Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Laird BOSWELL, Rural Communism in France, 1920-1939, Itahca/Londres, Cornell University Press, 1998, 266 p.

Édouard Lynch

Entrées d'index

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1L'étude de l'implantation et du succès du communisme rural en France est loin d'être un espace en friche. Les premiers travaux sur les origines du Parti communiste français, et en particulier l'élément fondateur du Congrès de Tours, ont posé la question de l'attitude des fédérations « rurales », suscitant une première vague d'étude sur le militantisme communiste paysan. Traditionnellement, l'étude des succès du PCF en milieu rural renvoyait à deux questions clés : celle de l'origine de l'implantation et celle de la doctrine agraire, qui, dans les deux cas, n'étaient pas dénuées de sous entendu idéologique. Dans le premier cas, insister sur la tradition d'un extrémisme paysan, visible depuis la Seconde République, véhiculée, selon l'auteur, par plusieurs générations de politologues français, d'André Siegfried à Emmanuel Todd, avec la figure centrale de François Goguel, autour du concept de « géographie électorale » aboutissait à réduire la spécificité communiste, ultime avatar d'une tradition extrémiste. La question de l'idéologie et de l'adaptation de la doctrine communiste au village avait également des implications politiques : admettre que les communistes avaient mis au cœur de leur propagande la défense de la petite propriété paysanne aboutissait à s'aligner sur les critiques des conservateurs et à douter de l'engagement révolutionnaire des masses paysannes. Certains historiens du mouvement ouvrier s'attachaient ainsi à montrer que le socialisme rural s'appuyait sur un noyau dur d'ouvriers industriels, ou que le syndicalisme, comme action de classe, était la clé du succès des communistes dans les campagnes.

2Sur ces deux questions l'ouvrage de Laird Boswell apporte des réponses particulièrement nettes. Il repose pour partie sur une approche classique, enracinée localement dans le Limousin, en privilégiant trois départements ­ la Dordogne, la Corrèze et la Creuse ­ afin « d'éviter les problèmes qui submergent les monographies départementales » (p. 11) et surtout d'effectuer des comparaisons. Pour cela, il utilise la large gamme des sources disponibles pour l'histoire de la politique au village, particulièrement riche pour les communistes objets d'une surveillance constante et, en 1939-1940, d'une vaste répression politique qui frappe jusqu'aux derniers échelons du parti. Il peut ainsi démontrer la nature intrinsèquement rurale et paysanne du communisme limougeaud.

3Beaucoup plus originale est l'utilisation systématique, afin de répondre en particulier à la question de la filiation historique du communisme français, du traitement statistique appliqué aux résultats électoraux, ainsi qu'à l'étude des déterminants du vote. Le traitement des résultats électoraux, communaux et cantonaux rapproche, par la méthode de la régression écologique ­ « ecological regression » ­, le comportement des communes aux comportements des acteurs. Comme toute méthode statistique, le procédé n'est pas exempt de toutes critiques, en particulier dans l'agrégation de données qui ne sont pas toujours identiques. Néanmoins, elle constitue un instrument, rarement utilisé en France et milite pour un renouvellement des approches électorales dans l'étude de la politique au village.

4Après avoir rappelé les principales étapes de l'implantation communiste dans le pays et dans les campagnes au lendemain de la Première guerre mondiale, l'auteur s'attaque à son premier objectif, celui de démontrer les modalités propres de l'implantation du Parti communiste. Ce que les cartes départementales laissent supposer, à savoir la continuité d'un vote d'extrême gauche, les analyses au niveau cantonal et communal le démentent. Les votes montagnards se retrouvent certes sur la gauche de l'échiquier politique, mais ils ne sont pas le monopole d'un seul parti politique ; les comparaisons entre les différents départements soulignent ces fluctuations : les corrélations sont très faibles entre l'implantation des partis de gauche et les démocrates socialistes en Creuse, alors que des liens plus étroits sont visibles en Haute-Vienne, entre les votes SFIO et Montagnards. En revanche, et cela est bien plus compréhensible, la filiation est beaucoup plus affirmée entre la SFIO d'avant 1914 et le Parti communiste. C'est pourquoi, écrit-il, « bien que les traditions politiques existent clairement d'un point de vue idéologique, elles ne doivent pas être systématiquement appliquées au cadre géographique » (p. 65). L'autre apport de l'étude électorale témoigne de la spécificité de l'implantation communiste, ce que l'auteur appelle « le parti de la stabilité », puisque les estimations des votes successifs montrent à la fois la grande fidélité des électeurs de scrutin en scrutin mais aussi l'incapacité à attirer les électeurs des autres partis, ce qui les distingue des socialistes.

5Une fois mise en évidence cette spécificité de l'implantation communiste, il reste à en définir les principales caractéristiques. Dans l'appartenance sociale des électeurs tout d'abord, d'où émerge, en Corrèze, une groupe hétérogène mais dont les activités tournent autour de la terre (métayers, ouvriers agricoles, petits propriétaires, fermiers et artisans ruraux), et où les urbains (ouvriers et employés) sont très peu nombreux. La structure de l'habitat et la situation démographique ­ notamment le poids de l'exode rural ­ n'apparaissent pas comme des facteurs déterminants, à l'inverse de l'indifférence religieuse, qui montre une très forte corrélation, en particulier en Corrèze. Si l'on s'attache à la taille des exploitations, l'auteur constate que les scores électoraux des communistes sont d'autant plus élevés que la taille moyenne des exploitations progresse. Ce résultat devant être complété par la prise en compte de la nature des sols, la faiblesse des communistes étant d'autant plus grande que les petites propriétés étaient fertiles. En revanche, dans les régions de « grandes » propriétés, les communistes étaient en meilleure posture là où la terre était intensivement exploitée.

6Les succès du Parti communiste dans les campagnes limousines s'expliquent à ses yeux par l'impact du Premier conflit mondial. Celui-ci contribue à l'éclatement du Parti socialiste et laisse en héritage au Parti communiste l'image d'une opposition précoce et irréductible à la guerre, qui ne pouvait que séduire un monde rural qui en avait été la principale victime. En ce sens, le poids de la guerre pèse bien plus lourd dans la compréhension de la scission de Tours que les questions idéologiques et révolutionnaires : il rappelle avec raison la grande confusion dans laquelle se sont déroulés les votes, et plus encore la très faible implication des sections et des militants ruraux, et ce malgré l'utilisation purement instrumentale de la question paysanne dans les débats du Congrès. Ces incertitudes expliquent l'hémorragie que connaît le parti durant ses premières années d'existence.

7La reconstitution s'opère autour de quelques thèmes sans cesse repris par la propagande. Il distingue tout d'abord le mythe de la révolution russe, pour laquelle les paysans sont appelés à se mobiliser collectivement, par des dons en nature et en argent. Une révolution russe qui véhicule à fois les « thèmes grand soir », la distribution des terres et la revanche des petits sur les gros. Autant de thèmes qui renvoient plus largement à l'héritage révolutionnaire français et à la culture républicaine. La lutte contre la guerre est un autre thème prépondérant, à la fois dans les discours, mais aussi dans la volonté de s'opposer, sur le terrain, à l'érection des monuments aux morts, position qui ne se modifiera qu'au milieu des années 1930, conséquence du changement de ligne du parti. Enfin, Laird Boswell met l'accent sur le programme du parti et son ralliement immédiat à la petite propriété. À cette occasion, il met bien en évidence les tensions qui agitent le parti, entre la direction nationale, porteuse des traditions ouvriéristes, et les responsables locaux qui défendent la seule ligne susceptible de rallier des paysans, celle de la remise du sol à celui qui le travaille. Reprenant la distinction posée par les guesdistes, ils précisent que la terre n'est que l'outil du paysan. Cette défense de la petite propriété s'appuie également sur un programme revendicatif très concret, qui reprend les traditionnels griefs anti-fiscaux, ainsi que la satisfaction d'intérêts immédiats. Cette étude de la propagande concrète, appuyée sur des témoignages oraux toujours enrichissants vient confirmer le fossé qui existe entre une direction un temps tiraillée par les questions doctrinales et la cohérence de la ligne suivie dès l'origine par les fédérations rurales, dans le prolongement des positions de la SFIO.

8Les trois derniers chapitres, sur le militantisme, l'organisation syndicale et le pouvoir municipal décrivent dans leur grande lignes les relais de l'action communiste dans le monde paysan. Pour les élus tout d'abord, l'auteur insiste sur l'importance décisive de la sociabilité rurale. D'où le rôle clé des artisans, des cafetiers et plus largement de ceux qui, par leurs activités, sont amenés à arpenter les campagnes, gagnant ainsi la confiance des paysans, y compris des non-communistes. Ce sont eux, plus que les militants proprement dits, qui enracinent électoralement le parti. Quant à la composition des cellules, elles reflètent la dimension majoritairement rurale et paysanne du parti, identique, pour une large part, au profil de ses électeurs. Si les cellules rurales sont les plus nombreuses, leur activité reste en revanche assez limitée ; les cellules actives représentent moins de la moitié des cellules existantes : le Parti communiste se heurte ici aux mêmes difficultés que les socialistes, pour mettre en place une structure autonome au sein de la collectivité villageoise. Étudiant ensuite l'impact de l'organisation syndicale ­ la Corrèze étant, autour de Marius Vazeilles, le berceau du syndicalisme paysan communiste ­, Laird Boswell prend le contre-pied de Philippe Gratton qui y voyait une des clés du succès des communistes. Selon lui, l'organisation syndicale s'est appuyée sur la présence communiste, comme l'illustre la géographie des deux mouvements, mais n'a jamais réussi à devenir un facteur d'attraction, malgré les difficultés de la « Fédération Faure », également implantée dans le département. Enfin, se penchant sur le fonctionnement des mairies communistes (12 % des communes de Corrèze en 1935), il constate l'absence d'une véritable identité propre, qu'il explique à la fois par la faible marge de manœuvre financière (étroitement contrôlée par le préfet), mais aussi par la très grande prudence des élus. Cette prudence est de surcroît renforcée par les contraintes de la vie politique locale, les communistes n'échappant nullement aux logiques strictement villageoises (conflits de personnes ou de familles...).

9Cet ouvrage illustre la vitalité et le renouveau des études sur le monde paysan et la politique, l'école américaine jetant volontiers son dévolu sur un XXe siècle (à l'image de S. Berger ou de R. Paxton) qui n'est encore que trop prudemment investi par les historiens français. Même si l'on reste parfois un peu réticent face à la logique implacable de l'analyse statistique, on ne peut qu'être favorable à la multiplication des hypothèses de recherches, appuyées de surcroît sur un travail considérable de dépouillement afin d'élaborer des séries cohérentes. Le cadre départemental et régional, surtout quand il est utilisé à des fins comparatives, conserve toute sa cohérence et sa légitimité ­ dont seuls les éditeurs, ne semblent pas encore convaincus, à l'image du titre qui ne mentionne pas la dimension locale de l'étude.

10Bien entendu, l'importance accordée à l'analyse des votes et de leurs déterminants oblige parfois l'auteur à passer un peu rapidement sur certains thèmes, ou à se contenter d'analyses trop succinctes. Sur les liens entre sociabilité villageoise et implantation communiste, le rôle des activités extra-politiques aurait mérité d'être approfondi : rien n'est dit, par exemple, des banquets, qui jouent un rôle déterminant dans la Haute-Vienne socialiste voisine, ou sur les modalités de l'utilisation des fêtes villageoises. De même, l'évocation des municipalités communistes apparaît bien rapide : n'était-ce pas là l'occasion de descendre davantage dans l'étude de la politique au village, et de tenter de « vérifier », à travers quelques monographies communales, les résultats établis par les méthodes statistiques ? De même, lorsque l'on sait l'importance ­ souligné par l'auteur ­ des relais politiques au niveau départemental, on est surpris de ne pas voir relater les débats des conseils généraux, ou d'éventuels affrontements lors des élections aux chambres d'agricultures.

11Ces quelques remarques n'entament en rien l'intérêt que suscite un tel ouvrage, et pas seulement chez les historiens du communisme. Les comparaisons esquissées, à la fois avec d'autres espaces géographiques, mais aussi avec d'autres formations politiques, de gauche comme de droite, soulignent les vastes perspectives de recherches offertes par l'histoire politique des campagnes au XXe siècle, à travers l'appropriation des pratiques politiques démocratiques et la difficile adaptation aux contraintes issues de la modernisation économique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Édouard Lynch, « Laird BOSWELL, Rural Communism in France, 1920-1939, Itahca/Londres, Cornell University Press, 1998, 266 p. », Ruralia [En ligne], 05 | 1999, mis en ligne le , consulté le 20 avril 2014. URL : http://ruralia.revues.org/131

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page