Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Guy HAUDEBOURG, Mendiants et vagabonds en Bretagne au XIXsiècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998, 435 p.

Pierre Gaume

Entrées d'index

Chronologique :

XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Passer des représentations à une « connaissance scientifique » des individus, tel est le projet sur lequel s'ouvre la thèse publiée ici ; bel essai d'histoire sociale quand on connaît les difficultés à retrouver une population souvent illettrée et mouvante.

2Comment donc appréhender ce monde de l'indigence ? Problème de sources évidemment. Récits de voyage, écrits et enquêtes de l'époque (A. de Villeneuve-Bargemont, A. du Châtelier, de Watteville...), rapports, circulaires administratives, délibérations, conseils de sociétés, assemblées générales, comptes, registres d'écrou, procès verbaux, ainsi que de très belles photographies constituent le vaste paysage parcouru par Guy Haudebourg. Problème de lecture des sources ensuite. L'auteur installe ici une véritable machinerie de traitement scientifique des sources : représentations graphiques, cartographiques, tentatives de sociologie, analyses microscopiques d'exemples précis... Naît alors une interrogation. Comment se fait-il que les stratégies étatiques rencontrent autant de problèmes en basse Bretagne ? En effet alors que la haute Bretagne organise la répression de ses mendiants, la basse Bretagne en abrite encore quelques 6 % durant le XIXe siècle. Le « mendiant intérieur » (en opposition à l'étranger) semble être enserré dans un ensemble de liens sociaux et culturels (il est le « pauvre de Dieu ») qui interdisent la répression. Aux « stratégies » étatiques répondraient les mentalités.

3En effet, le XIXe siècle entreprend de trier ce monde de l'indigence : Aux « bons pauvres », l'assistance, aux autres, la répression. Problème de tri social et de taxinomie juridique donc, problème d'autant plus délicat que les uns comme les autres bénéficient du soutien de la population. Les préfets ne cessent de s'en plaindre. Il faut en finir avec ces mentalités qui gênent la répression. Or, les réponses imaginées ne parviennent à s'implanter : le tri par le rapport au travail, qui suppose le soutien des autorités locales (meilleure connaissance des individus) est délaissé. La tentative de limitation des déplacements avec son arsenal législatif ­ obligation du passeport intérieur pour tout déplacement hors canton, livret ouvrier pour tout compagnon ou profession itinérante... ­ et son resserrement autour des populations suspectes (colporteurs, chanteurs ambulants, immigrés, bohémiens...) se heurte à la tradition de charité bas-bretonne. Si l'on organise la répression des mendiants en haute Bretagne, ils continuent à jouer un rôle social actif en basse Bretagne. Ils colportent des nouvelles, des chansons, récitent des prières, accomplissent des pèlerinages par procuration... place bien restituée par toute une série de photos, mais un peu vite expliquée par les « mentalités ». En effet, la basse Bretagne abrite, Finistère en tête, toute une population d'indigents dont la sociologie est assez complexe, d'autant qu'elle se double d'analyses géographiques très fines mais pas toujours éclairantes (une série de cartes tente un tri dans la taxinomie de l'indigence et dans sa géographie intra-régionale) : beaucoup de femmes (toujours plus de 50 %) ; un bon nombre de veuves et de veufs, quelques célibataires (il faudrait ajouter les mariés du Finistère), des enfants, des vieillards chez les indigents comme chez les mendiants, mais aussi des hommes dans la force de l'âge pour les mendiants, des laboureurs, des métiers du textile, des petits métiers à saison morte (bâtiment, bois, mer, agriculture), servantes, lavandières... toute une population qui ne peut vivre de son travail ; impossibilité réelle due à une invalidité (vieillards, infirmes), une insuffisance de travail ou de ressources ; impossibilité douteuse alors facilement attribuée à l'alcoolisme ou la « fainéantise ».

4Ce refus se retrouve naturellement au niveau des structures de l'assistance que l'on tente alors de rationaliser. Guy Haudebourg en entreprend donc une analyse détaillée à travers les circulaires, règlements, commentaires et autres textes de commission. En premier lieu les anciennes structures d'accueil ­ hospices et hôpitaux. Essentiellement liés aux villes importantes, ils demeurent « vétustes » (c'est notamment le cas des hôpitaux nantais : Hôtel-Dieu et Saint-Jacques, rénovés tardivement) et fonctionnent sur le principe de l'exclusion des « hors-communes » : à Oudon, on ne soigne « que les pauvres de la commune », à Ancenis, on ne soigne les « étrangers » que moyennant finances. Le XIXe siècle semble leur préférer les soins à domicile, étudiés là encore dans le moindre détail : dispensaires en ville, organisation autour d'associations religieuses, de médecins, de sages-femmes et de pharmaciens dans les campagnes. Les premières expériences d'assistance médicale gratuite voient le jour (Châteaubriant installe en 1840 un système de soins gratuits en Loire-Inférieure), avec toujours en ligne de mire l'extinction de la mendicité : « C'est un premier pas vers le but que je me suis proposé  : l'extinction de la mendicité. Car vous savez combien la maladie prolongée du père a de fois plongé la famille dans la misère » (lettre du préfet, citée p. 136). Mais une fois encore la basse Bretagne semble refuser cette entreprise : on préfère les anciennes formes d'aide par la charité et la famille. Succès en revanche en Ille-et-Vilaine, « bariolage d'expériences multiples » en Loire-Inférieure, la haute Bretagne, plus urbanisée, semble prête pour la répression.

5Problème identique avec les bureaux de bienfaisance qui, même s'ils s'installent assez facilement en haute Bretagne (ils apparaissent d'abord en ville puis rayonnent en « échelon » vers les campagnes si l'on en croit Guy Haudebourg), demeurent encore rares et se heurtent à une résistance telle en basse Bretagne qu'elle oblige les autorités à concevoir des palliatifs articulant aide publique et aide privée. On imagine par exemple des comités de charité qui se contentent d'indiquer où aller mendier. Quelle que soit l'évolution ultérieure de ces bureaux ­ maintien, transformation en bureaux de bienfaisance (Morbihan), création de « comités libres de charité » ­, tous disent les difficultés d'une « centralisation de la charité privée » sous le contrôle des notables locaux en basse Bretagne (surtout jusqu'en 1850). Malgré les difficultés d'une approche quantitative ou micro-géographique (tentée tout de même pp. 178-179), il semble toutefois possible d'appréhender ce monde des assistés : beaucoup de femmes (54 % en 1847), ouvrières à l'aiguille, journalières, sans profession ; pour les hommes : journaliers, ouvriers agricoles, gens du textile, domestiques essentiellement.

6Enfin, les ateliers de charité. Ici, les voix s'accordent pour trouver du travail aux indigents valides en période de crise et de saison morte. Si l'on engage « les cultivateurs et propriétaires aisés à faire travailler le plus qu'il leur sera possible » (lettre d'un préfet breton en 1817) dans des travaux de défrichage ou de mise en culture de terres, l'essentiel des emplois sont des « travaux d'utilité publique », réparation de routes, extraction de minéraux, entretien de chemins de fer... Mais là encore, les « ateliers de charité » demeurent une expérience rare, liée aux grandes crises et aux caisses de l'État ­ notamment pour les aides dont ils bénéficient : ainsi le département de la Loire-Inférieure reçoit-il une aide de 136 000 francs en 1816 (crise) contre 4 000 en 1819.

7Enfin, pour tout ceux qui se refuseraient à travailler, reste le dépôt de mendicité, expérience qui semble également avoir du mal à s'imposer en Bretagne. En témoignent les échecs auxquels se sont heurtées les tentatives dans le Finistère et le Morbihan. Manque d'argent, opposition des municipalités, aucun ne semble pouvoir remplir son rôle. Celui de Brest, Poul ar Bachet, ouvert en 1870, et la maison de Saint-Joseph à Nantes tendent vers l'hospice de vieillards. Les Morbihannais doivent se réfugier vers le dépôt de Nantes et celui de Rennes fonctionne en tout et pour tout huit ans. La Bretagne, celle des campagnes très nettement en tout cas, ne parvient pas à interner ses mendiants.

8C'est donc sans trop de surprise que l'on retrouve les mêmes problèmes à propos de la répression : que ce soit autour du vagabondage ou de la mendicité, l'entreprise d'adaptation des lois se heurte à un refus des populations, avec toujours le même déséquilibre. La haute Bretagne accepte les arrêtés qui organisent la répression de ses pauvres alors que la basse Bretagne s'y oppose : l'Ille-et-Vilaine prévoit le renvoi des mendiants étrangers en 1818 tandis que Finistère et Morbihan ignorent les arrêtés préfectoraux. D'ailleurs, l'arsenal apparaît insuffisant (un policier pour 1 500 personnes dans le Morbihan et un pour 1 700 en Loire-Inférieure en 1847), souvent illettré, parfois indulgent avec les populations locales quand ce ne sont pas les maires ou les gardes-champêtres eux-mêmes qui font la sourde oreille aux injonctions. Déséquilibre au niveau des arrestations aussi. Si la promenade en haute Bretagne se finit souvent en prison, la basse Bretagne semble plus indulgente. À la sévérité urbaine répond de même l'« indulgence » rurale. Mais dans tous les cas les registres d'écrou sont peuplés de vagabonds (75 %) et de mendiants (21 %), indigents s'aventurant hors de leur canton ou sur les lieux de la répression (grands axes, rassemblements...) et que leur apparence désigne. Commence alors l'aventure judiciaire : sommets en 1847-1853, 1868-1872, 1885-1890, baisse continuelle des peines au fil du siècle pour la basse Bretagne mais une sévérité plus grande au total qu'en haute Bretagne. Plus d'hommes parmi les prévenus (seulement 26 % de femmes), une moyenne de 37 ans pour les mendiants, de 20 à 30 ans pour les vagabonds, toujours ces journaliers, terrassiers, domestiques, mais aussi des femmes publiques...

9Au total, l'errance fonctionne à trois niveaux. Un premier, local, la basse Bretagne, constitué des populations du département. Un deuxième, régional, qui converge vers la Loire-Inférieure. Un dernier, national, fait d'errants de tous horizons se dirigeant vers Nantes. Dernière touche de ce portrait de l'errance : le prévenu. Homme jeune, le plus souvent seul (plus de 90 % des cas), arrêté généralement une ou deux fois seulement (assez peu de vagabonds « professionnels »), ce qui permet à Guy Haudebourg de conclure sur un portrait-type : « Personne aux métiers non-qualifiés ayant une activité très sensible à la conjoncture ».

10Bel essai disions nous, dont on peut cependant regretter qu'il se contente d'une explication par les « mentalités ». Pourtant la porte s'est ouverte un peu plus grand sur un paysage social qui là, sous nos yeux, s'offre à la réflexion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Gaume, « Guy HAUDEBOURG, Mendiants et vagabonds en Bretagne au XIXsiècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998, 435 p. », Ruralia [En ligne], 05 | 1999, mis en ligne le , consulté le 01 septembre 2014. URL : http://ruralia.revues.org/130

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page