Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Jean-Jacques VAN MOL, Le paysan et la machine. Innovations techniques en agriculture en Belgique aux 19e et 20e siècles, Écomusée de la région du Viron/Université libre de Bruxelles, Treignes, Éditions Dire, 1998, 320 p.

Renaud Gratier de Saint-Louis

Entrées d’index

Chronologique :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Nous attendions depuis déjà quelques années une étude sur la diffusion du progrès technique agricole qui viendrait pallier l'actuel vide bibliographique concernant le sujet 1. Jean-Jacques Van Mol 2 nous offre ici un livre de bonne tenue, richement illustré de photographies anciennes et de croquis à l'intérêt pédagogique évident. La pertinence du titre de l'ouvrage,

2Le paysan et la machine, demeure cependant contestable, rappelant par trop les travaux antérieurs de Daniel Faucher 3. Le sous titre retenu, Innovations techniques en agriculture en Belgique aux 19e et 20e siècles, évite pourtant toute confusion et annonce la cible de l'étude. La démarche de l'auteur reste toutefois très classique, s'inspirant selon toute vraisemblance des catalogues agricoles du début du siècle. Un premier chapitre est consacré aux caractères originaux de l'agriculture belge, tandis que le second, que l'on aurait souhaité plus étoffé, dresse un bilan des progrès scientifiques survenus au cœur de celle-ci. Les chapitres suivants, au nombre de six, s'égrènent au rythme des différentes phases culturales : labours, semailles, protection des plantes, moissons, battages et élevage. On regrettera pourtant ce choix catégoriel trop hermétiquement cloisonné, qui nuit bien souvent à la profondeur des démonstrations de l'auteur.

3Jean-Jacques Van Mol entame son analyse du paysage agricole par un repérage nécessaire des différents modes de cultures pratiqués dans cette Belgique à l'unité nationale encore précaire. La Flandre appauvrie des micro fermiers côtoie jalousement une Wallonie francophone prospère que se partagent quelques grands propriétaires terriens et qui s'impose, à l'aube du 19e siècle, comme la tête de pont du modèle agricole britannique sur le vieux continent. L'absence de cartes géographiques fait alors cruellement défaut, condamnant le lecteur à ne se repérer qu'avec beaucoup d'approximation.

4Prémices du futur dynamisme agricole belge, l'introduction de la betterave à sucre provoque un profond bouleversement des mentalités et des pratiques. Exigeante en engrais et façons culturales, elle devient une véritable « éducatrice » des cultivateurs, entraînant la diffusion de nouvelles techniques de labour et l'utilisation de charrues plus profondes.

5« L'application d'une invention est toujours dépendante de l'aptitude technique à la réaliser » (p. 45). Par cette phrase, l'auteur se plaît à rappeler le rôle privilégié joué par les industries chimiques et métallurgiques naissantes ­ notamment Liège et Charleroi ­, qui donnent à l'agriculture ses premiers engrais et outils en acier. La crise de 1880, l'exode rural et la hausse des salaires agricoles déclenchent enfin le processus de mécanisation, tout particulièrement dans ce pays où la culture des betteraves nécessite de nombreuses interventions. On reprochera à l'auteur de ne pas pousser plus loin sa problématique : peut-on systématiquement affirmer que la rareté des bras entraîne la mécanisation ? Qu'en est-il du contraire ? Jean-Jacques Van Mol revient également sur l'influence grandissante des structures destinées à promouvoir le progrès technique dans les campagnes. Les premiers comices en 1848, les sociétés agricoles dès 1853 et la Caisse rurale belge, sont ainsi présentés comme les éclaireurs de cette croisade moderniste. Courroie de transmission importante du progrès agricole, l'enseignement est évoqué autour de la diffusion des ouvrages de la Bibliothèque rurale en 1848, de la naissance des très novatrices Écoles volantes de laiterie vers 1888 ou des écoles de mécanique agricole dès 1902. Ce passage du Journal d'agriculture pratique de 1857 résume en quelques mots les progrès accomplis : « ici en Belgique, nous venons de passer l'époque des grandes expositions, on en fait partout, dans les grandes villes, dans les petites et même dans de simples villages […]. Partout où il y a concours, il y a progrès » (p. 45).

6Si le contexte industriel fut globalement favorable à la diffusion du machinisme dans l'agriculture belge, l'auteur n'oublie pas de rendre hommage à ces voltigeurs du progrès que furent les maréchaux-ferrants, forgerons et charrons de villages. Leur rôle est d'ailleurs retracé à travers l'exemple de la charrue du Condroz, née dans les ateliers du sieur d'Omalius, forgeron de Anthisnes et qui deviendra une référence dans toute la province de Liège (p. 49) 4. Suivant une démarche linéaire que l'on peut une fois de plus lui reprocher, Jean-Jacques Van Mol étudie minutieusement l'utilisation des différentes forces motrices agricoles : des roues hydrauliques servant à entraîner meules, écrémeuses ou batteuses ­ il néglige ici leur fréquente utilisation dans les scieries ­ ; aux animaux de trait avec l'élaboration du Stud-Book du cheval de trait belge en 1886 ; en passant par le rôle plus minime, mais combien important pour les petits ménages paysans, des chiens de trait dont certains, « placés dans une cage à écureuil, [entraînaient] la baratte pour le beurre » (p. 61). Mais c'est la machine à vapeur qui cristallise l'attention de l'auteur. Symbole éminent de la révolution industrielle, la « loco » est de tous les travaux agricoles. On la retrouve active sur les aires de battage, dans les scieries et plus rarement sur les champs de labour. En affirmant qu'elle « ne s'est guère aventurée dans nos campagnes que pour l'entraînement des batteuses » (p. 62), l'auteur commet l'erreur de sous-évaluer sa réelle contribution au labeur des campagnes. Un petit détour du côté des archives publiques du service des Mines aurait certainement permit de rappeler qu'elle fut souvent utilisée dans les scieries, les moulins, les laiteries ou pour l'arrosage des propriétés. Parents pauvres de la recherche historique, l'électricité et le moteur à explosion sont à notre avis trop brièvement traités. Jean-Jacques Van Mol se contente de résumer des travaux généraux plus anciens et n'apporte guère sa pierre à l'édifice. Il commet de plus l'imprudence de retenir comme acceptable le chiffre d'un millier de tracteurs fourni par le service de répartition des carburants en 1941. Si cette évaluation peut servir de base d'estimation, elle doit être majorée, compte tenu des réquisitions allemandes ou de la dissimulation volontaire de nombreux tracteurs durant le conflit.

7On lira avec profit le chapitre consacré aux labours, véritable synthèse technique sur le sujet. Araire, charrue simple, brabant et charrue tourne-oreille sont méthodiquement décrites dans leur forme, leur utilisation et leur origine géographique. Dans le temps des moissons, l'auteur évoque les principales étapes qui jalonnent le passage de la faucille à la « moiss-batt' » automotrice et montre l'acuité des rapports de force opposant rudement fermiers et faucheurs durant les moissons. « On regardait ces braves [faucheurs] avec un sentiment de compassion ; ils avançaient péniblement, quoiqu'en faisant des efforts surhumains, tandis que la machine [une moissonneuse], triomphante et superbe, passait et repassait devant eux, laissant chaque fois derrière de longues traînées de blé moissonné » (p. 193). Cette envolée lyrique, que l'on doit encore au Journal d'agriculture pratique de Belgique en 1856, résume ainsi les progrès considérables survenus dans l'agriculture en quelques décennies (1850-1880). Ces innovations provoquent pourtant souvent méfiance et réticence de la part des paysans. Ainsi en est-il des premières « moiss-batt' », accusées dès 1940, « de salir les champs », c'est-à-dire de ne pas éradiquer correctement les mauvaises herbes… Les formes revêtues par ces refus collectifs sont malheureusement trop peu évoquées. On trouve nulle trace de conflits similaires à ceux que j'ai pu repérer dans le Haut-Beaujolais, où les granges des propriétaires employant la faux étaient incendiées ou dans l'Aisne, lorsque les ouvriers agricoles plantaient des piquets métalliques dans le sol pour empêcher la progression des moissonneuses-lieuses.

8L'étude s'achève sur un judicieux annexe qui regroupe une dizaine de notices biographiques de constructeurs de matériels agricoles, au rang desquels figurent John Deere, International Harvester Cie, Heinrich Lanz, Massey-Harris et MC Cormick. On peut néanmoins regretter qu'aucune place ne soit faite aux firmes françaises, pourtant présentes en Belgique, particulièrement la Société française de Vierzon, les établissements Brouhot, Puzenat, Breloux ou Vermorel. On reprochera néanmoins à l'auteur d'avoir construit trop exclusivement son travail sur le discours orienté et élitiste des notables agricoles. Les archives ne sont pas interrogées de façon systématique : les rapports de comices, les enquêtes agricoles, les bulletins syndicaux, les inventaires après décès ou les ventes aux enchères 5 sont négligés. Le petit paysan, privé d'une parole qu'aurait pu lui restituer un dépouillement plus judicieux des archives publiques et privées, est le grand absent de cette étude pourtant sérieuse. Mais bien qu'il donne parfois plus d'importance à la machine qu'au paysan, cet ouvrage est en définitive le bienvenu, puisque il contribue, par la qualité de son contenu, au débat historiographique sur le machinisme agricole. Travail de référence, il trouve une place légitime aux côtés des articles fondateurs de Daniel Faucher, Charles Parain, Jean Chombart de Lauwe, ou Tony Ballu.

Haut de page

Notes

1 La bibliographie consacrée au machinisme agricole laisse apparaître qu'environ 70 % des productions parus depuis l'après-guerre le furent avant 1980. Dans ce désert bibliographique, il faut féliciter l'heureuse initiative de l'AFMA qui réédite cette année chez Glénat, l'ouvrage de : Mariel J. BRUHNES DELAMARRE, La vie agricole et pastorale dans le monde.
2 Auteur entre autres de La mécanisation des travaux agricoles. Catalogue raisonné de collections d'instruments, Louvain, Centre belge d'histoire rurale, 1986 ; J. Quintart & Fils, machines agricoles. Treignes, Éditions Dire, 1988 ; « Les servitudes du blé. Les techniques de l'agriculture céréalière », dans Une vie de pain. Crédit communal de Belgique, 1994, pp. 63-78.
3 Daniel FAUCHER, Le paysan et la machine. Paris, Éditions De Minuit, 1954, 280 p.
4 Jean-Baptiste d'Omalius (1770-1866) est l'archétype du forgeron vulgarisateur du progrès technique agricole. Considéré comme le « Mathieu de Dombasle du Condroz et de la Belgique » (p. 93), il organise le premier concours agricole en Belgique sous l'égide de la Société d'agriculture de l'Est, et sa charrue se voit médaillée aux expositions d'agriculture de Bruxelles en 1848 et de Londres en 1862.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Renaud Gratier de Saint-Louis, « Jean-Jacques VAN MOL, Le paysan et la machine. Innovations techniques en agriculture en Belgique aux 19e et 20e siècles, Écomusée de la région du Viron/Université libre de Bruxelles, Treignes, Éditions Dire, 1998, 320 p. », Ruralia [En ligne], 04 | 1999, mis en ligne le 25 janvier 2005, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://ruralia.revues.org/105

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page