Navigation – Plan du site
Thèses ruralistes

La construction sociale d'une identité institutionnelle ou l'ordre symbolique d'un collectif scolaire (Le cas d'un enseignement agricole : les Maisons familiales rurales)

Thèse de doctorat en sociologie sous la direction de Jean-Manuel de Queiroz, Université Rennes 2­Haute-Bretagne, 541 f°, soutenue le 4 juin 1999, devant un jury constitué de Michel Boulet, Jean-Louis Derouet, Yves Dupont, Jean-Luc Mayaud et Jean-Manuel de Queiroz, mention très honorable et félicitations du jury à l'unanimité.
Franck Sanselme

Entrées d’index

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

Résumé

1Au-delà de leur affiliation à l'appellation générique et administrative d'« enseignement agricole », les Maisons familiales rurales peuvent s'appréhender comme une institution scolaire parmi d'autres, voire comme une institution tout court. Une institution qui travaille à la construction de son identité et à la légitimation de son ordre interne en intégrant de manière réfléchie des altérités ou des univers sociaux objectifs qui ne sont pas exclusivement agricoles. Il s'agit alors de saisir les différents mécanismes et principes de légitimation qui participent de cette construction identitaire : comment une institution réussit-elle à élaborer son identité, à la fois à destination interne et externe, dans un rapport dialectique et empreint de tensions multiples avec ses différentes altérités ?

2Pour ce faire, les Maisons familiales ont d'abord su mettre en place un véritable système conceptuel contenu dans leur appellation complète de « Maison familiale rurale d'éducation et d'orientation ». Par la propriété de discrimination inhérente à tout concept, les éléments de ce système sont à même d'intégrer symboliquement ­  dans un rapport de sens ­ et sociologiquement ­  dans un rapport de hiérarchisation sociale ­ l'« altérité éducative » (élèves et parents) des Maisons familiales à une division institutionnelle légitimée des rôles et pouvoirs éducatifs (partie I). Mais c'est avant tout de leur substrat idéologique ­ catholicisme social, ruralisme, familialisme et pédagogie de l'École nouvelle ­ que ces concepts tirent leur pouvoir de légitimation d'un ordre éducatif. Le monde des idéologies se présente ainsi comme un second univers objectif dialectiquement constitutif de l'identité Maison familiale saisie à travers ces « catégories doctrinales de l'entendement institutionnel » (partie II). Ces idéologies participent également et historiquement de cette médiation symbolique entre l'institution scolaire et ses concurrents public et catholique pris comme altérité négative. Elles orientent les Maisons familiales vers la critique de leurs adversaires dont la liquidation symbolique est au principe même d'une légitimation par la négative d'un ordre institutionnel (partie III). Enfin, le marché scolaire et ses impératifs notamment financiers, dernier univers ayant partie liée avec les Maisons familiales, induit pour celles-ci ce passage problématique du « communautaire » au « sociétaire ». Face à cette infirmation du premier par le second, les Maisons familiales ont à effectuer un certain travail de compensation qui vise à restaurer une réalité subjective primaire communautaire tout en jouant, stratégiquement, le jeu du marché (partie IV).

3Telle qu'élaborée symboliquement dans la confrontation renouvelée avec différentes altérités ou différents ordres de contraintes intégrées, cette problématique de l'identité institutionnelle se veut donc explicitement transversale. Sa portée théorique est générale tant elle dépasse le seul cas des Maisons familiales rurales. Elle peut, nous semble-t-il, intégrer tout questionnement qui cherche à explorer les mécanismes de construction identitaire d'un groupe social institutionnalisé. Elle doit, par ailleurs et selon son attention portée à la dimension symbolique du social, rappeler son affiliation à une ­ très classique ­ théorie sociologique du signe et de la symbolisation inaugurée par le dernier Durkheim des Formes élémentaires... C'est dire, au total, qu'il y a bien moins ici une ethnographie ou une monographie des Maisons familiales, qu'une thèse qui se situe au carrefour des champs sociologiques de l'identité collective, de l'éducation et de la connaissance ordinaire qu'ont les acteurs de leur institution.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Sanselme, « La construction sociale d'une identité institutionnelle ou l'ordre symbolique d'un collectif scolaire (Le cas d'un enseignement agricole : les Maisons familiales rurales) », Ruralia [En ligne], 05 | 1999, mis en ligne le 25 janvier 2005, consulté le 27 mai 2017. URL : http://ruralia.revues.org/124

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page