Navigation – Plan du site
Positions de thèse

Les zones centrales des Parcs nationaux alpins français (Vanoise, Écrins, Mercantour), des conflits au consensus social ? Contribution critique à l’analyse des processus territoriaux d’admission des espaces protégés et des rapports entre sociétés et politiques d’aménagement en milieux montagnards.

Thèse pour le doctorat en géographie, sous la direction de Xavier Bernier et Alain Marnezy, Université de Savoie, 2 volumes, 644 f°, soutenue le mercredi 14 décembre 2005, devant un jury constitué de Xavier Bernier, Jean-Paul Charvet (président), Bernard Debarbieux, Lucette Laurens (rapporteur), Isabelle Lefort (rapporteur) et Alain Marnezy, mention très honorable et félicitations du jury à l'unanimité.
Lionel Laslaz

Texte intégral

1Cette thèse de doctorat propose une approche critique du fonctionnement des parcs nationaux alpins français, à travers l’analyse des dynamiques qui animent depuis plus de quarante ans leurs zones centrales. Ces dernières connaissent les plus strictes mesures de protection (avec les Réserves intégrales qu’elles devaient comporter) que compte l’arsenal législatif français de protection de la nature. Longtemps marginalisées dans l’étude des espaces protégés, les sciences sociales réinvestissent aujourd’hui le terrain que s’étaient approprié les biologistes, selon la règle de la segmentation « Nature »/Société qui prévaut en France. Car si le constat de la réussite protectrice des parcs nationaux est unanime, celui de leur échec social commence à être admis. Le contexte très particulier de la haute montagne alpine de ces quarante dernières années fournit des éléments de compréhension des phénomènes de perplexité, voire de rejet, constatés à l’égard de ces établissements publics administratifs (EPA).

Une problématique reposant sur la dialectique conflits/consensus

2La thèse tente de démontrer comment les zones centrales alpines ont progressivement et imparfaitement glissé d’une situation conflictuelle vers l’ébauche d’une recherche de consensus social, fondé sur l’utilisation massive du compromis spatial. Cette problématique se situe dans le prolongement de nos travaux précédents, notamment dans le Guide du Parc national de la Vanoise 1 et dans Vanoise, 40 ans de Parc national 2.

3Le travail se présente en dix chapitres répartis en trois parties. Une longue introduction pose les enjeux du sujet et notre parti pris scientifique et idéologique. Effectivement, le choix d’une neutralité vis-à-vis des différents acteurs et des administrations concernées a permis d’effectuer une recherche en toute indépendance et d’exercer un regard critique sur les différents phénomènes observés. L’introduction résume les données de base de chacun des trois parcs nationaux concernés, afin de faire l’économie d’une présentation fastidieuse, courante et non déterminante pour la compréhension de leur fonctionnement. Un guide de lecture est proposé ensuite au lecteur afin de faire comprendre les choix d’illustrations et de mise en page.

4La première partie (L’espace d’aménagement des parcs nationaux alpins français : une logique centre-périphérie) dégage les paramètres de segmentation spatiale qui ont présidé au tracé et à la délimitation des zones centrales alpines. Ces dernières sont conçues non pas comme des espaces intangibles et intouchables, mais comme des territoires équipés répondant à une logique générale d’aménagement de la montagne alpine, synchrones ou en réaction par rapport aux sports d’hiver.

5Le premier chapitre (Centre et périphérie, limites et angles morts des espaces montagnards protégés) s’inscrit dans une lecture traditionnelle de la géographie, notamment celle des espaces montagnards. Mais à travers les analyses des densités de population et d’accessibilité des vallées concernées, la notion de périphérie, maniée à plusieurs échelles, prend tout son sens. Une marginalité qui prendra une signification particulière au cours des chapitres 4 et 5 notamment. En quoi les zones centrales constituent une figure archétypale de la haute montagne alpine et comment leurs limites, vivement discutées, constituent, dès l’origine, un compromis, font partie des questions soulevées dès ce chapitre introductif.

6Le chapitre 2, Les parcs nationaux alpins français, des structures d’aménagement, prend à contre-pied les conceptions habituelles qui dépeignent les espaces protégés comme des étendues de « fixité naturelle » où l’homme serait marginalisé. La dissociation entre équipement et aménagement permet de justifier d’emblée les termes retenus et d’identifier des processus d’aménagement multiscalaires en œuvre dans les zones centrales. Ces dernières ne sont pas propriétés d’État, tout en étant gérées par des établissements publics administratifs qui en émanent : le cas de la circulation des propriétaires privés en leur sein demeure ainsi problématique. La situation de la Vallée des merveilles semble particulièrement éclairante pour tenter de concilier protection et gestion de la fréquentation touristique.

7La conclusion de la première partie (Des parcs nationaux condamnés au conflit ?) pose la question de l’automaticité et de la nécessité du conflit comme mode d’affirmation et d’existence des structures de protection ; en d’autres termes, les parcs nationaux alpins français sont-ils nés et évoluent-ils grâce aux conflits ?

8La deuxième partie (Les conflits environnementaux et leur instrumentalisation politique en zones centrales des parcs nationaux alpins français) instaure le conflit comme mode de construction sociale de la relation à l’espace protégé. Le conflit est ici abordé comme outil de reconnaissance et d’existence des espaces protégés, et comme structurant ces derniers. Quatre entrées sont privilégiées. Le chapitre 3 (Segmentation spatiale et convergence d’intérêts : les espaces des conflits environnementaux) poursuit le façonnement théorique du conflit – entrepris en introduction de la deuxième partie – en proposant une « polémosphère » qui correspondrait à la sphère d’un conflit, dotée d’un équateur (l’équilibre du rapport de force entre acteurs), d’un méridien principal (argumentation déployée par chacun d’eux) et d’un horizon (constituant l’issue du conflit). Les deux premiers se recoupent en un point figurant une position, soit l’état de neutralisation du conflit.

9Nous proposons également une modélisation de la polémogenèse ou conflictuogenèse qui serait le processus de création et de grossissement d’un conflit environnemental. Cette approche offre l’avantage de situer les conflits à la fois dans l’espace et dans une dimension diachronique, de les hiérarchiser en fonction des mobilisations et du retentissement qu’ils induisent, sans oublier leurs effets territoriaux.

10Cette analyse intervient après le décryptage des espaces des conflits, analysés à travers deux exemples : ceux qui se caractérisent par leur « exceptionnalité », les hauts lieux, à travers un très long développement du cas de la Meije, sommet symbolique, entre immanence et crispations sur plus d’un siècle. Le premier conflit environnemental français prend naissance sur ses flancs septentrionaux, avec le projet de téléphérique jusqu’au sommet du Grand Pic de la Meije (1934-1935) qui mobilisa les alpinistes. C’est ensuite le téléphérique des Glaciers de la Meije, pour lequel les limites de la zone centrale du Parc national des Écrins (1973) avaient décrit trois ans plus tôt une curieuse incurvation, qui est l’objet du premier attentat d’« éco-guerriers » en France (novembre 1976). Enfin, en 1999-2000, les conflits autour de l’éclairage de la face Nord de la Meije par la municipalité de La Meije et du montage de l’exposition Traversées dans le Vallon des Étançons face à la face Sud de la Meije (Saint-Christophe-en-Oisans) renforcent cette idée de sacralisation du sommet emblématique de l’Oisans. Les violentes prises de position enregistrées depuis 2000 au sujet du projet de destruction (ou de démontage) du refuge de l’Aigle ne font que confirmer la symbolisation multifonctionnelle et multi-actorielle de la « Reine de l’Oisans ». Ces « territoires des quotidiens », soulignant que les zones centrales, espaces de présence saisonnière, pastorale notamment, demeurent fortement appropriés comme théâtres de la résistance d’une « civilisation de l’acharnement » bousculée…

11Le chapitre 4, intitulé Formes et acteurs des conflits : mesures et apports de l’incompatibilité, est une tentative de classification de quelques groupes d’acteurs. Mais il ne prétend nullement figurer toutes les relations des acteurs à l’égard des espaces protégés, tant les premiers peuvent être multiformes et multi-visages, fluctuant dans leurs prises de position comme dans leurs intérêts. Une première partie souligne les rapports ambivalents entre chasseurs et espaces protégés ; puis l’État, dont les multiples missions aboutissent à d’inévitables incohérences et conflits d’intérêts, est considéré comme instigateur de protection et initiateur de projets d’aménagement allant à l’encontre de cette dernière, ainsi les grands projets hydroélectriques des années 1980. Nous individualisons un comportement spécifique à l’égard des espaces protégés des villages de « bout du monde » (dénommés télistokomes), dans lesquels des configurations spatiales, culturelles et identitaires spécifiques sont à l’origine de résistances exacerbées face à l’État, et notamment aux structures de gestion de l’environnement créées par ce dernier.

12Le chapitre 5 (Les racines des conflits : immixtion nationale et réticences locales), en se gardant de tout déterminisme historique, indique les héritages, parfois lourds à gérer, des établissements publics, dans un contexte socioculturel spécifique à la montagne alpine (rattachement de la Savoie et du Comté de Nice à la France en 1860, de la Vallée de la Roya en 1947). La dimension historique de la médiocre acceptation sociale des espaces protégés est effectivement un paramètre fondamental pour la compréhension des phénomènes observés dans les dernières années. Irrédentisme et déceptions (au regard des promesses formulées lors de la création des parcs nationaux) modèlent des phénomènes de rejet récurrents, sans oublier un véritable fatras instrumental de la politique de protection de l’environnement en France qui explique sa faible lisibilité et son refus dans les hautes vallées alpines.

13Cette partie se termine sur un chapitre 6 fondamental dans l’articulation de la thèse puisqu’il appuie le binôme conflit/consensus sur les représentations de la « nature » propres aux différents groupes sociaux, qui tendent à l’instrumentaliser. À travers les conceptions du « sauvage » et les opérations de re-naturalisation, l’apaisement des relations entre alpinistes et gestionnaires d’espaces protégés, puis la propension de ces derniers à s’engager dans une patrimonialisation porteuse de reconnaissance auprès des acteurs locaux, enfin leur gestion du retour des loups depuis 1992, ce sont les conceptions mêmes de la « nature » en zone centrale qui sont ici développées (Instrumentalisation politique des conflits et construction sociale de l’idée de « nature ») et qui expliquent la persistance du dissensus.

14La conclusion de la deuxième partie interroge le conflit comme initiateur du consensus social. Dans le contexte de décentralisation, de développement local, de synergie entre acteurs qui prévaut depuis une vingtaine d’années, les parcs nationaux ne sont-ils pas « acculés au consensus » ?

15La troisième partie (Les parcs nationaux alpins français, outils du consensus social ?) fait du consensus le mode d’échange social privilégié des acteurs ; mais il n’est pas opposé aux conflits, et au contraire ces derniers se nourrissent réciproquement, les barrières les séparant étant bien mouvantes au gré des jeux d’acteurs. Un consensus qui demeure souvent illusoire, artificiel, temporaire, et qui s’appuie sur le recours au compromis spatial, c’est-à-dire la division stricte de l’espace entre différents acteurs et usages.

16Le chapitre 7 (Les parcs nationaux alpins français face au tourisme estival : les paradoxes des retombées économiques et de la « sur-fréquentation ») tente de contredire un certain nombre d’idées reçues. La première partie démontre que la protection est née de la fréquentation touristique qui l’alimente en grande partie ; et en aucun cas que les espaces protégés sont à l’origine des flux touristiques. Ensuite, l’idée de « sur-fréquentation », qui fait relativement consensus pour les différents acteurs des espaces protégés, est fortement remise en cause. Au-delà d’un dénombrement hasardeux et d’une fréquentation stagnante, d’une concentration spatio-temporelle très limitée, c’est le choix délibéré des différents acteurs et la volonté politique des gestionnaires qui sont ici avancés pour démontrer le caractère très critiquable de ce concept, par ailleurs abondamment mis en avant pour démontrer le succès commercial des parcs nationaux. Une argumentation qui permet aussi de justifier des restrictions telles que les éco-taxes et les éco-péages, dont l’utilisation vient d’apparaître dans le Parc national du Mercantour (Lac d’Allos), première application pour un parc national alpin français.

17Dans le prolongement, un chapitre 8 intitulé Les zones centrales alpines et le tourisme hivernal : la logique du carcan… s’essaie à l’analyse des rapports ambivalents entre tourisme de sports d’hiver et protection. Celle-ci découle de celui-là ; bien plus, il lui permet de se justifier comme « rempart » indispensable à l’artificialisation de la montagne alpine : c’est le « spectre de la menace ». Dans le contexte actuel de liaison entre domaines skiables, auxquels les espaces protégés de divers types constituent bien souvent une entrave (étant donné qu’ils ont été créés en négatif des stations de sports d’hiver), nous proposons l’adoption de deux nouvelles classes de stations de sports d’hiver, les 5e et 6e générations, la première relevant des grands domaines skiables reliés (qui abondent notamment en Vanoise), la seconde exprimant une logique plus récente de raccordements de ceux-ci aux bourgs et villes de fonds de vallées pour gagner en accessibilité et en rentabilité.

18Le chapitre 9 revient sur le pastoralisme (déjà abordé dans les chapitres 2, 3 et 5) pour finalement montrer son passage Du rejet à la requête… Mais il est abordé comme projet politique des parcs nationaux et comme fondement identitaire et fonctionnel des zones centrales alpines. Effectivement, l’adoption des mesures agri-environnementales (MAE), très inégalement admises d’un parc à l’autre (voire d’un département à l’autre), permet aux différents acteurs de justifier l’élevage tout en faisant admettre la protection. Le cas de la gestion de la Reine des Alpes (dite chardon bleu ou Panicaut des Alpes) indique les inégales difficultés des établissements publics à travailler avec la profession agricole pour ce type de projet de protection, dans lequel les éleveurs sont associés dans la fauche, la mise en défens et la gestion des pâturages.

19À travers les différentes activités présentes en zone centrale, cette recherche de consensus se bâtit donc sur un compromis : économique à travers les retombées de la fréquentation estivale ; spatial avec la partition et l’interchangeabilité spatiales de rigueur dans les domaines skiables ; politique avec les nouveaux atouts que l’on découvre à un pastoralisme longtemps rejeté.

20Le chapitre 10 (Les parcs nationaux alpins français, nouveaux espaces d’application du développement local ?) se penche sur les projets de parcs nationaux alpins inaboutis (Vallée de la Clarée, Parc international du Mont-Blanc). Il soulève l’enjeu de la création de parcs transfrontaliers franco-italiens (Grand Paradis et Alpi Maritime). Il met en avant l’utilisation de la toponymie et du label « Parc National » par les édiles locaux et pose dès lors la question de l’acceptation sociale des parcs nationaux, qui tentent de se tourner vers le développement local, comme l’indiquent les contours du projet de loi de réforme (issue du rapport Giran) en discussion depuis plus de deux ans. Le concept d’« acceptance » 3 proposé pour l’ex-RDA ne peut être transposé dans les hautes vallées alpines. Le chapitre se termine sur une remise en cause structurée du modèle concentrique français des parcs nationaux.

21La conclusion de la troisième partie s’interroge sur la finalité de cette réforme en cours (Quelle adaptabilité des parcs nationaux ?) à travers les possibilités d’adaptation des espaces protégés.

22La conclusion générale (Pour une lecture revisitée et raisonnée des dynamiques d’admission des espaces protégés en haute montagne alpine) se veut brève en raison du choix d’un chapitre 10 faisant office de bilan et de présentation des perspectives et des orientations possibles, dans la gestion des espaces protégés. La conclusion générale propose ainsi dix entrées permettant de questionner l’avenir des parcs nationaux.

Apports et intérêts du travail

23Dans le prolongement des précédents travaux en ce sens 4, notre thèse propose une réflexion sur le conflit (environnemental notamment) comme mode de territorialisation des espaces protégés. D’où sa représentation sous la forme de figures telles que la polémosphère ou la polémogenèse. Il est ici abordé comme un outil de la reconnaissance et de l’affirmation des parcs nationaux, mais aussi comme un mode de convergence des acteurs, à la recherche de compromis. Il est localisé de manière préférentielle (mais non exclusive) dans les fonds de vallée isolés marqués par un phénomène de rejet historique de l’État central (« télistokome »). C’est l’instrumentalisation politique des conflits qui est avant tout analysée, montrant, à travers le retour du loup dans les Alpes françaises (et chronologiquement en premier lieu dans le Parc national du Mercantour) ou les mouvements et retournements de différents acteurs, à quel point une lecture uniforme et univoque du conflit est artificielle. Parce qu’il existe et permet la confrontation des acteurs, le conflit s’insère dans une recherche de consensus fondée, dans les Alpes françaises, sur des logiques de segmentation (dite « règle du tout et rien », soit d’un côté tout pour la protection et rien pour l’équipement et de l’autre l’inverse) et d’interchangeabilité spatiales. Notre recherche démontre aussi que l’idée de la nécessité de protection est née des premières formes de fréquentation touristique (fin 19e siècle) et que les parcs nationaux se créent en parallèle de l’aménagement massif pour les sports d’hiver dans les Alpes françaises : « le tourisme fait et défait la protection ». C’est aussi l’hypocrisie de la fréquentation touristique et la déconstruction du discours sur la capacité de charge et la sur-fréquentation qui permettent d’argumenter contre la mise en place des « éco-péages ». Les propositions pour l’établissement de stations de 5e et 6e générations s’inscrivent aussi dans une réflexion générale sur l’évolution de l’aménagement de la montagne alpine et sur les rapports entre protection et équipements pour les sports d’hiver. Si le cheminement de la réflexion ne vise pas à démontrer l’existence d’un consensus, il s’attache à souligner le phénomène de « sédation environnementale », à savoir l’atténuation ou la disparition des manifestations pathologiques de conflits environnementaux.

24Au final, la thèse s’inscrit dans un questionnement argumenté des mesures de protection en France, loin des discours dominants privilégiant une admiration béate des espaces de « nature sauvage » – selon la terminologie courante – et le « politiquement correct ».

Haut de page

Notes

1 Lionel LASLAZ, Christiane PEYRONNARD et Christelle FLORET, « Paysage », dans Bertrand CLAEYSSEN [dir.], Le Guide du Parc national de la Vanoise, Grenoble, Éditions Glénat, 2003, 224 p.
2 Lionel LASLAZ, Vanoise : 40 ans de Parc national ; bilan et perspectives, Paris, L’Harmattan, collection « Géographies en liberté », 2004, 434 p.
3 Samuel DEPRAZ, « Le concept d’"akzeptanz" et son utilité en géographie sociale. Exemple de l’acceptation locale des parcs nationaux allemands », dans Espace géographique, n° 1, 2005, pp. 1-16
4 Bruno CHARLIER, La défense de l’environnement : entre espace et territoire. Géographie des conflits environnementaux déclenchés en France depuis 1974, Thèse de doctorat en géographie, sous la direction de André Etchelecou, Université de Pau et des Pays de l’Adour, 1999, 753 f° ; Jean-Marc Dziedzicki, Gestion des conflits d’aménagement de l’espace ; quelle place pour les processus de médiation ?, Thèse de doctorat en aménagement, sous la direction de Corinne Larrue, Centre d'études supérieures de l’aménagement, Université de Tours, 2001, 443 f° ; Armelle CARON et André TORRE, « Conflits d’usage et de voisinage dans les espaces ruraux », dans Sciences de la société, n° 57, 2002, pp. 95-113 ; Arnaud LECOURT, Les conflits d’aménagement : analyse théorique et pratique à partir du cas breton, Thèse de doctorat de géographie, sous la direction de Guy Baudelle, Université Rennes 2–Haute-Bretagne, 2003, 363 f°
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Laslaz, « Les zones centrales des Parcs nationaux alpins français (Vanoise, Écrins, Mercantour), des conflits au consensus social ? Contribution critique à l’analyse des processus territoriaux d’admission des espaces protégés et des rapports entre sociétés et politiques d’aménagement en milieux montagnards. », Ruralia [En ligne], 16/17 | 2005, mis en ligne le 21 août 2006, consulté le 24 mars 2017. URL : http://ruralia.revues.org/1094

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page