Navigation – Plan du site
Articles

Un pionnier de l’enseignement agricole : le docteur Simon Bonnet (1782-1872)

Michel Vernus

Résumés

Dès 1836, Simon Bonnet, originaire d’un village proche de Besançon, fils d’un agriculteur, met au point un enseignement agricole, qui se veut inspiré par la science. Cet enseignement est distribué dans le cadre de comices agricoles, qu’il contribue à créer dans le département du Doubs avec l’appui du préfet. La première phase de cette action de vulgarisation trouve son couronnement dans sa nomination comme professeur d’agriculture en 1839 dans ce même département. Dès lors, agissant au sein d'une population paysanne assez largement alphabétisée, outre les leçons et les démonstrations, il utilise toutes les ressources de l’imprimé (manuel, bulletins, avis, affiches) pour prolonger un enseignement qui se veut pratique. En s’appuyant sur la structure des comices, Simon Bonnet s’efforce de sortir la connaissance agronomique du cadre étroit des sociétés savantes pour la mettre à la portée d’un monde paysan qu’il veut atteindre en profondeur. Cette figure de médiateur culturel est particulièrement exemplaire.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologique :

XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1L'enseignement agricole au XIXe siècle a été peu étudié jusqu'à une date récente 1. Certes, la Seconde République a brièvement tenté de le systématiser 2, mais les balbutiements d'une politique républicaine ont tourné court. Surtout, il semble bien que, comme dans d'autres domaines, il soit nécessaire de traquer les initiatives locales et les individualités 3. Cet article se propose d'étudier la singularité de Simon Bonnet, nommé professeur d’agriculture dans le département du Doubs en 1839, qui, sans conteste, occupe l’une des premières chaires d’agriculture créées en France. Sa nomination est alors la troisième du genre 4. Il semble avoir conservé ses fonctions jusqu’en 1863. Personnalité vigoureuse et forte, ce médecin s’est spécialisé progressivement dans l’enseignement agricole. Il a laissé un certain nombre d’écrits, qui permettent de suivre sa démarche intellectuelle. Pendant plus de trente ans, il est un ardent militant du progrès agricole dans le département du Doubs. Il a été conduit à inventer les instruments, les méthodes, et le contenu d’un enseignement nouveau. Par ses attaches scientifiques et la cohérence de son action, son influence dépasse les limites de ce département 5, il n’a pas craint de se poser en interlocuteur des pouvoirs publics.

Le temps de la formation

2Simon Bonnet est originaire du Doubs, ce département où se déroulera l’essentiel de son action. Il est né en effet le 25 août 1782 à Chenecey-Buillon, village situé à une quinzaine de kilomètres de Besançon. Sa vocation, comme il aura l’occasion de le rappeler, vient de ses origines, son père Jean Bonnet en effet était fermier. Le président du comice d’Ornans en 1840 rappelle en termes idylliques l’origine de cette vocation : « Ainsi qu’il nous l’a exposé lui-même dans un discours tenu récemment au comice de Busy, une partie de sa jeunesse a été consacrée aux travaux champêtres, et dès lors, il en a tellement conservé le doux souvenir et le goût, qu’actuellement encore il regrette sa charrue et ses champs ».

3Rappelons brièvement les premières étapes de sa carrière. Il est entré à l'école vétérinaire de Lyon le 1er novembre 1806, puis il a suivi, à Paris, de 1808 à 1810, les cours et travaux pratiques du Jardin des plantes du Luxembourg. Il obtient ensuite le titre d’officier de santé le 19 octobre 1814, suite à des campagnes militaires en Saxe et en France, grâce au service effectué auprès d’un chirurgien aide-major. On le trouve ensuite à Arbois, où il exerce pendant quelques années ses fonctions de vétérinaire et d’officier de santé. Il arrive à Besançon en 1822, où il obtient le titre de docteur en médecine en 1826, il a alors 44 ans 6.

4Le parcours de Bonnet est donc original par la diversité des orientations initialement empruntées. Cette triple formation de praticien vétérinaire, de jardinier, d’officier de santé et de médecin le conduit presque naturellement à s’intéresser à la fois à la théorie et à la pratique scientifique, puis à un enseignement technique et professionnel appliqué à l’agriculture. Notons qu’il a une personnalité remuante, qu’il affirme ses convictions avec force, et ne craint pas éventuellement la polémique.

Comment devient-on un militant du progrès agricole ?

5Deux passions semblent conduire Simon Bonnet à cet enseignement agricole qui finit par absorber l’essentiel de son activité : la passion de l’action publique et la passion de la diffusion du progrès scientifique. Chez lui le progrès social et la diffusion de la science vont de pair. Lutter contre le « paupérisme » est l’un de ses objectifs.

Un homme dévoué à la chose publique

6Sur le plan politique, sa réflexion et son militantisme républicain sont au plus haut point entre 1830-1835. Le militantisme politique le pousse à se présenter au conseil municipal de Besançon, le 31 juillet 1831. Il remplit alors les conditions d‘éligibilité d’âge et surtout de fortune, puisqu’il faut payer 500 francs de contributions pour être éligible. Or son mariage lui a donné la fortune 7. Élu, il fait partie d’une minorité d’opposants au conseil et se trouve en conflit avec la majorité 8. Dans cette minorité, il retrouve un ami, l’ingénieur Parendier 9, dont il avait sans doute fait la connaissance à Arbois.

7Charles Weiss 10, bibliothécaire de Besançon, excellent observateur de sa ville, connaît bien l’homme. Dans le journal qu’il tient, il atteste de cet engagement républicain ; en septembre 1833, il écrit : « Notre hôte, M. Bonnet, est républicain ou du moins a la réputation de l’être ». Au dire de Weiss, il a participé en novembre 1833 à un banquet républicain offert par Garnier-Pagès rassemblant à Besançon 80 convives d’opinion républicaine 11. Le même Weiss juge qu’il « se complaît dans les rêves du progrès, de l’association et de la bienveillance universelle », ce qui semble indiquer que Bonnet a flirté un temps avec les fouriéristes bisontins ; mais ce parcours fouriériste semble avoir été de courte durée. En effet, Weiss, toujours lui, écrit : « Le docteur Bonnet, l’un des chefs du parti républicain à Besançon vient de déclarer publiquement qu’il renonçait à une secte dont les buts et les principes lui faisaient horreur depuis qu’il les avait pénétrés » (mars 1834). En tout cas, ce parcours, même bref, avec le mouvement d’innovation sociale bisontin traduit chez lui de réelles préoccupations sociales.

8Conseiller municipal de Besançon pendant quinze ans, il s’intéresse dans ses activités municipales à deux secteurs particuliers : l’hygiène et l’enseignement. Dès son arrivée au conseil, il intervient. Sous la menace d’une épidémie de choléra en 1832, l’administration demandait par prévention de badigeonner les intérieurs des maisons des indigents avec du lait de chaux. À ce sujet, il adresse un mémoire au maire de la ville sur les dangers d’une telle opération en argumentant sur des données scientifiques, essentiellement une analyse physico-chimique du produit. Le remède pouvant être selon lui pire que le mal, le lait de chaux ne pouvant empêcher la propagation dans l’air des miasmes provenant de la décomposition des matières contenues dans les murs des maisons des quartiers pauvres. Ce procédé convient sur des murs secs et dans des lieux non habités, écrit-il. Dans tous les cas contraires, il faut craindre chez les habitants des quintes de toux, des douleurs rhumatismales, des coliques, des diarrhées… 12. Ainsi Simon Bonnet n’hésite-t-il pas à s’affirmer en lançant le débat au milieu de ses confrères médecins. Il est également membre de la commission départementale d'hygiène. De même, Bonnet manifeste un intérêt constant à la question du progrès de l’instruction à Besançon. Tout d’abord, il s’intéresse à la création d’un cours d’histoire naturelle au lycée municipal. Dès 1830, il adresse aux conseillers un mémoire sur le lycée. Il y propose une réorganisation de l’enseignement scientifique. Puis, son attention se mobilise sur la création d’une faculté des sciences à Besançon.

9Peut-être d’ailleurs espère-t-il dans ces deux affaires obtenir pour lui-même une chaire ou un cours à sa mesure. Espoirs déçus. Ce sont sans doute ces portes qui, se fermant, le poussent vers un autre type d’enseignement : l’enseignement agricole. Là il espère pouvoir enfin satisfaire cette vocation pédagogique, qui de toute évidence cherche à s’exprimer.

La passion de la science

10Charles Weiss affirme que Bonnet « a consacré sa vie à l’étude des sciences qui se rapportent à la médecine et à l’agriculture ». Cette passion scientifique est surtout orientée vers la science appliquée ; dans ses ouvrages, il évoque sans cesse la nécessité de « suivre les bonnes méthodes scientifiques ». Et c’est celles-ci qu’il s’est efforcé de faire triompher au conseil municipal sur le plan de l’hygiène urbaine, dans la mise en place d’un enseignement d’histoire naturelle au lycée municipal, dans le zèle apporté pour la création d’une faculté des sciences à Besançon. Mais c’est surtout dans le domaine agricole qu’il souhaite apporter ces méthodes nouvelles dans les campagnes comtoises, restées, dit-il, un peu en arrière du progrès. Il veut faire triompher « les nouvelles méthodes et nouveaux procédés que la science et le raisonnement ont introduits dans certaines parties de l’exploitation agricole » écrit-il dans l’introduction de son Manuel pratique et populaire d’agriculture. Bonnet est un pédagogue et un vulgarisateur scientifique. Cette vocation fait de lui le promoteur de la vulgarisation du progrès agricole dans le département du Doubs.

11Parallèlement à l’enseignement agricole déployé dans les campagnes, comme conseiller municipal de Besançon il s’investit à partir de 1849 jusqu’en 1864, dans le Comité de salubrité et d’hygiène de la ville. Ses interventions témoignent d’une attention particulière à ces questions qui touchent au bien commun : il ne manque pas de faire des propositions. Il s’insurge par exemple sur l’accumulation des déchets jetés par le public le long des quais et du chemin de halage, et ceux jetés par les boucheries et les abattoirs : « Vous voyez tous les jours de quelle manière sont transportés dans nos rues, les viandes des abattoirs et des boucheries… non seulement les chairs destinées à l’alimentation mais encore les dépouilles des animaux, les cuirs, le sang et les entrailles sont étalés au grand jour, inspirant la répugnance et choquant tout à la fois les règles de la propreté et les lois de l’hygiène publique… » (17 novembre 1849) 13. La salubrité publique est chez lui un souci majeur, il s’en préoccupe à propos de l’alimentation, mais aussi lorsqu’il s’agit de la voirie, de l’hôpital, ou encore des vapeurs émanant d’entreprises industrielles.

12Que cet élu de la ville s’intéresse à l’agriculture, cela a tout pour surprendre, mais en réalité ne peut étonner si on se souvient que la campagne en Franche-Comté est toujours très proche du centre urbain ; les paysans sont même alors encore très présents dans la ville, à Besançon comme ailleurs.

Un instrument de vulgarisation : le manuel d’agriculture

13Dès 1830, les premiers écrits publiés du docteur Bonnet témoignent d’un vif intérêt pour les questions agricoles. En novembre 1830, il publie un Traité des engrais liquides « dont les cultivateurs ont besoin et qu’ils peuvent facilement se procurer presque sans frais », petit in-12 ; une Notice sur la culture des trèfles en Franche-Comté.

14Or, il se lance avec une équipe dans la rédaction plus ambitieuse d’un manuel d’agriculture. Le journal de Weiss mentionne en août 1833 que « le fameux docteur Bonnet » se consacre à l’écriture d’un tel ouvrage. La rédaction et la diffusion de ce gros livre affirmeront la compétence du docteur en matière agricole ainsi que sa réputation comme spécialiste des questions agricoles au plan du département. La première édition a lieu en juin 1834. Bonnet obtient une souscription du conseil municipal pour ce manuel « dont il sera distribué des exemplaires aux établissements d’instruction publique » (7 août 1834). Cet ouvrage sera réédité à plusieurs reprises : une réédition a lieu l’année suivante, en juin 1835 ; une autre en 1836. Cette dernière édition porte le titre de Manuel pratique et populaire d'agriculture ; imprimée chez Laurent Gauthier à Besançon, elle est tirée à 2 600 exemplaires. Cet ouvrage sera à nouveau réédité en 1839. Notons que Bonnet n’utilise jamais le mot « paysan », mais au contraire celui de « cultivateur » : il est vrai que depuis la Révolution ce terme est le plus largement employé dans la littérature agricole. Mais l’usage du mot chez Bonnet traduit très certainement la perspective qui est la sienne, celle de la mise en place d’une formation professionnelle.

Description de l’ouvrage

15L’édition de 1836 a 645 pages, elle comprend 36 chapitres. L’auteur dit lui-même que ce livre est d’abord destiné aux jeunes gens de 15 à 25 ans, ainsi qu’aux cultivateurs eux-mêmes et « aux philanthropes qui s’occuperont à l’avenir d’instruire les cultivateurs ». En introduction, il dit clairement qu’il a voulu sacrifier l’érudition à l’utilité.

16C’est un cours qui se veut complet puisqu’il évoque aussi bien la famille du cultivateur, l’exploitation agricole, les habitations des cultivateurs que les instruments et les machines utiles, les méthodes de cultures, l’assolement, les amendements à apporter aux sols, les prairies artificielles, les maladies des plantes et des bêtes, que des comices agricoles, dont Bonnet comme on le verra est un chaud partisan : il en fera en effet le cadre associatif dans lequel il diffusera son enseignement. Nulle surprise si le médecin s’attache également à évoquer la « santé des cultivateurs ».

17Un chapitre intéressant est intitulé Du cultivateur comme citoyen. Il s’agit en fait d’un petit cours d’instruction civique sur le respect de la loi et des droits. Suivons l’argumentation développée. Il faut donner du travail aux pauvres pour les rendre autonomes, l’offre de travail est une clé de la question sociale, il est plus facile de résoudre ce problème à la campagne qu’à la ville, ajoute-t-il. « Ce n’est pas en faisant l’aumône ou en donnant des alimens, des vêtements et de l’argent à l’indigent, qu’on lui rend service : pour lui être réellement utile, il faut le faire travailler ; il faut élever et instruire ses enfans, afin qu’ils apprennent à gagner leur vie et à ne dépendre que d’eux-mêmes ». Il distingue les nécessiteux et les prolétaires. Les communes sont le lieu où les ressources peuvent être mobilisées « pour que les habitants nécessiteux puissent vivre en travaillant ». Elles ont des moyens multiples et étendus « en les faisant travailler aux chemins vicinaux et à ceux qui servent simplement aux exploitations rurales ; elles peuvent leur faire cultiver quelques parties du terrain communal, les charger du curage des fossés, de la replantation des bois ou forêts, de l’entretien des communaux, etc. Enfin, les communes peuvent et doivent réserver quelques ressources locales pour créer des institutions de bienfaisance destinées à porter des secours aux enfans, aux vieillards et aux malades pauvres ; établir des ateliers industriels de filature, de tissage, etc. ; surtout pour occuper, dans les saisons mortes, tous les bras disponibles […] ». Bonnet fait preuve d’une certaine sensibilité sociale, acquise peut-être de sa courte fréquentation du fouriérisme.

18Notons qu’il fait une place réduite à la fromagerie. La sous-rubrique Fromageries ou fruitières occupe modestement sept petites pages (pp. 568-575). Preuve qu'en 1836 la Franche-Comté ne s’est pas encore engagée fermement dans le choix affirmé de l’économie laitière 14.

L’utilisation du manuel

19Le manuel est un instrument de base dont se sert Bonnet dans l’enseignement, qu’il est en train de développer. Ce manuel est en effet diffusé largement, il a été distribué dans toutes les communes du Doubs, et dans les écoles 15. Mieux, en 1837, les paysans qui assistent aux cours organisés dans le cadre du comice de Busy (Doubs) peuvent suivre ce qui est dit par le conférencier sur le Manuel pratique et populaire d'agriculture qu’ils ont disposé sur leurs genoux. Au dire de l’auteur lui-même, les paysans appellent ce manuel le Livre, ce qui semble attester du succès remporté par l’ouvrage.

20Parallèlement, comme on le verra, il fera paraître par la suite d’autres publications, toutes à destination pédagogique : Résumé des poids et mesures, 1840 ; Leçon sur la culture des plantes fourragères, 1842. Il a fait paraître également un Bulletin de l'enseignement agricole de 1840 à 1842 et des mélanges d’agriculture de 1839 à 1846. Il fait publier des Avis sous forme de placards affichés dans les communes, ainsi que des circulaires.

Le créateur et l’animateur du comice de Busy

21La création du premier comice du département du Doubs en 1836, à Busy, à dix kilomètres de Besançon est une affaire qui est liée au Manuel, ce dernier étant conçu par Bonnet pour être utilisé dans ce genre de réunion. Le futur professeur est un familier du lieu, car Busy est peu éloigné de Chenecey-Buillon, son village d’origine.

22Le 20 janvier 1836, Charles Weiss, toujours lui, note dans son journal : « Le docteur Bonnet m’a lu le mémoire qu’il se propose d’adresser au préfet sur l’établissement des comices agricoles dans le département. Il renferme d’excellentes vues et je ne doute pas qu’un ou plusieurs établissements de ce genre ne finisse par opérer de grandes améliorations dans les mœurs et les pratiques des habitants de la campagne. Mais la création des comices en dehors de la société d’agriculture me paraît une chose monstrueuse, et il est impossible que le préfet ne le sente pas. En sorte que le pauvre docteur, qui ne veut pas entendre parler d’une alliance avec cette société composée de gens étrangers à la culture, pourrait bien être pour ses frais de rédaction ». Témoignage qui met judicieusement l’accent sur l’entreprise originale de Bonnet, qui cherche en effet à créer une structure en dehors de la société d’agriculture 16, mais contrairement à ce que pensait Weiss, le docteur trouve et obtient l’appui de l’administration.

23Dès le 27 mars 1836, Simon Bonnet sollicite une autorisation d’association du préfet : « je viens au nom du comice agricole du midi de Besançon vous prier de vouloir bien autoriser ses réunions » 17. Il bénéficie de l’aide administrative et financière du préfet, le 29 avril, obtenant de celui-ci une allocation de 500 francs en faveur du comice. Une lettre de Bonnet adressée le 12 avril 1836 avise le ministre de l’Intérieur « qu’un comice agricole s’est formé à Busy à deux lieues de Besançon. Une assemblée tenue le 6 mars 1836 s’est constituée et a adopté les statuts que je transmettrai en deux exemplaires ». Le 23 mai 1836 le ministre déclare : « J’approuve dans toutes les parties les statuts du comice agricole de Busy ».

24Cette création d’un comice à Busy est faite en liaison avec un grand propriétaire du lieu, Jacques Martin 18, président du comice. La propriété de ce dernier est le siège de l’association, ferme modèle, qui sert de véritable institut expérimental. Les statuts précisent les raisons de ce choix : « Article 5 - L’action d’un comice agricole devant être toute champêtre, celui du Midi du département se réunira ordinairement à la Grange Rouge de M. Martin, parce que cette ferme, outre l’avantage qu’elle a d’être située à peu du centre de la circonscription, présente par son site varié, ses différentes natures de terre et les cultures perfectionnées qu’on y pratique depuis longtemps, toutes les ressources désirables pour l’instruction qu’on a en vue et pour le but que l’on veut atteindre […] ».

25Les attendus des mêmes statuts expliquent ce que devra être le rôle de ce lieu tout en traçant parallèlement les grandes lignes d’un programme d’enseignement : « Il sera fait par un ou plusieurs de ses membres, à la Grange-Rouge de M. Martin, tous les 1er et 3e dimanches de chaque mois, dans la belle saison, c’est-à-dire depuis le mois de mars jusqu’à celui d’octobre inclusivement, et cela, depuis une heure à quatre heures de l’après-midi, des démonstrations théoriques et pratiques sur toutes les parties de l’agriculture, et le plus souvent en plein champ ayant l’exemple sous les yeux. Par cette mesure la ferme de M. Martin sera non seulement considérée comme un modèle, mais elle deviendra en outre un centre d’instruction, un véritable institut agricole, où tous les agriculteurs de la circonscription du comice pourront aller prendre, sans frais ni perte de temps, connaissance de la nature des terres, des assolemens à long terme, des instrumens aratoires perfectionnés, des meilleures méthodes de labours, des cultures alternées en tout genre, des doubles récoltes, etc. » 19.

26Les cours publics semblent avoir commencé immédiatement, dès l’été 1836. En effet dans un rapport au préfet du mois d’août, Martin, le président, écrit : « Nous avons vu 6, 12 et 20 personnes venir de plusieurs lieues pour assister aux conférences [...]. M. Le docteur Bonnet, président honoraire s’est rendu exactement à toutes les conférences et à chacune d’elles pendant plusieurs heures, il a éclairé les auditeurs sur la science agricole ou du moins sur les points les plus intéressants ». On connaît la façon dont se déroulaient les séances d’instruction par deux sources, les comptes rendus officiels rédigés avec soin par Bonnet lui-même et ceux publiés dans la presse bisontine. Citons l'un des plus anciens comptes rendus annuels rédigés à l’intention du préfet, daté du 19 août 1837 : « J'ai pris une part fort importante à l'organisation et à la direction de ce comice et parce que c'est encore moi qui suis chargé de l'instruction tant en leçon qu'en conférence de l'école d'agriculture […]. Le comice de Busy est institué du 6 mars 1836. 44 membres lentement ont pris part à son organisation, mais il en compte aujourd'hui 67, à chaque séance publique ce nombre s'augmente de plusieurs membres nouveaux. Les individus qui font partie de société sont tous propriétaires ruraux ou cultivateurs, et par conséquent tous directement intéressés aux améliorations agricoles. Le comice s'assemble régulièrement trois fois par an en séance publique, savoir au printemps pour le concours des bestiaux, immédiatement après moisson pour les concours des instruments aratoires ; sur la fin de l'automne pour décerner les primes de récompense en accordant les gratifications d'encouragement à qui de droit […]. Pour faire connaître aux cultivateurs la marche et l'objet de ses travaux, le comice procède par voie d'affiches qui sont placardées à temps dans toutes les communes de sa circonscription. J'estime que cette mesure doit être continuée à l'avenir car elle produit de très bons effets. Dans chacune des réunions de comice, les questions de science, d'art, de méthode et de procédé agricole ou d'économie rurale domestique qui peuvent être utiles au pays sont traitées sous le point de vue théorique et pratique, il résulte de cette conduite que ce qui a été reconnu utile se propage promptement et arrive jusque dans la plus petite chaumière de la circonscription ».

27« Le comice a recours aux publications imprimées pour favoriser l'instruction du cultivateur. C'est ainsi qu'il a fait publier deux discours sur la bonne organisation et la bonne direction des comices et qu'il a distribué aux cultivateurs dans sa séance publique du printemps dernier, 300 exemplaires de mon traité des engrais liquides (déclaration d'un maire à Bonnet ) : Vous ne pouvez vous faire une idée juste de l'enthousiasme de nos cultivateurs et de la confiance qu'ils ont au comice ; ils ne parlent que d'améliorations, de culture nouvelle et de progrès agricole ; les liens qui les attachaient aux anciennes pratiques sont rompus, grâce aux comices il n'y a plus de routine agricole. Du côté de la bienfaisance ou de la morale, le comice de Busy me parait encore avoir une grande importance ; parce qu'il tend une main protectrice à toutes les personnes agricoles de la circonscription qui deviennent nécessiteuses par la suite de quelques sinistres malheureux et imprévus, et parce qu'il entre dans sa vue d'encourager ou de récompenser toutes les vertus généreuses ou morales qui ont été utiles à la société. C'est ainsi qu'il prête gratuitement quelques sommes aux personnes victimes d'incendie, d'épizootie ou qu'il récompense par des dons les personnes qu'on lui signale comme ayant eu du dévouement ou commis une bonne action. Le comice de Busy protège aussi les métiers et les genres d'industrie utiles à la prospérité des campagnes, par exemple il a accordé une somme de 30 francs à un jeune homme de la commune d'Amancey pour l'aider dans un apprentissage de charron-maréchal ; il a promis une prime de 600 francs à la commune ou au particulier qui monterait une fabrique de sucre de betterave à l'instar de nos fromageries ».

28La presse bisontine permet de connaître la manière dont fonctionne ce comice. Ainsi, l’Impartial du 26 juillet 1837 relate une de ses sessions : « L'institut a commencé ses expériences dimanche 23 du courant comme nous l'avons annoncé dans un de nos précédents numéros, 43 cultivateurs de diverses communes s'étant rendus à la Grange Rouge avant une heure de l'après-midi pour l'ouverture de la séance. Cet empressement des cultivateurs d'assister aux exercices de l'institut est bien digne de remarque ; il attirera sûrement l'attention et la sollicitude des autorités et du Conseil Général, car il prouvera que les habitans des campagnes sentent l'importance de l'instruction agricole et toute l'utilité d'une école d'agriculture. En commençant la leçon M. le docteur Bonnet a annoncé qu'il suivrait l'ordre établi dans son Manuel d'agriculture, en observant toutefois qu'il passerait rapidement sur les matières que les cultivateurs connaissaient déjà. Il ne pouvait mieux faire, car ses auditeurs, à l'aide de cet ouvrage concevront facilement les explications orales données par le professeur... Après la leçon, il y a eu conférence sur les instrumens aratoires, sur les essais de la ferme-modèle ».

29Le même journal, le 9 août 1837, publie l’annonce d’un concours de charrues et des instruments aratoires pour le dimanche 20 à la ferme modèle de la Grange-Rouge à deux heures : « Le docteur Bonnet fera une leçon sur les avantages de bons labours ». Le compte rendu paraît dans le journal le 23 août suivant : « La collection des instrumens aratoires était placée dans le verger en face de la ferme. 150 cultivateurs au moins se sont empressés de suivre l'orateur. Des détails fort intéressants sur le mérite de chaque instrumens ont été donnés, et les cultivateurs ont vu avec beaucoup d'intérêt la charrue de la ville de Besançon représentant le système à mécanisme Grangé, le soc à deux ailes, sans coutre, et deux oreilles mobiles. Il ont vu aussi avec un égal intérêt le semoir Hugues, le scarificateur, etc. ». Le comice de Busy sert de modèle. Dans le département voisin du Jura, la Sentinelle du Jura, par exemple, dans un long article donne des nouvelles du comice de Busy en rapportant la séance tenue en novembre 1841 20.

30Simon Bonnet participera à la création d’autres comices à partir de l’expérience de Busy qui a servi en quelque sorte de laboratoire. Celui de Bouclans est constitué le 30 octobre 1836 21, on le voit intervenir à Vercel, puis à Clerval. Ainsi, Bonnet organise-t-il avec l’appui du préfet un réseau associatif d’enseignement qui lui permet de disposer d’un cadre pour un enseignement qu’il veut étendre à l’ensemble du département, mais qu’il souhaite en même temps décentraliser. Il théorise d’ailleurs son choix, déclare que les comices sont plus appropriés pour ce faire que les sociétés d’agriculture trop éloignées du terrain. Sa démarche implique donc une critique de l’action des sociétés d’agriculture 22. Son action, il la développe hors de la Société d’agriculture de Besançon avec laquelle il se brouillera.

31Bonnet a donc conscience d’inaugurer un enseignement nouveau, dans le cadre où celui-ci est distribué et dans le contenu où « la science et la pratique doivent marcher de paire » 23. Dans son premier discours, il déclare : « nous sommes obligés, pour ne pas marcher dans l’ornière, de chercher des moyens nouveaux d’utilité, en dehors des lieux communs… c’est par l’exemple des bonnes pratiques et des succès qui parlent constamment aux yeux et au bon sens des cultivateurs que l’on parvient le plus souvent en agriculture à être utile à son pays ».

32La création du comice de Busy revêt donc une double importance. Ce comice sert désormais de modèle pour d’autres créations. Par ailleurs, sur le plan de la stratégie personnelle de Bonnet, cette création lui sert de tremplin pour obtenir la reconnaissance officielle de son action.

Le professeur d’agriculture

33Ces premiers efforts et succès sont en effet rapidement reconnus et couronnés par une nomination officielle. Par arrêté du 18 novembre 1839, Bonnet est en effet nommé professeur départemental d'agriculture, il conservera sa chaire jusqu'en 1863. En fait, cette nomination confirme les fonctions exercées antérieurement, l’homme par son dynamisme a imposé cette reconnaissance officielle.

Une conception de l’enseignement agricole

34Plus que jamais le professeur pour diffuser son enseignement entend s’appuyer sur un réseau de comices existant ou à compléter. La création de celui de Clerval met en valeur le rôle joué par le nouveau professeur ; le préfet du Doubs écrit le 6 décembre 1839 : « J’ai l’honneur de vous prévenir que M. le docteur Bonnet nommé professeur d’agriculture du département par M. le ministre de l’Intérieur se rendra, ensuite de mon autorisation, le dimanche de ce mois à Clerval pour y organiser un comice rural à l’instar du comice de Busy. Je vous prie de vouloir bien accueillir ce professeur et de lui faciliter par les moyens qui sont à votre disposition l’opération dont il a bien voulu se charger » 24. Ainsi, de toute évidence, Bonnet agit-il de concert avec l’administration.

35Sa conception de l’enseignement agricole, il la développe dans son allocation d'installation prononcée à la séance de Busy du 15 décembre 1839. Séance solennelle qui rassemble de nombreuses personnalités de Besançon, devant lesquelles il insiste d’emblée sur la nouveauté de l’enseignement qu’il crée et donne : « L'enseignement agricole comme je le conçois n'a pas plus de précédent que la chaire elle-même, il ne s'agit pas d'un cours régulier et méthodique fait dans un seul lieu : peu de cultivateurs pourraient en profiter et ses longueurs répondraient mal au but que nous désirons atteindre, celui de compléter l'instruction et l'éducation professionnelle du cultivateur. Dans notre vue, le professeur doit se transporter successivement au sein des comices ; il doit être le lien d'union de ces sociétés, exciter entre elles et entre leurs membres une utile émulation, les aider dans leurs travaux, concourir à leur marche, faire concourir à tous les règles de culture ou les préceptes pratiques les plus convenables selon les localités ou les circonstances. Si l'enseignement venait à cesser, il est évident que les comices n'auraient plus de stimulant ni d'unité d'action. Les cultivateurs sont tenus au courant des nouveautés, le professeur leur procure les instruments aratoires et les machines outils, les comptes rendus et les bulletins rappellent aux cultivateurs les sujets des leçons. Si vous ajoutez qu'il sera l'homme de l'administration près des comices comme il sera l'homme des comices près de l'administration, qu'il devra se tenir au courant des expériences nouvelles pour les faire tourner au bénéfice du département, qu'il sera naturellement chargé des publications des comices, de leur procurer les graines dont ils auront besoin, qu'il pourra éclairer de ses conseils MM. les maires ruraux pour tous les actes agricoles qui les embarrasseraient ».

Les tournées de conférences

36L’enseignement s’effectue au cours de tournées. Ainsi, du 1er mars au 26 avril 1840, le nouveau professeur effectue sa première tournée de conférences agricoles données dans le cadre des comices. Il traite des cultures alternées fourragères et de l’utilité de la stabulation. Une seconde tournée se déroule du 3 juin au 26 juillet. L’année suivante, en 1841, il effectue une longue tournée entre le 1er février et le 14 novembre. Le 19 novembre, le journal Le Franc-Comtois 25 expose les séances d’enseignement pour l’année 1842. Effectivement, du 6 février au 10 novembre 1842 40 séances de trois heures ont eu lieu. À chaque fois il y a distribution du Bulletin et d’échantillon de graines. Les thèmes essentiels abordés sont les cultures fourragères et les prairies artificielles, dont le professeur se fait l’apôtre. Au total, 8 000 cultivateurs auraient bénéficié de ces différentes séances. L’année suivante, du 5 mars au 5 novembre 1843, le professeur poursuit son enseignement itinérant. De toute évidence, Bonnet cherche donc à atteindre la masse des agriculteurs du département et à sortir le progrès agricole du cercle étroit des sociétés érudites.

Un enseignement actif et pratique

37Bonnet souhaite non seulement que l’enseignement soit pratique, mais qu’une réelle et active participation des enseignés puisse se développer. Les statuts du comice de Busy prévoient par leur article 15 que « chaque membre titulaire du comice sera tenu de faire au moins une fois en deux ans, un rapport sur quelques moyens propres à améliorer les ressources agricoles d’une ou plusieurs communes de sa section ». Cette participation a-t-elle été effective ? Au moins dans quelques cas. En 1845 à Roulans, un cultivateur du village présente un rapport sur les croyances erronées de l’influence de la lune sur les semailles, les récoltes… À Rougemont, un agriculteur du village expose ses travaux sur les prairies. Au Russey, on discute des parcours.

38Après 1846, on ne dispose plus de rapport, mais il est certain que le cycle des conférences continue. Le conseil général du Doubs note en 1855 : « Instituée en 1839, la chaire d’agriculture continue à répondre à l’objet de sa création, les leçons du professeur sont toujours bien accueillies et ne restent pas sans fruits ». Il est possible de recueillir dans la presse quelques échos des tournées et de l’action du professeur, souvent couplées avec un concours agricole. Ainsi, le 26 mai 1858, l'Impartial annonce la tenue à Busy « d'un concours pour les progrès agricoles » qui se tiendra le 22 août ; il en fait quelques jours plus tard le compte rendu, le 26 août, en donnant la liste des prix et en ajoutant : « À la fin des expériences des instrumens d'agriculture du comice, deux houes à cheval et deux buttoirs Dombasle ont été vendus à deux cultivateurs de la circonscription du comice. Aux primes le comice agricole a ajouté pour chacun des lauréats un livre d'agriculture intitulé l'Éleveur des bêtes à cornes par Félix Villeroy, cultivateur à Rittershoff ». Le 6 novembre 1858, autre compte rendu du comice tenu à Audeux, au cours duquel un enseignement a été donné par le docteur Bonnet à Pouilley-les-Vignes 26.

39Bonnet a cherché à instaurer une formation théorique et pratique fondée à la fois sur l’échange des savoirs et l’émulation par les prix et les médailles. Il entend également lier la connaissance à une véritable éducation : « il faut toucher le cœur des paysans », les « civiliser ». Plus clairement, il écrit que « si le développement de l’intelligence constitue l’instruction, les bonnes manières d’être, l’honnêteté, la politesse, les actes de convenances, selon son état et sa profession, un travail aisé et fait à propos caractérisent l’éducation professionnelle ». Il entend inculquer « le goût de l’ordre [et] de la propreté » en même temps que le goût de l’étude.

L’utilisation de l’imprimé

40Dans son action vulgarisatrice, Bonnet utilise différents moyens qu’il précise lui-même, notamment dans une allocution faite à l’occasion de l’installation du comice de Baume-les-Dames le 15 mars 1840 : « Pour nous instruire dans l'honorable profession de cultivateur, quatre moyens sont à notre disposition. Moyens qu'il nous faut utiliser ensemble sans en privilégier : l'enseignement oral, la pratique, l'exemple, la lecture des ouvrages. L'enseignement oral : la connaissance des principes, des méthodes et des pratiques utiles à l'agriculture selon les localités et les circonstances. La pratique : acquiert l'expérience qui doit régler sa conduite. L'exemple : un renseignement duquel il faut tenir compte. La lecture : éclaire l'esprit, forme le jugement par la comparaison, et confie à la mémoire les choses dont on a besoin de se souvenir ». Outre l’enseignement oral, outre la démonstration pratique, le professeur fonde son enseignement sur l’utilisation du livre et de la lecture. Bonnet utilise en effet toutes les ressources de l’imprimé pour diffuser la « bonne parole » agricole. C’est sur cette utilisation pédagogique de l’écrit que nous voudrions insister à présent. Il convient de ne pas oublier que le professeur d’agriculture se meut dans un département comtois, le Doubs, qui a été précocement alphabétisé 27.

41Toutefois, en observateur attentif, Bonnet dans son Manuel pratique et populaire d'agriculture déplore la médiocrité des livres qui sont entre les mains des jeunes paysans. Il rappelle que, dans les familles villageoises, il n'y avait que des livres de piété qui se transmettaient de l'aïeul au père, puis aux enfants, ajoutant quelques notations concrètes sur l'utilisation des livres et de la plume : « On ne procure aux jeunes gens, ni assez de livres, ni ceux qui leur conviennent, ni les autres objets nécessaires à leur éducation... Voici ce qui se pratique : il y a dans chaque maison la Bible de Royaumont, les Pensées sur les vérités de la religion, l'Instruction pour les jeunes gens, et voilà toute la bibliothèque à l'usage des enfans de la famille. Ces livres ont servi à l'aïeul, au père ; ils doivent encore être portés successivement à l'école par les enfans, depuis l'aîné jusqu'au cadet. Ils sont souvent tout gâtés, tout déchirés, tout effacés, et quelquefois si vieux que l'orthographe des mots est méconnaissable. Qu'importe ! Tant qu'il y a quelques feuillets, on ne veut point les remplacer. On refuse encore à ces innocentes créatures jusqu'à de l'encre, une plume, une feuille de papier. On leur donne quelquefois de l'encre faite avec de la suie ou du noir de fumée délayé dans de l'eau [...] » 28.

42Le professeur d’agriculture milite donc pour diffuser une littérature plus utile à ses yeux. Nombreux sont les passages dans ses rapports où il insiste sur la nécessité de prolonger les conférences et les cours par des bulletins remis aux participants. En 1843, il fixe l’objectif : « le professeur grâce à l’écrit, la publication de bulletins, a pour mission de compléter l’instruction et l’éducation professionnelle des familles composant la société agricole ». La perspective est bien de diffuser un enseignement professionnel, mais aussi et plus largement une véritable éducation populaire.

Le bulletin

43Dans l’été 1840, Bonnet énumère les avantages que représente la diffusion d’un bulletin : « publier un bulletin d’enseignement dans lequel on rappelle les principaux points d’instruction qui ont été traités dans les réunions des comices, c’est continuer d’éclairer les cultivateurs qui étaient présents aux leçons ; c’est donner l’occasion à ceux qui n’ont pu y assister, de prendre connaissance de ce qu’on y a dit et d’en profiter ; c’est mettre à la disposition des instituteurs primaires des communes rurales des moyens assurés d’initier leurs jeunes élèves au progrès agricole de leur localité ; c’est en un mot, en démontrant l’utilité de l’enseignement, prouver au conseil général du département et au gouvernement que les fonds qu’ils accordent en protection de l’enseignement agricole sont employés le plus avantageusement possible ou dans le grand intérêt du pays ». Ce texte est doublement intéressant : il insiste sur la nécessité des cours imprimés, mais il montre également que le professeur est particulièrement soucieux de disposer des relais capables d’assurer la diffusion de son enseignement. Outre les présidents des comices, il souhaite mettre dans le coup les instituteurs. Relevons également le soin qu’il prend pour soigner ses rapports avec l’assemblée départementale et le gouvernement. Lui-même se présente comme un fidèle exécutant de leurs volontés. Dans un autre mémoire, de la même année, il récidive et affirme que « la publication de bulletins représente à l’esprit et à la mémoire des cultivateurs les détails des sujets d’instruction qui ont été développés dans les leçons. En répandant ces bulletins en grand nombre dans les campagne et surtout dans les écoles primaires, on protège l’agriculture et la morale car on attire l’attention et on fixe le goût des habitants sur les choses utiles à leur profession ».

44Pour magnifier et prouver l’efficacité de son action aux yeux de l’administration, dans un compte rendu de 1842, il décrit de manière un peu complaisante l’utilisation qui est faite de ces bulletins par les agriculteurs eux-mêmes : « Nous imprimerons à l’avance les sujets de leçons afin d’en remettre un exemplaire après la séance à chaque cultivateur présent. Cette initiative a une heureuse conséquence à observer la satisfaction des cultivateurs qu’ils montraient en obtenant la leçon écrite. Nous savons d’ailleurs qu’ils s’en occupent, qu’ils en font dans leurs rapports des sujets de conversation. Cette amélioration ne peut que s’accroître avec le temps et suivre le développement de l’intelligence agricole ». Il poursuit : « Cette amélioration dans le raisonnement des cultivateurs, au sein d’une conférence, s’observe aussi dans toutes leurs relations, qu’ils soient réunis en groupe, les dimanches, autour de l’église, avant ou après l’office, qu’ils s’égaient au cabaret ou qu’ils passent leur temps le soir à la veillée, n’importe, ils s’occupent de quelques sujets de progrès agricole tirés de nos leçons, de nos publications ou de leur pratique… ». Simon Bonnet est un adepte de l’enseignement mutuel : « pour la promptitude et la sûreté de l’instruction, la méthode mutuelle me paraît la meilleure » écrit-il dans le manuel, à une époque, il est vrai, où cette question est fortement débattue.

45Bonnet ne se contente pas d’indiquer la méthode, il passe réellement aux actes, les distributions ont réellement lieu. Le 29 mars 1840, dans le canton de Vercel (Doubs) 300 cultivateurs sont en réunion : à l'issue de la conférence, le professeur d'agriculture distribue un bulletin sur la culture des graines muni d'un échantillon. « Les bulletins sont une source d’instruction qui plaise aux cultivateurs » 29 constate-t-il. En mars 1840 il distribue 600 bulletins aux cultivateurs réunis à Busy, bulletins présentant le tableau des poids et mesures anciennes convertis dans le système métrique décimal ; en 1842, 4 000 exemplaires d’une leçon sur les prairies artificielles sont donnés ; en 1845, 2 800 exemplaires du Bulletin d’enseignement agricole sont distribués. Ainsi le bulletin apparaît-il véritablement à côté du manuel comme l’un des supports indispensables au prolongement de l’enseignement de masse qu’il dispense.

D’autres imprimés

46Mais Bonnet utilise d’autres ressources de l’information imprimée, notamment des Avis placardés expédiés dans les communes en fonction de l’actualité agricole. Avis doublés d’affiches, voire de circulaires 30. Par un Avis, signé du préfet, il encourage par exemple en 1843 la culture du choux fourrager. Mais dans les années qui suivent, la pomme de terre semble sa préoccupation dominante. Le 18 septembre 1845, un avis concernant la maladie de la pomme de terre est expédié dans les communes, d’autres suivent sur le même thème année après année. Ainsi, au printemps 1847, un autre placard est adressé aux cultivateurs « concernant la maladie, le renouvellement, la culture, la récolte, la conservation, et l’usage alimentaire ou économique de la pomme de terre […] ». Cette action s’inscrit dans une période de crise alimentaire 31. Il y a même eu à Lons-le-Saunier une « révolution de la pomme de terre » en 1840 32.

À la recherche de relais

47Simon Bonnet a choisi d’organiser son enseignement dans le cadre du réseau des comices, qu’il a aidé activement à mettre en place. C’est le cadre institutionnel essentiel sur lequel il prend appui. Dans ce cadre là, il trouve l’appui de grands propriétaires ou de notables locaux, tels que Martin à Busy ou Deschamps, ancien notaire à Bouclans. Mais il lui faut plus. À partir du moment où il utilise l’écrit comme instrument de diffusion des données de son enseignement, il a naturellement besoin d’autres relais capables de faire descendre en profondeur et de manière plus systématique les divers supports écrits dont il est l’auteur.

48Le professeur s’adresse d’abord aux instituteurs. Une partie des bulletins, comme nous l’avons vu, leur est expédiée. C’est également ce canal qui avait déjà été utilisé pour distribuer le manuel, dont des exemplaires ont été envoyés gratuitement aux écoles. L’autre relais sollicité est celui des mairies, auxquelles il est demandé expressément de diffuser le bulletin. Dans un Avis en forme d’affiche daté du 30 décembre 1842, Bonnet se prévaut de l’appui du préfet et donne le mode d’emploi des imprimés d’enseignement agricole envoyés dans les communes : « Lorsque nous publions un bulletin ou Compte rendu de l’enseignement agricole, et que ce Bulletin est adressé aux communes du département, il entre dans les vues de M. le préfet ; ainsi que dans notre intention, que MM. Les Maires en donnent connaissance aux Cultivateurs, soit en le lisant eux-mêmes le dimanche à la maison commune, soit en le faisant lire le soir à la veillée, dans le lieu où les habitants peuvent s'assembler le plus commodément. Après la lecture d’une partie ou de la totalité du Bulletin, toutes les personnes présentes doivent avoir la liberté de faire des observations ou de discuter les principaux points de la publication, pour les comparer avec quelques unes de leurs pratiques, pour en apprécier le mérite, en un mot, pour les approuver ou les contredire. C’est en assujettissant ainsi nos publications agricoles à l’examen critique du bon sens et de l’expérience des cultivateurs que nous leur donnerons la plus grande utilité possible ; mais pour atteindre cet heureux but nous comptons sur la bonne volonté des Maires et de toutes les personnes instruites des communes rurales, qui voudront bien nous seconder, en faisant connaître par des explications à la portée de tout le monde et suivant les localités, nos intentions et nos moyens pour améliorer les intérêts moraux et matériels attachés à l’agriculture. La lecture d’un compte rendu et sa discussion par les cultivateurs doivent être renouvelées au moins tous les dimanches d’ici au printemps. MM. les Maires recevront incessamment le Bulletin de l’enseignement agricole de 1842. Ils voudront bien faire connaître cette feuille au son de caisse et la placarder ensuite au lieu ordinaire des affiches ».

L’interlocuteur des pouvoirs publics

49Nous avons vu plus haut que Bonnet conduit habilement son action en liaison avec le préfet et l’assemblée départementale. Le 9 octobre 1836, à partir de l’expérience de Busy, le préfet expédie aux sous-préfets une circulaire recommandant la formation d’un comice par arrondissement. De façon plus ambitieuse, Bonnet cherche à démultiplier hors du département du Doubs l’expérience acquise, et sans doute à obtenir ainsi une reconnaissance élargie de son action. Ces efforts en ce domaine sont particulièrement visibles dans les années 1842-1843. Ils rencontreront d’ailleurs une reconnaissance officielle : il est nommé chevalier de la Légion d'honneur le 15 août 1850 33.

50Il s’efforce d’apparaître comme un expert en capacité de donner des conseils au gouvernement. Le 16 décembre 1841, dans une lettre à l’inspecteur général de l’agriculture, il suggère l’idée d’un professeur d’agriculture dans chaque département, propose une généralisation de son expérience et de ses méthodes : bulletins, leçons, enseignement dans le cadre des comices… Au conseil royal d’agriculture, il recommande des mesures à prendre, organisation d’une police rurale par canton 34, mesures contre la vaine pâture 35, usage collectif, amodiation de terrains communaux sous certaines conditions à des chefs d’exploitation… Il rend publique sa lettre dans le Franc-Comtois.

51En septembre 1841, il participe, à Lyon, au Congrès international des lettres et des sciences : il y propose de mettre en place une association permanente. Il participe plus activement encore au congrès suivant, celui de Strasbourg, le dixième : il est vice-président de la section d’agriculture et du commerce (décembre 1842). Charles Weiss, dans son journal, annonce qu'« il y a présenté une série de questions qui toutes ont été résolues dans le sens qu’il désirait ». C’est dire qu’il a eu une influence sur le déroulement de ce congrès, qui aurait rassemblé 1 008 participants 36. En effet, certains vœux du congrès reprennent des propositions de Bonnet. Il en va ainsi du vœu n° 16 : « Que le gouvernement organise la police rurale par canton, en sorte que chaque canton ait son commissaire de police et des gardes champêtres communaux sous ses ordres ». Le vœu n° 19 est encore plus explicite sur le rôle de Bonnet : « Que le projet de règlement à l’usage des parcours et de la vaine pâture proposé pour le département du Doubs par le Dr Bonnet est essentiellement avantageux, et même indispensable pour l’entier et libre usage de la culture des terres et pour l’amélioration de toute nature dont cette culture est perfectible, que ce règlement doit être étendu à tous les départements où existe l’usage du parcours de la vaine pâture » 37. Ce congrès scientifique a par ailleurs créé une société permanente capable d’accueillir les membres des 45 sociétés savantes présentes. Naturellement, Simon Bonnet y adhère dès sa formation.

52* * *

53Quelle a été l’influence de cet enseignement ? Il est difficile évidemment de le dire. Bonnet lui-même se livre à des évaluations de son action, il note que le bétail ici a meilleure allure, là que les rendements augmentent, mais ses affirmations sont suspectes, car elles figurent dans des rapports destinés à l’administration ; et le professeur, comme il est aisé de l’imaginer, a besoin de mettre en valeur ce qu’il fait de même qu'il doit livrer les résultats obtenus, dans la mesure où il attend le soutien de cette même administration.

54En tout cas, il est clair que Bonnet a su mettre au point un enseignement agricole visant à atteindre l’ensemble des agriculteurs du département. Dans ce but, il s’est donné un instrument (le Manuel d’agriculture), des lieux d’enseignement (le réseau associatif des comices), un corps d’enseignement nourri des progrès scientifiques et techniques, une méthode alliant la théorie à la pratique. Il s’est efforcé de sortir la connaissance agronomique du cadre trop étroit et trop confidentiel des sociétés savantes pour la mettre à la portée de la masse du monde paysan.

55L’action de ce pionnier de l’enseignement agricole est remarquable par sa précocité, par la cohésion de ses perspectives. Elle semble bien, par son influence, avoir dépassé le simple cadre de l’initiative locale et départementale.

Haut de page

Notes

1 Outre l'éphémère publication des Annales d'histoire des enseignements agricoles, il convient surtout de signaler la récente publication des actes du colloque organisé à l'ENSA de Dijon : Michel BOULET [dir.], Les enjeux de la formation des acteurs de l’agriculture, 1760-1945. Actes du colloque ENESAD, 19-21 janvier 1999, Dijon, Educagri éditions, 2000, 525 p.
2 Michel BOULET, Anne-Marie LELORRAIN et Nadine VIVIER, 1848. Le printemps de l’enseignement agricole, Dijon, Éditions Educagri, 1998, 141 p.
3 Michel BOULET, « Un type original d'enseignant : le professeur départemental d'agriculture (1836-1912) », dans Les Cahiers aubois d'histoire de l'éducation, n° 6, 1982, pp. 39-52.
4 La première a eu lieu en décembre 1837 en Gironde, la seconde à Toulouse en février 1839.
5 Il n’a suscité jusqu’à présent que quelques rares et brèves études : Annuaire du Doubs pour 1850, article sur Simon Bonnet, pp. 186-187 ; Georges Carré, « Le docteur Bonnet », dans Mémoires de l'Académie de Besançon, volume 176, 1964-1965, p. 247 et sq. ; Jean Reparet, « Simon Bonnet, premier professeur d’agriculture de la région Franche-Comté », dans COMITÉ RÉGIONAL D’HISTOIRE DE L’ENSEIGNEMENT AGRICOLE, L’enseignement agricole a 150 ans, 1848-1998. Contributions historiques de la Franche-Comté, Besançon, Service régional de la formation et du développement, 1998, pp. 15-21 ; Françoise Cardinaux, Simon Bonnet (1782-1872), un exemple d’engagement public au XIXe siècle, maîtrise d'histoire contemporaine, Université de Franche-Comté, Besançon, 1997.
6 Il sera le médecin personnel d’une personnalité bisontine comme François-Joseph Génisset (1769-1837). Ce dernier, professeur de littérature ancienne à la Faculté des lettres depuis le 1er juin 1818, en deviendra le doyen en 1834. Membre de l'Académie de Besançon, puis secrétaire perpétuel et enfin président jusqu'en 1836, il aidera Bonnet dans la rédaction de son manuel d’agriculture.
7 Charles Weiss, mauvaise langue, écrit que Bonnet « est connu dans toute la ville pour faire très mauvais ménage avec sa femme, laide et contrefaite qu’il n’a épousée qu’à cause de sa fortune », ce qui semblerait témoigner chez le personnage d’un certain arrivisme.
8 Son désaccord l’amène à démissionner le 11 juin 1835, au motif qu’il ne peut pas faire avancer ses projets. Heurt sur un projet de voirie qu’il estimait utile au public. Il est réélu en mai 1837, Weiss note : « le médecin Bonnet, qui avait donné l’année dernière sa démission de membre du conseil municipal vient d’être réélu pour la même fonction à une assez grande majorité. Dans la satisfaction que lui a fait éprouver un succès auquel il aurait pu s’attendre d’après ses menées, il a publiquement harangué les électeurs sur la place Saint-Pierre ».
9 Auguste-Napoléon Parandier (1804-1901), né et mort à Arbois, ingénieur, inspecteur général des Ponts et Chaussées.
10 Pierre Charles Weiss (1779-1866), bibliothécaire de la ville de Besançon de 1811 à 1866. Son Journal (1815-1865) est un document capital sur la vie quotidienne de Besançon et du département du Doubs, il y note les moindres rumeurs de la ville. Sa curiosité s’étend à toute la vie administrative et culturelle de la Franche-Comté. Son journal est en partie publié par Suzanne Lépin pour les années de 1815 à 1837 : Charles WEISS, Journal, édité par Suzanne Lépin, Paris/Besançon, Les Belles-Lettres/Annales littéraires de l'Université de Besançon, 1972, 1981, 1991, 3 volumes.
11 4 novembre 1833.
12 Arch. mun. Besançon (Archives municipales modernes de Besançon), 1514, Lettre au maire, 12 mai 1832.
13 Arch. dép. Doubs (Archives départementales du Doubs), M 1555.
14 In fine, une note indique : « Les ouvrages qui ont été consultés particulièrement pour la rédaction de ce Manuel : le Grand Dictionnaire d’Agriculture ; les Mémoires de la Société royale et centrale d’Agriculture de la Seine ; les Principes raisonnés d’Agriculture de Thaer, traduits par M.B. Crud ; l’Essai sur les Moyens d’améliorer l’Agriculture en France et particulièrement dans la Sologne, par M. de Morogues ; le Traité des Engrais par Maurice, etc. ; les journaux scientifiques ou d’agriculture, tels que le Mémorial encyclopédique ; les Annales de Roville et la Maison rustique ; les Connaissances utiles ; les Connaissances pratiques ; l’Agronome ; les Annales d’Agriculture ; le Journal du Loiret, etc. Mais tout en profitant de leurs lumières pour fortifier notre expérience, nous avons évité de citer ces ouvrages, parce que ces citations, dans une œuvre semblable à la nôtre, qui s’adresse spécialement à la grande famille des cultivateurs et propriétaires ruraux, ne sont propres qu’à surcharger l’intelligence des lecteurs […] ».
15 La littérature agricole comtoise de vulgarisation à cette époque est assez abondante. Sont édités par exemple à Besançon en 1830 L'ami des campagnes, à Montbéliard L'agriculteur pratique à partir de 1857, entre autres.
16 Cette société avait été créée le 26 germinal an VII (15 avril 1799). Elle connut dans les premières années jusqu’en 1808 une assez belle activité, puis elle tomba en sommeil jusqu’en 1820. Elle reprit alors ses activités sous l’impulsion du naturaliste Girod de Chantrans (1750-1841), qui en avait été l’un des fondateurs et qui en assura la présidence jusqu’à sa mort, en 1841. L’essentiel de l’activité de cette société est à partir de 1821 une publication annuelle.
17 Arch. dép. Doubs, M 4604, fonctionnements et rapports des comices du Doubs.
18 Signalons que celui-ci est le père de Charles-Joseph Martin (1862-1902 ?), futur directeur de l’École de laiterie de Mamirolle (1888-1902).
19 Dans un premier discours sur l’organisation d’un comice, il déclare : « Cette ferme se recommande d’ailleurs par l’assortiment des instrumens aratoires et par les bonnes méthodes de culture qu’on y pratique depuis plus de vingt ans, tels que les assolemens à longs termes, les cultures alternées, etc. » (août 1836).
20 La Sentinelle du Jura, n° 133, 29 décembre 1841.
21 Une lettre du sous-préfet du 4 octobre 1836 signale que « depuis quelque temps M. Bernard, ancien percepteur et M. Deschamps ancien notaire s’étaient occupés de former le noyau d’un comice agricole à l’instar de celui de Busy », Arch. dép. Doubs, M 4065.
22 Sur ce point, voir Charles Weiss, dans son journal, le 20 janvier 1836, citation donnée supra, qui confirme cette orientation.
23 Il semble s’être beaucoup inspiré des Mémoires de la société libre d’agriculture de la Seine, société créée en 1799, et qu’il cite à plusieurs reprises.
24 Arch. dép. Doubs, M 2196.
25 Journal bisontin, Le Franc-Comtois est paru de 1840 à 1850. Voir : Marcel VOGNE, La presse périodique en Franche-Comté des origines à 1870, Thèse pour le doctorat ès lettres, Université de Paris-Sorbonne, 1972, 11 volumes.
26 L’Impartial, n° 155, 6 novembre 1858.
27 En 1866, les départements du Doubs et du Jura sont alphabétisés à plus de 90 %.
28 Ces lignes confirment ce que l’analyse des inventaires de la fin du XVIIIe siècle et du début du siècle nous a appris : lire au village, c’est prier ; voir notre article : Michel VERNUS, « La culture écrite et le monde paysan : le cas de la Franche-Comté (1760-1860) », dans Histoire et sociétés rurales, n° 7, juin 1997, pp. 41-72.
29 Arch. mun. Besançon, C 233 283.
30 La Bibliothèque municipale de Besançon a conservé une quinzaine de ces documents. Par exemple, par un Avis, il encourage en 1843 la culture du choux fourrager.
31 Jean-Luc MAYAUD, Les paysans du Doubs au temps de Courbet. Étude économique et sociale des paysans du Doubs au milieu du XIXe siècle, Paris, Les Belles-Lettres, 1979, 295 p. ; Jean-Luc MAYAUD, Les Secondes Républiques du Doubs, Paris, Les Belles-Lettres, 1986, 475 p.
32 Les 2 et 3 avril 1840, dans un contexte de hausse des prix, des femmes, pour nourrir leurs familles, se jettent sur les sacs d’un convoi de pommes de terre d’un marchand dénoncé comme accapareur. Voir : Gustave Duhem, « La révolution des pommes de terre à Lons-le-Saunier en 1840 », dans Volume du centenaire de la Révolution de 1848 dans le Jura.— Mémoires de la Société d'émulation du Jura pour 1946-1948, Lons-le-Saunier, 1948, pp. 17-32.
33 Notons qu’il est reçu à l'Académie de Besançon, le 24 août 1850 et qu’il a été membre de la Société départementale d'agriculture depuis 1844.
34 Dans le Bulletin de 1842, il en présente toutes les modalités, un poste par 1 000 habitants, la rétribution…
35 Jean-Luc MAYAUD, « Persistance des droits d'usage communautaires en Franche-Comté au XIXe siècle. Controverses autour de la vaine pâture », dans Travaux présentés par les membres de la Société d'émulation du Jura, 1979-1980, pp. 335-346.
36 Le Franc-Comtois, 13 octobre 1842.
37 Le Franc-Comtois, 15 octobre 1842.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Vernus, « Un pionnier de l’enseignement agricole : le docteur Simon Bonnet (1782-1872) », Ruralia [En ligne], 06 | 2000, mis en ligne le 06 janvier 2005, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://ruralia.revues.org/136

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page