Navigation – Plan du site
Positions de thèse

Contribution à l’histoire de la protection phytosanitaire dans l’agriculture française, 1880-1970

Thèse pour le doctorat d’histoire contemporaine sous la direction de Jean-Luc Mayaud, Université Lumière-Lyon 2, 2004, 2 volumes, 520 f°, 29 octobre 2004, jury constitué de Claude-Isabelle Brelot, Stéphane Castonguay, Nathalie Jas, Bernard Mauchamp et Jean-Luc Mayaud, mention très honorable et félicitations du jury à l’unanimité.
Rémi Fourche

Texte intégral

1Depuis la fin du 19e siècle, les productions végétales sont marquées par une augmentation du nombre d’espèces cultivées et un accroissement des rendements. Parmi les sources d’évolution des quantités produites, sont traditionnellement citées la sélection variétale, la généralisation de l’usage des engrais et la mécanisation. La protection des végétaux est l’une des causes d’augmentation des rendements les moins étudiées. Cependant, scientifiques et politiques s’accordent à reconnaître l’importance capitale de la lutte contre les « ennemis des cultures » dans l’évolution de l’agriculture.

2Nous souhaitons, d’une part combler un vide historiographique par l’étude d’un domaine capital de l’évolution des productions végétales et, d’autre part, ouvrir de nouvelles pistes de recherches grâce aux multiples questionnements soulevés. Eu égard aux difficultés rencontrées dans l’appréhension de l’évolution de la protection sanitaire des végétaux, il convient que nous abordions tout d’abord les démarches qui nous ont conduit à modifier les objectifs de notre étude. Par la suite, nous opérerons une analyse de la structure de notre production écrite avant d’envisager les réflexions et apports principaux qui en découlent. Enfin, certaines pistes de recherches seront abordées dans le but d’encourager des travaux ultérieurs.

Redéfinition permanente du sujet

3L’analyse des comportements des praticiens de la région lyonnaise constituait notre objectif premier. De plus, nous souhaitions comprendre les mécanismes de l’évolution des pratiques phytosanitaires à partir de la Libération. Cette orientation micro-historique semblait prometteuse pour trois raisons. La région lyonnaise présente de nombreuses cultures, des industries agrochimiques y sont implantées et certains départements ont un rôle pilote dans le développement de la lutte intégrée.

4Or, les sources disponibles, lacunaires, ne permettent pas d’analyses fines sans connaissance globale. Nos recherches prirent alors une dimension nationale. Par ailleurs, si les décennies post-Libération correspondent à un triomphe de la chimie, il est apparu que certaines pratiques phytosanitaires, des structures spécialisées et quelques produits étaient déjà présents antérieurement. Nous avons donc pris comme bornes chronologiques principales deux évènements symboliques : la crise phylloxérique et la fin des principaux usages du DDT. La date repère de 1970 correspond à l’année européenne de l’environnement.

Organisation du travail

5Le manque de travaux de référence et la multitude des faits envisagés nous conduisent à organiser un plan thématique. Cette option résulte de la volonté de limiter les répétitions inévitables dues à l’imbrication des éléments abordés. La mise en place d’une telle présentation est justifiée par la permanence au cours du temps de certaines réflexions des responsables de la défense des végétaux. De plus, notre étude s’intéresse à des comportements adoptés en réaction à des phénomènes biologiques dont les bornes chronologiques ne coïncident pas entre elles. Notre travail se trouve ainsi divisé en deux parties. La première correspond aux moyens de lutte appliqués en France et la seconde est entièrement consacrée à l’étude de structures agricoles spécialisées.

6La première partie comprend un chapitre introductif. Nous y envisageons l’évolution numérique des déprédateurs en nous attardant sur les naturalisations involontaires et les règlements nationaux subséquents.

7Succédant à cette présentation, nous abordons les méthodes de lutte. La lutte chimique est placée en tête car elle représente la méthode majoritairement utilisée au cours du 20e siècle. Les estimations du nombre de molécules mises sur le marché permettent de prendre conscience du contexte industriel. Pour préciser le comportement des praticiens, nous étudions l’usage de deux types de produits insecticides. La première catégorie correspond aux arsenicaux. Ainsi, nous pouvons cerner les motivations conduisant à une généralisation de leur utilisation tout en entrevoyant l’ambiguïté des réglementations et des pratiques de promotion de la première moitié du 20e siècle. Les seconds produits étudiés sont des extraits végétaux, obtenus à partir des fleurs de pyrèthre, considérés dans l’Entre-deux-guerres comme une alternative aux arsenicaux.

8Cependant, développer deux exemples de produits précédant l’ère de la chimie de synthèse limite l’appréhension de l’évolution comportementale au cours de l’ensemble du 20e siècle. Or, il est difficile d’obtenir des données synthétiques quantitatives concernant les principales matières actives. En revanche, après la Seconde Guerre mondiale, les effets secondaires agricoles, qui découlent d’une utilisation massive des produits de synthèse, permettent d’appréhender l’évolution des substances épandues et l’appréciation de leur efficacité. Ainsi, nous nous attardons sur les conséquences vis-à-vis de quelques arthropodes. La destruction des colonies d’abeilles, la trophobiose et les phénomènes de résistance constituent des éléments que nous abordons de manière détaillée. Nous envisageons plus modestement l’évolution de la flore adventice, consécutive aux épandages herbicides.

9De plus, l’agriculture n’étant pas une entité à part, nous terminons les chapitres abordant les substances chimiques, en envisageant deux réactions aux épandages phytosanitaires traditionnels. La première correspond aux débats engendrés par la publication du livre de Rachel Carson, Le printemps silencieux 1, et la seconde traduit l’opposition de certains agriculteurs aux épandages de quelques herbicides. Les conséquences néfastes de la lutte chimique permettent de traiter les méthodes biologiques, réponses aux impasses engendrées par les épandages de certains produits organiques. Nous envisagerons trois types de méthodes : le respect des auxiliaires, les acclimatations et les lâchers périodiques. Enfin, nous terminons la présentation des divers types de protection phytosanitaire par les premières tentatives de mise en place de lutte intégrée. Ces dernières correspondent dans un premier temps à un usage mixte des méthodes chimiques et biologiques.

10Dans la seconde partie, nous considérons deux aspects essentiels qui permettent d’apprécier les répercussions des tentatives de rationalisation opérées par les praticiens. Ainsi, nous nous consacrons à l’organisation collective et aux impacts des avertissements agricoles.

11Les modifications comportementales, initiées par des chercheurs de divers domaines, parfois appuyées par des textes légaux et aidées par des impératifs économiques, se traduisent par une vulgarisation réalisée par divers organismes. Nous avons porté notre choix sur les syndicats de lutte contre les ennemis des cultures. Bien que de telles structures existent antérieurement, nous envisageons ces syndicats, recrutant leurs membres en principe parmi les exploitants, dès qu’un organe national tente, dans l’entre-deux-guerres, d’en assurer la présence permanente sur l’ensemble du territoire. Ainsi, tout en citant parfois les réalisations de structures locales, nous envisageons surtout l’aspect fédératif de la Ligue nationale de lutte contre les ennemis des cultures, devenue par la suite la Fédération nationale des groupements de protection des cultures (FNGPC). De fait, nous développons le rôle des fédérations départementales, notamment à partir de la création du SPV (Service de la protection des végétaux) en 1941. Le rôle des organismes liés à une structure nationale, elle-même associée au SPV, permet d’entrevoir l’évolution des méthodes utilisées. Ces structures sont dépendantes des décisions prises par les responsables des services de l’État, qui, suivant une formule consacrée, « vulgarisent les bonnes méthodes de lutte ».

12Dans un second temps, nous nous attachons à définir la mise en place et la généralisation des avertissements agricoles. Dès 1941 leur diffusion appartient aux groupements de lutte contre les ennemis des cultures. Apparus à la fin du 19e siècle, les avertissements permettent aux exploitants d’effectuer les opérations phytosanitaires au moment opportun, en fonction des stades biologiques des déprédateurs. L’histoire des avertissements agricoles permet d’apprécier l’évolution des moyens de destruction et certains aspects comportementaux.

Bilan de l’étude

13Notre travail repose sur l’analyse de quelques productions. Ces productions et leurs déprédateurs ont été retenus comme révélateurs d’un mouvement global. Afin d’éclairer les principales manifestations de l’évolution de la défense des cultures, nous avons limité nos investigations, d’une part aux épandages réalisés en plein champ, et d’autre part, à quelques techniques de lutte. Nous avons pu montrer que la protection phytosanitaire était une nécessité permanente lors de la période considérée. Cependant, les objectifs des promoteurs et acteurs de cette lutte, les moyens qu’ils mettent en œuvre et les structures dans lesquelles ils agissent changent sensiblement. Ainsi, la volonté d’éradication apparaît-elle progressivement comme une illusion. D’autre part, l’échec de la lutte chimique, dont on a longtemps beaucoup attendu, conduit au développement de la lutte intégrée. Finalement les enjeux de la lutte, nécessaire à l’intensification agricole, conduisent à l’élaboration de structures spécifiques d’encadrement. Ces dernières jouent un rôle clef dans la modernisation de l’agriculture française pendant la période considérée.

Une lutte nécessaire et permanente

14À la fin du 19e siècle, à cause des nuisibles, les praticiens utilisent jusqu’à trois fois plus de semences que la quantité nécessaire lors des emblavements. De telles normes, appliquées par précaution, s’effacent avec la connaissance des déprédateurs et la généralisation progressive de l’usage de produits performants.

15Cependant, les animaux et végétaux nuisibles ne constituent pas un ensemble fixe et identifié de manière définitive. Depuis le milieu du 19e siècle, les échanges commerciaux constituent le principal facteur d’accroissement du nombre d’espèces nuisibles. Cette augmentation, très sensible après 1945, correspond aussi à une période d’évolution scientifique permettant une réponse adaptée à chaque nouvel apport. Ainsi, au 20e siècle, malgré l’acclimatation de redoutables destructeurs, le territoire métropolitain n’est le théâtre d’aucun désastre. Mais, qu’il s’agisse de déprédateurs autochtones ou allochtones, leurs dégâts demeurent souvent plus limités dans le cadre de parcelles de petite taille. Avec la généralisation d’une agriculture productiviste, de nombreux ennemis des cultures trouvent un milieu favorisant leur pullulation. Or, parallèlement au développement quantitatif des déprédateurs visibles, les progrès scientifiques permettent d’isoler des agents infectieux dont seuls les effets étaient précédemment connus.

16Cette profusion d’ennemis des cultures, les dégâts qu’ils commettent et les difficultés d’enrayer les pertes, sont des éléments qui font considérer, par les responsables des programmes de lutte, la protection des végétaux comme un moyen d’assurer définitivement les besoins alimentaires de la France et au-delà de l’humanité. Ce discours est récurent au cours du 20e siècle et apparaît à nouveau avec les Organismes génétiquement modifiés (OGM).

De l’extermination à la limitation

17Les résultats des recherches scientifiques ne sont pas dissociables des usages des substances phytosanitaires puisque les premiers conduisent souvent aux seconds. En revanche, la perception de la finalité de la protection des végétaux se modifie avec le temps.

18Au cours de la première moitié du 20e siècle, l’espoir d’éradication des ennemis des cultures apparaît comme l’objectif ultime dans de nombreuses tentatives de lutte. Cette vision perdure tout au long du siècle pour les ennemis importés, qui semblent plus faciles à localiser et donc à détruire, souvent sans succès durable.

19Alors que les moyens chimiques demeurent limités avant la Seconde Guerre mondiale, la destruction, espérée comme définitive, de quelques déprédateurs est envisagée par les moyens biologiques. À la Libération, la mise sur le marché des substances de synthèse engendre un nouvel espoir d’extermination. Cette espérance, parfois exacerbée, et toujours rapidement désuète, quel que soit le procédé considéré, traduit la croyance en une suprématie des sciences.

20Accepter de ne pas opérer une destruction totale est une conception qui se traduit par la préconisation de substances différentes. Du début du 20e siècle et jusqu’à la mise en place des premiers programmes de lutte intégrée, la recherche de produits à longue persistance d’action constitue une orientation permanente. À partir des années 1970, les industriels se tournent vers la commercialisation de formulations moins rémanentes.

La lutte chimique dans l’impasse

21Résultat de réponses précises à des difficultés phytosanitaires particulières, l’approche de la protection des végétaux telle qu’elle demeure perçue jusqu’aux années 1950, est remise en cause par l’ensemble des effets secondaires signalés. C’est ainsi que l’usage général d’un produit, ou d’une famille chimique, entraîne des phénomènes de résistance par une sélection de masse, de prolifération d’ennemis nouveaux par stimulation ou vacance de niche écologique, de destruction du cortège d’auxiliaires et des pollinisateurs. Or, cette situation conduit les agriculteurs à une impasse technique alors même qu’ils possèdent la capacité de protéger leurs récoltes.

22La publication du livre de Rachel Carson, s’il permet de mettre en évidence l’intérêt d’une approche holistique des traitements, offre également la particularité, dans un premier temps, de cristalliser les antagonismes et de retarder l’évolution immédiate des pratiques. À terme, l’impact de cet ouvrage permet d’une part de mobiliser l’ensemble des chercheurs publics et privés et, d’autre part, de rendre public un certain nombre d’excès dont les impacts négatifs influencent la production agricole.

23Or, le développement de traitements, décidés en fonction des répercussions possibles au sein de l’écologie parcellaire, prenant également en compte l’aspect économique et l’impact psychologique sur les praticiens, apparaît sous la dénomination de lutte intégrée. Véritable idéal, la lutte intégrée est mise en pratique grâce aux conséquences désastreuses d’une lutte chimique aveugle. Il est cependant à noter que le coût des recherches industrielles, concernant la toxicologie et l’impact sur les auxiliaires, croît considérablement dès le début des années 1970. Le nombre de produits susceptibles de connaître un développement agricole se restreint d’autant et constitue l’un des facteurs de la réduction, par concentration, du nombre de firmes agropharmaceutiques à la fin du 20e siècle.

Intérêt national de la protection des cultures

24Si les pratiques phytosanitaires impulsent l’obtention de rendements supérieurs, et favorisent l’intégration des agriculteurs dans un système concurrentiel, elles consolident aussi la position agricole et commerciale de la France, notamment par rapport aux États-Unis. Cette préoccupation favorise le développement de certaines professions scientifiques. En effet, la volonté d’expérimentation de tous les moyens de lutte, qu’elle soit étatique ou industrielle, permet de réduire les échecs liés à l’inefficacité des produits commerciaux ou aux aléas des méthodes biologiques. C’est ainsi que les méthodes de lutte par les auxiliaires s’émancipent progressivement d’un raisonnement théorique pour aboutir à des démarches expérimentales approfondies. La mise en place de toutes les modifications en matière de protection des végétaux résulte alors surtout d’un processus de type vertical descendant. Si de nouvelles professions apparaissent grâce à l’État, les pouvoirs politiques ne privilégient certaines options qu’en fonction des résultats possibles.

25L’usage des arsenicaux, fondé sur une entorse manifeste à la loi de 1846 et encouragée par l’État dès la fin du 19e siècle, constitue un exemple intéressant. Ainsi, bien que le corps médical réussisse à canaliser les utilisations (1916), des dérogations permettent l’épandage de produits interdits. Dans d’autres cas, comme la sauvegarde d’une production telle que le colza, l’État autorise des traitements nuisibles pour l’apiculture. Enfin, autre fait d’importance capitale, l’interdiction du DDT intervient à une période où, à cause des phénomènes de résistances, cette substance est désuète.

26Dans la seconde moitié du siècle, dès l’apparition de conséquences néfastes et particulièrement visibles, ce sont cependant les structures officielles qui envisagent de considérer une production commercialisable tout en limitant les effets secondaires les plus indésirables. La lutte intégrée, ou même raisonnée, développée grâce aux recherches initiées par des organismes d’État, permet la sauvegarde d’une production à hauts rendements. Dans certains cas, elle permet de relancer des cultures abandonnées à la suite du seul usage des pesticides de synthèse.

Encouragement de l’organisation collective

27En dehors de l’utilisation adéquate d’un produit, un autre aspect essentiel de la lutte contre les déprédateurs résulte de la généralisation des traitements, rendue possible par l’action collective, à l’échelle d’une entité géo-climatique. Il s’agit de limiter les réservoirs d’infestations constitués par des parcelles non traitées. Cette organisation, telle qu’elle est conçue au 20e siècle dans les syndicats de défense, relève d’une volonté extérieure aux praticiens. C’est pourquoi, au cours de la décennie 1920-1930, de nombreux débats agitent les animateurs de la Ligue nationale de lutte contre les ennemis des cultures. Cette dernière souhaite encadrer les organisations collectives susceptibles de se créer spontanément ou grâce aux fonctionnaires ministériels. Mais, si la Ligue souhaite développer les associations d’agriculteurs, en revanche la définition du territoire syndical, la pérennité de la structure et ses activités engendrent de multiples débats. La loi imposant le regroupement dans le cadre de certaines luttes, il est difficile d’apprécier la volonté des praticiens à développer des organismes collectifs. L’ordonnance de 1945 organisant la protection des végétaux valide les textes antérieurs et, désormais, le caractère de permanence de ces organismes, leur contrôle par le ministère, l’obligation d’affiliation à une fédération départementale, et leurs rôles sont autant d’attributions qui apparaissent clairement dans les textes légaux. Parmi les possibilités offertes aux groupements, ou aux fédérations, se trouvent la possibilité d’opérer des traitements sans l’assentiment des propriétaires, le monopole d’usage de certains toxiques, et la diffusion des avertissements agricoles.

28La pérennité des structures locales est très aléatoire car ces organismes sont créés en fonction des besoins. Les principales réalisations à long terme sont souvent assurées par les fédérations départementales, majoritairement affiliées à la FNGPC. Cette dernière, capable d’organiser des manifestations nationales, demeure l’une des structures permettant d’appréhender un travail de vulgarisation spécifique. Se situant à l’interface entre les préoccupations des praticiens et les organismes industriels et scientifiques, la FNGPC s’emploie à diffuser les méthodes de lutte les plus récentes. Son engouement pour la lutte intégrée, par le biais de la participation de certaines fédérations adhérentes, démontre l’adéquation qui existe entre les recherches scientifiques et ses réalisations. De même, la loi de 1966 sur le développement agricole oriente la FNGPC vers la mise en place de conseillers régionaux aptes à soutenir les praticiens. En fait, l’histoire des fédérations départementales est chaotique. La plupart des difficultés proviennent d’un manque de financement. Si la loi de 1941 prévoyait la perception d’une taxe parafiscale pour mener à bien les opérations de sauvegarde des récoltes, cette dernière est supprimée en 1957. Par la suite, des subventions au mérite sont attribuées. Ces dernières cantonnent les structures départementales à une œuvre de vulgarisations par l’exemple ou de luttes collectives restreintes et disparaissent définitivement en quelques années. En fait, l’État considère que seules les opérations ponctuelles doivent être subventionnées en cas d’invasions calamiteuses. Un tel comportement se situe à l’opposé des orientations de l’ordonnance de 1945 qui prévoit la mise en place d’organes permanents qui correspondent à un prolongement des actions du SPV.

29En résumé, l’évolution des comportements phytosanitaires en France entre le début du vingtième siècle et 1970 dépend de l’interaction entre cinq types de facteurs. En premier lieu interviennent les données d’ordre écologique et climatique. Deuxièmement, la politique d’intensification agricole influe sur la mise en place de structures spécialisées dans la défense des cultures. Ces organismes constituent un troisième élément clef de l’évolution des comportements phytosanitaires. Les industries chimiques en sont le quatrième. Ces dernières profitent de l’intensification de l’agriculture et offrent aux cultivateurs des substances toujours plus nombreuses, et ce d’autant plus qu’il convient de contourner en permanence les problèmes soulevés par les pesticides chimiques. Enfin, la volonté d’obtenir une productivité toujours plus grande assure l’émergence de nouvelles professions scientifiques, ou la professionnalisation de compétences, comme la zoologie agricole.

Prospective

30Si la présente étude permet de mettre à jour et d’expliquer les grandes évolutions des pratiques phytosanitaires en France de la fin du 19e siècle à 1970, il reste encore beaucoup à apprendre sur les enjeux, les pratiques et les conséquences diverses de la lutte contre les nuisibles. Trois axes de travail nous semblent intéressants : la réalisation d’études micro-historiques, l’approfondissement de la connaissance des structures d’encadrement et l’émergence des préoccupations environnementales.

Approche micro-historique

31L’échec que nous avons connu était dû à un manque de sources. Cependant, il n’est pas exclu que, pour d’autres aires géographiques, ce type d’analyses soit possible. Leur réalisation permettrait d’appréhender au plus près les pratiques des agriculteurs et leurs relations à des innovations scientifiques et techniques. Dans cette perspective, il conviendrait d’entreprendre un recensement et une analyse comparée de toutes les sources disponibles liées à la défense des cultures. D’autre part, outre les exploitants, de nombreux organismes d’État et des industries interagissent avec des contraintes et des objectifs propres. L’analyse de ces phénomènes est problématique. Des études fines, portant sur des évènements précis (controverses par exemple), pourraient nous éclairer sur les relations entretenues par les acteurs et donc sur les pratiques elles-mêmes. Ce type d’études nécessite de localiser des archives éparpillées. Cependant, la multiplication d’analyses fines, portant sur des périodes différentes, des aires géographiques et/ou des événements particuliers est un élément essentiel pour étayer nos résultats, les affiner, ou les infirmer.

Structures agricoles

32Notre travail aborde quelques organismes qui se consacrent à la protection des végétaux. Des études précises pourraient être entreprises en direction de plusieurs structures. Afin de ne pas nous étendre, nous ne citerons que trois exemples :

33- Le SPV et les organismes antérieurs constituent les premières organisations officielles dont il serait utile d’entreprendre l’étude complète afin de comprendre les préoccupations de l’État. En effet, il apparaît clairement que l’exécution des missions du SPV est souvent confrontée à des difficultés financières. Une étude du fonctionnement et des réalisations des services du SPV serait instructive quant aux priorités et aux actions de chaque circonscription. Par ailleurs, les agents du SPV travaillant avec les exploitants, une étude du SPV permettrait de comprendre les relations entre praticiens et directives officielles.

34- La seconde organisation est l’ACTA (Association de coordination des techniques agricoles). Des travaux sur cette organisation aboutiraient d’une part à considérer le rôle de l’APCA (Assemblée permanente des chambres d’agriculture) dans la protection des cultures, et, d’autre part, à la connaissance de l’implication dans ce domaine d’activité des associations et instituts techniques engagés dans l’ACTA. Cette structure, qui possède une activité de type horizontal, serait susceptible de permettre d’évaluer l’évolution des méthodes de travail en commun des associations professionnelles verticales au travers des actions phytosanitaires.

35- Des études concernant les organisations liées aux méthodes de lutte biologique permettraient de comprendre les liens entre recherches scientifiques et applications tout en cernant l’évolution des mentalités. Un travail précis sur l’OILB (Organisation internationale de lutte biologique) aboutirait également à cerner le rôle et l’implication de la France et de ses chercheurs dans le développement de méthodes de lutte alternatives.

L’émergence des préoccupations environnementales

36Au cours de la période étudiée, la justification de la défense des cultures par le besoin d’autosuffisance alimentaire, fait place progressivement à des aspects commerciaux et marketing. La parution du Printemps silencieux et divers problèmes strictement agricoles engendrés par les pesticides aboutissent au début des années 1970 à envisager de nouveaux types de produits. Dès lors, l’absence de résidu toxique dans les produits alimentaires est un gage de qualité.

37Poursuivre les recherches, sur la période 1970-2000, afin d’appréhender les modifications des comportements phytosanitaires et les différences d’appréciations des industriels et scientifiques, permettrait d’établir une histoire plus complète de l’usage des pesticides. Si les travaux prenant en compte l’histoire récente se heurtent toujours à des problèmes de consultation d’archives, le dernier tiers du 20e siècle est cependant marqué par une multiplication des études statistiques qui pourraient être mobilisées. Ainsi, ce type d’études permettrait d’affiner très nettement les rapports, entrevus dans notre étude, entre pesticides et environnement.

Haut de page

Notes

1 Rachel Louise CARSON, Le printemps silencieux, Paris, Plon, 1963, 287 p. (traduit de l’américain par J.-F. Gravrand, préfacé par Roger Heim).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémi Fourche, « Contribution à l’histoire de la protection phytosanitaire dans l’agriculture française, 1880-1970 », Ruralia [En ligne], 15 | 2004, mis en ligne le 30 septembre 2005, consulté le 28 mai 2017. URL : http://ruralia.revues.org/1049

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page