Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Gérard Béaur, Mathieu Arnoux et Anne Varet-Vitu [dir.], Exploiter la terre. Les contrats agraires de l’Antiquité à nos jours, Actes du colloque international de Caen 10-13 septembre 1997, Bibliothèque d’histoire rurale n° 7, Caen, Association d’histoire des sociétés rurales, 2003, 591 p.

Pierre Cornu

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1La publication des grandes rencontres scientifiques est aujourd’hui une entreprise d’une telle difficulté que l’on ne peut que se féliciter de l’existence de la collection « bibliothèque d’histoire rurale » qui, après l’édition des actes du colloque de Paris de 1998 sur les terriers et plans-terriers du 13e au 18e siècle 1 et de ceux du colloque du Pradel de 2000 autour des pratiques agricoles et de la pensée agronomique 2, nous propose, sous la direction de Gérard Béaur, Mathieu Arnoux et Anne Varet-Vitu, la somme imposante des contributions au colloque international organisé à Caen en 1997 sur les contrats agraires de l’Antiquité à nos jours. Le délai de publication ne fait rien à l’affaire : un bon colloque ne se périme ni en six, ni en neuf ans, et il faut réaffirmer avec force la nécessité scientifique de ces jalons éditoriaux dans l’évolution historiographique des champs principaux de l’investigation historienne. Et la question des contrats agraires, centrale en histoire rurale, et fondamentale pour les études comparées dans le temps et dans l’espace, méritait bien cet effort d’édition. L’ouvrage a beau être déjà d’une épaisseur respectable, le lecteur n’aurait pas été découragé par une place un peu plus grande laissée aux auteurs pour expliciter leurs protocoles méthodologiques. Les bibliographies indicatives à la fin de chaque contribution sont, quant à elles, tout à fait judicieuses.

2Entre une introduction assumée par Gérard Béaur et Mathieu Arnoux et des remarques conclusives proposées par Maurice Aymard, ce sont pas moins de 36 communications qui sont rassemblées dans ce volume, brassant deux mille ans d’histoire agraire – avec un intérêt plus soutenu pour la période qui s’étend du 14e au 19e siècle. Véritable marque de fabrique des publications de l’Association d’histoire des sociétés rurales (AHSR), le volume comporte en outre un corpus de sources de 51 pièces en langues originales, qui, de fait, constitue en lui-même un discours sur les fondements et la fabrique de l’histoire comparée. L’ouvrage, aussi cohérent dans son objet que varié dans ses perspectives chronologiques et la spatialisation de ses études de cas, s’ouvre sur quatre contributions à visée historiographique et méthodologique, avant de décliner quatre grands thèmes – « droit et politique du contrat », « contrat et économie », « contrat et société » et « logique des acteurs » –, nourris chacun de huit approches résolument monographiques. C’est en effet le propre d’un tel sujet que d’exiger une immersion du chercheur dans les réalités matérielles et symboliques vécues des systèmes agraires, induisant une focale assez resserrée pour qui ne se contente pas d’informations à caractère structurel. Or, c’était bien le défi proposé par les organisateurs du colloque : par-delà les permanences et les équivalences des systèmes, révéler l’adaptabilité et la mutabilité des pratiques.

3La problématique d’ensemble, présentée et défendue en introduction par Gérard Béaur et Mathieu Arnoux, s’inscrit dans la fidélité à l’héritage de longue durée de l’histoire agraire française, marqué par le double apport des sciences juridiques et de la géographie agraire dans la mise au jour des réalités spatiales, sociales et politiques des deux grands types de contrats historiquement attestés, le fermage et le métayage. Un héritage qu’il s’agit pour ces auteurs de recueillir, de faire vivre et de prolonger dans la confrontation avec les travaux les plus récents et les historiographies étrangères, fortement représentées dans ces rencontres – pour l’Espagne et l’Italie notamment, mais également pour l’approche de la question agraire en Amérique latine et de l’agriculture coloniale en Afrique et en Asie.

4C’est de fait une approche mixte, entre réactivation de l’acquis historiographique – marqué par le structuralisme juridico-économique, le possibilisme géographique et l’attention à la longue durée –, et relectures actuelles – autour d’une approche dynamique et marquée par l’anthropologie culturelle du jeu social et des logiques de transaction –, qui fonde la démarche collective du colloque, par-delà la diversité des terrains et des problèmes archivistiques et méthodologiques rencontrés par les chercheurs. Se situant « à l’intersection du juridique, de l’économique et de l’anthropologique », les auteurs voient dans les contrats agraires non une fin en soi, mais une entrée privilégiée dans la compréhension intime de l’histoire des communautés agraires – d’où le caractère paradoxalement très autocentré de la plupart des communications, et le souci de leurs auteurs d’éclairer de l’intérieur et tout en nuances la rationalité des comportements et des évolutions, par-delà une lecture selon eux trop idéologique des rapports entre dominants et dominés. La logique du contrat veut en effet que le bailleur, comme le preneur, soient inclus par leur signature dans un seul et même système social : le propriétaire fait partie de la société agraire, même dans les situations d’inégalité et de conflit les plus aiguës. De fait, c’est bien une entreprise de réhabilitation (conditionnelle et nuancée) des formes de direction du développement agricole – et donc, de révision de la « légende noire » du faire-valoir indirect – qui caractérise le moment historiographique fixé par cette publication, dans une approche heuristique qui prétend s’extraire de la pure confrontation des acteurs (même si elle nourrit encore bon nombre de travaux inclus dans cet ouvrage) pour évaluer de manière plus large les logiques économico-symboliques de pérennisation des systèmes agro-environnementaux. Où l’on reconnaîtra aisément la marque de la demande sociale nouvelle face à l’objet « rural » et à la mémoire « paysanne » et « paysagère » des nations, et l’impact sur la production scientifique d’un contexte économique global qui voit le renversement d’une logique d’identification des relations par les acteurs (travail et capital) à un système de définition des acteurs par la relation (le contrat) et, plus spécifiquement, par la circulation de l’information au sein du rapport social institué. Sans ouvrir ici les débats autant scientifiques qu’idéologiques sur la pertinence de l’utilisation rétrospective de la théorie économique de l’information d’une part, et d’un décentrement du social vers le culturel et l’environnemental d’autre part, on notera tout de même le biais potentiel, pour les périodes les plus récentes notamment, d’une approche purement « agraire » du rural : industrie, commerce et prélèvements des ressources du sol y ont aussi leur place et leurs logiques, ce qui, du fait de leur invisibilité dans les contrats, n’apparaît guère dans une bonne partie des textes rassemblés. Enfin, la dimension politique de la micropolis villageoise est inévitablement minorée par l’observation des interactions entre systèmes juridiques globaux et pratiques localisées.

5À un simple catalogue des titres et idées-clés de l’ensemble des communications, fastidieux et frustrant, nous préférerons une lecture sélective, certes injuste, mais du moins cohérente et approfondie, des textes touchant à l’histoire contemporaine, qui nous semblent pouvoir intéresser plus particulièrement les lecteurs d’une revue ruraliste pluridisciplinaire. En demandant pardon de cette iniquité aux collègues d’histoire antique, médiévale et moderne, dont les articles ont été conçus pour un dialogue trans-période scientifiquement très fécond, et en invitant nos lecteurs particulièrement curieux de cette thématique des contrats à aller découvrir directement dans le volume la pertinence de la très longue durée pour la compréhension des dynamiques des sociétés rurales – avec, par exemple, le travail collectif des historiens cordouans du Groupe d’histoire sociale agraire sur la stabilité de longue durée du latifundio, du 16e au 20e siècle, en liaison avec un système de fermage garantissant la pérennité des domaines (mais pas forcément de leurs possesseurs) par-delà les vicissitudes historiques.

6Le premier texte qui a attiré notre attention est celui de l’historienne italienne Giuliana Biagioli, spécialiste de la mezzadria toscane et pionnière des études comparées européennes, qui propose un bilan critique et prospectif de la problématique des contrats agraires dans l’historiographie italienne. Marquée par l’héritage marxiste dans sa dimension gramscienne et une interrogation de longue durée sur les singularités de l’histoire sociale péninsulaire, la littérature scientifique italienne a privilégié l’échelle régionale et l’approche comparatiste, soit entre sous-ensembles régionaux, soit vis-à-vis des « modèles » extérieurs, et notamment le modèle britannique d’agriculture capitaliste. Emblématiques de ce tropisme, les travaux d’Emilio Sereni sur le capitalisme dans les espaces ruraux ont marqué l’historiographie nationale de l’après-guerre. Ceux de Giovanni Giorgetti, dans une veine comparable, ont permis de sortir du juridisme et d’initier une véritable histoire sociale des espaces ruraux. Fermage du nord et mezzadria toscane ont naturellement focalisé l’attention, avant que le Mezzogiorno n’attire l’attention au-delà du cliché du modèle latifundiaire. Les approches les plus récentes, centrées notamment sur la famille, mais également sur un élargissement du questionnement à la dimension anthropologique et culturelle, semblent indiquer un déclin de la problématique de l’articulation entre rapports sociaux et développement. Giuliana Biagioli plaide toutefois pour une histoire qui n’oublierait pas sa propre mémoire, et se montrerait capable d’intégrer, et non de superposer, les différentes strates historiographiques.

7On pourra rapprocher de cette fresque historiographique, et pour des raisons qui ne tiennent pas seulement à la géographie, les deux contributions monographiques de Maria Malatesta, sur les fermiers de la Lombardie aux 19e et 20e siècles, et de Manuela Martini sur les réponses contractuelles à l’innovation dans la plaine de Bologne au 19e siècle. Toutes deux en effet, représentantes des voies de renouvellement de l’histoire sociale du monde rural, interrogent les contrats agraires non plus seulement dans leur capacité à formaliser et à pérenniser les rapports sociaux, mais dans leur aptitude à s’adapter, via l’émergence de structures collectives plus ou moins institutionnalisées, aux logiques de développement. La première, fortement investie dans le chantier européen d’histoire comparée des élites 3, interroge son terrain lombard sur la question du télescopage d’une identité systémique locale héritée – ici le fermage – et d’un choc conjoncturel global – la grande dépression. L’analyse de l’impact du mouvement des fermiers lombards dans les années 1880, menée à travers l’observation concrète de l’évolution des baux, amène toutefois à nuancer l’importance du facteur organisationnel dans l’adaptation du système : c’est bien la conjoncture qui régule les rapports entre propriétaires et locataires, l’État italien se révélant impuissant, avec l’échec de la réforme de 1905, à arbitrer les demandes divergentes des groupes sociaux et des intérêts régionaux. Toutefois, la revendication d’un statut entrepreneurial pour les fermiers, sur le modèle britannique, n’est pas sans incidence sur le comportement de certains propriétaires et l’affirmation collective du groupe social des fermiers lombards.

8Manuela Martini, pour sa part, s’appuie sur l’héritage historiographique présenté par Giuliana Biagioli pour interroger selon un point de vue un peu décalé la question de la rationalité du métayage. Reprenant la problématique du développement précédemment évoquée, Manuela Martini tire en effet profit de la richesse textuelle considérable des baux eux-mêmes, dont l’inflation de recommandations épouse la complexification croissante du travail agricole. Dénonçant l’essentialisation du métayage, elle entend en révéler toute l’adaptabilité et la diversité, jusqu’à l’intérieur d’une même impresa. Si le droit et la conjoncture ont toute leur place, la variable culturale doit être réévaluée : c’est bien la gestion concrète de l’exploitation qui est en cause dans le colonat partiaire, non pas seulement la rente foncière. Or, l’innovation culturale au 19e siècle, et ce qu’elle révèle de flexibilité (sur la conduite de l’exploitation) et de rigidité (dans le rapport social asymétrique du contrat) de la mezzadria, demandent à être mieux mises en lumière.

9Ces questionnements se retrouvent dans d’autres espaces et d’autres temporalités. Ainsi, dans le Mexique central étudié par Alejandro Tortolero Villaseñor, c’est une logique proche de celle des grands propriétaires européens, partagés entre rationalisation de l’exploitation et maintien du capital symbolique, qui anime les hacendados dans leur politique contractuelle. Avec toutefois une logique léonine plus marquée, l’accaparement des communaux – ressources en bois et en eau – mettant les grands propriétaires en position d’imposer leur propre division du travail aux fermiers et métayers du pueblo. Notamment en concentrant dans la partie en faire-valoir direct les bonifications et investissements nécessaires au développement des cultures commerciales. « Les propriétaires, qui disposaient d’une marge de manœuvre plus étendue, se servaient des contrats pour partager le risque, optimiser le fonctionnement de leurs exploitations et nouer des relations de clientèle avec des travailleurs loyaux ».

10Dans l’espace singulier de la huerta valencienne du 19e siècle, étudié collectivement par Salvador Calatayud Giner, Samuel Garrido Herrero, Jesús Millán y García-Varela et María Cruz Romeo Mateo, une analyse approfondie, à la fois qualitative et quantitative, de la stratégie des propriétaires rentiers, permet de remettre en cause leur immobilisme et leur passivité supposés. Fidèles à une historiographie péninsulaire qui a su adapter avec bonheur les outils du structuralisme pour une analyse dynamique des rapports sociaux et politiques, les auteurs mettent en lumière l’attitude de gestion à court et moyen terme des propriétaires valenciens, jouant de la diversité des contrats tout autant que de la faiblesse des institutions à en fixer les usages, intéressés certes prioritairement par la maximalisation de la rente dans une région à la fertilité exceptionnelle, mais tout autant désireux d’instaurer une domination efficace et durable sur le monde des cultivateurs. Où l’on mesure que la souplesse dans le paiement des fermages, le partage des investissements (par exemple pour le développement des agrumes) et la négociation des successions n’excluent pas le rapport de force, les grands propriétaires s’efforçant avec constance (et succès) de diviser les fermiers pour mieux les enfermer dans des relations clientélistes, bloquant la diffusion des mouvements anarchistes ou socialisants.

11Tout n’est toutefois pas pure rationalité dans les choix du monde de la propriété, et une histoire culturelle des représentations du contrat doit s’intéresser autant aux bailleurs qu’aux preneurs. Les rapports sociaux institutionnalisés produisent des habitus, et les propriétaires pas plus que leurs fermiers ou métayers ne répondent au modèle de l’adaptabilité pure à la conjoncture. Vincent Thébault montre bien, à travers l’exemple des grands propriétaires du Midi toulousain aux 19e et 20e siècles et de leur refus obstiné du fermage, que la logique sociale peut l’emporter sur l’intérêt direct. L’approche qualitative retenue, interrogeant des archives privées et des mémoires familiales particulièrement intéressantes, met en lumière l’attachement de longue durée au statut d’« exploitant » des propriétaires, jusqu’au choix d’une mise en valeur directe dans l’après-1945 lorsque le recours aux baux verbaux ou aux maîtres-valets n’est plus guère envisageable (à moins de pouvoir payer les services d’un ingénieur). Conduire soi-même le tracteur, plutôt que d’accepter l’« aliénation » que représenterait la mise en fermage des domaines… « Ce refus de céder l’exploitation de la terre à bail renvoie à la représentation de l’exercice de la propriété », conclut l’auteur. Reste à savoir si l’on peut transposer dans le second 20e siècle la notion de « pouvoir éminent » attachée à la description de la fonction notabilitaire du 19e siècle, elle-même réinvention sociale des élites de la terre d’avant la Révolution ; et si l’approche généalogique régressive ne conduit pas à surévaluer le comportement d’un môle de résistance de longue date marginalisé.

12Le parcours historiographique de Gérard Béaur sur les systèmes de contrats dans la France d’Ancien Régime introduit pour sa période, mais également pour la suivante, la question du rapport de la forme au fond des relations sociales. Jetant le doute sur la positivité du fait contractuel, Gérard Béaur entend mettre en lumière le flou des notions, à la fois dans les textes et dans leur interprétation. « Les contrats d’exploitation ne représentent [pas plus que les contrats de vente] une forme de contrats purs, faciles à isoler et parfaitement repérables. Ils ne sont qu’un élément d’un système enchevêtré, puisqu’ils se séparent mal de la vente et s’imprègnent de crédit et de travail ». Ce que confirme Jacques Beauroy, dans une lecture de longue durée des contrats de fermage en Norfolk (15e–19e siècle), révélant le fort développement des prescriptions culturales au 18e siècle dans une forme de contrat en apparence immuable.

13Munis de cet avertissement, les chercheurs en histoire moderne et contemporaine invités ont tenté de clarifier de leur mieux la question de l’articulation entre systèmes juridiques et dynamique des sociétés agraires, en profitant pour déconstruire les « légendes roses » et « noires » des différents modèles. C’est le propos, par exemple, d’Annie Antoine, qui s’efforce, dans la lignée de ses travaux sur l’univers du bocage de l’Ouest 4, de mettre en lumière la figure du « métayer aisé » et le dynamisme de l’association polyculture-élevage dans l’Ouest. En quelque sorte, l’éloge du métayage fait par les conservateurs du 19e siècle en aurait masqué la rationalité sous des arguments moraux maladroits. Dans l’exemple de la Mayenne du 18e siècle, « s’il est certain que le métayage n’assure pas l’enrichissement de l’exploitant, il est cependant impossible de parler de sa pauvreté, et s’il est légitime d’évoquer son manque de liberté, il est raisonnable de considérer qu’il y trouve des avantages ». Et donc, la modernisation agricole elle aussi…

14S’intéressant également à l’association entre métayage et élevage, mais au 20e siècle cette fois, François Spindler tente de montrer, par une démarche quantitative globale, la spécificité française d’un élevage dominé par le cheptel allaitant, que les régions de métayage auraient plus que d’autres su valoriser, en association parfois avec des productions annexes comme la volaille. Sur cette thématique, on trouvera une approche plus détaillée du cas de la Gascogne à l’époque moderne dans la communication de Francis Brumont.

15Bocage, métayage, élevage… et patronage : on le voit, la réflexion historienne sur les fondements de la modernisation rurale en France reste circonscrite aux termes du débat posé au début du 20e siècle entre déterminisme et possibilisme, fonctionnalisme et historicisme. La communication de l’économiste Jean-Philippe Colin, sur les pratiques foncières et les logiques paysannes d’une communauté mexicaine contemporaine, n’en est que plus utile pour apporter un contrepoint à la fois empirique et théorique aux lectures longitudinales du métayage. Il apparaît que la rationalité des pratiques foncières ne peut être modélisée de manière binaire et enfermée, et qu’il faut au contraire penser les logiques sociales à l’œuvre dans la communauté en fonction du fait migratoire, des activités non-agricoles, des imperfections du marché et, naturellement, de la réalité et de la perception des risques. L’information n’est pas un fait positif, et un peso déboursé n’est pas équivalent à un peso espéré : en cela, le métayage renvoie à la fois à la rationalité et à la culture du marché et de l’économie monétaire de l’espace concerné.

16Interrogeant l’autre pôle de la problématique contractuelle, à savoir la production et l’adaptation de la norme juridique, un certain nombre de communications présentées s’intéressent au rôle positif ou négatif du politique dans la dynamique des sociétés rurales. Pour la période contemporaine, deux types de logiques politiques sont étudiées : celles qui amènent un État national à faire varier la gamme des contrats agraires proposés aux acteurs sociaux, et celle du régime colonial. Si l’on suit Jean-Louis Ormières, fondant son analyse sur l’étude de la nature et de la durée des contrats agraires en Anjou au tournant des 18e et 19e siècles, la Révolution aurait représenté, pour les pratiques agraires, un accident conjoncturel (éloignant temporairement les élites de la terre) plus qu’un changement structurel. Françoise Fortunet, pour sa part, propose un lecture cursive de l’économie juridique des contrats agraires au 19e siècle, de la promulgation du Code civil de 1804 à la longue histoire de sa « naturalisation » dans les pratiques locales, jusqu’au compromis de la loi de 1889, sanctionnant l’inversion des rapports d’importance des fonctions sociale et économique du contrat, au profit de la seconde s’entend.

17Pour le 20e siècle, c’est à la période cruciale des années 1930-1940 que s’intéresse Isabel Boussard 5, pour tenter une approche désidéologisée de l’évolution de la législation sur le fermage. Au-delà des oppositions philosophiques de leurs auteurs, les projets de réforme du Front populaire, de Vichy et du GPRF auraient poursuivi le même objectif de trouver un compromis acceptable entre les parties, permettant de développer l’innovation et l’investissement agricoles. La figure d’un Pierre Caziot, particulièrement actif dans le débat et défenseur de la rationalité propre du fermage, permettrait de remettre en lumière la « technicité » première de la question. C’est bien le nœud du problème : le contrat doit-il être réduit à sa dimension de protocole technico-économique ou replacé dans une histoire totale des rapports sociaux et politiques ? Auquel cas on ne peut réduire la parole d’un Pierre Caziot, « expert foncier internationalement connu », à son propre plaidoyer de positivisme rustique.

18En dehors du cas français et de ses controverses, plusieurs contributions ont apporté un regard nouveau sur les politiques contractuelles des États. Sur une période proche de celle d’Isabel Boussard, les années 1940-1960, Mónica Alejandra Blanco s’intéresse ainsi à l’évolution de la législation argentine du fermage et son articulation avec la crise agraire qui touche notamment les exploitants de la Pampa au sud de Buenos Aires. Où l’on découvre qu’un État volontariste, qui plus est sollicité par un mouvement social important, n’a finalement que peu de prise sur la réalité complexe et mouvante du fermage. Les aptitudes culturales des sols, l’hétérogénéité sociale des preneurs et la volonté persistante de contrôle des bailleurs font que la réforme de 1943, certes importante, ne marque en rien la mise sous contrôle des rapports contractuels par l’État, mais seulement l’apparition d’un nouveau paramètre, aux effets pour partie imprévisibles, dans un rapport social dialectique.

19Dans les espaces marqués par l’économie coloniale, l’analyse des systèmes contractuels prend une dimension politique évidente. Ainsi, l’étude de Abdoul Sow sur le système de contrats fonciers dans le Sénégal colonisé permet une première approche, via les litiges portés en justice, du « choc » entre culture orale et droit écrit. Si les pratiques coutumières subsistent sous la domination française, elles n’empêchent pas cette dernière de procéder à une privatisation-confiscation progressive du sol, au nom certes du « développement », mais plus prosaïquement aussi de l’autonomie financière de la colonie.

20Le texte de Pierre Brocheux sur le fermage au Vietnam propose une lecture chronologique plus large, des années 1860 à la réorganisation post-coloniale. À l’évidence, le statut colonial permit d’instaurer des contrats particulièrement inégalitaires entre « propriétaires » et « preneurs », jusqu’à des formes proches du « servage ». À partir des années 1930, il est intéressant d’étudier de manière croisée la prise de conscience des observateurs « éclairés » – René Dumont notamment – et des militants indépendantistes, liés ou non au Parti communiste indochinois. Le trop rapide parcours de l’histoire de la refonte du droit rural après 1954, perturbée comme on l’imagine par les drames vécus dans la seconde moitié du 20e siècle par le Vietnam séparé puis réunifié, ne peut qu’inciter à un prolongement des travaux sur une problématique et un terrain particulièrement intéressants.

21Enfin, un certain nombre de communications abordent la question des contrats dans leur relation aux contraintes et aux atouts des milieux. C’est en fait, implicitement, la thématique du développement durable qui commence à travailler la communauté savante, parfois encore sous les apparences de la vieille (mais toujours respectable) géographie régionale et agraire « à la française ». Un seul texte toutefois oriente explicitement sa réflexion vers la notion d’environnement : celui de l’historien argentin Adrian Gustavo Zarrilli, à propos de la dégradation, de fait dramatique, des sols de la Pampa durant le premier 20e siècle. Où l’on mesure à quel point ce que l’on aurait qualifié il y a trente ans de « cercle vertueux » de la croissance, à savoir un système de contrat et un marché des produits agricoles poussant les exploitants à l’intensification, se trouve analysé aujourd’hui de manière radicalement opposée, comme « cercle vicieux » de « rupture de l’équilibre biologique ». Et dans ce procès en appel, il n’y a que des coupables : « l’intervention directe de l’homme sur le milieu naturel fut une des causes prépondérantes d’un déséquilibre. Son ingérence fut dans une large mesure malheureuse, quelle que soit la fonction qu’il occupait, du modeste colon au grand propriétaire, du simple commerçant local ou employé national au dirigeant d’une importante institution bancaire ou d’une entreprise commerciale et jusqu’au haut fonctionnaire de l’État. Selon sa position, il exécuta ou ordonna d’exécuter, en grande partie à travers les contrats de fermage et de colonisation, exactement le contraire de ce que l’expérience et le bon sens conseillaient de faire ». Bien évidemment, ce « révisionnisme environnementaliste » ne touche pas seulement l’économie d’exportation du Nouveau Monde : la question est au cœur des réécritures de l’histoire des paysages agraires européens, et singulièrement du bocage. Un bon contrat agraire est-il un contrat fondé sur un « ordre naturel » ? Faut-il placer l’analyse des logiques sociales dans une logique globale d’éthologie écosystémique ? Le débat n’est qu’effleuré par ce colloque, mais il est évident qu’il faudra rapidement procéder à un aggiornamento sur ce point. Et, sans doute, poser des garde-fous.

22Certes, la remise en cause de la lecture téléologique du paradigme libéral appliqué à l’agriculture est un acquis important, dont bon nombre de communications apportent ici, via une lecture environnementalisante et/ou anthropologisante, les éléments de preuve nécessaires : l’Ancien Régime agraire, ses complexités et ses régulations invisibles, ne fut pas un stade intermédiaire et insatisfaisant du développement de l’Europe, système impur et inefficace destiné à s’effacer devant la rationalité supérieure de la propriété moderne. Soit, la révolution agricole n’est pas la fin de l’histoire, et la restitution des « possibles » avortés ou oubliés de l’histoire agraire est l’un des grands mérites de la logique « révisionniste » actuelle. Mais dans ce cas, la porosité entre les conceptions inégalitaires de l’ordre naturel et de l’ordre social ne peut plus rester de l’ordre de l’impensé.

23Il y a deux temps dans un cycle historiographique : celui tout d’abord de la remise en cause des modèles, et donc de l’enquête, de l’investigation monographique ; puis celui de la confrontation, de la réévaluation des concepts et de la révision du vocabulaire, et de la théorisation éventuellement. Ce colloque se situe à la charnière des deux phases. La récolte, à l’évidence, a été bonne, abondante, variée. Il n’est sans doute pas nécessaire d’aller beaucoup plus loin, pour la France de l’avant 1950 du moins. En revanche, il reste beaucoup à faire sur l’autre versant. À la fois, dans l’esprit des organisateurs et des conclusions proposées par Maurice Aymard, pour tirer la quintessence de cette plongée dans l’intimité et l’endogénéité des sociétés agraires, et mieux comprendre les interactions entre milieux, dynamiques économiques et systèmes de normes. Bref, scientificiser un peu ce « bon sens » qui resurgit partout. Mais aussi, pensons-nous, pour parvenir à en sortir, à relier cette réflexion sur les contrats et les systèmes culturaux à la réflexion globale sur le changement social et ses interactions avec le politique et le culturel. Le compagnonnage de l’histoire avec la géographie est prorogé, celui avec le droit et les sciences économiques réaffirmé, et c’est tant mieux ; mais celui avec la sociologie demande à être approfondi lui aussi. Droits sur la terre, finalités productives, développement agricole, partage de la valeur ajoutée, crédit, transmission et dialectique normes/pratiques ne suffisent pas à fonder, selon le mot de Maurice Aymard, une « histoire rurale “totale” ». Il y manquerait, à notre sens – qui est manifestement celui de plusieurs intervenants à ce colloque, nullement monochrome –, les autres composantes des systèmes d’activités, les relations croisées avec l’englobant et les logiques sociopolitiques. Par exemple, et toujours dans une logique comparative, une analyse de la capacité et de la volonté des institutions sociales, juridictionnelles et étatiques à assumer directement ou indirectement une fonction d’arbitrage et de garantie effective des contrats dont elles proposent les modèles. Quelle police vient expulser les fermiers défaillants ? Quelle justice indemnise les métayers lésés ou exploités, si l’on accepte encore ce mot ? Un contrat agraire, ce ne sont en effet pas deux, mais bien trois partenaires : un bailleur, un preneur, et une instance légitimante, qui ne répondent pas tout à fait aux mêmes logiques, aux mêmes échelles et aux mêmes temporalités. D’où la difficulté, et l’intérêt majeur de la compréhension de leurs interrelations.

Haut de page

Notes

1 Ghislain BRUNEL, Olivier GUYOTJEANNIN et Jean-Marc MORICEAU [dir.], Terriers et plans-terriers du 13e eau 18e siècle, Actes du colloque de Paris (23-25 septembre 1998), Bibliothèque d’histoire rurale n° 5, Rennes/Paris, AHSR/École nationale des Chartes, 2002, 464 p.
2 Alain BELMONT [dir.], Autour d’Olivier de Serre. Pratiques agricoles et pensée agronomique du Néolithique aux enjeux actuels, Actes du colloque du Pradel (Ardèche), 27-29 septembre 2000, Bibliothèque d’histoire rurale n° 6, Caen, AHSR, 2003, 404 p.
3 Maria MALATESTA, Le aristocrazie terriere nell’Europa contemporanea, Rome-Bari, Laterza, 1999, 200 p.
4 Annie ANTOINE, Le paysage de l’historien. Archéologie des bocages de l’Ouest de la France à l’époque moderne, Rennes, Presses universitaire de Rennes, 2000, 340 p.
5 Membre historique de l’ARF, disparue au printemps 2006.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Cornu, « Gérard Béaur, Mathieu Arnoux et Anne Varet-Vitu [dir.], Exploiter la terre. Les contrats agraires de l’Antiquité à nos jours, Actes du colloque international de Caen 10-13 septembre 1997, Bibliothèque d’histoire rurale n° 7, Caen, Association d’histoire des sociétés rurales, 2003, 591 p. », Ruralia [En ligne], 16/17 | 2005, mis en ligne le 21 août 2006, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://ruralia.revues.org/1100

Haut de page

Auteur

Pierre Cornu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page