Navigation – Plan du site
Positions de thèse

Pouvoir et politique en Haute-Bretagne rurale. L’exemple de Louvigné-de-Bais (16e-19e siècles)

Thèse pour le doctorat d’histoire sous la direction de Alain Croix, Université Rennes 2, 4 volumes, 1175 f°, 6 décembre 2003, jury constitué de Annie Antoine, Alain Croix, Jean-Pierre Jessenne, Jean-Luc Mayaud et Jacques Perret (président), mention très honorable et félicitations du jury à l’unanimité.
Yann Lagadec

Texte intégral

1Au point de départ de cette recherche, on trouve moins un lieu — Louvigné-de-Bais — qu’une série de questions concernant principalement les rapports au politique du monde rural. Le choix du terrain d’enquête n’est donc intervenu que dans un second temps, une fois échafaudé le cadre de l’enquête.

2Celui-ci a pour origine une double insatisfaction. La première est celle née d’une histoire de la politisation — tout particulièrement celle du monde rural — trop souvent limitée à celle de l’« inculcation de la démocratie » selon l’expression de Maurice Agulhon. L’étude de la politisation se borne ainsi souvent à celle de « l’imposition d’une bonne manière de faire de la politique » (A. Collovald et F. Sawicki), une bonne manière trop largement résumée au seul vote républicain. Cela conduit logiquement à négliger des pans entiers des réalités des campagnes, et, de ce fait, à une histoire politique du monde rural tronquée, réduite au diptyque pour le moins réducteur archaïsme/modernité, tout particulièrement dans l’Ouest de la France où, on le sait, les campagnes — certaines d’entre elles au moins — se sont montrées souvent très rétives à la République sans pour autant refuser en bloc toute modernisation. La seconde insatisfaction résulte de la trop rare prise en compte simultanée, dans l’historiographie récente, de thèmes a priori connexes : la politisation, le pouvoir local dans ses rapports à un État en voie d’affirmation et à ses représentants au niveau le plus bas, les jeux locaux de pouvoir aussi, ou encore l’histoire sociale des institutions, l’unification de ces divers champs de recherche permettant, pourtant, d’interroger conjointement les questions des rapports au pouvoir, à la politique et au politique.

3Pour ce faire, l’angle d’attaque choisi a donc été celui du pouvoir, un pouvoir conçu dans une acception assez large, institutionnel mais aussi plus informel, dans toute sa quotidienneté, conçu aussi comme un élément d’un ensemble plus vaste, une certaine culture rurale ou, pour le moins, populaire. Ce pouvoir a donc été étudié pour lui-même, au-delà du ou des groupes sociaux le détenant, dans le cadre d’une réflexion sur les cohérences internes de ce que j’ai qualifié, par commodité, de « système local de pouvoir » : l’étude de l’articulation entre dynamiques locales — souvent communautaires — et réalités nationales — marquées, elles, par l’émergence d’un État moderne centralisé — permet en effet d’éclairer les liens entre communauté et politique, entre communauté et individu aussi et, in fine, entre individu et politique. Au total donc, l’objectif recherché était celui d’une vision par le bas de phénomènes très généraux, tels que la construction de l’État, les rapports à l’État, les liens entre individu et communauté aussi.

Définir un cadre spatial et temporel

4Une fois défini ce programme, restait à déterminer le cadre spatial et temporel de sa mise en œuvre, et, plus encore, à trouver un champ d’expérimentation approprié. Rapidement, la volonté de prendre en compte les progrès de la construction de l’État moderne et d’observer les conséquences des rapports nouveaux nés de l’affirmation de la République nous ont amené à englober une vaste période s’étendant des premières années du 16e siècle à la veille de la Grande Guerre, 1914 constituant une frontière assez souple d’ailleurs, puisqu’une partie des dépouillements a été poussée jusqu’au milieu des années 1930, voire, dans certains cas (les maires, la généalogie descendante de certaines familles, la question scolaire, etc.), jusqu’à la fin des années 1990. Ainsi, en s’étendant de la Bretagne de la duchesse Anne à celle de Clemenceau ou Poincaré, de celle de l’Union à la France à celle du test — grandeur nature — d’adhésion à l’idéal national que représente la Grande Guerre, le temps de l’étude est bien celui de la « banalisation à peu près totale de la Bretagne en tant que province française ». L’expression, utilisée par Alain Croix au sujet des années 1532-1675, me semblait, par bien des aspects, pouvoir s’étendre à une période plus vaste qui serait celle de l’intégration économique, institutionnelle, politique et culturelle de l’ancien duché à la France et à la Nation.

5Le choix d’un tel cadre chronologique a conduit à une nécessaire adaptation du cadre géographique, adaptation synonyme de restriction. Le parti pris a été celui de la microanalyse d’une collectivité, paroisse puis commune. Le choix de Louvigné-de-Bais se justifiait par plusieurs éléments. Tout d’abord, par l’ancienneté, la diversité et la quantité des sources disponibles, puisque les plus anciennes — comptes et registres paroissiaux — remontent aux toutes premières années du 16siècle. Ensuite, par la banalité relative de cette communauté, tant par le nombre de ses habitants que par sa situation : bien qu’appartenant à ces espaces périphériques dont on a souvent décrit la lente intégration à la Nation, Louvigné n’a cependant pas le caractère par trop particulier d’une paroisse de Cornouaille ou d’une vallée pyrénéenne. Bref, original sans être exceptionnel : tel est le champ d’expérimentation choisi. Les résultats de l’étude n’en ont, sans doute, que plus de force. 

Vers un modèle global d’évolution des rapports locaux au politique ?

6Si l’on passe de l’institutionnel au social, du social au politique, les principaux enseignements de ce travail sont de trois ordres.

7Il convient tout d’abord d’insister sur la compétence « administrative » des hommes en charge de la gestion des affaires de la communauté, quelle que soit la période considérée. Cette compétence croît d’ailleurs au cours de la période, parallèlement aux exigences de l’État, les années 1750-1820/1830 marquant une sorte d’adéquation optimale entre l’une et les autres, avant que l’adoption de nouveaux procédés comptables — encore à l’œuvre aujourd’hui — ne rende plus difficile la maîtrise de cet élément de pouvoir essentiel que sont les finances de la communauté. C’est à compter de ce moment que l’instituteur-secrétaire de mairie d’une part, les représentants locaux de l’État d’autre part (le percepteur notamment, mais aussi l’agent-voyer), prennent peu à peu la place qui avait été celle, avant 1750, des membres du clergé local ou des notaires/officiers seigneuriaux. Il est vrai que, dans le même temps, le champ d’application de ces compétences s’élargit lui aussi, tant en matière scolaire qu’en ce qui concerne la vicinalité.

8Cette chronologie recoupe en partie — en partie seulement — celle de l’évolution des rapports à l’État des institutions locales, rapports que l’on peut poser, un peu grossièrement, en termes d’autonomie. L’analyse du « système financier local » révèle ainsi l’ampleur des évolutions en cours. Le système d’Ancien Régime laisse en effet une large autonomie aux paroisses, dans la mesure notamment où le contrôle des comptes — en place dès le 15e siècle — ne se fait qu’a posteriori. Coffre de la paroisse, « caisses noires » et confusion des finances — « publiques » — de la fabrique et de celles — « privées » — des marguilliers/trésoriers, au plus grand profit de ces derniers parfois, permettent de détourner de leur usage initial, en théorie purement religieux, des sommes parfois importantes qui alimentent les dépenses profanes, fiscales notamment, et dotent le général de la paroisse d’une réelle capacité d’action. Paradoxalement, celle-ci aurait même tendance à croître dans la seconde moitié du 18e siècle, du fait du désintérêt partiel des autorités ecclésiastiques pour les finances paroissiales dont le contrôle ne s’effectue plus que localement, parfois par les seuls officiers seigneuriaux. En imposant la notion de budget et le contrôle a priori qu’il suppose, en « externalisant » la gestion des finances municipales, confiées à un receveur municipal qui n’est autre, dans les communes rurales, que le percepteur, les régimes qui se succèdent à partir de 1790 modifient en profondeur les équilibres du système financier hérité des siècles passés. La tutelle de l’État se fait alors plus pesante, au fur et à mesure notamment que croissent ses capacités de contrôle. Jusqu’aux années 1830-1850, subsistent sans doute des « caisses noires », de même que, parfois, la confusion des fonds de la commune et de ceux du maire, marquant par là-même les limites de ce contrôle étatique et la mise à profit de la moindre « zone d’incertitude » par les pouvoirs locaux afin d’accroître leurs moyens d’agir. Car les capacités d’action, contraintes souvent, restent importantes. Les possibilités locales d’initiative ne sont pas de pure forme : les priorités, très variables, d’une commune à l’autre dessinent ainsi les contours de véritables politiques municipales en rien interchangeables. Parallèlement, l’octroi de subventions permet à l’État d’orienter en partie ces politiques tout en redéfinissant les règles de la centralisation.

9En cela, le 19e siècle est tout autant marqué par un certain recul de l’autonomie des autorités locales que par l’émergence d’une autonomie d’une autre nature. Pendant l’Ancien Régime et, dans de moindres proportions, jusqu’aux années 1830-1850, l’autonomie des communautés est prise plus que concédée, faute aux représentants de la société englobante de pouvoir imposer le respect des règles édictées : la persistance des modes de gestion locaux, malgré les normes fixées par le Parlement puis par l’État, l’atteste en partie ; on continue, pendant longtemps, à « choisir », en un certain nombre de domaines, les normes de la société englobante que l’on applique localement. L’autonomie est ensuite consentie et, dans une certaine mesure, négociée : la chose me semble nouvelle à cette échelle. Ce sont alors les représentants locaux de l’État qui tolèrent cette marge d’initiative, afin de s’assurer, ici le soutien de la population, là son calme au moins relatif. D’où la nécessité, pour les municipalités, de bien se comporter, afin d’accroître les possibilités de négociation des représentants de la communauté avec ceux de l’État, préfet et sous-préfet : les Louvignéens savent parfaitement jouer, en certaines occasions, de l’argument de leur loyalisme, dès lors notamment qu’il s’agit d’obtenir quelque faveur, foire, perception ou brigade de gendarmerie.

10Trois enseignements peuvent sans doute en être tirés. Le premier concerne les faibles répercussions des lois municipales « décentralisatrices » de 1837 et 1884 : elles dissimulent en fait un accroissement de la tutelle de l’État qui, dans le même temps, impose des dépenses nouvelles aux municipalités. Le second tient au rôle essentiel des représentants locaux de ces pouvoirs englobants, médiateurs finalement assez mal connus, qui, après les financiers, les hauts fonctionnaires et membres des « administrations centrales », après les « officiers moyens », demanderaient, à l’instar des « fonctionnaires intermédiaires », une étude, dans le temps long, notamment dans leurs relations à la société locale. Sans doute celle-ci permettrait-elle de prendre la mesure de la centralisation « à la française », d’évaluer plus précisément la marge d’initiative qui est celle de ces serviteurs de l’État dans leur gestion quotidienne 1. Le troisième enseignement tendrait à conforter les deux précédents : l’idée que la légitimation du pouvoir se doit d’être, en dernier lieu, locale pour avoir quelque chance d’efficacité. Les tentatives d’imposition de solutions extérieures à la communauté se heurtent, le plus souvent, aux plus vives résistances, plus ou moins passives, qu’il s’agisse de l’institution des syndics perpétuels au début du 18e siècle ou de celle des prêtres jureurs en 1792. En prenant soin de nommer des maires et adjoints bien implantés localement, les régimes qui se succèdent de 1800 à 1870 s’évitent de sérieuses déconvenues. En cela cependant, ils ne contribuent guère au renouvellement des élites municipales.

11Les hommes composant ces élites municipales, qui sont-ils ? Sans grande surprise, ils sont plutôt plus riches que la moyenne, plus instruits, plus ouverts aussi sans doute au monde extérieur, au changement, à l’innovation, autant de facteurs de distinction au sein de la communauté. Ce ne sont pourtant pas les plus riches, ni les plus instruits, d’autres facteurs pouvant intervenir : origines géographiques, activités professionnelles, considération mais aussi réseaux familiaux, dynasties de plus en plus présentes et pesantes au fil du temps. En effet, les institutions locales connaissent en la matière des évolutions a priori contradictoires dans leurs rapports à la société villageoise dans son ensemble, la rupture essentielle n’étant d’ailleurs pas forcément celle que l’on croit.

12La première tendance est celle d’une fermeture de ces institutions, par la mise à distance croissante de la masse de la population. Au fil du temps, les affaires qui étaient débattues en commun, le dimanche, au prône de la grand-messe, ne le sont plus que par quelques-uns, cooptés. Ce repli de l’institution sur elle-même, imposé par les règlements du Parlement de Bretagne dans les années 1680-1715, ne saurait pourtant en aucun cas marquer la fin d’une prétendue « démocratie villageoise » : tout au plus s’agit-il de l’institutionnalisation d’un processus d’oligarchisation déjà à l’œuvre. Le recours à la cooptation de ceux qui sont admis à exercer les premières fonctions du cursus délibératif, les exigences accrues en matière d’alphabétisation, accentuent sans doute encore le fossé entre les délibérants et le reste de la population, quand bien même le recrutement social de ces hommes resterait assez ouvert.

13En rapprochant, d’une certaine manière, la population de ses dirigeants, le recours à l’élection à compter de 1790 — hormis l’épisode de la Restauration, dont cependant les procédures de nomination des conseillers municipaux se sont évertuées, indirectement, à chercher l’assentiment de la population — aurait pu conduire à une nette ouverture sociale, renforcée encore par l’adoption du suffrage universel masculin en 1848. Il n’en est rien, bien au contraire. Certes, le système censitaire longtemps en place exclut très largement jusqu’à cette date les plus modestes, sans même parler des plus pauvres. Certes, quelques médiocres cultivateurs et artisans parviennent encore à franchir les portes du conseil municipal, les élections de juillet 1848 marquant d’ailleurs, de ce point de vue, bien plus que celles de 1792 ou des années qui suivent, une sorte d’éphémère apogée de l’ouverture sociale. Avant comme après pourtant, les élections, en favorisant les sortants, contribuent, par-delà les changements de régimes, à une relative stabilité des hommes : les renouvellements restent rares, et sont plus largement liés à des changements de générations qu’à des bouleversements politiques.

14Le laps de temps séparant ces élections, qui n’ont lieu que tous les quatre ou six ans en général — tandis que les trésoriers de la fabrique étaient nommés chaque année et pouvaient ensuite, au bout d’un an, prétendre à participer aux délibérations du corps politique du général de la paroisse —, accentue encore le phénomène. Ainsi, alors que les vingt trésoriers des années 1740-1749 ont, en moyenne, eu une durée de vie délibérative de l’ordre de huit années, les conseillers municipaux élus entre 1860 et 1870, malgré les trois changements de régime auxquels certains d’entre eux ont dû faire face, ont une longévité moyenne de plus de 23 ans, entre 8 et 40 selon les individus. Parallèlement, cette stabilité des individus contribue à renforcer celle des familles, lignages et lignées dont le pouvoir s’accroît, tout particulièrement au cours du 19e siècle, grâce en partie au suffrage universel. Seules quelques familles en profitent cependant, appartenant pour la plupart à des groupes sociaux restreints.

15Un se distingue particulièrement : celui des métayers. Fermiers des plus grosses exploitations de Louvigné — de vingt à cinquante hectares seulement — appartenant aux seigneurs avant 1789 puis à une bourgeoisie ou une aristocratie largement urbaine, ils dessinent les contours d’une « métairocratie », certes bien modeste au regard de la fermocratie du Bassin Parisien, qui fait d’eux les piliers durables d’institutions locales dont ils ne prennent qu’exceptionnellement la tête pourtant.

16Dernier élément, enfin : de tout ceci découle ce que j’appellerais une certaine « culture politique » rurale, faite à la fois d’une forte prégnance du sentiment communautaire — notamment lorsqu’il s’agit de se confronter à l’extérieur — et d’une liberté structurelle de l’individu dans ses prises de position, conduisant parfois à d’importantes tensions internes. Cette « culture politique » rurale, peu éloignée de ce que R. Dupuy a qualifié de « politique du peuple », n’a, a priori, qu’assez peu de points communs avec la « bonne manière de faire de la politique » recherchée par certains. Elle ne l’exclut pas cependant. Me semblent en effet coexister deux espaces politiques : l’un, local, où le consensus est la règle sans exclure les confrontations, où les affaires communes sont confiées aux détenteurs du pouvoir institutionnel, aux principales familles, aux principaux réseaux, professionnels notamment ; l’autre, national, auquel, par la force des choses, on ne participe que plus épisodiquement, mais dont les liens avec le précédent sont évidents, et dont on joue tout particulièrement pendant les révoltes.

17Ainsi, si l’éveil à la politique et au politique ressortit principalement aux débats qui se déroulent dans le cadre de la communauté et la concernent au premier chef, la politique locale constitue le socle d’un apprentissage plus large, facilité par les premières occasions qu’elle offre de voir se confronter deux systèmes de valeurs, celui de la communauté d’une part, celui de la société englobante de l’autre. En cela, et de manière ancienne, elle prépare le terrain à l’acculturation à une certaine « modernité » politique, celle de la démocratie libérale ; une acculturation ou, plus probablement, une inculturation, comme le laisse penser l’analyse des pratiques électorales et leurs apparentes « incohérences » qui sont, avant tout sans doute, d’autres cohérences.

18Changements institutionnels, sociaux et politiques dessinent, au total, un modèle global d’évolution des rapports entre institutions locales, représentants de la société englobante et populations rurales entre 16e et 20e siècle. Trois moments principaux la caractérisent, autour de deux ruptures essentielles. La première intervient dans les années 1680-1715 et marque la fin d’un système de gestion des affaires communes — constituées, pour l’essentiel, de la gestion des biens de la fabrique et de la perception de l’impôt — associant, malgré des tendances oligarchiques, une large part des habitants de la communauté. À ce premier système succède un second, marqué par une institutionnalisation plus poussée, par une volonté de rationalisation et d’uniformisation à l’échelle de la province, par la substitution du contrôle par l’État à celui par l’Église, par la mise à l’écart de la masse de la population et la mise en place d’une oligarchie de droit. En germe à la fin de la période précédente, l’équilibre du nouveau système est vite trouvé, même s’il est de courte durée du fait des changements institutionnels introduits par la Révolution. Celle-ci n’est pas une rupture à proprement parler ; elle ne fait qu’engager un processus qui dure une cinquantaine d’années. Ce n’est que dans les années 1840-1850 que le système politique local retrouve un équilibre qui prévaut jusqu’aux années 1960-1970. Désormais, la tutelle plus pressante de l’État sur les institutions locales est compensée par l’octroi de subventions permettant d’orienter les actions municipales en des domaines de plus en plus variés. Le contrôle de l’État trouve son pendant dans celui exercé par la population sur les municipalités : les élections régulières redonnent à une large part des habitants de la communauté un rôle dans la gestion de ses affaires, rôle perdu au cours du 17e siècle.

19Ce modèle global d’évolution ne vaut, me semble-t-il, que par la possibilité qu’il donne de penser l’extrême diversité institutionnelle dans les écarts au schéma proposé, ce modèle louvignéen prenant place ainsi, je l’espère, entre la « typologie des cas villageois » suggérée par Jean-Pierre Jessenne et Jean-Luc Mayaud et les « voies d’évolution » recensées par Antoine Follain 2.

Haut de page

Notes

1 Des recherches menées, parallèlement à cette thèse, sur les comices en Bretagne et sur l’action des sous-préfets, m’amènent à penser que cette marge d’initiative croît au fur et à mesure que l’on descend dans la hiérarchie administrative.
2 Jean-Pierre JESSENNE, « Du sujet au citoyen. La participation rurale aux affaires publiques de l’Ancien Régime au Consulat », dans Ghislain BRUNEL et Jean-Marc MORICEAU [dir.], L’histoire rurale en France, Actes du colloque de Rennes, 6-8 octobre 1994.— Histoire et sociétés rurales, n° 3, 1er semestre 1995, pp. 123-132 ; Jean-Luc MAYAUD, « Pour une communalisation de l’histoire rurale », dans Maurice AGULHON [dir.], La politisation des campagnes au 19e siècle (France, Italie, Espagne Portugal et Grèce), Actes du colloque de Rome (20-22 février 1997), Rome, École française de Rome, 2000, pp. 153-167 ; Antoine FOLLAIN, Le village sous l’Ancien Régime et l’exemple normand (vers 1450-vers 1780), Mémoire d’habilitation à diriger des recherches, dactylographié, Université de Caen, 2002, pp. 538-542.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Lagadec, « Pouvoir et politique en Haute-Bretagne rurale. L’exemple de Louvigné-de-Bais (16e-19e siècles) », Ruralia [En ligne], 15 | 2004, mis en ligne le 30 septembre 2005, consulté le 18 août 2017. URL : http://ruralia.revues.org/1051

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page