Navigation – Plan du site

Éditorial

Jean-Luc Mayaud

Entrées d’index

Mots-clés :

Editorial
Haut de page

Texte intégral

1La création de Ruralia, il y a quatre ans, répondait à un double pari : donner une plus grande lisibilité à l'Association des ruralistes français, mais aussi et surtout affirmer notre volonté de pluridisciplinarité, au moment où semblait s'opérer un repli disciplinaire. Cette sixième livraison de notre revue ne répond que partiellement à nos intentions. En effet, si sa publication nous permet d'affirmer notre présence, son contenu ne reflète guère l'ouverture souhaitée : six des sept articles proposés sont le fait d'historiens... Heureusement, il en va autrement des positions de thèse (une en démographie et sciences sociales, une en ethnologie, deux en géographie, trois en histoire et trois en sociologie) et du dossier présenté à la rubrique « actualité scientifique » et consacré à « L'abattage des animaux d'élevage : in-montrable ? À propos des rencontres de Rambouillet ».

2Il est vrai que ce type rudimentaire de comptabilité rend compte assez mal de la réalité : si l'on est en droit de mesurer le poids respectif des « disciplines », on doit également s'interroger sur les champs chronologiques « couverts ». Or force est de reconnaître que les historiens du rural investissent enfin le XXe siècle 1 ­ l'on ne peut que s'en féliciter ­, et poursuivent même sur l'immédiatement contemporain pour pratiquer ce que certains nomment l'« histoire immédiate » ou l'« histoire du temps présent ». N'y a-t-il pas là une belle occasion de tenter une jonction avec d'autres disciplines des sciences humaines et sociales et de confronter démarches et méthodes à propos d'objets semblables, saisis dans le même segment chronologique ? Il est vrai que de tels débats peuvent se développer sans l'artifice du champ chronologique : en témoigne, dans cette même livraison de Ruralia, le remarquable, chaleureux et néanmoins critique compte rendu que notre ami Jacques Rémy, sociologue, a rédigé à propos des actes du colloque d'historiens sur Stratigraphies et relations sociales dans l'histoire 2.

3Reste que la forte présence des historiens, et qui plus est de l'équipe lyonnaise, témoigne non pas de dérives de notre revue, mais des aléas du rythme de la production scientifique : d'autres articles reçus à la rédaction sont en attente de correction ou de ré-écriture, ceux que l'on va lire ayant tous été jugés publiables par les « experts » du comité de lecture. Mais la qualité formelle des articles qui nous parviennent ne tient-elle pas au choix résolu de l'Association des ruralistes français de mêler jeunes chercheurs et chercheurs plus confirmés ? Encore faudrait-il que les « anciens » exercent un soutien paternel et effectif auprès des plus jeunes ­ et, en ce domaine, l'âge ne fait rien à l'affaire... ­ et qu'ils acceptent, par exemple, de relire et de discuter leurs papiers dès avant leur envoi à la rédaction. Bref, et pour en finir avec cette maladroite tentative de justification, Ruralia n'est pas confisquée et demeure pluridisciplinaire : chacun pourra le constater lors du prochain numéro.

4Présence de l'Association par la revue, avons-nous dit. Présence de Ruralia sur la « toile », qu'il nous faut maintenant évoquer. Marin Dacos continue ses prouesses : revues.org, site internet ouvert il y a douze mois, en est aujourd'hui à 300 000 pages lues et à 800 abonnés à sa lettre mensuelle d'information. Ce succès, qui n'a rien de virtuel, est directement proportionnel à l'énergie déployée : fédération de revues, revues.org avait commencé avec Ruralia 3 et les Cahiers d'histoire 4 ; depuis le mois de mai 2000, le site est renforcé par la présence des Annales historiques de la Révolution française 5 et la Revue d'histoire du XIXe siècle 6 ; d'autres publications doivent nous rejoindre dans quelques mois. Plus, revues.org est responsable pour la France du site des sites que constitue « Virtual library (Vlib) » 7. La synergie à l'œuvre produit des effets cumulés dont chaque revue bénéficie.

5En octobre 1999, l'Association des ruralistes français a tenu son 23e colloque annuel à l'Institut des sciences de l'homme de Lyon : avec Pierre Barral, une centaine de participants ont suivi les trois journées consacrées à « Agrariens et agrarismes, hier et aujourd'hui, en France et en Europe ». Les actes en seront prochainement publiés à la suite de ceux du colloque de Poitiers ­ « Les violences rurales au quotidien » (parution été 2000 en co-édition ARF-Éditions de la Boutique de l'histoire) ­ et de ceux du colloque de Rambouillet ­ « Éleveurs et animaux domestiques » (parution à la fin de l'année). Le 24e colloque de notre société se déroulera à Toulouse les 25, 26 et 27 octobre : préparé en collaboration avec le laboratoire « Dynamiques rurales » de l'ENFA, il portera sur « Territoires prescrits, territoires vécus : inter-territorialité au cœur des recompositions des espaces ruraux » 8. Rappelons enfin que le colloque de 2001 aura pour thème « Les remembrements » et se tiendra à Saint-Vaast-la-Hougue : l'appel d'offre sera très prochainement publié dans notre feuille de liaison, ARF-Info.

6Enfin, nous ne pouvons que répéter notre appel à la mobilisation générale : il faut multiplier le nombre des abonnés à Ruralia. Certes, notre santé financière n'est pas catastrophique, grâce à l'aide ponctuelle du ministère de l'Agriculture et à celle de la Mission scientifique universitaire (ministère de l'Éducation nationale et ministère de la Recherche). Mais ces soutiens seront temporaires, et il nous faut impérativement atteindre l'équilibre budgétaire par l'auto-financement. Rien ne remplacera la démarche individuelle de chacun d'entre nous : il est vital que chacun fasse l'effort d'abonner ses collègues, ses étudiants ­ un tarif préférentiel leur est accordé, groupé avec l'adhésion à l'ARF ­, ses relations professionnelles, mais aussi les bibliothèques, centres de recherche et institutions qu'il fréquente ou auxquels il appartient. La progression du nombre des abonnés à Ruralia sera également un encouragement pour tous ceux qui, bénévolement, donnent leur temps et leur énergie pour que vive notre revue.

Haut de page

Notes

1 L'appartenance scientifique des auteurs du tome 4 de l'Histoire de la France rurale ­ et leur indéniable qualité n'est pas à mettre en cause ­ a toutefois révélé qu'il y a un quart de siècle aucun historien n'était perçu comme étant de taille à entreprendre une telle synthèse (il est vrai que Pierre Barral était quant à lui engagé dans la rédaction de plusieurs chapitres de l'Histoire économique et sociale de la France) : Michel GERVAIS, Marcel JOLLIVET et Yves TAVERNIER, La fin de la France paysanne de 1914 à nos jours, tome 4 de Georges DUBY et Armand WALLON [dir.], Histoire de la France rurale, Paris, Éditions du Seuil, 1977, 672 p. ; Pierre BARRAL, « Un secteur dominé : la terre », , « Les grandes épreuves : agriculture et paysannerie, 1914-1948 », « Le secteur agricole dans la France industrialisée (1950-1974) », dans Fernand BRAUDEL et Ernest LABROUSSE [dir.], Histoire économique et sociale de la France. Tome IV : L'ère industrielle et la société d'aujourd'hui (siècle 1880-1980), 3 volumes, Paris, Presses universitaires de France, 1979-1980-1982, pp. 351-397, pp. 821-857 et pp. 1425-1463.
Revues.org héberge Vlib H-France, la section d'histoire de France de la bibliothèque mondiale de signets Virtual library. À la différence des annuaires commerciaux, Vlib est administré par une vaste confédération de volontaires issus des universités du monde entier. Ils recensent des centaines de signets pour les domaines dans lesquels ils sont spécialistes.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Mayaud, « Éditorial », Ruralia [En ligne], 06 | 2000, mis en ligne le 01 janvier 2000, consulté le 26 mars 2017. URL : http://ruralia.revues.org/135

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page