Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Serge GRUZINSKI, La pensée métisse, Paris, librairie Arthème Fayard, 1999, 345 p.

Laurent Le Gall

Texte intégral

1Gruzinski dans Ruralia. Ceci pourrait surprendre quiconque a suivi de près ou de loin les travaux de l'américaniste. La pensée métisse, accueilli lors de sa sortie dans un concert de louanges, est un livre pour tous les historiens. Il ne sera pas question dans ce compte rendu d'engager une discussion sur la thèse avancée par l'auteur. Nous en sommes incapable. Ce qui compte dans ce livre précieux, c'est la façon avec laquelle ce spécialiste du Nouveau Monde nous entraîne dans une démarche intellectuelle riche en promesses. « Contre le repli disciplinaire [...] » 1 : La pensée métisse est un bel exemple de ce credo appliqué à son sujet, les liens, les interactions qui se sont créés entre le monde des colonisateurs européens du XVIe siècle et l'univers des Indiens en voie de soumission.

2Le dernier opus de Serge Gruzinski est à la fois un ouvrage d'une érudition impeccable et une leçon de méthode. S'il nous intéresse pour ce qu'il donne à comprendre des « mélanges survenus au XVIe siècle sur le sol américain entre des êtres, des imaginaires et des formes de vie issus de quatre continents ­ Amérique, Europe, Afrique, Asie » (pp. 56-57), il vaut aussi et surtout pour la démarche de l'historien. C'est elle qui est clairement abordée au cours d'une riche première partie ; c'est elle qui motive les lignes qui suivent.

3Comment étudie-t-on ­ et crée-t-on ­ un objet d'histoire ? On saura gré à l'auteur de ne pas tomber dans les travers du tout heuristique, du tout épistémologique et d'aller droit au but par un questionnement préalable. Faire de l'histoire, écrire l'histoire, c'est tout d'abord s'interroger avant de se positionner. Serge Gruzinski n'y manque pas dès les premières pages : « Comment expliquer ce réflexe, cette inclination irrésistible qui nous pousse à rechercher l'archaïsme sous toutes ses formes, au point d'ignorer, volontairement ou non, ce qui touche de près ou de loin à la modernité ? Comme si nous prenions un malin plaisir à fabriquer de la différence » (p. 19). Au risque d'écorner des réputations solidement établies, des thèses couramment admises ­ les fameuses différences entre sociétés chaudes et sociétés froides ­ ou des modes ­ la fortune actuelle du tout culturel, en histoire particulièrement ­, il impose dès le premier chapitre un rythme à son questionnement sur les métissages. Celui-ci est tout empreint du doute, de la nécessité d'aborder un sujet complexe avec l'appétit de celui qui en sait beaucoup mais qui ne souhaite pas être prisonnier de son savoir et de quelques certitudes. La remise en cause doit être une hygiène intellectuelle, l'état d'esprit afférent à toute quête de l'interprétation. Pas de pensée unique donc, de modèle pré-établi mais une construction de l'objet étudié et de l'analyse au fur et à mesure.

4Face aux « incertitudes et ambiguïtés du langage » (p. 36), Serge Gruzinski propose une démarche : celle d'un historien ouvert sur les sciences sociales ­ en particulier l'anthropologie et la sociologie ­, attentif à d'autres formes d'expression qui pourraient faire frémir les tenants d'un pré carré de l'Histoire et qui assurent ici un enrichissement des façons de penser son sujet : le cinéma du réalisateur de Hong-Kong, Wong Kar-Wai, les œuvres du photographe allemand Lothar Baumgarten, les films de Peter Greenaway, la littérature, etc. Le projet ­ voire le programme ­ d'une histoire totale est-il toujours d'actualité ? L'auteur nous donne en filigrane son point de vue : « Mais une discipline peut-elle à elle seule venir à bout de la question des métissages ? Il faudrait pour cela des sciences “nomades”, prêtes à circuler du folklore à l'anthropologie, de la communication à l'histoire de l'art. La démographie historique, la généalogie et l'histoire de la famille, l'histoire sociale sont tout autant concernées par la question que l'histoire des religions ou la linguistique. Ces croisements de disciplines sont encore à venir et beaucoup encore reste à faire, mais les apports de l'anthropologie culturelle et de l'anthropologie religieuse sont loin d'être négligeables » (pp. 38-39). On peut être d'accord avec ce constat et vouloir l'appliquer à d'autres objets, dans d'autres lieux, à des époques différentes. On peut au contraire y voir un appel à la dispersion et à l'éparpillement. On doit surtout le discuter.

5Évoquant entre autres les problèmes que posent les notions d'acculturation et de syncrétisme, se penchant sur ce que l'introduction de la nouveauté dans une société veut et peut dire, il en vient alors à une proposition. Comprendre les métissages, ce serait « penser l'intermédiaire » (p. 42). Or, notre héritage intellectuel campé sur les fondements de la science aristotélicienne et le positivisme ne nous prépare guère à dépasser une perception manichéenne et si tranchée des mondes que l'on étudie. Comment inclure dans des catégories impeccablement structurées, alors que « chaque être est doté d'une série d'identités, ou pourvu de repères plus ou moins stables, qu'il active successivement ou simultanément selon les contextes » (p. 47) ? Serge Gruzinski invite donc à se dépouiller des vieux oripeaux, à accepter de considérer moins les contrastes que les nuances, à prêter attention aux espaces flous des lisières et des frontières. Et de rappeler que « l'incertitude et l'aléatoire ne sont pas toujours pris en compte par l'historien » (p. 55) alors que « complexité, imprévu et aléatoire paraissent [...] inhérents aux mélanges et aux métissages » (p. 56). On serait tenté d'ajouter ici : inhérents seulement aux mélanges et aux métissages... ou peut-être plus encore à eux qu'à d'autres situations et objets étudiés ? De cette remise en cause des modèles prégnants, l'historien peut tirer les plus grands bénéfices ; il doit savoir se regarder, non pas par narcissisme, mais pour ne pas être emprisonné dans un paradigme. Un salutaire exercice de liberté en quelque sorte.

6Les deux dernières parties du livre sont ce que l'on pourrait appeler une application de la méthode selon « un scenario historiquement et géographiquement délimité : l'Europe de la Renaissance, l'Amérique de la Conquête, et plus précisément le Mexique espagnol » (p. 56). On ne fera pas l'injure de résumer, encore moins de commenter les très belles pages qu'il consacre à son « Ovide mexicain » (p. 127), à l'exégèse de certains Cantares mexicanos, ou encore à l'interprétation des fresques de l'église augustine d'Ixmiquilpan. On conviera le lecteur à se laisser porter par le plaisir de la découverte d'une autre Amérique après la chute de Mexico en 1521, à travers les analyses pointues qu'en donne l'auteur.

7Enfin, on pourra être sensible à sa façon d'envisager la longue durée dans un va-et-vient entre l'ancien et l'actuel. Certaines questions d'aujourd'hui ­ la mondialisation, la World Culture mais aussi la puissance écrasante d'un pays, en l'occurrence les États-Unis ­ méritent d'être posées et envisagées en fonction de situations précédentes, certes fort différentes, mais dont l'étude et l'écho ont quelque chose à nous dire et peut-être à nous apprendre.

8La pensée métisse est un livre de l'unité. Unité entre la méthode proposée et clairement expliquée, et un sujet magistralement traité. Il n'est pas peu dire que ces quelques lignes sont marquées au sceau de l'enthousiasme. Car on l'aura compris, on tient ici un grand livre d'historien. Un grand livre d'histoire tout simplement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Le Gall, « Serge GRUZINSKI, La pensée métisse, Paris, librairie Arthème Fayard, 1999, 345 p. », Ruralia [En ligne], 05 | 1999, mis en ligne le 01 septembre 1999, consulté le 24 mars 2017. URL : http://ruralia.revues.org/128

Haut de page

Auteur

Laurent Le Gall

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page