Navigation – Plan du site
Actualités

Jean-Pierre Deffontaines (1933-2006)

Jean-Pierre Deffontaines nous a quittés le 25 octobre 2006 1. Nous avons perdu avec lui un ami très cher. Nous n’étions pas de ses collègues à l’INRA, mais son rayonnement, on le sait, allait bien au-delà. De son activité, plus vive que jamais pendant sa retraite, peuvent témoigner les membres du conseil scientifique de l’appel d’offres « Politiques publiques du paysage » (au ministère de l’Écologie et du Développement durable), qui ont eu de multiples occasions d’admirer la justesse et la profondeur de son jugement, sa sagesse et son inépuisable générosité. Peuvent en témoigner aussi, parmi bien d’autres encore, les chercheurs de l’École des hautes études en sciences sociales qui appréciaient vivement sa participation aux séances du séminaire « Ruralités contemporaines » et lui avaient consacré une séance de ce séminaire en février 2000, à l’occasion de la sortie des Sentiers d’un géoagronome 2recueil d’articles publiés tout au long de sa carrière et rassemblés par les soins de ses collègues.

« Géoagronome » : le titre dit d’emblée ce qu’il fut toujours, un passeur de frontières, et donc « un chercheur indiscipliné » 3 quelqu’un qui se soucie peu d’être dans la norme académique ou dans les sentiers tout tracés de l’institution. De son père, Pierre Deffontaines, Jean-Pierre hérite l’amour de la géographie, mais il choisit d’être ingénieur agronome pour être dans l’action. De 1961 à 1965 il mène à l’INRA ses premières recherches sur le développement agricole en moyenne montagne. Cette moyenne montagne qui sera toujours son terrain de prédilection (de l’Ardèche à la Corse, des Alpes aux Vosges, mais aussi en Argentine ou au Népal) est à l’époque fort peu considérée à l’INRA. Il s’entend dire : « Deffontaines, quand vous descendrez en dessous de 600 mètres, on commencera à s’intéresser à vos recherches ! » Il n’en a cure et apportera la preuve que « les concepts issus des recherches sur les zones marginales ne sont pas des concepts marginaux », ainsi qu’il l’a dit lui-même.

Très tôt aussi, il s’intéresse au paysage, et dès le début des années 1970, le constitue en objet de recherche. Dans le livre collectif Pays, paysans, paysages dans les Vosges du Sud, publié en 1977 4, il met en œuvre une méthode d’analyse propre à rendre compte de l’activité agricole locale. L’observation du paysage, associée à l’analyse de la carte, met en évidence l’organisation spatiale de l’agriculture locale, donnant à comprendre les relations entre paysages et pratiques agricoles, faisant entrer dans les systèmes d’exploitation par l’étude visuelle de la manière dont ils se projettent sur le territoire et dont ils structurent l’espace.

Regarder pour comprendre, comprendre pour agir : pour Jean-Pierre Deffontaines, homme d’action, l’enjeu du développement est fondamental. La création du département SAD (Systèmes agraires et développement) à l’INRA en 1979, l’influence de son maître Stéphane Hénin ou de René Dumont, sa rencontre plus tard avec Gilles Sautter, ont été autant d’éléments favorables qui lui ont permis d’élargir sa réflexion sur le développement agricole et de poursuivre son cheminement entre agronomie et sciences humaines. On voit bien aujourd’hui à quel point il a été précurseur, anticipant la remise en cause de la politique de production quantitative, l’émergence de la notion de développement durable, le rôle des agriculteurs dans la production du cadre de vie.

Son rôle de conseiller scientifique, entre 1972 et 1982, dans divers comités de la Délégation générale à la recherche scientifique et technique (« Équilibres et luttes biologiques », « Gestion des ressources renouvelables », « Écologie et aménagement rural », « Diversification des modèles de développement rural »), dans le comité « Espace et cadre de vie » du ministère de l’Environnement (de 1974 à 1981), au sein du Programme interdisciplinaire de recherche sur l’environnement (PIREN) du CNRS et du comité « Land use » de la CEE, enfin, la création à laquelle il participe de la revue Natures, sciences, sociétés en 1993, témoignent de l’ardeur infatigable avec laquelle il a défendu et mis en œuvre l’interdisciplinarité 5.

Elle n’est pas, pour lui, un concept incantatoire, un mot mana, mais s’opère sur un terrain. Ce dernier l’appelle en quelque sorte et l’induit. La parcelle en effet est elle même pluri-factorielle, et l’espace, multi-fonctionnel. Quant à l’éleveur, il est lui-même interdisciplinaire. Un des nombreux exemples de cette position est celui d’une « recherche intervention » menée à Vittel, où une multinationale demandait aux chercheurs de résoudre un problème technique : comment éviter les infiltrations de nitrate dans l’eau. « Territoire hybride », ce bassin-versant réclamait le concours d’un agronome, d’un hydrogéologue et d’un sociologue. « Il intéressait tout le monde ».

Son affinité avec l’ethnologie trouva à se concrétiser avec le film qu’il co-produisit avec Étienne Landais en 1989 sur un berger du sud du parc des Écrins 6. À l’encontre de la plupart de ses collègues, sa conviction était que le paysan a quelque chose à apprendre à l’agronome. Il avait une philosophie implicite de l’acteur. Il lui fallut deux années pour décrypter le témoignage d’André, ledit berger, sur son savoir-faire. Et le film montre de façon lumineuse sa maîtrise des territoires des alpages à travers les directives qu’il donne à son troupeau pour qu’il s’engage successivement vers tel ou tel « quartier » de la montagne, plus ou moins élevé, plus ou moins riche en herbe et en eau, le déplaçant tout au long de l’avancement de la saison. Le film est structuré en cinq modules : « l’espace d’une journée » ; « l’espace d’un troupeau » ; « l’espace d’une saison » ; « l’espace des enjeux », et « le temps des questions » (confrontation recherche/élevage/développement). Un modèle du genre ! On pourrait juste regretter – il ne l’a peut-être pas pu – qu’il ne soit pas allé plus loin dans sa fréquentation des ethnologues.

Cet étagement en altitude d’une pratique d’élevage nous conduits à insister sur ce troisième fil rouge de Deff (comme l’appelaient familièrement ses amis) : son attention aux différentes échelles de l’espace. Cherchant à reconstituer le tout à partir de la partie, et le global à travers le singulier, il cherchait les emboîtements, de la parcelle (la parcelle « d’usage » et non pas la « cadastrale »), voire de la « planche », comme disent les maraîchers, au champ (unité culturale pour les agronomes) ; du champ au territoire et du territoire au paysage, tout autant qu’il savait passer de l’exploitation au terroir, puis à la région tout entière. Le paysage devint assez rapidement omniprésent chez Deff. Produit de l’agriculture, le paysage est de plus en plus devenu producteur, « de sous-produit, écrit-il, il devient un co-produit ». Autrement dit, « du paysage, moyen de connaissance de l’activité agricole, on est passé à l’activité agricole comme moyen de production du paysage ». Mais, dans le concert de l’envolée de cette notion à la fin des années 1980, Deff occupait une place singulière, car il n’abandonna jamais, conjointement à celle du paysage et en interrelation avec lui, l’étude de l’agricole (« systèmes agraires localisés », « profils culturaux », etc.), comme l’attestait dès 1977 l’ouvrage déjà cité : Pays, paysans, paysages. Quand certains voyaient trop large, il revenait au champ ; quand d’autres voyaient trop étroit, il voyait plus large et en appelait alors au paysage.

Enfin, il se montrait presque hanté, comme en alerte, par les formes, les textures, le modelé. « Le paysage, disait-il, est le designer de l’agriculture ». Il parlait de « modèles visuels de l’activité agricole ». Ses deux textes, l’un sur le paysage de la Pampa argentine (où il guettait et savait lire des formes, des « prises paysagères » – au sens d’Augustin Berque –, là où, au premier regard, on ne distingue que des horizons vides), l’autre sur le paysage vu du TGV (où il rend compte, en géoagronome, croquis à l’appui, de notre expérience commune du défilement et de l’enchaînement de différents terroirs et paysages vus du train, le proche et les lointains, le lent et le rapide), attestent de l’originalité de son regard. Les mots « perception », « observation », « regard », « matérialité », « traces », « empreintes » reviennent souvent sous sa plume. Il parlait des « formes du troupeau au pâturage », affirmant que « l’agriculteur est producteur de formes ». Cette « esthétique paysagère », il l’a aussi – autre spécificité de Deff – mise en forme, en scène dans ses propres sculptures de paysages sur bois (qui donna lieu à plusieurs expositions). Il avait aussi le projet de rédaction d’un Petit guide d’observation visuelle du paysage.

Générosité et conviction autant morales qu’intellectuelles, son écoute aussi, peuvent caractériser sa personnalité, autant que son travail de chercheur. À quoi on peut ajouter sa douceur, son affabilité, sa modestie. Comme si ses partis pris méthodologiques et théoriques répondaient et exprimaient son caractère et ses engagements personnels.

Jean-Pierre Deffontaines, notre grand frère ès paysage.

Sa longue silhouette nous manquera sur les bancs des amphithéâtres ou autour des tables de colloques.

Notes

1 Nous nous permettons de renvoyer également à la nécrologie rédigée par Jean-Claude Flamant et publiée sur le site de la Mission agrobiosciences : http://www.agrobiosciences.org/article.php3?id_article=1918&var_recherche=deffontaines (note de la Rédaction).
2 Jean-Pierre DEFFONTAINES, Sentiers d’un géoagronome, Paris, Éditions Arguments, 1998, 360 p. On y trouvera une bibliographie exhaustive des publications de Deffontaines, sauf l’ouvrage postérieur : Jean-Pierre DEFFONTAINES et Jean-Pierre PROD’HOMME [dir.], Territoires et acteurs du développement local, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2001, 179 p.
3 L’expression est de Monique Barrué-Pastor, voir : Monique BARRUÉ-PASTOR, « L’interdisciplinarité en pratiques », dans Marcel JOLLIVET [dir.], Sciences de la nature, sciences de la société. Les passeurs de frontière, Paris, CNRS Éditions, 1992, pp. 457-474. Voir également, dans le même ouvrage, l’article de : Jean-Pierre DEFFONTAINES, « L’agronomie : discipline et interdiscipline », dans Marcel JOLLIVET [dir.], Sciences de la nature, sciences de la société…, ouv. cité, pp. 113-128.
4 Institut national de la recherche agronomique et École nationale supérieure des sciences agronomiques appliquées, Pays, paysans, paysages dans les Vosges du Sud : les pratiques agricoles et la transformation de l’espace, Paris, INRA, 1977, 192 p. Réedition en 1995.
5 L’interdisciplinarité, c’est-à-dire la mise en forme de procédures concrètes de coopération entre les disciplines, se distingue de la pluridisciplinarité, simple confrontation des questionnements de disciplines différentes sur un même objet.
6 L’espace d’un berger. Pratiques pastorales dans les Écrins. Film vidéo 60 mn, réalisation Daniel Garabidian, INRA (SAD)/ENS Saint-Cloud producteurs associés, 1989.
Haut de page