Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Philippe GRANDCOING, Les demeures de la distinction. Châteaux et châtelains au XIXe siècle en Haute-Vienne, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 1999, 391 p.

Isabel Boussard

Entrées d’index

Chronologique :

XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1« Le XIXe siècle représente une période essentielle dans l'histoire du château. Il est […] le moment où s'élabore un nouveau modèle définitivement détaché de l'ancienne structure seigneuriale mise à bas en 1789 » (p. 371). Si la société jouissant de privilèges est abolie, le château a survécu et même connu un développement certain. Outre une volonté de prestige ­ certaines couches sociales voulant rester une élite ­ on peut trouver plusieurs causes à cette persistance.

2La première est sans doute les rapports à l'agriculture, dans une société où les agriculteurs forment encore près des deux tiers de la population active. « Possédant généralement des terres dont il tire tout ou partie de ses revenus, le châtelain est au premier chef un agriculteur ». Il « supervise l'organisation de l'exploitation, réalise les investissements nécessaires, améliore les méthodes de culture, les outils, les machines, les bâtiments et, surtout, la qualité des cheptels. […] Il apporte progrès économique et social » (p. 285). L'auteur s'appuie, entre autres, sur les travaux de Jean-Augustin Barral : « Sur les 98 monographies que l'agronome Jean-Augustin Barral consacra aux exemples de modernisation, 54 concernent des propriétés gérées par des châtelains. Parmi celles-ci, onze ont fait l'objet d'une récente acquisition suivie de coûteux investissements » (p. 170). Philippe Grandcoing note que c'est surtout la jeune génération, celle née sous la République ou l'Empire, qui embrasse l'état d'agriculteur, qu'à côté des nobles il y a des bourgeois et que les soucis agronomiques se doublent de la fréquentation des foires et des marchés, la tenue d'une comptabilité de plus en plus précise, etc. « En tant que centre d'une grande exploitation, le château constitue un des pôles économiques du territoire communal. En effet, il procure du travail à une partie de la population et joue souvent un rôle d'impulsion pour les innovations » (p. 54).

3Une deuxième raison peut être trouvée dans les rapports extrêmement complexes entre le châtelain et la société villageoise. Le châtelain est parfois un ennemi, parfois un bienfaiteur, cela dépend des personnalités et des circonstances. « Au château de M. de Charnacé dont l'édification fait le malheur du peuple 1, s'oppose Ferney, résidence de Voltaire où “le grand écrivain protège la colonie de douze cents personnes qu'il a établie autour de son château. Il s'applique à faire le bonheur des paysans qui vivent autour de lui” » (cité p. 25). Le problème est bien résumé par un titre : « Le paysan face au château : entre défiance et déférence » (p. 360). On est fier d'être reçu au château, tout en notant, comme l'avait déjà montré Claude-Isabelle Brelot 2, qu'on est le plus souvent accueilli dans la cuisine ou dehors. « Le repas n'est jamais servi au château, mais à l'extérieur ou dans des bâtiments annexes » (p. 325). Une certaine indépendance est revendiquée, il y a les dons et les contre-dons, on vient au château mais en se défendant d'être redevable, comme le montre cette anecdote : « Tous les fermiers, métayers et employés venaient […] avec chacun une paire de poulets sous le bras, la queue en avant signe de cadeau (car la tête en avant signifie redevance » (cité ibidem) Le contre-don peut être, pour les femmes, un fichu, un mouchoir, un lainage, pour les enfants, des bonbons, quelques sous, etc.

4Il y a aussi des dons plus importants, comme la session de terrain pour agrandir le cimetière, les aides aux écoles, surtout religieuses, ou la réfection de l'église, la fonte d'une nouvelle cloche, car les bienfaits vont plutôt à la paroisse qu'à la commune. La société châtelaine reste attachée à la religion catholique dans une France rurale dont elle regrette la déchristianisation.

5Mais il y a aussi des conflits : « Dans l'immense majorité des cas (82 %) c'est le châtelain qui demande la médiation du juge pour des questions de créances, de bornage, de droits d'usage ou encore des dégâts commis sur ses propriétés » (p. 362). Les litiges témoignent de deux conceptions différentes de la propriété : « En effet, les châtelains défendent le principe de la propriété privée individuelle, alors que le peuple des campagnes est attaché aux droits d'usage collectifs » (p. 363). Ce dernier préfère avoir recours à la violence : terres dévastées, vin bu dans les caves, bâtiments brûlés, etc. Pour les paysans, « les girouettes constituent des cibles privilégiées, en tant que symbole de l'ancien ordre féodal » (p. 372), ce qui prouve bien que le passé n'est pas complètement mort.

6En effet, deux niveaux s'entremêlent : l'économique et le politique, car on retrouve le désir d'indépendance des agriculteurs comme la volonté de pouvoir des châtelains. Nombre de ces deniers veulent être conseiller municipal ou maire de leur village, mais leur rôle politique décline au cours de la période : « L'âge d'or du pouvoir châtelain : de la Monarchie de Juillet au Second Empire » (p. 349). L'auteur a examiné cinq scrutins municipaux : en 1832, on compte 33 % de châtelains siégeant dans un conseil municipal, en 1848, 41 % et en 1860, 39 %, ensuite leur influence s'estompe. Les troubles cantonnés à l'espace urbain dans les années 1870 ont contribué « à construire au sein des classes aisées l'image de la campagne lieu de refuge contre les périls sociaux » (p. 169).

7Mais ces périls s'éloignent, tandis qu'arrivent les difficultés économiques : « Si la Révolution est un tournant dans l'histoire du château en France, la Première guerre mondiale représente un moment tout aussi important. Elle ébranla nombre de patrimoines et conduisit les châtelains à réduire leur train de vie. Domesticité et loisirs dispendieux furent les premiers sacrifiés. En outre, la grande propriété subit un important déclin, du fait de l'inflation qui rendit les maîtres débiteurs vis-à-vis des métayers. Beaucoup durent vendre une partie ou la totalité de leurs terres » (p. 232).

8On voit tout ce que cet ouvrage apporte à la connaissance de la vie à la campagne, des rapports économiques, sociaux et même politiques. Il faut y ajouter la description minutieuse des « archétypes architecturaux » (p. 186 et sqq.) ou du « mode de vie châtelain » (p. 275 et sq.). Il faut mentionner aussi une très belle iconographie : photos des principales demeures, de certains ornements, de plans et de cartes montrant les différentes superficies, la localisation des châteaux les plus cités, etc.

Haut de page

Notes

1 On lui reproche d'avoir fait démolir la maison d'un tailleur absent et bâtir sur l'emplacement une aile de son château.
2 Claude-Isabelle BRELOT, La noblesse réinventée. Nobles de Franche-Comté de 1814 à 1870, Besançon, Annales littéraires de l'Université de Besançon, 1992, 2 volumes, 1242 p. ; Claude-Isabelle BRELOT, « L'espace châtelain au XIXe siècle », dans Château et territoire. Limites et mouvances. Première rencontre internationale d'archéologie et d'histoire en Périgord, Périgueux, 23-24-25 septembre 1994, Besançon, Annales littéraires de l'Université de Besançon, 1995, pp. 207-216 ; Claude-Isabelle BRELOT, « Le château au XIXe siècle : les reconversions symboliques d'un château sans pouvoir » dans Château et pouvoir, Bordeaux, Centre de recherches sur les origines de la civilisation de l'Europe moderne et contemporaine/Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3/Laboratoire d'histoire anthropologique du Mans/Université du Mans, 1996, pp. 193-201.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabel Boussard, « Philippe GRANDCOING, Les demeures de la distinction. Châteaux et châtelains au XIXe siècle en Haute-Vienne, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 1999, 391 p. », Ruralia [En ligne], 05 | 1999, mis en ligne le 25 janvier 2005, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://ruralia.revues.org/129

Haut de page

Auteur

Isabel Boussard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page