Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Avec cette livraison, Ruralia achève sa première décennie d’existence. Une existence qui ne fut pas de tout repos, dans un contexte de crise générale des publications scientifiques –et, ajouterons-nous, de restriction drastique des possibilités d’investissement éditorial des universitaires. Toutefois le pari de départ demeure sans aucune ambiguïté : il y a bien une place, dans le paysage scientifique français et européen, pour une revue pluridisciplinaire d’études rurales, ouverte aux expérimentations méthodologiques comme aux synthèses, aux travaux de doctorants et aux positions de thèse comme aux publications de chercheurs confirmés.

2Loin de se rétracter, comme il arrive parfois dans les aventures éditoriales les mieux pensées, cette logique d’ouverture n’a cessé de se développer, depuis le premier numéro de 1997 et les « fondamentaux » de l’Association des ruralistes français – l’histoire, la géographie, l’ethnologie et la sociologie rurales principalement –, jusqu’aux livraisons les plus récentes, qui offrent les regards croisés d’économistes, d’agronomes ou d’anthropologues. Et si la dimension historique ou diachronique demeure centrale dans la plupart des articles, on voudra bien reconnaître que cela ne traduit en aucune manière un impérialisme de l’histoire : il suffit de lire les appartenances académiques des auteurs que nous avons publiés pour constater que, bien souvent, ce sont des chercheurs en sciences sociales dites « du présent » qui ont utilisé des archives et, tout aussi souvent, des historiens qui se sont mis à l’école de l’enquête de terrain ou ont importé dans leurs questionnements les concepts de leurs collègues.

3La vérité est que nous n’avons cessé, tout au long de ces dix années, de recevoir plus d’articles de qualité que nous ne pouvions en publier, malgré une pagination plus que généreuse. Ceci explique notre choix pour cette année 2006 d’un numéro double : il sacrifie cependant sacrifiant les comptes rendus de lecture à un choix extrêmement riche d’articles de fond auxquels, liberté rare dans le contexte actuel, nous avons parfois accordé un espace équivalent au double de celui qui est habituellement concédé dans les revues de sciences sociales. On se plaint trop, en effet, de voir la recherche s’enfermer dans une hyper-spécialisation opaque pour le non-initié pour ne pas donner aux auteurs la place nécessaire à l’explicitation de leur méthode, de leur vocabulaire et de leurs références. L’interdisciplinarité, c’est aussi l’école de la critique et de la déconstruction. Et la fonction scientifique d’une revue, ce n’est pas de mettre sur le marché des produits verrouillés de l’intérieur, réservés au « cercle ésotérique » défini par Ludwik Fleck dans sa sociologie des sciences 1, mais de proposer à un collectif ouvert et pluriel de chercheurs et de curieux, « cercle exotérique » élargi, des expériences et des réflexions les plus transparentes possible.

4Nous n’avons jamais à ce jour réalisé de numéros thématiques. Une telle entreprise, jugeons-nous, si elle peut être perçue positivement par les lecteurs, constitue une certaine tromperie s’il n’y a pas eu confrontation et harmonisation réelles des travaux avant publication. Or seules les éditions de colloques garantissent – et encore – cette mise en cohérence par la discussion. Toutefois, une autre forme de convergence, non contrôlée, trouve sa source dans la demande sociale et institutionnelle – particulièrement active sur les questions touchant au rural –, et génère des effets de mode ou de génération repérables statistiquement dans les productions. Ainsi en va-t-il, par exemple, de la question de l’homme et de l’animal, ou de celle de la territorialisation des identités qui, par des biais différents, trouvent des échos dans bon nombre d’articles de ce numéro. Enfin, une dernière forme d’homogénéité formelle et méthodologique, revendiquée celle-ci, tient à l’origine d’une partie des travaux que nous publions : les productions des enseignants-chercheurs et des étudiants du Laboratoire d’études rurales de Lyon 2, sans bénéficier de privilèges indus dans nos choix éditoriaux (seuls les bovins, par fidélité à notre couverture, y ont droit…), offrent, en effet, d’incontestables et, nous l’espérons, de fécondes synergies du fait du recours à l’échelle micro, souvent privilégiée, de l’étude des objets sociaux et de la mise en œuvre des méthodologies fines.

5Ce numéro s’ouvre par un article important de François Lalliard, chercheur rattaché à ce Laboratoire d’études rurales. Il interroge la rationalité non seulement économique, mais également sociale et politique, de la grande propriété foncière au 19e siècle, à travers l’exemple particulièrement bien documenté de la famille Berthier de Wagram. L’auteur, il y a quelques années, avait publié un article à partir de ce fonds exploité pour sa thèse 3, mettant en lumière les faux-semblants de l’« excellence agronomique » élitaire. L’analyse qu’il propose ici va plus loin dans la démarche d’histoire sociale fine, en révélant, dans la lignée des travaux de Claude-Isabelle Brelot sur les logiques complexes du patronage notabiliaire à la française, les capacités d’adaptation dans la longue durée d’un « modèle » de capitalisme agraire bien éloigné d’une rationalité au premier degré. Et si les Berthier de Wagram représentent, par leur nom même, une identité bien précise au sein de l’élite française, c’est tout l’intérêt de la réflexion de François Lalliard de montrer que c’est dans l’articulation entre capital foncier, capital symbolique, ancrage local et réseaux nationaux qu’il convient de penser les stratégies des chefs de famille successifs, sans que l’on puisse faire de la noblesse d’Empire un cas à part ou hétérodoxe. C’est ainsi tout un siècle d’histoire sociale et politique qui est revisité au prisme d’une « maison », tantôt bien en cour, tantôt en disgrâce, au gré des régimes successifs, mais également des capacités d’émancipation de la micropolis villageoise vis-à-vis d’un patronage notabilitaire singulier et ambigu – à l’image du bonapartisme.

6Avec Christian Estève, on quitte l’ager pour le saltus, mais on ne change pas totalement d’acteurs et de questionnement. En effet, sous les dehors d’une approche particulièrement érudite et quasi ethnographique des lieux et des conditions de la chasse au gibier d’eau au 19e siècle, c’est une véritable histoire sociale de l’appropriation matérielle et symbolique des milieux et des ressources que l’auteur, membre du Laboratoire d’études rurales, nous propose, mettant en lumière l’articulation systématique des enjeux les plus localisés – les zones humides représentant des géosystèmes à chaque fois singuliers – et les plus globaux – touchant notamment à l’arbitrage par la loi des conflits d’usage et de définition juridique des espaces et des espèces. En effet, le travail de Christian Estève, loin de se complaire dans un rural hors du temps, interroge de manière serrée les héritages de l’Ancien Régime, l’impact de la loi de 1844 et jusqu’aux incidences de l’acculturation au droit moderne, rejoignant les interrogations d’un Frédéric Chauvaud ou d’un Jean-Claude Farcy. On ne peut que renvoyer le lecteur à un travail qui s’apparente autant aux réflexions d’un historien qu’à une promenade en bottes, dans une forme d’empathie qui n’exclut nullement la lucidité sur ce qui se joue entre terre et eau, jour et nuit, chasse et braconnage, pratiques populaires et élitaires.

7Les trois articles qui suivent, dus à trois jeunes historiens de l’école lyonnaise d’histoire sociale, peuvent être présentés de front tant sont proches, malgré les différences chronologiques, régionales et documentaires, les questionnements et les méthodes mobilisées. C’est la « belle vache » qui constitue le dénominateur commun des travaux de Mathieu Kalyntschuk, de Gilles Della-Vedova et de Dominique Fayard ; le premier sur le rôle particulier des anabaptistes-mennonites dans le développement rural du pays de Montbéliard au 19e siècle, le second sur les heurs et malheurs de la promotion de la race de Villard-de-Lans sous la Troisième République, et le troisième sur les logiques micro-économiques et sociales du négoce des bovins en Charolais-Brionnais dans la seconde moitié du 20e siècle. Mais tout comme pour les recherches sur la chasse évoquées plus haut, l’élevage bovin ne constitue ici qu’une entrée dans le social, un objet générateur de sources susceptibles d’un traitement sériel et nominatif des dynamiques sociales du monde rural contemporain. Mathieu Kalyntschuk ne dispose évidemment pas de toutes les sources souhaitables pour faire l’histoire de sa communauté singulière. Ayant constitué une base de données de quelque 1 500 individus, il parvient toutefois à déconstruire les représentations de l’excellence pastorale des mennonites forgée par leurs contemporains, pour mettre en lumière une histoire sociale bien plus complexe, dans laquelle toutes les trajectoires ne sont pas ascendantes et où les schémas weberiens doivent être nuancés. Sa thèse, élargissant à tout le département l’analyse sociale fine des acteurs du développement, devrait être soutenue en 2007. L’article de Gilles Della-Vedova, bénéficiant des archives beaucoup plus riches de la Troisième République, et notamment des fonds générés par l’organisation des concours agricoles, offre un panorama extrêmement détaillé et suggestif des potentialités d’une reconstitution diachronique des réseaux sociaux horizontaux et verticaux dans l’élucidation des dynamiques endogènes du développement rural. En étudiant à la fois les candidats et les jurys – et entre eux, les vaches –, Gilles Della-Vedova offre en effet une analyse particulièrement fine de l’enchevêtrement des enjeux économiques, sociaux et politiques dans la problématique de la promotion pastorale. Où il est prouvé que l’histoire d’un échec, celui d’une « race », peut être aussi riche d’enseignements, sinon plus, que celle d’une réussite zootechnique et commerciale… Enfin, Dominique Fayard fait preuve d’un esprit pionnier particulièrement développé en osant un questionnement historien sur ce qui, a priori, est le terrain de prédilection des économistes, sinon même des experts agricoles – celui du négoce du bétail. Qui plus est, pour pallier l’indisponibilité des sources classiques de l’histoire économique et sociale – pour des questions de délais de communicabilité notamment –, Dominique Fayard n’a pas hésité à partir en quête d’archives privées de négociants. Elle a mis la main sur une source inestimable : la comptabilité d’un professionnel, de 1977 à 1995, accompagnée du témoignage oral de l’intéressé, qui permet de reconstituer itinéraires et réseaux d’acteurs. Bien au-delà d’une simple analyse micro-économique, c’est une interrogation sur la mutation des identités sociales que l’auteur développe à travers l’exposé de la trajectoire de son témoin : la « fin des maquignons », pour paraphraser un titre célèbre. Pourtant, comme le note l’auteur, « le système charolais est un système social », dans lequel le négociant n’est pas un « parasite » extérieur – représentation malsaine s’il en est –, mais bien un acteur central. Y compris dans la production de la qualité.

8On aurait pu présenter en parallèle l’article d’Anne-Élène Delavigne sur la mémoire des acteurs professionnels des abattoirs de la ville d’Arles dans la seconde moitié du 20e siècle, tant sont frappantes les similitudes avec les notations rapportées par Dominique Fayard sur l’ambivalence de l’image sociale des acteurs. Là aussi, c’est de la fin d’un monde qu’il s’agit ; non pas d’un monde de la « tradition », situé dans un passé anhistorique et idéalisé, mais un monde de la transition, celle d’un 20e siècle acculturé à l’hygiénisme moderne, mais encore semi-artisanal et imprégné d’une culture complexe, pas encore fermée sur le groupe des techniciens et des intermédiaires, dans sa gestion de la mise à mort des animaux. Pour le dire clairement et pour reprendre la conclusion de l’étude de cas de Mathieu Kalyntschuk, s’il n’est pas certain que le culturel conditionne le social, il est évident que le social génère du culturel et produit de l’historicité. Et dans un lieu aussi incongru que les abattoirs, et qui plus est dans des établissements fort modestes, situés à l’écart d’une ville elle-même modeste, l’enquête patiente et attentive de l’anthropologue permet de mettre au jour toute une foule de faits, en eux-mêmes peu signifiants, mais qui, mis bout à bout disent beaucoup sur l’éviction progressive de la scène de la mort animale du théâtre de la vie civique. Le fait le plus troublant étant que la figure du boucher, acteur incontournable de la vie des abattoirs jusqu’aux années 1970, s’en est trouvée insensiblement exclue : celui-ci devient simple destinataire d’un produit généré hors de sa vue et de celle de ses consommateurs. La « folklorisation » de la filière viande, réponse stratégique aux crises sanitaires de la fin du siècle, fonctionne sur la négation de ce qui se passe entre le pré et l’assiette…

9Avec Nicolas Wolff, docteur en géographie, on change à la fois d’objet et de focale, dans une entreprise au premier abord historiographique, en réalité pleinement historique, qui vise à éclairer le rôle d’un pionnier de la géographie rurale, Albert Demangeon, dans les premières années du 20e siècle. Mais ce n’est pas tant le rôle académique du personnage qui intéresse l’auteur que son rapport de géographe, voire d’ethnographe, avec les espaces ruraux visités et analysés. C’est en fait la méthode géographique qui est au cœur de la réflexion proposée, avec sa relation complexe aux espaces et aux acteurs-informateurs, mais surtout aux systèmes de représentations – au premier rang desquels l’agrarisme. Il y a en effet un lien évident entre la tentation déterministe de la géographie du début du siècle et le discours de l’agrarisme qui fait du monde rural le lieu de la soumission à un ordre immuable. Or Nicolas Wolff montre bien, par une étude très documentée et novatrice de la pratique réelle du géographe, que les choses ne sont pas si simples : la science est un tâtonnement permanent, un va-et-vient entre postulats et empirisme, un dialogue parfois biaisé avec le monde (voir notamment le rapport privilégié d’Albert Demangeon avec les instituteurs ruraux), mais jamais figé, et qui produit indissolublement de la connaissance et de la reconnaissance et donne à réfléchir non seulement à la géographie contemporaine, mais également, de manière réflexive, aux autres sciences du « terrain ».

10Autre non-historienne maniant avec aisance l’archive et l’investigation du passé, Vanessa Manceron propose, en guise d’accompagnement à la publication de sa thèse d’anthropologie sur les enjeux sociaux et culturels de la maîtrise de l’espace et de l’eau en Dombes 4, une réflexion dans la longue durée sur l’invention et la promotion de l’identité dombiste. Où l’on rejoint l’observation faite plus haut au sujet d’Albert Demangeon, sur la complexité et les ambiguïtés de la production sociale de la « reconnaissance » des territoires, entre discours sur soi et discours sur l’autre, parole d’autorité et parole de dominés, recours à l’« Histoire », à la « Nature » ou à la cartographie administrative. Dans le cas particulier de la Dombes, « zone humide » déjà explorée par Christian Estève pour le caractère ambivalent de son identité paysagère, l’histoire se complique par l’héritage extrêmement lourd et persistant de la « légende noire » des marais, et un système de propriété et d’appropriation de l’eau et de ses ressources extrêmement difficile à pénétrer de l’extérieur. Comment retourner en ressource territoriale une stigmatisation négative, et ouvrir un espace tout en en confisquant les atouts ? C’est tout l’objet des recherches et des enquêtes de Vanessa Manceron que d’en montrer les tâtonnements et les difficultés, jusqu’à une situation présente encore bien mal assurée, dans laquelle « l’acharnement des érudits à définir la Dombes – ils la définissent « trop » – n’a d’égal que l’artificialité de cette construction paysagère naturaliste ».

11Le sujet est le même, la perspective historique en moins, mais avec une ouverture sur les dimensions démographique et économique, dans l’étude de cas proposée par la géographe Hélène Velasco-Graciet sur la « reconnaissance rurale » de la Dordogne. Là aussi, il s’agit d’un processus d’inversion de valeurs, le rural stigmatisé devenant l’environnement valorisé, le village archaïque se transformant en patrimoine touristique ou résidentiel, phénomène que l’auteur se propose de lire comme un « bricolage local, c’est-à-dire une appropriation et une reconstruction par les populations rurales des prescriptions urbaines imposées pour une mise en forme de celles-ci aux conditions locales ». À la différence de la Dombes, c’est donc une success story qu’analyse Hélène Velasco-Graciet : la réinvention du Périgord en quadrichromie a en effet permis de drainer une population nouvelle, notamment la « colonie britannique » installée dans le département depuis les années 1960 et spectaculairement renforcée dans les années les plus récentes. Nos lecteurs gagneront sans doute à lire cette étude suggestive en gardant en mémoire les enseignements de la trajectoire d’Albert Demangeon, évoquée plus haut, sur la difficulté pour les sciences sociales de distinguer production de connaissances et reconnaissance des productions sociales : la « ruralité » de la Dordogne est-elle autre chose que les représentations dominantes et instrumentales du jour, et les sciences sociales ont-elles les outils, la légitimité et le courage – ou, faut-il dire la naïveté positiviste – d’imposer encore leur propre définition ? Il nous faudra un jour avoir un débat de fond sur les usages explicites ou implicites du relativisme post-moderne dans les études rurales. Si l’on ne peut plus accepter l’idée d’une science confisquant à son profit la production des identités territoriales, il est tout de même nécessaire, comme le fait ici Hélène Velasco-Graciet, de mettre en lumière les enjeux sociaux et économiques sous-jacents aux productions « endogènes ».

12Stéphane Dubois ne fait pas autre chose, à l’échelle plus fine d’un terroir, le Frontonnais, qu’il nous fait connaître avec autant d’empathie que de rigueur et de précision géographiques, en interrogeant les possibilités de conciliation des deux logiques identitaires de la filière viti-vinicole, entre ancrage dans un terroir – modèle de l’AOC « à la française » – et référence à un cépage – modèle du marché « globalisé ». L’histoire récente et les formes spatiales de la tentative de promotion du cépage « négrette » dans des campagnes toulousaines bousculées par une péri-urbanisation conquérante révèlent en effet un laboratoire certes modeste et fragile, mais particulièrement intéressant pour qui veut comprendre, en écho à ce que l’on a pu lire sur la filière bovine un siècle plus tôt, les formes actuelles d’articulation entre développement territorial, production de la qualité et insertion dans le marché. Et tout comme pour la Dombes ou la Dordogne, c’est encore une histoire d’inversion de handicap en atout qu’illustre le travail de Stéphane Dubois, la négrette se révélant extrêmement délicate à cultiver et à vinifier, mais présentant de ce fait un typicité susceptible de lui assurer une niche sur le marché incertain des vins qui ne disposent pas d’une rente de situation historique. « Si Fronton veut donc jouer de l’effet terroir pour structurer un développement toujours à faire, il se doit d’envisager la notion de terroir dans sa polysémie, c’est-à-dire en considérant moins sa dimension pédo-climatique que sociale. Et à cet égard, le cépage de négrette, clef de voûte des savoir-faire viticoles locaux, s’avère éminemment porteur pour l’aire d’appellation ». Il serait malhonnête de ne pas ajouter que, si la production d’un article ne suffit pas à générer le développement qu’il appelle de ses vœux, il est en revanche très efficace pour donner envie de goûter le produit…

13Les deux derniers articles de cette riche livraison, signés pour le premier par Christian Nicourt et Jean Max Girault, sociologues à l’INRA, et pour le second par Denise Van Dam, sociologue à l’Université catholique de Namur, choisissent délibérément de concentrer leur analyse sur les acteurs, dans une approche mêlant avec subtilité sociologie et psychologie. Le premier a le grand mérite de mettre au jour un fait social fondamental au sens premier du terme, mais extrêmement difficile à repérer sur le « terrain » et à l’échelle de travail habituelle des sociologues : celui des contributions invisibles ou occultées (en termes psychologiques, on pourrait même dire refoulées) de certains acteurs à la régulation sociale. Ici, il s’agit des femmes d’exploitants agricoles non-agricultrices elles-mêmes, mais amenées à jouer un rôle délicat et parfois oppressant d’ « accordeuses » entre leurs époux et la société locale, notamment en ce qui concerne les pratiques d’élevage créant des nuisances. Où il apparaît que la Dordogne, l’un des deux terrains d’enquête des auteurs, n’est pas seulement un lieu de consommation paysagère et patrimoniale. Et tout comme pour le travail de mémoire d’Anne-Élène Delavigne, c’est une somme de toutes petites choses – discussions à la sortie de l’école ou réunions de l’association des parents d’élèves –, qui abritent, dans l’espace de la sociabilité féminine, ce travail – invisible mais indispensable – des accordeuses, contraintes à se ré-impliquer dans la vie de l’exploitation, au prix d’une identité personnelle pourtant chèrement conquise parfois. On ne saurait trop recommander aux historiens notamment, qui par la nature de leur documentation ne peuvent avoir accès à cette finesse de compréhension du jeu social, de méditer cet article et ce qu’il peut leur apprendre, en creux, sur les mondes qu’ils essaient d’explorer. Avec Denise Van Dam, si l’on reste dans cet entre-deux scientifique qui conjugue sociologie et psychologie, la méthode d’analyse est quelque peu différente. Comme l’auteur le précise d’emblée, celle-ci est expérimentale, et les deux trajectoires individuelles qu’elle propose n’ont d’autre valeur qu’illustrative des potentialités heuristiques du concept de « dynamique identitaire ». On lira donc avec intérêt cette étude de la « conversion » à l’agriculture biologique de deux individus singuliers, tout en réfléchissant à la difficulté du passage de l’un au multiple dans le discours de la causalité en sciences sociales – difficulté non surmontée encore, depuis les interrogations fondatrices de Wilhelm Dilthey. Et pourtant, dans la moisson de travaux rassemblés ici, on ne peut s’empêcher de faire le rapprochement entre les approches individuelles, collectives et territoriales de la dynamique de production des identités. Ce qui nous ramène à notre point de départ : la validité sans cesse démontrée, et paradoxalement toujours à vérifier, de la pluridisciplinarité ; et le caractère fédérateur, et néanmoins jamais suffisant, de l’analyse diachronique. Héritages, contextes, trajectoires, projections identitaires : nous n’en avons pas fini d’explorer collectivement ces questions. Et c’est tant mieux, parce que Ruralia repart pour un nouveau cycle.

14Avant d’évoquer les perspectives d’avenir de notre revue, nous n’oublierons pas ce qui en constitue l’une des spécificités importantes : la publication des positions de thèse des nouveaux docteurs. Outre l’information des lecteurs sur les orientations de la recherche dans les différentes disciplines, cette section de Ruralia représente également un espace d’expression important pour de jeunes chercheurs qui, on le sait, rencontrent des difficultés croissantes dans la valorisation de leur travail. Là encore, nous dérogeons aux usages en concédant un large espace aux docteurs pour la présentation de leurs travaux, l’explicitation de leurs références et la défense de leur méthodologie et leurs conclusions. À ce titre, il n’est pas inutile de rappeler la philosophie générale qui a présidé à l’ouverture de cette section : il s’agissait pour nous, à l’origine, de répondre à une critique légitime, exprimée au sein de l’Association des ruralistes français, de l’exercice ancien du compte-rendu de soutenance, qui risquait d’être lu « à charge » par des commissions de recrutement débordées par le nombre des dossiers. Il n’existe pas de thèse parfaite, et la pratique de la science est d’avancer par le débat contradictoire, mais la transcription littéraire de ce quotidien de la recherche a effectivement tendance à en figer et à en dramatiser le contenu. Plus de comptes-rendus donc, mais des « positions de thèse », la revue se réservant l’analyse des thèses au moment de leur publication. Nous voudrions toutefois rappeler aux jeunes docteurs qui nous soumettent leur texte qu’il ne suffit pas de se défendre soi-même pour être bien défendu. D’une part, le texte oral de la soutenance doit faire l’objet d’une mise en forme littéraire, mise en forme qui doit prendre en compte le caractère pluridisciplinaire du lectorat de notre revue et, par conséquent, mettre un soin tout particulier dans la définition des termes et l’explicitation des protocoles d’enquête. D’autre part, et si nous acceptons bien volontiers des positions de thèse développées si le besoin s’en fait sentir, nous ne voudrions pas voir cette section dériver vers une tribune libre de positionnements militants, scientifiques et/ou civiques : la reformulation du discours de soutenance ne doit pas excéder le contenu évalué par le jury, au risque de faire valider par celui-ci des propos qu’il n’a ni lus ni entendus.

15Les positions de thèse que nous publions dans le présent numéro, peu nombreuses mais denses, offrent un panorama intéressant de la diversité persistante des codes de la scientificité et de la production du sens dans les différentes sciences sociales – au vu des travaux contrastés des géographes notamment, on pourrait même dire au sein de chaque discipline, entre les « anciens », « modernes » et « postmodernes » proclamés.

16L’histoire, à l’évidence, se distingue encore par le caractère marathonien de l’effort qu’elle exige des impétrants. Ainsi, la thèse de Bertrand Goujon, travail impressionnant d’histoire sociale fine appliquée à une « maison » noble du 19e siècle, les Arenberg, possessionnés dans toute l’Europe, est l’occasion d’analyser dans ses évolutions et ses variantes nationales les modalités de la pérennité de la domination des élites anciennes par le patronage. Au-delà d’un constat de « persistance de l’Ancien Régime », c’est une articulation complexe entre structure et mouvement que l’auteur met en lumière, avec des trajectoires, des événements, des adaptations qui permettent de jeter un regard nouveau sur le siècle et ses contradictions. « La reconstitution minutieuse des trajectoires des individus et des branches nationales signale en effet une divergence croissante, qui est le fait de l’équilibre instable entre les choix personnels des acteurs d’une part, les opportunités et les contraintes qui s’entremêlent à toutes les échelles de structuration du champ social d’autre part », souligne l’auteur, dans un plaidoyer pour l’histoire sociale fine que l’on ne peut qu’approuver.

17Avec Vincent Flauraud, on ne quitte pas tout à fait le patronage, mais dans une acception différente du terme, et sous l’angle d’une histoire sociale et culturelle des organisations, appliquée à la Jeunesse agricole catholique dans la période cruciale du milieu du 20e siècle. L’auteur, maître de conférences à l’Université Clermont 2, offre à nos lecteurs, à partir du dépouillement de la presse et des publications confessionnelles, un argumentaire précis et rigoureux pour une histoire finement contextualisée de la JAC et de la JACF dans deux départements du sud-ouest du Massif central, le Cantal et l’Aveyron, entre la création du mouvement en 1929 et le concile de Vatican 2. Il est d’usage chez les ruralistes d’évoquer comme un acquis l’importance de la matrice de la JAC, à la fois professionnelle, militante et idéologique, dans les parcours ultérieurs des dirigeants du syndicalisme agricole. La thèse de Vincent Flauraud leur permet enfin d’ouvrir cette matrice, et de découvrir qu’elle est, notamment avec son versant féminin, bien autre chose qu’une pépinière de dirigeants : une instance de production de la modernité sociale et culturelle dans le monde rural. On est bien loin des idées reçues sur la fonction médiatrice unidirectionnelle des organisations, héritées des lectures téléologiques du développement.

18La thèse de géographie de Xavier Leroux sur la naturalisation du modèle institutionnel du « pays » dans l’espace mixte, à la fois urbain et rural, de l’axe Lille-Dunkerque, apporte une étude de cas bienvenue aux débats actuels sur l’évolution des formes de territorialité du développement. « Accompagnant le récent essor de l’intercommunalité, le pays n’est-il pas amené à simplifier la découpe administrative française en la décentralisant réellement et en supprimant cette fois des niveaux ? » C’est tout l’objet de ce travail que de mettre en lumière à la fois la pertinence et les limites de la notion de « pays », en posant le problème, certes, en termes classiques de géographie régionale et d’expertise territoriale, mais également en termes d’analyse socio-culturelle de la réception des nouvelles entités. En effet, si les structures politico-administratives de pilotage du développement veulent réellement produire de la territorialité, il leur faut nécessairement prendre en compte à la fois les identités héritées, et celles qui, dans le contexte actuel et avec une grande diversité d’acteurs, se recomposent et cherchent à s’ancrer dans l’espace.

19C’est en socio-anthropologue que Marianne Palisse est entrée dans cette même thématique des recompositions territoriales. Sa thèse sur la création, en 1995, du Parc naturel régional des Bauges explore en effet les dynamiques sociales et culturelles qui, dans les régions de montagne, s’appuient sur la requalification du patrimoine historique et « naturel » pour « faire territoire ». Le choix de l’observation participante apporte ici un contrepoint intéressant à la démarche de Xavier Leroux : immergée dans une société locale complexe, faite d’acteurs aux liens extrêmement divers avec l’espace et son patrimoine, Marianne Palisse parvient en effet à déconstruire l’apparente évidence du fait territorial. C’est tout le paradoxe de la naturalisation des entités spatiales : produit d’une interaction sociale, elle a besoin d’en occulter la part de conflictualité et de compromis par l’affichage d’un consensus sur les « traditions » et l’identité du territoire. D’où l’intérêt de l’auteur pour les nouvelles formes de politique qui émergent, au point de rencontre des structurations socio-culturelles et de l’offre institutionnelle. On ne peut s’empêcher de souhaiter qu’un tel travail soit entrepris sur d’autres zones que les espaces ruraux les plus « patrimonialisés » – par exemple sur l’espace Lille-Dunkerque analysé précédemment – et que, symétriquement, les formes de rationalité économique et de gouvernance politique des PNR soient étudiés avec les outils de la géographie économique et politique. Et, bien sûr, avec un recours à l’histoire pour éclairer la part du mythe dans les héritages convoqués… La territorialité exige l’interdisciplinarité la plus large pour être comprise dans toute sa complexité.

20La position de thèse de Ludovic Boussin, géographe parti en quête d’une analyse spatiale de la gestion cynégétique appliquée au chevreuil dans le département de la Haute-Vienne, est assurément plus originale dans son objet et dans sa forme. Parti d’une zoogéographie assez classique, il est en effet parvenu, au terme d’un cheminement conjoint de recherche et de lectures, à une remise en cause radicale des canons de la discipline, le menant jusqu’aux rives de la géographie culturelle post-moderne. Où l’on voit que l’examen méthodique et statistique des « couches de reposée » d’un animal et la pratique du questionnaire sociologique sur les « nuisances » ne conduisent pas nécessairement à la reproduction d’une science positiviste. Éloge du récit et introspection vont ici de pair : tous ne seront pas convaincus – notamment lorsque les références à la post-modernité servent à mettre en doute les critères de la scientificité ou à assimiler les chasseurs à une « quasi-minorité culturelle en devenir » –, mais le témoignage en lui-même à valeur documentaire sur ce que la question de l’animal provoque comme remise en cause des fondements anthropocentristes et universalistes des science sociales, dans une partie de la jeune génération de chercheurs.

21On retrouve un même usage militant de la science sociale dans la position de thèse très critique de Maxime Prével sur les acteurs du productivisme agricole, leurs pratiques et leurs représentations. Ici, ce sont les outils de l’anthropologie qui sont mobilisés pour faire surgir les structures sous-jacentes à la rationalité économique proclamée du productivisme et pour en dénoncer les impensés destructeurs. La « synthèse de la sociologie du système et de l’anthropologie » proposée par l’auteur est en effet l’occasion d’une dénonciation du mythe du « progrès » en agriculture, dont les agriculteurs productivistes seraient autant les responsables que les victimes, vulnérabilisés par la spécialisation et prisonniers de la figure de la réussite individuelle imposée à leur secteur par le modèle de l’industrie capitaliste. C’est une forme d’imaginaire techno-scientifique autiste qui, chez ces acteurs, expliquerait l’incapacité à entendre les critiques, et donc la pérennité d’un modèle de développement aberrant. La thèse est efficace, peut-être trop : « agriculteur productiviste », c’est là une dénomination extérieure, réifiante, qui tend à enfermer les acteurs sociaux concernés dans une identité figée et désespérante, légitimant une fois de plus une évolution de l’agriculture par la pression de l’englobant – cette fois au nom de l’environnement. Les travaux des historiens cités plus haut montrent toutefois que la construction de la valeur « progrès » n’est pas assimilable à une pure soumission de l’humain à la rationalité technique et économique. Il n’y a pas de raison que les agriculteurs productivistes, si aveugles soient-ils quant aux nuisances de leurs pratiques, ne sachent pas distancier leur propre discours de justification et faire les compromis nécessaires. Le marché est aussi une inter-subjectivité. Le grand mérite de cette thèse et des précédentes est toutefois de faire vivre un débat qui, sans le secours des jeunes chercheurs, aurait tôt fait de sombrer dans le conformisme. Qu’ils continuent donc sur leur lancée, et n’hésitent pas à publier, ici et ailleurs, le fruit de leur travail et de leurs échanges.

22Quelques mots pour conclure, sur l’avenir de notre revue. Après dix années de parution, il est légitime de tirer parti de l’expérience acquise pour ouvrir un nouveau cycle. Au reste, les évolutions que nous proposons ne sont que l’institutionnalisation de choix qui se sont déjà imposés subrepticement.

23La première et la plus évidente, c’est la clarification du statut des articles que nous publions, par la création de rubriques distinctes. En effet, le modèle de l’article monographique de quarante à soixante mille signes, s’il doit garder toute sa place dans notre revue, ne répond pas à tous les besoins, notamment dans les sciences sociales du présent. Il faut faire une place, d’un côté, à des articles un peu plus courts, individuels ou collectifs, exposant à mi-parcours d’une recherche des propositions méthodologiques, des expériences de « terrain » et des hypothèses analytiques, regroupées par thème ; et, de l’autre, à des articles plus lourds, éventuellement collectifs et trans-disciplinaires, faisant le point sur une notion majeure ou proposant une analyse comparée et/ou historiographique de grande ampleur. Par la création de ces entrées, que l’on pourrait désigner sous les catégories « historiographie », « études » et « terrains », nous apporterons une plus grande lisibilité à la vie de la recherche et une réelle stimulation à la pratique de la pluridisciplinarité.

24La seconde évolution tient à la place des comptes-rendus de lecture dans notre revue. Leur absence dans le présent numéro est une lacune regrettable. Une revue ruraliste se doit de rendre compte de la vie éditoriale de son champ. L’état de nos forces ne nous permet toutefois pas de couvrir dans un délai raisonnable l’ensemble de la production. Nous ramènerons donc nos ambitions à une pratique plus ciblée du compte-rendu, proposant d’une part des analyses critiques, éventuellement croisées, des ouvrages importants, et d’autre part des lectures thématiques de lots de publications présentant une similitude d’objet ou de méthode. Nous profitons de cette occasion pour lancer un nouvel appel aux bonnes volontés pour nourrir cette rubrique, en espérant que ce format suscitera des vocations.

25Enfin, les dernières évolutions sont plus formelles : elles touchent à la mise en page et à la lisibilité de notre revue. L’austérité de bon aloi de notre charte graphique confinant à la rusticité, aux dires de certains, nous nous sommes résolus à faire quelques concessions à l’esthétique et au confort. Qu’on se le dise toutefois, la couverture, elle, ne changera pas : image de la subversion de l’« ordre des choses », elle durera tant que nos forces et celles de nos lecteurs réunies permettront de faire vivre cet espace de pensée critique, libre et acérée.

26Jean-Luc Mayaud, rédacteur en chef

27Pierre Cornu, secrétaire de rédaction

Haut de page

Notes

1 Ludwik FLECK, Entstehung und Entwicklung einer wissenschatlichen Tatsache, 1935. Traduction en français et annotations par Nathalie Jas : Genèse et développement d’un fait scientifique, collection Médecine et sciences humaines, Paris, Les Belles-Lettres, 2005, 280 p.
2 Unité de recherche pluridisciplinaire labellisée par le ministère de la Recherche sous le statut d’équipe d’accueil (EA 3728) et reconnue par l’Institut national de la recherche agronomique (Usc INRA). Elle appartient à l’Unité mixte de service (UMS) du CNRS : Institut des sciences de l’homme. Ruralia est préparée et fabriquée au sein du Laboratoire d’études rurales.
3 François LALLIARD, « Innovation agronomique et grande propriété aristocratique en Île-de-France au 19e siècle. La gestion des Berthier à Grobois (1808-1912) », dans Histoire et sociétés rurales, n° 13, 1er semestre 2000, pp. 67-92.
4 Vanessa Manceron, Une terre en partage. Liens et rivalités dans une société rurale, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005, 258 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Éditorial », Ruralia [En ligne], 18/19 | 2006, mis en ligne le 28 août 2007, consulté le 26 juin 2017. URL : http://ruralia.revues.org/1131

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page