Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Ronald HUBSCHER, L’immigration dans les campagnes françaises (19e-20e siècle), Paris, Odile Jacob, 2005, 478 p.

Jacques Rémy

Entrées d’index

Géographique :

France

Chronologique :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université Paris X-Nanterre, Ronald Hubscher est connu tout particulièrement par ses travaux sur la pluriactivité 1 comme sur le salariat agricole 2 et, tout récemment, sur les vétérinaires 3. Paysans et ouvriers (voir son article sur ce thème dans l’ouvrage collectif de l’ARF, l’association des ruralistes français 4) sont donc au cœur de ses recherches. Avec cet ouvrage, ce sont bien à nouveau des ouvriers agricoles, le plus souvent, des métayers et des fermiers, parfois, et, plus rarement, des propriétaires qui retiennent l’attention de l’historien ruraliste. Ce qui lui permet de les rassembler dans une même analyse, portant sur un bon siècle d’histoire (1851-1975), en dépit de leur diversité de statut, d’activités et de localisation géographique, c’est que ces individus et ces familles partagent une double caractéristique, celle de n’être pas nés français et d’être venus de l’étranger pour travailler la terre. Comment nommer ces « allogènes » (le terme est ici exempt de la connotation méprisante et raciste que lui a affectée l’extrême droite naguère), dont la désignation comme la classification sont bien sûr l’objet d’enjeux politiques autant que scientifiques ? Ronald Hubscher discute ce point dès les premières pages, abordant de front « brouillage sémantique » comme « faillibilité statistique ». Se défiant des pièges tendus jusque dans les travaux réputés scientifiques, il choisit de les désigner comme « immigrants » ou « migrants », ce qui permet notamment de ne pas enfermer le migrant dans le discours et les échelles de valeur de l’intégration (réussie ou non). D’entrée, R. Hubscher met en garde le lecteur : ce n’est pas à cette aune qu’il s’agit de juger de l’immigration dans les campagnes françaises car ce serait considérer a priori que ces migrants souhaitaient systématiquement se fondre dans les sociétés rurales françaises.

2R. Hubscher s’attache ainsi à déconstruire au fil des chapitres une série de catégories implicites, d’idées reçues, de prénotions, de préjugés, de jugements hâtifs, sans compter les intentions malignes et parfois même certaines bonnes intentions mal venues. Il faut dire qu’il y avait fort à faire sur le sujet de l’immigration et cet ouvrage est doublement bienvenu : d’une part il contribue à faire le ménage en traquant les stéréotypes (et ils abondent) et en adoptant lui-même une démarche critique rigoureuse, et d’autre part il aborde la question de l’immigration dans un espace où elle a fait l’objet de peu de travaux de recherche, celui de l’agriculture. Ronald Hubscher y voit tout d’abord un signe du désintérêt de la recherche pour l’objet rural en général. Pour nous, cette complainte traditionnelle des ruralistes de toutes disciplines nous semble à ranger dans la même rubrique que l’antienne bien connue des agrariens pour lesquels « l’agriculture manque de bras », si l’on veut bien nous permettre ce rapprochement impertinent. Plus justement, à notre sens, il y voit un effet de la focalisation sur l’équation travailleurs immigrés égal secteur industriel, et ces travailleurs n’occuperaient dans les campagnes qu’une position transitoire « avant l’appel de la mine ou de l’usine » (p. 9). Troisième raison, qui va dans le même sens, le peu d’intérêt porté à la population étrangère agricole tiendrait à son invisibilité, à sa transparence, laquelle découle de sa dispersion dans les exploitations agricoles, loin des grandes concentrations de travailleurs immigrés et des évaluations pseudo-scientifiques en termes de seuils de tolérance.

3Au-delà du relatif manque d’intérêt des chercheurs, R. Hubscher relève et cerne une sorte de préjugé favorable au sein de la pensée agrarienne, vision de la société longtemps et largement partagée par les hommes politiques, les universitaires, les hauts fonctionnaires (il eût sans doute été utile de redéfinir le terme, qui revient souvent au fil de la plume). Cette pensée a profondément imprégné les politiques conduites à l’égard de l’immigration agricole et Ronald Hubscher illustre ce préjugé favorable par une citation éloquente d’un membre du Conseil supérieur de l’agriculture, Marcel Paon : « Il est préférable de céder dix hectares de nos terres à un étranger plutôt qu’un seul pavé de nos villes. La terre enchaînera ceux qui se donnent à elle, la ville n’exercera jamais la même attraction et l’étranger y restera toujours un étranger qui passe » (p. 10). L’auteur cite bien d’autres exemples à l’appui de son analyse, fort convaincante, d’une conviction essentialiste partagée par tous ces agrariens : le paysan, même transplanté d’une terre à une autre, demeure un paysan, doté de cette nature et de ces qualités spécifiques que l’on célèbre à l’envi. Le professeur Hubscher a là des formulations très fines et très fortes, telles que celle-ci, à propos de la paysannerie dont la nature transcenderait les frontières : « sa spécificité gomme son altérité » (p. 11). Il relève les contradictions de cette idéologie agrarienne, qui voudrait que cette identité chevillée au corps et à l’âme du migrant résiste aux exigences et aux déracinements successifs imposés par ces mêmes agrariens en tant qu’employeurs de main-d’œuvre immigrée, temporaire, donc marquée par une grande mobilité.

4Refusant aussi bien cet archétype paysan que les enfermements dans les identités ethniques ou culturelles ou encore de se couler dans la thématique de l’intégration, R. Hubscher va s’efforcer au long de l’ouvrage de restituer aux migrants « un rôle d’acteur dans la construction de leur destin » ; les conduites migratoires, les relations avec les diverses composantes de la société des « primo-arrivants » sont resituées dans cette perspective, le cadre local est privilégié, afin de donner plus de visibilité aux individus. À une démarche chronologique, l’auteur va préférer une série d’approches transversales qui constituent autant de regards, de points de vue non seulement sur l’immigration dans nos campagnes mais en fait sur l’histoire rurale française dans son ensemble. Car cet ouvrage constitue aussi une contribution à la connaissance du monde rural de ces deux derniers siècles (il apporte également certains éléments sur les sociétés rurales d’où sont originaires ces immigrants) et fait du phénomène de l’immigration un analyseur, un efficace révélateur de ses tensions comme de ses tendances. À ce titre, le chapitre sur les femmes en migration est particulièrement fécond 5, car la situation de travailleuse migrante brouille le jeu des rôles institués et de la répartition des tâches selon le sexe, légitimant ainsi la notion de genre, dont l’auteur use avec prudence. Ce même chapitre nous amène d’ailleurs à la question des sources, dont il est fait un usage particulièrement heureux et emblématique de la démarche générale de l’auteur. C’est en effet au plus près de la vie de certaines de ces émigrantes, d’origine polonaise en particulier, que R. Hubscher a pu situer son analyse en exploitant avec beaucoup de finesse les rapports d’une inspectrice du « Comité d’aide et de protection des femmes immigrantes » de l’Indre-et-Loire. Celle-ci, qui maîtrise la langue polonaise, occupe une position stratégique, entre employeurs et employées et dresse au fil de ses rapports comme de sa correspondance un tableau contrasté mais fort précis du sort fait à ces jeunes femmes venues accomplir des « métiers d’homme » à des milliers de kilomètres de leurs foyers d’origine. L’auteur tire le meilleur parti de cette mine d’informations, sans se laisser emporter lui-même par les points de vue et les visions du monde et du rôle de la femme de sa source, la zélée Madame Duval.

5Cette source n’est d’ailleurs pas la plus ardue à soumettre à la question. R. Hubscher s’attaque à plus forte partie en entreprenant une analyse secondaire fondée sur deux grandes enquêtes portant sur les migrants ruraux, celle de Demangeon et Mauco 6 et celle de Girard et Stoetzel 7. Il obtient, pour la première, l’accès à l’ensemble du dossier de l’enquête, fort utile et dont il fait un usage important dans l’ouvrage, en prenant garde à ne pas être prisonnier des jugements de valeur formulés par ses prédécesseurs. La tâche s’avère encore plus difficile dans le second cas, puisque ont disparu les éléments de base de l’enquête menée par un démographe, Alain Girard (auteur par ailleurs d’un ouvrage de référence des années 1960, « le choix du conjoint » 8) et par Jean Stoetzel, fondateur de l’IFOP (dans l’immédiat avant-guerre) et détenteur de la chaire de psychologie sociale à la Sorbonne, dans les années 1960. Il est bien difficile, dans ces conditions, d’échapper à la problématique et aux présupposés des auteurs de ces enquêtes et, de fait, l’auteur semble recourir plus fréquemment à la première de ces sources, plus aisée à maîtriser.

6C’est bien l’image de la diversité des immigrations et des situations que l’on retient de cet ouvrage, avec l’importance et la variété de leurs contributions au fonctionnement comme aux évolutions de l’agriculture française. Ainsi, un autre lieu commun nous fait volontiers mettre dans le même ensemble des ouvriers saisonniers de toutes nationalités qui ne pensent qu’à rassembler les sommes nécessaires au fonctionnement de leur propre exploitation et à la reproduction de leur famille au pays ; des métayers, italiens ou espagnols qui s’efforcent d’assurer, au prix du labeur de plusieurs générations, leur ascension sociale par l’accession à la pleine propriété ; des grands fermiers belges, porteurs d’innovations, et dotés du goût de la spéculation, installés dans les plaines et plateaux du nord de la France ou encore ces propriétaires italiens de l’entre-deux-guerres, eux aussi richement dotés et eux aussi porteurs de techniques innovantes. Par son travail systématique de déconstruction et cette succession de regards sur les relations croisées entre individus et groupes sociaux au sein du monde agricole français, par la richesse de ses sources, en particulier ces fragments d’instants vécus et ces bribes biographiques qui, multipliés, font sens, l’ouvrage de Ronald Hubscher nous amène au plus près de ces trajectoires sociales, de ces histoire de vies, en les rendant nôtres.

Haut de page

Notes

1 Gilbert GARRIER et Ronald HUBSCHER [dir.], Entre faucilles et marteaux. Pluri-activités et stratégies paysannes, Lyon/Paris, Presses Universitaires de Lyon/Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1988, 242 p.
2 Ronald HUBSCHER et Jean-Claude FARCY [dir.], La moisson des autres. Les salariés agricoles aux 19e-20e siècles. Actes du colloque international de Royaumont, 13-14 novembre 1992, rencontres à Royaumont, Paris, Éditions Créaphis, 1996, 368 p.
3 Ronald HUBSCHER, Les maîtres des bêtes. Les vétérinaires dans la société française (18e-20e siècles), Paris, Éditions Odile Jacob, 1999, 441 p.
4 Ronald HUBSCHER, « La pluri-activité : un impératif ou un style de vie ? L’exemple des paysans ouvriers du département de la Loire au 19e siècle », dans La pluri-activité dans les familles agricoles, colloque de l’Association des ruralistes français, L’Isle-d’Abeau, 19-20 novembre 1981, Paris, ARF Éditions, 1984, pp. 75-85.
5 Outre l’ouvrage de Françoise Gaspard, cité par l’auteur qui lui emprunte son titre, on lira avec profit, à propos des migrations actuellement à l’œuvre, l’ouvrage édité par Madeleine Hersent et Claude Zaidman Genre, travail et migrations en Europe, Paris, Publications universitaires Denis-Diderot, 2003, 271 p.
6 Albert DEMANGEON et Georges MAUCO, Documents pour servir à l'étude des étrangers dans l'agriculture française, Paris, Hermann, 1939, 654 p.
7 Alain GIRARD et Jean STOETZEL, Français et immigrés : l'attitude française, l'adaptation des Italiens et des Polonais, Travaux et documents de l’Institut national d'études démographiques, cahier n° 19, Paris, Presses universitaires de France, 1953, 531 p.
8 Alain GIRARD, Le choix du conjoint, une enquête psycho-sociologique en France, Institut national d'études démographiques, Travaux et documents, cahier n° 44, Paris, Presses universitaires de France, 1964, 203 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Rémy, « Ronald HUBSCHER, L’immigration dans les campagnes françaises (19e-20e siècle), Paris, Odile Jacob, 2005, 478 p. », Ruralia [En ligne], 16/17 | 2005, mis en ligne le 21 août 2006, consulté le 19 août 2017. URL : http://ruralia.revues.org/1105

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page