Navigation – Plan du site
Positions de thèse

Les formes de constructions identitaires modernes : entre territoire et profession. Étude sur le rôle des médiations institutionnelles et organisationnelles, volume 1 : Bilan des travaux ; volume 2 : Mémoire ; volume 3 : Recueil des articles et publications.

Mémoire pour le diplôme d’Habilitation à diriger des recherches de sociologie, sous la direction d’Armel Huet, Université Rennes 2-Haute-Bretagne, 3 volumes, 113 f°, 361 f° et 293 f°, soutenu le 14 novembre 2003, devant un jury constitué de Daniel Filâtre (président, rapporteur), Marcel Jollivet (rapporteur), Dominique Martin (rapporteur), Hélène Delorme et Dominique Schnapper.
Ali Aït Abdelmalek

Texte intégral

1Nous avons consacré une recherche sociologique antérieure à l’étude des formes d’organisation autour desquelles se structure l’espace politique local (à travers l’exemple du pays de Redon, en Bretagne) 1. Elle a impliqué de modifier l’orientation donnée jusqu’ici à l’analyse. L’observation portant sur l’intervention des dirigeants agricoles — par l’évocation, en particulier, de leur rôle de « médiateurs » au sein des médiations institutionnelles et organisationnelles (MIO) – nous a conduit à nous interroger sur les logiques sociales propres à un secteur d’activités particulier et sur l’institutionnalisation d’échanges prenant la forme d’une « cogestion » de « transactions collusives », entre les organisations professionnelles agricoles (OPA) d’un côté, et les pouvoirs publics de l’autre. Alors que les pratiques représentatives des dirigeants professionnels et les dynamiques d’échange auxquelles ils participent dans les territoires ont été jusqu’ici rapportées aux divisions organisationnelles entre secteurs (identité professionnelle), nous avons voulu montrer que la dimension territoriale des activités syndicales et politiques peut constituer, elle aussi, un élément déterminant — au moins à titre d’hypothèse — pour l’étude des pratiques de représentation professionnelle et de jeux de compétition dans le champ politique. Plus que des différenciations sectorielles, il est possible que ce soient les clivages territoriaux qui fondent les principes de division dans l’espace politique local. C’est, en effet, sur des territoires que se structurent et se concurrencent des entreprises de « domination politique », et les enjeux de pouvoir, au sein de la profession agricole, peuvent être le plus souvent mis en perspective à travers des enjeux de territoire.

2Pour appréhender les dynamiques de structuration des identités professionnelles, mais aussi, en définitive, pour rendre compte de la genèse de systèmes d’échanges consacrant l’émergence de pratiques régionales et européennes, il apparaît ainsi essentiel de mettre en évidence l’existence de « territoires politiques ». Il convient, au-delà des découpages administratifs de l’espace, de s’interroger sur les représentations indissociables, mais aussi concurrentes, du territoire : d’une part, la logique qu’on a appelée « idéologie nationale » et, d’autre part, la logique dite de l’« utopie communautaire ».

3Dans cette perspective, l’analyse des pratiques régionales et communautaires (pouvoir bruxellois) ne conduit nullement à se désintéresser des autres niveaux, micro-local et national. Elle implique, au contraire, de conduire l’observation de ces pratiques en mettant au jour le lien attachant les « travailleurs de la terre », en particulier les élus professionnels, pris individuellement et collectivement, aux territoires sur lesquels ils sont amenés à intervenir quotidiennement, pour se forger une identité, une légitimité de représentant et participer à la compétition pour la conquête de positions de pouvoir dans l’espace politique.

Introduction : éléments du parcours scientifique

4Nous avions, au cours d’une étude précédente, vu « fonctionner » cette Europe dite « communautaire », comme institution économique, politique et culturelle, qui a des effets multiples sur les agriculteurs, situés et professionnellement organisés dans des micro-territoires. Ces nouveaux espaces de solidarités et de conflits apparaissent comme des mailles de plus en plus importantes du tissu social, en liaison avec les régions et les États-nations. Nous avons fait l’hypothèse que la professionnalisation des agriculteurs a aussi instauré une rupture entre les chefs d’entreprise et leur environnement local. Ces agriculteurs s’organisent avec des acteurs situés en dehors de la profession pour qu’elle ne se désarticule pas.

5La présente analyse propose une démarche différente — plus organisationnelle et institutionnelle — mais s’appuie pourtant sur les mêmes présupposés. Il s’agit d’analyser les publications, déclarations et propos publics des différents acteurs politiques (essentiellement les élus régionaux) et syndicaux (dirigeants agricoles), qui contribuent à donner du sens aux dispositifs institutionnels d’action publique et aux pratiques professionnelles (des travailleurs de la terre).

6Ainsi, cette réflexion constitue un exercice spécifique par rapport à l’épreuve académique que représente l’ « HDR » ; le mémoire ne synthétise pas les résultats de nos recherches, qui sont présentés dans les volumes 1 et 3 regroupant les publications, mais constitue un travail original qui poursuit trois objectifs : le premier consiste à « déconstruire » les notions d’identité et de médiation en leurs principales déterminations, et à rédiger les éléments d’un programme de recherche de longue haleine, que nous n’avons pas encore eu l’occasion de publier, sur la question territoriale d’une part, et sur la question professionnelle de l’autre. En second lieu, il tente de mettre à l’épreuve de ces réflexions les hypothèses et les concepts que nous avons pu développer au cours des différents travaux réalisés auparavant, notamment ceux relatifs aux représentations de l’Europe, au développement rural, à la modernisation agricole et aux modalités d’exercice du pouvoir local. Enfin, loin de se présenter comme une thèse achevée, ce mémoire entend ouvrir de nouveaux chantiers de recherche sur la base des orientations qu’il développe. C’est notamment le cas des deux notions de « médiation » et d’ « institution », dont nous verrons qu’elles nous semblent structurer les formes d’identités et les modalités contemporaines de la politique agricole (action publique et rôle des organisations professionnelles). Elles ouvrent, semble-t-il, une pluralité de questions et de pistes d’investigations, qui méritent d’être explorées et consolidées.

Sociétés rurales, modernisation agricole et changements identitaires

7Nos réflexions viennent prendre place dans une tradition de la sociologie rurale française, inaugurée par Henri Mendras, avec La fin de paysans, poursuivie par Placide Rambaud 2, Marcel Jollivet 3, mais aussi Hugues Lamarche, Bertrand Hervieu, Rose-Marie Lagrave ou encore Jean-Paul Billaud, qui ont su faire de l’observation de la population des exploitants ruraux un révélateur des changements qui affectaient la société dans sa globalité. En focalisant nos études sur le Pays de Redon, puis sur la Bretagne, nous avons voulu permettre de suivre et de comprendre les effets multidimensionnels (politiques, économiques, culturels…) de changements inscrits dans divers échelons territoriaux et engageant divers partenaires politiques et professionnels, dont certains adviennent à l’existence, en quelque sorte sous nos yeux, à travers les relations et interactions qu’ils sont amenés à nouer avec les autres.

8Nous nous sommes donc intéressé à une situation de changement social d’ordre sociopolitique et économique, de contenu culturel et symbolique, de modalités techniques et cognitives, etc., impliquant un haut niveau de complexité, par sa diversité même, voire son hétérogénéité. Ce faisant, nous avons voulu rendre intelligible la dialectique des niveaux d’action (le local, le régional, le national, l’européen) comme les nécessaires médiations institutionnelles et organisationnelles qui lui fournissent toute son épaisseur. C’est pourquoi nous nous réclamons d’une approche en terme de « médiations » — non pas dans sa perspective anthropologique et clinique (celle de Jean Gagnepain et de la sociolinguistique rennaise dite « médiationniste ») mais dans un sens résolument sociologique — autorisant les acteurs (exploitants, élus, techniciens) à jouer à l’intérieur du système, mais parfois à se jouer du système lui-même. C’est dire tout le poids que prend, dans notre analyse, la négociation conflictuelle dans ce processus de production d’une agriculture moderne européenne sur la base de territoires refaçonnés pour les besoins de la cause. À partir de recherches empiriques et d’analyses sur le terrain, nous avons procédé à la déconstruction de cette Europe agricole et à la mise à jour des conditions « cachées » de sa réussite. Ainsi en va-t-il des « pays », « fragiles ré-inventions », selon nous, qui se révèlent être, à la fois, une critique et un accomplissement de la modernité et, corrélativement, de l’ « Europe communautaire ». Ainsi en va-t-il encore de l’activité communicationnelle, comme dirait Jürgen Habermas, des organisations professionnelles agricoles (OPA), de la « banque verte » (le Crédit agricole) ou encore de la nouvelle élite agricole représentée par ceux qu’on a appelés les « entrepreneurs de l’Europe ». Notre mémoire fournit, de plus, dans les chapitres consacrés à la réflexion sur les évolutions récentes du monde rural et les changements identitaires actuels des acteurs « ruraux », qu’ils soient travailleurs de la terre, responsables agricoles ou élus locaux ou régionaux, quelques illustrations de l’ensemble des capacités d’intervention de tous ces acteurs-partenaires. Il convenait d’observer ces mutations à partir d’un double point de vue : la territorialité et la professionnalité. L’hypothèse centrale de la recherche est de considérer que l’on assiste à une déstabilisation de l’agencement antérieur « traditionnel » des formes identitaires, et de considérer ce processus comme une conséquence majeure des transformations de l’action publique, sous l’effet de la décentralisation et de l’européanisation.

9Au terme de ce tour d’horizon, à la fois large et territorialisé (incarné), s’éclaire, semble-t-il, cette combinatoire des différentes instances (politique, économique, professionnelle, territoriale, culturelle) qui participent à la mutation d’une région en l’intégrant dans une nouvelle dimension : l’Europe. Laquelle, en retour, n’arrive à exister que grâce à ce mouvement d’intégration. L’Union européenne est ici analysée comme une « utopie communautaire », comme une prophétie qui se réalise… sous l’effet combiné d’une pluralité de médiateurs, dont l’action n’est pas, loin s’en faut, limitée à celle de « représentants » (la « représentation » apparaît, en effet, comme une dimension, parmi d’autres, de la médiation). Notre souci constant a été de n’être jamais réducteur, quand bien même il s’agirait de comprendre l’institutionnalisation de la région et la formation de l’Europe à travers la Politique agricole commune.

Comment articuler territoire et profession ?

10Nous avons fait l’hypothèse fondamentale que les organisations professionnelles agricoles et les institutions étatiques chargées des questions agraires constituent des paliers intermédiaires qui permettent, à la fois, la transformation des exploitations en entreprises familiales agricoles modernes, et la mise en place d’une politique commune à l’échelle européenne. Nous avions souligné, dans un travail antérieur, le passage d’une économie de subsistance à une économie de marché. À partir de l’analyse des médiations institutionnelles et organisationnelles, nous avons tenté, à nouveau, de saisir les relations dialectiques entre l’Europe communautaire, l’État-nation français et les exploitations agricoles. Explorer ce type de questions, c’est penser le fonctionnement de l’Union européenne comme un « système ».

11Trois orientations fondamentales ont guidé notre étude : 1) la notion d’ « entreprise », au cœur du système, constitue un véritable mythe social, entretenu par les organisations professionnelles agricoles et les institutions ; 2) devenir agriculteur n’est plus une simple affaire de famille, mais c’est, aujourd’hui, l’affaire des organisations professionnelles et de l’État ; 3) enfin, le centre du débat est maintenant, en agriculture, la qualification et l’identité professionnelle, dans une économie européenne largement mondialisée.

12La méthodologie utilisée est fondamentalement qualitative (approche ethno-sociologique), mais cela n’interdit pas le recours au questionnaire. La population enquêtée, dans nos recherches, se compose pour moitié de travailleurs de la terre, pour moitié d’élus, de fonctionnaires, de techniciens et/ou de responsables des institutions agraires et des organisations professionnelles agricoles. Rappelons, ici, que nous avons été formés dans l’enseignement supérieur au sein du département de sociologie de l’Université de Rennes 2. À une époque où ce département n’était pas encore habilité à dispenser des doctorats, nous avons poursuivi nos études de sociologie à l’EHESS pour préparer un DEA sous la direction de Placide Rambaud, alors directeur d’études et spécialiste des problèmes agricoles. Nous avons alors mené, dans le cadre des recherches du Centre de sociologie rurale, une enquête sur le Pays de Redon. À la mort de Placide Rambaud, en octobre 1990, Dominique Schnapper a repris la direction de notre thèse de doctorat. Nous voudrions la remercier chaleureusement, et publiquement, de nous avoir proposé une réelle et rigoureuse formation de chercheur de terrain : « ne rien avancer qui ne soit fondé sur nombre d’enquêtes, de dépouillement et de lectures » ; « avoir la capacité d’écoute et d’empathie » (se faire admettre, voire apprécier, dans le milieu étudié) ; en parler avec objectivité, mais « sans misérabilisme et sans emphase » (la sympathie mais aussi la distance critique, permettant de saisir des situations dans toute leur complexité et de discerner, derrière les prises de position et les discours, les rapports sociaux réels) ; enfin, il s’agit de mener des recherches « sans a priori et sans dogmatisme », en n’hésitant pas, le cas échéant, à remettre en cause ses hypothèses 4.

13En adoptant l’analyse systémique des formes de constructions de l’identité, nous nous sommes autant intéressé aux agents du système qu’au système lui-même. La modernisation de l’agriculture est, largement, une professionnalisation prescrite ; elle a été présentée à travers :

  • d’abord, la cogestion agricole traditionnelle, par les autorités politiques nationales et la profession elle-même ;

  • ensuite, l’effet de la régionalisation, d’une part, et de la construction européenne d’autre part, sur un système qui comprend désormais les niveaux de l’exploitation familiale agricole, de la profession organisée, de la commune, des « pays », du département, de la région, de l’État national et de l’Europe.

14Toujours à propos de la démarche scientifique, une fois précisé ce qu’était la modernisation agricole, une sociologie des stratégies identitaires, critique et ouverte, a autorisé un décryptage rigoureux des mutations en cours dans le monde agricole et rural, à travers une typologie du rapport des travailleurs de la terre à l’Europe et aux organisations professionnelles agricoles :

15A- le premier type, celui des « paysans nationaux », comprend une majorité de petits propriétaires, assez âgés, sans qualification professionnelle reconnue par un diplôme, mono-territoriaux et hostiles à l’Europe, qui recherche la protection traditionnelle de l’État national ;

16B- le second type, celui des « agriculteurs », dont la propriété est plus large, modernisé mais endetté, mieux qualifié, s’efforce de s’adapter aux exigences de la construction européenne ;

17C- le troisième type, enfin, celui des « entrepreneurs de l’Europe », comprend de jeunes agriculteurs, qualifiés, pluri-territoriaux, souvent à la tête d’exploitations importantes, qui ont été les véritables agents de la modernisation forcée, imposée par l’Europe.

18Nous avons voulu, dans notre mémoire, formaliser les résultats de nos enquêtes empiriques. Néanmoins, au cours du développement, la formulation abstraite du système de relations — les « médiations institutionnelles et organisationnelles », les logiques utopiques et idéologiques ou encore les tensions territoriales — a parfois laissé la place à une description des acteurs et des institutions et à une analyse de leurs comportements. Il n’est pas exclu, dans ce domaine, qu’il se révèle impossible de pousser plus loin la formalisation des résultats. Néanmoins, il nous semble que l’enjeu — l’apport, nous semble-t-il, de ce travail — est d’avoir renouvelé l’approche classique des organisations agraires, des territoires ruraux, mais aussi de la profession agricole, en les interrogeant à partir du concept de médiation institutionnelle et organisationnelle, concept-clé, pensons-nous, en sociologie des organisations. Nous avons tenté de montrer que des réglementations apparemment déconnectées forment un système cohérent d’une volonté de rationalisation et de modernisation de l’agriculture, qui a du reste ses revers : la marginalisation et l’exclusion de certains agriculteurs, pourtant modernisés. D’une manière générale, notre thèse veut rendre compte de la complexité croissante des processus d’élaboration et de gestion de la politique agricole au quadruple niveau local, départemental et régional, national, et européen. Nous avons illustré la double logique identitaire à l’œuvre entre la gestion professionnelle des filières d’une part, et la gestion plus horizontale et territoriale d’autre part.

19Le Pays de Redon est traité ici comme lieu de reconstruction d’une identité locale, traversée par l’internationalisation des échanges et l’européanisation des mesures politiques et administratives. Les organisations professionnelles et syndicales ainsi que les administrations ne peuvent pas être, dans ce contexte, les simples successeurs des notables, médiateurs entre la société locale et la société « englobante ». L’emboîtement pyramidal et la régulation croisée (étudiés par Pierre Grémion) ne permettent plus de comprendre la dynamique de changement et de recomposition identitaire. En effet, nous assistons non seulement à la recomposition d’un métier et d’un territoire, mais aussi à la recomposition des médiations et de leur rôle. C’est l’objectif principal de notre travail que de mettre en relation ce triple déplacement.

20On notera que les médiations ne sont pas que des relais : elles sont une pièce dans un jeu de complexité croissante. Pour aborder directement le paradoxe identitaire — c’est-à-dire la place que tiennent les élites politiques et professionnelles dans les métamorphoses identitaires, qui lient profession et territoires — on rappellera que les activités salariées, professionnelles et reconnues, participent explicitement à la production des identités individuelles et collectives ; en effet, le travail peut être défini comme l’ensemble des activités professionnelles participant à la socialisation des individus. Mais, ne faisons-nous pas semblant de (re)découvrir la division du travail et son éventuelle contradiction avec les territoires ruraux légués par l’histoire 5 ?  Il y a vingt ans, Placide Rambaud, Henri Mendras et Marcel Jollivet, mais aussi d’autres responsables du Groupe de sociologie rurale et du Centre de sociologie rurale, demandaient aux chercheurs de faire le point sur l’urbanisation ; la « mobilité des ruraux » n’était pas alors un thème de prédilection pour les politiques publiques. En 1980, nous n’étions sans doute pas prêts à admettre l’immense portée d’analyses qui reliaient les mutations des territoires aux mobilités liées à la modernisation et à la professionnalisation. Étions-nous prêts aussi, il y a vingt ans, à imaginer une ville-réseau sans limites ?

21En même temps, le monde a continué sa course : la tendance « urbanisante », mais aussi « rurbanisante », ne s’est pas démentie, la tertiarisation de l’économie s’est poursuivie, le chômage a pris une place importante dans la société française, les styles de vie ont changé sur fond de vieillissement de la population. Aujourd’hui, malgré tous ces changements, les travaux des chercheurs n’ont pas été démentis, au contraire. Depuis vingt ans, les recherches sur les villes et les territoires ruraux, des transformations des institutions qui les gouvernent aux mouvements qui les animent, répondent à quelques interrogations majeures 6.

22L’identité, par exemple, instamment quêtée par notre époque, voit se banaliser les lieux, se diluer les territoires, se dissoudre le « local » dans une déconcertante « mondialisation ». Le mouvement, les mobilités, la professionnalisation participent-ils uniquement de cette dilution générale (c’est-à-dire à la « déterritorialisation ») ou contribuent-ils, à leur manière, à reconstruire une identité nouvelle des pays, des lieux et des divers territoires ? À ce sujet, nos recherches contiennent des éléments, dessinent quelques pistes, qu’il faudra, sans doute, prolonger. Cette recherche est guidée, comme cela vient d’être dit, par la volonté de lier une sociologie du travail agraire et une sociologie de la socialisation, par le désir de comprendre comment notre société fabrique des individus et des sujets « territorialisés », dans le cadre d’une activité professionnelle organisée. Il ne s’agit donc pas de décrire le « vécu » en situation des individus concernés (élus et dirigeants agricoles), mais de comprendre comment ils construisent leur expérience, comment ils hiérarchisent leurs orientations et leurs choix.

23Pour Durkheim, au fur et à mesure que se déploie « la logique propre à la société complexe », pour reprendre une formule de Dominique Schnapper 7, et que s’accroît la division du travail social, le rôle du territoire et de la tradition (le territoire rural, en particulier, est l’indicateur de la tradition) ne cesse de diminuer. Ainsi, la professionnalisation rendrait la société de moins en moins dépendante du territoire. Dans cette perspective, le passage à la société moderne est un processus d’émancipation de l’individu par rapport aux solidarités particulières, aux enracinements dans un territoire, ainsi qu’aux contraintes de la nature. Les « causes sociales » se substituent désormais aux « causes organiques » : le « progrès » aurait donc pour effet de détacher de plus en plus, sans les en séparer toutefois, les individus de leur territoire (local). Mais Émile Durkheim (et, plus encore, Talcott Parsons) n’échappe pas à une forme d’évolutionnisme 8 lorsqu’il évoque le remplacement progressif de la solidarité mécanique (traditionnelle et territoriale) par la solidarité organique (professionnelle) et le déploiement de la société moderne, dont il voit s’étendre les effets. Cela nous a conduit à envisager, bien plus, le rapport entre les deux formes de « construction identitaire » en termes de dialectique ou de tension, et envisager le retour possible des solidarités et des identités territoriales. On peut prévoir, par hypothèse, que l’identité territoriale se développe, à nouveau, avec la profession, le marché et le travail.

24C’est cette conception de la modernité que nous tenterons d’analyser, sachant que tout ce qui pouvait aller de soi pour Durkheim, mais aussi pour Parsons, est devenu pour nous incertain et problématique. Il faudra donc renoncer à chercher, dans ce mémoire, des réponses à propos de la « fin des territoires ». Ce travail est, en effet, construit par une hypothèse centrale : la montée en puissance des flux transnationaux, l’essor des réseaux professionnels tout comme la mise en échec de la relation citoyenne un peu partout, affaiblissent inévitablement — y compris en Europe — le territoire de l’État-nation qui peut de moins en moins prétendre bénéficier de l’allégeance prioritaire des individus. Bertrand Badie souligne, à cet égard, qu’ « il se forme des tendances où le multiple (concernant les allégeances) semble triompher de l’un ». On devine de nouvelles divisions du travail, des façons inédites de penser la multiplicité des fonctions à travers la pluralité des espaces et des allégeances.

25Succédant à l’engouement des années 1970 pour le « local », la notion de « territoire » s’est ainsi, progressivement, installée dans le vocabulaire scientifique et technique des années 1990, à tel point qu’on le retrouve aujourd’hui en bonne place dans la plupart des lexiques de management public sur la modernité. À l’instar de mots magiques comme gouvernance, développement durable ou citoyen, l’envoûtement provient d’abord d’une confluence de significations : le territoire est mobilisé dans les débats sur l’action collective pour évoquer tout à la fois des questions de frontières, de pouvoirs, de valeurs, et d’usages. Les ouvrages récents illustrent d’ailleurs cette ambivalence sémantique : les analyses adoptent des angles de lecture qui vont de la démocratie de proximité aux déplacements automobiles, en passant par les réseaux familiaux, amicaux ou professionnels, la fiscalisation des prestations sociales et l’évolution du droit. Chaque auteur dévoile une des facettes du problème et les diagnostics qualifient des faits et des évolutions singulièrement hétéroclites. Pourtant, ces analyses ont peut-être en commun un même projet : celui de chercher à énoncer le « retour au territoire », une série de problématiques liées aux rouages contemporains de l’action publique. C’est dans cette optique de « reterritorialisation » que nous abordons la présente réflexion, en testant l’idée que la combinaison de nos différents travaux permet précisément de poser une question territoriale relativement inédite. Cela paraît, de ce point de vue, assez loin de la « fin des territoires » évoquée par Bertrand Badie ; en effet, selon le politiste, la banalisation des relations internationales malmènerait les territoires, maltraiterait leur souveraineté et dévaloriserait leur rôle politique, économique et social. À en croire l’auteur, « le territoire tend à devenir proprement aporétique ». Sans aller jusqu’à cet extrême, notre thèse révèle, aussi, que l’essor des réseaux affaiblit inévitablement le territoire de l’État-nation : ce ne serait pas la première fois que l’État s’appuie sur son échelon local — les collectivités locales — pour moderniser l’ensemble du territoire ! Ce fut déjà le cas pour l’électrification des campagnes, l’adduction d’eau, etc.

26Mais là encore, si le politique est ce qui est rapport direct avec l’État, il ne s’y réduit pas. La sociologie politique demande toujours à s’inscrire dans une perspective globale, et notre intention est bien de faire une sociologie du politique, c’est-à-dire des systèmes de représentation qui commandent la façon dont les groupes sociaux conduisent leurs actions et envisagent leur avenir. Pour étayer ce propos, nous avons cherché tout d’abord à préciser dans quelle mesure les élus locaux et les dirigeants agricoles inscrivaient leurs réflexions et leurs décisions dans différents champs de représentation du territoire. En effet, entre la « multitude », comme dit René Rémond, et l’État, c’est toujours l’ « intermédiaire », représentatif ou représenté, qui est la source privilégiée de notre approche sociologique du champ politique : le médiateur n’est-il pas son unique interlocuteur ? Parallèlement, dans une même approche épistémologique, nous voudrions souligner un paradoxe : l’individu, dans le monde démocratique, se sent libre, unique et responsable, et pourtant il doit se soumettre à la loi collective. L’affirmation de l’autonomie individuelle est allée de pair, comme l’a souligné Marcel Gauchet, avec un « accroissement de l’hétéronomie collective ». Les privilégiés de la représentation, privée et publique — les dirigeants agricoles par exemple ou les multiples porte-parole syndicaux et politiques — n’ont cessé de se reproduire, jusqu’à devenir aujourd’hui des professionnels du pouvoir. Mais s’agit-il d’une catégorie sociale spécifique ou d’un genre (démocratique) particulier ?

27Nous avons tenté de montrer que le « local », fait de mémoire collective et de rapports sociaux approfondis par l’usage,  n’a jamais cessé de se manifester, de réaliser une mise en perspective qui vise à explorer les « tensions territoriales » 9 : « rural-urbain », « mono-territorialité » et « pluri-territorialité », « Europe des nations » et « Fédération européenne ». Il nous est apparu que nous sommes entrés dans une nouvelle étape de la complexité territoriale, hypothèse qui permet de comprendre la manière dont de nouvelles territorialités se dessinent. On constate en effet que les modes traditionnels de représentation, dans tous les sens du terme, y compris politique, ont du mal à appréhender les « territoires vécus » dans leur dynamisme ; prolongeant nos recherches antérieures, nous avons décrit l’État-nation comme pris en tenailles entre les micro-territoires et l’Europe. Pour présenter la logique nationale, nous avons commencé par décrire — dans un long chapitre — la manière dont les différents niveaux territoriaux s’articulaient entre eux, s’entremêlant parfois. Nous avons illustré ces aspects en nous intéressant, en particulier, au milieu rural et au secteur agricole. Il s’agissait de rendre compte des projets (réformes, aménagement du territoire), et des changements institutionnels et sociaux qui s’accomplissent sous nos yeux. Pour ce faire, nous avons testé, en outre, la capacité explicative des concepts d’ « idéologie nationale » et d’ « utopie communautaire ». Il convient ici de préciser que nous nous sommes attachés à reconstruire, dans toute sa complexité, le rôle et l’importance, à travers l’action des départements et des préfets, de l’État-nation. Nous appuyant sur une démarche analogue, nous avons analysé comment se forgeaient les « identités professionnelles ». C’est pourquoi il est question, dans le dernier chapitre de notre mémoire, de superposition d’appartenances, qui se combinent et s’opposent parfois. Plus généralement, s’il est vrai que la « multi-appartenance » est une réalité universelle, on comprend qu’aucun découpage de la société en fonction d’un critère unique (sexe, profession, âge, ethnie, etc.) n’est pleinement satisfaisant.

28Pour conclure, nous dirons que la dernière partie du travail synthétise, en fait, les résultats théoriques et empiriques de nos recherches sur cette dynamique identitaire professionnelle :

  1. Il importait, tout d’abord, de discuter l’émergence et les questions centrales de la sociologie dite des « professions ».

  2. Sur cet arrière-fond, il s’agissait d’illustrer, sur la base de nos enquêtes, le processus de professionnalisation dans le « champ agricole ».

  3. Enfin, sur un plan plus théorique, nous avons consacré un chapitre à la recherche de corrélations, entre identité professionnelle et identité territoriale. La question de la légitimité des institutions nationales ébranlée, dans la société française actuelle, par les territoires infra et supranationaux, a été réinterprétée. Autrement dit, comprendre à quel point la dimension professionnelle, qui est devenue un « objet » d’étude sociologique, a toujours intégré, en fait, dans la construction de l’identité individuelle et sociale, la dimension territoriale de l’identité, objet central de nos réflexions.

29L’État-nation reste un organe de contrôle en tant que siège de la souveraineté, mais il doit, très souvent, négocier avec des pouvoirs transnationaux et/ou locaux ; nous vivons, semble-t-il, dans un monde de territoires polymorphes où les niveaux peuvent s’imbriquer, et où les identités des individus et des groupes fluctuent de plus en plus, au point que pour certains il y a perte de repères. Serait-il question de « formes d’intégration post-nationales », comme le remarquait Norbert Elias ?

30Territoire et profession : vaste sujet ! Question fondamentale aussi car, derrière elle, il y a tout le problème de la construction sociale des identités individuelles et collectives… Comment, aussi, dire des choses nouvelles et utiles sur une telle question qui a fait couler tant d’encre ? Nous avons bien sûr voulu éviter de faire une dissertation académique. Pour nous tirer de cet embarras, nous avons choisi de nous appuyer sur nos enquêtes de terrain et sur nos modestes expériences de direction de recherches, mais aussi sur la richesse de la sociologie rurale française, afin de rendre intelligible la complexité des formes de constructions identitaires et de proposer des amers, repères qui aident le navigateur comme le producteur agricole (le citoyen) à mieux comprendre ce qu’ils font et ce qu’ils voudraient faire : « La méditation sur l’objet par le sujet prend toujours la forme du projet », écrivait justement Gaston Bachelard 10.

31Il est habituel, après avoir alimenté un débat ouvert sur les enjeux qui viennent d’être évoqués, d’aborder pour conclure les limites et les perspectives d’une telle recherche :

32A- Limites : Les réserves que l’on peut faire à ce travail tiennent d’abord au volume même de la thèse. Mais il a été difficile de faire plus court : il s’agissait, à la fois, de rendre compte des débats théoriques, d’analyser la littérature de sociologues, mais aussi d’économistes, de juristes, de politistes et de philosophes, et de retrouver, sur le terrain, les paysages et les gens que nous avons longuement fréquentés, afin de les comprendre et de rendre compte, de manière évocatrice, du réel.

33B - Perspectives : Quant aux prolongements, nous dirons simplement que ce travail n’est pas le premier à analyser les relations entre régions et Union européenne ; mais il faut souhaiter que d’autres, à notre suite, continuent dans ce sens pour permettre, en particulier, des comparaisons européennes. En définitive, notre mémoire nous semble assez riche pour imaginer d’autres développements ; nous espérons seulement que ce travail permettra à d’autres de continuer à forger des outils d’analyse, d’interprétation et d’intelligibilité de la ruralité contemporaine. Dans une Europe de plus en plus instable, en quête de régulations, il nous a semblé utile d’analyser cette pluralité des niveaux d’action et des dimensions temporelles, qui permet d’interpréter la complexité de la question des identités, dépassant, par exemple, l’antagonisme entre les « pro » et les « anti-Europe ». On peut admettre, encore une fois, que le débat met en jeu trois niveaux de changement, de régulation : l’infra-national, le national et le supra-national (espaces européen et mondial). Bien des propositions combinent ces niveaux territoriaux, auxquels il faut ajouter la dimension professionnelle : l’identité est non seulement, on l’a constaté, confrontée aux héritages du passé, mais parfois même les ravive. Plus largement, cette mise en débats des enjeux identitaires nous semble s’inscrire dans la revendication d’invention d’une « autre société », moins inégalitaire, moins brutale, plus stable aussi, où la reconnaissance de « l’autre comme Sujet », comme dit Alain Touraine, fonderait un dialogue entre les cultures, même si la clôture de chacune reste forte. Pour atteindre cette ambition, les États-nations et les peuples européens devront prendre au sérieux le « pari sur l’universel ».

Haut de page

Notes

1 Ali AÏT ABDELMALEK, Entre l’Europe communautaire et l’exploitation familiale, le rôle des médiations institutionnelles et organisationnelles. L’exemple du Pays de Redon, Paris, thèse de Doctorat (nouveau régime) de l’École des hautes études en sciences sociales, sous la direction de Dominique SCHNAPPER, directeur d’Etudes à l’EHESS, 1993, 622 p., publié sous forme abrégée : Ali AÏT ABDELMALEK, Entre l’Europe communautaire et l’exploitation familiale, le rôle des médiations institutionnelles et organisationnelles. L’exemple du Pays de Redon, collection Alternatives rurales, Paris, Éditions L’Harmattan, 1996, 316 p.
2 Placide RAMBAUD, Société rurale et urbanisation, Paris, Éditions du Seuil, 1969, 2e édition revue et augmentée, 1973, 343 p.
3 Marcel JOLLIVET et Henri MENDRAS [dir.], Les collectivités rurales françaises, Paris, Librairie Armand Colin/CNRS, 1971-1974, 2 volumes ; Marcel JOLLIVET et Henri MENDRAS [dir.], Étude comparative du changement social, Paris, Librairie Armand Colin, 1971, 222 p. ; Marcel JOLLIVET[dir.], Sociétés paysannes ou lutte de classes au village, Paris, Librairie Armand Colin, 1974, 266 p.
4 Pour plus de détails sur la méthode préconisée, voir : Dominique SCHNAPPER, La Communauté des citoyens. Sur l’idée moderne de nation, Paris, Éditions Gallimard, 1994, 232 p.
6 Voir l’excellent article de notre collègue Jean-Paul Billaud, directeur du Ladyss, consacré aux paradigmes de la sociologie rurale (qui a pour objectif l’analyse des faits sociaux à la campagne) : Jean-Paul BILLAUD, mot « Sociologie rurale », dans André AKOUN et Pierre ANSART[dir.], Dictionnaire de sociologie, Paris, Le Robert/Éditions du Seuil, 1999, pp. 462-465. L’auteur montre ainsi que les « glissements sémantiques recouvrent des enjeux scientifiques, en particulier sur le caractère spécifique des formes de la vie sociale à la campagne » (p. 463).
7 On se trouve aussi introduit au sein de la réflexion engagée par Edgar Morin à propos de la complexité ; on se contentera de signaler cette question dont l’approfondissement outrepasserait notre propos : Edgar MORIN, La complexité humaine, Paris, Flammarion, 1994, 380 p.
8 Claude DUBAR, La socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles, Paris, Librairie Armand Colin, 1998, 276 p.
9 Notons, au passage, que ces tensions restent largement ouvertes sur l’imprévu.
10 Gaston BACHELARD, Le nouvel esprit scientifique, Paris, Presses universitaires de France, 1934, p. 15.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ali Aït Abdelmalek, « Les formes de constructions identitaires modernes : entre territoire et profession. Étude sur le rôle des médiations institutionnelles et organisationnelles, volume 1 : Bilan des travaux ; volume 2 : Mémoire ; volume 3 : Recueil des articles et publications. », Ruralia [En ligne], 15 | 2004, mis en ligne le 30 septembre 2005, consulté le 24 mai 2017. URL : http://ruralia.revues.org/1042

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page