Navigation – Plan du site
Articles

Les concours de bovins et le développement agricole : l’exemple de la promotion de la race bovine de Villard-de-Lans (Isère) de 1893 à 1914

Gilles Della-Vedova

Résumés

L’étude de la race bovine de Villard-de-Lans (Isère) se situe à la rencontre de trois approches. La première cherche à examiner au « ras du sol » le développement agricole dans un canton du massif préalpin du Vercors. La deuxième vise à saisir comment un concours est un moyen d’attacher les différentes populations rurales au gouvernement républicain à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle. Le dernier regard est culturel et voudrait démontrer une captation des critères de l’excellence agricole par les notables, aidés par les professionnels de l’agriculture.

Une approche sociale fine est menée à partir des catalogues du concours spécial de la race bovine de Villard-de-Lans (exposants et jurys) entre 1893 et 1914. Les listes sont croisées avec les recensements, le cadastre, les résultats des élections municipales ainsi qu’avec les dossiers des impétrants du mérite agricole.

Les infortunes des bovins ne furent pas celles des éleveurs. Les animaux de la race de Villard-de-Lans sont des éléments, parmi d’autres, des stratégies familiales. Inscrire des animaux put être un moyen de spécialisation professionnelle mais également un levier pour se maintenir ou accéder au conseil municipal. De la même manière, juger les bêtes permit aux différents groupes de jurés de se faire connaître et reconnaître par leurs pairs et par les éleveurs-électeurs. Les premiers jalons d’une enquête prosopographique sont posés.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologique :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1À analyser les rares œuvres littéraires ou picturales qui prirent comme sujet ou comme cadre les concours agricoles, ces manifestations ne semblent guère présenter d’intérêt. Henri Brispot peignit une scène de remise de récompenses 1. Nous sommes en ville très vraisemblablement, sur la grand-place. Sur une estrade, à droite, se trouve une vieille femme. Elle est intimidée, les bras le long du corps, le dos courbé, elle vient de monter les marches et n’ose plus avancer, malhabile dans ses vêtements de paysanne, chaussée de sabots. Dans la partie opposée de la tribune, bien alignés, serrés dans leurs habits noirs, signes éclatants de leur respectabilité, les « Messieurs » font face à la vieille. Contrairement à celle-ci, ils sont à l’aise, savourent le moment. Ils sont en représentation. Deux d’entre eux sont debout, l’un ayant un papier en main et étant probablement en train de réciter les mérites de la lauréate, l’autre invitant cette dernière par un geste à avancer vers une table où l’attend son prix. Gustave Flaubert, dans la deuxième partie de Madame Bovary, se livre à une étude des « fameux Comices ». Loin d’être simplement le décor des amours coupables de Rodolphe et d’Emma, la description du comice est, pour l’auteur, et avec une férocité directement héritée de Balzac, l’occasion de moquer la société de son temps. Il s’exerce à la composition d’un discours du genre de ceux qui ponctuaient les manifestations agricoles, et l’on imagine la délectation de Flaubert à produire l’un de ces textes convenus dont les notables avaient le goût. Scènes, finalement, d’une grande banalité. Que retenir d’un concours si ce n’est, effectivement, la remise des prix ? D’ailleurs, bien souvent, les archives elles-mêmes ne contiennent que les palmarès.

2Ces deux témoignages, pictural et littéraire, concordent pour estimer que, la cause est entendue, les comices ne sont qu’un sujet anecdotique. Pourtant, à regarder ces mises en scène avec les yeux de l’histoire sociale, les questions ne manquent pas de surgir. Si l’on retient le tableau de Brispot, remarquons d’abord que la scène se déroule dans un lieu et à un moment intéressants. En effet, le cadre est urbain, ce qui est paradoxal pour des épreuves qui portent un jugement sur des « produits » provenant de l’espace rural. Ensuite, il est possible de s’interroger à propos des individus présents sur l’estrade. Au-delà du terme générique de « notables », qui étaient précisément les individus qui composaient les jurys ? Comment avaient-ils été recrutés et quelles étaient leurs compétences pour juger ? Sommes-nous en présence d’un authentique jugement « technique » ou bien une dimension sociale – pour ne pas dire également politique – pouvait-elle expliquer les palmarès ? Ceux que les archives désignent comme la catégorie des « anciens serviteurs », et dont la vieille femme du tableau devait faire partie, méritent également que l’on s’intéresse à eux. Là aussi, qu’est-ce qui pouvait expliquer la présence de cette femme, c’est-à-dire comprendre pourquoi elle s’était inscrite, pourquoi elle se rendait à la ville et pourquoi elle avait gagné ? Peut-être est-ce l’espace de la scène, celui qui se trouve au centre du tableau, qui éveille le plus l’intérêt : les fils invisibles entre les personnages situés à gauche et la médaillée, à droite. Un dernier questionnement porterait sur les spectateurs de la scène et s’interrogerait, là aussi, sur les motivations de leur présence. Se mélangent, sans doute, les impétrants recalés, les simples badauds, les membres de la famille du distingué, les habitants aux fenêtres et les ruraux de passage : quel sens, quelle légitimité éventuelle leur présence donne-t-elle à la scène ? Tout compte fait, les concours agricoles peuvent se révéler des observatoires tout à fait pertinents de l’histoire économique et sociale du monde rural bien sûr, mais également, dans les champs du politique et du culturel, des rapports de pouvoir et des modes de légitimation de la société toute entière.

3Les choisir pour objet d’étude, c’est mettre ses pas dans les traces laissées par d’autres chercheurs. Certaines des grandes thèses d’histoire régionale des années 1960 et 1970 n’ont pas manqué d’aborder ces concours, émanations des sociétés agricoles. C’est ce qui explique la polysémie du mot de « comice », désignant à la fois un ensemble de manifestations agricoles ainsi que l’association qui en est l’organisatrice. Cette imbrication se retrouve très nettement dans la thèse de Ronald Hubscher où, après avoir établi « l’influence des sociétés d’agriculture », l’auteur affirme que les concours furent « une contribution importante à l’amélioration de l’agriculture » 2. Plus récemment, René Bourrigaud a établi que l’une des principales modalités d’action des comices était justement les concours agricoles 3. Yann Lagadec, dans une approche monographique, a cherché à éclairer les conditions du « développement agricole » 4. Derrière une médiation technique, se déroulait de manière concomitante une médiation politique dans les concours agricoles. Ces derniers contribuèrent au phénomène d’acculturation 5 des sociétés rurales 6.

4Au-delà de ces approches marginales ou ponctuelles, les épreuves agricoles ont été replacées dans un vaste projet de recherche, à la suite et sous la direction de Jean-Luc Mayaud 7 ; projet dans lequel s’inscrit notre propre démarche. Pour ce dernier, étudier le rapport entre l’élevage, par exemple celui des bovins, et les concours agricoles, oriente la réflexion dans trois directions 8. D’abord, loin d’être une sous-branche d’une hypothétique histoire de l’agriculture française, la recherche historique à propos des animaux est à relier aux évolutions globales de la société du temps. Au 19e siècle, les bêtes ne sont plus un « mal nécessaire », mais une authentique filière en expansion en raison d’une demande accrue de la part du marché urbain en pleine croissance. Au passage, l’auteur défend une approche pluridisciplinaire, avec l’ensemble des autres sciences humaines, comme avec la science vétérinaire 9. Ensuite, il est possible par ce biais d’identifier les élites agricoles, seul groupe social d’importance pour lequel la recherche en histoire sociale contemporaine n’a pas encore réalisé de véritable corpus : « agents de la modernité culturale », les promoteurs des concours ont été des acteurs majeurs de la « pédagogie par l’exemple » du développement. Enfin, le concours est également le cadre de processus qui sont de l’ordre du culturel comme du politique. En effet, s’ils sont les lieux de diffusion de l’excellence agricole, encore faut-il identifier les critères de celle-ci et repérer ceux qui émettent et construisent un discours sur l’excellence agricole. Dès lors le concours est-il un espace de discours et de représentations entre les différents groupes sociaux.

5La question des relations entre les concours de bovins et le développement agricole est ainsi placée à la jonction de trois domaines de la recherche. En premier lieu, dans le prolongement des inflexions suivies par l’histoire contemporaine du politique, il s’agit non seulement d’observer comment s’est effectuée la conquête des « campagnes » par les républicains, suite aux injonctions de Gambetta, mais également, en changeant la focale, d’examiner encore et toujours la « politique au village ». Celle-ci peut se comprendre selon deux acceptions complémentaires, la première consistant à repérer par quels médias la communauté villageoise est pénétrée par les enjeux globaux, la seconde observant la micropolis « comme le lieu des premiers apprentissages politiques », pour reprendre la formule de Mélanie Atrux 10. Les problématiques relatives aux concours agricoles peuvent être également perçues en fonction de la recherche en histoire économique et sociale. L’étude des concours de bovins est une manière de lier le local et le global, en percevant la naissance de circuits économiques, l’ébauche de filières professionnelles et la constitution d’un véritable marché dans une époque qui vit l’industrialisation des vallées alpines, la ramification du réseau de transports et le développement urbain. Dans cette optique, les approches renouvelées de l’histoire économique invitent à se servir des notions de proto-industrialisation et de pluriactivité, qui permettent de ne plus réduire le village à la seule activité agricole. D’autres « professions » ou activités existaient sans qu’il faille les interpréter comme les signes d’un déclin agricole, mais plutôt comme les indices de la vitalité des exploitations, permettant leur maintien. La pluriactivité n’est donc pas tant un archaïsme que le témoin de stratégies à l’intérieur des familles afin de maintenir, sinon d’agrandir les surfaces cultivées 11. Encore une fois, les travaux pionniers de Ronald Hubscher 12, et la mise en œuvre d’un programme de recherche sur ce thème à Lyon 13, stimulent la réflexion. En effet, alors que les discours concernant la petite exploitation agricole étaient jusqu’alors lestés de représentations négatives quant à sa viabilité, Ronald Hubscher fait le constat que non seulement elle se maintint, mais également qu’elle se renforça, jusqu’à devenir « triomphante », selon l’expression de Jean-Luc Mayaud 14. Chemin faisant, toutefois, un glissement s’est opéré, entre une approche strictement économique et une utilisation renouvelée de l’histoire sociale.

6Si les historiens sont sollicités, le regard des autres sciences humaines présente également un intérêt heuristique, à commencer par la géographie, qui dans ses approches régionalisées s’intéresse aux dynamiques et aux acteurs du développement 15. De même, la notion de « société englobante » forgée par le sociologue ruraliste Henri Mendras permet d’écarter définitivement une représentation trop communément admise, celle de la communauté villageoise close sur elle-même, projection d’élites urbaines. Elle fait de la commune l’espace de réseaux dans lesquels se construisent de véritables stratégies de préservation de l’exploitation agricole 16. Pierre Bourdieu, dans ses travaux sur le monde rural, donne également à voir « le passage de la règle à la stratégie, de la structure à l’habitus et du système à l’agent localisé » 17.

7Le dernier domaine de recherche dans lequel nous voudrions situer nos interrogations est celui de l’histoire culturelle, et plus précisément de l’histoire des sciences agronomiques 18. Celle-ci pose que l’« archéologie » des activités scientifiques, localisées dans le temps comme dans l’espace et productrices de savoir-faire, reste à faire 19. En somme, une perspective micro-historique des savoirs serait à développer, parce que ceux-ci constituent le champ des expériences concrètes faisant « progresser » les techniques. Elle permettrait d’examiner comment l’imposition d’un discours venu d’en haut doit composer et négocier avec des pratiques quotidiennes, lesquelles reposent sur des représentations fondées sur d’autres logiques 20. Vu dans cette perspective, le concours peut être considéré comme l’un des lieux de naissance et de légitimation des « experts » dont la notabilité repose sur un capital culturel spécifique. N’est-ce pas une étape nouvelle dans la segmentation et la recomposition permanente de la notabilité ? Par ailleurs, la manière dont ces experts cherchent à imposer leurs vues aux cultivateurs, par exemple pour distinguer la « bonne vache », met au jour des processus d’appropriation, de détournement ou de résistance de la part de ces derniers. Paradoxalement, les concours agricoles ne furent-ils pas les lieux de la déqualification des cultivateurs, ces derniers passant de la fonction d’agents de la modernité agricole à celle de sujets du développement de l’élevage ? N’est-ce pas au moment où naquit la confiance dans le rôle émancipateur de la science qu’apparut également la notion de « routine » à l’égard des cultivateurs 21 ? À l’évidence, les enjeux dépassent le champ de l’économie et doivent être saisis dans une lecture sociale large.

8Pour entrer dans ces questionnements, le concours spécial de la race bovine de Villard-de-Lans, qui se tient pratiquement tous les ans à Grenoble entre 1893 et 1914, constitue un trésor archivistique de première importance 22. Le filon principal du corpus est constitué par la série ininterrompue des listes, non seulement des vainqueurs, mais de l’ensemble des participants, inscrits dans des catalogues d’exposants ; c’est-à-dire que les « obscurs », pour une fois, sont en pleine lumière. La saisie informatique intégrale des catalogues donne un peu plus de 3 000 fiches, pour autant d’animaux inscrits 23. Mais la richesse des catalogues d’exposants ne s’arrête pas à l’identification des éleveurs du concours spécial. En effet, durant une vingtaine d’années, les listes des différents jurys sont également indiquées. Par jury, figurent le nom, accompagné parfois du prénom, ainsi qu’une profession ou une fonction, ces deux rubriques pouvant se cumuler ou contenir, chacune, plusieurs informations. Dans une perspective prosopographique, il est central de noter la présence de signes indiquant si le juré était chevalier, officier ou commandeur de l’ordre du Mérite agricole, de celui de la Légion d’honneur ou bien s’il avait été distingué par le ministère de l’Instruction publique, occasions de constitution d’un dossier pour chaque impétrant 24. La saisie cumulée de chaque nom permet ainsi d’aboutir à la constitution d’un second corpus d’environ 700 fiches.

9 Pourtant, déclassée et ne pouvant plus bénéficier des subventions du gouvernement en 1946, la race de Villard-de-Lans a pratiquement disparu. De plus, le concours spécial qui était chargé de la promouvoir dans le département n’a pas réussi à se pérenniser, emporté dans les bouleversements de la Première Guerre mondiale. Une success story ne serait-elle pas plus attrayante ? Mais l’histoire de l’advenu, toujours privilégiée, nous a parue moins riche qu’une réflexion au sujet, précisément, de l’échec de la race de Villard-de-Lans 25. De fait, nous serons conduit à distinguer, dans l’échec, la part de la conjoncture globale et des faiblesses propres de la dynamique construite autour de la villarde par les participants aux concours, exposants comme jurés.

Les infortunes de la race de Villard-de-Lans

10Les différents auteurs ayant cherché à faire l’histoire de la race bovine de Villard-de-Lans datent en général son déclin de l’immédiat après-Deuxième Guerre mondiale. Durant les combats qui se déroulèrent lors de l’insurrection du Vercors, les troupes allemandes tuèrent de nombreux habitants vivant dans la partie septentrionale du massif. Elles abattirent ou emportèrent également avec elles de nombreux bovins 26. C’est ce qui aurait porté un coup fatal à la race, conduisant le gouvernement à cesser de la subventionner dès 1946. Sans vouloir remettre en cause les réalités tragiques de l’été 1944, il faut toutefois remonter aux « origines » de la race au 19e siècle pour percevoir ses « faiblesses ». L’analyse des catalogues d’exposants atteste en effet des fragilités, notamment le peu d’inscriptions d’éleveurs domiciliés en dehors du canton de Villard-de-Lans (de l’ordre de 1/5e), et le succès bien inégal du concours selon les communes.

Une race fabriquée au 19e siècle

11C’est dans la logique classificatoire ambitieuse du Second Empire que la race de Villard-de-Lans « naquit », le 24 mars 1864, adoptant officiellement ce nom, dans un berceau constitué par le pays des Quatre-Montagnes, dans le massif du Vercors 27. Elle se fortifia grâce à l’action de la station d’élevage de Villard-de-Lans à partir de 1875. Il convient toutefois de revenir un peu en arrière pour bien comprendre la dynamique sanctionnée par cette reconnaissance institutionnelle.

12Le contexte dans lequel se distingua une « race de Villard-de-Lans » est celui de la première moitié du 19e siècle. La première description précise date de 1832 : sous la monarchie de Juillet, le préfet Pellenc cherchait à améliorer l’état du troupeau bovin du département de l’Isère et, à ces fins, chargea le vétérinaire Gros de faire un rapport pour identifier quelle serait la race extérieure la plus capable d’être croisée avec les animaux du département. La sélection animale passait alors par le croisement avec des races allogènes, comme la Durham 28. Dans le texte qu’il fournit à l’autorité préfectorale, le praticien produisit un tableau des différentes sortes de bovins que l’on rencontrait communément et notamment dans la région entre le Vercors et le Drac, n’utilisant pas la référence à Villard-de-Lans 29. À la suite de son rapport, les races dites d’Auvergne, ainsi que des bovins suisses, les schwitz, furent importés par le conseil général 30. Durant cette période toutefois, seul un taureau aurait séjourné dans le canton.

13À partir du concours universel agricole de 1856, Baudement perfectionna et diffusa une deuxième voie dans la sélection des bovins, la sélection par la « perfection » 31. Ce changement se fit au moment où, en Isère, l’inspecteur d’agriculture Rendu suggérait, dès 1854, que les efforts d’amélioration de l’élevage bovin s’effectuent à partir de souches locales. Ce fut la période de naissance de la race dite de Villard-de-Lans.

14C’est en 1862 qu’un grand notable grenoblois, Félix Réal, avec l’aide de la Société d’agriculture et d’horticulture de Grenoble, fondée en 1835, demanda au ministre Rouher la reconnaissance d’une nouvelle race en Isère. Une première décision positive de ce dernier fut suspendue du fait de l’intervention des éleveurs du massif du Mézenc, en raison d’une grande ressemblance avec leur vache, la mézine. Mais, in fine, la race fut classée le 24 mars 1864 dans les catégories spéciales ayant droit aux encouragements du gouvernement. Toujours en 1864, le concours régional qui se tint à Grenoble du samedi 14 au dimanche 22 mai inaugura une catégorie « race bovine dite du Villard-de-Lans » 32. L’attribution aux bovins du nom du chef-lieu de canton du massif du Vercors n’était pas encore totalement admise ; ce n’était qu’une proposition et une commodité de langage. La paternité de l’appellation revenait au comte d’Agoult, agromane et membre de l’armorial du Dauphiné. En effet, un compte rendu de la Société d’agriculture et d’horticulture de l’arrondissement de Grenoble, daté du mois de juillet, précisait que, dans un premier temps, il avait été question de la « race bovine alpine de l’Isère ». Mais c’est le rapport du comte d’Agoult qui convainquit l’assemblée de la nommer race du Villard-de-Lans, car il s’agissait du lieu « où on s’est obstinément refusé aux croisements. En vingt ans, le conseil général n’a pu y faire recevoir qu’un taureau étranger, et il n’y est resté que quelques mois » 33. La dénomination « Villard-de-Lans » n’est donc ni immémoriale, ni originaire des populations du Vercors. En somme, la naissance de la race de Villard-de-Lans est contemporaine à une demande zootechnique. Dès lors, son développement fut encouragé par le conseil général par l’acquisition de reproducteurs et leur diffusion dans le reste du département 34.

15Pourtant, à lire la lettre du préfet André au vétérinaire Bévière en 1873, des motifs d’inquiétude subsistent : il y a encore « de sérieux progrès à réaliser », ainsi qu’une « insuffisance des résultats obtenus ». Pour le préfet, les éleveurs du canton en seraient seuls responsables, car ils vendraient les meilleures bêtes, sacrifiant « souvent l’avenir au présent ». Il menace alors : « il serait utile de stimuler de nouveau l’activité des influences locales en leur faisant entrevoir l’obligation où serait le Conseil général de supprimer ses encouragements dans le cas où il lui serait démontré que les effets constatés ne sont pas en rapport avec les sacrifices qu’il s’impose chaque année » 35. Moins de deux ans plus tard, la station d’élevage vît le jour sous l’impulsion de Bévière. L’originalité de cette société agricole, outre d’être la première de ce type dans le département, fut d’accueillir en même temps, neuf ans avant la loi sur les syndicats, une caisse de la mortalité du bétail.

16La fonction de « fondateur de la station d’élevage de Villard-de-Lans » reste encore aujourd’hui gravée sur la tombe de Bévière. Originaire de Saint-Pierre-de-Chartreuse en 1830, César Hippolyte Bévière fut diplômé de l’école vétérinaire de Maisons-Alfort. Accomplissant des missions pour le compte du département, en Normandie puis en Italie, ce vétérinaire installé à Grenoble fut chargé, en 1876, de la lutte contre les épizooties. En 1883, il fut vétérinaire des abattoirs de Grenoble, qui venaient d’être fondés. Chevalier du Mérite agricole en 1884, probablement en récompense de sa nouvelle charge d’inspecteur départemental chargé des épizooties, il devint officier du même ordre en 1889. Enfin, consécration suprême, à quelques mois de sa mort, il fut fait chevalier de la Légion d’honneur en 1896. Avec un tel animateur, la race de Villard-de-Lans ne pouvait que connaître une promotion rapide. Cette dernière se manifesta lors du concours départemental agricole de septembre 1892, commémorant le centenaire de la proclamation de la Première République et qui déboucha sur un concours spécial de la race bovine de Villard-de-Lans. Pourtant, l’analyse des catalogues montre que les cultivateurs du département ne se sentirent guère concernés par les épreuves.

Une race départementale qui ne prend pas

17C’est cet étrange paradoxe d’un concours s’annonçant comme départemental et qui ne fut pas repris par les exploitants isérois qu’il faut expliquer. Pour y parvenir, la mesure de la faiblesse de l’aire de recrutement ainsi qu’une typologie des exposants hors-canton qui présentèrent des animaux constituent des préalables.

18La courbe de l’évolution du nombre d’animaux entre 1893 et 1914 montre que le nombre de bêtes inscrites ne dépassa jamais celui de la première année. L’allure en est saccadée, avec un rythme triennal : une première année voit une augmentation du nombre d’animaux, suivie d’une deuxième où le chiffre se stabilise, et d’une troisième où les effectifs s’affaissent. Puis, à nouveau, une poussée apparaît. L’impression d’ensemble est donc celle d’un essoufflement, de ratés dans l’envol. Le constat est le même si l’on s’intéresse à l’évolution du nombre d’éleveurs se présentant aux épreuves, la courbe des exposants connaissant même une chute plus rapide à partir de 1908. Le nombre moyen de bêtes présentes par éleveur passe de 1,9 en 1893 à 3,8 en 1914. La proportion d’animaux et d’exposants domiciliés dans ou aux alentours du canton devient prépondérante à partir de la fin de la première décennie du 20e siècle – ce qui, en creux, montre une rétraction de l’aire de développement de la race.

19Avant d’analyser les réalités du plateau, il convient de s’attarder un peu dans la plaine. En effet, les éleveurs qui se rendaient aux épreuves du concours annuel de Grenoble (sauf en 1894) vivaient pour la plupart sur des reliefs moins prononcés que ceux du massif du Vercors 36. La croissance du nombre des animaux comme celle des éleveurs originaires de l’extérieur du canton de Villard-de-Lans laisseraient supposer que ce n’est que dans les dernières années qu’une aire de recrutement se serait constituée. Pourtant, la répartition cantonale à l’échelle départementale donne un tout autre visage. En effet, les animaux proviennent tous de cantons à proximité immédiate des falaises du Vercors. Des autres massifs montagneux du département comme ceux de la Chartreuse ou de l’Oisans, aucun éleveur ne s’inscrivit au concours spécial. Quelques-uns vivaient sur les moraines de Belledonne ou sur les plateaux de la Matheysine ou du Trièves, mais ils étaient peu nombreux, tandis qu’un résidu d’inscriptions provenaient des zones situées en contrebas immédiat du Vercors, dans les cantons de Pont-en-Royans, Tullins et Sassenage. Les gros effectifs étaient en contact immédiat avec le chef-lieu du département. Grenoble étant divisé en trois cantons, ce sont ces derniers ainsi que celui de Vizille, lequel incluait le plateau de Champagnier, qui envoyaient le plus de bovins. L’évolution chronologique laisse apparaître le poids de plus en plus important de ces quatre derniers ensembles administratifs. La vue d’une carte confirme le faible rayonnement du concours. Son influence s’étendait tout au plus sur une partie de l’arrondissement de Grenoble et, de manière tout à fait secondaire, sur celui de Saint-Marcellin. Par ailleurs, une hégémonie grenobloise se dessine.

20Avant d’avancer une première série d’explications, il est possible d’aller à la découverte de ces exposants domiciliés en dehors du canton. Une première source pour les entrevoir est la Monographie agricole du département de l’Isère de 1900 37 ; la seconde est la revue Sud-Est 38. Trois types d’exposants y sont repérables.

21Un premier groupe était composé par les grandes fermes de la proche périphérie grenobloise. Au sein de l’aristocratie des vainqueurs du concours, Charles Guichard fut un prince. Son exploitation se situait chemin de Bresson, à Grenoble. Durant treize années, il remplit 82 déclarations, dont 35 % concernaient des reproducteurs. Il fut récompensé à 58 reprises, c’est-à-dire pour 70 % des animaux inscrits. Sa puissance était telle qu’il pouvait conduire en moyenne six bovins aux épreuves, atteignant même des sommets, inégalés par les éleveurs du canton de Villard-de-Lans, avec dix animaux en 1909 et en 1911. Enfin, ses taureaux l’emportèrent dans 86 % des cas. C’est la moyenne la plus élevée que nous ayons pu calculer parmi l’élite des grands vainqueurs. Cette capacité vient d’une exploitation décrite en 1909 par François Rouault. Ce furent des fermiers semblables à Charles Guichard – le texte de Rouault mentionne également Joseph Rochat ou Jules Collet – qui jouèrent les premiers rôles lors des dernières années du concours. Avec une poignée d’éleveurs du plateau du Vercors, ils accaparèrent prix et récompenses.

22Un groupe que nous qualifierons d’« intermédiaires » compose un deuxième ensemble d’éleveurs domiciliés en dehors du canton de Villard-de-Lans. En effet, dans certains cas, ceux qui se présentaient au concours spécial avaient des responsabilités dans les associations agricoles républicaines proches du chef-lieu départemental. L’idée d’une diffusion de l’excellence de la race bovine de Villard-de-Lans « par le haut », c’est-à-dire par les membres du bureau de la Société agricole, semble la plus probante. Par exemple, à Jarrie, un syndicat agricole était né le 15 décembre 1895. Comprenant 95 membres en 1900, le bureau était composé de Pierre Blanc comme président, Jalliffier-Franquin en tant que vice-président et Henri Carrignon pour le secrétariat. Ces trois noms apparaissent en tant qu’exposants dans le concours spécial. Si la Monographie départementale ne contient pas le prénom du vice-président, le corpus des exposants en différencie deux. Le premier, Jules, participa dès la première année, avec une seule bête qui fut récompensée. Par la suite, il figura de nouveau en 1901 puis en 1905 avec, à chaque fois, un animal primé. Puis, il semble avoir laissé la place à Eugène Jalliffier-Franquin. En effet, ce dernier figure dans les listes de 1906, 1907 et 1908. C’est au même moment que Pierre Blanc – mais il s’agit d’un nom commun, peut-être est-ce un homonyme – fit son apparition. Il se présenta dans sept catégories durant trois ans, sans toutefois figurer dans les palmarès. En revanche, Henri Carrignon, présent dès 1913, fut un éleveur important : en 1914, cinq sur sept de ses animaux figurèrent au palmarès. Il n’est pas fortuit que les trois responsables de cette association agricole aient présenté des animaux de Villard-de-Lans. Des remarques du même ordre peuvent être faites concernant la société d’élevage de Brié-et-Angonnes et l’impression qui prévaut alors est celle d’une expansion de la race bovine de Villard-de-Lans par les dirigeants des sociétés agricoles.

23Un des intérêts méthodologiques d’un suivi nominatif est de repérer que certaines inscriptions d’éleveurs en dehors du canton de Villard-de-Lans s’expliquent en fait par la migration. Né le 29 juin 1858, père de six enfants en 1896, François Faure figure dans le catalogue dès 1893. S’il possédait en pleine propriété environ un hectare à Autrans vers 1896, le cadastre indique également qu’il était « fermier » à Rencurel. C’est sous cette dénomination qu’il est répertorié dans le recensement suivant à Villard-de-Lans, aux Eymards. Un individu portant le même nom et le même prénom, mais domicilié à Lans, se présenta en 1903. Puis il disparut des recensements. Toutefois, sur les catalogues du concours, un exposant ayant la même identité se présenta en 1905, mais domicilié à Rencurel. L’indication du cadastre croisant celle du catalogue, il doit s’agir du même personnage. Le deuxième exemple est celui de Joseph Rey-Giraud. Lui aussi est originaire du canton de Villard-de-Lans, où il naquit le 16 septembre 1853. En 1896, rien qu’à Méaudre où il vivait, il possédait plus de onze hectares de terres. À partir de 1897, il se présenta chaque année et si, la première fois, il revint avec une seule récompense, très rapidement, il obtint deux, voire trois prix. Puis, brusquement ce cultivateur ainsi que toute sa famille disparut en 1908. L’année suivante, un individu, ayant la même identité se présentait au concours, résidant Île Barbier, à Saint-Quentin-sur-Isère – probablement le même homme 39.

24Les trois ensembles qui viennent d’être distingués ne sont que des pistes provisoires qui mériteraient des approfondissements. Cependant, ils attestent un manque d’intérêt pour la race de Villard-de-Lans sous la forme que voulait lui donner le concours spécial pour les éleveurs du département de l’Isère.

25Les sources imprimées, en particulier la revue Sud-Est dépouillée entre 1875 et 1914, montrent que les éleveurs ne voulaient pas s’engager dans la voie proposée dans le concours spécial pour trois raisons principales. D’abord, les animaux que les épreuves grenobloises entendaient promouvoir n’étaient pas prisés par le marché. En 1884, une seconde station d’élevage fut créée en Matheysine pour les cantons de La Mure, Valbonnais et Corps. Dans l’article relatant sa naissance, le vétérinaire Reynier, l’un des fondateurs, qui devint par la suite juré au concours spécial, précisait qu’« on a essayé bien des fois d’améliorer le bétail de nos montagnes, par l’introduction d’animaux étrangers. À plusieurs reprises, les particuliers sont allés chercher des animaux du Villard-de-Lans. Au commencement [ils] ont paru enchantés ; mais ils sont tous revenus à la tarentaise de nos pays » 40. Cette même année, la Société d’élevage de l’arrondissement de Saint-Marcellin naquit. La notice rédigée pour la Monographie précisait que « l’élevage de Villard-de-Lans [était] préférable à un petit nombre d’éleveurs situés dans les parties privilégiées de l’arrondissement » 41. Elle aussi se tourna vers la tarine. Vingt ans plus tard, en 1905, le vétérinaire Roux consacra un article à la description de l’espèce bovine de la vallée du haut Grésivaudan. Des entretiens réalisés, il ressort que « certains éleveurs ont une prévention marquée contre la race de Villard-de-Lans, relativement à son importance chez eux comme une race améliorante. […] Ils prétendent que cette race, étant très exigeante, ne peut s’accommoder de leur climat ni de leurs prairies » 42. La première explication serait donc que la race de Villard-de-Lans serait exigeante notamment pour la nourriture, nécessitant un foin de bonne qualité. Face aux réticences paysannes, le professeur départemental d’agriculture chercha à réduire les oppositions dans une perspective déterministe. Dans un premier temps, il voulut montrer que le fourrage du Vercors était composé d’une « flore médiocre » 43. Dans la foulée, il chercha à prouver que la composition du sol à Méaudre n’était pas spécifique et qu’elle était la même que celle des marais de Bourgoin, Morestel et Crémieu 44. En 1909, au concours de la Société centrale d’élevage de l’arrondissement de Vienne, lequel se déroulait en même temps que le comice de La Côte-Saint-André, il se livra même, devant son auditoire, à une comparaison de l’analyse physico-chimique de huit échantillons provenant du canton de Villard-de-Lans (deux à Villard-de-Lans, quatre à Méaudre et deux à Autrans) avec le sol de La Côte-Saint-André 45.

26La deuxième explication à la faible diffusion de la race de Villard-de-Lans est que cette dernière, dans le cadre fixé par le concours spécial, ne correspondait pas aux aspirations des éleveurs, plus favorables au croisement avec les tarines. Déjà, en lisant la description faite par François Rouault de la ferme de Jules Collet, fermier du domaine de Quinsonnas situé à côté de celui de Charles Guichard, il était surprenant de voir des tarentaises croisées avec des animaux de Villard-de-Lans. Trace d’« archaïsme » ? La thèse d’un jeune ingénieur agronome, au début des années 1910, probablement de l’entourage de Rouault, donne la clef : la qualité de la viande était meilleure 46. Par conséquent, pour les éleveurs qui destinaient leurs produits à la boucherie, il n’était pas logique de produire des animaux qui se vendraient moins bien. Deux rationalités entraient en concurrence, celle des promoteurs de la race et celle des cultivateurs.

27Enfin, la dernière raison du peu d’empressement des exploitants du reste du département et même des environs immédiats du Vercors à présenter des animaux de la race de Villard-de-Lans est que différentes sociétés agricoles, les comices et autres sociétés d’élevage, avaient décidé de développer des bovins d’autres origines, la tarine ou tarentaise au premier chef. Ses différents pôles de diffusion comme les concours de Chambéry (1879) ou la foire de Bourg-Saint-Maurice attiraient des éleveurs comme ceux de la commission envoyée par la société d’élevage de Valbonnais en 1913. En second venait la schwitz ou simmenthal. Bénéficiant d’achats de reproducteurs de la part du conseil général sous la monarchie de Juillet, elle se développa notamment dans l’arrondissement de La Tour-du-Pin en raison de ses aptitudes laitières, approvisionnant le marché lyonnais. Durant toute notre période, elle continua à se diffuser en particulier par le relais de la Société d’élevage de Bourgoin qui allait chercher des reproducteurs à la foire de Berne. Elle submergea les animaux de Villard-de-Lans lors du concours de la Société d’agriculture de Saint-Geoire et Montferrat en 1913 47. La dernière race à apparaître est l’abondance. Tandis que le commissaire général du concours spécial proclamait en 1903 que trois taureaux de la race de Villard-de-Lans avaient été choisis comme reproducteurs par un comice de l’arrondissement de Vienne, deux ans plus tard, les sociétés d’élevage de Saint-Marcellin et de Vienne s’approvisionnaient en reproducteurs en Haute-Savoie.

28Par conséquent, il y eut non seulement rattrapage mais dépassement de la race de Villard-de-Lans par les autres types de bovins. Elles avaient toutes des herd books, la tarine depuis 1889, l’abondance en 1895, alors que la race bovine de Villard-de-Lans ne semble pas avoir eu de tels livres généalogiques au cours de la période étudiée. Rouault joua probablement un rôle dans cette situation, car il ne semble jamais avoir songé à une telle voie de promotion pour la race départementale, si ce n’est quelques mois avant de mourir en 1912. S’il ne songea pas à cette solution, c’est peut-être également parce qu’il pressentait que l’idée des livres généalogiques ne s’implanterait pas dans le canton. C’est la raison pour laquelle, il convient d’achever cette partie consacrée aux infortunes de la vache vertacomirienne en allant à une plus grande échelle, celle du canton.

Une race qui n’est pas plébiscitée dans le canton

29Le faible enthousiasme des populations rurales du plateau du Vercors septentrional est à apprécier de deux manières contradictoires. En effet, tandis que Méaudre s’imposait comme la commune où la démocratisation du concours était la plus complète, Autrans ou Lans se détournèrent progressivement des épreuves. N’est-il pas envisageable, dès lors, de parler de véritables politiques communales ?

30Si l’on prend le nombre de taureaux, de génisses et de vaches inscrits la première année, c’est-à-dire celle où le nombre de bêtes fut le plus important, et qu’on le compare aux chiffres contenus dans l’enquête décennale de 1892, les proportions d’animaux présentés sont toutes très faibles. Pour les génisses, le cinquième des animaux n’est jamais atteint, on ne parvient pas à 3 % pour les vaches. Seule la catégorie des taureaux contient une part importante du cheptel des différentes communes, de 20 % à Corrençon à 66 % à Méaudre, autour du tiers pour les trois autres. De telles valeurs sont un premier coup porté à l’idée de « démocratisation » des concours.

31Cette idée doit également être nuancée si l’on appréhende l’évolution de la répartition du nombre d’animaux par commune au cours de la période. D’Autrans et de Lans, le nombre de bêtes se réduisit d’années en années. Dans la première, la chute fut très importante. Alors que dans les premières années la cohorte de cette commune montait jusqu’à un cinquième du nombre de bêtes, l’année 1901 fut une césure. En effet, en 1908, Autrans ne représentait que 10 % du contingent du canton, avec seulement douze animaux. La chute se poursuivit avec, par exemple, 5,6 % des animaux du canton en 1912, Autrans cessant même d’apparaître dans les catalogues certaines années. La commune de Lans connut la même évolution, mais plus tardivement et de manière progressive. À l’inverse, Villard-de-Lans et Méaudre virent une augmentation du nombre d’animaux. C’est de 1896 que date le premier pic de celle-ci, avec un tiers des bovins inscrits. Si les valeurs absolues descendirent quelque peu jusqu’en 1908, le pourcentage progressa. En 1903, Méaudre pourvoyait à plus de 50 % du contingent et jusqu’à 56 % en 1907. L’année suivante, on enregistra le plus fort nombre d’animaux, avec 64 têtes. Si l’hégémonie de Méaudre est visible dès le départ, Villard-de-Lans connut également une implication grandissante. Au cours d’une première période, elle envoya peu d’animaux (39 en 1893, soit 24 % des animaux jusqu’à 15 bovins en 1902, soit 17 %). Après une vigoureuse reprise, suivie d’un effondrement comme les autres communes en 1907, la progression est si vigoureuse qu’en 1913, Villard-de-Lans présentait autant de bêtes que Méaudre (41 %).

32L’évolution du nombre d’animaux doit être appréciée également avec celle des exposants, cette dernière confirmant le phénomène de rétraction à l’intérieur des cinq communes. En effet, c’est dans les premières années que le concours spécial aurait été véritablement ouvert, s’adressant à un maximum d’éleveurs. Une forte mobilisation se retrouve en 1908 lors du concours agricole départemental qui se déroula en même temps que le concours spécial. De manière générale, le graphique ci-dessous donne à voir une lente baisse, malgré des reprises passagères. Aller au concours ne devient ni un réflexe ni une habitude dans le canton.

Tableau 1 : Nombre des exposants par commune entre 1892 et 1914 48

année

Autrans

Corrençon

Lans

Méaudre

Villard

1892

20

2

32

20

21

1893

31

5

47

35

39

1894

7

2

22

28

21

1895

17

0

41

41

21

1896

32

4

34

49

23

1897

18

0

23

49

18

1898

16

2

22

53

15

1899

32

7

27

61

19

1901

14

5

31

41

16

1902

15

3

13

39

15

1903

7

1

22

50

17

1904

9

0

20

50

30

1905

12

0

21

52

28

1906

16

1

18

55

15

1907

6

0

16

41

10

1908

13

1

33

64

19

1909

2

0

15

52

31

1910

2

0

15

43

23

1911

1

2

20

51

30

1912

6

4

12

50

35

1913

0

0

18

41

41

1914

0

3

12

31

26

33Le tableau atteste que la baisse du nombre de bovins provenant de Lans ou d’Autrans ne s’explique pas par le retrait d’une ou deux puissantes étables, mais plutôt par un tassement du nombre des exposants. À Méaudre, au contraire, il y a une distorsion entre la courbe des animaux présentés et celle des exposants. La comparaison des deux documents permet d’expliquer pourquoi cette municipalité présenta la proportion de bovins la plus importante. Dès le départ, il y avait une véritable démocratisation à l’échelle de la commune. Mais, par la suite, tandis que le nombre d’animaux présenté croissait, celui des éleveurs rétrécissait.

34Enfin, l’évolution du nombre d’animaux récompensés au cours de la même période questionne quant à ce qui pouvait motiver les éleveurs à s’inscrire au concours spécial. Autrans peut servir d’exemple : dans cette commune, des efforts avaient été réalisés jusqu’en 1899 pour accroître le nombre d’animaux présentés. De ce fait, le nombre d’éleveurs présents était lui aussi en légère hausse. Face à ces encouragements, il était envisageable que les éleveurs redoublent d’efforts les années suivantes. C’est le contraire qui se passa, ce qui signifie que des logiques extérieures au désir d’accéder à « l’excellence agricole » étaient à l’œuvre.

35Méaudre est une commune qui s’orienta clairement vers l’élevage. Si l’on compare les surfaces en herbe en 1834 et en 1914, elles passèrent de 385,5 hectares à 561 hectares. Une évolution si rapide s’explique par la création de syndicats de drainage à la fin du siècle. Un texte de la revue Sud-Est livre les conditions de création des syndicats de drainage (voir annexe 2). Cette notice donne les explications permettant de comprendre pourquoi Élie Chabert fut distingué. En premier lieu, le texte renseigne sur les conditions exactes du développement agricole dans une commune. Élie Chabert est présenté comme un initiateur pour deux raisons. D’abord, il était lauréat de « tous nos grands concours » pour lesquels il obtenait « les plus hautes récompenses ». Ensuite, il appartenait à la couche supérieure de la petite propriété puisque, d’après le cadastre, il détenait en 1896 9,9 hectares. Élie Chabert était donc à l’interface entre les autres cultivateurs et les fonctionnaires chargés du développement. L’ingénieur envoyé sur le plateau s’appuyait, lui, sur la science. Il détermina les mesures précises de profondeur pour installer les tuyaux (« 0,80 à 1,25 mètres ») et nota exactement, à deux décimales, la teneur en azote. Lorsque les modifications du terrain furent faites et que chacun, dans le village, put constater la réussite de l’initiateur, la généralisation fut possible. Le texte laisse toutefois entendre que les trois associations dont la création s’échelonna de septembre 1903 à novembre 1905, n’auraient concerné que 28 hectares.

36Le deuxième intérêt du document est de s’opposer mot pour mot aux déclarations de Rouault lorsque ce dernier s’était évertué à montrer que la qualité du fourrage n’était pas ce qui faisait la condition sine qua non pour posséder un troupeau de bovins de la race de Villard-de-Lans. Pourtant, la notice récompensant Élie Chabert prouve que le développement agricole passait par l’augmentation de la quantité et de la qualité du foin. Mais le lieu où furent prononcées les paroles du professeur départemental d’agriculture n’était pas le même que celui d’une revue lue principalement par des notables. Dans le premier cas, il s’agissait de prise de parole publique visant à convaincre un auditoire de cultivateurs. Les phrases du second étaient susceptibles de ne pas atteindre les « petits » du département. Mais le document est ambigu car il laisse supposer qu’Élie Chabert n’était qu’un exposant. À un seul moment, une phrase permet de connaître véritablement son identité : « M. Élie Chabert a fait décider par le conseil municipal de Méaudre […] ». On comprend alors qu’il est membre du conseil municipal et même le maire de la commune depuis 1902. En résumé, le développement contient une dimension technique, une dimension sociale (les initiateurs) et une dimension économique.

37À étudier les listes des membres des différents syndicats de drainage, il n’est guère étonnant de retrouver un fort pourcentage de noms d’exposants du concours spécial de la race bovine de Villard-de-Lans 49. Surtout, leur emplacement les uns par rapport aux autres dans les listes est intéressant. En effet, le document n’est pas organisé selon un classement alphabétique ou à partir de la superficie. Est-il possible d’envisager que se trouvaient inscrits ceux dont les parcelles se touchaient ? La liste serait le reflet de la contiguïté des propriétés. En partant de cette hypothèse, des agglomérats se donnent à voir en consultant les listes des adhérents des syndicats. En effet, les exposants au concours sont très souvent voisins les uns des autres. Par exemple, dans l’association syndicale de Méaudre, sept exposants sont les uns à côté des autres. Plus loin, sept autres se suivent. De semblables observations se retrouvent pour les autres syndicats. N’aurait-on pas là une clef permettant de comprendre indirectement comment les cultivateurs choisissaient de s’inscrire au concours ? Leur « voisin de pré » y participant, ils auraient décidé de les imiter. Il y aurait une diffusion de l’innovation par contact géographique, par capillarité.

38L’influence de certains notables peut s’apprécier à travers la biographie d’Émile Durand-Savoyat. Ce riche propriétaire, né le 14 février 1847 à Monestier-de-Clermont, fit des études de droit et devint avocat. Bien possessionné en terres, il chercha tout au long de sa carrière politique à en acquérir dans sa commune de naissance. À Autrans, c’est en 1874 qu’il fit l’acquisition auprès de Jean Joseph Riveron, propriétaire à Grenoble, d’une propriété estimée à 31,8 hectares (en 1896), un tiers de la superficie étant constitué de prés. Sa notabilité s’exprimait par son ascendance : il était le fils d’un républicain représentant de l’Isère dans les assemblées de 1848 et 1849. Son cousin germain, James-Napoléon Durand-Savoyat, fut élu dans la troisième circonscription de l’Isère en 1889. Enfin, Durand-Savoyat fit une carrière politique qui prit rapidement une envergure nationale. Conseiller de préfecture sur nomination de Gambetta en 1871, il devint dans un premier temps conseiller municipal de Grenoble, mais fut révoqué lors de la crise du 16 Mai. Conseiller général du canton de Monestier-de-Clermont sans interruption de 1880 à 1903, il redevint conseiller municipal de Grenoble en 1881. Aux élections municipales d’Autrans en 1884, il fut élu avec 60 % des suffrages exprimés. L’année suivante, il devenait député de l’Isère avec 52,64 % des suffrages exprimés. En 1891, il fit son entrée au sénat et s’inscrivit au groupe de l’Union républicaine ; il fut confirmé dans son mandat lors des élections de 1897 50. À Autrans, il fut réélu conseiller municipal avec 89 % des suffrages exprimés et maire à l’unanimité des membres du conseil municipal, avant de l’être à nouveau en 1896. Sa carrière politique semble donc à son apogée entre 1885 et 1900, c’est-à-dire dans les années de développement du concours spécial, dont il fut, de 1896 à 1898, membre du jury dans la section la plus importante, celle des taureaux. Il s’agit de la période où la commune d’Autrans fut la plus active. En effet, c’est entre 1893 et 1899 que le nombre d’éleveurs d’Autrans fut le plus important, 17 en 1893 (23 % du nombre total d’inscrits), seize en 1896 (21 %) et jusqu’à 28 % des éleveurs en 1899. De même, ce sont les années où fut rassemblé le plus fort contingent d’animaux : une trentaine de bêtes lors des meilleures années (1893, 1896 et 1899), soit plus d’un cinquième du contingent. L’hétérogénéité cantonale s’expliquerait donc par le dynamisme communal de certaines notabilités.

39Mais le second facteur explicatif réside dans un véritable divorce entre les éleveurs et les promoteurs de la race. En effet, la station d’élevage de Villard-de-Lans créée par Bévière cherchait à poursuivre la « triple aptitude » de la race bovine de Villard-de-Lans. Cette dernière devait en même temps répondre à la demande en viande, mais également fournir des produits laitiers. Le vétérinaire ajoutait que « la propriété se morcelant chaque jour davantage, les bœufs, qui ont moins leur raison d’être pour ce motif, sont insensiblement remplacés dans la petite culture par des vaches de forte structure qui, tout en donnant un travail suffisant, fournissent du lait et enfin une viande de bonne qualité, surtout si elles ne sont pas trop âgées » 51. Les propos du fondateur de la station présentent trois points d’intérêt, car ils tracent nettement le lien entre le développement de la race et la structure de la propriété. En effet, Bévière montre que, pour les éleveurs, ce sont les femelles qui sont importantes. En effet, les bovins servaient prioritairement de force motrice pour les travaux des champs, pour conduire les transports, mais également pour extraire et évacuer les grumes des forêts. Déjà en 1875, les conceptions de Bévière ne pouvaient que heurter celles de Baudement, pour qui l’animal était une machine vivante spécialisée pour la fabrication d’un produit. Lors de la période suivante, celle du concours spécial, la faille entre les aspirations des éleveurs et celles des promoteurs de la race ne pouvait que s’agrandir. Alors que ces derniers faisaient abstraction de la force motrice pour chercher à favoriser les qualités bouchères avant de reconvertir la race de Villard-de-Lans en laitière, les premiers restaient fondamentalement attachés à la fonction motrice des vaches car elle était indispensable à la survie de leurs exploitations adonnées à la polyculture.

40Les infortunes de la race bovine de Villard-de-Lans sont manifestes. Plusieurs aspects ont établi qu’il y eut échec de la diffusion de la race, malgré son intégration dans de puissantes fermes des campagnes circumgrenobloises. Mais les catalogues ne montrent-ils pas un manque de succès du concours plutôt que de l’espèce elle-même ? En effet, les animaux de la race vertacomirienne sous une forme « pure » n’étaient pas plébiscités ; mais une fois croisés, ils étaient prisés. Par conséquent, dans la vallée, les aspirations des promoteurs de la race ne pouvaient rencontrer celles des cultivateurs qui cherchaient avant tout à produire en quelques années des animaux vite vendus sur les marchés urbains pour leur viande. Tergiversant entre spécialisation carnée ou laitière, les agents chargés de la propagation de la race de Villard-de-Lans ne pouvaient séduire les exploitants du plateau, lesquels étaient attachés à la diversité dans l’utilisation de leur animal. Somme toute, l’échec, si l’on peut accepter ce terme, ne fut-il pas d’abord celui des conceptions modernes de l’animal ? D’autres analyses attestent que les infortunes du concours ne furent pas celles des participants. Mais quelles réalités se cachaient derrière l’emploi de ce terme ? De même, la sociologie du jury reste à élucider.

La scène du concours

41En utilisant le terme de « participants », il faut entendre deux assemblées, celle des exposants et celle des examinateurs, même si elles ne furent pas totalement hermétiques l’une à l’autre puisque quelques individus, après avoir présenté des bêtes, se retrouvèrent investis du rôle de juré.

À la recherche des exposants du canton de Villard-de-Lans

42Une démarche relevant de l’histoire sociale fine a été entreprise. Elle passe par l’exploitation intensive de plusieurs sources communales. Ainsi, vingt listes nominatives de recensement ont été saisies dans leur intégralité 52. Parallèlement, une première approche du cadastre a été menée 53. Ont été saisis également les résultats des différentes élections municipales dans les cinq communes du canton entre 1875 et 1912 54. Le croisement de ces différentes sources avec les catalogues du concours a permis de retrouver environ 300 individus identifiés également en se servant des tables décennales de l’État-civil.

43Des croisements entre ces différentes bases de données, trois caractéristiques surgissent. D’abord, le concours fut occupé en priorité par la frange supérieure de la petite propriété, en voie d’ascension vers la moyenne propriété. Ensuite, ces acteurs semblent composer un monde de pluriactifs tendant de plus en plus à la spécialisation. Enfin, chaque éleveur doit être replacé dans un environnement familial et sa présence être appréhendée en fonction de la situation de la famille et de l’exploitation à laquelle il appartenait. Le concours spécial de la race bovine de Villard-de-Lans ne fut-il, de fait, réservé qu’à un petit groupe d’individus ? Telle est la question que traitent deux séries d’analyses à partir de coupes dans le catalogue des exposants domiciliés dans le canton éponyme.

44La première comprend la liste des individus domiciliés à Autrans, Lans et Méaudre qui s’inscrivirent en 1896 et en 1897, et recherchés dans la coupe faite dans le cadastre napoléonien de ces trois communes en 1896. Les superficies extrêmes des 46 propriétaires identifiés vont de quelques dizaines de centiares à 25,8 hectares, la moyenne s’établissant à 8,7 hectares. Le concours spécial concernait donc bien, en majorité, des petits propriétaires 55. La répartition des exposants selon la taille de la propriété, telle que nous la connaissons à partir de la méthode employée, donne le graphique suivant.

Tableau 2 : La répartition de la propriété des exposants d’Autrans, Lans et Méaudre en 1896-1897

Autrans

Lans

Méaudre

micropropriété

2

1

1

petite propriété

6

7

12

moyenne propriété

5

6

7

grande propriété

total

13

14

20

45Au total, 54 % des exposants de 1896-1897 relevaient de la petite propriété, avec de faibles variations entre les communes. C’est à Méaudre qu’ils étaient les plus nombreux. En croisant cette information avec celles des premiers graphiques répartissant les exposants selon leur commune d’origine, on peut dire que le concours était bien, au départ, l’affaire des petits propriétaires. Ensuite, ces derniers furent rejoints par la moyenne propriété, présente dans les trois communes de manière homogène. Les deux dernières catégories sont marginalisées : la micropropriété qui ne concerne dans chaque commune qu’un ou deux individus ; et surtout, la grande propriété, absente du concours.

46Ces pourcentages doivent évidemment être contextualisés par la répartition des cotes foncières dans les trois communes 56. À Autrans, Lans et Méaudre, en 1896, la petite propriété est majoritaire (52 % des cotes). Cette prédominance est plus ou moins affirmée selon les communes. Elle est plus forte à Autrans (58 %) et moindre à Lans (44 %). Ainsi, dans les premières années du concours spécial, la part des moyens propriétaires dans les listes d’exposants était bien supérieure à leur place dans le cadastre. Par conséquent, l’idée d’un concours pour « petits » mérite d’être nuancée. En cherchant à affiner l’analyse selon le classement proposé par Charles Gimel, les résultats sont également intéressants 57. En effet, nos « petits » et nos « moyens » propriétaires sont en réalité situés dans une fourchette allant de cinq à quinze hectares. Par conséquent, si le concours spécial de la race bovine concerna à l’origine des « petits » propriétaires, cette expression présente des nuances. Elle laisse planer l’ambiguïté sur la notion de « petits ». En réalité, les micro-propriétaires et les tout petits propriétaires étaient marginalisés. Par ailleurs, elle laisse de côté ceux relevant de la moyenne propriété. La réalité est à aborder à une autre échelle, celle de la jonction entre petite et moyenne propriété.

47C’est toutefois bien une petite partie des propriétaires qui venait au concours spécial de la race bovine de Villard-de-Lans, conclusion confirmée en procédant aux mêmes analyses à partir d’une deuxième coupe dans les catalogues et en ne retenant que les trois dernières années du concours spécial : sur 36 exposants retrouvés dans le cadastre rénové de 1914, la moyenne des propriétés, telle que le cadastre les laisse entrevoir, est passé à 13,2 hectares. C’est un passage, symbolique, dans la moyenne propriété.

Tableau 3 : Répartition de la propriété des exposants entre 1912 et 1914

Autrans

Corrençon

Lans

Méaudre

Villard-de-Lans

micropropriété

0

0

1

2

0

petite propriété

1

1

1

6

4

moyenne propriété

1

1

6

8

9

grande propriété

0

0

0

0

0

total

2

2

8

16

13

48Le tableau ci-dessus montre essentiellement l’inversion des proportions entre la petite et la moyenne propriété. Les petits abandonnent le concours aux moyens 58. Même à Méaudre, commune de petits propriétaires, ces derniers sont surclassés. Les épreuves sont captées par des possesseurs d’exploitations plus grandes, propriétaires ou fermiers du plateau mais aussi grandes fermes des environs de Grenoble (même si l’on doit nuancer cette appréciation par l’importance, à Lans et encore plus à Méaudre, des exploitations moyennes du bas de la tranche). Il résulte donc de ces analyses une impression de glissement vers le haut. Faut-il en inférer un succès des petits par le concours, leur ayant permis de s’agréger au groupe des moyens ?

Tableau 4 : Évolution de la propriété de six exposants entre 1896 et 1914

Prénom et nom de l’exposant

Superficie en 1896 (en ha)

Superficie en 1914 (en ha)

Henri Chabert

6,2

22,9

Joseph Fanjas

10,6

10,4

Zacharie Faure

25,8

31,04

Jules Imbaud

3,9

4,3

Adrien Repellin

5,7

5,6

Joseph Repellin Villard

1,7

5,6

Total

53,9

79,8

49Ces derniers appartenaient à la petite propriété et à une moyenne propriété inférieure, mais il resterait à estimer les terres qu’ils tenaient en fermage. C’est bien un groupe restreint qui s’investit durablement au concours spécial de la race bovine de Villard-de-Lans. Ce sont eux qui étaient mis en avant dans les discours des commissaires du concours spécial. La concentration dans les mains d’un petit groupe d’individus ne se retrouve-t-elle pas quand on croise les catalogues d’exposants avec les listes nominatives de recensement ? Trois analyses convergent pour dégager un groupe de pluriactifs en voie de spécialisation.

50La première dessine un paysage d’éleveurs attachés à la polyculture. Par exemple, sur la cohorte des exposants de 1912 à 1914, en moyenne, chacun d’eux possédait 44,5 % de la superficie en herbe, 26,5 % en bois et 16,5 % en prés. Par ailleurs, en ne retenant que ceux qui s’inscrivirent en 1896 et 1897 et qui provenaient d’Autrans, Lans et Méaudre, les trois quarts d’entre eux n’atteignaient pas un tiers de la propriété en prés. Là encore, Méaudre se distingue car une part importante de ses éleveurs se situait entre 30 et 40 %. Il y eut donc plus précocement un groupe d’individus qui, à l’intérieur d’exploitations pratiquant la polyculture, accentuèrent leurs efforts dans l’élevage. Les syndicats de drainage, au tournant du siècle, prolongèrent cette tendance, conduisant sinon à la spécialisation, du moins à une priorité herbagère. La situation à Méaudre s’emboîte avec les résultats précédents pour distinguer une « aristocratie » d’éleveurs qui, placés entre la petite et la moyenne propriété, s’orientèrent vers une dominante bovine. Le concours était le vecteur de leurs aspirations et de leurs ambitions. Pour eux, les épreuves grenobloises ne furent pas un échec, mais une voie de promotion.

51En se servant encore des deux coupes témoins dans les listes des exposants, ceux qui se présentèrent en 1896-1897 appartenaient selon les listes nominatives de recensement à 11 professions, alors que le document administratif en donne 177. De 1912 à 1914, les inscrits relevaient de 6 professions différentes en se servant de la liste de 1911 alors que cette dernière comprenant 155 activités professionnelles différentes 59. Les qualifications ne renvoyant pas explicitement à l’agriculture se réduisirent puis disparurent (cordonnier, ouvrier gantier, cafetier, voiturier, boulanger, épicier ou charron). Cela ne signifie pas que, par exemple, un cafetier n’avait plus de terres et n’avait plus d’activités agricoles 60. Mais le cafetier ne faisait plus le choix de s’inscrire au concours spécial de la race bovine de Villard-de-Lans ou il cessait de le faire en tant que cafetier. L’impression qui prévaut est celle d’un concours cantonné à des individus ayant fait le choix de l’agriculture comme spécialisation et comme profession. C’est le cas, par exemple, de Ferdinand Girard-Carrabin. Né en 1857, il vivait rue de la République, à Villard-de-Lans, et était cafetier. Sans doute, Ida Breyton, âgée de quinze ans, devait-elle l’aider dans son commerce, tout comme son épouse, Zélie Bertrand. En 1906, il apparaissait désormais sous la dénomination de fermier, sorti du centre de la commune pour aller vivre au hameau des Geymonds, la jeune Ida disparaissant du ménage. C’est à partir de 1908 que brusquement, Ferdinand Girard-Carrabin présenta d’emblée un nombre important de bêtes au concours, trois la première année puis, très vite, cinq. Il était également récompensé chaque année. Dans ce cas, l’inscription au concours traduirait un changement important d’activité professionnelle. Ici encore, on ne peut parler d’échec, le fait de se présenter au concours spécial étant plutôt le signe d’une ascension dans la trajectoire biographique de l’individu en question.

52Un dernier groupe tendit à se spécialiser, les fermiers. Sur les 294 individus identifiés à l’aide des listes nominatives de recensement, 43 d’entre eux dans l’un des recensements apparaissent sous la dénomination de « fermiers ». Quelle valeur donner à ce chiffre ? Le seul autre document pouvant servir de référence est l’enquête décennale de 1892. Elle est sujette à caution dans la mesure où elle tranche dans des situations qui sont parfois ambiguës, un propriétaire pouvant parfaitement détenir concomitamment des terres en fermage. C’est pour cela que la dénomination « fermier cultivateur » dans les recensements doit sans doute mieux correspondre à la réalité. Qui étaient ces fermiers ? François Guillot-Patrique peut constituer un cas représentatif. Né le 15 juillet 1861, cet homme tenait des terres en fermage. Toutefois, il devait également en avoir en propriété puisqu’il était dit également « cultivateur » en 1896. À cette date, selon le recensement, son voisin aurait été au hameau des Olivets, à Villard-de-Lans, Joseph Faure. Ce dernier inscrivait ses animaux depuis le concours départemental de 1892 et, de manière systématique, depuis 1897. Est-ce lui qui initia François Guillot-Patrique ? En effet, après une première tentative en 1905, couronnée de succès, il se présenta chaque année à partir de 1910, passant en quelques années de une à quatre bêtes. Il n’était plus alors fermier, mais cultivateur. Le cadastre rénové le crédite d’environ 19 hectares à la veille du premier conflit mondial. François Guillot-Patrique est intéressant dans la mesure où il y a passage du statut de fermier à celui de cultivateur ou propriétaire cultivateur. Certains le sont en 1896, deviennent fermiers pendant la période intermédiaire, puis retrouvent le statut de propriétaire. Comment interpréter cette variation ? Faut-il conclure à une perméabilité des catégories ? L’hypothèse admise est plutôt celle d’une véritable ascension sociale, comme l’avait déjà entrevu Pierre Barral. Ce dernier, comparant les statistiques agricoles entre la fin du 19e siècle et 1929, notait que le faire-valoir direct avait augmenté, passant de 88 % en 1892 à 92,5 % en 1929. Par conséquent, les fermiers virent leur nombre décroître. Mais il ne faudrait pas interpréter cette diminution comme la marque d’un appauvrissement. Au contraire, beaucoup d’exploitants en faire-valoir indirect devinrent propriétaires. L’ascension s’effectuerait au moment où ils apparaissent dans les catalogues comme des exposants au concours spécial, lequel ne peut décidément pas apparaître comme un échec.

53Pour achever le tableau d’ensemble des éleveurs qui vinrent aux épreuves grenobloises, il est donc indispensable, comme les quelques portraits précédents nous invitent à le faire, de penser l’apparition des individus dans les catalogues en fonction de la place qu’ils avaient dans leurs familles et, par conséquent, dans leurs exploitations.

54En premier lieu, il faut noter la présence fugace des femmes. Sur les cinq cas discernés, elles peuvent apparaître comme chefs de famille, le portrait de l’une d’elles pouvant servir d’exemple. La « veuve Ravaud » c’est-à-dire Marine Bouchier, était native de Villard-de-Lans. En 1850, elle habitait au Haut-Méaudret, un hameau de clairière situé sur un replat, à l’est de Villard-de-Lans. Au recensement de 1896, elle était déjà veuve et se trouvait à la tête d’une exploitation dont la superficie devait être relativement importante puisque ses fils, Henri, Joseph et Jules étaient tous les trois désignés comme « cultivateurs ». Le premier des deux inscrivit au concours de 1904 deux taureaux, qui furent récompensés. C’est un deuxième indice montrant que la famille n’est pas indigente. Mais, l’année suivante, Henri ne se présenta pas. Était-il absent au moment des déclarations ? Quoiqu’il en soit, c’est sa mère, Marine, qui inscrivit un animal. Elle apparaît comme dépositaire de l’exploitation. En effet, dans la fiche de déclaration qu’elle remplit, elle ne signa pas de son nom, mais sous celui de « veuve Ravaud ». Pour faire bonne mesure, le frère cadet, Joseph, figurait également dans les catalogues. Le flambeau de la famille fut repris dès 1909 par Henri, lequel se représenta l’année suivante. À cette date, la transmission de la propriété semblait en voie de réalisation. Marine Bouchier, selon le recensement de 1911, n’était plus chef de famille, mais vivait chez Henri. Jules était dans la maison voisine avec sa femme et son enfant, Joseph. En 1914, chacun des deux frères relevait de la catégorie des moyens propriétaires.

55Parfois, c’étaient les fils qui remplaçaient les pères. En 1905, Alfred Baudoingt présenta un animal pour lequel il n’obtint aucune récompense. Or, l’année suivante, alors qu’il apparaissait dans le recensement de 1901 comme ouvrier gantier, il fut recensé en tant que cultivateur. Est-ce lié à la possible disparition de son père, Victor ? Ce dernier était présent sur les listes du concours régional de 1895, mais il ne semble pas avoir renouvelé l’expérience. Il disparut des listes en 1906 et son épouse, Émilie Ravix, vivait chez son fils Alfred, en 1911. Le changement de vocabulaire dans l’activité professionnelle traduirait le changement de statut à l’intérieur du groupe familial. Pour marquer l’entrée dans le monde des chefs de famille, Alfred Beaudoingt aurait inscrit un animal. La participation, même sans perspective réelle de réussite, pourrait-elle être comparée, mutatis mutandis, à un rite de passage, une intronisation ?

56Le concours est-il le révélateur ou l’instrument d’une généalogie familiale de l’excellence ? Un des exemples les plus visibles est celui de la famille Odemard, cette dernière se servant du concours spécial de la race bovine de Villard-de-Lans pour accroître son emprise foncière et rayonner davantage à Méaudre. Henri Odemard était âgé de 61 ans quand il inscrivit quatre animaux dont trois furent primés au concours départemental de 1892. Il faisait partie de la couche supérieure de la moyenne propriété puisqu’il détenait, en 1896, au moins 23 hectares, dont plus du quart de la superficie était recouvert de prés. Il était probablement l’héritier de Daniel Odemard, lequel habitait également au hameau des Girauds, à Méaudre et qui détenait, en 1834, environ 18 hectares. La propriété s’était donc agrandie. Henri semble n’avoir eu que deux enfants. La plus jeune, Adeline, était née en 1863. Après un temps au domicile de son père, elle alla vivre au quartier de l’église, à Méaudre. Elle hébergea un temps sa nièce Juliette et son neveu Louis, c’est-à-dire les deux plus jeunes enfants de son frère Amédée. Le deuxième enfant de Henri Odemard naquit le 7 mai 1861. Amédée était charron chez son père d’après le recensement de 1896. La main-d’œuvre familiale étant réduite, Henri Odemard engagea dans un premier temps Julien Chatelard, dont on perd la trace et, en 1901, Henri Jallifier. Ce dernier est le fils de Claude Jallifier-Talmat, un exposant qui s’inscrivit à plusieurs reprises au concours au moment précis où son fils Henri servit comme domestique agricole d’Henri Odemard. Il est probable que ce dernier mourut entre juin 1904 et juin 1905. En effet, il semble que le relais de la participation au concours spécial soit repris par Amédée. D’autre part, c’est en 1906 que la mère de ce dernier, Victorine, s’installa chez Amédée, lequel faisait son entrée sur les matrices cadastrales. Alors que dans d’autres cas, la transmission de la terre semble avoir été lente à s’effectuer, elle fut rapide dans celui-ci. Le nombre de déclarations est impressionnant puisque Amédée en remplit 26 en sept ans et qu’il fut distingué à onze reprises. Le nombre d’animaux primés par rapport à celui qui fut présenté est à peine inférieur à celui de Henri : 42 % pour le fils et 50 % pour le père. Il y eut bien un enrichissement grâce à l’élevage car, en 1914, la matrice rénovée donnait un total de 33 hectares dont 39 % en terres, 25 % en bois et 34,5 % en prés soit plus de dix hectares d’herbes.

57La connaissance des exposants du concours spécial livre quelques grandes caractéristiques. Leur présence répond à certaines logiques, les unes relevant de la structure de la propriété, les autres des trajectoires biographiques. Mais l’intérêt des catalogues d’exposants est également de permettre une meilleure connaissance des jurys au cours de la vingtaine d’années du concours.

La notabilité en action : les jurés du concours 61

58Les jurés qui composèrent les différentes commissions du concours spécial offrent un cadre pour approfondir la notion de notabilité afin de repérer les réseaux et les canaux permettant aux « Messieurs », pour qui « l’autorité dans la cité supposait l’autorité dans la société », de s’imposer 62. Deux ensembles composaient les jurys, s’appuyant l’un sur l’autre pour légitimer leur présence. En effet, à côté de ceux ayant des qualités professionnelles, des personnalités appartenant au camp républicain composaient l’autre groupe.

59Ces derniers ne sont pas homogènes et une véritable hiérarchie de notabilités politiques se retrouve dans les jurys. Trois cercles sont identifiables. Le premier inclut les hérauts de la démocratie rurale, c’est-à-dire des hommes politiques de premier plan régional. Toutefois, ils n’étaient pas de parfaits ingénus en matière agricole ; au contraire, celle-ci faisait partie d’une véritable stratégie pour légitimer leur pouvoir. Ce fut le cas, par exemple, d’Émile Durand-Savoyat. En effet, c’est au moment où il acquit sa propriété à Autrans qu’il s’inscrivit parmi les membres fondateurs de la station d’élevage. En 1891, il en devint le président, pendant que Bévière demeurait directeur. D’après certaines sources, il aurait cherché à faire remplacer ce dernier en poussant un de ses affidés. Mais la manœuvre échoua et Bévière fut confirmé. Durand-Savoyat démissionna de son poste. Au plan national, sa présence à la station d’élevage fut-elle une des raisons pour lesquelles il siégeait au conseil supérieur de l’agriculture ? En tout cas, il en fut le secrétaire en 1896-1897. Son rôle au sein du concours spécial fut actif, puisqu’en avril 1896 il reçut de la part du secrétaire général de la préfecture de l’Isère une liste de jurés sur laquelle il lui était demandé de se prononcer. Dans la réponse datée du 18 mai 1899, rédigée à Autrans mais sur papier à en-tête du sénat, l’élu sanctionna positivement la plupart des noms. Il ajouta qu’« il serait important en effet que ce ne soient pas les exposants ou certains exposants qui désignent les membres du jury » 63. Tout au long des années où il entretint des rapports avec les éleveurs du canton, les relations furent manifestement orageuses. À l’occasion d’une lettre de recommandation en faveur d’un éleveur pour le Mérite agricole, il livra au préfet une description féroce des éleveurs 64. L’exemple de Durand-Savoyat montre que la notabilité n’est pas forcément admise et que l’un des terrains de tension pouvait être la participation au concours spécial.

60Cependant, les hérauts de la démocratie rurale des listes de jurys avaient chacun un pied dans les réseaux agricoles, lesquels participent au travail de tissage et d’emprise du notable sur un territoire. L’autre personnalité de premier plan figurant dans les listes de jurys du concours est Dufour. Engagé très tôt dans les mouvements politiques, il fut mis en disponibilité par l’Ordre moral. Médecin-adjoint à l’hospice public d’aliénés de Saint-Égrève, il devint conseiller municipal de cette commune, dont le maire était Alexandre Péronnet, un autre juré particulièrement actif et présent tant au concours spécial que dans les associations agricoles proches des républicains. Dufour se tailla un fief en Matheysine car une partie de sa famille était originaire de la Motte-d’Aveillans, un centre minier situé à quelques kilomètres de La Mure. Conseiller d’arrondissement de 1880 à 1883, il fut, les cinq années suivantes, conseiller général de la Mure puis maire de La-Motte-d’Aveillans jusqu’en 1912. Dans le même temps, il fut élu de la troisième circonscription de l’Isère, à laquelle appartenait le canton de Villard-de-Lans en 1898. Il battit Vogeli, ce dernier siégeant également comme juré au concours spécial (celui-ci reprenant la circonscription dès 1901). Dans le secteur agricole, en 1883, il fonda avec le vétérinaire Reynier, la Société d’élevage de La Mure, Valbonnais et Corps. Cette association agricole s’inspirait beaucoup de son aînée, la station d’élevage de Villard-de-Lans, puisqu’une caisse de mortalité du bétail fut également fondée. En 1892, pour commémorer le centenaire de la proclamation de la République, Dufour fut chargé d’organiser un concours départemental d’agriculture. Récompensé par le titre de chevalier du Mérite agricole dès 1887, Dufour fut également membre de commissions de concours régionaux et de l’exposition universelle de 1900 dans un des jurys de l’espèce bovine. Les éleveurs du Vercors avaient donc trouvé celui qui saurait porter leur parole et qui défendrait leurs intérêts en haut lieu.

61Mais la composition des jurys contient également, à côté des personnalités de premier plan, une autre strate de notables qui n’avaient pas la même ampleur que les élus nationaux, mais dont l’assise était de même nature. En effet, ils avaient à la fois des responsabilités dans les collectivités, et des fonctions dans les structures agricoles, les deux se conjuguant de manière harmonieuse.

62Victor Amar pourrait représenter ce deuxième ensemble. En 1898, lorsque Bévière mourut, la fonction de défenseur de la race de Villard-de-Lans fut reprise par ce dernier. Comme Durand-Savoyat, il s’agit d’un avocat richement possessionné. Si, à titre personnel, il possédait un peu plus de 9 hectares à Autrans et à Méaudre, il en détenait plus de 18 avec son frère dans cette dernière commune. Faisant également profession de négociant en bois, Victor Amar devint à son tour président de la station d’élevage dès 1897 et le demeura jusqu’en 1906. Républicain, mais sans appartenance clairement définie, il fut chevalier du Mérite agricole dès 1900 et c’est au même moment qu’il apparut au conseil départemental d’agriculture. Par ailleurs, jusqu’en 1908, il fut conseiller général. Son rôle de défenseur de la race de Villard-de-Lans, en raison de sa présence dans plusieurs assemblées départementales, apparaît très nettement en 1900. Le 28 juillet de cette année, Plissonnier, un des membres du conseil départemental d’agriculture, voulut provoquer une nouvelle répartition des subventions entre l’ensemble des sociétés agricoles. Par conséquent, le risque était grand de voir les encouragements pour la race bovine départementale réduits. C’est Victor Amar qui prit la parole pour prendre la défense des sociétés d’élevage. Puisqu’il n’était pas possible de procéder à des modifications, il fut décidé de poursuivre le débat au conseil général. Le mois suivant, Plissonnier, conseiller général, reprenait ses arguments devant la nouvelle assemblée et parvint à une nouvelle répartition. Mais son contradicteur fut encore Victor Amar, ce dernier réussissant à sortir du pot commun des sociétés agricoles la station d’élevage de Villard-de-Lans. Celle-ci continua donc à bénéficier d’aides importantes puisque si chaque canton recevait en moyenne 360 francs pour subventionner les sociétés agricoles, 1 200 francs continuèrent à être versés à la station 65.

63Les listes du jury dessinent les contours d’un troisième ensemble. En effet, la prosopographie de certains membres du jury laisserait penser qu’ils devinrent des notables grâce à l’agriculture. Par exemple, Frédéric Gallet fut un exposant persévérant car entre 1905 et 1910, avec une interruption en 1908, il inscrivit onze animaux. Sept d’entre eux furent récompensés. Fut-ce à cause de ces succès qu’il fut promu membre du jury les deux dernières années ? En tout cas, c’est parce qu’il se distingua dans le domaine agricole qu’il put faire une carrière politique comme conseiller général de Clelles de 1911 à 1940. Né le 16 juin 1869 à Bologne, en Italie, il fut élève à l’école d’agriculture de Grignan et devint ingénieur agronome. Grâce à son bagage technique, il transforma une propriété de 46 hectares dans le Trièves. Il utilisa des instruments perfectionnés ainsi que des engrais chimiques. Il obtint de nombreuses récompenses dans les concours agricoles régionaux, ou nationaux par exemple, en 1908, la médaille d’or au concours des primes d’honneur. La qualité de son élevage fut mise en valeur. Son étable comprenait vingt bovins de la race de Villard-de-Lans. Maire de sa commune du Percy au début du 20e siècle, cet « excellent républicain » fut poussé par le député Perrier. En effet, un télégramme chiffré de septembre 1911 de la préfecture au ministère de l’Agriculture informait que Frédéric Gallet allait se présenter aux élections cantonales et, qu’après accord du député Perrier, il serait souhaitable de lui accorder le titre d’officier du Mérite agricole… ce qui fut fait 66. Devenu conseiller général du canton de Clelles, Frédéric Gallet retourna au concours spécial de la race bovine comme membre du jury en 1912. L’excellence agricole, fondée dans ce cas sur des études, servit d’ascenseur social.

64Les catalogues d’exposants permettent donc de cerner les réseaux et les strates de la notabilité. Par ailleurs, ils montrent que cette notabilité, elle aussi, a une histoire.

65Nos listes donnent toutefois à voir une dernière catégorie, celle des « experts ». Au moment où les services de l’État et, en particulier, ceux du ministère de l’Agriculture s’étoffèrent, l’étude des listes des jurys du concours spécial en donne une illustration locale. Le groupe comprend tous ceux qui avaient une formation technique avec des fondements scientifiques et qui, de ce fait, avaient une légitimité à siéger dans les différents jurys. Deux portraits peuvent servir d’exemples à deux catégories principales.

66La première est celle des individus qui, en raison de leur savoir, atteignirent la notabilité. Dorly fut l’un d’eux. Originaire de Vinay, une commune proche de l’Isère et située entre Saint-Marcellin et Tullins, il fit des études à l’école vétérinaire de Lyon. Il en sortit diplômé en 1890 et s’installa à Saint-Marcellin. Le canton était le lieu de naissance de l’une des plus anciennes sociétés agricoles de l’Isère, dès 1836. La présence de Dorly au concours spécial s’explique par ses mérites professionnels. « Vétérinaire du service sanitaire, il exerce ces délicates fonctions avec tact et dévouement » 67. Son apostolat était apprécié des milieux républicains. En effet, puisqu’il était vétérinaire, il parcourait le canton. À cette occasion, il se montrait « très dévoué à nos écoles laïques pour lesquelles il fait dans nos campagnes une utile et féconde propagande » 68. Comme récompense à ses nombreux mérites, il intégra l’ordre du Mérite agricole, comme chevalier en 1904, puis comme officier en 1910. Suivant le même schéma que son collègue Gallet, il se lança dans la vie politique. En effet, grâce à ses réseaux de proximité, légitimé par sa présence dans les concours et bénéficiant de l’appui de l’administration par ses médailles, Dorly devint conseiller général du canton. Le concours participa donc aux ambitions personnelles d’un individu qui se servait de ses mérites professionnels pour légitimer sa présence afin d’intégrer de nouveaux cercles de notabilité.

67Rouault, le professeur départemental d’agriculture, raisonnait de la même façon et les éleveurs trouvèrent chez lui le deuxième grand défenseur de la race de Villard-de-Lans. Officiant à Foix puis à Albi, il vint en Isère en 1879. Dès 1882, Paul de Mortillet lui cédait la fonction de rédacteur en chef de Sud-Est. En 1893, lors du début du concours spécial, il devenait officier du Mérite agricole. Ses écrits sont très nombreux. Les uns sont composés des comptes rendus du concours spécial, qui fourmillent de renseignements précis. En effet, il se livrait à de véritables exposés approfondis, à de véritables plaidoiries en faveur de la race, à des analyses physico-chimiques des sols du plateau. Chevalier de la Légion d’honneur en 1902 et commandeur du Mérite agricole en 1903, le concours spécial paraît avoir constitué un authentique levier de promotion sociale. Auteur d’une Géographie agricole du département de l’Isère en 1905, il ambitionnait de devenir inspecteur régional d’agriculture et bénéficia de lettres de recommandations d’Amar 69. Il avait remplacé ce dernier au poste de commissaire général du concours et le demeura jusqu’à son décès en 1912. La mort, à un an d’intervalle, des deux grands défenseurs de la race se lit dans les courbes des inscriptions, les dernières années étant orientées à la baisse. On retrouve, sur les éleveurs du canton, l’emprise de notables qui avaient des intérêts propres à agir pour le succès du concours spécial.

68Ces deux exemples illustrent une nouvelle couche et peut-être une nouvelle génération de notables, celle des individus qui se servirent de leurs connaissances et non de leur entregent pour monter les échelons de la pyramide sociale. Dans le cas des jurys, l’intérêt des matériaux et des outils de l’histoire sociale fine permet de voir que les deux grandes catégories de la notabilité s’appuyaient l’une sur l’autre pour légitimer leur présence. Pour les élus, cela attestait le sérieux de leurs décisions. Pour les techniciens, cela leur permettait de devenir incontournables pour attester les mérites du bétail. Par conséquent, comme pour les exposants, le concours spécial ne fut pas un échec pour eux.

Les stratégies à l’œuvre au concours spécial

69Si les liens entre les motivations économiques et le fait de venir au concours spécial ont pu être dégagés, ces relations restent à approfondir. Deux orientations principales doivent être éclairées, la première en envisageant les liaisons sous un angle politique, la seconde en appréhendant le concours spécial comme instrument d’emprise culturelle.

La conquête des « campagnes » : concours agricoles et jeu politique

70Cheval de Troie introduit dans la logique économique du concours, le politique prend une importance considérable dans le contexte particulier du dernier quart du 19e siècle. Il importe donc de mettre au jour les stratégies entreprises par les républicains, notamment pour parvenir à la conquête des « campagnes ».

71L’évolution des jurés recrutés par les autorités préfectorales peut être considérée comme le miroir des évolutions politiques françaises. À ce titre, les républicains succédèrent aux partisans de l’Ordre moral. Mais, dans le camp républicain, différentes tendances sont à observer.

72En 1875, la station d’élevage naquit sous la bénédiction de puissantes familles de la noblesse du Dauphiné. Quatre comtes (Guy de Marcieu, Agoult, Galbert et Chabons auxquels on peut ajouter le chargé d’affaires de la comtesse de Raynaud), trois marquis (Gaston de Marcieu, Monteynard, Virieu) se pressaient autour de Bévière. Le marquis de Monteynard devint président. Ce dernier, resté constamment « fidèle à son dieu et à son Roi », pour reprendre l’expression de la notice nécrologique rédigée par Paul de Mortillet, fut page sous Charles X et chasseur dans la garde royale. Membre de la noblesse légitimiste, il s’était retiré sur ses terres au début de la monarchie de Juillet. Résidant au château de Tencin, il fut maire de cette commune. Le marquis aurait été le premier à acheter une charrue Dombasle en Dauphiné et s’intéressait aux instruments perfectionnés. Il se servit de ses relations pour obtenir un nombre accru de médailles afin de mieux distinguer l’excellence agricole. La lecture des listes de jurys du concours spécial montre toutefois qu’en l’espace de quinze ans, la noblesse perdit le patronage qu’elle exerçait sur les éleveurs du canton du Vercors et qu’elle céda la place aux républicains.

73Parmi les deux noms restant pour représenter la noblesse, on s’intéressera au comte de Montal. Joseph, Paul, Arthur, Vincent de Ferrier, comte de Montal résidait à La Rivière, dans le canton de Tullins. Il s’occupait des affaires agricoles en tant que membre du bureau de la Société d’agriculture de l’arrondissement de Saint-Marcellin en 1876. Six ans plus tard, il en était vice-président. Collaborateur au conseil départemental d’agriculture, il obtint également la vice-présidence de cette assemblée en 1897. Président de la Société d’agriculture de Saint-Marcellin au tournant du siècle, il fut au cours de la même période le vice-président de la Société d’élevage de Saint-Marcellin, qui avait été fondée en 1884. La fonction lui donnait-elle des qualités particulières pour juger les qualités d’un animal ? En effet, de 1898 à 1903, Montal fut membre du jury des jeunes taureaux. Plus original fut son rôle dans la création d’un syndicat d’initiative. En effet, il fut le fondateur du premier syndicat d’initiative de Grenoble en 1889 70. Il disparaît des listes en 1903, la même année que deux représentants de la famille Jay.

74Stéphane Jay fut l’un des derniers importants gantiers grenoblois. Devenu maire de Grenoble, il fut l’une des grandes personnalités de la fin du 19e siècle. Un autre membre de sa famille, Georges, conseiller général du canton de Vif depuis 1895, siégeait également au jury. Stéphane Jay se rapprocha de la droite lors des élections municipales au nom de la lutte contre le socialisme. Lors de l’affaire des Chartreux en 1902, il prit la défense de ces derniers et devint un adversaire du Bloc. Devant son échec aux élections sénatoriales de 1903, il se retira de la vie politique. Son départ des listes du jury entraîna également la disparition de Georges. Par conséquent, à partir de 1903, les commissions du concours spécial étaient occupées par les personnalités du Bloc des gauches, vainqueur des élections de l’année précédente. La finalité des épreuves consistait pour ces hommes à figurer sur les jurys pour se faire connaître des éleveurs, pour distribuer des récompenses, ce qui les rendrait indispensables.

75Les rapports entre le concours spécial et le député Léon Perrier sont très instructifs de ce point de vue. Son rôle politique s’exerça essentiellement après 1919 71. Léon Perrier fut très tôt engagé dans les combats de son temps puisqu’en 1901, il fonda la section grenobloise de la Ligue des droits de l’homme. Franc-maçon, il milita dans les loges pour une entente avec les guesdistes. Dans le domaine agricole, il fut président de la Société d’agriculture de Bourg-d’Oisans, au moins entre 1910 et 1914. Il emporta les élections législatives de 1910 et devint le député de la troisième circonscription de l’Isère, celle dont le canton de Villard-de-Lans faisait partie. Fut-il encouragé par la préfecture grâce au concours ? En effet, le 13 février 1910, les services de la préfecture firent parvenir une lettre au ministère de l’Agriculture à propos de Léon Perrier. Alors que, d’habitude, les courriers de la préfecture concernaient la totalité des membres du jury, l’envoi portait seulement sur le nom de Léon Perrier. Il était demandé l’accord du ministère pour que « M. Perrier de Bourg-d’Oisans », figure dans les listes du jury 72. Une semaine plus tard, le 20 février, la réponse positive arriva et Léon Perrier devint membre du jury… du premier groupe des taureaux, le plus stratégique, puisque seuls les éleveurs les plus fortunés présentaient des reproducteurs. Les élections législatives se déroulèrent le 24 avril et le 8 mai 1910, c’est-à-dire trois semaines avant le concours. Toutefois, le nom du juré et candidat figurait sur les centaines de catalogues d’exposants distribués 73. Au second tour de scrutin, Corrençon, commune conservatrice, ne donna à Perrier que 19 % des suffrages, Villard-de-Lans, Autrans et Lans sont entre 36,5 et 40 %. Méaudre vota majoritairement à 54,7 % (pour une moyenne dans la circonscription de 53,5 %). Lors de l’élection législative suivante, alors que Léon Perrier avait siégé quatre années dans le premier jury au concours spécial, il était réélu au premier tour avec 53,1 % des voix. Dans le canton de Villard-de-Lans, la situation avait complètement changé. Alors que les électeurs avaient le choix entre cinq candidats dont deux à la droite de Perrier et le socialiste Greffier sur sa gauche, toutes les communes, sauf Corrençon, votèrent à la majorité absolue pour Perrier. Son score fut même supérieur à celui du reste de la circonscription (de 54,5 % à Lans à 63,6 % à Autrans), son meilleur résultat étant dans la commune la plus impliquée par le concours spécial : Méaudre vota à 72,5 % pour Perrier 74. Un tel retournement de l’électorat pourrait s’expliquer par le fait que, selon La Dépêche dauphinoise, Perrier avait réussi à faire augmenter la subvention versée par l’État pour le concours spécial 75. Cet exemple montre que le concours fut un instrument particulièrement efficace pour s’attacher les suffrages des communes du Vercors.

76Le concours pouvait également jouer un rôle à l’échelle communale, Autrans fournissant un terrain d’analyse intéressant. En effet, le croisement des résultats aux élections municipales avec les catalogues d’exposants suggère que les épreuves constituaient un substitut ou un complément, précédant ou succédant, la sanction du suffrage universel. Bien que les considérations strictement politiques ne soient pas totalement exclues, les citoyens cherchaient également un individu qui soit un intermédiaire entre eux et les horizons plus lointains. C’est dans ce contexte que Durand-Savoyat fit son entrée dans la commune. Toutefois, sa présence ne constitua pas le début des rivalités entre clans à Autrans, mais un nouvel épisode. En effet, une lutte se déroulait au conseil municipal et semblait se poursuivre dans l’enclos du quartier Saint-Bruno, à Grenoble, lors des épreuves. En 1884, Jean-Pierre Faure était le maire d’Autrans. Né en 1841, il avait épousé Henriette Chabert et était devenu un personnage important dans la commune. D’abord, il fut aubergiste. Dans son établissement, des discussions avaient lieu, des accords se nouaient, des ententes s’établissaient. Le cafetier se situait entre l’intérieur et l’extérieur de l’espace communal parce qu’il recevait et accueillait des voyageurs étrangers, il était celui chez qui les nouvelles se diffusaient. Jean-Pierre Faure s’enrichit à l’aide d’une deuxième activité, celle de négociant. Sa fonction d’intermédiaire entre les cultivateurs et l’extérieur de la vallée se renforça. Il achetait et revendait les produits agricoles locaux, des céréales sans doute, mais également du bois et des bovins. Enfin, il n’était pas détaché du groupe des cultivateurs puisqu’il possédait en 1896 10,8 hectares à Autrans dont 51 % en herbe et plus de 14 autres à Villard-de-Lans. Son entregent et sa fortune firent qu’il se présenta aux élections municipales au moins dès 1874. N’obtenant que 15,3 % des suffrages en 1874, il fut élu conseiller municipal au second tour en 1878 ainsi qu’en 1881, suite à la démission du maire. En 1884, il fut élu dès le premier tour avec 52,5 % des suffrages et fut désigné comme maire par sept voix contre six à son opposant, Zacharie Faure. Lors de l’élection du premier adjoint, Zacharie Faure fut encore vaincu puisque Joseph Roux-Dauphiné l’emporta. En 1886, Zacharie Faure démissionna du conseil municipal tout comme François Mante. Les élections complémentaires de 1888 furent probablement houleuses. Les deux conseillers démissionnaires se virent reconduits dans leurs fonctions. Par ailleurs, la candidature de François Gamond fut contestée puisque deux individus répondaient à cette identité. Il y aurait donc eu un premier « camp » avec le maire, Jean-Pierre Faure et Joseph Roux Dauphiné, et un second avec Zacharie Faure, François Mante et François Gamond. Les élections de 1888 produisirent un retournement puisque le maire ne fut pas réélu au premier tour, alors que les membres de l’autre faction l’étaient tous, sauf Zacharie Faure. Or, tandis que ce dernier parvenait à se faire élire au second tour, Jean-Pierre Faure était définitivement battu. La majorité changea de côté et François Gamond fut élu maire par sept voix sur onze. L’un de ses opposants était Eugène Ronin. Celui-ci démissionna de son poste en octobre 1888. Dans une lettre dont le nom de l’expéditeur n’a pu être déchiffré, la raison invoquée était que Ronin était « le seul élu de la liste de son beau-frère, ancien maire ». L’opposition concerne donc des groupes familiaux qui s’affrontaient au conseil municipal. La faction Faure-Gamond-Mante fut reconduite aux élections. Elle se renforça avec l’arrivée d’Émile Durand-Savoyat. Le député s’appuyait alors sur l’excellence agricole symbolisée par Zacharie Faure. Dans une lettre d’appui à la candidature comme chevalier du Mérite agricole, Zacharie Faure était décrit comme « un cultivateur intelligent, d’un républicanisme tiède, mais toujours correct. Et c’est ce qu’il y a de mieux […] dans la station d’élevage ». Émile Durand-Savoyat fut élu maire par le nouveau conseil municipal, mais démissionna en 1895 ; il confia la place à l’ancien maire, François Gamond. Aux élections de 1892, Jean-Pierre Faure et son beau-frère, Eugène Ronin, ne furent élus à aucun des deux tours.

77La bataille continua-t-elle de faire rage au concours spécial ? En tout cas, tous les protagonistes, à l’exception de François Gamond, furent des exposants en 1893. Tous ne participaient que symboliquement, sauf Zacharie Faure qui était déjà une gloire de l’élevage de la commune. Par conséquent, participer au concours spécial de la race bovine de Villard-de-Lans aurait été une manière de poursuivre, ou d’anticiper probablement dans d’autres cas, des oppositions, des tensions et des rivalités entre des familles. Ces dernières cherchaient à l’emporter en recueillant les suffrages de la population à l’intérieur de la commune mais également une sorte de caution morale de la part des jurés. Gagner reviendrait donc à chercher une approbation de la part des autorités extérieures.

78Les luttes se poursuivirent. En 1894, trois conseillers municipaux démissionnèrent. En effet, Eugène Guillermet, Louis Roux-Fouillet et Arnaud Joseph voulaient que le garde-champêtre, Florentin Buisson, fasse l’objet d’une enquête pour des motifs inconnus. Devant la proclamation de l’innocence de ce dernier, ils remirent leur mandat. Parmi eux, le troisième était lié par alliance à François Gamond, puisque le fils du premier avait épousé la fille du second. Les clivages sont donc également à l’intérieur des familles. Ils espéraient, un peu comme Zacharie Faure l’avait fait quelques années plus tôt, être reconduits par les suffrages des citoyens de la commune. Mais les élections complémentaires de 1895 leur donnèrent tort puisque aucun des trois ne put réintégrer le conseil municipal. Jean-Pierre Faure vit son résultat s’effondrer avec pas même 5 % des suffrages. C’est la grande époque où Durand-Savoyat siégeait au sénat, mais également dans la commune, puisqu’il fut reconduit comme maire en 1896. Zacharie Faure servit en quelque sorte de faire-valoir pour l’élu national. Au cours de cette époque, l’éleveur obtint des scores très importants aux élections en obtenant en 1892 et 1896 plus de 77 % des suffrages. L’excellence agricole se trouvait en quelque sorte confirmée dans les urnes.

79En 1900, la direction de la mairie changea de main, puisque c’est Louis Roux-Dauphiné qui l’emporta. Il obtint 57,4 % des voix et huit des onze voix du conseil municipal. La participation au concours fit-elle partie de sa stratégie pour gagner des suffrages ? Il est étonnant de constater qu’en 1899 et en 1907 il présenta chaque fois un animal l’année précédant une élection 76. Par conséquent, en prenant en compte le fait que le nombre d’exposants d’Autrans était fortement à la baisse, s’inscrire pourrait répondre à deux objectifs liés ou séparés. Le premier était de se faire connaître et reconnaître par le milieu des cultivateurs d’autres communes du canton, lesquelles avaient des liens de famille à Autrans. La deuxième finalité était de prétendre à l’excellence agricole. L’affrontement du concours préfigurait celui des élections. La stratégie suivie par Louis Roux-Dauphiné fut la bonne, puisqu’il fut maire au moins entre 1900 et 1912. En 1904, il affronta au suffrage universel masculin et dans le conseil municipal Jean-Pierre Faure, lequel restait le symbole de l’opposition. Ce dernier, alors qu’il n’avait plus inscrit d’animal depuis 1896, figurait à nouveau dans le catalogue de 1907 pour un animal, la même année que Louis Roux-Dauphiné…

80La situation à Autrans tendrait à suggérer que les épreuves correspondaient, dans le large panel de motivations, à des finalités politiques. Il s’agissait pour certains éleveurs de s’inscrire dans la cité, c’est-à-dire parmi les autres citoyens-éleveurs-électeurs de la commune. Les épreuves purent servir d’espace de remplacement, d’anticipation ou de poursuite des luttes entre individus ou factions.

La prise en charge des éleveurs

81La période au cours de laquelle se déroula le concours spécial fut une charnière dans la mise sous tutelle des exploitants du sol par les différentes notabilités. Celles-ci étaient imprégnées d’un certain nombre de représentations, parfois erronées, à l’égard des premiers. La première des illusions consistait à penser que les éleveurs du canton du Vercors étaient de « modestes paysans » alors que le prix de la terre était en augmentation 77. La deuxième représentation était que les éleveurs étaient dans l’« erreur » car ils vendaient leurs taureaux jeunes 78. Forts de tels préjugés, ils eurent à cœur de servir de guides. Pour cela, ils intervinrent dans le concours spécial par deux biais, que l’on retrouve en étudiant l’évolution du règlement. D’abord, ils cherchèrent à favoriser la démocratisation de l’excellence agricole. Cela entraîna, ensuite, une captation des critères de la distinction bovine.

82La première stratégie de la part des promoteurs de la race et des jurys fut d’augmenter les primes des taureaux de deux à trois ans. Amar fit procéder à une nouvelle répartition des primes entre les sections. Son objectif consistait à mieux récompenser les vainqueurs, afin de compenser les sacrifices et les pertes qu’ils auraient acceptés en ne vendant pas le taureau 79. Mais le supplément d’argent perçu était faible en comparaison de la somme que pouvait gagner un éleveur en vendant sa bête. Pour appâter les exposants, il fallait leur proposer plus d’argent. C’est ce qui explique l’empressement des commissaires généraux du concours spécial et des préfets à demander au gouvernement de revenir à la première subvention de 4 000 francs. Par ailleurs, l’article 10 du concours fut modifié en 1908. Auparavant, un exposant pouvait présenter autant d’animaux qu’il le souhaitait. Il pouvait également recevoir plusieurs prix, mais il ne recevait que la somme d’argent du prix le plus élevé. Désormais, un exposant put empocher plusieurs primes 80. Ce fut considéré comme un encouragement aux grandes fermes, qui n’eurent plus de freins à leur emprise. Par conséquent, les simples éleveurs se détournèrent des épreuves, d’où le fléchissement des courbes de participation.

83Dans le même temps, quelques tentatives virent le jour pour aider des exposants à venir participer à des épreuves plus lointaines et les frais de transport furent pris en charge. François Rouault prit l’initiative d’une caisse d’indemnisation 81. En 1908, un wagon coûtant 210 francs et contenant neuf à dix animaux de « petits cultivateurs » fut payé entre Grenoble et Paris 82. Quatre ans plus tard, le conseil municipal de Méaudre prit une initiative du même ordre : « afin que la race bovine du Villard-de-Lans soit largement représentée au concours de Paris, la première année de son classement, le conseil municipal décide de rembourser aux exposants les frais de transport de bestiaux qui n’auront pas été primés ou qui n’auront obtenu qu’un prix supplémentaire de peu d’importance » 83.

84La dernière mesure prise par les commissaires du jury du concours spécial fut la création de primes de conservation. Rouault semble avoir cherché à contourner un éventuel individualisme des propriétaires des grandes étables couramment récompensés. En effet, il leur reprochait de profiter seuls des primes de conservation. Le professeur départemental d’agriculture salaria donc les éleveurs possesseurs de reproducteurs 84. Contre une somme spéciale, les possesseurs de taureaux devaient accepter la diffusion des saillies aux femelles amenées par d’autres cultivateurs du canton. Au bout d’un an, l’animal ayant été conservé, le complément de la récompense était donné au propriétaire de l’étalon. Cette mesure est intéressante parce qu’elle illustre la fonction du jury. Celui-ci n’avait pas qu’une tâche de représentation, il fut également l’aiguillon de la diffusion de l’excellence dans le canton. Il eut une influence très importante sur le groupe des exposants qui ne faisaient pas partie des grandes étables. Les propositions d’Amar se combinèrent avec celles de Rouault pour faire des notables les premiers interlocuteurs des cultivateurs dans le processus du développement agricole dans le département de l’Isère aux 19e et 20e siècles.

85Est-il dès lors exagéré de parler d’une dépossession des critères de la distinction animale ? Le concours spécial de la race bovine de Villard-de-Lans fut un événement décisif, qui vit l’émergence puis la consécration d’une expertise scientifique au détriment du regard de l’expérience. Une rupture s’opéra, laquelle vit les critères de l’excellence agricole devenir l’apanage des membres des jurys. Ceci confortait définitivement la suprématie de ces derniers sur les éleveurs. Mais à l’intérieur du groupe des jurys, n’assistons-nous pas également à un second basculement ? En effet, au début du concours, les notables politiques semblaient se servir du groupe des professionnels comme d’une simple caution scientifique au classement qu’ils effectuaient. En 1914, nous serions davantage en face de professionnels s’adjoignant des notables politiques pour introduire ce qu’ils considéraient comme le « progrès », c’est-à-dire le développement agricole.

86L’estimation des animaux par Bévière, laquelle prévalut dans les premières années du concours spécial, était rudimentaire. Bévière cherchait à faire se reproduire des animaux présentant les caractéristiques requises de « pureté ». Pour cela, le vétérinaire les considérait comme un tout et cherchait à repérer des marques de la qualité des bovins. Il était attentif aux vaches en priorité 85. Le procédé qu’il employait se nommait alors la « méthode Geunon » 86. Bévière croisa les remarques de ce dernier avec ses observations des animaux de Villard-de-Lans. Pour lui, la vache de cette race devait être de couleur froment, sans tache et avec le tour des lèvres et l’intérieur des oreilles sans poils noirs. Ainsi, les signes étaient parfaitement observables par tout un chacun, et notamment par les éleveurs. L’allure générale de l’animal et sa dimension esthétique étaient importantes. C’est ce qui explique le soin des propriétaires des bêtes pour les rendre « gaillardes ». Lors de la naissance du concours spécial, le système de Guénon était partiellement rediscuté. Outre le fait de s’intéresser également aux mâles, c’était l’étendue de l’écusson plutôt que sa forme qui aurait été un signe distinctif. Enfin, la beauté du pis était jugée primordiale. En 1893, les critères étaient donc assez flous et c’est une note globale qui était attribuée aux bêtes. Néanmoins, chacun pouvait apprécier, se faire son jugement et constater les signes de l’excellence agricole.

87Mais, très rapidement, deux évolutions virent le jour lorsque Rouault, à la suite de Bévière, fut responsable, avec Amar, de la tenue du concours spécial et de l’action des jurys. D’abord, il y eut un changement de cap dans les propos de ceux qui composaient les jurys. En effet, jusque dans les années 1880, la précocité était recherchée. Puis, il fut demandé aux cultivateurs, au contraire, de garder les bêtes plus longtemps. Par conséquent, il y eut une divergence entre les éleveurs et les recommandations du jury lors du concours spécial. En procédant ainsi, le jury dépossédait les exposants dans la mesure où il faisait d’eux des exécutants. Il était demandé aux éleveurs de croire les membres du jury, donc d’accepter le fait qu’ils étaient ignorants.

88La seconde évolution fut la diffusion de l’observation « scientifique », c’est-à-dire fondée sur la mesure des animaux. C’est ce que Rouault avait fait en 1905 lors du concours régional du Puy-en-Velay, afin de différencier la race mézine de celle de Villard-de-Lans 87. Cet épisode est très important parce qu’il met en lumière deux révolutions. La première est d’interdire aux simples éleveurs d’avoir les capacités de séparer les deux races. Tout le monde protestait contre l’amalgame, mais personne ne pouvait faire la distinction. En procédant ainsi, Rouault se mit dans une position-clé. Pour les éleveurs, il devint celui qui « savait », grâce à des procédés auxquels, eux, ne pouvaient avoir accès. C’est en ce sens qu’il y eut dépossession des critères de l’excellence agricole. Bien entendu, au concours spécial, le professeur départemental d’agriculture procéda de manière identique. Sa méthode d’évaluation fut mixte. Il prit en compte des éléments relatifs à l’allure générale de l’animal, et les fonda scientifiquement par la mensuration. Par exemple, il compara des taureaux, des génisses et des vaches au concours spécial entre 1897 et 1899. Pour chacun d’eux, il mesura dix points précis en plus de la mention de l’âge et du poids. Ainsi, le professeur départemental d’agriculture pouvait expliquer pourquoi la vache de François Achard ne pouvait être récompensée 88. Les choix de Rouault constituèrent une étape importante, parce qu’il s’affirma ainsi, avec les autres membres du jury, comme le dispensateur « objectif » de l’excellence agricole. L’autorité était devenue sans égale.

89Un système par classes remplaça celui des prix. Le concours se transforma en examen. Il ne fallait plus être le premier, mais plutôt avoir les qualités requises pour pouvoir monter dans le classement 89. Une note était établie à partir de dix régions précises de l’animal. Chaque juré la multipliait par un coefficient donné à l’avance. Les totaux de chaque juré de la commission étaient additionnés. Le résultat était divisé par le nombre de membres de la commission d’évaluation 90. Lors des épreuves du concours spécial de 1906, la méthode fut expérimentée sur une catégorie de taureaux bien que Rouault semblât dubitatif. Selon lui, la méthode ancienne permettait une certaine souplesse bien qu’elle ait des inconvénients. En effet, la note était relative. Cela signifie que l’écart entre les grandes étables et les petits exposants méritants risquait de décourager ces derniers. Le nouveau procédé du pointage avait des avantages. Mais sa faiblesse était de distribuer de faibles primes si les participants étaient nombreux. On comprend mieux pourquoi deux ans plus tard, le jury créa les primes de conservation. En utilisant cette méthode, le jury était plus imperméable aux interférences provoquées par des considérations autres que purement techniques et scientifiques. Les notables se trouvèrent en partie privés de l’intérêt pour eux de participer au concours. Le bénéfice de ceux-ci retomba sur les épaules des experts.

90Est-il, dès lors, exagéré de faire l’hypothèse d’une double dépossession de l’excellence agricole captée par les experts, faisant des notables politiques de simples faire-valoir et des cultivateurs des sujets du développement agricole ? Il y a là, à l’évidence, une transition majeure.

* * *

91Les liens entretenus par les concours avec le développement agricole dans le cas du concours spécial de la race bovine de Villard-de-Lans conduisent à dissocier les animaux des hommes, même si c’est par les premiers que l’on accède aux seconds.

92La race bovine de Villard-de-Lans naquit au bon moment et au bon endroit. Au milieu du 19e siècle, les procédés zootechniques étaient en plein renversement et l’expansion du marché grenoblois offrait des débouchés intéressants. Née en 1864, elle profita du renversement de la conjoncture dans le dernier quart du siècle pendant lequel l’élevage fut une valeur refuge. Au moment où débutait le concours spécial, les temps avaient toutefois changé, avec le retour de la croissance agricole. Par ailleurs, les conceptions des agents chargés d’entreprendre le développement agricole copiaient la logique industrielle, qui était celle de la spécialisation. La croissance d’autres races mieux structurées, le développement des transports, faisant que Grenoble pouvait se ravitailler sur d’autres marchés, rendirent les bovins du Vercors moins attrayants. Surtout, la logique de spécialisation venue des milieux scientifiques entra en opposition avec les attentes des exposants. Ces derniers avaient des animaux dont ils cherchaient à se débarrasser rapidement afin de se procurer du numéraire soit en les revendant à d’autres exploitants de la vallée qui cherchaient des croisements, soit en les livrant à la boucherie grenobloise. En même temps, leurs vaches, grâce à la triple aptitude, servaient pour leur force, produisaient suffisamment de lait pour l’autoconsommation et pour une revente et pouvaient, in fine, être dirigées vers les abattoirs. Par conséquent, la période du concours fut celle du divorce entre les promoteurs de la race, préoccupés de chercher une spécialisation bouchère puis laitière par la recherche de la pureté de la race en gardant des taureaux plus longtemps, et des éleveurs qui souhaitaient revendre rapidement leurs bêtes, à commencer par les mâles, et qui ne voyaient pas d’intérêt immédiat à privilégier la pureté de la race.

93Par conséquent, s’il y eut un échec de la race, ce ne fut pas celui du concours, car ce dernier n’avait pas qu’une finalité économique. Au plan politique, il permit à des personnalités républicaines de première importance de recruter des clientèles, tandis qu’il servit à des notables de moindre ampleur comme lieu pour manifester leur influence à mi-chemin entre les assemblées départementales et les associations agricoles. Mais la politique au village fut également influencée par les échos du concours spécial. Les épreuves grenobloises furent un lieu d’affrontement, les succès pouvant servir de tremplin pour accéder aux conseils municipaux. Au niveau culturel, les modalités d’attribution de l’excellence agricole firent l’objet d’un double détournement. En effet, les notables s’attribuèrent les capacités de désignation de la « belle vache », mais à l’intérieur de ce groupe, les experts, vétérinaires et professeurs d’agriculture, mobilisèrent leur capital scientifique pour se rendre indispensables et, du moins est-ce l’hypothèse que nous versons au débat, devenir les vrais vainqueurs du concours spécial.

94Pour finir, il faut revenir au point de départ de l’enquête, au premier corpus, c’est-à-dire aux exposants. D’eux, il semble définitivement établi qu’une lecture en termes de « gagnants » et de « perdants » n’est pas valide pour comprendre les épreuves. D’une part, il ne s’agissait pas de deux mondes clos, mais plutôt d’un nuancier de destins : certains étaient des médaillés systématiques, d’autres de manière régulière, certains épisodiquement, les derniers ne recevant aucune distinction. Pourtant, leur simple présence est riche de sens si elle est resituée dans leur trajectoire biographique. La victoire n’est pas toujours là où on penserait la dénicher.

95L’histoire des relations entre la race de Villard-de-Lans et les éleveurs du canton ne s’arrêta pas à la veille de la Première Guerre mondiale ni à la fin de la Seconde. Ainsi, dans la séance du 25 mai 1962, le président de la station prit la parole pour parler « à l’assemblée de la race montbéliarde, qui à son point de vue serait plus marquée pour le lait étant donné que plusieurs éleveurs du plateau ayant fait venir quelques laitières sélectionnées avaient donné des résultats assez satisfaisants et que par conséquent pour encourager ces éleveurs et donner plus d’ampleur au concours, il serait bon de faire un concours avec les deux races ». Sur les 56 votants, 31 s’opposèrent au projet et 25 l’approuvèrent. L’année suivante, la réunion du 5 mars vit l’acceptation de la montbéliarde pour le concours cantonal, mais « ceci produisit une vive réaction de la part de certains éleveurs, les uns voulant les deux races, les autres ne voulant que la race de Villard-de-Lans » (séance du 9 avril 1963). Sur 80 votants, 45 approuvèrent l’arrivée de la montbéliarde contre 25. L’année suivante, le montant des primes pour la nouvelle venue était supérieur à celui de l’autochtone. L’histoire des oppositions entre les éleveurs au début des années 1960 pourrait être menée. C’est donc dans une perspective longue, non pas étroitement sectorielle mais contextualisée (notamment avec l’essor touristique) qu’il faudrait envisager l’étude des éleveurs et de leurs bêtes. Et l’on pourrait sans doute aller jusqu’à aujourd’hui et la récupération de la « villarde » dans l’image promotionnelle du massif du Vercors…

Haut de page

Notes

1 Henri BRISPOT (1846-1928), La Distribution des prix aux comices agricoles, musée de Dijon.
2 Ronald HUBSCHER, L’agriculture et la société rurale dans le Pas-de-Calais du milieu du 19e siècle à 1914, Arras, Mémoires de la CDMH du Pas-de-Calais, 1979, 2 volumes, 964 p. Les deux expressions correspondent aux titres du chapitre 4 (pp. 193-227) et du chapitre 6 (pp. 273-319).
3 René BOURRIGAUD, Le développement agricole au 19e siècle en Loire-Atlantique, Nantes, Centre d’histoire du travail de Nantes, 1994, 496 p. Voir en particulier pp. 425-480.
4 Yann LAGADEC, « Comice cantonal et acculturation agricole : l’exemple de l’Ille-et-Vilaine au 19e siècle », dans Ruralia, n° 9, 2001, pp. 37-61.
5 Concernant la notion d’acculturation, consulter : Marie-Odile GÉRAUD, Olivier LESERVOISIER et Richard POTTIER, Les notions clés de l’ethnologie. Analyses et textes, Paris, Armand Colin, 2000, 333 p. (pp. 99-105).
6 On pourrait citer encore, dans cette logique d’acculturation, les travaux de Corinne Marache sur le Sud-Ouest : Corinne MARACHE, « Encourager plus que l’agriculture. Le rôle du comice central agricole de la Double dans le développement rural local », dans Ruralia, n° 16-17, 2005, pp. 75-99.
7 Jean-Luc MAYAUD, « L’Équipe "économies et sociétés rurales européennes contemporaines" du Centre Pierre Léon-Université Lumière Lyon 2, (UMR 5599 du CNRS) », dans Ruralia. Revue de l’Association des ruralistes français, n° 1, 1997, pp. 174-178, Jean-Luc MAYAUD, « Les comices agricoles et la pédagogie de l’exemple dans la France du 19e siècle », dans Michel BOULET [dir.], Les enjeux de la formation des acteurs de l’agriculture, 1760-1945. Actes du colloque ENESAD, 19-21 janvier 1999, Dijon, educagri éditions, 2000, pp. 253-257 et Jean-Luc MAYAUD, La petite exploitation rurale triomphante. France 19e siècle, Paris, Belin, 1999, 278 p.
8 Jean-Luc MAYAUD, 150 ans d’excellence agricole en France. Histoire du concours général agricole, Paris, Belfond, 1991, 196 p. ; Éric BARATAY et Jean-Luc MAYAUD, « Un champ pour l’histoire : l’animal », dans Éric BARATAY et Jean-Luc MAYAUD [dir.], L’animal domestique, 16e-20e siècles.— Cahiers d’histoire, tome 42, n° 3-4, pp. 409-442 et Jean-Luc MAYAUD, « La "belle vache" dans la France des concours agricoles du 19e siècle », dans Éric BARATAY et Jean-Luc MAYAUD [dir.], L’animal domestique…, ouv. cité, pp. 521-542.
9 Philippe MONNET, Les concours de bovins, moyen de contrôle et d’orientation de l’élevage français, thèse pour le doctorat vétérinaire, Maisons-Alfort, Imprimerie Rotofot, 1969, 240 p. ; Michel VISSAC, Les vaches de la République. Saisons et raisons d’un chercheur citoyen, Paris, INRA-Éditions, 2002, 505 p. et, plus largement, la bibliographie dans : Éric BARATAY et Jean-Luc MAYAUD, « L’histoire de l’animal. Bibliographie », dans Éric BARATAY et Jean-Luc MAYAUD [dir.], L’animal domestique…, ouv. cité, pp. 443-480.
10 Mélanie ATRUX, « La politisation des campagnes lyonnaises au 19e siècle : Collonges-au-Mont-d’Or (Rhône), 1830-1853 », dans Ruralia, n° 12-13, 2003, pp. 33-64 (p. 35).
11 Gilbert GARRIER et Ronald HUBSCHER [dir.], Entre faucilles et marteaux. Pluriactivités et stratégies paysannes, Lyon/Paris, Presses universitaires de Lyon/Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988, 242 p.
12 Ronald HUBSCHER, « La petite exploitation en France : reproduction et compétitivité (fin 19e-début 20e siècle) », dans Annales, économies, sociétés, civilisations, tome 40, n° 1, janvier-février 1985, pp. 3-38.
13 À partir de 1995 au sein de l’Axe rural du Centre Pierre Léon, puis dans sa transformation en Laboratoire d’études rurales en 2003. Voir par exemple : Martine BACQUÉ-COCHARD, « Petites exploitations rurales en Pays basque français (1850-1900) », dans Ruralia, n° 15, 2004, pp. 182-187 (position de thèse).
14 Jean-Luc MAYAUD, La petite exploitation…, ouv. cité.
15 Robert CHAPUIS, « La géographie agraire et la géographie rurale », dans Antoine BAILLY [dir.], Les concepts de la géographie humaine, Paris, Armand Colin, 1998, 333 p. (pp. 149-164).
16 Henri MENDRAS, La fin des paysans, Arles, Actes sud, 1984, 437 p. (1ère édition en 1967).
17 Pierre BOURDIEU, Le bal des célibataires. Crise de la société paysanne en Béarn, Paris, Éditions du Seuil, 2002, 268 p. (p. 12). La définition du concept de stratégie est comprise ici au sens donné par la microstoria c’est-à-dire non seulement les comportements des acteurs individuels ou collectifs, mais également un champ des possibles avec les sous-ensembles, définis par Giovanni Levi, d’échec, d’incertitude et de rationalité limitée.
18 Philippe POIRRIER, Les enjeux de l’histoire culturelle, Paris, Éditions du Seuil, 2004, 441 p. Plus précisément, concernant l’histoire des sciences agronomiques, nos réflexions ont pour origine une communication orale de l’historienne Nathalie Jas ainsi que de la bibliographie donnée à cette occasion. Nathalie JAS, « Histoire des sciences agronomiques et histoire rurale : perspectives pour la définition d’objets et de terrains de recherche communs », Séminaire du Laboratoire d’études rurales-Sociétés et espaces ruraux de l’Europe contemporaine, 19e-21e siècles, Institut des sciences de l’homme de Lyon, samedi 11 octobre 2003.
19 Voir : Yves COHEN et Dominique PESTRE [dir.], Histoire des techniques.— Annales, histoire, sciences sociales, n° 4-5, juillet-octobre 1998.
20 Sur un exemple singulier, celui de la trufficulture, on pourra lire : Carole CHAZOULE, « L’histoire inachevée de la domestication truffière », dans Ruralia, n° 15, 2004, pp. 75-95.
21 À propos de l’idée de « routine », voir : Daniel FAUCHER, « Routine et innovation dans la vie paysanne », dans Journal de psychologie normale et pathologique, n° 41-1, janvier-mars 1948, pp. 89-103, repris dans Tiphaine BARTHÉLEMY et Florence WEBER [textes présentés par], Les campagnes à livre ouvert. Regards sur la France rurale des années trente, Paris, Presses de l’École normale supérieure/éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1989, 262 p. (pp. 97-112).
22 Archives départementales de l’Isère (Arch. dép. Isère), 140M18 à 140M27. Ces fonds ont été partiellement utilisé précédemment : Stéphane PAQUE, Éleveurs et élevage bovin au pays des Quatre montagnes (Isère) de 1893 à 1914, Mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine sous la direction de Jean-Luc Mayaud, Université Lyon 2, 1998, 2 volumes, 249 f° + 41 f° ; Stéphane PAQUE, Éleveurs et élevage bovin en Isère au 19e siècle. Tentatives d’approche à partir des lauréats des concours agricoles, Diplôme d’études approfondies d’histoire contemporaine sous la direction de Jean-Luc Mayaud, Université Lyon 2, 1999, 105 f° + annexes ; Pascal CHIRITIAN, La station d’élevage et le concours spécial de la race bovine du Villard-de-Lans (Isère, 1875-1914), Mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine sous la direction de Jean-Luc Mayaud, Université Lyon 2, 2000, 125 f°
23 La basse de donnés est enrichie par quatre types de sources complémentaires. Premièrement, il y a les palmarès qui peuvent se présenter sous la forme de listes imprimées ou ronéotypées. Deuxièmement, il est possible de disposer des états de répartition des primes. Datés et signés par le régisseur comptable à l’issue du concours, ils sont ensuite visés par le secrétaire général de la préfecture au nom du préfet de l’Isère. Ils servent à justifier les dépenses du montant des subventions attribuées par le gouvernement. En troisième lieu, capitales mais malheureusement rares, les fiches de déclaration des individus sont conservées seulement pour quatre années, 1894 (37 déclarations), puis trois années consécutives, 1904 (55 déclarations), 1905 (34 déclarations) et 1906 (60 déclarations). Pour finir, les listes d’exposants sont enrichies par un exemplaire annoté par les organisateurs du concours. On ne le trouve que pour la moitié des années et, au maximum, pendant trois années consécutives. En effet, les archives ne semblent avoir conservé l’exemplaire annoté que pour les années 1894, 1898, 1902-1903, 1905 à 1907, 1910, 1912 (dans le dossier de l’année 1914) et 1913.
24 Voir : Gaëlle CHARCOSSET, « La distinction aux champs. Les décorés du Mérite agricole (Rhône, 1883-1939) », dans Ruralia n° 10-11, 2002, pp. 71-91. Les dossiers dépouillés sont : Arch. dép. Isère, 29M. Mérite agricole. Dossiers individuels. À partir de la synthèse du contenu des 34 dossiers individuels, quatre remarques sont possibles. En premier lieu, pratiquement tous les dossiers contiennent une fiche de renseignements (89 %). C’est un imprimé du service central du cabinet du ministre de l’Agriculture. Il semble avoir été rempli par l’autorité préfectorale. Les documents sont sans date précise mais celle-ci peut être approximativement dégagée par croisements avec d’autres sources. Ils permettent de dresser une première biographie de chaque juré. En effet, figurent le nom, les prénoms de l’individu, les différentes professions et les fonctions qu’il exerce ainsi que l’adresse et la commune de résidence. La partie centrale du document ministériel contient la superficie totale de l’exploitation et précise les différentes cultures exploitées, parfois estimées en superficie, ainsi que les animaux. Enfin, un paragraphe de l’autorité préfectorale recense les mérites de l’individu : ses découvertes, ses récompenses, ses actions au service de l’agriculture, le nombre d’années de « service ». Le document s’achève le plus souvent par un bref commentaire sur les convictions politiques de l’individu. Une dernière phrase livre un avis très favorable, favorable, parfois très réservé. Dans certains cas, les remords du rédacteur apparaissent, certaines phrases étant biffées. Dans 25 % des cas, le dossier comporte plusieurs fiches de renseignements soit que le candidat ait été débouté une première fois avant d’être récompensé comme chevalier, soit qu’il ait progressé dans l’ordre, passant de chevalier à officier, voire commandeur. Ainsi, dans certains cas, il est possible de suivre l’évolution de l’exploitation ou de la carrière politique avec cette seule source. Par ailleurs, dans 44 % des dossiers, une correspondance contient, outre quelques lettres de remerciements, des lettres de recommandation d’élus, d’assemblées ou du professeur départemental d’agriculture Rouault. Parfois une lettre de l’administration explique le refus de promotion. Enfin, d’autres informations provenant d’extraits de casiers judiciaires et d’articles de presse peuvent compléter le dossier.
25 Gilles DELLA-VEDOVA, Les comices et le développement agricole dans le département de l’Isère aux 19e et 20e siècles, mémoire de Master 2-Recherche en études rurales, parcours histoire, sous la direction de Jean-Luc Mayaud, Université Lumière-Lyon 2, septembre 2005, 3 volumes, 395 p. + annexes (volume 1 : historiographie et méthodologie, volume 2 : rapport d’étape, volume 3 : annexes).
26 Robert FANJAS-CLARET, « La race de Villard-de-Lans : apogée, déclin et renouveau d’une race bovine locale », dans Premier colloque d’ethnosciences, Paris, 23-26 novembre 1976, tiré à part, 22 p.
27 Le canton de Villard-de-Lans est à la pointe septentrionale du Vercors. Il n’est distant que d’une grosse vingtaine de kilomètres de Grenoble via la route de Sassenage qui ne fut véritablement ouverte que dans le premier tiers du 19e siècle. L’axe qui le fait communiquer avec le Royans date de la seconde moitié du 19e siècle. Situé à une altitude moyenne d’un peu plus de 1 000 mètres, le « plateau » est composé de deux vallées. La première, la plus en relation avec l’extérieur, comprend les communes de Lans et de Villard-de-Lans. La seconde, plus enclavée, correspond aux communes d’Autrans et de Méaudre.
28 Michel VISSAC, Les vaches de la République…, ouv. cité. À propos de l’introduction de la race Durham, voir pp. 109-113 et pp. 380-381.
29 « Une espèce de vache taillée en force, bonne laitière, d’une taille très avantageuse, très bonne aussi pour la charrue, le corps bien conformé, l’abdomen spacieux, le bassin bien développé, le pis très volumineux, le fanon très ample, elle coûte dans le pays entre 250 et 300 francs. Cette espèce pourrait fort bien être accouplée avec le taureau suisse et pourrait donner une bonne production ». Cité par : François ROUAULT, Race bovine du Villard-de-Lans, tapuscrit non paginé, antérieur à 1912.
30 Arch. dép. Isère, 139M1. On trouve une affiche pour l’année 1834, les procès-verbaux de réception des taureaux de race suisse en 1833 et 1836, un cahier des charges de 1838. Pour les années 1838 et 1841, l’identité des adjudicataires est connue.
31 « La perfection est l’ensemble de tous les caractères qui répondent le mieux à une destination de l’animal ; c’est la réunion des qualités qui, à l’exclusion de toutes les autres, rendent l’animal apte à une seule espèce de service ; c’est la spécialisation des races. C’est-à-dire l’appropriation de chaque race à un genre unique d’emploi, tel est, à mes yeux, le terme qu’il faut montrer aux efforts de la production, comme pouvant seul réaliser pour chaque aptitude, le maximum de perfection, c’est-à-dire constituer la machine à son maximum de rendement  », Baudement, cité par : Roland JUSSIAU, Louis MONTMEAS et Jean-Claude PAROT, L’élevage en France. 10 000 ans d’histoire, Educagri éditions, 1999, 539 p. (p. 308).
32 Arch. dép. Isère, 140M5 (C’est nous qui soulignons).
33 Société d’agriculture et d’horticulture de l’arrondissement de Grenoble, juillet 1864, 10e année, n° 19, « Race bovine du Villard-de-Lans », pp. 850-852.
34 La répartition des 167 taureaux achetés par les autorités départementales entre 1866 et 1870 donne les résultats suivants : 79 reproducteurs placés dans l’arrondissement de Grenoble, 34 dans celui de Saint-Marcellin, 33 dans celui de Vienne et, enfin, 33 dans l’arrondissement de La Tour-du-Pin. François ROUAULT, Race bovine du Villard-de-Lans…, tapuscrit cité, p. 49. Les chiffres donnés par cet auteur concernant l’année 1867 ne correspondent pas à ceux pris en note lors de du dépouillement des archives (Arch. dép. Isère, 140M1).
35 Arch. dép. Isère, 140M6.
36 En 1894, le concours se déroula à Voiron et ce fut l’année où le chiffre fut le plus bas. Par conséquent, prudemment, les autorités décidèrent-elles que les années suivantes, les épreuves se dérouleraient à Grenoble. En 1895, il n’y eut pas de concours car se déroulait au même moment un concours régional. De même, en raison de l’Exposition universelle de Paris, il n’y eut pas de session en 1900. Le concours se déroula jusqu’en 1908 sur la place Saint-Bruno, à proximité immédiate de la gare de Grenoble, dans le quartier Berriat qui était alors en pleine expansion. À l’occasion du concours départemental de 1908, il fut déplacé sur l’Esplanade, c’est-à-dire à l’entrée de Grenoble. Les dernières années, il fut organisé dans un terrain au bout de la rue Très-Cloîtres, c’est-à-dire en bordure de la vieille ville.
37 L’agriculture dans l’Isère au 19e siècle, monographie du Conseil départemental d’Agriculture et des associations et syndicats agricoles, Grenoble, avril 1900, 212 p. L’ouvrage se présente en trois parties. La plus importante est composée d’une petite notice des sociétés et comices agricoles dans le département en 1900. De manière succincte, un petit historique de la fondation, un court récit des actions entreprises ainsi que des activités organisées résument l’activité de la société agricole. Il semble que les paragraphes aient été rédigés dans certains cas par les responsables de ces associations agricoles, le président, le vice-président ou encore le secrétaire, ainsi que par les deux responsables de l’ouvrage, Genin et le comte de Galbert. La deuxième partie de la Monographie liste les membres délégués par les sociétés pour siéger au conseil départemental d’agriculture (24 sociétés en tout). Enfin, sous la forme d’un tableau, toutes les sociétés agricoles sont listées avec la date de fondation et le nombre de membres à la date de composition de l’ouvrage. Surtout, le document relève l’identité du président, du vice-président, du trésorier et du secrétaire. Assez souvent le prénom, la profession, la fonction et la localité sont indiqués. Au total, 131 associations agricoles livrent 393 noms.
38 En 1854, Paul de Mortillet constitua le Journal agricole et horticole. Bulletin officiel des actes des sociétés et comices agricoles de l’Isère et des travaux de leurs membres. Son aire de diffusion semble étendue, mais les mailles du réseau devaient être bien lâches. La diffusion dépassait le département puisque l’on trouvait les sociétés agricoles des arrondissements de Grenoble, de Saint-Marcellin, de Bourgoin et de La Tour-du-Pin (Isère), de Louhans (Saône-et-Loire), de Saint-Étienne (Loire), la Société horticole de l’Ain, la Société centrale d’agriculture de l’Yonne, le comice agricole d’Ambert (Puy-de-Dôme), la Société agricole du canton de Brienon (Yonne) et le comice agricole de Givors (Rhône). Paul de Mortillet se présentait en 1876 comme « propriétaire à Meylan » et il était membre de la section départementale de la Société des agriculteurs de France. Il était vraisemblablement proche de l’« armorial du Dauphiné » car il rédigea la notice nécrologique du marquis légitimiste Reymond de Monteynard. Politiquement réactionnaire, Paul de Mortillet fut l’un des promoteurs des changements dans l’agriculture du département de l’Isère. C’est ainsi qu’il fut à la pointe des méthodes de sélection de bovins, revenant mois après mois sur les mérites de la méthode Guenon pour repérer les bonnes laitières. En 1880, le titre de la revue fut modifié, devenant Sud-Est, journal agricole et horticole de nombreuses sociétés d’agriculture, d’horticulture et de viticulture. En 1882, Paul de Mortillet annonça qu’il laissait la place de rédacteur en chef à Rouault, le professeur départemental d’agriculture de l’Isère. La revue fusionna en 1891 avec une publication officielle, le Bulletin mensuel officiel, agricole et horticole du Conseil départemental et des Sociétés d’agriculture de l’Isère. L’année suivante, son nom devint Sud-Est. Bulletin du Conseil départemental d’agriculture et des associations agricoles de l’Isère. Le tirage annoncé était de 6 000 exemplaires. En février 1895, un compte rendu du bureau du conseil départemental d’agriculture livrait des chiffres plus précis : 4 467 en 1892, 4 884 en 1893, 5 517 en 1894, 5 580 en janvier 1895. Il fut également décidé que Sud-Est repasserait à deux livraisons par mois. En 1900, on trouve la mention d’un tirage de 7 000 exemplaires mais « qui ne sortent pas du département ». En 1910, la revue annonçait toujours 7 000 exemplaires.
39 En 1914, Joseph Rey Giraud apparaît dans le cadastre de Villard-de-Lans. Sa résidence semble être Tullins, commune très proche de Saint-Quentin-sur-Isère. On peut raisonnablement penser qu’il s’agit de celui qui était domicilié à Méaudre auparavant.
40 Reynier, « Société d’élevage de La Mure : race tarentaise : fin », dans Sud-Est, janvier 1884, pp. 59-63.
41 L’agriculture dans l’Isère au 19e siècle…, ouv. cité, p. 206.
42 L. ROUX, « Zootechnie. L’espèce bovine dans la vallée du haut Grésivaudan », dans Sud-Est, 1905, seconde quinzaine d’août, pp. 293-297 (p. 296).
43 « On se fait une idée exagérée de la valeur des fourrages des vallées de Lans et de Méaudre et la race de Villard-de-Lans est bien moins exigeante en tant que qualité de nourriture qu’on ne le croit généralement ». François ROUAULT, « Chronique », dans Sud-Est, 1902, seconde quinzaine de juin, pp. 205-211.
44 François ROUAULT, « Prairies naturelles ou permanentes dans l’Isère », dans Sud-Est, 1907, première quinzaine de juin, pp. 214-215.
45 « [Les] différences [sont] moins sensibles […] qu’on pourrait le croire ». François ROUAULT, «Lans, 35e concours cantonal », dans Sud-Est, 1909, seconde quinzaine d’août, pp. 309-313 (p. 311).
46 « Le persillé est fin mais la graisse de couverture est parfois trop abondante. Le croisement avec les tarins que l’on rencontre dans la plaine donne des bœufs à persillé plus fin et n’ayant que peu de graisse de couverture ». Xavier PELISSIER, Étude agricole du canton de Villard-de-Lans, thèse agricole soutenue en 1912 à l’Institut agricole international de Beauvais, Beauvais, Imprimerie départementale de l’Oise, 1912, 91 p. (p. 74).
47 « Il y a aussi des croisements de Villard-de-Lans car dans une époque peu reculée on y importa des taureaux de cette race. Mais le bétail tacheté d’origine Simmental s’y entretient avec une telle facilité et donne de si bons résultats surtout du point de vue laitier, qu’il refoule ou absorbe les autres races ». « À Saint-Geoire : Concours de la Société d’agriculture de Saint-Geoire et Montferrat », dans Sud-Est, 1913, première quinzaine de septembre, p. 363.
48 Les valeurs pour le concours départemental de 1892 et celles du concours régional de 1895 ont été incluses dans le tableau.
49 Arch. dép. Isère, 6S7264.
50 L’Union républicaine est le nom donné au groupe rassemblé autour de Gambetta au début des années 1880.
51 César BÉviÈre, La race bovine du Villard-de-Lans et le concours régional à Grenoble en 1880, Grenoble, imprimerie Gabriel Dupont, 12 p. (p. 3).
52 Les listes nominatives de recensement des cinq communes du canton de Villard-de-Lans ont été intégralement saisies pour la période allant de 1896 à 1911 c’est-à-dire lors du concours, soit un peu moins de 19 000 fiches. Arch. dép. Isère, 123M. Population : recensement quinquennal, dénombrement.
53 Les quatre matrices d’origine, en 1834, ont été enregistrées en notant, par commune, le nom, le prénom, le hameau lorsqu’il figurait, ainsi que la contenance totale et le montant d’imposition de chaque propriétaire soit environ 1 400 fiches. En 1834, Villard-de-Lans et Corrençon formaient une même commune. C’est en 1857 que cette dernière se sépara. Un second dépouillement a été effectué à partir du cadastre rénové de 1914 soit un peu plus de 2 000 fiches. La somme des parcelles de chaque sous-série de terrain a été faite. Entre ces deux dates, une coupe a été effectuée pour Autrans, Lans et Méaudre à la date de 1896, là aussi en cherchant à enregistrer finement la variété des biens dans chacun des 964 folios. Arch. dép. Isère, 4P4. Matrices cadastrales.
54 Arch. dép. Isère, 16M. Municipalités.
55 À partir des lectures faites et des expériences menées par d’autres auteurs, quatre catégories ont été distinguées. La micropropriété inclut toutes les surfaces jusqu’à un hectare. À partir de ce chiffre et jusqu’à dix hectares, c’est la petite propriété. Au-delà et jusqu’à cinquante hectares, il s’agirait de la moyenne propriété. Enfin, la grande propriété comprendrait les superficies supérieures à ce chiffre. Le seuil entre la petite et la moyenne propriété correspond également au résultat d’une expérience menée. En effet, cherchant à suivre les conseils de Philippe Vigier pour qui l’emploi d’un personnel traçait la limite entre elles deux, le corpus des exposants vivant dans le canton de Villard-de-Lans a été croisé avec celui des listes nominatives de recensement. Aucune des propriétés, telles que les cadastres les laissent percevoir, n’avait une superficie inférieure à onze hectares. La limite fixée par Philippe Vigier est donc acceptable. À propos des cadastres, voir : Philippe VIGIER, Essai sur la répartition de la propriété foncière dans la région alpine. Son évolution des origines du cadastre à la fin du Second Empire, Paris, SEVPEN, 1963, 279 p. ; Gilbert GARRIER, « Quelques problèmes d’utilisation des sources cadastrales », dans Bulletin du Centre d’histoire économique et sociale de la région lyonnaise, n° 1, 1968, pp. 14-22 ; Jean-Claude FARCY, « Le cadastre et la propriété foncière au 19e siècle », dans Alain FAURE, Alain PLESSIS et Jean-Claude FARCY [dir.], La terre et la cité. Mélanges offerts à Philippe Vigier, Paris, Éditions Créaphis, 1994, pp. 33-52.
56 La comparaison n’est pas entièrement recevable, car elle met en regard des propriétés et des cotes. En effet, un propriétaire pouvait parfaitement détenir des terres dans plusieurs communes. Bien qu’il ne soit pas à négliger, ce phénomène est assez réduit dans le canton de Villard-de-Lans. Le rapprochement que nous effectuons ne vise qu’à donner des ordres de grandeur, des tendances.
57 En 1875, le directeur des contributions directes du département de l’Isère, Charles Gimel, avec l’aide des différents percepteurs, effectua le classement des cotes foncières par catégories de contenance. Il poursuivit cette tâche dans d’autres départements et il fut à l’origine d’un travail plus vaste, à l’échelle de toute la France. Dans le cas qui nous intéresse, il procéda à une comparaison et à une classification des contenances par commune à l’origine du cadastre et en 1869, soit un écart de 35 ans. Les résultats sont dans : Charles GIMEL, « Étude sur la division de la propriété foncière dans le département de l’Isère », dans Bulletin de la Société de statistique, de sciences naturelles et des arts industriels du département de l’Isère, 3e série, tome IV, 1875, pp. 16-128.
58 La comparaison des cotes des différents cadastres donne une évolution assez stable, sans baisse ou hausse importante dans chacune des catégories définies plus haut.
59 Les professions au féminin ont également été comptabilisées.
60 Une autre possibilité consisterait à dire que, comme il s’engagea dans l’orientation de ses activités en faveur de l’élevage, alors il se définissait dans le recensement comme « cultivateur » par exemple tout en continuant à avoir un débit de boisson. Ne peut-on penser que le concours conduisit parfois à changer la manière dont on se reconnaissait dans le champ des dénominations professionnelles possibles ?
61 Pour la définition du notable, nous suivons la proposition de Claude-Isabelle Brelot : « […] c’est l’exercice par délégation des pouvoirs et fonctions de l’État qui distingue le notable. Ce dernier, en effet, est aussi bien celui qui s’impose à l’État comme une autorité de fait indispensable à l’État de droit que celui que le pouvoir exécutif choisit pour relayer son activité. Dans ce dernier cas, le notable est distingué par ses qualités intellectuelles, son aptitude administrative, ses compétences juridiques ou par son aptitude au gouvernement des hommes ». Claude-Isabelle BRELOT, « À la ville comme à la campagne, un même acteur social : le grand propriétaire », dans Pierre GUILLAUME [dir.], Les solidarités. Tome 2 : Du terroir à l’État, Pessac, Publications de la Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 2003, pp. 393-405.
62 Pierre BARRAL, Le département de l’Isère sous la Troisième République, 1870-1940. Histoire sociale et politique, Paris, Librairie Armand Colin/Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1962, 608 p. (p. 324).
63 Arch. dép. Isère, 140M19, dossier 1896.
64 « La station d’élevage ne se compose plus que des réactionnaires militants du canton. Ils tripotent ensemble, [mot illisible] passent [mot illisible] et distinguent les bêtes réactionnaires et bien pensantes. Tout le canton est mécontent. D’autres faveurs seraient considérées comme un triomphe de la réaction. Je suis d’autant plus à l’aise pour vous donner ces renseignements qu’en le faisant je me combats moi-même. Si j’étais homme à m’inspirer de mes intérêts personnels, je devrais désirer une avalanche de faveurs pour la station. Du coup, tous mes adversaires, c’est-à-dire l’unanimité du pays serait pour moi ». Lettre d’Émile Durand-Savoyat au préfet de l’Isère, 9 août 1887. Arch. dép. Isère, 29M26 (dans le dossier de Zacharie Faure).
65 « Cette société poursuit la réalisation d’une œuvre essentiellement départementale, puisque ce canton est le berceau d’une race locale. Elle a donc une place à part bien déterminée. Elle perfectionne, améliore, après l’avoir fixée la race dont l’aire zoologique peut s’étendre au-delà de notre département et devenir une source de prospérité qu’il faut se garder d’enrayer, encore moins de tarir ; son œuvre n’est donc pas semblable à celle des autres société d’élevage ». « Répartition des subventions aux sociétés d’agriculture » dans, Sud-Est, 1900, seconde quinzaine d’août, pp. 343-349.
66 Arch. dép. Isère: 29M28. Pierre Barral, signale que Frédéric Gallet était également un assureur. Il fut constamment réélu de 1911 à 1940, lié à Perrier. Consulter : Pierre BARRAL, Le département de l’Isère…, ouv. cité, p. 457.
67 Arch. dép. Isère, 29M28.
68 Ibidem.
69 François ROUAULT, Géographie agricole du département de l’Isère, Grenoble, Xavier Drevet éditeur, Bibliothèque scientifique du Dauphiné, 1906, 183 p.
70 Pierre BARRAL, Le département de l’Isère…, ouv. cité, p. 168 et note 119. Cela influença-t-il Amar ? En effet, ce dernier fonda à son tour un conseil.
71 Concernant Léon Perrier, voir : Pierre BARRAL, Le département de l’Isère…, ouv. cité, pp. 347 et 353 en particulier.
72 Arch. dép. Isère, 140M25, dossier 1910.
73 En effet, l’identité des membres du jury était connue avant les épreuves. En 1902, le ministère de l’Agriculture dans une réponse confirmant la liste des membres du jury, demandait au préfet de veiller à retarder la divulgation des noms « afin que le nom de ces membres ne soient pas connus à l’avance par les concurrents », ce qui signifie que les listes étaient diffusées. Archives départementales de l’Isère : 140M21.
74 Calculs pour les deux élections à partir des chiffres livrés par : Jean-Luc CHOLLOU, Le canton de Villard-de-Lans au 19e siècle. Étude politique et sociale, Mémoire de maîtrise sous la direction de Philippe Vigier, Université Paris 10-Nanterre, 1974, 130 f° + cartes + tableaux, (f° 102).
75 Arch. dép. Isère, 140M26, dossier de 1912. La Dépêche dauphinoise, 31 mai 1912. La nouvelle parvint deux semaines avant la tenue du concours. Il est probable que les éleveurs s’en souvinrent deux ans plus tard.
76 Pour celui de 1900, il ne pouvait pas savoir qu’il serait annulé. Pour 1908, le concours eut lieu quelques semaines après les élections. Mais la date précise n’était pas connue. En se présentant l’année précédente, il était certain de ne pas s’inscrire en vain.
77 Dans un discours prononcé devant les membres de la Société centrale d’élevage de La Tour-du-Pin, François Rouault décrivit la situation agricole du département et, en particulier, le prix du marché foncier. Il signala un recul puisque, selon lui, la valeur de la terre arable ainsi que des vignes avaient reculé de 24 %, celle des pâturages ainsi que des pacages de 21 %. Dans ce territoire envahi par la crise, un seul canton résista : « le canton de Villard-de-Lans, célèbre pour son élevage, où, au contraire, terres arables et prairies ont légèrement augmenté de valeur ». François ROUAULT, « Variétés, concours de la Société d’agriculture et de la Société centrale d’élevage de la Tour-du-Pin », dans Sud-Est, 1909, première quinzaine de septembre, pp. 353-359 (p. 355).
78 « Lorsque les taureaux sont arrivés à l’âge de trois ans, on peut commencer à juger de la qualité de leurs premiers produits qui ont 15 mois environ, et c’est à ce moment que l’on vend ces reproducteurs. Cette coutume irrationnelle est suivie sans exception par tous les éleveurs du canton. ». Xavier PÉLISSIER, Étude agricole du canton de Villard-de-Lans, ouv. cité, p. 81.
79 En 1903, il annonça le relèvement des prix attribués aux taureaux de la seconde section puis il justifia cette mesure auprès des éleveurs : « Il y a pour vous un intérêt majeur à conserver des taureaux de choix pour la reproduction jusqu’à l’âge de quatre ou même cinq ans. Cela se pratique couramment chez les éleveurs limousins, et c’est, sans contredit, la principale cause de l’amélioration constante de leur bétail ». Victor AMAR, « Concours spécial… », art. cité, pp. 208-209.
80 François ROUAULT, « Chronique », dans Sud-Est, 1908, seconde quinzaine d’avril, pp. 141-146.
81 Rouault en parle comme d’une « caisse spéciale destinée à indemniser de leurs frais de voyage les propriétaires qui envoient des animaux au Concours général de Paris et qui n’obtiennent pas de prix ». François ROUAULT, « Concours national et spécial… », art. cité, p. 226.
82 Ibidem.
83 Archives municipales de Méaudre, Registre des délibérations du conseil municipal, séance du 13 mars 1912.
84 « Nous ne devons pas oublier l’origine des subventions accordées par l’État au concours de races. Cette origine est nationale et non pas locale, encore moins individuelle. Or les primes ont une destination individuelle surtout et l’intérêt général n’en a qu’une part très atténuée et très indirecte. Si l’intérêt général ne doit point sacrifier l’intérêt particulier, logiquement celui-ci ne peut non plus méconnaître celui-là. On peut faire à chacun la part qui lui revient équitablement en exigeant que certains taureaux primés assurent non seulement la reproduction au profit de leurs propriétaires, c’est-à-dire de l’élevage individuel mais encore au profit de leurs voisins, c’est-à-dire de l’élevage régional. Tel est le but des primes de conservation et de reproduction complétées par des carnets de saillies et diverses dispositions édictées par le règlement ». François ROUAULT, « Concours spécial de la race bovine de Villard-de-Lans », dans Sud-Est, 1907, pp. 199-207 (p. 203).
85 « À l’aide de la sélection, on est parvenu à donner aux produits plus de légèreté dans la tête, etc., plus de largeur de poitrine, la côte ronde, et plus d’ampleur dans le train postérieur. Les formes plus régulières, plus harmonieuses dans la conformation, qu’on recherche et qu’on obtient en partie, tout en étant éminemment favorables à la production des produits de consommation, coïncident également avec la structure exigée et une future abondance de lait que présentent les vaches bonnes laitières ». César BÉVIÈRE, La race bovine…, ouv. cité, p. 4.
86 Ce dernier était un cultivateur de Libourne et, plus précisément, un maquignon. Son système de sélection était le fruit d’une expérience concrète. Pour cet homme du Sud-Ouest, les marques de la bonne laitière se repéraient dans l’inversion de l’implantation des poils sur certaines parties postérieures du corps de la vache ; c’est ce qu’on nomme l’épi. Le terme désigne à l’origine chez les chevaux « une ligne plus ou moins régulière formée, sur certains points du corps, par des changements de direction des poils » (dictionnaire Littré). Pour Guénon, c’était la forme de l’écusson de la vache laitière qui était fondamental.
87 Il dénonça les fausses illusions de l’apparence physique et, en particulier, de la couleur de la robe. À partir d’une description du cornage, de la tête, du dos et de la culotte de l’animal, il tendit à distinguer les deux types. Puis, il passa à une mesure des animaux au garrot, à la hanche, à l’attache de la queue. Il mesura la longueur du tronc, la circonférence droite, la longueur de la tête, celle de la distance entre les cornes et celle du front entre les deux arcades. François ROUAULT, Race bovine du Villard-de-Lans, tapuscrit cité, pp. 66-74.
88 « Le nº 115 est une bête de travail, ferrée qui se rapproche du type ancien déjà amélioré. La hauteur h, en effet, n’est que de 0,48, alors que quelques bêtes voisines, une notamment a 0,59 ». De la même manière, il pouvait justifier le prix donné à la vache de Joseph Imbaud : « Le nº 138 donne l’impression du type actuel, avec 0,07 de taille au garrot en moins, pèse 655 kilogrammes au lieu de 585. Tête beaucoup plus courte, circonférence thoracique plus grande, et un peu moins haute sur jambes, h, en effet, est égal à 0,45 et nº 145 = 0,48 d’un vieux type voisin à 0,59 ». Ibidem, p. 65.
89 « Ces modifications, dit M. Genin, très importantes ont été empruntées pour la plupart au système d’appréciation des syndicats suisses dans les concours, système qui a été suivi par la société d’élevage de Bourgoin et qui a donné les meilleurs résultats. Il a un avantage certain, c’est de fixer la valeur réelle des animaux et de permettre de pouvoir les comparer entre eux, ce que ne permet pas le mode des récompenses jusqu’alors suivi de premier, de second ou de troisième prix. En effet, un animal médiocre peut très bien obtenir un premier prix, parce qu’il est le meilleur de ceux présentés au concours dans ses catégories ». « Conseil départemental d’agriculture, séance du 12 août 1905 », dans Sud-Est, 1905, première quinzaine de septembre, pp. 307-314 (p. 313). Charles Genin est à l’évidence à la pointe de l’innovation, ce qui explique le succès de la Société d’élevage de La Tour-du-Pin.
90 François ROUAULT, « Chronique », art. cité, pp. 298-306.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Della-Vedova, « Les concours de bovins et le développement agricole : l’exemple de la promotion de la race bovine de Villard-de-Lans (Isère) de 1893 à 1914 », Ruralia [En ligne], 18/19 | 2006, mis en ligne le 31 décembre 2010, consulté le 21 août 2017. URL : http://ruralia.revues.org/1191

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page