ». Mention marginale : « par acte du 28 mars 1903 à Cheyssieu (Isère) a contracté mariage avec Roche Marie Françoise ».
11 Entretien Marius CHANROND, maréchal-ferrant à Cheyssieu, Isère, 15 juillet 1985.
12 Jules Mazillier, dit Marius, est né le 9 mai 1893 de Louis Auguste Mazillier et de Jeanne Marie Julie Chevry. Il épouse le 24 août 1918 à Thoissey (Ain), Maria Durand, née le 4 avril 1895 à Thoissey, ouvrière en fourrures. Sans contrat de mariage.
13 Entretien Marius MAZILLIER, bourrelier à Saint-Didier-sur-Chalaronne, Ain, 30 décembre 1983.
14 Entretien Joseph REYNAUD, agriculteur à Lapeyrouse-Mornay, 03 mars 1987.
15 Entretien Claudius DEGOUT, maréchal-ferrant à Sainte-Julie, Ain, 12 juillet 1985.
16 Entretien MAILLER, maréchal-ferrant à Brangues, Isère, 13 août 1996.
17 Entretien Joseph BRISON, maréchal-ferrant à Meximieux, Ain, 19 juillet 1985.
18 Voir annexes : carte n° 1.
19 Jean-François WAGNIART, Les vagabonds à la fin du XIXe siècle, Paris, Belin, 1999, 352 p.
20 MOLLOT, Code de l'ouvrier, Paris, 1856, p. 144, cité par : A. CHATELAIN, « À propos d'une contrainte sociale au XIXe siècle : le monde paysan et le livret ouvrier », dans Bibliothèque de la révolution de 1848, tome 15/3, 1953..
21 Entretien André CLOPIN, enseignant, fils et petit-fils de bourreliers, Saint-Georges-d'Espéranche, Isère, 3 mars 1999.
22 Entretien Marius MAZILLIER, bourrelier à Saint-Didier-sur-Chalaronne, Ain, 14 janvier 1984.
23 Les recherches n'ont donné aucun résultat sur ce point : 1) L'ouvrage n'a donné lieu à aucun dépôt légal ; 2) il n'existe plus de descendants capables d'apporter des précisions sur cet aspect particulier.
24 Enquête de 1902. Apprentissage, Rapport de M. Briat, Enquête et documents, Paris, Imprimerie nationale, 1902, 486 p.
25 De fait nous n'avons pas retrouvé beaucoup de ces contrats rédigés sur papier timbré. En voici un exemple : « Convention, Entre les soussignés Jean-Marie Clopin et Jourdan Jules et a été convenu ce qui suit. Jourdan prend comme apprenti bourrelier au onze novembre mil-huit-cent quatre-vingt-quinze au onze mai mil huit-cent-quatre-vingt-dix-sept le fils François Clopin moyennant le prix de trois cent cinquante francs payable cent cinquante francs comptant et deux cent francs à la fin de l'apprentissage. Jourdan s'engage à nourrir et à loger François Clopin et à le soigner toute la durée de l'apprentissage. Signatures: Clopin, Jourdan ».
26 Entretien Claudius DEGOUT, 12 juillet 1985.
27 Entretien Marius MAZILLIER, 7 janvier 1984.
28 Entretien Marius MAZILLIER, 14 janvier 1984.
29 Entretien Marius MAZILLIER, 7 janvier 1984.
30 Entretiens Gabriel VILLARD, bourrelier à Beaurepaire, Isère, 26 août 1998 et 23 septembre 1998. Jules Villard est né en 1884. Il quitte l'école à l'âge de douze ans. Il est placé chez Jay, un des bourreliers de Beaurepaire. À la fin du siècle, vers 1899 ou 1900, il décide d'approfondir ses connaissances. Son fils cite de mémoire le livret d'ouvrier de son père qu'il a malheureusement égaré.
31 Voir annexes : carte n° 2.
32 Semblable constat pour les relations sociales à la taillanderie de Nans-sous-Sainte-Anne : Claude-Isabelle BRELOT et Jean-Luc MAYAUD, L'industrie en sabots. Les conquêtes d'une ferme-atelier..., ouv. cité.
33 Chanrion, cours Tolstoï, 154bis, Indicateur Henri, 1928.
34 Voir annexes : carte n° 3.
35 Gauthier, quai Perrache, 13, Indicateur Henri, 1910.
36 Entretien Marius MAZILLIER, 7 janvier 1984, ainsi que toutes les citations suivantes.
37 Entretien Marius MAZILLIER, 14 janvier 1984.
38 Idem.
39 Bourreliers et maréchaux accomplissaient généralement leur service militaire dans la cavalerie, dans l'artillerie ou dans le train des équipages. On peut considérer qu'il s'agit de l'ultime étape de leur formation professionnelle.
40 Eugen WEBER, Peasants into Frenchmen. The Modernization of Rural France, 1870-1914, Stanford California, Stanford University Press, 1976, 615 p., traduction en français, La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale. 1870-1914, Paris, Librairie Arthème Fayard/Éditions Recherches, 1983, 839 p.
41 Distance approximative calculée en ligne droite d'un point à l'autre. La méthode est empirique et nous avons bien conscience que sur de courtes distances des différences considérables peuvent surgir. Il s'agit simplement de retenir les ordres de grandeur.
42 Il convient néanmoins de tenir compte de la dévaluation, cette dernière somme est en « francs Poincaré ».
43 Entretien Gabriel VILLARD, 26 août 1998.
44 Entretien Joseph BRISON, 19 septembre 1985.
45 Entretien Édouard ALLÈGRE, bourrelier puis salarié chez Rhône-Poulenc, La Chapelle-de-Surieu, Isère, 21 août 1998.
46 Entretien Lucien ALLÈGRE, boucher chevalin et marchand de chevaux, Agnin, Isère, 12 novembre 1983.
47 Entretien Robert CURT, maréchal-ferrant, Les Beaux commune de Roche, Isère, 13 janvier 1999.
48 Entretien Marius MAZILLIER, 07 janvier 1984.
49 Entretien Marius MAZILLIER, 30 décembre 1983.
50 Idem.
51 Entretien Marius MAZILLIER, 14 janvier 1984.
52 Entretien Marius MAZILLIER. De l'utilité des cordes en bourrellerie : « On vendait beaucoup de cordage pour les bœufs, il faut des cordes pour lier les bœufs au joug, les cordes de char et puis, pour attacher les bêtes à l'étable, des attaches ».
53 Entretien Marius MAZILLIER, 30 décembre 1983.
54 Entretien Marius MAZILLIER, 14 janvier 1984.
55 Entretien Claudius DEGOUT, 12 juillet 1985.
56 Entretien MARIN, maréchal-ferrant à Surbaix commune de Sainte-Baudille-de-la-Tour, Isère, 30 septembre 1997.
57 Archives privées d'André Clopin, Saint-Georges-d'Espéranche.
58 Entretien Marcel GABIER, maréchal-ferrant à Revel-Tourdan, Isère, 14 août 1986.
59 Cette instabilité des ouvriers qualifiés du fer a été étudiée pour la taillanderie de Nans-sous-Sainte-Anne (Doubs) : Claude-Isabelle BRELOT et Jean-Luc MAYAUD, L'industrie en sabots. Les conquêtes d'une ferme-atelier..., ouv. cité.
60 Entretien Joseph VIAL, 10 février 1999.
61 Entretien Jacques GAUCHON, maréchal-ferrant à Heyrieux, Isère, 18 novembre 1998.
62 Les tables décennales des années 1863-1873 et 1873-1883 ne portent pas d'acte au nom de Mouton. Or, les deux frères Gabier, Marcel et Engène-Paul, interrogés à douze ans d'intervalle, rapportent les mêmes détails. La transmission des données résulte probablement d'une erreur. Il existe en effet dans une commune voisine, Cour-et-Buis, une famille de charrons, les Mouton. Les recherches effectuées ne permettent pas d'établir de liens entre cette dernière et Jean Mouton.
63 Entretien Jacques GAUCHON, 18 novembre 1998.
64 Entretien Marcel GABIER, 14 août 1986, ainsi que toutes les citations suivantes.
65 Entretien Gaston CANEL, 6 janvier 1999.
66 Site Internet : www.lafuma.fr.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Aguerre, « Mobilité professionnelle : ouvriers bourreliers et forgerons dans la région lyonnaise (fin XIXe-XXe siècles) », Ruralia [En ligne], 06 | 2000, mis en ligne le 22 janvier 2005, consulté le 29 mai 2017. URL : http://ruralia.revues.org/138

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page