Navigation – Plan du site
Thèses ruralistes

Sociabilités, pouvoirs et notabilités en Anjou, 1730-1830. Trois communautés à l'épreuve de la guerre

Thèse de doctorat en histoire sous la direction de Jean-Clément Martin, Université de Nantes, 4 volumes, 854 f°, soutenue le 27 octobre 1999, devant un jury constitué de Jean-Pierre Jessenne (président), Jean-Clément Martin, Jacques Peret et Guy Saupin, mention très honorable et félicitations du jury à l'unanimité.
Anne Rolland-Boulestreau

Entrées d’index

Chronologique :

XVIIIe siècle, XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Entre mars 1793 et décembre 1793, les Mauges, qui correspondent grosso modo au Choletais (le sud-ouest de l'actuel département de Maine-et-Loire), se soulevèrent contre la République et les troupes stationnées dans la région : « la guerre de Vendée » était née. Ces quelques mois de combat allaient modifier durablement l'attitude de l'État vis-à-vis de cette région et celle des communautés vendéennes confrontées au douloureux problème de leur reconstruction.

2Les mémorialistes et les historiens avaient multiplié, dès les premières années du XIXe siècle, les études sur les soulèvements de la région, à compter de mars 1793 autour de Saint-Florent, Chemillé, Cholet, Jallais, Beaupréau... 1 La plupart des ouvrages traitant de la société vendéenne ont adopté un angle de vue assez large : une dizaine de fiefs, comme R.-H. Andrews, une centaine de communes pour Charles Tilly, plusieurs milliers d'anciens Vendéens, pour Claude Petitfrère. Laurence Wylie échappe à la règle avec son étude portant sur une seule communauté, Chanzeaux 2.

3La notabilité à l'épreuve de la guerre civile n'avait pas fait l'objet d'une analyse précise. La Contre-Révolution pose rapidement le problème de l'exercice et de la détention du pouvoir, de sa continuité entre le XVIIIe et le XIXe siècle, entre la cooptation, la nomination et l'élection des édiles. Elle suppose aussi d'identifier auparavant les détenteurs des charges paroissiales et communautaires. La problématique impliquait aussi de replacer les engagements contre-révolutionnaires ou révolutionnaires dans des réseaux familiaux, amicaux, de fréquentations plus ou moins proches, et de mesurer les solidarités communautaires et familiales.

4À partir de là, il nous apparut intéressant de tenter une expérience : choisir l'optique de la micro-histoire et l'appliquer à la Contre-Révolution dans les Mauges, elle-même placée au centre d'une étude historique d'un siècle, entre 1730 et 1830. Trois communautés voisines du nord-est des Mauges ont alors retenu notre attention : il s'agissait de Sainte-Christine, du Pin-en-Mauges et de Neuvy. La première avait servi de tête-de-pont des troupes révolutionnaires qui sillonnaient le pays. Elle tenait une place importante dans le nord-est des Mauges par l'emplacement d'un marché depuis un siècle et demi. Elle comptait surtout des artisans et des commerçants parmi sa population. La seconde, le Pin-en-Mauges, avait été largement étudiée par des mémorialistes car elle était la paroisse d'origine de Jacques Cathelineau, l'un des hommes les plus célèbres de la Contre-Révolution. On pouvait supposer que tout avait été écrit sur le généralissime de l'armée catholique et royale, et que toutes les sources avaient été systématiquement dépouillées. Mais nous parions sur la richesse des relations entre les hommes du Pin, qui n'avaient jamais été étudiées en tant que telles. La troisième communauté, Neuvy, était largement agricole, par le nombre de ses métairies et par l'importance de deux de ses fiefs. Elle aussi comptait des figures de la Contre-Révolution, certes moins connues que Jacques Cathelineau, mentionnées tout de même dans les mémoires de Renée Bordereau ou de Madame de la Bouëre, par exemple. Mais c'est surtout parce qu'apparemment, elle semblait moins éclatante dans la Contre-Révolution, qu'elle nous paraissait intéressante.

5En réalité, notre préoccupation n'est pas seulement la représentativité de notre échantillon. Une échelle d'observation restreinte ne signifie pas que l'objet d'étude soit réduit. Il s'agit simplement d'un changement d'optique du problème, sans pour autant passer d'une histoire à une autre, comme l'a expérimenté Jacques Revel pour certains cas 3. Dans notre esprit, il ne s'agissait pas d'effectuer un passage dans une autre histoire de la guerre de Vendée. La variation de l'échelle est une démarche et une expérience pratiques qui permettent de montrer « au ras du sol » les réactions des hommes face à la guerre civile, les choix auxquels ils sont confrontés, la perception de leur histoire contre-révolutionnaire et de leur relation avec l'État, et d'évaluer, in fine, les conditions de la reconstruction d'une société.

6Les sources utilisées sont constituées par les registres paroissiaux et d'état-civil de 1730 à 1830, seuls moyens de reconstituer les réseaux familiaux, par le biais des généalogies et des « graphes ». Ces graphes, ces relations triangulaires, ces renchaînements d'alliances parfois bien visibles, reposaient sur les mariages et les invitations comme témoins, en tant que parents plus ou moins proches ou relations amicales officiellement affichées devant la communauté. Les sources notariées constituaient un deuxième apport, dont l'intérêt dans le domaine de la vie quotidienne, des structures foncières et du fonctionnement de la vie économique, a été de longue date souligné par tous les historiens. Les sources révolutionnaires et contre-révolutionnaires sont primordiales, même si ces sources restent partielles pour différentes raisons : les rouages administratifs locaux sont les premiers touchés et malmenés lors du soulèvement du nord-est des Mauges en mars 1793. Les rivalités sont sérieuses entre les personnels administratif et militaire (généraux, représentants du peuple, juges...). Il reste que, comme le souligne Jean-Clément Martin, les frustrations des historiens se déclineront toujours entre oral vendéen et écrit républicain. Quand les républicains écrivent, et ils écrivent beaucoup, dans le cadre judiciaire par exemple, les sources restent soumises au prisme déformant des réponses des prisonniers qui tentent de brouiller les pistes, et des interrogations des juges et des comités qui peuvent parfois méconnaître le terrain. Même si ces limites sont désormais connues, il n'en reste pas moins que sous peine de les négliger, on peut en arriver à des conclusions hâtives, qui ne changent pas forcément l'analyse des guerres de Vendée, mais qui simplifient abusivement les marges d'initiatives de chacune des parties, les Bleus et les Blancs.

7L'approche par la micro-histoire a permis de souligner à quel point les petits notables maugeois sont le reflet de leur communauté. Madame de la Rochejaquelein voulut voir dans les Mauges d'avant le conflit, l'existence de notables « naturels », garants de la vie communautaire et faisant partie de la noblesse et du clergé 4. Le pouvoir leur était alors incontesté. Ce « modèle » permettait une vision moralisatrice de la société maugeoise, où tous vivaient en harmonie autour du château et de l'église. Il s'agissait aussi d'inscrire la société maugeoise dans une lecture morale de la Contre-Révolution. À l'inverse, certains historiens ont insisté pour doter les communautés rurales de personnalité interne homogène 5. À lire les actes de notoriété, dont la rareté dans les archives en fonde le prix, toute une hiérarchisation de la société et de la notabilité se met en place.

8Le rôle des notables leur est alors clairement assigné : ils sont bien sûr des médiateurs. Ils apportent aussi leur caution et apparaissent comme des référents sociaux. La reconnaissance des villageois passe par ces actes. L'homogénéité sociale des Mauges est à contester : les sources révèlent des rivalités socio-professionnelles au sein des villages. Les communautés maugeoises vivent une sociabilité plus riche et plus complexe que les mémorialistes l'ont pensé, et qu'AndréSiegfried résumait par la formule : « une soumission passive, naturelle et héréditaire » 6. On se trouve devant un pays ouvert sur l'extérieur, signe de réussite sociale certaine, du moins pour quelques notables locaux professionnellement audacieux et entreprenants.

9Deuxième conclusion : les communautés rurales ont une remarquable capacité à organiser leurs affaires locales, capacité occultée par les événements de la Contre-Révolution, et de la lecture qu'on a pu en faire. En 1790 et 1792, face aux réformes des municipalités, les électeurs doivent élire leurs représentants. Pour autant, ces notables ne sont pas différents de ceux « naturellement » en place au XVIIIe siècle. Seulement, apparaît un troisième intervenant dans la communauté, l'État, qui, s'il ne désigne pas directement les élites municipales, n'en attend pas moins de leur part efficacité et zèle pour appliquer les nouvelles décisions et lois. À la différence de ce qu'ont pu écrire certains historiens à propos de la marge d'initiative des communautés, les nouvelles équipes municipales peuvent, non seulement exprimer leurs désaccords vis-à-vis de l'État, mais aussi saper son autorité. L'intérêt des scrutins municipaux de 1790 réside dans le fait que les communautés rurales n'adoptent pas tout à fait le même point de vue sur les élites locales, et expriment un choix identitaire propre. Certaines communes reconduisent naturellement leurs notables d'autrefois, d'autres préfèrent innover en choisissant des hommes totalement nouveaux, absents des anciennes assemblées, sans parentèle étendue, sans réseau de fréquentation développé. Deux ans plus tard, en 1792, le climat politique semble différent. Le choix des maires montre que les communautés ne rompent pas totalement avec la pratique mise en place en 1790 : les maires sont d'anciens officiers municipaux ou des parents de membres de la précédente équipe. En revanche, les officiers municipaux de 1792 sont des hommes nouveaux.

10Il ne faut pas en tirer des conclusions hâtives sur l'éviction des anciennes équipes, ayant échoué ou cédé devant des rivalités au sein des communautés rurales. Ni même en conclure à un échec des réformes municipales mises en place par l'État républicain. Les relations familiales entre les deux équipes montrent que si les premiers officiers municipaux prennent leur distance par rapport aux conseils, leurs parents ou leurs alliés sont des relais incontestés lors des seconds scrutins. Les élections soulignent que les communautés et les petits notables locaux réalisent un choix positif dans le sens où il n'y a pas un pur et simple rejet de la mairie, ni un renoncement total de l'ancienne équipe à être associée de près ou de loin à tout ce qui touche la communauté.

11Un dernier intérêt de ces scrutins municipaux peut être soulevé : les conseils adoptent un comportement circonstancié face aux réformes révolutionnaires. Ni rejet systématique des réformes, ni homogénéité politique de l'ensemble des communes des Mauges, plutôt une opportunité politique modeste, mais réelle et récompensée quand Sainte-Christine devient chef-lieu de canton.

12À cela, s'ajoutent des choix individuels qui viennent encore compliquer le sens des scrutins de 1792. L'engagement des volontaires républicains ou l'action du juge de paix soulignent, qu'à la veille du conflit vendéen, la vie politique des Mauges est beaucoup moins homogène qu'on a pu le croire. Du même coup, ces parcours individuels enrichissent l'engagement blanc, qui est loin alors d'être automatique, ni uniforme quant à ses motivations. Pour illustration, au Pin, la mobilisation des premiers soldats, en mars 1793, n'est ni spontanée ni massive autour de Jacques Cathelineau. La situation est plus complexe que la lecture ultérieure des guerres de Vendée ne le suppose.

13À l'heure de la reconstruction, entre l'État et les communautés, se rétablit un dialogue, marqué par le legs du conflit vendéen : tâtonnements, destitutions, choix d'anciens patriotes et, parfois en même temps, d'anciens soldats vendéens, dénonciations... le climat politique n'est pas simple à aborder en ce début du XIXe siècle. Le changement des rapports entre l'État et les communes est net lorsqu'apparaît une nouvelle catégorie politique dans les échelons municipaux, cantonaux ou départementaux : la noblesse locale.

14Le critère foncier, mis en évidence par Louis Bergeron et Guy Chaussinand-Nogaret 7, se retrouve classiquement dans les Mauges du XIXe siècle. La noblesse maugeoise ne fut pas toujours présente lors des guerres de Vendée : certains nobles choisissent l'émigration, d'autres, le refuge à Angers. Là encore, nous sommes loin d'une vision idyllique de la noblesse, solidaire sur les champs de bataille vendéens. Quand les émigrés rentrent, ils n'ont qu'une vision partielle du conflit parce qu'ils n'y ont pas participé directement, parce que leurs préoccupations tournent autour de la reconstruction de leurs domaines...

15Deuxième enseignement de ce premier tiers du XIXe siècle, la vie politique s'ordonne très vite autour des anciens Vendéens. (les deux tiers des officiers municipaux sont des hommes de la Contre-Révolution, soit personnellement engagés, soit dépositaires de l'engagement de leur famille). De même les communautés d'après guerre reprennent vite, apparemment, un cours normal d'existence : la permanence des mêmes familles sur les mêmes terres entre le XVIIIe et le premier tiers du XIXe siècle est évidente. Le fonctionnement de certaines assemblées, telles celles de la fabrique du Pin, semble ne s'être jamais arrêté. Tout juste fait-on mention d'un procureur à remplacer, « lequel a péri dans les malheurs de la Révolution » (1794).

16Au sein des communautés, la guerre de Vendée et ses conséquences sont visibles des dizaines d'années après le conflit. Les dossiers de pension sont là pour le montrer. Certains soldats vendéens ne reçoivent pas le soutien escompté de l'ancienne hiérarchie militaire vendéenne. D'autres cumulent les témoignages et les signatures au bas de leur dossier militaire pourtant mince parfois. La lecture des dossiers est alors riche d'enseignements sur la solidarité villageoise ou, à l'inverse, sur les rivalités internes des villageois.

17Des « affaires » éclatent également au moment où l'on pourrait penser que les blessures de guerre sont refermées, quinze à trente ans après les combats. Elles prouvent qu'aucun destin n'est définitivement scellé, une fois la guerre terminée.

18Les registres d'état-civil montrent également la place de la Contre-Révolution dans la sociabilité villageoise. Les anciens compagnons de Jacques Cathelineau transposent à la vie civile leur solidarité acquise sur les champs de bataille ou réaffirment avec force des liens établis à la fin de l'Ancien Régime. Quant aux autres combattants, les bornes de l'horizon familial correspondent le plus souvent aux frontières villageoises. Un « entre-soi » bienvenu, en somme, après la guerre civile.

19Les mémorialistes, à force d'analyser les Mauges à la lumière de la Contre-Révolution, ont largement occulté l'hétérogénéité socio-politique de cette région. À la veille du conflit vendéen, des petits notables et des communautés sont confrontés au choix d'un camp. Si, globalement, ils choisissent plutôt la Contre-Révolution, pour autant on ne peut pas parler d'une exclusivité vendéenne. C'est à partir du XIXe siècle que l'homogénéité politique des communautés se façonne et se fige. Les éléments allogènes sont écartés, sans précipitation, sans recours à la violence. Au XIXe siècle, les mémorialistes transposent cette société-là à la période d'avant-guerre ; ils réalisent ainsi un anachronisme qui pèse lourd sur la compréhension des événements vendéens.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple les études de Jean-Clément Martin sur la Vendée, et en particulier : Jean-Clément MARTIN, La Vendée de la mémoire, Paris, Éditions du Seuil, 1989.
2 R.-H. ANDREWS, Les paysans des Mauges. Étude sur la vie rurale d'une région de France, Tours, 1938 ; Charles TILLY, La Vendée, Révolution et Contre-Révolution, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1970 ; Claude PETITFRÈRE, Blancs et Bleus d'Anjou (1789-1793), Paris, Champion, 1979 ; Laurence WYLIE, Chanzeaux, village d'Anjou, collection Témoins, Paris, Gallimard, 1970.
3 Jacques REVEL [dir.], Jeux d'échelles, La micro-analyse à l'expérience, Paris, Hautes-Études, Gallimard/Le Seuil, 1996.
4 Mme de la ROCHEJAQUELEIN, Mémoires, Paris, Mercure de France, réédition 1984.
5C Voir par exemple : Paul BOIS, Paysans de l'Ouest, Paris, Champ Flammarion, 1971.
6 André SIEGFRIED, Tableau politique de la France de l'Ouest sous la IIIe République, Paris, Librairie Armand Colin, 1913, p. 55.
7 Louis BERGERON et Guy CHAUSSINAND-NOGARET, Les masses de granit. Cent mille notables du Premier Empire, Paris, EHESS-Jean Touzot, 1979.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Rolland-Boulestreau, « Sociabilités, pouvoirs et notabilités en Anjou, 1730-1830. Trois communautés à l'épreuve de la guerre », Ruralia [En ligne], 05 | 1999, mis en ligne le 25 janvier 2005, consulté le 26 avril 2017. URL : http://ruralia.revues.org/123

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page