Navigation – Plan du site
Positions de thèse

Les relations des agriculteurs au territoire au travers de la vente directe et de l’accueil à la ferme. Le cas de la région des Monts de Flandre

Thèse de doctorat de géographie sous la direction de Jean-Pierre Renard, Université Lille 1, soutenue le 18 décembre 2003 devant un jury constitué de Nicole Croix (rapporteur), Jean-Paul Diry (président), Jean-Jacques Dubois, Jean-Pierre Renard et Philippe Violier (rapporteur).
Frédéric Lescureux

Texte intégral

1Le territoire est au géographe ce que le terroir est à l’exploitant, à savoir, son espace de vie, « l’espace concret du quotidien » 1. Mais territoire et terroir sont aussi des espaces, identitaires et identificatoires, que le géographe et le paysan investissent, produisent et partagent avec leurs pairs et avec d’autres acteurs, chercheurs et usagers.

2Par la nature de leur fonction originelle, produire des ressources alimentaires, les agriculteurs ont un rapport existentiel à l’espace. Le lien qu’ils ont avec la terre influence ce rapport sans toutefois le réduire au travail et à l’exploitation du sol. En effet, en appliquant aux agriculteurs la définition que Guy Di Méo 2 donne du rapport spatial, « manière dont l’individu vivant en société pratique l’espace au quotidien, se le représente, établit des relations tantôt rationnelles, tantôt affectives avec ses lieux de vie », il convient de prendre en compte les liens qu’ils établissent avec d’autres lieux que leur ferme et leur finage.

3Or, la transition agricole, comme « passage progressif de l’agriculture de la période industrielle aux formes plurielles d’une agriculture multifonctionnelle mises en place pour fournir des réponses appropriées aux aspirations de la société » 3, s’accompagne de mutations au sein du complexe agro-industriel et alimentaire et par conséquent de recompositions spatiales. Ces recompositions, caractérisées par le renouvellement des lieux de décision, de production et d’échanges et donc des changements d’échelles, viennent chambouler l’espace de vie et de relations des agriculteurs, notamment de l’Europe du nord-ouest. Dans ce contexte de crises et de mutations des agricultures, nous interprétons les processus en cours comme témoignant des limites du modèle productiviste et dé-territorialisant l’agriculture et les agriculteurs. Tel est notre postulat, le point de départ de notre problématique.

4Simultanément, objets de nouvelles représentations et ainsi réinventées, les espaces ruraux connaissent, eux aussi, des recompositions. Les processus affectant ces derniers participent ainsi de la dé-territorialisation de l’agriculture et des agriculteurs et posent la question de leur devenir. Interpellés par cette question, nous réfléchissons aux conditions de leur re-territorialisation car « toute "dé-territorialisation" prépare une "re-territorialisation" et le changement de régulation afférent » 4.

5Par dé-territorialisation, nous n’entendons pas négation du territoire, mais distension des liens entre agriculture, agriculteurs et territoire, les agriculteurs apparaissant davantage comme des agents que comme des acteurs véritables du processus de territorialisation.

Tertiarisation et re-territorialisation des agriculteurs ?

6D’après notre hypothèse, c’est à travers la tertiarisation de leurs fonctions que les agriculteurs se re-territorialiseraient. La tertiarisation en question sous-tendrait en effet de nouveaux rapports des agriculteurs à l’espace. La portée territorialisante, c’est-à-dire productrice de territoire(s), de ces rapports serait dès lors singulière et amplifiée en comparaison de la portée des relations spatiales qu’induit l’insertion des agriculteurs dans le complexe agro-industriel et alimentaire et ses filières.

7Compte tenu de ce que nous avons dit des dynamiques rurales, cette hypothèse est à nos yeux d’autant plus crédible que les campagnes dans lesquelles s’observe le processus de tertiarisation sont des campagnes vivantes au sens de Jean-Paul Diry 5.

8La tertiarisation des fonctions agricoles telle que nous la concevons prend sa source dans la diversification, non pas des productions mais des activités agricoles. En fait, au-delà de la sémantique et de l’actualité toujours effervescente des affaires agricoles, la diversification d’abord, la pluriactivité aussi, la multifonctionnalité (terme aujourd’hui consensuel) et la tertiarisation enfin recouvrent un même enjeu : elles répondent, certes sous diverses formes et à des époques différentes, à la nécessité ressentie par une minorité d’agriculteurs de repenser les finalités de leur métier et de renouer avec celles du métier de paysan (« agriculture paysanne ») pour réussir à pérenniser leurs exploitations et à se maintenir dans l’espace. Cela passe par l’exercice de nouvelles fonctions, innovantes donc, ou le renouvellement de fonctions plus anciennes.

9Dans le champ quasi-infini des fonctions agricoles nouvelles ou renouvelées, nous en retenons deux : la fonction de vente directe (commercialisation) et la fonction d’accueil à la ferme, parce qu’elles ont une dimension marchande et, quoique toujours marginales, figurent parmi les plus fréquemment exercées. C’est à travers leur pratique que nous voulons démontrer que les agriculteurs se re-territorialisent. Nous supposons en effet que, se déclinant à vrai dire sous différentes formes, la vente directe et l’accueil à la ferme modifient les relations des agriculteurs au territoire et sont ainsi territorialisantes.

10Jusqu’au milieu des années 1990, les recherches des géographes ont peu porté sur la vente directe des produits de la ferme. Des travaux, diffus, y font certes allusion mais, en dehors de quelques communications circonstancielles, aucun à notre connaissance ne l’a prise comme véritable objet d’étude géographique, d’où l’éveil de notre intérêt pour cette activité. En revanche, s’agissant d’accueil à la ferme, la production scientifique a eu tendance à s’intensifier mais souvent sous l’angle trop grand du tourisme rural ou trop petit de l’agritourisme comme sous-produit de l’hébergement touristique rural. La pensée dominante tend à présenter l’agritourisme comme une alternative économique pour les agriculteurs des régions en difficulté. De même, la vente directe à la ferme est-elle très souvent envisagée dans les exploitations agricoles périurbaines, au plus près des villes-marchés.

Dans un espace peu enclin à la tertiarisation des fonctions agricoles

11Dès lors le choix de l’espace dans lequel éprouver notre hypothèse de la re-territorialisation des agriculteurs au travers de la vente directe et de l’accueil à la ferme peut surprendre. En effet, nous avons mené notre recherche à l’échelle de la région des Monts de Flandre qui, ignorant la frontière franco-belge, relient la Flandre intérieure au Westhoek. Or, historiquement, le modèle agricole flamand fut particulièrement territorialisant et, aujourd’hui encore, il semble que ces pays résistent mieux qu’ailleurs à la dé-territorialisation de l’agriculture telle que nous la postulons. A priori donc, la tertiarisation des fonctions agricoles, comme la diversification ou la pluriactivité avant elle, ne s’impose pas. C’est bien pour cette raison que nous avons choisi la région des Monts de Flandre : pour chahuter la représentation que l’on a des pratiques de vente directe et d’accueil à la ferme et étudier dans quelle mesure elles peuvent, en re-territoralisant les agriculteurs, amortir voire prévenir les méfaits du modèle productiviste.

12La dimension transfrontalière de notre espace d’étude devait nous permettre une approche comparative. En fait, les difficultés que nous avons rencontrées, côté belge, dans la collecte des informations ont provoqué un déséquilibre dans leur traitement et donc amoindri sa portée en terme d’enseignements. Finalement la connaissance que nous avons produite au sujet du Westhoek vient plutôt éclairer celle relative à la Flandre intérieure que soutenir véritablement la comparaison. Il n’empêche que, avec d’un côté une campagne soumise à une forte périurbanisation et de l’autre un espace rural périphérique et dépeuplé, mais de part et d’autre de la frontière une mise en tourisme accélérée, nous avons un espace assez composite pour discuter pertinemment notre hypothèse.

13Pour étudier, selon une démarche hypothético-déductive, la portée territorialisante des pratiques relevant de la tertiarisation-diversification des fonctions agricoles, nous avons accordé au travail de terrain toute la place que lui conserve la géographie, rurale en particulier. Ainsi avons-nous eu recours à la technique de l’enquête auprès des agriculteurs-praticiens, mais aussi des responsables professionnels et des élus et agents de développement de 31 communes de la région des Monts de Flandre. L’absence ou les insuffisances des statistiques relatives à nos objets d’étude nous ont en effet contraint à créer notre propre corpus. Si notre recherche en a été d’autant plus compliquée, nous pensons qu’elle a aussi gagné en qualité, en fiabilité.

14Au regard de notre besoin de comparer, de notre souci d’articuler les échelles et de notre conscience du temps long, autant de facteurs jouant sur le processus de territorialisation, nous revendiquons notre appartenance à la discipline géographique. Cette géographie, nous la concevons comme nécessairement centrée sur l’homme et au service de l’intérêt général. En nous questionnant, en période de crise, sur la re-territorialisation des agriculteurs au travers de pratiques longtemps méprisées et en insistant sur la socialisation qui lui est consubstantielle, nous entendons alimenter la réflexion sur les conditions de leur maintien dans le territoire.

Un cheminement en trois parties

15Dans une première partie, après avoir discuté et défini les termes territoire, territorialité et territorialisation pour lever toute ambiguïté, nous précisons la notion de dé-territorialisation. Après avoir fouillé l’historique de la tertiarisation-diversification et relevé, à travers la bibliographie existante, les questions que la vente directe et l’accueil à la ferme posent au géographe, nous explicitons les conditions dans lesquelles notre hypothèse apparaît crédible. Nous expliquons donc quelles sont les dynamiques rurales et agricoles des communes — 31, dont 3 belges de grande taille — dans lesquelles nous avons étudié ce processus de tertiarisation-diversification, au moyen notamment d’une cinquantaine d’entretiens à dire d’expert.

16Dans une deuxième partie, après avoir éclairé notre cheminement méthodologique, nous veillons à décrire et à qualifier les espaces dans lesquels les agriculteurs inscrivent leurs pratiques de vente directe et/ou d’accueil à la ferme dont nous proposons une grille de lecture géographique et originale à ce titre. Ensuite, nous nous efforçons d’apprécier l’évolution spatio-temporelle de l’utilité socio-économique que les agriculteurs reconnaissent à ces pratiques. Enfin, après avoir analysé les systèmes d’exploitation au regard de leur fonction originelle de production, nous voyons en quoi la tertiarisation-diversification les réorganise en agrosystèmes tertiarisés à différents degrés.

17Dans une troisième et dernière partie, nous analysons d’abord les rapports que les agriculteurs ont à l’espace au travers de leurs pratiques en insistant sur ce qu’ils retiennent de l’espace pour en tirer le plus grand bénéfice et sur la conscience qu’ils ont des lieux et la manière dont ils se les approprient. Puis nous décryptons les réseaux dans lesquels les praticiens sont insérés, en différenciant ceux qu’ils créent de ceux qui leur préexistent, et tâchons d’en mesurer les incidences territoriales. Enfin, nous décortiquons les territoires multiscalaires des agriculteurs rencontrés et apprécions la portée territorialisante de leurs pratiques au moyen d’une grille d’analyse personnelle et inédite, pour conclure à l’échelle des territoires de projet (le pays « Cœur de Flandre » d’un côté et le Westhoek de l’autre) que les agriculteurs partagent et co-produisent cette fois avec d’autres acteurs.

18Avant d’énoncer les principaux enseignements de notre recherche il convient de regretter que, malgré son déroulement dans un espace transfrontalier, celle-ci n’ait pas véritablement porté sur les effets de frontière. Mais une réflexion approfondie sur ce que la territorialisation des agriculteurs pratiquant la vente directe et/ou l’accueil à la ferme doit à la frontière et sur les incidences qu’elle a sur elle dans une dialectique causé/causant est envisageable.

La diversification-tertiarisation : une réponse locale, circonstancielle et individuelle à un problème global

19Les premiers enseignements de notre recherche portent sur les disparités spatiales que souligne la localisation des pratiques. La géographie de la vente directe et de l’accueil à la ferme dans la région des Monts de Flandre ne s’explique pas facilement. Si nous pouvons confirmer que la proximité urbaine et la touristicité des lieux offrent bel et bien des rentes de situation, nous n’avons pas complètement percé la logique qui commande la répartition des exploitations diversifiées, plutôt dispersées. Certes suggérée et bonifiée par les dynamiques rurales que les processus de périurbanisation et de touristification marquent de leur empreinte, la diversification-tertiarisation fait figure de réponse locale et circonstancielle à un problème global, celui que pose la transition agricole.

20Dans le contexte de la mondialisation dont témoigne la définition des politiques agricoles au niveau supra-national, les agriculteurs s’interrogent de plus en plus sur leur devenir. Mais d’un espace à l’autre, selon le degré de performance de l’agriculture, l’acuité de leur interrogation diffère, donc leurs comportements aussi. La comparaison des versants français et belges de notre espace d’étude l’a prouvé. La vitalité de l’agriculture du Westhoek et en particulier des communes d’Ypres et de Heuvelland où elle est encore très intensive, y incite moins à la diversification-tertiarisation qu’en Flandre intérieure.

21Or, c’est d’abord dans le but d’accroître leurs revenus, pour pérenniser leurs entreprises ou améliorer l’ordinaire de leur famille que les agriculteurs pratiquent la vente directe et/ou l’accueil à la ferme. Car, locale et circonstancielle, la diversification-tertiarisation est aussi une réponse individuelle à situer dans un système d’exploitation comme sous-système spatial. À l’échelle d’une même commune les réponses à la nouvelle donne sont donc contrastées.

22Dès lors il est difficile de révéler la part du milieu dans le processus de diversification-tertiarisation. Ainsi c’est lorsqu’elle leur apparaît comme la plus contraignante que les agriculteurs évoquent leur situation géographique. Ils lui reconnaissent rarement un rôle décisif, sinon dans le choix du mode de vente directe ou d’accueil à la ferme, mais inconsciemment ils interprètent à travers elle les potentialités de leur milieu géographique puis, progressivement, ils l’oublient à mesure qu’ils maîtrisent cette situation. Leurs pratiques finissent par se fondre dans l’espace. Leur réflexe est de consommer cet espace, de s’en servir pour atteindre leur but à caractère économique. Ce qui les amène naturellement à entretenir avec la ville un rapport ambivalent. À la fois elle construit leur marginalité, et elle les attire par sa centralité.

Une logique de diversification plus qu’une logique de tertiarisation

23De nos travaux, et en particulier de l’observation des trajectoires spatio-temporelles, il ressort aussi que la pratique de la vente directe et/ou de l’accueil à la ferme participe davantage d’une diversification du système d’exploitation agricole que de sa tertiarisation, d’où l’emploi du terme combinatoire diversification-tertiarisation.

24Si notre hypothèse selon laquelle la tertiarisation devait refondre le système d’exploitation n’est pas vérifiée, il n’empêche que, dans les deux tiers des systèmes d’exploitation français, à peine moins côté belge, elle est aujourd’hui indispensable. Sans elle, le tissu d’exploitations régresserait davantage. Ce qui aurait pour effet d’appauvrir le territoire.

25La primauté de la diversification sur la tertiarisation explique que structurellement les exploitations diversifiées, qui d’ailleurs s’agrandissent elles aussi, ne sont pas si différentes des autres. La diversité de leurs systèmes de productions à dominante polyculture-élevage (pour plus des trois quarts) rappelle l’excellence et la polyvalence flamande mais la polyactivité des ménages est toutefois plus caractéristique, intensifiant leur insertion territoriale. De plus, ces exploitations s’avèrent plus peuplantes et à forte assise familiale mais aussi plus laborieuses que les autres, à taille égale, parce que plus intensives. Les femmes y occupent une place importante. Si la diversification-tertiarisation n’a pas provoqué de retour sur l’exploitation, elle a incontestablement permis le maintien de nombreuses conjointes sur la ferme. Elles y sont influentes et peuvent espérer y trouver une réelle satisfaction professionnelle, au travers des pratiques de vente directe et d’accueil à la ferme dont le revenu leur vaut d’être davantage reconnues socialement.

26Pour soutenir leur démarche de diversification-tertiarisation et réussir à répondre aux exigences de la demande, dans l’ensemble, les agriculteurs adaptent leurs systèmes d’exploitation mais ne les refondent pas. Dans l’exercice de nouvelles fonctions ils ont à gérer deux nouveaux sous-systèmes, celui des produits-prestations et celui des pratiques. Bien sûr cela complique leur système d’exploitation dès lors tertiarisé (notion d’agrosystème tertiarisé), mais nous avons constaté qu’une majorité d’entre eux veillaient à ne pas trop le complexifier et ce, pour ne pas compromettre la productivité de leur fonction originelle (production). Ainsi seuls 19 % des agrosystèmes sont hyper-tertiarisés côté français et 8 % côté belge. Ils portent néanmoins une plus grande attention à la qualité de leurs produits. Sans véritablement réinventer leur métier, la diversification-tertiarisation telle qu’ils la pratiquent l’enrichit assurément.

27Le Recensement général agricole a révélé que, malgré la régression massive du nombre des exploitations et contrairement à la tendance observée dans le Nord-Pas-de-Calais, la quantité des fermes faisant de la vente directe en Flandre intérieure a très légèrement augmenté entre 1988 et 2000, tandis que le nombre de celles se prêtant à l’accueil y a stagné. D’après notre enquête, les lendemains des pratiques étudiées sont très incertains : 50 % d’entre elles seraient compromises côté français.

Une lecture géographique des pratiques qui révèle la mobilité des agriculteurs

28Notre travail montre à quel point, contrairement à la caricature (hébergement en gîte rural, vente directe « à » la ferme...) dont elles font trop souvent l’objet, les pratiques de vente directe et d’accueil à la ferme sont plurielles. La diversité de situations qu’elles recouvrent, et dont la statistique agricole rend peu compte, n’est vraiment perceptible qu’à grande échelle et à condition de le vouloir. Or, encore trop mésestimées en Flandre, elles sont trop spontanément connotées et marginalisées par les élus et les représentants professionnels des lieux où on les observe. Mais il est vrai que leur caractère fréquemment discret et leur nature souterraine, en raison d’enjeux économiques et en réaction à la normalisation voulue par les pouvoirs publics et la profession, ne facilite pas leur reconnaissance. Le flou qui les entoure explique pour partie leur moindre portée territorialisante. En nous efforçant de les détecter sans a priori et de les décrire dans leurs multiples dimensions, nous pensons avoir aidé à leur identification.

29Ces pratiques qu’on présente fréquemment comme d’actualité ou à la mode, s’inscrivent en réalité dans l’espace et dans le temps, d’où la nécessité de recomposer leur trajectoire en rencontrant ceux qui en ont hérité ou les ont initiées. La qualité de notre échantillon d’enquêtes (151 praticiens enquêtés soit 81 % de la population-mère franco-belge) et des entretiens que nous avons eus avec les praticiens mais aussi l’examen approfondi des principaux réseaux dans lesquels ils s’insèrent, nous amènent à penser que nous avons appréhendé au mieux leur globalité. Nous insistons sur les mutations que connaissent les pratiques de vente directe et d’accueil à la ferme que leur combinaison au sein des systèmes d’exploitation rend extraordinairement complexes. C’est pourquoi, s’agissant d’entreprises, leur approche géographique doit se doubler d’une approche économique.

30La requalification des pratiques de vente directe et d’accueil à la ferme, telle que nous l’avons proposée dans une grille de lecture géographique, attire l’attention sur la propension de la vente directe, aux déclinaisons par ailleurs nombreuses, à être plus mobile et itinérante qu’on ne le dit. Jusqu’alors, faute d’une prise en compte de cette mobilité, la lecture que nous en avions était faussée. Or, du fait de son itinérance, les espaces de la vente directe parcourus par des flux d’agriculteurs en tournée et de clients faisant leurs courses se compliquent. L’interprétation de l’accessibilité des produits de la ferme s’en trouve modifiée. Les fermes y font figure de lieux d’émission ou de réception de ces flux qui leur donnent vie, mais nous avons mis à jour la présence dans ces espaces d’autres lieux structurants : des lieux d’approvisionnement et de revente, mais aussi des lieux-débouchés (marchés-forains, agroboutiques...).

31Jusqu’à présent on rapportait uniquement les pratiques de vente directe et/ou d’accueil à la ferme aux lieux où elles étaient visibles. Notre approche géographique, elle, suggère de les caractériser aussi au travers des lieux qu’elles mobilisent à distance de la ferme, épicentre de la diversification-tertiarisation. En effet, leur fréquentation, variable d’une pratique à l’autre, démultiplie les rapports des agriculteurs à l’espace et participe de leur territorialisation. L’exemple des tournées au domicile des particuliers que nous avons développé est très instructif de ce point de vue.

32C’est dans le rapport aux autres, nécessité par la pratique de la vente directe et/ou de l’accueil à la ferme, que les relations des agriculteurs au territoire sont les plus renouvelées. Ces rapports, avec les clients bien sûr, d’autres agriculteurs mais aussi des professionnels du commerce, de la restauration, du tourisme, etc., ou encore des élus et des agents de développement, se définissent principalement par la force (concurrence), par la séduction (communication), par la coopération (réseaux) et par la sociabilité (accueil, service). Ils donnent du sens aux rapports à l’espace en terme d’appropriation et d’identification et ils sont à ce titre territorialisants.

33Nous avons montré à travers l’analyse approfondie des réseaux auxquels ils adhèrent ou qu’ils créent et la mobilisation des collectivités que lorsque les agriculteurs prennent l’initiative d’aller vers les autres, leurs actions en sont d’autant plus territorialisantes. En particulier, nous avons mesuré les limites des réseaux les plus voyants (syndicaux, consulaires...) qui fonctionnent selon une logique de filière (réseaux verticaux, espaces d’intervention fonctionnels) et souligné la moindre représentativité de ceux qui se situent à la croisée du vertical et de l’horizontal (offices de tourisme, intercommunalités...). En revanche ceux que les agriculteurs tissent spontanément en externalisant leurs fonctions (achat-revente, dépôt-vente...), et qui privilégient la proximité géographique et sociale (interconnaissance), sont les plus territorialisants. Des autres acteurs, comme des lieux, les agriculteurs retiennent les meilleurs : ceux qui leur permettent de répondre le plus efficacement à la demande exprimée par le territoire et qu’ils ressentent.

34En se comportant ainsi, les agriculteurs en viennent à articuler plusieurs échelles, d’action et de transaction. C’est en croisant le nombre et la taille des échelles articulées pour les besoins de leur diversification-tertiarisation, de leur production mais aussi de leur famille, que nous avons mis en évidence les recompositions de leurs territoires et donc leur re-territorialisation. En effet, des trois bassins qui font de leur territoire un millefeuille, celui délimité par la diversification-tertiarisation va plutôt le dilater ou le compresser, rarement le conforter. Il y a en effet re-territorialisation dans 95 % des cas. La nature des pratiques de vente directe et d’accueil à la ferme et l’état des autres bassins, d’exploitation et de vie, vont conditionner ce processus comme le met en évidence la comparaison des versants français et belge de notre espace d’étude.

35Une fois démontrée la re-territorialisation des agriculteurs au travers de la diversification-tertiarisation, nous avons entrepris d’évaluer la portée territorialisante de leurs pratiques au moyen d’une grille personnelle basée sur quatre critères : l’intentionnalité, l’appropriation, l’identification et la durabilité (au sens de pérennité). Ces critères renvoient à autant de conditions élémentaires de territorialisation. Notre démarche a abouti à la définition de quatre profils d’agriculteurs. Un tiers des praticiens environ, tant côté français que côté belge, ont un profil « très territorialisant ». C’est moins que la proportion de ceux qui ont un profil « trop peu territorialisant ». Ce qui confirme les limites de la diversification-tertiarisation et nous invite à modérer son impact sur la co-production de territoire.

36En effet les relations que les agriculteurs flamands ont avec le territoire tel qu’il se vend et tel qu’il se veut sont plutôt dissymétriques, surtout côté français. La mise en tourisme du territoire tourne « autour » de l’agriculture plus qu’elle ne la met en avant. Si le projet de territoire du Pays « Cœur de Flandre », lui, offre un rôle à jouer aux praticiens de la vente directe et de l’accueil à la ferme, son approche est peu innovante. Il ne repense pas son agriculture. Ainsi, les pratiques que nous avons étudiées se vivent-elles bien, mais se « vendent »-elles mal…

37Les agriculteurs, surtout au travers de la vente directe et de l’accueil à la ferme, apportent certes de la valeur ajoutée au territoire mais, en trop petit nombre et en ordre dispersé, ils ne sont pas les moteurs de son projet. Nous avions donc trop idéalisé leur contribution. Pour autant leur démarche reste pertinente. Il importe toutefois de préserver l’agricolité des pratiques et de cultiver leur différence.

Haut de page

Notes

1 Guy DI MÉO [dir.], Les territoires du quotidien, Paris, Éditions L’Harmattan, 1996, 207 p.
2 Ibidem.
3 Claire DELFOSSE et Jean VAUDOIS, « Les dimensions et les enjeux territoriaux de la transition agricole », dans Hommes et terres du Nord, n° 4, 2000, pp. 189-191.
4 Bernard DEBARBIEUX et Martin VANIER, Ces territorialités qui se dessinent, La Tour d’Aigues/Paris, DATAR/Éditions de l’Aube, 2002, 267 p.
5 Jean-Paul DIRY, « Les campagnes vivantes. Essai de définition », dans Des campagnes vivantes : un modèle pour l’Europe ? Mélanges offerts au professeur Jean Renard, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2000, pp. 23-30.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Lescureux, « Les relations des agriculteurs au territoire au travers de la vente directe et de l’accueil à la ferme. Le cas de la région des Monts de Flandre », Ruralia [En ligne], 15 | 2004, mis en ligne le 30 septembre 2005, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://ruralia.revues.org/1054

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page