Navigation – Plan du site
Articles

De l’archive aux sociétés savantes et des sociétés savantes à l’inscription publique. La construction sociale du discours des origines de l’industrie horlogère de la vallée de l’Arve (milieu du 18e-milieu du 20e siècle)

Pierre Judet

Résumés

La vallée de l’Arve, située en Savoie entre Mont Blanc et Genève, concentre aujourd’hui l’essentiel du décolletage français, industrie qui produit des pièces métalliques diverses pour des « donneurs d’ordres » du monde entier. Elle fut d’abord, dès le milieu du 18e siècle, une zone de production de pièces pour l’horlogerie genevoise et, plus largement, helvétique. L’ancienneté de cette activité industrielle qui se réclame de l’activité horlogère vaut à la petite région de s’être dotée d’un récit des origines dont cet article se propose de retracer les étapes. L’introducteur présumé de l’horlogerie apparaît à l’époque où la Savoie, alors gouvernée par Turin, est rattachée à la France. Il s’agit d’un dénommé Ballaloud qui¸ après de longues migrations, est revenu dans sa « patrie », Saint-Sigismond, petit village de montagne. D’abord passé sous silence, le personnage est exhumé à la fois par un auteur jacobin et par un prêtre réfractaire pour faire figure de héros populaire qui permet à la société montagnarde d’échapper au fléau de l’émigration. L’histoire n’est utilisée que bien plus tard afin de mettre en valeur l’ancienneté de l’horlogerie qui tend alors à abandonner la montagne pour se concentrer autour de Cluses où, en 1849, une école d’horlogerie a ouvert ses portes. L’école d’horlogerie s’approprie peu à peu l’histoire de Ballaloud qui, en s’enrichissant suivant un processus discontinu, devient le récit fondateur du district industriel en formation. Quels sont les auteurs de ce récit ? Quels sont leurs buts ? Quel usage ont-ils fait des écrits précédents ? Entre les récits des voyageurs attirés par les « glacières de Chamouni », ceux des horlogers et décolleteurs, et les recherches des sociétés savantes, il s’agit de comprendre comment et pourquoi cette petite société savoyarde s’est constitué un tel discours sur les origines de son activité industrielle, sachant en outre que l’existence de la Savoie est elle-même problématique.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Haute-Savoie
Haut de page

Texte intégral

1C’est dans la vallée moyenne de l’Arve, autour de la ville de Cluses, que se concentre l’essentiel du « décolletage » français 1. Cette activité fait vivre le pays et nombre de ceux qui habitent la région savent que l’horlogerie l’a précédé dans le temps. On raconte que cette industrie aurait été introduite par un dénommé Ballaloud, originaire de Saint-Sigismond, un village située en montagne au-dessus de Cluses. De retour de Nuremberg, où il avait appris le métier d’horloger, le personnage aurait répandu l’activité dans la vallée. C’est sur cette assertion que débute l’histoire de l’horlogerie qui est devenue celle du décolletage.

2L’histoire de Ballaloud n’est pas affichée en permanence, mais, utilisée et éventuellement augmentée en certaines occasions, elle a subi des mutations. Qui sont ses auteurs ? Quels étaient leurs buts ? Quel usage ont-ils fait des écrits précédents ? Cet article se propose d’appliquer à ce récit les questionnaires déjà éprouvés sur le terrain – notamment celui de l’horlogerie suisse 2 – de la construction du discours des origines d’une activité ; ceux aussi de la « fabrication » d’un territoire – en particulier celui de la construction des identités provinciales 3 – ; et ceux qui sont relatifs à l’histoire des montagnes 4.

3En effet, la vallée de l’Arve est parcourue par des voyageurs et des touristes attirés par les « glacières de Chamouni ». Dans quelle mesure les descriptions que ces visiteurs produisent et celles qui leur sont destinées se font-elles l’écho de l’histoire des origines de l’horlogerie ? En retour, ces textes influencent-ils le récit ? Quelle est enfin la part de l’histoire savante dans ce travail quand on sait qu’en général c’est de l’extérieur des Alpes, cette périphérie de la périphérie, que s’écrit la « grande Histoire » ? Or, la notoriété du personnage ne dépasse guère les limites du pays de l’horlogerie et du décolletage, comme s’il s’agissait de l’histoire « intérieure » d’un territoire industriel, qui plus est sous-traitant, inscrite dans un domaine rural et montagnard restreint appartenant à une entité originale et problématique : la « Savoie » 5. En effet, si la Savoie dispose d’une capitale et de sociétés savantes, elle n’est pas pour autant une entité politique claire : terre d’origine de la dynastie régnant à Turin, elle est sous domination piémontaise avant d’être annexée à la France en 1860 et elle est aussitôt divisée en deux départements. Or le nord de la région, marqué par un catholicisme de combat, est rattaché à Genève, la cité calviniste, dans le cadre d’une grande zone douanière.

4Les traces écrites directes ou indirectes de l’histoire de Ballaloud ne sont pas très nombreuses, relevant de deux catégories. La première consiste en la formulation d’une revendication destinée à être prise en compte par l’État ou toute autre institution et la seconde est celle qui consiste à produire un savoir en principe désintéressé sous la forme d’un ouvrage savant, d’un compte rendu de voyage ou encore d’un guide touristique. Il ne faudrait pas oublier pour autant le travail complexe des mémoires familiales qui peuvent se renouveler en faisant appel aux archives. Ces sources jouent les unes par rapport aux autres en fonction de circonstances et d’acteurs à identifier. En ce sens, il s’agit de prendre chaque récit comme un récit au présent, car le recopiage est tel que l’introduction de toute idée nouvelle se repère très facilement.

5Le discours des origines de l’horlogerie savoyarde se construit en trois périodes fort dissemblables. Pendant longtemps, l’histoire de Ballaloud est incertaine, elle émerge irrégulièrement en même temps que l’horlogerie se constitue en objet d’intérêt tandis que le pays est traversé par des voyageurs de plus en plus nombreux. Puis, les sociétés savantes entrent en action et donnent au récit consistance et respectabilité. Enfin, alors que la République s’impose, le récit des origines s’officialise et se patrimonialise rapidement à une échelle locale. Les sources, hétérogènes d’une période à l’autre, seront présentées au fur et à mesure de leur utilisation.

De la réalité aux linéaments d’un discours

6L’horlogerie se développe dans les montagnes qui dominent Cluses dès la première moitié du 18e siècle. Cette activité est « pour une bonne part, fille de l’émigration » 6. C’est que celle-ci est un moyen pour dilater l’espace villageois 7, et, à ce titre, elle n’est que l’une des composantes d’une pluriactivité montagnarde qui associe de façon mouvante agro-sylvo-pastoralisme, industrie et émigration. Comme de nombreuses familles des villages de montagne qui dominent Cluses, les Ballaloud participent à l’émigration marchande vers les pays alémaniques, ce qui ne les empêche pas de posséder des terres dans leur village 8. C’est en 1749 qu’un horloger nommé Ballaloud demande l’établissement d’une maîtrise d’horlogerie à Saint-Sigismond et appuie sa demande en se présentant comme « celuy qui at Commencé a Introduire cette profession [sic] ». Cette démarche, développée dans un placet, est construite sur une argumentation susceptible de convaincre le pouvoir. Il s’agit, en effet, de rendre cet « art » « plus florissant » de façon à apporter « un grand avantage pour cette province ». L’administration du Faucigny comprend bien qu’il faut agir discrètement pour éviter que « ceux de Genève, ne les Contrebarrent dans leurs desseins, S’ils viennent à s’en apercevoir [sic] ». Les intendants du Faucigny sont en effet sensibles à ce type d’argumentation, ils savent l’importance des sommes générées par l’émigration marchande puisque à leur retour les émigrants jouent un rôle important dans les villages, par la fondation d’écoles et de chapelles par exemple. C’est pourquoi les intendants se posent en défenseur des communautés migrantes et encouragent les émigrés à investir en Savoie, voire à créer des industries. Cette démarche laisse donc des traces dans les archives de l’administration de l’intendance du Faucigny 9 et celles-ci seront utilisées plus tard. Sans doute la famille Ballaloud entretient-elle un récit concernant son histoire, mais encore faut-il que le récit soit légitimé pour qu’il puisse devenir public.

7Pendant le second quart du 18e siècle, l’horlogerie se répand très vite dans la région de Cluses et sa diffusion s’intensifie ensuite, à tel point que, vers 1776, à Arâches, on n’émigre plus. La fabrication de pièces et de mouvements d’horlogerie gagne la vallée et, à la fin du 18e siècle, Cluses est devenue une cité horlogère qui travaille essentiellement pour Genève. Cette dépendance est très vite contestée. En 1787, en effet, deux « fabricants » clusiens, Jacques Favre et Aimé Bouvier, demandent au roi de Sardaigne les fonds nécessaires à la création d’un comptoir pour produire la montre complète. Leur requête repose sur des arguments qui soulignent l’intérêt économique de leur démarche pour le royaume et pour la population de Cluses 10. Le 24 octobre 1789 à Cluses, l’assemblée consulaire reprend la demande à son compte 11. Cette démarche vise également à réserver l’activité industrielle à Cluses – seule ville de la région horlogère – comme un privilège urbain. Dans ces conditions, il n’est pas possible de se réclamer de Ballaloud et de ses origines migrantes et montagnardes. Pourtant, l’assemblée consulaire de Cluses fait appel au passé, mais elle le fait de façon floue. Le texte laisse penser que c’est à Cluses, « il y a environ soixante ans », que l’horlogerie aurait été introduite. Ce passé relativement proche est idéalisé en fonction des valeurs propres aux élites de ce temps, c’est-à-dire en séparant le développement manufacturier du développement agricole et en faisant appel à un État susceptible d’accorder protection, subsides et privilèges. En effet, d’après l’exposé, c’est l’horlogerie qui « a fait fleurir le commerce », « donné de l’Émulation à ses enfants », qui a conduit l’agriculture « à sa perfection » et qui a permis à la ville de Cluses « qui tirait quantité d’argent de l’Étranger » de reverser ces sommes « dans toute la Savoye ». Ce serait donc une horlogerie urbaine qui aurait permis un enrichissement plein d’intérêt pour l’État. En effet, ce « temps heureux, poursuit le texte, a duré jusqu’à ce que les Gens de la campagne » quittent l’agriculture « pour se donner à l’horlogerie, la plus grande partie sans principe, n’ayant fait que quelques semaines ou quelques mois d’apprentissage, et par trafic de la quantité de mauvais ouvrage qu’ils font [ils] ont discrédité la profession. Et si abondamment pourvu les négociants de Genève ».

8Un mémoire dressé en assemblée consulaire le 29 octobre 1789 reprend à peu près les termes de la délibération du 24 octobre 1789, mais il demande également la liberté douanière et réclame pour les villes – il s’agit en fait de Cluses – l’exclusivité de l’exercice de l’horlogerie, l’obligation pour les apprentis de travailler sous la direction des maîtres jusqu’à la réalisation de leur chef-d’œuvre et, par conséquent, l’interdiction de faire de nouveaux apprentis pour les ouvriers horlogers non clusiens. Mais le conseil du commerce piémontais, qui ne croit pas à la possibilité de concurrencer avec succès le monopole genevois, repousse un projet qui aurait entraîné à ses yeux la concentration de la main-d’œuvre tout en privant les paysans isolés d’une source de gains complémentaire 12.

9Voilà qui ne concerne guère les visiteurs étrangers pourtant de plus en plus nombreux à traverser Cluses et sa région. Pour ces derniers, si elle est remarquée, l’horlogerie n’a pas d’histoire. Cluses n’est pas Meillerie de la Nouvelle Héloïse, Cluses et ses environs ne se trouvent ni au bord d’un lac ni au pied du Mont-Blanc. La petite ville et sa région ne font pas partie des lieux à voir. D’une façon générale, la Savoie à laquelle Cluses appartient est l’une des figures de la nature les plus caractéristiques depuis Rousseau et celui-ci, pourtant fils d’horloger, ne dit mot sur Cluses et sur ses habitants lors d’un séjour qu’il effectue dans la petite ville en 1733 13.

10Au milieu du 18e siècle, les voyageurs ne font que traverser Cluses pour aller aux glacières de Chamouni. Ceux-ci ne décrivent que ce qui les concerne directement (haltes, repas, conditions d’hébergement) et ne s’intéressent qu’aux émotions, aux surprises que leur réserve la nature (violence des torrents, échos, profondeur des gouffres) et éventuellement à tel ou tel objet antique ou supposé tel 14. Dans le meilleur des cas, ils ignorent les Savoyards 15. Le voyage type se construit autour d’un modèle défini dans les premiers récits 16 et les visiteurs traversent presque toujours les mêmes lieux et y ressentent presque tous les mêmes émotions. Cependant, peu à peu, leur nombre grandit et les motivations du voyage évoluent. L’aventurier fait place au savant, en attendant le touriste. L’excursion aux « glacières de Chamouni » s’impose jusqu’à faire partie de n’importe quel tour de Suisse 17. Néanmoins, le monde des horlogers reste une « société traversée » 18 et les seules remarques que de Saussure fait sur Cluses concernent la façon dont est construite la ville. Il la juge peu esthétique. Le savant ne dit rien sur l’horlogerie, c’est la géologie qui l’intéresse. Il a pourtant parcouru tout le territoire horloger ; il a même visité la région d’Arâches d’où est originaire Ballaloud. Il se passionne pour le charbon d’Arâches 19 et le lac de Flaine qui domine le village. Il arrive pourtant que l’on porte une certaine attention aux habitants, mais c’est toujours en raison de quelque objet pittoresque. Ainsi, au sortir de Cluses, le village de Magland dont les habitants « sont presque tous à leur aise […] vont en Allemagne, y font avec beaucoup d’économie un commerce d’abord très petit, mais qui s’augmente par degré, et reviennent au pays avec de petites fortunes » 20. Il faut dire qu’on peut visiter la grotte de Balme avec un guide et celle-ci est réputée pour ses gouffres effrayants et son écho saisissant. Ainsi, le village de Magland qui dispose d’une « attraction » peut-il d’autant mieux figurer une certaine « paix des champs » chère au citadin.

11Avec Marc-Théodore Bourrit, le rapport au lieu change. L’homme se distingue du « voyageur » 21 par l’intérêt qu’il prête aux régions qu’il traverse. Genevois, peintre et chantre, en mal de reconnaissance sociale, l’homme n’a ni argent ni culture scientifique, mais il passe une bonne partie de sa vie en montagne. Il trouve sa place dans la société en construisant une érudition montagnarde composée d’histoires, grandes et petites, de topographie et de sciences 22. C’est ainsi que la connaissance du pays traversé progresse du fait de la recherche du pittoresque et, de part et d’autre de la route des glacières, cette connaissance tend à se constituer en savoir. C’est ainsi que le récit de Bourrit mentionne d’abord la coutume du « tir à l’oiseau » pratiquée à Cluses, mais il mentionne également l’activité horlogère de la petite ville. Il ne voit pas celle d’Arâches et de Saint-Sigismond, nichée au cœur d’une pluriactivité complexe. Bordier qui a sans doute beaucoup emprunté à Bourrit traverse Cluses. Comme de Saussure, il trouve la ville mal bâtie et, s’il a entendu parler de la présence d’horlogers, il ne les voit pas. Il est vrai qu’il condamne l’activité industrielle hors des grandes villes comme Genève 23. Avec lui, le pays est sommé de se conformer à l’image que l’on a de lui dans la bonne société urbaine. Si, dans le meilleur des cas, l’horlogerie devient un sujet intéressant, c’est qu’au même titre que le « tir à l’oiseau », elle fait partie des mœurs locales. Elle n’est alors qu’une sorte d’avatar humain de la nature. Cette activité industrielle n’a donc pas droit à une histoire.

12La Révolution française et l’Annexion de 1792 créent une nouvelle situation. Les événements qui débutent en 1789 en France inquiètent d’autant plus l’administration piémontaise en Savoie que la fin du 18e siècle est difficile pour l’horlogerie clusienne. À l’occasion de sa visite d’avril 1790, l’adjudant Dénarié, qui enquête pour le commandant du duché de Savoie, trouve la petite ville fort agitée. « La ville de Cluses, écrit-il, est fort peuplée à proportion de son étendue : elle contient 1 600 âmes, dont 500 sont horlogers. Il y en a environ 400 qui n’ont que leur métier pour vivre [...]. Tous ces horlogers sont réduits dans la circonstance actuelle à la misère, vu la cherté des vivres, et que l’horlogerie n’a presque plus cours à Genève, où ils font passer leurs ouvrages [...]. Les habitants des environs craignent que la détresse où se trouvent ces ouvriers [ne] les fasse tomber dans quelques excès. Ils avaient même menacé d’aller attaquer la maison des Chartreux du Reposoir qui se sont pourvus d’armes pour leur défense [...]. Ils ont même fait quelques voies de fait contre les administrations de la ville qui avaient mis en vente la coupe d’un petit bois [communal] près de la rivière d’Arve » 24. La capitale du Faucigny moyen est donc vite favorable à la France. Une Société des amis de la liberté et de l’égalité est fondée quand Montesquiou entre dans Chambéry en septembre 1792. Le club demande et obtient que Cluses soit chef-lieu de district aux dépens de Bonneville. Parallèlement, c’est le jacobinisme qui donne une forme politique à la contestation de la domination genevoise par les horlogers 25. N’ayant pour vivre que leur « art », ceux-ci se reconnaissent d’autant mieux dans la grande nation que l’annexion de la Savoie à la France révolutionnaire peut s’accompagner, comme à Besançon 26, de la volonté de produire la montre complète.

13Dès l’arrivée du représentant Simond, les horlogers les plus influents de la ville de Cluses tentent de le gagner à leur cause. Celui-ci demande donc un rapport sur l’activité industrielle dans la région 27. Sans doute la demande de Simond a-t-elle posé la question des origines. Cette dimension se manifeste dans la pétition du 28 juin 1793 28. Prenant position sans ambiguïtés pour la République tout en reprenant à peu près les revendications de 1787-1789, le Conseil de la ville de Cluses demande la création d’un comptoir d’horlogerie protégé de l’emprise genevoise. Il s’agit bien de produire la montre complète « dans les maisons nationales des ci-devant religieux » 29. Il importe donc de montrer que l’horlogerie est nécessaire au pays, que c’est Cluses qui impulse le mouvement, et qu’il est possible de se libérer de l’étranger à condition de pouvoir bénéficier de l’aide de l’État. C’est ainsi que le récit des origines de l’horlogerie est doté d’une chronologie. Celle-ci est réduite et inexacte, mais elle est bien là. « Il y a environ 30 ans, peut-on lire sur le document, que les habitants étaient misérables, s’expatriaient et partaient chez l’étranger avec leur industrie et leurs talents inutiles en ce pays privé de commerce et sans aucune fabrique pour s’occuper ; aujourd’hui l’on compte au moins douze cents ouvriers en horlogerie dans Cluses et lieux circumvoisins ». C’est le mémoire du citoyen Dufresne qui pousse le projet le plus loin. Originaire de La Tour 30, cet horloger est devenu agent national du district de Cluses pendant la Terreur. Il adresse son travail à la Convention le 29 vendémiaire an III (20 octobre 1794) alors que les troupes sardes et les royalistes émigrés viennent d’échouer dans leur tentative de reconquête. Le mémoire du citoyen Dufresne est extrêmement détaillé et précis. Selon lui, la capitale du Faucigny révolutionnaire occupe une place comparable à celle du Locle et de la Chaux-de-Fonds dans le Jura helvétique. Il s’agit de réorienter le commerce vers l’espace national en le détournant de Genève, de « cette peuplade hébreuse ». Il s’agit de se procurer les matières premières, « le laiton, l’acier, l’or, l’argent, ainsi que les limes et tous les autres instruments », localement, ou de les faire venir du territoire national. Dufresne prône le développement d’une « agence nationale » de l’horlogerie chargée de l’approvisionnement en matières premières, de la commercialisation de la production, de la formation des élèves et, en général, de la « police de la fabrique ». Il faudra empêcher l’exportation de pièces détachées, l’importation de montres étrangères, et favoriser l’exportation de montres achevées. L’utopie est précise. Dufresne chiffre le projet en soulignant ses avantages. Il est question d’attirer les « artistes » étrangers, genevois ou suisses, quitte à les loger dans l’ancien couvent des Cordeliers pour qu’ils forment des horlogers. C’est pour donner plus de force à son projet, sans doute dans un esprit plus « basiste » que précédemment et peut-être en suivant la volonté de la Convention de donner consistance à l’amour de la petite patrie 31 que le récit de l’origine de l’horlogerie est formulé de façon très nette : « Il y a 80 ans il n’y avait pas un horloger dans le district de Cluses. C’est un citoyen de Saint-Sigismond qui, le premier, alla apprendre cette profession dans le pays de Gex. Lui seul fonda la fabrique et forma ses élèves. Elle fut bientôt portée à l’état où nous la voyons maintenant. Si elle fit des progrès si rapides sous la compression meurtrière de la monarchie et le despotisme des spéculateurs de Genève, que ne doit-elle pas attendre de la protection d’une Nation française puissante, amie des arts et jalouse de la prospérité de son commerce ? » 32. Mais la Convention qui a déjà apporté son appui à Besançon, a d’autres soucis et « ce jacobinisme industriel, autarcique et véhément, touché par Thermidor et la chute de Robespierre, ne passe guère l’été » 33. Néanmoins, avec le récit de Dufresne, l’histoire de Ballaloud est posée comme celle du groupe horloger.

14Cette histoire reste une histoire interne. Le 8 septembre 1795, après une intense polémique entre les deux petites villes, Cluses doit céder le chef-lieu du district à Bonneville. L’argumentation développée par les dirigeants de la municipalité de Bonneville laisse percevoir le peu de considération dans laquelle est tenue la ville de Cluses en raison de son caractère industriel et populaire. En effet, « la ville de Cluses peuplée d’horlogers ne peut […] fournir […] aux administrateurs et membres du tribunal du district soit des logements soit le concours de Lumières dont il résulte la sagesse des opérations » 34. La municipalité de Cluses, elle-même, se garde bien d’utiliser comme argument sa situation de centre industriel. Après Thermidor, la place de Cluses est, en effet, d’autant plus fragile que les partisans de la Terreur et ceux des prêtres réfractaires y sont nombreux. Au contraire, sa rivale, dans laquelle les notables et les administrateurs préfèrent habiter, apparaît plus stable. Pour les partisans de Bonneville, il convient de laisser les Clusiens « s’occuper tranquillement à leur commerce et à leur fabrique d’horlogerie » puisqu’ils ne peuvent « fournir aucun individu pour occuper les places d’administrateurs ». Le siège du district passe donc à Bonneville. Dans ces conditions, on imagine mal les notables du Faucigny – comme les visiteurs du pays 35 – s’intéresser à l’histoire de l’horlogerie savoyarde. Le discours sur les origines de l’activité industrielle reste donc un discours de circonstance peu audible.

Du dictionnaire historique de Grillet à l’intervention des sociétés savantes

15On sait que la « période de 1789 à 1815 est décisive pour la formation des outillages politiques, cognitifs et administratifs » 36. Le Consulat et l’Empire sont en effet marqués par de grandes enquêtes, mais, en ce qui concerne le Faucigny, ce sont moins ces enquêtes qui construisent le récit des origines que le climat et les récits parallèles qu’elles ont suscités. Au moment où les grandes statistiques départementales sont lancées, la vallée de l’Arve appartient au département du Léman et c’est Jean-Charles-Léonard Sismondi qui est chargé de la réalisation du travail. Celui-ci est souvent considéré « comme l’un des premiers jalons des sciences sociales qui venaient de naître » 37. Pour le Genevois, la vallée de l’Arve ne connaît véritablement qu’une seule activité, l’agriculture, et s’il concède que l’on trouve bien à Cluses « quelques horlogers », cette remarque apparaît dans un premier chapitre intitulé « Territoire et population du Léman » et non dans le deuxième chapitre consacré aux activités économiques (« Industrie, commerce et Manufactures ») ; comme si l’horlogerie était, non pas une activité économique à part entière, mais une pratique locale caractéristique, « ethnographique ». Dans ces conditions, il n’est pas question pour l’auteur de la Statistique du Léman d’insister sur l’ancienneté de l’horlogerie savoyarde et encore moins sur ses origines. Il faut dire que la commission qui assiste Sismondi et le préfet prend la suite de la chambre de commerce, et sa fonction est d’abord de sauvegarder les intérêts économiques de Genève. Les informateurs des rédacteurs de ce type d’enquêtes sont loin d’être neutres. Il s’agit de négociants, de médecins et de notables que les responsables des Statistiques ont souvent l’occasion de rencontrer de façon informelle dans les salons ; mais il s’agit aussi de propriétaires fonciers, souvent conquis par la physiocratie, qui ne voient dans les campagnes qu’agriculture. De plus, en ce qui concerne l’horlogerie de la vallée de l’Arve, les plus à même de fournir des renseignements dans le cadre de l’enquête réalisée pour le département du Léman sont les négociants genevois, et l’on sait que les affaires s’accommodent mal de la publicité 38. Ceux-ci n’ont donc pas intérêt à valoriser l’horlogerie de la vallée de l’Arve en s’étendant sur son ancienneté. Ainsi, le récit sur l’origine de l’horlogerie du Faucigny se construit difficilement quand la frontière entre Genève et la Savoie n’est plus.

16L’âge des renseignements élaborés par l’État dans un cadre départemental n’a qu’un temps et cet « âge de la statistique régionale s’achève par la volonté du prince » qui rompt avec l’atmosphère « éclairée » qui régnait au moment du Directoire et aux débuts du Consulat. Si d’une façon générale, en France, « ce fédéralisme de la pensée » qui s’est manifesté dans les statistiques départementales s’interrompt après les années 1806-1807 pour ne reprendre qu’après 1815, il se poursuit en Savoie en raison de la position particulière de l’ancien duché. La Statistique du département du Léman n’a pas été conçue comme celle du département du Mont-Blanc, beaucoup plus « savoyarde », tant par son extension territoriale que par ses collaborateurs. La collecte de renseignements pour la Statistique du département du Mont-Blanc a sans doute, plus vivement que celle du Léman, stimulé le développement de l’érudition. « Ainsi, l’amour de la petite patrie, les us et coutumes provinciales combattent pour le développement d’une science régionale » 39. Après les Statistiques, son essor est le fait d’individus. Albanis-Beaumont « se veut scientifique, moderne et pro-français » 40. Il est féru d’histoire – histoire antique surtout. Soucieux « de tracer pour la première fois le tableau des mœurs, des usages et des habitudes de ses concitoyens » 41, il veut « détruire des impressions aussi mal fondées que peu favorables, perpétuées par les écrits fastidieux de quelques voyageurs ignorants et plagiaires, qui ont répété sans réflexion et sans vraisemblance des erreurs commises il y a plus de deux siècles par leurs prédécesseurs, qui n’ont cessé de représenter la Savoie comme le pays le plus pauvre d’Europe, le moins digne d’être connu, le plus inaccessible, et n’ayant, selon eux, d’autre mérite que celui de produire des habitants recommandables par leur fidélité, leur bravoure et leur sobriété celtique ».

17Albanis-Beaumont, il est vrai, tend à idéaliser le monde rural faucignerand et c’est à la Suisse qu’il compare les bourgs du Faucigny. Il décrit en effet Scionzier – gros bourg situé tout près de Cluses – comme « un grand village bien peuplé et bien bâti », comme un exemple « d’aisance et de bonheur », où l’on ne rencontre aucun mendiant ; et c’est à l’horlogerie qu’il attribue ces bienfaits. Pour l’homme des Lumières, cet équilibre vient de la nature, « car les hommes, les femmes, et même les enfants, y sont naturellement très adroits et très laborieux », mais il vient également de la position de vallée. Celle-ci est en effet suffisamment proche de Genève pour pouvoir y écouler sa production et suffisamment éloignée de la grande métropole pour pouvoir céder ses ouvrages « à meilleur compte que les Genevois, vu que les objets de première nécessité sont au moins le double plus chers à Genève qu’à Cluses ». Mais « la révolution de France, les dissensions politiques de Genève, et une foule d’autres événements qu’il est inutile de rappeler » ont « porté une grande atteinte à la prospérité de cette intéressante ville ». Albanis-Beaumont réclame donc « de la part du gouvernement la même bienveillance qu’il a daigné accorder à l’établissement de l’horlogerie de Besançon ». Notre homme observe même la réaction des horlogers pluriactifs aux difficultés de l’industrie. À Arâches, il remarque que « malheureusement ces laborieux montagnards ayant perdu cette branche d’industrie par les effets de la Révolution, […] ne se sont remis qu’avec peine aux travaux de leurs champs, regrettant même le temps qu’ils ont consacré à acquérir les connaissances d’un état qui leur sont devenues inutiles » 42. Alors qu’il connaît très bien Arâches, il ne parle pas de Ballaloud. Il possède en effet dans cette commune la mine de charbon qui avait intéressé de Saussure et il espère bien l’exploiter avec l’aide de l’État. Ainsi l’histoire de Ballaloud n’est-elle pas encore parvenue aux oreilles des gens « éclairés » ou ceux-ci n’y ont-ils pas prêté attention. L’histoire de Ballaloud n’est donc pas encore constituée en récit des origines de l’horlogerie.

18C’est l’intervention du chanoine Grillet qui est décisive et elle a lieu presque parallèlement à celle d’Albanis-Beaumont. « Les Écrivains qui se sont occupés de la Savoie, ont la plupart écrit l’Histoire généalogique de ses anciens souverains ; d’autres ont publié des Mémoires sur son clergé, ou fait connoître ses Antiquités et les objets d’histoire naturelle que renferment ses montagnes ; mais tous ont gardé un silence ou volontaire ou forcé sur les révolutions qui y ont été opérées. Aucun n’a parlé d’une manière exacte de sa constitution primitive, de son administration, de son commerce et de l’industrie de ses habitants. L’on ignore encore le nom de ces bienfaiteurs généreux qui fondèrent en Savoie ou dans les pays étrangers, tant d’établissemens utiles pour faciliter à nos compatriotes des succès dans les Lettres, les Sciences et les Arts ». C’est en ces termes que Jean-Louis Grillet définit son projet de dictionnaire historique 43. « Le choc révolutionnaire a eu sans doute pour conséquence directe une extraordinaire passion de l’histoire » 44. Même s’il a sans doute été atténué en Savoie, le choc de la Révolution donne le sentiment de la différence entre le passé et le présent en même temps qu’il incite à une histoire engagée particulièrement attentive au passé immédiat.

19Comme ce dictionnaire comporte des entrées par communes, c’est à Ballaloud de la commune d’Arâches qu’est reconnu le mérite d’avoir introduit l’horlogerie dans la vallée de l’Arve en 1715-1720 et d’avoir formé des élèves qui se sont répandus ensuite à Cluses et dans toute sa région. On se rappelle qu’à côté de Sismondi et de sa Statistique du Léman, le préfet Verneilh a décrit le département du Mont-Blanc dans une Statistique extrêmement riche. Sans doute Grillet s’engouffre-t-il dans la brèche ouverte par Verneilh, mais son propos n’est pas de construire un outil directement utile à la pratique du pouvoir. S’il s’abrite derrière un découpage de l’espace conforme à la structure départementale en place – il s’agit du Dictionnaire historique, littéraire et statistique des départements du Mont-Blanc et du Léman – il est aussitôt précisé en sous-titre qu’il s’agit d’un travail « concernant l’histoire ancienne et moderne de la Savoie » 45. Le chanoine veut montrer aux Savoyards que leur patrie est riche d’individualités capables d’exalter « la sensibilité, la reconnaissance et une espèce d’amour-propre » et qu’elle est capable de fournir des modèles de vertus. L’espace de l’ecclésiastique est différent de celui du préfet, il s’agit de « l’ancienne Savoie ». L’identité qui est ainsi affirmée permet de s’opposer à la Révolution française sans remettre en cause trop ostensiblement l’ordre impérial établi. L’intérêt de Grillet pour le passé est d’autant plus grand que ce passé est vu comme un temps de piété religieuse. En 1807, au moment de l’apogée de l’Empire, alors que la « Savoie » est partagée en deux départements, le dictionnaire du chanoine Grillet est sans doute une façon d’affirmer la puissance de l’Église. C’est que Grillet, issu d’un milieu modeste, doit tout à l’Institution. Initié à la pratique des archives, il a écrit une histoire de la petite ville de La Roche avant la Révolution, et celle-ci a fait date. Directeur du nouveau collège de Carouge au moment du « tourbillon révolutionnaire », il est pressenti comme évêque constitutionnel du département du Mont-Blanc, mais il refuse 46. Alors commence pour lui un exil de treize ans. Il se réfugie d’abord en montagne, où l’on est resté fidèle au clergé réfractaire, mais il est dénoncé au district de Cluses par un capucin jureur. Il doit quitter la Savoie. Il rejoint l’Italie où il est bien introduit par les réseaux savoyard et piémontais. Le pouvoir impérial lui permet de rentrer mais il ne revient d’exil qu’en 1806. Il publie alors son Dictionnaire. C’est un immense travail dont il avait commencé à accumuler les matériaux depuis longtemps. L’ouvrage est dédié à l’ancien consul Lebrun et son auteur y chante les louanges de l’Empereur, mais le titre de l’ouvrage affirme l’existence de la Savoie. S’il ne faut voir dans ce choix aucune volonté indépendantiste, cette dénomination vise tout de même à affirmer l’existence de la province catholique face à Genève protestante – chef-lieu du département du Léman. Si Grillet se souvient sans doute de la domination piémontaise quelque peu centralisatrice au profit de Turin, il reste cependant attaché à la dynastie. Mais il est avant tout hostile à la Révolution. Il l’avoue : « toute personnalité, tout écrit relatif » à la révolution, « toutes réflexions capables de rappeler des idées contraires à l’union et à l’harmonie politiques et religieuses, si heureusement rétablies parmi nous, ont été bannis de cet ouvrage ». Il n’est donc pas étonnant que, de retour d’exil, Grillet soit aidé par des nobles dans son travail. Cette réaction s’appuie sur le comportement d’une bonne partie des campagnes savoyardes et en particulier de la montagne qui a manifesté son hostilité à l’intervention du pouvoir révolutionnaire en soutenant « ses » prêtres.

20C’est pourquoi, si l’intérêt que Grillet manifeste pour Ballaloud vient sans doute d’une volonté de « sonder l’origine », il est sans doute aussi le résultat des liens politiques avec la montagne qu’a pu entretenir un ecclésiastique émigré menacé par les jacobins de Cluses. Au « basisme » jacobin correspond en quelque sorte un « basisme » ecclésiastique, puisque ce sont le jacobin Dufresne et l’ecclésiastique Grillet qui racontent l’histoire de l’introduction de l’horlogerie dans la vallée de l’Arve. Mais le jacobin et l’ecclésiastique s’appuient sur le même fait dans des buts opposés. Les articles du Dictionnaire de Grillet, professeur de rhétorique, sont là pour donner des exempla. L’histoire de Ballaloud, c’est la consécration du travail et le retour du migrant dans sa paroisse. Cette démarche s’appuie sur une idéalisation du passé et le récit historique qui en résulte est le résultat d’une réaction contre la Révolution française qui rejoint le mythe forgé par Joseph de Maistre d’un monde pré-révolutionnaire très libre 47. Il est vrai que l’enquête a commencé avant le grand bouleversement, mais celui-ci l’a accéléré et la vogue des « statistiques » lui a ouvert de nombreux concours en particulier dans la noblesse, le clergé et chez les notables savoyards. Le Dictionnaire est bien reçu, le catalogue des souscripteurs fait apparaître la bonne société savoyarde : nobles, notaires, propriétaires, officiers, hommes de loi et surtout ecclésiastiques.

21La publication du Dictionnaire de Grillet ne change pas grand-chose au discours genevois sur l’horlogerie savoyarde ; or Genève joue un rôle d’intermédiaire entre la Savoie et le reste du monde 48. Les voyages obéissent soit au modèle du tourisme aristocratique, soit au périple scientifique du naturaliste ou du géologue. Pourtant, peu à peu, les localités traversées sont décrites plus précisément. Jean-Pierre Pictet 49 donne, en effet, en 1808, quelques détails sur la vie économique et sociale des lieux qu’il visite mais, s’il le fait, c’est que ces précisions sont devenues des lieux communs. Ainsi l’itinéraire classique par la vallée de l’Arve est-il plus abondamment décrit que les circuits qui font le détour par la montagne. Ceux-ci, moins connus, restent dominés par une description géologique à la manière d’Horace de Saussure ; et si l’auteur se permet quelques observations sur les montagnards, il ne sort pas des clichés les plus simples. Ainsi la ville de Cluses est-elle désormais assimilée à l’horlogerie, mais, selon Pictet, cette activité a disparu de cette petite ville mal bâtie, aux constructions qui « choquent l’œil de l’architecte ». Cluses est une ville populaire. Quant aux populations des villages des environs, dans les parties des vallées décrites comme fermées, elles sont marquées par leurs nombreux crétins et goitreux alors qu’en montagne, au contraire, elles se distinguent « par la beauté de leurs formes et leur apparence de santé ». Pictet n’envisage pas un instant que les montagnards aient pu, eux aussi, se livrer à une activité industrielle. Pourtant, il traverse Brizon, le Mont-Saxonnex et même La Frasse et Arâches, d’où est originaire Ballaloud. Mais ce qui l’intéresse en montagne, c’est la géologie.

22La construction de stéréotypes s’accélère. Comme ses prédécesseurs, Leschevin, membre de nombreuses académies scientifiques de Paris et de province, lié à la société de Physique et d’histoire naturelle de Genève, a lu ceux qui l’ont précédé. Il cite ses sources et l’on retrouve dans sa bibliographie tous les récits des voyages aux glacières. Il reprend quelquefois mot pour mot ce qu’il a lu mais, à la description scientifique de ses devanciers, il se flatte d’avoir ajouté « des notions sur l’histoire […], ses habitants, son commerce, son industrie ». Ainsi fixe-t-il l’image de Cluses : la ville est mal bâtie, sujette aux incendies, la majeure partie de sa population « travaille en horlogerie pour Genève et pour l’Allemagne […] les Clusiens ont toujours été actifs, industrieux, commerçans [sic], adonnés aux exercices militaires et à la musique ». Cet intérêt reste très superficiel. Pour Leschevin, le caractère « industrieux » des Clusiens ne relève pas de l’histoire mais de leur nature. Jamais le voyageur ne laisse sentir à propos de l’horlogerie la moindre profondeur chronologique et il ne fait pas la moindre allusion à l’origine de l’industrie et à Ballaloud. Pourtant, Leschevin a lu le dictionnaire de Grillet qui en parle à plusieurs reprises, ce qui ne l’empêche pas de féliciter l’ecclésiastique de son « zèle pour la gloire de sa patrie » et de son travail « dans les sources les plus pures de l’histoire » 50. Ce qui l’intéresse le plus à Cluses, c’est la coutume curieuse du « tirage de l’oiseau ». Tandis que leur cadre de vie relève de la science ou de la géographie, les Clusiens quant à eux, relèvent d’une « ethnographie » avant la lettre. L’auteur ne relève aucune activité horlogère hors de Cluses. Sans doute l’histoire est-elle réservée à des objets plus « nobles ».

23En ce qui concerne l’horlogerie et ses origines, la période sarde est celle d’un long silence. Il n’est plus question de Ballaloud. Il faut dire que l’horlogerie va mal et les érudits, même s’ils sont très actifs et s’ils livrent quelques descriptions précises de cette industrie 51, en parlent souvent au passé et c’est l’émigration, unanimement condamnée, qui attire les commentaires. C’est incidemment que Ballaloud réapparaît. Inscrit comme l’un des natifs du village d’Arâches dignes d’intérêt par Grillet dans son dictionnaire, son nom n’est pas oublié. Ainsi, le personnage est-il rapidement cité dans l’almanach de 1831 qui comporte un assez long développement sur la localité. Il est vrai qu’à ce moment-là, un horloger mécanicien du village a sans doute relancé l’activité par la création d’un nouvel outil à denturer les rouages de montre. En 1844, alors que la ville de Cluses est frappée par un terrible incendie, la municipalité se bat avec succès pour obtenir une aide de l’État dans le but d’ouvrir une école royale d’horlogerie pour relancer l’activité de la ville dévastée, mais les argumentations conservées dans les archives de l’école ne font toujours pas la moindre référence aux origines de l’horlogerie. L’annexion de la Savoie à la France en 1860 semble ne pas changer grand-chose. En 1863, en effet, Jules Philippe, membre de l’Académie Florimontane d’Annecy et futur préfet républicain de la Haute-Savoie, publie à la fois à Paris, à Chambéry et à Annecy un dictionnaire savoyard, les Gloires de la Savoie ; c’est une somme de plus de 300 pages. Son Manuel biographique de la Haute-Savoie et de la Savoie, publié à Annecy en 1883 et destiné aux établissements d’instruction publique, contient « pour chaque canton une notice sur les principaux personnages qui y sont nés comme hommes de sciences, écrivains, militaires ou comme ayant rendu des services à leur pays et à leurs concitoyens ». Alors que des gloires locales comme Balmat et Paccard, les « inventeurs du Mont-Blanc » avec Saussure, sont cités dans chacun des deux ouvrages, il n’est pas question de Ballaloud et des origines de l’horlogerie du Faucigny. Ballaloud n’a pas sa place dans l’histoire officielle de la Savoie. Le dictionnaire départemental Haute-Savoie-Dictionnaire biographique et historique illustré 52, non daté mais plus tardif, ne procède pas autrement.

24À une échelle plus locale, les réalités historiques sont un peu différentes. Car pour de nombreux auteurs locaux, faire connaître la province nouvellement annexée est un devoir patriotique. Bien que très visitée, la Savoie, selon eux, est mal connue. Pour Joseph Bonjean, en effet, « les ouvrages les plus récents sont remplis d’erreurs à [leur] sujet ». Il rappelle dans La Savoie agricole, industrielle et manufacturière à propos de l’horlogerie que « cette fabrication date de 200 ans environ » et qu’on « en reporte l’initiative à un nommé Ballaloud de Saint-Sigismond-sur-Cluses ». La mention que ce représentant des sociétés savantes 53 fait des origines de l’horlogerie prend sens dans la mesure où ce rappel d’ancienneté est d’abord là pour mieux mettre en valeur l’Annexion. Il souligne, en effet, de façon pour le moins exagérée que « vers la fin du siècle dernier [l’horlogerie] avait atteint un développement assez considérable, et [que,] de 1810 à 1815, elle n’employait pas moins de 1 800 ouvriers ». Voilà qui lui permet, en pleine polémique sur l’avenir de l’école d’horlogerie dans l’Empire français, d’en appeler à la magnanimité de l’Empereur et à sa clairvoyance, car « l’école de Cluses a permis de mettre en pratique plusieurs nouvelles branches de la fabrication qui n’existaient pas avant 1848, et d’arriver à la fabrication complète du mouvement » 54. Le thème des origines peut donc prendre place dans une argumentation qui co-valorise l’école et la nation. C’est que, dans ce cas, l’affirmation du patriotisme de l’auteur coïncide fort heureusement avec sa notoriété éventuelle. L’exemple de Bonjean n’est pas isolé. Victor Barbier – membre de l’Académie de Savoie et directeur des douanes – est l’auteur d’un gros livre érudit intitulé la Savoie industrielle. L’ouvrage repose sur un travail d’archives et sur de nombreuses enquêtes sur le terrain. Pour ce représentant des intérêts de la France, c’est d’une part la zone douanière rattachant le Faucigny à Genève depuis 1860 qui empêche un développement conséquent de l’industrie horlogère et, du fait de la coïncidence entre l’espace politique et l’espace économique, sa suppression permettrait d’arriver à la production de la montre complète. D’autre part, la pratique de cette activité industrielle à la campagne, est, d’après lui, d’une grande valeur puisqu’elle permet de lutter contre des maux qui sont symptomatiques d’un état d’arriération : l’émigration et le paupérisme. Dans ce contexte, l’ancienneté de l’activité industrielle devient un argument décisif. Barbier s’appuie donc sur Grillet pour écrire que « l’art de l’horlogerie fut introduit dans le mandement de Cluses en 1715, par un sieur Ballaloux, dont les élèves se répandirent ensuite à Cluses, Nancy-sur-Cluses, Rivière-Enverse, Morillon, etc. En 1720, cette industrie, qui avait pris un rapide développement occupait déjà près de 1 470 ouvriers » 55.

25En réalité, l’annexion de 1860 a donc changé la donne et a ouvert un vaste champ pour déployer le discours des origines. Plus largement, tout se passe comme si l’histoire de Ballaloud permettait de fixer l’identité de la moyenne vallée de l’Arve par rapport à la grande nation sans passer par l’intermédiaire de la « province ». Alors qu’il s’agit d’un troc de territoire classique, il est vrai appuyé par l’émigration et une partie de l’élite restée en France après 1815 56, l’annexion de la Savoie à la France s’accompagne de l’affirmation d’un patriotisme local qui se doit de présenter une Savoie digne de l’image mythique de la France grande nation prospère. Alors que la Savoie est divisée en deux départements, sans qu’aucune forme de coopération entre les deux entités administratives ne soit construite, et alors que la Haute-Savoie elle-même est divisée par une frontière douanière en raison de la création d’une grande zone englobant la vallée de l’Arve et rattachant la partie nord du département à la Suisse, c’est l’identité locale qui vient combler un gros déficit d’identité « provinciale ». Pourtant, ce mécanisme ne joue pas aussi simplement et d’importantes différences apparaissent selon le type de publications et la nature géographique du lectorat escompté : Jules Philippe qui se réfère à l’échelle nationale ignore en effet Ballaloud tandis que Bonjean et Barbier, qui travaillent à d’autres échelles, l’exhument.

26L’Annexion, comme on l’a vu, repose la question de l’existence de l’école d’horlogerie. Il s’agit d’obtenir sa transformation d’école royale – celle d’un petit royaume – en école impériale – celle d’un grand État. Les partisans de l’institution doivent donc réorienter et affiner leur argumentation. C’est à la grandeur nationale que l’on fait appel : un grand pays comme la France doit avoir une école d’horlogerie à Cluses qui permette à la vallée de l’Arve de s’affranchir de la tutelle genevoise et de produire la montre complète. Dans cette configuration, la demande d’histoire se fait plus pressante. Ce qui suit le montre. La famille Ballaloud a sans doute abandonné l’horlogerie depuis un certain temps. Elle n’apparaît pas sur les listes nominatives d’horlogers de la décennie 1850-60 57 que les défenseurs de l’école ont fait établir pour montrer son rôle dans la croissance des effectifs horlogers. Pourtant, le 23 octobre 1870, madame Veuve Ballaloud demande que son fils Joseph Marie puisse bénéficier d’une bourse pour faire des études à l’école d’horlogerie. L’administration de l’institution se prononce en sa faveur car, à côté de la situation difficile de la famille, « c’est le bisaïeul de son mari décédé qui a importé d’Allemagne l’horlogerie dans notre canton » 58. C’est que la situation de l’école s’est raffermie, elle est devenue école impériale d’horlogerie, et elle s’impose de plus en plus nettement comme l’institution centrale du canton industriel de Cluses. Elle tend dès lors à adopter l’histoire de Ballaloud, horloger montagnard pluriactif et migrant.

27Cette renaissance du personnage de Ballaloud tient beaucoup au renouveau des études historiques appuyé sur le développement des sociétés savantes et cet intérêt croissant correspond à la nouvelle place qu’occupe le « local » dans ses rapports avec la société englobante. Ces deux phénomènes sont liés car ils recèlent d’importants enjeux politiques puisque les années 1870 sont marquées en France par l’affrontement entre laïcs et cléricaux. Parmi les sociétés savantes savoyardes, la très catholique académie salésienne d’Annecy joue un rôle déterminant en Haute-Savoie. Fondée au moment où les républicains font la conquête de la Troisième République, l’Académie salésienne se fait une spécialité de la publication de monographies paroissiales 59 et produit même un plan-type pour aider ses adhérents qui voudraient en écrire une. C’est que monseigneur Isoard, évêque d’Annecy, recommande de s’appuyer, sur le passé local 60. Le personnage de Ballaloud réapparaît ainsi avec force dans la monographie d’Arâches 61 d’Eugène Plantaz, « prêtre missionnaire de Saint-François-de-Sales » qui s’inspire des conseils du prélat tout en se référant au Dictionnaire de Grillet. Le prêtre ne recopie pas pour autant servilement les écrits de l’ecclésiastique qui l’a précédé sur ce terrain puisqu’il ajoute aux renseignements fournis par Grillet qu’il n’y a pas d’horlogers à Arâches en 1726 tout en précisant qu’un rapport de l’intendant de Faucigny de 1757 permet d’établir une forte présence horlogère dans cette commune.

28Quatre ans plus tard, l’Académie salésienne publie également Cluses et le Faucigny. Son auteur, l’abbé Jean-Marie Lavorel, est l’un des artisans majeurs du récit des origines de l’horlogerie. S’il expose l’histoire de Ballaloud c’est pour insister sur les bienfaits qu’a apporté au pays l’industrie horlogère puisque c’est grâce à elle que l’émigration, très mal vue par le clergé, a été stoppée. Partant, Ballaloud devient aussi celui qui civilise puisque, selon une note infrapaginale, ce « fut Ballaloud aussi qui importa le goût pour la musique ». Mais cette affirmation plutôt catégorique est aussitôt nuancée. En fait, poursuit Lavorel, on « croit que la première société musicale organisée dans la Faucigny fut celle de Saint-Sigismond » en précisant qu’il tient cette information d’un érudit local. Si le récit des origines se construit, c’est non seulement en raison des initiatives de l’Église et de la société savante d’Annecy, mais c’est aussi parce que, dans les années 1880, l’industrie horlogère qui connaît un développement considérable grâce à l’adoption de procédés de fabrication mécanique, doit faire face à une concurrence internationale plus dure. Lavorel nourrit le récit en lui donnant une structure chronologique réaliste, en liant à ce qui précède la volonté manifestée depuis 1789 par la municipalité clusienne d’émanciper l’horlogerie clusienne de Genève – la grande cité protestante. Et si, selon lui, la Révolution a été si violente à Cluses, en particulier contre les prêtres réfractaires, c’est parce que le projet n’ayant pas abouti, la misère s’est abattue sur la population qui a, de ce fait, écouté les Jacobins. C’est pourquoi Lavorel loue les promoteurs de l’école d’horlogerie. Il espère donc que leurs efforts permettront un jour à « la corporation chrétienne, suppléant et le comptoir et le syndicat, [d’]établir parmi tous ces industriels et ces ouvriers le règne complet et bienfaisant de la justice et de la charité, de l’ordre et du travail » 62. Une première histoire continue est née, puisque le temps des origines est relié à l’avenir. Catholique avant tout, elle associe Ballaloud à l’école et aux autorités traditionnelles dans une lutte contre l’émigration, la misère et la dépendance vis-à-vis de Genève, cité calviniste.

L’inscription publique 63 du discours des origines

29L’histoire de Ballaloud ne reste pas le monopole de l’Église, elle passe dans le domaine public local. Les laïcs s’en emparent, la cautionnent et construisent, par leur intervention, sa réalité historique. F. Morel-Fredel, président de la Société d’agriculture et de commerce de l’arrondissement de Bonneville, retrace, à l’occasion de l’Exposition universelle de 1889 dont il est vice-président du comité départemental, une histoire de l’horlogerie clusienne qui rappelle celle de Lavorel et souligne le rôle fondateur de Ballaloud 64. Mais c’est au directeur de l’école primaire de Cluses, Narcisse Perrin, que revient la mission d’écrire l’histoire officielle. C’est dans des termes identiques que celle-ci prend place à la fois dans la monographie de la commune 65 et dans un livre consacré à l’histoire de l’Horlogerie savoisienne et de l’école nationale d’horlogerie de Cluses 66. Comme l’ecclésiastique Lavorel dont il s’inspire largement, mais avec un peu plus de rigueur historique, Narcisse Perrin fait de l’horlogerie une affaire locale, une affaire clusienne. L’histoire de Ballaloud, qui a effectivement pour cadre la montagne agropastorale et l’espace migratoire dans lequel se meuvent les montagnards, est annexée par la petite ville. En cela, après Lavorel, Narcisse Perrin ne fait que se conformer à l’action séculaire de sa municipalité. Mais il va plus loin que l’ecclésiastique en joignant dans son second livre l’histoire de l’horlogerie à celle de l’école d’horlogerie de Cluses. Pour Perrin autant que pour Lavorel, l’histoire de Ballaloud prend place dans la longue histoire orientée de la communauté humaine locale. Pour lui aussi, le grand bienfait de l’horlogerie est d’avoir fait disparaître la misère et l’émigration pour mieux conforter l’épanouissement d’une société terrienne. Mais l’instituteur, qui est lauréat de la laïque académie florimontane d’Annecy, se sépare de l’ecclésiastique par ses références à un « progrès » lié à la Révolution française. Pour lui, le récit des origines de l’horlogerie donne une dimension supplémentaire à l’histoire de la petite république locale qui semble dès lors appelée à prendre place dans la grande histoire de la nation, celle de Vercingétorix et de la prise de la Bastille 67.

30C’est à n’en point douter ce que l’instituteur enseigne dans sa classe. Le récit des origines est sans doute devenu, s’il ne l’était déjà un peu avant, un objet scolaire local. Au moment où écrit Narcisse Perrin, la société du Faucigny est parcourue par d’importantes tensions sociales et des grèves sont sur le point d’éclater 68. Celles-ci culminent par la fusillade du 18 juillet 1904 qui tue trois ouvriers. Aussitôt la presse nationale accourt et, dans un des périodiques socialisants les mieux informés 69 – vraisemblablement en l’occurrence par les milieux syndicaux de la vallée de l’Arve – l’histoire de Ballaloud est reprise à l’identique. L’histoire de Ballaloud est donc devenue une histoire partagée du fait même de son caractère polysémique. L’épisode peut, en effet, d’une part mettre en valeur un âge d’or de l’horlogerie par ailleurs très mal situé dans le temps, et d’autre part montrer que la marche du progrès est longue, que « l’exploitation de l’homme par l’homme » accompagne souvent la routine, et qu’il est temps que les travailleurs reprennent le flambeau du progrès.

31D’une certaine façon, le parcours en zigzag 70 de la France par l’ancien officier Ardouin-Dumazet 71 confirme, à une autre échelle, le travail de Narcisse Perrin. Son voyage qui suit les voies de communication est une quête, celle d’un pittoresque et d’une authenticité locale repositionnés. Les descriptions parfois microscopiques qui y foisonnent n’en signifient pas moins que l’unité nationale s’impose et, là aussi, le local s’intègre au national. Ainsi dans le canton de Cluses, l’histoire de Ballaloud est-elle devenue histoire officielle puisque c’est de la bouche du directeur de l’école d’horlogerie de Cluses – institution d’État s’il en est – et conseiller général, que le voyageur en prend connaissance ; dans sa relation de voyage, il présente donc le personnage comme l’introducteur de l’horlogerie dans la vallée de l’Arve.

32Dès lors, c’est bien par l’école que le récit des origines se construit et se diffuse. Solidement établie dans le canton, l’histoire de Ballaloud devient histoire officielle de l’école d’horlogerie. En 1900, est fondée l’Association amicale des anciens élèves de l’école nationale d’horlogerie. Très vite l’institution compte un demi-millier d’adhérents. Son bulletin, nourri d’articles essentiellement techniques de bonne tenue, écrits par de grands horlogers comme Casimir Sivan ou Charles Poncet, reprend à l’occasion l’histoire de Ballaloud, quitte à la déformer. C’est que la raison d’être du bulletin est technique et commémorative et la chronologie est subordonnée à ces buts. Ainsi, un article rappelle-t-il que le directeur de l’école, disparu en 1899, s’était donné comme tâche de constituer un musée. Dans ce but, il devait « s’efforcer, d’une part, de reconstituer l’histoire particulière de l’horlogerie dans le canton de Cluses en réunissant l’outillage qui avait servi à sa fabrication depuis son introduction à Cluses par Ballaloud, de Saint-Sigismond-sur-Cluses, vers 1795 [sic !], et de rassembler ensuite un choix de tous les appareils ayant servi à la mesure du temps depuis l’antiquité jusqu’à nos jours » 72.

33Issue sans doute en partie d’une tradition familiale, l’histoire de Ballaloud, écrite et officielle, enrichit et recompose en retour une mémoire familiale capable de faire son miel des archives. C’est ainsi que le 9 janvier 1908, Adolphe Ballaloud, géomètre triangulateur au cadastre d’Annecy, dresse un tableau généalogique « à l’aide de notes communiquées par Madame Ballaloud à Samoens, aux archives départementales d’Annecy, à Saint-Sigismond sur les registres de l’État-civil tenus au presbytère depuis 1608, sur les archives de la mairie et enfin sur les ouvrages historiques du Faucigny » 73. Cette démarche permet de faire remonter les origines de la famille au 16e siècle.

34L’histoire de Ballaloud reste une histoire locale, son message est illisible à l’extérieur de la vallée et vérité locale n’est pas vérité nationale. Quand, à l’occasion du cinquantenaire de la fondation de l’école, le sous-secrétaire d’État des Postes et Télégraphes 74, Bérard, honore la ville de Cluses de sa présence, il reconnaît l’ancienneté de l’activité industrielle dans la vallée sans citer Ballaloud, mais il souligne l’appartenance du pays des Allobroges à la France et à sa civilisation rurale 75. Le ministère du Commerce et de l’Industrie publie en 1911 une brochure destinée aux parents résidant en n’importe quel point de l’Hexagone qui voudraient avoir des renseignements sur l’école nationale d’horlogerie de Cluses, mais si l’histoire de l’école y est résumée, il n’est pas question de Ballaloud. Ce qui est vrai sur le plan national l’est aussi à une échelle intermédiaire puisque le Précis de l’histoire du département de la Haute-Savoie, écrit par deux sénateurs de la Haute-Savoie et l’archiviste départemental, publié en 1907, et destiné aux écoliers de la Haute-Savoie, ne comporte aucune mention concernant les origines ou le développement de l’industrie horlogère. Ce manuel est le reflet de l’histoire savante de ce temps et seule l’histoire politique l’intéresse. Il est donc centré sur la question de l’Annexion, nommée « réunion à la France », qui est conçue comme un aboutissement historique 76.

35Les guides touristiques occupent une place particulière. Destinés à un public aisé français ou éventuellement étranger, ils se doivent de décrire dans le détail les particularités locales, à condition que celles-ci soient considérées comme « intéressantes », c’est-à-dire qu’elles confortent les stéréotypes. Mais l’image véhiculée par ces livres n’est pas sans effet sur les lieux décrits, car ce qui est écrit dans les guides est fréquemment réapproprié par les sociétés locales. Le grand concepteur des guides en France, Joanne, se réclame de la culture et s’intéresse à l’histoire mais, passionné de la montagne et membre du Club alpin français et de la Société géographique de Paris 77, il reproduit en la modernisant la vieille vision des élites extérieures de la société faucignerande. Dès les premiers guides 78, l’ancienneté de l’implantation et l’importance de l’activité horlogère à Cluses sont signalées, cela fait partie de l’image de Cluses et celle-ci est reproduite indéfiniment. S’il se trompe partiellement sur la destination des productions de Cluses 79, le rédacteur est attentif aux événements récents et en particulier à tous ceux qui ont laissé une trace architecturale ou monumentale. Sont ainsi signalés l’incendie de Cluses en 1844, la reconstruction de la ville, la fondation de l’école d’horlogerie et même le contenu des études, mais point de Ballaloud. C’est que le personnage n’est connu ou reconnu que de façon interne. Pourtant le contenu des guides n’est pas complètement figé et l’édition de 1905 ne passe pas sous silence « le tragique épisode de la grève du 18 juillet 1904 ». L’image de Cluses est atteinte, ce n’est plus la « paix des champs » qui règne mais la « lutte de classes » et l’usine Crettiez, qui fait face à l’hôtel de ville, est signalée dans le guide. Mais cette mention disparaît vite et l’image classique de Cluses, cité horlogère, reprend d’autant mieux le dessus que les guides font une grande place à une géographie qui s’attache aux éléments stables ou réputés tels, ce qui permet la cohabitation avec les stéréotypes attachés aux différentes localités depuis les voyages aux glacières du 18e siècle. Cette façon de procéder enlève tout intérêt tant au récit de la grève de 1904 qu’au récit des origines 80.

36Après la Première Guerre mondiale qui permet d’engager la reconversion d’une industrie horlogère en crise vers le décolletage, les anciennes divisions s’estompent devant le patriotisme et l’essor de la nouvelle industrie. Les morts de 1904 pèsent peu par rapport aux morts de la guerre. Le récit des origines peut être officialisé. En 1925, le syndicat d’initiative de Cluses et de ses environs édite une brochure qui met en valeur l’école nationale d’horlogerie et l’industrie qui « fut apportée dans le Faucigny, vers 1715, par un nommé Ballaloud de Saint-Sigismond-sur-Cluses qui revenait d’Allemagne » 81. Il faut dire que le président et le président d’honneur du syndicat d’initiative ne sont autres que Georges Carizet, industriel et fabricant d’horlogerie et Charles Poncet, directeur de l’école d’horlogerie. La ville qui vient d’être classée comme station de tourisme vise une clientèle de « petits et moyens commerçants, fonctionnaires et petits rentiers » qui sont quelquefois des Clusiens expatriés. Peu à peu, le récit des origines prend place dans la ville. Le 31 août 1929, sur proposition du conseiller général et directeur de l’école, Charles Poncet, le conseil municipal de la ville décide à l’unanimité de donner le nom de Ballaloud à l’une des rues de Cluses en rappelant que c’est lui qui « vers 1720, revenant d’Allemagne, introduisit l’horlogerie dans le Faucigny » 82. Parmi les conseillers municipaux présents se trouvent à la fois des patrons, deux anciens syndicalistes et le frère d’un ancien syndicaliste de 1904. Cette coalition n’est pas l’effet du hasard. Les élections locales des années 1920 et 1930 voient en effet régulièrement la victoire du camp « républicain » qui associe patrons, anciens syndicalistes d’avant guerre et représentants de l’école nationale d’horlogerie. Cluses a refait son unité, le récit des origines a été institutionnalisé, monumentalisé. En 1936, le ministère de l’Éducation nationale, dont dépend l’école nationale d’horlogerie de Cluses, publie une brochure destinée aux parents résidant en n’importe quel point de l’Hexagone qui voudraient avoir des renseignements sur l’Institution scolaire et, à la différence de ce que l’on pouvait remarquer en 1911, les origines de l’horlogerie occupent une demi-page. Sur cette demi-page, non seulement il est question de Ballaloud, mais sa formation présumée en Allemagne est justifiée par l’appellation des premières montres (rondes) comme des « œufs de Nuremberg ». La technique – raison d’être de l’école – et le récit des origines sont désormais liés. L’histoire de Ballaloud peut maintenant prendre place dans les guides touristiques régionaux. C’est ainsi que, dans le grand Guide Azur consacré à la Savoie, le marquis de Bissy, membre d’honneur de l’Académie salésienne, membre de la Société savoisienne d’histoire et d’archéologie et président du Syndicat d’initiative de Savoie, reprend le récit fondateur. Non seulement il développe l’histoire de Ballaloud mais il fait remonter l’introduction de l’horlogerie dans la vallée de l’Arve au début du 17e siècle en confondant le récit ordinaire qui place l’introduction de l’horlogerie vers 1715 avec les travaux généalogiques de la famille Ballaloud qui remontent l’événement d’un siècle 83. C’est ainsi que le récit des origines prend place dans un discours partisan et très approximatif qui préfigure la rhétorique pétainiste sur la terre. Sans doute l’ancienneté de l’industrie horlogère est-elle pour l’auteur un gage d’équilibre en face de l’industrialisation du 19e siècle, imaginée comme exclusivement urbaine et porteuse de déséquilibres sociaux menaçants. La grève de 1904 est oubliée tandis que dans la sphère du roman, Aragon en fait le symbole de la lutte du prolétariat 84. Entre le guide touristique et le livre de géographie, Maurice Paillon écrit dans une édition de luxe un livre sur la Savoie 85. Le nom de Ballaloud n’est pas cité, mais la date d’introduction de l’horlogerie est indiquée avec prudence et l’histoire de l’industrie de la vallée de l’Arve est écrasée par celle de l’école protégée par l’État français. C’est de façon populiste 86 que Paillon, qui appartient à une certaine élite qui domine le monde du « géo-tourisme » 87, opère un compromis entre l’histoire savante et la « mythe-histoire » 88 locale tout en recyclant le stéréotype de Cluses ville horlogère. Il n’est donc pas étonnant de trouver quasiment le même texte dans le Guide bleu Savoie, dont Paillon est un collaborateur 89.

37L’histoire de Ballaloud est devenue un « mythe-histoire » et celui-ci n’est pas sans effets sur le savoir savant. Alors que les historiens, si l’on excepte les érudits locaux, ne s’intéressent pas encore à l’histoire économique et sociale localisée, les géographes, au contraire, utilisent, sans toujours la citer, l’histoire de Ballaloud. Ainsi René Godefroy se contente-t-il d’écrire que « l’horlogerie est implantée à Cluses depuis le début du 18e siècle » 90, ce qui est à la fois une façon d’éviter de se laisser prendre à la légende et une façon de simplifier, de fausser même la question des origines en établissant une continuité entre la localisation de l’horlogerie au moment où l’auteur écrit et son lieu d’introduction. Ce sont bien, en effet, des pluriactifs migrants qui ont introduit l’horlogerie dans leurs villages de montagne et non à Cluses et ce n’est que par la suite que la petite ville a concentré l’industrie autour d’elle. Cette simplification montre d’une certaine façon l’efficacité du discours pluriséculaire tenu par les municipalités successives de la petite ville. Il n’est guère que la thèse d’André Cholley pour établir le lien entre horlogerie et pluriactivité migrante et pour replacer l’histoire de Ballaloud dans son contexte social 91.

38* * *

39Le récit des origines est d’abord un récit interne, identitaire, il sert à affirmer la permanence de l’activité, et par-là même celle du groupe qui en vit. Mais celui-ci n’est pas homogène, il est dominé par ceux qui fournissent du travail, par ceux qui peuvent organiser les rapports avec l’extérieur et par ceux qui sont les garants de la compétence, c’est-à-dire un « noyau dur de main-d’œuvre » 92 dominé par les patrons les plus importants. Ce groupe est caractérisé par une inscription géographique forte. Une fois constitué, le récit est donc rapidement porté par la municipalité de Cluses et par l’école d’horlogerie, et cette dernière institution est particulièrement bien placée pour annexer le récit. L’officialisation du récit des origines a donc lieu une génération après la création de l’école, quand son existence n’est plus contestée et quand les horlogers d’Arâches et de Saint-Sigismond, dont sont originaires Ballaloud comme Charles Poncet, son directeur, y apprennent leur métier.

40D’une certaine façon, le récit des origines fonctionne comme le district industriel 93 dont il est issu, en s’appuyant sur trois éléments, le territoire, l’ancienneté et la compétence. Pour preuve, l’article sur l’histoire de l’horlogerie savoyarde écrit récemment par un horloger de Beauvais formé à l’école d’horlogerie de Cluses 94. Parmi tous les articles écrits sur la question sous une forme « positiviste », c’est celui de Bernard Miclet qui est le plus complet. C’est le signe d’un profond attachement et la preuve que le récit des origines, récit local et identitaire s’il en est, peut être partagé et enrichi par des extérieurs à condition que ceux-ci aient fait la preuve de leur compétence technique. Société de montagne à la fois fermée et ouverte, la vallée de l’Arve peut intégrer en son sein des éléments extérieurs dans la mesure où ceux-ci se soumettent aux codes en vigueur. Le récit des origines en constitue une partie.

41Le récit des origines de l’horlogerie de la vallée de l’Arve fonctionne comme un « mythe-histoire ». C’est une histoire qui frôle le mythe, une histoire qui, en quelque sorte, « s’auto-génère » dans la mesure où les auteurs remontent rarement aux sources mais s’appuient sur les œuvres de leurs prédécesseurs et les ré-accommodent en introduisant de temps en temps un élément nouveau qui est aussitôt recopié. Son contenu simple, susceptible de lectures multiples, se construit par un processus au cours duquel des faits passés sont ajoutés, réinterprétés et instrumentalisés en fonction de la situation présente car le récit sert à rassurer quant à la permanence de l’activité. Ainsi, l’histoire de Ballaloud est-elle suivie d’autres histoires rajoutées peu à peu et homogénéisées de façon à recouvrir une réalité largement fractionnée par d’importantes discontinuités. Les périodes de crise et de réorientation sont donc décisives dans la construction du récit. L’action des institutions, qui se posent comme représentantes des intérêts de l’industrie horlogère, est donc déterminante.

42Malgré la simplicité de son contenu, le récit des origines de l’horlogerie de la vallée de l’Arve n’est pas unique, ses auteurs sont nombreux et leurs rapports complexes. Si l’on met à part une transmission informelle impossible à mesurer mais sans doute très importante, on peut distinguer plusieurs pôles de construction du récit ou d’explication des origines. Ceux-ci sont indépendants les uns des autres mais cette indépendance ne va pas sans une certaine porosité. Entre le cliché des « Clusiens naturellement doués pour la mécanique » et celui de Ballaloud qui revient d’Allemagne avec son « brevet » d’horloger en poche, la vallée moyenne de l’Arve, si proche du Mont-Blanc et de ses « glacières », échappe-t-elle à la « spirale sans fin » 95 des stéréotypes qui affectent les lieux touristiques en raison de son « mythe-histoire » propre ? Une partie complexe se joue entre « le local » et la « société englobante ». D’un côté, les familles (et particulièrement la famille Ballaloud), la commune de Cluses, l’école d’horlogerie et le syndicat d’initiative local construisent et institutionnalisent l’histoire de Ballaloud en pratiquant des jeux de mémoire et d’archives et en se recopiant les uns les autres, et de l’autre le « savoir touristique », approfondissent le stéréotype. Entre ces deux pôles, le savoir érudit impulsé par les sociétés savantes occupe une place centrale et c’est autour de lui que se noue une véritable dialectique des récits alors que le savoir universitaire, à l’exception de la géographie, brille par son absence. Le Dictionnaire du chanoine Grillet assure la pérennité de l’histoire de Ballaloud et la monographie de l’abbé Lavorel lui donne sa place dans un développement historique orienté. C’est bien ce savoir historique élaboré à l’échelle régionale et largement lié au clergé qui donne et redonne vie au mythe dans des contextes historiques différents et la version la plus élaborée de cette histoire horlogère des origines s’exprime dans l’une des institutions nouvelles où se rencontrent hommes-clé des territoires et érudition provinciale : l’Union des syndicats d’initiative de Savoie qui publie la brochure rédigée par le marquis de Bissy, membre des sociétés savantes les plus reconnues.

43Finalement, un consensus se noue autour de l’image paisible d’une vieille mais modeste cité horlogère. Les représentations extérieures de « la paix des champs » – et des alpages – sont associées avec le stéréotype de « Cluses, royaume des horlogers » qui s’accorde finalement avec celui des Clusiens naturellement « doués pour la mécanique ». L’ancienneté de l’introduction du travail horloger, avant la Révolution française, est garante de cette permanence. Le retour au pays du migrant Ballaloud est à la fois porteur de progrès et de stabilité sociale. Cette image présente l’avantage de rassurer certaines élites régionales attachées à leur place et effrayées devant les mutations sociales particulièrement visibles dans les grandes villes et leurs banlieues tout en permettant de répondre aux désirs des riches voyageurs et de ceux qui les guident par des écrits imprégnés de clichés fort anciens. Mais elle participe surtout symboliquement au consensus qui s’impose dans la cité horlogère. Dans ce dernier cas en effet, si la déchirure de 1904 n’est pas oubliée, elle ne fait plus référence. La Grande Guerre, ses morts et la reconversion qui la suit ont laissé place à une coalition entre horlogers compétents, qu’ils soient ouvriers ou patrons, cimentée par l’école. Ballaloud, l’horloger compétent, n’est-il pas à la fois ouvrier et patron ? Sa figure n’est-elle pas rassurante dans un monde en mutation où, tout doucement mais de façon inexorable, l’horlogerie cède la place au décolletage ?

44L’histoire de Ballaloud est donc un récit local mais celui-ci a besoin d’être utilisé dans un rapport à l’extérieur pour prendre de l’ampleur, comme argumentation par exemple. Il sert notamment à justifier en permanence l’activité et la présence de l’institution qui la cimente, l’école d’horlogerie. Or l’école dialogue avec l’État ou les institutions républicaines locales. Le récit des origines de l’horlogerie participe donc d’un processus identitaire en grande partie constitué en référence au niveau central. Et c’est bien à la fin du 19e siècle que ce processus bat son plein, au moment où les identités locales prennent place dans la nation. Quelle est alors la place d’une éventuelle identité savoyarde dans ce processus ? Celle-ci apparaît bien abstraite et son point d’appui le plus sûr réside dans l’action des sociétés savantes lancée par l’Église. Outre les initiatives de l’émigration savoyarde qui n’entrent pas dans le propos de cet article, ne repose-t-elle pas en partie sur la tentation de fédérer des identités locales éclatées produites par d’autres discours locaux ? En somme, le discours des origines de l’horlogerie s’est élaboré en parallèle avec la construction de la grande nation mais ce processus est d’autant plus chaotique que l’ancien duché de Savoie connaît une situation géopolitique particulière et changeante. On peut donc imaginer que, sur ce terrain, des actions identitaires mues par le militantisme politique ou par des intérêts commerciaux se heurtent à la fois à des difficultés de fond, mais puissent aussi faire illusion.

Haut de page

Notes

1 Le décolletage est une opération mécanisée qui consiste à tourner, percer, tarauder ou fraiser des pièces métalliques. Dans les années 1900, les horlogers de la vallée de l’Arve fabriquaient déjà de la visserie et des pièces destinées surtout à l’horlogerie, mais les commandes d’armement consécutives à la Première Guerre mondiale contribuent à séparer le décolletage de l’horlogerie et, dans les années 1920, le nouveau secteur répond à la demande en pièces variées de secteurs nouveaux comme le cycle ou la construction d’appareils de précision. Aujourd’hui, le principal client du décolletage est l’industrie automobile. Sur la question de la reconversion et sur ses aspects sociaux, voir Pierre JUDET, « De l’horlogerie au "décolletage". La reconversion industrielle de la vallée de l’Arve des années 1900 aux années 1930 », dans Bulletin du Centre Pierre Léon, n° 3-4, 1999, pp. 51-62.
2 Notamment : Marie-Jeanne LEINGME-BESSIRE, « La perception de l’histoire de l’horlogerie neuchâteloise à la fin du 19e siècle », dans Jean-Luc MAYAUD et Philippe HENRY [dir.], Horlogeries. Le temps de l’histoire, Besançon, Annales littéraires de l’Université de Besançon, 1995, p. 37. Ce questionnement a été repris dans Laurence MARTI, La grande famille. Pratiques, représentations et identités horlogères dans le Jura suisse, Thèse, Université Lyon 2, 1996, 547 p.
3 Notamment : François GUILLET, « Entre stratégie sociale et quête érudite : les notables normands et la fabrication de la Normandie au 19e siècle », dans Le Mouvement social, avril-juin 2003, n° 203, pp. 89-111.
4 Notamment : Jean-François BERGIER, « Des Alpes traversées aux Alpes vécues. Pour un projet de coopération internationale et interdisciplinaire en histoire des Alpes », dans Histoire des Alpes, n° 1, 1996, pp. 11-21.
6 Paul GUICHONNET, « Une originale concentration industrielle : le décolletage et l’horlogerie en Haute-Savoie », dans Le Globe, n° 101, 1961, p. 24.
7 Laurence FONTAINE, Histoire du colportage en Europe 15e-19e siècles, collection L’évolution de l’humanité, Paris, Éditions Albin Michel, 1993, 334 p.
8 Georges HEITZ, Chantal MAISTRE et Gilbert MAISTRE, « Colporteurs et marchands savoyards dans l’Europe des 17e et 18e siècles », dans Mémoires et documents de l’Académie salaisienne, tome 98, 1992, p. 160.
9 Arch. dép. Haute-Savoie (Archives départementales de Haute-Savoie), I C III 9 (58, 92, 133), I C III 31 bis (81, 90, 163), Établissement d’une maîtrise d’horloger à Saint-Sigismond, registre des actes de l’intendance du Faucigny.
10 Arch. dép. Haute-Savoie, I C III 8 (11, 20, 21, 70-72 et 220), I C III 29 (32), I C III 30 (43, 49), compte rendu de leur supplique dans le registre des actes de l’intendance du Faucigny.
11 Arch. mun. Cluses (Archives municipales de Cluses), conseil de la ville de Cluses, registre des actes consulaires, délibération pour recourir au Roy au sujet de l’horlogerie, 24 octobre 1789.
12 Jean NICOLAS, La Savoie au 18e siècle. Noblesse et bourgeoisie, Paris, Maloine, 1978, 2 volumes, 1242 p.
13 Il écrit une lettre à Madame de Warens à ce moment-là ; voir la lettre n° 7 de : Correspondance complète de Jean-Jacques Rousseau, édition critique établie et annotée par Ralph Alexander LEIGH, tome 1, 1730-1744, Genève, Institut et musée Voltaire, 1965, pp. 22-23. Voir également : Bernard GROSPERRIN, « L’image de la Savoie à la veille de la Révolution », dans La Révolution française dans le duché de Savoie. Permanence et changements, Chambéry, Association pour le développement de l’Université de Savoie, 1989, pp. 35-41.
14 Relation du voyage de Windham et Pococke aux glacières de Savoie en 1741 rédigée par Wintham, Impressions du duc de la Rochefoucault d’Enville à Chamonix (1762), textes réunis par Max BRUCHET, La Savoie d’après les anciens voyageurs, Annecy, Imprimerie Hérisson frères, 1908, 376 p. Réédition Marseille, Laffitte Reprints, 1981.
15 Dans le monde cultivé, la Relation d’un voyage aux glacières de Wintham écrite en 1741, sort la vallée de Chamonix du mystère. William Wintham est un gentilhomme anglais de 24 ans qui voyage sur le continent pour parfaire son éducation. Il ne se lance dans l’aventure de la visite des glacières de Savoye qu’avec l’arrivée à Genève d’un Anglais nommé Pockok qui avait déjà parcouru l’Égypte et le Levant. Comme Windham et Pockok tiennent les Chamoniards pour des gens dangereux, les voyageurs sont armés jusqu’aux dents et ils passent leurs nuits sous des tentes avec des sentinelles. Philippe JOUTARD, L’invention du Mont-Blanc, Paris, Gallimard/Julliard, 1986, p. 92.
16 La relation de Wintham, écrite en français, circule et, dès 1743, on y a recours pour des renseignements topographiques. Claire-Éliane ENGEL, La littérature alpestre en France et en Angleterre aux 18e et 19e siècles, Chambéry, Dardel, 1930, 287 p.
17 Il faut attendre 1804 avec le Voyage en Savoie et dans le midi de la France en 1804 et 1805 du comte Henri de La Bedoyère publié à Paris en 1807 pour que les « glacières de Savoye » se visitent pour elles-mêmes. Jean-Daniel CANDAUX, « L’image de la Savoie républicaine chez les voyageurs contemporains », dans La Révolution française dans le duché de Savoie…, ouv. cité, pp. 65-94.
18 Anne-Marie GRANET-ABISSET, Les usages de la mémoire et les représentations de l’histoire dans les sociétés alpines contemporaines, Mémoire pour l’habilitation à diriger des recherches, sous le tutorat de Robert Franck, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne, décembre 2002, f° 140.
19 Il existe, en effet, un petit gisement de houille dans cette commune de montagne.
20 Horace-Bénédict de SAUSSURE, Voyage dans les Alpes, précédés d’un essai sur l’histoire naturelle des environs de Genève, Neuchâtel, Fauche, 1779. Réédition précédée de Mémoire historique sur la vie et les écrits de H.-B. de Saussure par Jean Senebier (1801), Genève, Slatkine, 1978, p. 373, § 453.
21 Dans sa description de la route de Genève à Sallanches, à propos du défilé de Magland dominé par la commune d’Arâches et de l’élargissement de la vallée qui conduit à Sallanches, il écrit : « le voyageur qui ne voit autour de lui que des rochers sauvages, ne soupçonne pas qu’ils soutiennent des collines charmantes, de beaux vallons, et des habitations tranquilles et heureuses ». Marc-Théodore BOURRIT, Nouvelle description des glacières, vallées de glace et glaciers qui forment la grande chaîne des Alpes de Savoie, de Suisse et d’Italie, Genève, Genève, Barde, 1787. Réimpression, Genève, Slatkine, 1981, 894 p.
22 Sur Marc-Théodore Bourrit, voir la présentation par Yves BALLU de Marc-Théodore BOURRIT, Description des Glacières, glaciers et amas de glaces du duché de Savoie, Genève, Bonnant, 1773, 136 p. Réédition Genève, Slatkine, 1977.
23 « Cluses contient, dit-on, plusieurs horlogers. C’est une ressource réelle pour une Ville comme Genève, qui n’a que des hommes et point de terres : mais dans tout pays où le nombre des hommes n’excède point celui des terres à labourer, les ouvriers qui ne sont pas d’un absolu nécessaire sont pernicieux ». André César BORDIER, Voyage pittoresque aux Glacières de Savoye, Genève, L. A. Caille, 1773, p. 293.
24 Rapport de l’adjudant Dénarié au commandant du duché de Savoie après une visite à Cluses les 2 et 3 avril 1790, d’après Henri BAUD et Jean-Yves MARIOTTE, Histoire des communes savoyardes, Le Faucigny, Saint-Étienne, Horvath, 1980, pp. 242-243.
25 Les migrations, importantes en Faucigny, ont sans doute joué un rôle dans la diffusion des idées jacobines. André Palluel-Guillard note que pendant la Révolution, « les clubs ont recruté principalement dans le milieu de la "diaspora" et en Alsace (pour ne citer que cette province), les Savoyards figurèrent parmi les jacobins les plus violents ». André PALLUEL-GUILLARD, Une fusion manquée. Genève et la Savoie dans le Grand Empire napoléonien 1799-1815, Doctorat d’État, Université de Savoie, 1991, p. 427.
26 Jean-Luc MAYAUD, Besançon horloger 1793-1914, Besançon, Musée du Temps, 1994, pp. 12-18.
27 Jean-Marie LAVOREL, « Cluses et le Faucigny », dans Mémoires et documents de l’Académie salaisienne, 1888-1889, Genève, Slatkine reprints, 1979, p. 269.
28 Arch. mun. Cluses, registre de délibération municipale, lettre des membres du conseil municipal de Cluses du 28 juin 1793.
29 Le couvent des Cordeliers de Cluses où Rousseau a résidé lors de son séjour de 1733 a été transformé en bien national. C’est dans ces locaux que sera installée l’école d’horlogerie.
30 Cette commune est située non loin de Saint-Jeoire, à une vingtaine de kilomètres de Cluses, en direction de Genève.
31 Marie-Vic OZOUF-MARIGNIER, « Le genre "description géographique" et ses équivalents en France dans la première moitié du 19e siècle. Production et finalités éditoriales », dans Gilles CHABAUD, Évelyne COHEN, Natacha COQUERY et Jérôme PENEZ [dir.], Les guides imprimés du 16e au 20e siècle. Villes, paysages, voyages, Paris, Belin, 2000, pp. 141-153.
32 Arch. nat. (Archives nationales), F 121611, Mont-Blanc. Paul GUICHONNET, « Horlogerie et jacobinisme », dans Le Messager, 14, 21, 28 janvier et 4 février 1994, dans la rubrique « L’histoire savoyarde ». On note que pour Dufresne, c’est dans le pays de Gex – situé plus près de Genève mais en France –, et non à Nuremberg, que Ballaloud fait son apprentissage.
33 Jean-Claude PERROT, L’âge d’or de la statistique régionale française (an IV-1804), Paris, Société des études robespierristes, Paris, 1977, p. 18.
34 Arch. mun. Bonneville (Archives municipales de Bonneville), D 2, extrait des registres de l’administration du district de Cluses. Séance du 10e jour et du second mois de l’an II.
35 C’est ce que confirme André Palluel-Guillard : « comme pour les Alpes et la Suisse en général, il y a une « Savoie de l’intérieur » à la fois mystérieuse et familière, et un pays mythique, qui, à force d’être décrit par ses visiteurs, a acquis une réalité, seconde certes, mais bien plus profondément ressentie que celle immédiatement perçue. Jamais l’antinomie n’a été aussi forte qu’en ces années charnières de la Révolution et de l’Empire, où la Savoie arrive à la célébrité ». André PALLUEL-GUILLARD, L’aigle et la croix. Genève et la Savoie 1798-1815, Saint-Gingolph, Éditions Cabédita, 1999, p. 13.
36 Alain DESROSIÈRES, La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte, 1993, p. 43.
37 Voir la présentation de Hellmuth Otto Pappe dans : Jean-Charles-Léonard SISMONDI, Statistique du département du Léman.— Mémoires et documents publiés par la Société d’histoire et d’archéologie de Genève, tome 44, 1971, 211 p.
38 Selon Stuart Woolf, « les statistiques industrielles présentent des difficultés particulières […] en raison de l’extrême répugnance des manufacturiers à dévoiler la réalité de leurs affaires, de l’information probablement tronquée et imprécise concernant la petite industrie à domicile, de l’absence d’information sur les aspects de la production qui n’intéressaient pas l’administration ». Stuart WOOLF, « Contribution à l’histoire des origines de la statistique : France, 1789-1815 », dans Louis BERGERON [dir.], La statistique en France à l’époque napoléonienne, Paris/Bruxelles, J. Touzot/Centre Guillaume Jacquemyns, 1981, p. 123.
39 Jean-Claude PERROT, L’âge d’or de la statistique régionale…, ouv. cité, pp. 41, 45-46, 66.
40André PALLUEL-GUILLARD, La Savoie de la Révolution à nos jours, 19e-20e siècles, tome 4 de Jean-Pierre LEGUAY [dir.], Histoire de la Savoie, Rennes, Ouest-France, 1986, p. 204.
41 Jean-François ALBANIS-BEAUMONT, Description des Alpes Grées et cottiennes ou tableau historique et statistique de la Savoie, Paris, Imprimerie P. Didot aîné, 1802-1806, 5 volumes, pp. VIII-IX.
42 Ibidem, tome 1, pp. 32, 35 et 190.
43 Jean-Louis GRILLET, Dictionnaire historique, littéraire et statistique des départements du Mont-Blanc et du Léman, Chambéry, Librairie J.F. Puthod, 1807, p. VIII. L’ouvrage porte le sous-titre suivant : Concernant l’histoire ancienne et moderne de la Savoie, et spécialement celle des personnes qui y étant nées ou domiciliées, se sont distinguées par des actions dignes de mémoire, ou par leur succès dans les Lettres, les Sciences et les Arts, Dédié à Mr le Prince Le Brun, Archi-Trésorier de l’Empire. L’auteur est présenté comme l’ancien chanoine-custode de La Roche, professeur de rhétorique et préfet des études au collège de Carouge, membre de l’Académie italienne, co-directeur du pensionnat de l’école secondaire de Chambéry.
44 Guy THUILLIER et Jean TULARD, Les écoles historiques, collection Que sais-je ? n° 2506, Paris, Presses universitaires de France, 1990, p. 18.
45 Une Notice historico-topographique sur la Savoie a été écrite par Jean Lullin, elle paraît en 1787 à Chambéry mais elle est incomplète, ne compte que 88 pages et est organisée par provinces (sept provinces, dont celle de Carouge, constituent la Savoie).
46 Paul GUICHONNET, « Jean-Louis Grillet historien de la Savoie », dans Revue de Savoie, n° 2, 1958, pp. 125-138.
47 Paul GUICHONNET, « L’identité savoyarde », art. cité.
48 André PALLUEL-GUILLARD, L’aigle et la croix…, ouv. cité, p. 13.
49 Jean-Pierre PICTET, Nouvel itinéraire des vallées autour du Mont-Blanc, Genève, A. Cherbuliez, 1808, 372 p.
50 Philippe-Xavier LESCHEVIN, Voyage à Genève et dans la vallée de Chamouni en Savoie, Paris, A. Renouard, 1812, pp. 7-8 et 27.
51 Pour la période sarde, voir par exemple les Almanachs du Duché et notamment la « Statistique » de l’avocat Bellemin sur la province du Faucigny de l’année 1829.
52 Haute-Savoie : dictionnaire biographique et historique illustré, Paris, Flammarion, s.d., VII-583 p.
53 Joseph Bonjean est « chevalier de S.S. Maurice et Lazare », membre de l’Académie impériale des sciences de Savoie, secrétaire perpétuel de la Société centrale d’agriculture du département, lauréat de l’École de Paris, membre du conseil central d’hygiène et membre honoraire de l’Académie royale de médecine de Turin.
54 Joseph BONJEAN, La Savoie agricole, industrielle et manufacturière, Chambéry, Imprimerie Pouchet, 1863, p. 121.
55 Victor BARBIER, La Savoie industrielle, Chambéry, Imprimerie A. Bottero, 1875, volume 2, p. 338.
56 Paul GUICHONNET, « L’identité savoyarde », art. cité.
57 Celles-ci sont dressées pour montrer les progrès de l’industrie horlogère que la création de l’école a permis. Arch. dép. Haute-Savoie, 11 FS 12 et 1 T 258.
58 Arch. dép. Haute-Savoie, 1 T 147, dossiers d’inscriptions à l’école d’Horlogerie, Ballaloud, 1870.
59 Pierre SOUDAN, « L’Académie Salaisienne », dans L’histoire en Savoie, n° 101, mars 1991, pp. 68-77.
60 « Il n’y a point de sujets mesquins en fait de monographie ; si votre clocher a conservé ses parchemins montrez-les-nous ; montrez-les au moins à ceux de votre diocèse. Cette voix de nos anciens a tant d’autorité et de puissance », Louis-Romain-Ernest ISOARD, La vie chrétienne, Paris, J. Albanel, 1871, p. 217. Cité en exergue par Eugène Plantaz.
61 Eugène PLANTAZ, « Monographie d’Arâches », dans Mémoires et documents de l’Académie salésienne, tome 7, 1884, pp. 205-270.
62 Jean-Marie LAVOREL, « Cluses et le Faucigny », dans Mémoires et documents de l’Académie salaisienne, 1888-1889, Genève, Slatkine reprints, 1979, p. 288.
63 Sur l’idée d’inscription publique, voir Étienne SAVOIE [dir.], Les noms que l’on se donne. Processus identitaires, expérience commune, inscription publique, Paris, L’Harmattan, 2001, pp. 5-18.
64 F. MOREL-FREDEL, « Un coup d’œil sur l’horlogerie de la Haute-Savoie », dans Les Alpes, août 1889.
65 Narcisse PERRIN, Monographie historique, industrielle et agricole de Cluses, 1900. Réédition : Millau, 1985, 822 f°manuscrits.
66 Narcisse PERRIN, L’horlogerie savoisienne et l’École nationale d’horlogerie, Thonon, Raffin, 1902, 172 p.
67 Le cas de la Suisse n’est guère différent. Comme le note Marie-Jeanne Liengme-Bessire, le discours des historiens de l’horlogerie suisse est un discours patriotique, voire nationaliste et une « histoire morale de l’horlogerie » (p. 11). Ce discours se situe dans un contexte de débat entre partisans et adversaires de l’idée de Progrès, ce qui n’empêche pas les historiens « progressistes » d’être en fait assez conservateurs. Marie-Jeanne LIENGME-BESSIRE, Analyse du discours historique tenu à la fin du 19e siècle par les historiens neuchâtelois sur l’horlogerie des Montagnes : le sens de la mesure, Mémoire de licence, Université de Neuchâtel, 1993, 134 p.
68 Sur cette question voir : Pierre JUDET, « Ouvriers ? Paysans ? Horlogers ? Mécaniciens ? Décolleteurs ? La main-d’œuvre de l’industrie horlogère du Faucigny du milieu du 19e siècle à la crise des années trente », dans Étienne SAVOIE [dir.], Les noms que l’on se donne. Processus identitaires, expérience commune, inscription publique, Paris/Montréal/Budapest, Éditions L’Harmattan, 2001, pp. 37-54 ; Pierre JUDET, « Pluriactivités, métier, reconversion. Les horlogers du Faucigny du milieu du 19e siècle à la crise des années trente », dans Cahiers d’histoire, tome 44, n° 2, 1999, pp. 299-346.
69 Z., « Les horlogers de Cluses », dans Pages libres, n° 187, 30 juillet 1904, Paris, pp. 81-97.
70 Yves LEQUIN [dir.], Histoire des Français. Tome 1 : un peuple et son pays, Paris, Librairie Armand Colin, 1984, p. 112.
71 Un chapitre est consacré aux « Horlogers de la vallée de l’Arve » dans la 8e série des Voyages en France, Paris, Berger-Levrault, 1911 (3e édition), pp. 299-316.
72 A.G., « Le Musée d’horlogerie rétrospective de l’École Nationale d’Horlogerie de Cluses », dans Bulletin de l’Amicale des anciens élèves de l’École nationale d’horlogerie, avril 1902, p. 99.
73 Lettre du 16 octobre 2002 du docteur Ballaloud au Musée de l’horlogerie et du décolletage de l’Espace Carpano de Cluses.
74 Selon Florence Poirier, les Postes et Télégraphes recrutent beaucoup et l’école de Cluses est pour l’institution « un centre technique expérimental et un vivier de futurs techniciens ». Florence POIRIER, L’Horlo, de l’École royale d’horlogerie au Lycée Charles Poncet, Mâcon, Association amicale des anciens élèves du Lycée Charles Poncet de Cluses, 1998, p. 50.
75 Pour le représentant du gouvernement de la République, il est en effet préférable de souligner que « depuis les premières années du 18e siècle, l’art industriel de l’horlogerie s’est implanté […] là aux bord de l’Arve torrentueuse […] qui est peut-être géographiquement le vrai Rhône » et que « c’est le même paysan, au lent et doux parler qui conduit la charrue dans les grasses plaines de Bresse et qui creuse de la pioche les rudes coteaux du Faucigny ». « Fête du cinquantenaire de l’école. Lundi 3 août 1903 », dans Bulletin de l’Amicale des anciens élèves de l’École nationale d’horlogerie, août et septembre 1903.
76 André FOLLIET, César DUVAL et Max BRUCHET, Précis de l’histoire du département de la Haute-Savoie, Saint-Julien-en-Genevois, Imprimerie S. Mariat, 1907, 172 p. Réédition limitée, presses de la SEPEC, 2002.
77 Daniel NORDMAN, « Les Guides-Joanne. Ancêtres des Guides Bleus », dans Pierre NORA [dir.], Les lieux de mémoire. La Nation, Bibliothèque illustrée des histoires, NRF, Paris, Gallimard, 1986, volume 1, pp. 529-567.
78 Adolphe JOANNE, Itinéraire descriptif et historique de Suisse, du Mont-Blanc de la vallée de Chamonix et des vallées du Piémont, Paris, Hachette, 1865, 872 p. et Adolphe JOANNE, Guide illustré du voyageur en Suisse et à Chamonix, Paris, Hachette, 1866, XXXIX-500 p.
79 Il cite comme clients des fournitures d’horlogerie de la vallée de l’Arve, non seulement Genève, ce qui est exact mais aussi l’Allemagne, ce qui n’est sans doute que très marginal. Mais l’erreur est significative, c’est effectivement en particulier en Allemagne que se rendaient les émigrants du Faucigny et c’est à Nuremberg que Ballaloud aurait appris l’horlogerie.
80 En témoignent les notices de Maurice Paillon dans Guide Joanne : Savoie, Paris, Librairie Hachette, 1912, 482 p.
81 Arch. mun. Cluses, dossier horlogerie, brochure du Syndicat d’initiative de Cluses et de ses environs, 1925.
82 Ibidem, registre des délibérations du conseil municipal de Cluses, 31 août 1929.
83 La Savoie, Tome 4 : Arrondissement de Bonneville, collection Les Guides touristiques Azur, Grenoble, Union des syndicats d’initiative de Savoie, 1935, 70 p. Réalisé par les soins de la revue Les Alpes.
84 Louis ARAGON, Les cloches de Bâle, Paris, Gallimard, 1934, 375 p.
85 Maurice PAILLON, Alpes de France. Tome 1 : Savoie, Paris, Éditions Alpina, 1938, 160 p.
86 En effet, il affirme, dans la présentation de son ouvrage, qu’en géographie, « la division en régions naturelles est l’œuvre non d’un savant, mais de ce grand savant qu’est la foule : vox populi », p. VII.
87 Il est précisé dans sa présentation que S.A.S. le Prince Albert Ier de Monaco l’a chargé du secrétariat du Congrès scientifique de l’alpinisme de Monaco (1er-10 mai 1920), ce qui l’a conduit à rédiger un Essai d’une carte des régions naturelles du Sud-Est de la France, Paris, L’expansion scientifique française, 1921, 1 planche.
88 Marie-Jeanne LEIGME-BESSIRE, Analyse du discours historique…, mémoire cité.
89 Marcel MONMARCHÉ [dir.], Guide bleu Savoie, Paris, Librairie Hachette, 1939, 488 p.
90 René GODEFROY, Géographie de la Savoie, Chambéry, Librairie Dardel, 1930, p. 92.
91 André CHOLLEY, Les Préalpes de Savoie et leur avant-pays. Étude de géographie régionale, Thèse, Paris, Librairie Armand Colin, 1925, IV-756 p.
92 Comme il s’agit d’une région qui pratique une sous-traitance en cascades, cette expression qui permet de regrouper les patrons et les horlogers reconnus comme compétents qui peuvent éventuellement s’établir à leur compte est sans doute plus adaptée. Pierre JUDET, Horlogeries et horlogers du Faucigny (1849-1934). Les métamorphoses d’une identité sociale et politique, La pierre et l’écrit, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2004, 487 p.
93 Claude COURLET, « Globalisation et territoire. Le cas du district industriel de la Vallée de l’Arve (Technic Vallée) », dans Daniel J. GRANGE [dir.], L’espace alpin et la modernité. Bilan et perspectives au tournant du siècle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2002, pp. 93-103.
94 Bernard MICLET, « L’horlogerie en Faucigny. L’école d’horlogerie de Cluses », dans Bulletin de l’Association nationale des collectionneurs et amateurs d’horlogerie ancienne, n° 37, 1983, pp. 7-30.
95 Daniel NORDMAN, « Introduction à la 3e partie », dans Gilles CHABAUD, Évelyne COHEN, Natacha COQUERY et Jérôme PENEZ [dir.], Les guides imprimés du 16e au 20e siècle…, ouv. cité, pp. 201-206.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Judet, « De l’archive aux sociétés savantes et des sociétés savantes à l’inscription publique. La construction sociale du discours des origines de l’industrie horlogère de la vallée de l’Arve (milieu du 18e-milieu du 20e siècle) », Ruralia [En ligne], 16/17 | 2005, mis en ligne le 01 juillet 2009, consulté le 24 mars 2017. URL : http://ruralia.revues.org/1067

Haut de page

Auteur

Pierre Judet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page