Navigation – Plan du site
Thèses ruralistes

Acteurs, enjeux et régulation dans la dynamique du tourisme en espace rural

Thèse de doctorat d'études rurales, mention économie, sous la direction de Pierre Roux, Université de Toulouse-Le Mirail, soutenue le 15 juin 1999, 2 volumes, 487 f°, devant un jury constitué de Marie-Claude Cassé, Christian Mouchet, Jacques Perret, Pierre Roux et Jean Viard, mention très honorable et félicitations du jury.
Jean Simonneaux

Texte intégral

Une problématique systémique et interdisciplinaire

1Les formes de tourisme et les représentations de l'espace rural ont évolué au cours du temps et participent à l'explication du phénomène touristique en espace rural. Le développement du tourisme rural n'est pas le simple résultat d'un marché ; la dynamique du tourisme est le produit d'accords sur des enjeux individuels et collectifs de la part de multiples acteurs. La demande touristique est la conséquence de conditions économiques et sociologiques : le niveau de vie, les rapports au travail et aux loisirs, les relations sociales, les attentes environnementales, l'évolution de l'agriculture…

2Comprendre la complexité du phénomène touristique en espace rural nécessite une approche systémique. Les caractéristiques du tourisme rural sont le résultat d'interactions entre éléments internes à un système (entreprises, touristes, intermédiaires et espace rural) mais aussi le résultat d'interactions externes. En plus de la notion de système, d'autres champs disciplinaires sont investis : l'économie pour comprendre comment s'organisent les échanges, la sociologie pour appréhender le fonctionnement social, et la géographie pour intégrer le rôle de l'espace. Nous utilisons donc des concepts économiques, sociologiques et géographiques : état de grandeur, représentations sociales, identité, valeur symbolique, sacré, patrimoine, développement rural, paysage, territoire… Outre l'approche systémique, la cohérence du cadre d'analyse se retrouve par des concepts relevant de plusieurs champs disciplinaires (patrimoine, développement rural) et par l'utilisation de l'économie des conventions. L'économie des conventions cherche à comprendre comment des individus reconnaissent et justifient la valeur (la grandeur) accordée à un objet, plusieurs états de grandeur (mondes) sont identifiés par Luc Boltanski et Laurent Thévenot 1. L'économie des conventions constitue l'épine dorsale de ce cadre d'analyse car elle permet de relier nombre de concepts relevant de plusieurs disciplines : le marché au monde marchand, la valeur symbolique au monde de l'opinion, le don au monde domestique, le sacré au monde de l'inspiration.

3Il s'agit de repérer quelles sont les interactions explicatives du développement du système touristique rural et quels sont les modes de régulation entre les différents acteurs. L'hypothèse centrale de départ est qu'il existe des rapports privilégiés entre touristes et prestataires car, d'une part, les relations entre touristes et prestataires sont des liens porteurs de sens par le partage de préoccupations communes dans un temps de reconstruction sociale, et d'autre part, parce que l'activité touristique est aussi une activité non-marchande qui s'appuie sur des relations interindividuelles.

4La méthodologie utilisée se fonde sur une analyse détaillée des activités touristiques sur un même espace donné dans le sud-ouest de la France : la basse Ariège. L'enquête réalisée s'appuie sur un questionnaire auprès d'entreprises (51) et auprès des touristes (122), ces deux questionnaires comportaient des questions communes et sont complétés, en amont et en aval, par des entretiens auprès de quelques acteurs locaux et l'analyse de documents publicitaires.

Régulation entre différents acteurs :

5Les attentes et comportements des touristes se caractérisent par une demande de liens sociaux, des pratiques de distinction autour des grands sites touristiques et des pratiques de sacralisation liées au petit patrimoine.

6Le premier critère de qualité d'un séjour est fondé sur les relations sociales (familiales, amicales) entre touristes et prestataires, c'est la reconnaissance d'un état de grandeur domestique qui se fonde sur des unités familiales (des prestataires et des touristes), sur la tradition du monde rural, sur des pratiques de fidélité (mais non d'exclusivité). Les grands sites touristiques servent de vitrine à un territoire touristique, ils déterminent l'attractivité touristique d'un espace car ce sont ces sites touristiques qui permettent aux touristes de se distinguer. Cette dimension distinctive est renforcée par la promotion et la médiatisation réalisées par les intermédiaires. Le petit patrimoine, et plus particulièrement le patrimoine naturel et paysager de l'espace rural, constitue une ressource importante du tourisme rural qui va être support de préoccupations communes entre touristes et prestataires. La balade est une pratique touristique rituelle en plus d'être la plus courante. On peut mettre ces ressources patrimoniales en rapport avec des préoccupations écologiques croissantes dans notre société, qui tendent à sacraliser la « nature ». Ces composantes, souvent non-marchandes, des produits touristiques sont déterminantes dans la qualité perçue par les touristes. Désirs de liens sociaux, de distinction, de cadre naturel mais aussi de liberté vont être exprimés à différents moments et nous conduisent à qualifier les comportements des touristes de « zappeurs », comportement parfois en décalage avec le discours produit. Les vacances sont un temps de rupture et de reconstruction, non seulement en terme spatial, mais aussi culturel et social.

7Les prestataires connaissent relativement bien les attentes des touristes, ils ont tendance à surestimer la place attribuée au prix (le monde marchand) ; les intermédiaires favorisent le monde industriel dans les activités d'hébergement au travers de la normalisation et de la contractualisation. Les stratégies des petites entreprises touristiques sont diverses, du simple maintien à la croissance et sont plus déterminées par des caractéristiques sociales qu'économiques. L'offre touristique correspond aux attentes des touristes par la diversité des produits proposés et s'appuie sur une identité territoriale homogène des prestataires à défaut d'une identité professionnelle, homogénéité permise par la valorisation d'un patrimoine collectif.

8Régulation verticale et régulation horizontale viennent se compléter. L'organisation de la régulation verticale est expliquée et favorisée par les intermédiaires : ces « filières » vont concerner la promotion et les hébergements dont la grandeur est justifiée dans le monde industriel. La régulation horizontale s'appuie sur l'organisation territoriale, elle va favoriser le monde domestique en constituant des réseaux d'acteurs à l'identité territoriale homogène. La régulation territoriale est indispensable au développement du tourisme rural car elle préserve sa diversité et donc sa différenciation et son attractivité. Le rôle des offices de tourisme et des comités départementaux du tourisme est donc primordial car ils se trouvent à l'interface des territoires et des filières.

Conclusion

9Les formes de production particulières (entreprises familiales, diversifiées et atomisées) et l'organisation territoriale contribuent à la dynamique et à la différenciation du tourisme rural en favorisant le monde domestique et en s'appuyant sur l'organisation territoriale. La sacralisation de la nature est un atout sur lequel doit s'appuyer le tourisme rural face à une montée des préoccupations environnementales de nos sociétés modernes. Ce patrimoine naturel constitue un deuxième élément de différenciation dans cette forme de tourisme diffus, par opposition à un tourisme concentré fondé sur des stations tel que nous pouvons l'observer sur le littoral et en montagne.

10Ces atouts (formes de production, sites touristiques, petit patrimoine,…) constituent un avantage comparatif, non pas en terme de coût mais en terme de qualité. La durabilité du petit patrimoine est un élément essentiel dans la durabilité du tourisme rural mais pose le problème de sa valorisation, qui doit être une volonté de l'ensemble des acteurs de l'espace rural. La nouvelle loi d'orientation agricole, avec les contrats territoriaux d'exploitation et la reconnaissance de la multi-activité, peut présager d'une volonté de valorisation de ces atouts. Mais des interrogations subsistent : la valorisation du patrimoine s'appuyant sur l'utilisation de ressources collectives ou publiques, est-ce que l'ensemble des ruraux reconnaissent un même état de grandeur au ressources naturelles ? De plus, on peut s'interroger sur les effets du projet de limitation de l'intégration des activités touristiques dans les activités agricoles : ne va-t-on pas favoriser une spécialisation croissante ? Certes, le développement touristique participe à la préservation du patrimoine et à l'intégration de nouveaux acteurs dans l'espace rural, mais ce développement risque de renforcer une dichotomie entre des espaces ruraux « naturels » orientés vers des fonctions résidentielles et de loisirs et des espaces ruraux essentiellement agricoles.

Haut de page

Notes

1 Luc BOLTANSKI et Laurent THEVENOT, De la justification, les économies de la grandeur, Paris, Éditions Gallimard, 1991.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Simonneaux, « Acteurs, enjeux et régulation dans la dynamique du tourisme en espace rural », Ruralia [En ligne], 05 | 1999, mis en ligne le 01 septembre 1999, consulté le 26 avril 2017. URL : http://ruralia.revues.org/125

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page