Navigation – Plan du site
Positions de thèse

L’évolution des niveaux de vie en France, de la fin de l’Ancien Régime à la Seconde Guerre mondiale. Approche anthropométrique.

Thèse pour le doctorat d’histoire sous la direction de Michel Hau, Université Marc Bloch, Strasbourg 2, 2 volumes, 793 f°, soutenue le 27 novembre 2004, devant un jury constitué de Jean-Claude Asselain, Claude Diebolt, Jean-Pierre Dormois (président), Michel Hau, Jean Effer et Emmanuel Le Roy Ladurie, mention très honorable et félicitations du jury à l'unanimité.
Laurent Heyberger

Entrées d’index

Géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

1L’histoire anthropométrique constitue une approche originale des niveaux de vie. Initié en France par Emmanuel Le Roy Ladurie dans les années 1970 1, ce type d’enquête cliométrique s’est pleinement développé dans les pays anglo-saxons à la suite des travaux pionniers de Robert Fogel puis de Richard Steckel et John Komlos 2.

2La nouvelle histoire anthropométrique repose sur deux principes de base. Tout d’abord, la stature humaine considérée à l’échelle de l’individu renvoie au biologique, elle est l’expression d’un potentiel génétique individuel, distribué de façon aléatoire au sein d’une population donnée. La distribution normale des effectifs d’une population selon les classes de taille est une donnée naturelle. Au contraire, la stature moyenne d’un grand nombre d’individus est déterminée par des facteurs sociaux, elle peut varier au cours du temps, entre groupes sociaux, entre différents espaces, etc. D’autre part, la stature moyenne des adultes rend compte de manière synthétique des apports nutritionnels et des dépenses en énergie d’une population donnée pour une période d’une vingtaine d’années de croissance. La stature moyenne constitue donc un indice synthétique du « niveau de vie biologique » (biological standard of living), ou « niveau de nutrition nette », ou encore « indice de malnutrition chronique » selon l’OMS 3.

3Afin de mieux poser ces deux principes, un aperçu des évolutions épistémologiques concernant l’interprétation scientifique de la stature en France au cours des deux derniers siècles est nécessaire. Ainsi, après les premiers travaux pionniers de Villermé entrepris dans une perspective mésologique 4, le conte racial de Broca et des Bertillon est étayé d’arguments statistiques qui reposent en fait sur des erreurs de construction et d’interprétation d’histogrammes 5. Les années 1860-1880 constituent l’âge d’or des interprétations raciales de la stature sous le mandarinat des anthropologues et des médecins militaires. Par la suite, à la fin du 19e siècle, le renouveau arrive des scientifiques étudiant le monde rural et des médecins civils. Des zootechniciens tels André Sanson, des vétérinaires comme Saint-Yves Ménard ou des médecins comme Jules Carret se font les habiles défenseurs d’un retour à la thèse mésologique 6. Celle-ci ne s’impose pourtant pas avec la fin de la Seconde Guerre mondiale et le naufrage de la pseudo-science nazie, mais doit attendre le début des années 1960 pour être admise sans conteste 7. Depuis, l’enquête anthropométrique est devenue un instrument privilégié de plusieurs historiens quantitativistes et économistes étrangers.

4La stature moyenne permet de comparer le niveau de vie de populations salariées et non salariées au moyen d’une mesure commune (la toise), ce qui est particulièrement précieux pour les époques historiques où la majorité des habitants sont de petits artisans indépendants ou de petits exploitants non salariés. La stature moyenne permet aussi de comparer les niveaux de vie entre périodes où les données sur les salaires sont peu fiables. Enfin, elle fournit des estimations qui viennent nuancer et compléter la vision traditionnelle que l’on se fait de l’évolution des niveaux de vie au moyen d’indices classiques tels que PIB, revenus, salaires ou consommation alimentaire par habitant.

5Depuis une vingtaine d’années, l’histoire anthropométrique s’est penchée sur un grand nombre de pays, du Mexique au Japon en passant par la République tchèque, la Russie ou la Chine, sans oublier les pays d’Europe de l’Ouest et les États-Unis d’Amérique. Il est apparu que, dans l’immense majorité des cas, la stature connaît une dépression dans les premiers temps de l’industrialisation, soit au tournant des 18e et 19e siècles pour l’Europe, ce qui invite à reconsidérer les coûts humains de la première révolution industrielle.

6Pour la France, la voie « douce » de l’industrialisation semble une fois de plus confirmée par l’histoire anthropométrique : à l’échelle nationale, les recherches de M.A. Van Meerten et D.R. Weir 8 ont montré une élévation lente et équilibrée du niveau de vie biologique entre 1784 et 1902 (années de naissance des conscrits 9), notamment en raison du caractère rural persistant du pays. Cette approche nationale est-elle confirmée à une échelle plus fine ?

7Quatre espaces ont été sélectionnés pour répondre à cette question : l’arrondissement de Sélestat (Bas-Rhin) comme espace témoin de la micro propriété et de la polyculture, les arrondissements de Saint-Yrieix et de Bellac (Haute-Vienne), comme espaces témoins de la petite culture « archaïque » et des migrations saisonnières, l’arrondissement de Melun (Seine-et-Marne) comme représentant de la grande culture physiocratique, et enfin le canton de Mulhouse (Haut-Rhin) comme ville industrielle en plein essor.

8Les sources qui permettent d’observer la taille des individus de sexe masculin de manière homogène et continue sont d’origine conscriptionnelle. Certaines sources sont très secondairement issues des archives de la milice royale pour le 18e siècle. Les archives françaises et allemandes 10 conservées dans les services d’archives départementaux (séries C, L et R) et municipaux (pour Mulhouse, série HI), représentent un peu plus de 550 registres et 298 000 données individuelles. Elles permettent de reconstituer l’évolution des niveaux de vie biologiques entre les années de naissance 1780 et 1920 (classes de l’an VIII à 1940) pour les espaces considérés. Des traitements statistiques sont nécessaires avant d’arriver à des séries homogènes et continues en raison de l’existence de plusieurs tailles minimales légales de réforme, d’âges d’appel variables en temps de guerre et du passage au système métrique au tournant des 18e et 19e siècles. Les résultats s’entendent donc tous standardisés à l’âge de vingt ans et six mois, âge auquel une grande majorité de conscrits passent sous la toise entre 1800 et 1940.

9Au cours d’une première phase, des années de naissance 1780 à 1850 (années d’examen 1800-1870), les populations urbaines et rurales doivent faire face au défi du surpeuplement, tout particulièrement dans la décennie de naissance 1820. Mulhouse, le « Manchester français », connaît une baisse sensible du niveau de vie biologique de ses habitants alors que les salaires réels stagnent, voire augmentent. On retrouve à Mulhouse le même hiatus entre stature et indice « traditionnel » de niveau de vie (salaire réel) que dans bien d’autres espaces étrangers en voie d’industrialisation. Dans la même période, la stature des Limousins et des ruraux alsaciens stagne ou s’érode, signe que les campagnes, alors en pleine croissance démographique, peinent à nourrir convenablement leurs habitants. En Limousin, les cultivateurs sont alors sensiblement plus petits que les maçons, preuve supplémentaire de la médiocrité de l’agriculture régionale. Au contraire, exception dans une Europe en difficulté au cours de la première moitié du 19e siècle, la Brie connaît une élévation très sensible de la stature, de rythme comparable à celui de la moyenne nationale au cours des « Trente glorieuses ». Les journaliers, manouvriers et autres agriculteurs dépendants briards sont de haute stature comparés à leurs homologues alsaciens. Dans les années de naissance 1820-1850, l’arrondissement de Melun connaît donc une première révolution agricole, fondée sur les légumineuses et les moutons croisés mérinos, qui élève de manière sensible le niveau de vie biologique de ses habitants. Il faut rester prudent quant à l’exception briarde : peu d’études régionales d’anthropométrie historique ont été menées à ce jour, on ne peut donc exactement savoir dans quelle mesure la Brie est une exception en Europe. La première moitié du 19e siècle enregistre en tout cas un mouvement en ciseaux entre les deux espaces de modernité, industrielle et agricole, Mulhouse et la Brie. À l’issue de la première période (1780-1850), le bilan dressé par profession montre clairement que ce sont les actifs de l’agriculture, proches des sources de nutriments, qui tirent mieux leur épingle du jeu par rapport aux artisans et ouvriers.

10Une deuxième période, des années de naissance 1850 à 1880, permet de voir les effets de la Grande dépression et de l’ouverture des marchés sur les cohortes examinées entre 1870 et 1900. En effet, les évolutions régionales contrastées observées pour ces cohortes de naissance ne peuvent s’expliquer par le contexte économique et social des années de petite enfance, généralement très favorable à une élévation du niveau de vie. Au contraire, ces évolutions prennent tout leur sens lorsqu’on les ramène aux années d’examen. Ainsi la Brie est la région la plus touchée par l’arrivée des blés américains : la stature y baisse sensiblement jusqu’à l’année d’examen 1896 alors même que les salaires réels stagnent mais ne semblent pas baisser. La liquidation de nombreuses micro-propriétés qui équilibraient jusqu’alors l’économie et le régime alimentaire des familles de salariés agricoles, mais aussi l’extension du chômage rural sont des facteurs supplémentaires de fragilisation du niveau de nutrition nette des agriculteurs dépendants. L’étude de l’évolution d’un indice traditionnel de niveau de vie comme les salaires réels ne permettait pas de prendre la mesure des difficultés que rencontre la population briarde à la fin du 19e siècle. Les petits commerçants et les cultivateurs indépendants sont cependant les plus touchés par la contraction de l’économie briarde. Grâce à la polyculture mais aussi à une réorientation plus précoce vers les marchés plus porteurs du lait et de la viande, l’Alsace rurale résiste mieux : la baisse de stature est moins importante et moins longue qu’en Brie. Peut-être l’instauration plus précoce du protectionnisme douanier joue-t-elle également un rôle bénéfique sur les prix à la vente et donc sur les revenus agricoles en Alsace. À l’opposé, le Limousin, espace producteur de viande, et Mulhouse, espace consommateur de viande et de lait, sont les seuls à profiter sensiblement de l’ouverture des marchés. Le Limousin, en augmentant considérablement l’exportation de ses bovins vers les marchés urbains, améliore nettement la stature de ses conscrits, mais aussi le poids de ses bœufs : niveaux de vie animal et humain évoluent de concert entre 1814 et 1917, avec une hausse accélérée à partir du milieu du 19e siècle. L’hypothèse originale d’un parallélisme des conditions de vie humaines et animales, émise par les zootechniciens du 19e siècle, se trouve ainsi confirmée. L’amélioration du niveau de nutrition nette à la fin du 19e siècle est d’autant plus remarquable que la pression démographique est alors encore forte en Limousin, le maximum de population rurale étant atteint dans les années 1890.

11Les destins contrastés de la Brie et du Limousin semblent originaux au regard de l’histoire anthropométrique d’autres pays. En effet, dans l’immense majorité des cas, l’intégration au marché des régions jusqu’alors périphériques a pour conséquence de faire baisser la stature des habitants de ces espaces. Avec l’avènement du marché, les agriculteurs de ces régions exportent les protéines qu’ils réservaient jusqu’alors à leurs enfants, ce qui a pour conséquence d’appauvrir le régime alimentaire des habitants des régions en cours d’intégration au marché 11. Mais en France, c’est la région davantage périphérique (Limousin) qui profite de l’intégration, alors que c’est la région centrale et déjà intégrée (Brie) qui est en crise. Le régime alimentaire limousin est déjà si dépourvu de protéines d’origine animale que l’exportation accrue de viande bovine ne peut que se traduire par une hausse des revenus et de la consommation alimentaire totale. La période d’examen 1870-1900 marque donc la revanche de la région des petits producteurs de viande sur la région de grande culture céréalière, mais aussi la revanche de la modernité urbaine et industrielle (Mulhouse) sur la modernité agricole (Brie). L’anthropométrie invite à réévaluer les coûts humains de la Grande dépression pour certaines régions (Brie, Alsace rurale) et à ne pas faire de cette « Grande Dépression » une expression vide de sens ou une réalité mineure, face à laquelle seules les régions de petite culture seraient en difficulté 12.

12L’inversion de tendance a lieu en Brie à l’année d’examen 1896, ce qui ouvre une nouvelle période identifiable par l’indice anthropométrique, de 1900 à 1940 (années de naissance 1880-1920). Cette période constitue la première phase de croissance staturale commune aux quatre espaces étudiés, croissance d’autant plus remarquable qu’elle est pour la première fois sensible et durable. Les nuances de croissance sont cependant très significatives : les citadins de Mulhouse grandissent plus vite que les ruraux de l’arrondissement de Sélestat et finissent par les dépasser, car les conditions de vie de la ville deviennent désormais meilleures que celles de la campagne. Les modifications de la structure socioprofessionnelle de la ville, mais aussi l’avènement des public utilities jouent en faveur des citadins. Par ailleurs, les Briards améliorent leur stature plus lentement que les Limousins : l’économie céréalière des grandes exploitations est en difficulté relative par rapport à l’économie pastorale du pays de petite culture. Cependant l’urbanisation du début du 20e siècle tire la croissance staturale de l’arrondissement de Melun vers le haut. La situation des agriculteurs dépendants briards de nationalité française se dégrade par rapport à celle des professions agricoles des autres régions, mais aussi dans l’absolu, preuve supplémentaire d’une crise des grandes exploitations. Dans le prolongement de la période précédente, le début du 20e siècle marque donc le rattrapage de la région limousine sur la région briarde. Mais que l’on ne s’y trompe pas : le « retard » limousin est tel au début du 19e siècle, qu’encore en 1940, les Briards dominent (légèrement) les Limousins. De 1880 à 1920 (années de naissance), la croissance anthropométrique a d’abord concerné Mulhouse, puis le Limousin et l’Alsace rurale, tous trois grandissant plus vite que la moyenne nationale, alors que La Brie se situe nettement en deçà. Au terme de soixante-dix ans d’évolution des niveaux de vie (années de naissance 1850-1920), les conscrits exerçant les métiers de la ville bénéficient d’un gain de nutrition nette plus important que les conscrits de l’agriculture. Cependant, l’amélioration générale, sensible et durable du niveau de vie biologique, permet de voir dans la période 1880-1920 (années de naissance) la première époque de croissance nationale vraie d’un point de vue anthropométrique. Les régimes alimentaires des campagnes se diversifient alors et les progrès de la médecine et de l’hygiène permettent aux corps humains de moins dépenser d’énergie dans la lutte contre les agressions du monde extérieur.

13L’histoire anthropométrique amène donc à nuancer la vision d’une croissance économique atone que proposent traditionnellement les historiens et les économistes pour la première moitié du 20e siècle. Il faut toutefois garder à l’esprit que croissance anthropométrique ne signifie pas nécessairement croissance économique : c’est là-même que se trouve l’originalité et l’intérêt des enquêtes anthropométriques. Arrivé à un certain niveau du développement humain et économique, la moindre amélioration dans le PIB par habitant peut se traduire par un gain beaucoup plus sensible en terme de niveau de vie biologique. À indices traditionnels de niveau de vie constants (PIB par habitant ou salaire réel), les conditions de vie des Français se sont nettement améliorées dans la première moitié du 20e siècle.

14D’autre part, l’analyse des écarts anthropométriques entre professions, sur la totalité de la période étudiée, permet d’apporter de nouveaux éléments au débat sur l’évolution des inégalités au cours de l’industrialisation, à condition de garder à l’esprit qu’il ne s’agit ici que d’inégalités de niveaux de vie biologiques, et non de différences de salaires, de revenus ou de patrimoines et que nous ne considérons que quatre espaces aux dimensions réduites 13. Il reste que, des années de naissance 1780 à l’année 1920, les écarts-types entre professions restent les mêmes, autrement dit, il n’y a pas de réduction supposée naturelle des inégalités sociales saisies par l’indice anthropométrique. En moyenne, l’industrialisation n’apporte pas de diminution des inégalités sociales, du moins d’un point de vue anthropométrique. En revanche, les inégalités les plus criantes s’estompent en période de croissance ou dans les régions riches, alors qu’elles augmentent dans les régions pauvres ou en dépression. Dans le long et le moyen terme, la diminution de l’écart anthropométrique maximum entre professions se fait surtout par rapprochement des plus petits, des plus pauvres, vers la moyenne, alors que l’écart des plus grands à la moyenne reste à peu de chose près toujours le même. En effet, la moindre amélioration dans le régime alimentaire pauvre et déséquilibré des plus démunis bénéficie immédiatement à ces derniers qui grandissent alors par conséquent plus vite que la moyenne. En revanche, les plus favorisés ont beau manger davantage, passé un certain seuil de saturation, ils n’en grandissent pas plus mais prennent plutôt du poids.

15Si les niveaux de vie biologiques ont sensiblement augmenté en cent quarante années en France, les inégalités entre professions restent en moyenne les mêmes et les évolutions régionales sont loin d’être linéaires. C’est particulièrement net dans le cas de Mulhouse et de la Brie. Au 19e siècle, suivant la région et l’époque considérées, la vie aux champs n’est pas forcément plus avantageuse que la vie en usine. L’industrialisation n’est pas un long fleuve tranquille. Globalement, la stature réagit de façon originale par rapport aux indices dits « traditionnels » de niveau de vie, tels les salaires réels. Si l’histoire anthropométrique a tendance à « noircir le tableau » au 19e siècle, elle présente une vision plus optimiste pour le début du 20e siècle. On rejoint par ces observations les conclusions que dégage John Komlos au terme provisoire d’un quart de siècle de recherches en histoire anthropométrique 14.

Haut de page

Notes

1 L’étude fondatrice reste N. BERNAGEAU, E. LE ROY LADURIE et Y. PASQUET, « Le conscrit et l’ordinateur. Perspectives de recherche sur les archives militaires du 19e siècle français », dans Studi Storici, n° 10, 1969, pp. 260-308.
2 R.H. STECKEL, « Slave Height Profiles from Coastwise Manifests », dans Explorations in Economic History, n° 16, 1979, pp. 363-380 ; J. KOMLOS, Nutrition and Economic Development in the Eighteenth-century Habsburg Monarchy. An Anthropometric History, Princeton, 1989 ; pour une mise au point récente : R.W. FOGEL, The Escape from Hunger and Premature Death, 1700-2100, Europe, America, and the Third World, Cambridge, Cambridge university Press, 2004.
3 OMS, série des rapports techniques, n° 854, Utilisation et interprétation de l’anthropométrie. Rapport d’un comité OMS d’experts, Genève, 1995.
4 L.-R. VILLERMÉ, « Mémoire sur la taille de l’homme en France », dans Annales d’hygiène publique et de médecine légale, n° 1, 1829, pp. 351-399.
5 P. BROCA, « Recherches sur l’ethnologie de la France », dans Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, n° 1, 1860, pp. 1-56 ; A. BERTILLON, article « Moyenne », dans Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, 2e série, tome 10, Paris, 1876, pp. 296-324 ; J. BERTILLON, « Anthropologie. La taille en France », dans Revue scientifique, volume 10, n° 16, 1885, pp. 481-488.
6 S.Y. MENARD, Contribution à l’étude de la croissance chez l’homme et les animaux. Physiologie et hygiène comparées, Paris, 1885 ; J. CARRET, Études sur les Savoyards, Paris, au secrétariat de l'Association française pour l'avancement des sciences, 1882.
7 M.-C. CHAMLA, « L’accroissement de la stature en France de 1880 à 1960 ; comparaison avec les pays d’Europe occidentale », dans Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 11e série, n° 6, 1964, pp. 201-278.
8 M.A Van MEERTEN, « Développement économique et stature en France, 19e-20e siècles », dans Annales, économies, sociétés, civilisations, tome 45, 1990, pp. 755-778 ; D.R WEIR, « Economic Welfare and Physical Well-Being in France, 1750-1990 », dans R.H. STECKEL et R. FLOUD [dir.], Health and Welfare during Industrialization, Chicago, University of Chicago Press, 1997, pp. 161-200.
9 La majorité des études d’histoire anthropométrique cite désormais les statures à la date de naissance et non plus à celle d’examen, car on considère que c’est au cours de la petite enfance que les conditions de vie influencent le plus la taille adulte.
10 Pour l’Alsace entre 1871 et 1918.
11 J. KOMLOS, « Histoire anthropométrique : bilan de deux décennies de recherche », dans Cahiers de l’ISMEA, Économies et sociétés, Série histoire économique quantitative, AF 29, 2003, pp. 10-11.
12 Voir notamment J.-C. TOUTAIN, « La production agricole de la France de 1810 à 1990 : départements et régions. Croissance, productivité, structures, tome 1 », dans Cahiers de l’ISMEA. Économies et sociétés. Histoire quantitative de l’économie française, volume 11-12, 1992, pp. 24, 26, 30 et 47. Pour une vision plus « pessimiste » (ou équilibrée ?) de la Grande dépression, voir : P. BAIROCH, Mythes et paradoxes de l’histoire économique, Paris, Éditions La découverte, 1995, pp. 69-72.
13 Espaces considérés : non pas les seuls arrondissements précités, mais la totalité des départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin, de la Seine-et-Marne et de la Haute-Vienne.
14 J. KOMLOS, « Histoire anthropométrique… »,  art. cité, p. 19.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Heyberger, « L’évolution des niveaux de vie en France, de la fin de l’Ancien Régime à la Seconde Guerre mondiale. Approche anthropométrique. », Ruralia [En ligne], 16/17 | 2005, mis en ligne le 21 août 2006, consulté le 24 mars 2017. URL : http://ruralia.revues.org/1090

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page