Navigation – Plan du site
Positions de thèse

Petites exploitations rurales en Pays basque français (1850-1900)

Thèse pour le doctorat d’histoire contemporaine, sous la direction de Jean-Luc Mayaud, Université Lumière-Lyon 2, 2 volumes, 403 f° et 180 f°, soutenue le 19 juin 2004 devant un jury composé de Claude-Isabelle Brelot (présidente), Jean-Luc Mayaud, Rémy Pech (rapporteur), Jean Pluvinage, Lutz Raphael (rapporteur) et Jacques Rémy, mention très honorable et félicitations du jury à l’unanimité.
Martine Bacqué-Cochard

Texte intégral

Problématique

1Pourquoi avoir abordé sous l’angle de l’exploitation l’étude des sociétés rurales en mutation du second 19e siècle ? C’est d’abord à cette question, et à l’historique de ma démarche, que je voudrais m’attacher ici avant de rendre compte de mes résultats.

2Ce projet est né il y a bientôt dix ans, au séminaire « Sciences sociales et société rurales » de Nanterre où j’ai rencontré les travaux de Jean-Luc Mayaud. Beaucoup de choses s’étaient effondrées depuis que j’avais été l’élève d’Albert Soboul, et notamment cette sorte d’évolutionnisme linéaire qui voulait qu’une nécessaire transition mène du féodalisme au capitalisme 1. Or, la réalité des sociétés rurales européennes, l’écrasante domination des petits producteurs, résistaient à cette théorie de la transition et obligeaient le chercheur à se livrer parfois à de curieuses contorsions théoriques. Je n’ai découvert que plus tard, dans le courant de ma thèse, les travaux longtemps méconnus de Chayanov sur l’économie paysanne, dont la traduction française n’est parue qu’en 1990, mais qui ont de fait nourri bien des travaux sur les sociétés paysannes, notamment ceux d’Henri Mendras 2.

3Fallait-il donc à l’inverse céder à la tentation de l’anthropologie, qui proposait, elle aussi, un modèle globalisant et offrait une alternative théorique séduisante ? Les sociétés à maison du Pays basque et du sud-ouest de la France, avec leurs fortes structures familiales et communautaires, occupaient à cet égard, parmi les systèmes anthropologiques européens, une place privilégiée, celle d’un pôle extrême. Mais comment alors penser le changement social sinon, avec un vivace courant traditionaliste, comme l’effet du cataclysme révolutionnaire, ou encore, avec Jean-François Soulet 3, comme le résultat d’un choc colonial ? Si la sociologie, notamment celle de Pierre Bourdieu, nous offre une théorie cohérente de la reproduction, nous ne disposons en revanche d’aucune théorie du changement social. Je dois dire tout de suite que j’ai dû, comme beaucoup, faire mon deuil de cette ambition théorique pour me consacrer, par prudence ou par dépit, à une histoire au ras du sol à la fois plus modeste et plus risquée.

4Ma rencontre avec Ronald Hubscher et Jean-Luc Mayaud, au séminaire de Nanterre, a été décisive. Mon projet doit beaucoup d’abord aux intuitions fécondes de Ronald Hubscher qui a été le premier, parmi les historiens, à attirer l’attention sur la résistance de la petite exploitation paysanne dans la France du 19e siècle. Fallait-il y voir, au regard des pronostics sur le triomphe du capitalisme dans l’agriculture, « une anomalie » ? Était-elle responsable de l’archaïsme supposé de l’agriculture, de la lenteur de l’urbanisation et du développement de la grande industrie, bref, avait-elle constitué un « frein au développement » ? À travers la reconstitution de quelques comptabilités agricoles, puis une étude sérielle de dossiers de concours, il montrait au contraire la viabilité économique d’une petite exploitation aux méthodes intensives et ouverte aux marchés, notamment au marché de l’argent 4. Cette approche économique toutefois se heurtait vite à un obstacle, qui n’est pas seulement l’obstacle des sources : « les critères spécifiquement économiques ne sont qu’un élément des décisions possibles » soulignait-il avant d’appeler à aborder l’histoire de la petite exploitation sous l’angle de l’économie des ménages, plutôt que sous l’angle de l’économie de l’entreprise, et de se consacrer pour sa part à d’autres objets de recherche.

5Jean-Luc Mayaud venait tout juste alors de soutenir son diplôme d’habilitation à la direction de recherches, devenu depuis La petite exploitation rurale triomphante 5. Il y proposait, au-delà d’une vigoureuse réaffirmation de la vitalité de la petite exploitation, le modèle d’une France agro-industrielle assise sur une économie paysanne résolument pluriactive. J’ai trouvé dans ce modèle, qui tournait délibérément le dos à toutes les problématiques du retard, une relecture stimulante du 19e siècle français et européen, et un cadre de pensée dont je ne me suis guère éloignée depuis. Jean-Luc Mayaud, enfin, proposait une méthode, celle d’une histoire sociale fine, croisant toutes les sources nominatives possibles, et un cadre de travail collectif, celui d’un séminaire au sein duquel Yann Stéphan entreprenait une recherche parallèle sur les petites exploitations de la Drôme 6.

6C’est de ces rencontres qu’est né le projet d’une histoire de la petite exploitation qui emprunterait aux méthodes de la micro-histoire. Le choix du terrain, comme toujours, a été plus affectif que scientifique, mais les caractéristiques anthropologiques fortes du Pays basque avaient depuis longtemps déjà attiré mon attention. Si la « maison » pyrénéenne avait une histoire (la maison de Pierre Bourdieu, de Georges Augustins, de Louis Assier-Andrieu, ou encore celle de Le Play dont les Melouga étaient réédités en 1994), cette histoire croisait celle de la petite exploitation sans se confondre totalement avec elle 7. Étudier la petite exploitation dans le cadre du Pays basque relevait toutefois d’une triple gageure. Quelle était d’une part la validité du modèle agro-industriel, loin du cœur économique de l’Europe industrielle, dans ce qui apparaissait comme une France du retard et du refus de l’intégration nationale ? La disparition de la quasi-totalité des archives administratives du 19e siècle, ainsi que la pauvreté de l’historiographie locale, rendaient d’autre part périlleuse une méthode micro-historique toujours menacée de myopie. Et l’historien, de façon plus générale, pouvait-il vraiment saisir l’exploitation, quand les sources du 19e siècle ne connaissent que la propriété ?

7La notion même d’exploitation n’émerge en effet que tardivement, dans la statistique française comme dans les préoccupations des historiens. Elle est certes présente dès 1852 dans les enquêtes agricoles du 19e siècle, mais elle y est souvent mal comprise. La confusion durable entre propriété et exploitation est encore manifeste dans les réponses à l’enquête de 1909 sur la petite propriété rurale, et il faut attendre 1942 pour voir apparaître un premier recensement des exploitations. La notion d’exploitation et sa définition deviennent en revanche un enjeu politique et économique lorsque se met en place, autour de 1960, une politique des structures. Qui faut-il aider ? qui doit disparaître ? L’exploitation, définie comme structure de production agricole, devient familière aux économistes et aux sociologues 8, mais reste largement étrangère aux historiens. Elle ne figure pas par exemple en 1976 dans l’index synthétique du tome 3 de l’Histoire de la France rurale (à peine dans l’index analytique qui renvoie à « structure de l’agriculture »). La place centrale que lui accordent en revanche les sociologues chargés de rédiger le volume 4 interpelle les historiens 9. La crise du modèle productiviste révèle d’ailleurs, contre toute attente, les capacités de résistance et la diversité de petites unités où se confondent durablement famille et entreprise, production et consommation. Le chantier commun de la pluriactivité enfin, né des débats sur la proto-industrialisation, montre que ces petites structures combinent, à l’échelle du ménage, de multiples activités qui ne sont pas seulement agricoles 10. Ainsi se sont construites les deux notions, étroitement imbriquées, d’exploitation rurale et de pluriactivité. J’ai postulé, après Ronald Hubscher et Jean-Luc Mayaud, leur valeur heuristique pour l’étude des sociétés paysannes du 19e siècle.

Sources et méthodes

8Or, ni les exploitations ni les pluriactifs ne font l’objet d’un recensement au 19e siècle. Il fallait inventer des sources. C’est le croisement des matrices cadastrales avec les listes nominatives de recensement qui permet, pour l’essentiel, de passer de la propriété à l’exploitation. C’est ainsi que j’ai pu identifier l’ensemble des exploitations de deux communes, l’une frontalière et proche de la côte, l’autre dans les collines de l’intérieur, dont le choix m’a en partie été dicté par la rareté et la dispersion des sources. À cette étape, mon travail a sans doute été facilité par la relative stabilité des structures agraires, dans un pays qui ne pratique ni le partage des terres ni le fermage. La petite propriété en faire-valoir direct se laisse assez aisément identifier, de même que la métairie qui forme un bloc à peu près indissociable, à l’image de la « maison ». Les locations de parcelles en revanche restent exceptionnelles. Ce corpus de plus de 300 exploitations a ensuite été enrichi et affiné par le recours à toutes les sources nominatives disponibles. Les plus riches ont été sans conteste les actes notariés et les déclarations de mutations par décès. Mais les registres matricules de la marine et de l’armée comme les rapports de l’administration des douanes m’ont été précieux pour mettre en évidence certains aspects de la pluriactivité des ménages. Les archives communales, lorsqu’elles ont eu la chance de ne pas être expurgées, abondent aussi en listes nominatives de toutes sortes (demandes de secours à la suite de sinistres, enfants absents à l’école, demandes de passeport…) Les conflits et les solidarités entre exploitants ont en partie émergé des archives de la justice de paix et des registres des délibérations municipales. Les archives privées en revanche se sont révélées décevantes, et il n’y a sans doute pas grand-chose à attendre, pour l’étude de la petite exploitation et pour cette période, de livres de comptabilité ou même de livres de raison inexistants.

9Au total, la collecte de données nominatives a produit une riche moisson en ce qui concerne la propriété et les hommes. Elle a été plus maigre sur les activités économiques de l’exploitation, pour lesquelles j’ai dû recourir à des sources annexes, notamment une monographie leplaysienne et une série de dossiers de concours. Que faire ensuite de cette masse de données, à la fois riche et inégale ? J’ai choisi d’aller jusqu’au bout de la méthode micro-historique, en exposant mes résultats sous la forme d’une trentaine de biographies d’exploitations, choisies de façon à dessiner l’éventail des possibles. Je n’ignore pas les multiples risques du procédé : la tentation de céder à la rhétorique du récit, ou au pittoresque, la surinterprétation, le contresens, et par-dessus tout sans doute la myopie. Il nécessite une série de garde-fous : soumettre chaque étude de cas à un questionnement précis, en contrôler l’interprétation et la représentativité par rapport à l’ensemble du corpus, élargir chaque fois que possible la perspective. Sous ces conditions méthodologiques, les risques sont largement contrebalancés par l’intérêt de la méthode monographique, qui me parait refléter au mieux cette symbiose, propre à la petite exploitation, entre famille et entreprise, entre agriculture et pluriactivité.

Résultats

10De ce travail, je retiendrai en premier lieu une série de confirmations. Confirmation d’abord de la domination et de la résistance numériques de la petite exploitation, qui s’impose même dans le cadre de la grande propriété sous la forme du métayage. Aucune des exploitations de mon corpus ne dépasse le seuil d’une agriculture familiale, même si les plus grandes emploient une main-d’œuvre d’appoint de domestiques ou de journaliers. Confirmation ensuite de la mobilité des hommes et des terres : l’apparent immobilisme des structures résulte de mouvements contradictoires d’ascension et de déclin. La quasi-disparition des journaliers d’une part, le désinvestissement bourgeois d’autre part, s’accompagnent à partir du milieu du siècle du renforcement de la propriété paysanne et d’une recomposition de la société villageoise autour d’une nouvelle élite d’exploitants qui accède au pouvoir municipal. Confirmation enfin du dynamisme économique de ces exploitants. Ils s’inscrivent dans la nouvelle géographie nationale des chemins de fer et des marchés en accentuant leur orientation vers l’élevage. Ils résistent au déclin des industries rurales et des activités maritimes en inventant de nouvelles formes de pluriactivité, faisant une large place à l’émigration.

11Tout cela est déjà bien connu, puisque voici plusieurs décennies que les historiens s’attachent à détruire le mythe d’un monde rural immobile. Je montre seulement que, contrairement à des préjugés bien enracinés, le Pays basque n’échappe pas à ce mouvement général. Ici comme ailleurs la ruine des industries rurales en 1848, l’ouverture des chemins de fer dans les années 1860, la mévente des années 1890, sont autant d’étapes dans l’élimination des uns et l’ascension des autres. Mais l’intérêt de la micro-analyse est de montrer aussi que ces mouvements ne sont jamais brutaux, et ne se lisent qu’étalés dans le temps et médiatisés par les rythmes de l’histoire familiale. Les biographies d’exploitations en effet révèlent à la fois une grande précarité, qui se traduit notamment par un endettement généralisé, et des dispositifs efficaces de protection sociale. C’est d’abord l’autosubsistance, qui relève d’un idéal persistant d’autosuffisance, associée à une pluriactivité multiforme. Ce sont ensuite les réseaux des solidarités familiales et villageoises, qui étendent leurs ramifications jusqu’en Amérique. Il ne faut ni idéaliser ni sous-estimer ces modes anciens et informels d’entraide et de coopération, que ne viennent pas encore relayer les formes modernes de solidarité professionnelle encouragées par l’État. Le mouvement syndical et coopératif ne fait ici que des débuts timides, dans le contexte d’affrontement entre l’Église et l’État du début du 20e siècle, et ne se développe qu’après 1945.

12Peut-on aller plus loin dans la réévaluation de ces solidarités paysannes sans être soupçonnée de néo-pétainisme ou de populisme ? J’avancerai que le souci de la cohésion villageoise fait peser, sur le marché des terres comme sur le marché matrimonial, une contrainte morale qui autorise la survie prolongée d’exploitations en sursis, mais interdit à l’inverse une accumulation sans limite. L’égalitarisme paysan s’accommode de hiérarchies, mais les contient entre une limite inférieure de l’indigence et une limite supérieure de l’aisance, et ne laisse guère de chance à la grande exploitation. Ainsi, le seuil difficilement franchissable de l’exploitation familiale ne serait pas seulement un seuil technique et économique, mais un seuil social.

13Je terminerai enfin sur une dernière question : y a-t-il une spécificité basque ? On peut broder à l’infini sur la diversité des sociétés rurales, et j’aurais pu par exemple opposer par maintes nuances mes deux villages. Nous sommes loin ici de la France agro-industrielle, avec ses fermes-ateliers 11. Loin aussi de l’ouest du partage égalitaire, du mariage néo-local et du fermage 12. Le système à maison, la famille-souche, et le fort courant d’émigration qu’elle est supposée générer, sont des caractéristiques fortes. Aucune toutefois n’est propre au Pays basque, ni même à l’aire pyrénéenne : que l’on songe par exemple à l’émigration italienne. Plus originale sans doute, la pratique de l’aînesse intégrale accorde à la femme un statut d’héritière, qui peut confiner, lorsqu’elle est veuve, à la toute-puissance. Mais n’est-ce pas la place de toutes les femmes rurales qui est susceptible d’être réévaluée, dès lors que l’on considère le groupe domestique, et non le seul chef d’exploitation ? Je ne crois pas pertinent, du point de vue du devenir des exploitations, d’accorder une valeur explicative exagérée aux variables anthropologiques, notamment aux modalités de transmission de la terre. Bien d’autres stratégies, foncières et productives, contribuent à leur reproduction. Il n’est pas certain par ailleurs que l’inégalité entre héritiers et la cohabitation des générations imposée par la famille-souche, avec le pouvoir de fait qu’elle confère aux anciens, soient particulièrement favorables au maintien des exploitations.

14C’est pourquoi je pense avoir donné à voir, à travers l’exemple basque, les modalités particulières d’un processus plus général, qui caractérise une bonne partie de l’Europe occidentale de la Galice à l’Allemagne rhénane : l’insertion dans l’économie de marché, au 19e siècle, d’une économie paysanne vivace. Je pense aussi avoir trouvé dans l’exploitation une échelle d’observation pertinente des sociétés rurales, entre le terrain miné des identités régionales et l’impossible histoire d’un individu.

Haut de page

Notes

1 Albert SOBOUL, Problèmes paysans de la révolution (1789-1848), Paris, Librairie François Maspero, 1976, 442 p.
2 Alexandre TCHAYANOV, L’organisation de l’économie paysanne, Paris, Librairie du Regard, 1990, 344 p., 1ère édition : Die Lehre von der baüerlichen Wirtschaft. Versuch einer Theorie der Familienwirtschaft in Landbau, Berlin, 1923 ; Henri MENDRAS, Les sociétés paysannes. Éléments pour une théorie de la paysannerie, Paris, Éditions Gallimard, 1995 (2e édition refondue), 368 p.
3 Jean-François SOULET, Les Pyrénées au 19e siècle, tome 1 : Organisation sociale et mentalités, tome 2 : Une société en dissidence, Toulouse, Éché, 1987, 478 p. et 713 p.
4 Ronald HUBSCHER, « Modèles d’exploitation et comptabilité agricole : l’exemple du Pas-de-Calais au début du 19e siècle », dans Études rurales, n° 84, octobre-décembre 1981, pp. 31-48 ; Ronald HUBSCHER, « La petite exploitation en France : reproduction et compétitivité (fin 19e siècle-début 20e siècle », dans Annales, économies, sociétés, civilisations, n° 1, janvier-février 1985, pp 3-32.
5 Jean-Luc MAYAUD, La petite exploitation rurale triomphante, France 19e siècle, Paris, Belin, 1999, 278 p.
6 Yann STÉPHAN, La petite exploitation rurale dans le département de la Drôme au 19e siècle, Mémoire de DEA sous la direction de Jean-Luc Mayaud, Université Lumière-Lyon 2, 1996, 241 f°. Thèse en cours sur ce sujet.
7 Pierre BOURDIEU, Le bal des célibataires. Crise de la société paysanne en Béarn, Paris, Éditions du Seuil, 2002, 268 p. ; Georges AUGUSTINS, « Un point de vue comparatif sur les Pyrénées », dans Georges AUGUSTINS, Rolande BONNAIN, Yves PERON et Gilles SAUTTER, Maisons, espace, famille, tome 2 de : Isac CHIVA et Joseph GOY [dir.], Les Baronnies des Pyrénées. Anthropologie et histoire, permanences et changements, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1986, pp. 201-214 ; Louis ASSIER-ANDRIEU, Coutumes et rapports sociaux. Étude anthropologique des communautés paysannes du Capcir, Paris, Éditions du CNRS, 1981, 215 p. ; Anne ZINK, L’héritier de la maison. Géographie coutumière du Sud-Ouest de la France sous l’Ancien Régime, Paris, Éditions de l’EHESS, 1993, 542 p. ; Frédéric LE PLAY, Émile CHEYSSON, BAYARD, Fernand BUTEL, Les Mélouga. Une famille pyrénéenne au 19e siècle, textes réunis par Alain Chenu, Paris, Éditions Nathan, 1994, 240 p.
8 Philippe LACOMBE, Les stratégies d’adaptation des exploitants agricoles à la croissance économique. Application au Languedoc-Roussillon contemporain, Thèse en sciences économiques, Université de Montpellier, 1972, 2 volumes, 515 f° ; Alice BARTHEZ, Famille, travail et agriculture, Paris, Economica, 1982, pp. 5-7.
9 Étienne JUILLARD [dir.], Apogée et crise de la civilisation paysanne, 1789-1914, tome 3 de Georges DUBY et Armand WALLON [dir.], Histoire de la France rurale, Paris, Éditions du Seuil, 1976, 573 p. ; Michel GERVAIS, Marcel JOLLIVET et Yves TAVERNIER, La fin de la France paysanne de 1914 à nos jours, tome 4 de Georges DUBY et Armand WALLON [dir.], Histoire de la France rurale, Paris, Éditions du Seuil, 1977, 672 p.
10 La pluri-activité dans les familles agricoles, colloque de l’Association des ruralistes français, L’Isle-d’Abeau, 19-20 novembre 1981, Paris, ARF Éditions, 1984, 343 p. ; Gilbert GARRIER et Ronald HUBSCHER [dir.], Entre faucilles et marteaux. Pluri-activités et stratégies paysannes, Lyon/Paris, Presses universitaires de Lyon/Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988, 242 p.
11 Claude-Isabelle BRELOT et Jean-Luc MAYAUD, L’industrie en sabots. Les conquêtes d’une ferme-atelier aux 19e et 20e siècles. La taillanderie de Nans-sous-Sainte-Anne, Paris, J.-J. Pauvert aux Éditions Garnier, 1982, 292 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Bacqué-Cochard, « Petites exploitations rurales en Pays basque français (1850-1900) », Ruralia [En ligne], 15 | 2004, mis en ligne le 30 septembre 2008, consulté le 23 décembre 2014. URL : http://ruralia.revues.org/1044

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page