Navigation – Plan du site
Articles

René Dumont agronome

Wilfrid Séjeau

Résumés

René Dumont a marqué l’histoire de la science agronomique : agronome tropical, chantre de la modernisation de l’agriculture française et enfin « agronome de la faim » au chevet des pays dits du « Sud », il a contribué à l’élaboration de nouvelles méthodes de travail agronomique et à la définition d’une nouvelle façon d’aborder les problématiques rurales. Véritable fondateur de l’agriculture comparée, il perçoit dès ses premiers travaux, dans les années 1930, l’intégration croissante des agricultures du monde. Il saisit également très tôt l’importance des facteurs économiques, sociaux, culturels sur la productivité agricole. Ces découvertes le poussent à étendre considérablement le champ traditionnel d’intervention de l’agronome : René Dumont s’intéresse de façon large au développement rural, c’est-à-dire à la satisfaction des besoins fondamentaux des populations. Aussi est-on amené à se poser la question : René Dumont était-il productiviste ou s’appliquait-il plutôt à répondre à des problématiques sociales (bornées dans le temps) aussi prégnantes que la faim et le rationnement ? L’agronome s’est efforcé d’enrichir sa démarche des apports de différentes disciplines : l’économie, la géographie, la sociologie... Il ne suffit pas de produire : l’enjeu est bien d’assurer une répartition moins injuste de la production agricole et de lutter contre la faim. L’autre aspect original du travail de René Dumont réside dans son attention portée aux savoir-faire paysans ; aussi est-il, au début de sa carrière, un agronome « colonial » assez... anticolonialiste, soucieux de réhabiliter les traditions culturales des riziculteurs tonkinois. Il est difficile pour autant de déceler dans ses écrits une véritable « théorie agronomique », René Dumont se définissant lui-même avant tout comme « un vieil empiriste, un artisan anarchisant sans règles de travail établies a priori... »

Haut de page

Entrées d’index

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1René Dumont est décédé le 18 juin 2001, à l’âge de 97 ans. Il fut un auteur prolifique : à l’heure actuelle, un recensement rapide permet de lui attribuer près de cinquante ouvrages et plus d’un millier d’articles, contributions, exposés ou rapports de mission. Sa carrière agronomique fut riche d’expériences multiples, d’engagements fidèles mais aussi de ruptures. D’abord agronome colonial, en 1929 dans les rizières du Tonkin, il manifeste durant le reste de sa vie un fervent anticolonialisme. De retour d’Asie du Sud-Est, il devient, au sein du Plan Monnet notamment, un des chantres de la modernisation de l’agriculture française : plaidant pour le remembrement, la généralisation des tracteurs dans les campagnes, le labourage des prairies naturelles. Ces objectifs atteints, il s’intéresse ensuite, plus spécifiquement et jusqu’à la fin de sa vie, aux agricultures du Sud et des pays « socialistes ». Cela ne l’empêche pas de faire part ponctuellement de ses analyses sur la situation agricole française. Ainsi écrit-il en 1977, avec l’agronome François de Ravignan 1, Nouveaux voyages dans les campagnes françaises 2, occasion de faire une rapide autocritique de certaines de ses conceptions de l’immédiat après-guerre.

2Aborder le parcours et les idées de René Dumont n’est pas chose aisée lorsque l’on n’est pas soi-même agronome. S’il s’est intéressé de près, souvent en autodidacte, à d’autres disciplines scientifiques et s’il a fait quelques apparitions remarquées dans le monde politique, le professeur Dumont est avant tout un agronome, et même un agronome tropical. C’est à partir de cette spécialité qu’il élargit son champ de questionnement et d’investigation. René Dumont part du terrain, appuyant ses analyses sur des perceptions qui sont d’abord agronomiques. Pour les comprendre, et parvenir à une compréhension historienne de l’homme et de son influence dans le champ des questions rurales, il semble indispensable de commencer par s’intéresser — avec prudence lorsqu’on n’est pas spécialiste de la discipline — sur ses méthodes de travail proprement agronomique, et leur évolution dans le temps long de sa carrière.

3Pour commencer, il convient, sans se lancer dans un exercice biographique, de repérer sur ses origines sociales et les conditions de sa « vocation » — la formation de René Dumont agronome. Il s’agit également de planter quelques repères dans une carrière professionnelle particulièrement riche. Par la suite, une attention toute particulière doit être portée à la discipline que l’agronome a, sinon fondée, au moins pourvue de  quelques racines théoriques  et d’une dimension ambitieuse : l’agriculture comparée dans le monde. La théorie conduit à la pratique, et à partir des rapports de mission examinés, il s’agit de relever les éléments de travail concrets qui relèvent de cette discipline nouvelle. Comment René Dumont travaille-t-il sur le « terrain » ? De la même manière, nous nous intéresserons à la façon dont il part en mission, pour le compte de qui ou de quel organisme, pour quelle durée, avec quel rendu, etc. Une typologie de ses missions peut éventuellement se dégager de cet exercice, même si au premier abord ces dernières semblent se caractériser par l’extrême diversité de leurs commanditaires, circonstances, conditions et durée. Fidèle à la démarche de l’agronome, nous partirons donc de son travail d’enquête.

La naissance d’une vocation

4Comme beaucoup de Français nés au début du 20e siècle, René Dumont peut se prévaloir d’origines familiales rurales : ses oncles sont paysans et lui-même voit le jour à Cambrai, dans un environnement essentiellement agricole. Ses parents ne vivent pas du travail de la terre, mais son père, Rémy Dumont, né en 1864, est descendant d’une famille de paysans ardennais. Ce dernier, après avoir débuté une carrière d’instituteur rural, part étudier à l’École nationale d’agriculture à Grandjouan près de Rennes. Titulaire d’un diplôme d’ingénieur agricole, il est nommé professeur spécial d’agriculture dans l’arrondissement de Cambrai où il enseigne de 1899 à 1925 : il est alors un vulgarisateur agricole, auteur de quatorze ouvrages sur des sujets agronomiques très divers, parus chez l’éditeur Larousse. Il coordonne, en 1921, la première édition du Larousse agricole 3. Ses deux frères sont cultivateurs près de Sedan. Franc-maçon, Rémy Dumont est également militant du parti radical, et devient un temps conseiller municipal de Sedan. L’enseignant semble vouer son fils à une carrière agronomique, espérant que le « petit René » reprendra son activité de publication et de vulgarisation agricoles. La mère de René, née Françoise Busque, est, elle, directrice de collège. Elle divorce d’avec le père de René alors que ce dernier n’est encore qu’adolescent et semble vouer un véritable culte à sa mère, femme indépendante et ouverte d’esprit. Le couple a trois enfants, René est le cadet 4.

5René Dumont est donc élevé dans une famille de républicains laïques militants, dont l’ascension sociale correspond parfaitement à l’idéal de la méritocratie. Cet univers familial explique sans doute certains traits caractéristiques qui suivront le personnage tout au long de sa vie : un grand sens moral et une austérité de vie, le goût de la liberté et de l’indépendance, le respect et l’importance accordés à la « valeur travail ». Le « style » René Dumont est empreint d’une grande dimension éthique : l’homme qui, selon les témoignages recueillis, ne supporte ni la corruption ni la paresse, apparaît effectivement comme un travailleur acharné et un moralisateur. Par ailleurs, le futur agronome a toujours été en contact avec l’agriculture : dès son plus jeune âge, il participe aux travaux agricoles lorsque, chaque été, il part « en vacances » à la ferme de son grand-père et de ses deux oncles à Rubécourt près de Sedan.

6Alors qu’éclate la Première Guerre mondiale, la famille Dumont, qui habite encore le Nord, se trouve géographiquement très proche du front : le collège de sa mère servant d’hôpital militaire, l’enfant découvre la brutalité de la guerre. L’exode conduit alors la famille dans la Nièvre, où René Dumont poursuit son apprentissage des réalités agricoles. Son bagage en la matière est alors déjà important, et le jeune homme adhère aux ambitions de son père. Inscrit au lycée de Montargis, il effectue une classe préparatoire mathématiques élémentaires d’un an au lycée Henri IV, à Paris, pour préparer le concours d’entrée de l’Institut national agronomique. Il intègre brillamment cet établissement en 1922. Déjà, le jeune homme semble se passionner pour l’agronomie tropicale. Selon Jean-Paul Besset, l’étudiant caresse alors l’espoir de découvrir la Chine en devenant agronome colonial non loin de là, dans le Tonkin. Après être sorti diplômé de l’INA, il doit effectuer son service militaire, une expérience particulièrement traumatisante pour ce pacifiste déjà convaincu. Eprouvé par l’expérience militaire — son comportement rebelle lui a valu de passer des moments difficiles —, l’agronome échoue à l’établissement de Charenton pour se soigner d’une dépression. C’est, selon lui, le jardinier des lieux, en pratiquant une sorte d’ergothérapie, qui commence à le sortir de son marasme. En 1926, afin de se rétablir complètement, il effectue une année de « convalescence active » 5 comme ouvrier agricole dans la ferme de son frère, puis dans celle d’un de ses oncles. Enfin remis, il entre en 1927 à l’Institut national d’agronomie coloniale (INAC). La formation de l’établissement de Nogent-sur-Marne dure alors un an : il en ressort en 1928 ingénieur d’agronomie coloniale. Il embarque le 19 janvier 1929 pour le Tonkin.

L’expérience tonkinoise

7En février 1929, René Dumont est affecté par l’inspecteur général Yves Henry aux Services agricoles du Tonkin sous le titre « d’ingénieur adjoint de troisième classe des Services techniques et scientifiques de l’agriculture en Indochine ». Il a la responsabilité des petites stations agricoles dépendant des chefs-lieux de province dans le delta du Fleuve rouge. Sa mission est alors de montrer l’influence bénéfique des engrais en rizières, et notamment de l’acide phosphorique, développé localement par une compagnie française : la Société des phosphates du Tonkin.

8Quel est alors le contexte de la recherche agronomique coloniale 6 ? Les premiers essais d’organisation des recherches agronomiques en Indochine avaient été entrepris dès 1886, mais ce coup d’essai n’avait guère eu de suite. Ce n’est qu’à la toute fin du 19e siècle que Paul Doumer 7 met en place un réseau d’institutions à vocation locale. Mais, selon Igor Besson, « en ce qui concernait les travaux de recherche agricole, force nous est de constater que, depuis leur initiation jusqu’au début des années 1920, ils avaient été principalement consacrés aux cultures dites de colonisation de bon rapport pour le planteur et le commerce. Citons parmi les principales préoccupations coloniales, le caféier, le théier, les arbres oléifères, les arbres à essence, à résines ou à latex… » 8. Ces cultures sont pratiquées par des colons qui s’inspirent des méthodes de leur pays d’origine, et sont vouées à l’exportation. Les cultures dites indigènes sont, quant à elles, essentiellement consacrées à des denrées vivrières : le riz, le maïs, le manioc, la patate douce… Dès son arrivée en 1923, l’inspecteur général Yves Henry a le souci de rééquilibrer les structures de recherche en vue de développer les « cultures paysannes »9. Jusqu’alors, le programme rizicole régional semble cependant assez insignifiant. Toutefois, lorsque René Dumont arrive en Indochine, la culture du riz dans la colonie présente tout de même quelque intérêt économique. Les riz livrés sur le marché métropolitain sont surtout réservés à l’alimentation du bétail, et sont en compétition avec les céréales dites secondaires : l’orge, le maïs, l’avoine, le seigle. Mais les provenances indochinoises de riz représentent presque la totalité des importations françaises. Ce débouché revêt donc une certaine importance économique.

9À l’origine, la mission de Dumont, jeune agronome, consiste à évaluer la pertinence de l’utilisation des engrais prescrits ; mais, élargissant son sujet, il s’intéresse réellement aux conditions de la culture du riz et aux techniques des paysans locaux. Ainsi, dans la note d’avertissement d’un texte de 1935 il écrit : « Au début de nos recherches, nous avons vivement souffert de l’absence de données précises sur les techniques culturales annamites : comme il faut bien connaître avant de chercher à améliorer, nous avons, parallèlement à l’expérimentation dont nous étions chargés, étudié chacune des phases de la culture du riz telle qu’elle est actuellement pratiquée dans le delta du Tonkin. Dans l’ensemble les méthodes sont bien adaptées au pays ; certains agriculteurs ont, pour la préparation du sol et le semis en pépinière, par exemple, des techniques parfaitement mises au point » 10. René Dumont œuvre à l’amélioration des rendements dans une zone rizicole du Tonkin dont la production est majoritairement vouée à la consommation locale des familles indigènes. Il travaille « avec » et « pour » les cultivateurs tonkinois. Pour la préface à l’édition de 1995, il n’hésite pas à écrire : « J’ai donc décidé de consacrer l’essentiel de mes trois années de séjour, de 1929 à 1932, à étudier les "techniques traditionnelles" de la riziculture, avec l’aide précieuse des agents techniques du pays, eux aussi passionnés par une telle recherche, et devant qui j’évoquais parfois leur future indépendance » 11. Au début des années 1930, l’agronome parle-t-il déjà d’indépendance aux techniciens agricoles ? Est-il à ce point visionnaire ? Cela est difficile à vérifier aujourd’hui. En revanche, il est certain qu’il constate les premiers troubles dans le pays ; plus, il s’interroge assez précocement sur les bienfaits de la présence française dans la région et s’indigne de l’omniprésence des régies de l’alcool et de l’opium, dont les ventes sont largement taxées au profit de l’État. Certes, l’objet de ce développement n’est pas de faire le procès du colonialisme mais bien de comprendre l’originalité de l’approche de l’agronome vis-à-vis des techniques agricoles locales dans le contexte idéologique de l’époque. Igor Besson décrit ainsi l’opposition qui se manifeste alors contre cette approche : elle rassemble « les vénérables "Agris" représentants de Grignon, proches héritiers de "l’agronome universel, celui des Maisons rustiques du 18e siècle", [qui] inclinaient à faire le procès des "méthodes de culture barbares" des "tribus clairsemées" […] qui peuplaient la haute région du Tonkin » 12. Et l’auteur en poste aux Philippines de conclure : « On imagine donc sans peine l’affrontement inévitable entre le jeune chercheur et les garants déjà âgés de l’Ordre éternel des rizières, le choc frontal entre l’observateur critique arrivé depuis peu de France et les coloniaux fiers et sûrs de leur œuvre » 13. Marcel Mazoyer fait également le constat d’une approche en rupture avec les pratiques de l’époque : « En un temps où "l’agriculture traditionnelle" des colonies et des provinces était souvent méprisée, R. Dumont se distingue d’abord par son recours systématique à l’enquête auprès des producteurs et à l’observation minutieuse des terrains, moyens de production et pratiques agricoles » 14.

10De fait, René Dumont estime avoir beaucoup à apprendre avant de pouvoir prodiguer des conseils. Son premier ouvrage, La culture du riz dans le delta du Tonkin, livre une description très minutieuse des pratiques culturales, des outils, des connaissances des paysans tonkinois. Il est patent qu’il s’est longuement intéressé aux pratiques culturales de la région. Après un an dans le Tonkin, il est nommé responsable de la nouvelle Section du Nord indochinois de l’office du riz. Sa zone d’étude est immense, couvrant l’ensemble du delta du Fleuve rouge et du Nord Annam, soit un million d’hectares. Dès 1930, il commence à publier ses premières analyses dans le Bulletin économique de l’Indochine : « Essais d’engrais », « Observations rizicoles » sont les sujets principaux de ces articles 15.

11Cette première réelle mission agronomique 16 révèle encore une attention déjà marquée à des problématiques qui dépassent le strict cadre de la discipline. Ainsi, le chapitre III de son premier ouvrage est-il consacré à « l’étude du milieu économique », attestant un réel intérêt porté, notamment, aux questions démographiques, aux modes d’exploitation et aux conditions d’existence des différentes classes d’agriculteurs, aux problèmes du crédit, etc. Plus loin, l’agronome manifeste son attachement pour « la conservation et le développement des industries artisanales » : il constate la complémentarité de cet artisanat avec le calendrier de la culture du riz, qui mobilise une main-d’œuvre importante. Il entre aussi dans une logique de préconisation : « l’exportation des objets fabriqués pourrait en se développant apporter au pays des ressources importantes et lui permettre de mieux s’alimenter en gardant son riz » 17. Dumont s’intéresse donc aux modes de vie, aux traditions, aux techniques agricoles des populations locales. Il tente, déjà, de penser les problèmes dans leur globalité en prenant en compte le fait que les producteurs de riz du Tonkin s’insèrent dans un système économique dépassant de loin le simple périmètre du delta du Fleuve Rouge. En résumé, on trouve dans les analyses du René Dumont du début des années 1930 un certain nombre d’éléments qui s’apparentent aux prémices d’une méthode et d’une approche originales dans le champ de l’agronomie. Pour René Dumont lui-même, cette expérience tonkinoise a une influence importante sur la constitution d’une méthode de travail, d’un savoir-faire et d’un savoir-être en matière de recherche agronomique et de développement rural. Reste que sa mission se termine avant la fin des trois années réglementaires de « coloniale ». Il donne sa démission de son poste d’agronome colonial, selon lui écœuré par les violences de l’administration française. Apparemment, il est également épuisé par le rythme de travail auquel il s’était astreint.

12De retour en France, il s’attelle à la rédaction de son premier livre. Entré en octobre 1933 à l’INA, il est titularisé l’année suivante. En juin 1934, son ouvrage est terminé. Les différents comptes rendus de lecture de l’époque se félicitent de cette première parution en langue française sur la culture du riz. Ainsi Georges Wéry, ingénieur agronome et ancien directeur de l’INA, écrit-il : « Il comble une lacune de notre littérature agricole et coloniale. [...] Aucun traité de ce genre n’avait encore été publié en France » 18. Auguste Chevalier, alors directeur du Laboratoire d’agronomie coloniale à l’École des hautes études, remarque : « L’enquête de l’auteur a porté autant sur le milieu géographique et humain que sur les questions agricoles proprement dites. C’est ce qui fait la grande originalité de l’ouvrage » 19. Dans l’introduction de la réédition de l’œuvre de rené Dumont en 1995, l’agronome Igor Besson accrédite lui aussi cette thèse de la « pluridisciplinarité » de son travail : « C’est une approche "ethno-agronomique" avant la lettre des écosystèmes cultivés. Par ce néologisme forgé par nos collègues ethnologues Pierre Le Roux et Jacques Ivanoff, nous voulons signifier une agronomie exigeante, attentive aux sciences de l’homme, utilisant les outils de l’agroéconomie et de l’ethnologie, au carrefour de l’histoire, de l’économie, de la sociologie, des sciences politiques, et bien sûr étroitement en contact avec la connaissance des techniques » 20. Il convient peut être de nuancer quelque peu ces propos d’Igor Besson, écrits avec en tête la connaissance de la totalité de l’œuvre de René Dumont. Si l’idée d’un travail ethno-agronomique apparaît plutôt pertinente — l’agronome se penche en effet longuement sur les modes de vie, les croyances, les objets et les outils des Tonkinois —, il semble difficile de réellement parler, en ce qui concerne ce premier ouvrage, d’une approche en termes de sciences politiques ou d’histoire. Demeure la volonté manifeste de s’ouvrir à une culture peu connue et de déborder du seul cadre de la stricte analyse agronomique.

13De l’avis de Marc Dufumier, cette première publication se caractérise également par une démarche très « pragmatique » : « [...] dans sa partie agronomique : comment permettre aux paysans du delta du Tonkin de s’en sortir, Dumont était surtout pragmatique. Il y a la description d’outils, c’est René Dumont vraiment très très proche du terrain. C’est important parce que ça va rester » 21. Une approche très pragmatique des problèmes auxquels il est confronté, une méthode de travail qui se fonde beaucoup sur l’observation et le travail de terrain, voilà déjà des éléments qui caractérisent l’agronomie que pratique René Dumont.

14Dans la conclusion de son ouvrage, l’auteur énonce quelques principes qui semblent avoir guidé son action par la suite. Il plaide ainsi pour une amélioration sans bouleversements des procédés existants de culture du riz et préconise le développement du petit outillage agricole plutôt que la mise en place de « grands projets trop coûteux, tels l’électrification » 22. Il ajoute : « Toutes ces améliorations ne sauraient être réalisées sans la collaboration de l’agriculteur annamite ; il discernera lui-même celles qu’il peut économiquement appliquer dans son exploitation. Mais il existe dans le delta assez d’agriculteurs intelligents et industrieux pour les mettre en œuvre » 23. De cette manière, il continue de battre en brèche une idéologie coloniale qui considère que les populations indigènes ne sont pas capables d’augmenter elles-mêmes leur production agricole. Enfin, la dernière phrase de l’ouvrage semble orienter déjà la carrière de l’auteur : « Il ne s’agit pas tant ici de la recherche d’un profit pour les agriculteurs que de donner à manger à des gens qui ont encore trop souvent faim » 24.

Quelques repères dans une longue carrière

15En octobre 1933, René Dumont est reçu, à titre provisoire, chef de travaux des chaires d’agriculture et d’agriculture comparée. Titularisé à ce poste en janvier 1935 ; il exerce à l’INA, puis INA-PG 25, jusqu’à sa retraite professionnelle en 1974. Entre-temps sa carrière se révèle particulièrement riche : à partir de 1936, il est maître de conférences en agriculture spéciale à vacation ; en 1951, maître de conférence d’agriculture spéciale, lors de la création de la chaire 26. Après 1953, il devient professeur titulaire de la chaire d’agriculture comparée. Ses activités de recherche et d’enseignement ne se limitent toutefois pas aux murs de l’établissement de la rue Claude Bernard. De 1941 à 1970, il enseigne à l’École supérieure d’application d’agriculture tropicale. L’agronome a également enseigné à l’Institut d’études politiques de Paris, de 1946 à 1966, sur le thème « Économie agricole en France et dans le monde ». Il donne plusieurs séries de cours d’économie et de sociologie rurales à l’École pratique des hautes études et à l’Institut des hautes études d’Amérique latine au début des années 1950. Il travaille sur les mêmes disciplines au Centre de formation des experts de la coopération technique internationale (rattaché à la Fondation nationale des sciences politiques). Il professe à l’École nationale d’administration (ENA) de 1955 à 1958, date à laquelle l’agriculture est rayée du cursus. Enfin, il enseigne à partir de 1958 à l’Institut d’étude du développement économique et social (IEDES) de l’Université Paris I ainsi que, durant les années 1960-1970, à l’Institut international d’administration (IIAP) 27. Ses interventions ne se limitent pas à la France : il est ainsi invité à s’exprimer à cinq reprises en Amérique du Nord, et notamment durant six semaines à la faculté d’agronomie de l’université Laval à Québec en 1966, un mois aux départements de géographie des universités d’Ottawa en 1969 et de Montréal en 1970. Ces différentes interventions, essentiellement au Canada, lui valent de recevoir quatre doctorats Honoris causa.

16En sus de ces activités universitaires, qui l’amènent à s’exprimer devant des publics très différents, l’agronome est à plusieurs reprises sollicité par le gouvernement français. Ce dernier fait appel à lui à plusieurs reprises pour exercer des responsabilités scientifiques et d’expertise importantes. Ainsi, en 1937, il effectue un intérim de trois mois au cabinet de Georges Monnet, ministre de l’Agriculture du gouvernement de Front populaire 28. À partir de décembre 1945, et jusqu’en 1953, il est conseiller agricole au Commissariat général au Plan de modernisation et d’équipement. Il assure la direction pratique des travaux de la section agricole du plan Monnet 29. À cette occasion il publie Le problème agricole français. Esquisse d’un plan d’orientation et d’équipement 30, fruit d’un travail qu’il mène depuis 1933 en parcourant le pays, analysant les besoins de « modernisation » des régions agricoles françaises. Cet ouvrage lui permet de formuler ses premières propositions pour accroître la productivité agricole du pays. Dans le but de s’inspirer de certaines techniques agricoles nord-américaines, il se rend d’août à octobre 1946 aux États-Unis. Concernant la situation nationale, l’agronome plaide pour la formation des agriculteurs, le remembrement et la mécanisation, et il se prononce pour une agriculture productive et ouverte aux échanges internationaux : « Notre schéma reste imprécis, mais sur la tendance générale nous n’hésitons pas : une agriculture instruite, équipée, modernisée, productive prospérera dans un cadre adapté à l’économie d’abondance. Une agriculture routinière, repliée dans une position autarcique et malthusienne, conduirait à la ruine du pays tout entier » 31. Il convient de relever que le « style René Dumont » se manifeste déjà dans ces propos : en donnant à choisir entre le sursaut et le chaos, l’agronome utilise une rhétorique que l’on retrouve dans l’ensemble de ses interpellations.

17Son passage au commissariat général au Plan constitue une étape importante dans sa carrière. D’abord parce que son action a un impact certain sur les changements de l’agriculture française, sur les discours et sur les mentalités. Ensuite parce que l’agronome apparaît durablement comme un des principaux porte-parole de ce mouvement de modernisation, dont il n’est en réalité une figure de premier plan que du milieu des années 1940 au tout début des années 1950. Quelle que soit son action dans les années suivantes René Dumont est alors, aux yeux des professionnels et des chercheurs, le « modernisateur », chantre du remembrement et de la mécanisation. C’est cette image que sa candidature à l’élection présidentielle de 1974, pour le compte des écologistes, vient télescoper. Trente ans s’écoulent entre 1944 et 1974 et Bertrand Hervieu constate, à propos des évolutions du personnage et de ses interpellations de l’après-guerre : « Si cette rupture marquée suscite aujourd’hui l’admiration, ce n’est pas seulement parce qu’elle illustre l’intelligence de cette époque qu’eut René Dumont, ce n’est pas non plus uniquement en raison du courage intellectuel qu’elle représente — René Dumont fut en effet honni par tous les caciques du moment pour avoir écrit et dit ces pages. C’est surtout pour l’immense fécondité des intuitions et des démonstrations qu’elle contenait et que l’auteur lui-même demandera, sans être entendu, qu’on les abandonnât lorsqu’elles furent accomplies. Mais c’est aussi le destin possible d’une pensée que d’être condamnée alors qu’elle est nécessaire, et d’être applaudie alors qu’elle est dépassée » 32. En 1953, la production agricole est en augmentation, le cours de la viande baisse, c’est désormais dans le « Tiers monde » 33 que l’agronome souhaite travailler pour lutter contre une sous-alimentation dont le spectre, s’il s’est éloigné de la France, s’incarne tragiquement dans nombre de pays du « Sud ».

18Sporadiquement, il continue à être sollicité par les autorités françaises ; ainsi, de début 1959 à fin 1962, il est membre du Comité consultatif de la recherche scientifique et technique, dit « Comité des douze ». René Dumont, pragmatique avant tout, refuse rarement de prêter ses services lorsqu’on le sollicite, ceci quand bien même le gouvernement en question ne partage pas ses options politiques. Cette démarche, qu’il allie avec une liberté de ton, de propos et d’engagement, génère nécessairement des contradictions et des conflits. Ainsi, il doit démissionner du « Comité des douze » pour avoir signé le « Manifeste des 121 » contre la guerre d’Algérie.

19Sensiblement à la même période, de 1959 à octobre 1961, il occupe des fonctions au sein du Comité directeur du Fonds d’aide et de coopération (FAC) du ministère de la Coopération. À ce titre, il effectue des missions au Rwanda, au Mali, au Tchad, au Congo, au Bénin, à Madagascar et au Cameroun. La liberté des analyses de l’agronome n’est pas du goût des autorités françaises : le premier ministre de l’époque, Michel Debré, demande des sanctions contre le professeur de l’INA, que son ministre de tutelle, Edgard Pisani, n’applique d’ailleurs pas 34. Cependant, l’agronome démissionne du FAC peu après. Les relations entre la France et l’Afrique sont un sujet certainement trop sensible à l’époque du pouvoir gaullien pour qu’un homme comme René Dumont puisse s’exprimer impunément. Après l’épisode du FAC, il est essentiellement sollicité par des gouvernements étrangers, des ONG et des organismes internationaux.

20René Dumont prend officiellement sa retraite en 1974. En réalité, s’il cesse d’enseigner à l’INA-PG, il continue à mener de multiples missions à travers le monde, à animer des conférences et à beaucoup publier. Son activité décroît de façon logique progressivement dans les années 1980, mais ce n’est vraiment que dans le milieu des années 1990 que l’agronome commence à se faire discret.

21Au terme de ce rapide tour d’horizon de la carrière de René Dumont, il est peut-être utile d’entrer quelque peu dans le détail de la discipline qu’il enseigne de 1933 à 1974 à l’INA, puis INA-PG : l’agriculture comparée 35. Car en s’y intéressant, il ne s’agit pas tant de faire l’histoire d’une discipline que de comprendre les fondements méthodiques et théoriques de « l’agronomie de René Dumont ».

Une démarche pluridisciplinaire

22René Dumont a marqué la chaire d’agriculture comparée en enseignant cette discipline durant plus de quarante ans. La discipline existe toutefois depuis 1878 à l’INA 36. Son premier responsable est Eugène Risler, ancien directeur de l’Institut. Selon Marcel Mazoyer, « il y donna un enseignement sur les faits agricoles en France et dans le monde, privilégiant la géologie comme fonction déterminant des paysages et des pratiques agraires » 37. Ses successeurs, Henri Hitier et Charles Vezin, privilégient pour leur part le rôle des conditions climatiques et socio-historiques 38. René Dumont hérite de la chaire en 1933, alors que l’agronomie est considérée comme une discipline secondaire. Marcel Mazoyer s’interroge sur le contexte dans lequel René Dumont prend cette fonction : « Quel rôle pouvait bien revenir à l’agronome dans un tel monde ? Il fallait en même temps combattre les tendances malthusiennes ennemies du producteur, du consommateur et du technicien, prendre conscience de la dimension économique, sociale et politique des problèmes, à un moment où les faits cadraient de moins en moins avec les théories idéales » 39. De ce point de vue, on peut constater que, dès ses travaux au Tonkin, l’agronome manifeste son intention de prendre en considération des données qui dépassent le strict cadre agronomique. Il raisonne également en tentant d’évaluer l’impact du marché et des relations internationales sur les problèmes auxquels il s’intéresse.

23L’évolution de la discipline par rapport à la façon dont elle était pratiquée par ses prédécesseurs tient donc à un élargissement des paramètres dont doit tenir compte l’agronome ou, plus exactement, celui qui s’intéresse au développement rural. C’est notamment l’analyse de Marc Dufumier : « Avant René Dumont on avait privilégié la géographie agricole en fonction du substrat géologique, pédologique, climatique ; et René Dumont est celui qui a introduit l’économie, la politique économique qui conditionnent considérablement le devenir de l’agriculture. L’agronome ne peut pas seulement être agronome, il doit être impérativement économiste » 40. La discipline évolue également en raison de la mise en concurrence croissante des agricultures dans le monde. Une intégration à un système mondial favorisée par le développement des modes de transports, l’accélération de la circulation de l’information et, de plus en plus, par un abaissement des mesures protectionnistes des États 41. Cette concurrence internationale produit un mouvement de spécialisation « dans les spéculations convenant le mieux aux conditions naturelles » afin « de se conformer enfin aux vocations du milieu » 42. Il devient nécessaire d’évaluer les impacts de cette concurrence croissante, de comprendre ses mécanismes et les moyens dont on dispose pour les infléchir.

24En 1952, pour la nouvelle édition du Larousse agricole, René Dumont s’essaye à définir et à théoriser sa discipline : « L’agriculture comparée se propose d’étudier les traits essentiels de l’agriculture de différentes unités géographiques […] en vue de rechercher les possibilités d’amélioration » 43. Cette volonté d’amélioration nécessite « un art qui exigera beaucoup de bon sens pour la mise en œuvre simultanée de données scientifiques extraordinairement multiples, sur lesquelles doit s’appuyer toute étude d’agriculture régionale. […] Les bases scientifiques de l’agriculture comparée sont donc l’ensemble des notions utiles à une meilleure connaissance du milieu » 44. Lorsque l’agronome rédige ces lignes, il œuvre encore au sein du commissariat général au Plan où il se rend compte que les objectifs de répartition de la production par région se heurtent à une insuffisance de données nécessaires à la fixation de ces objectifs. Il y a donc urgence à mener des études locales et régionales approfondies qui dépasseraient la seule question de la qualité des sols : la « problématique agricole » ne saurait se limiter à de simples questions quantitatives de production.

25L’approche développée par l’agronome intègre donc assez tôt les problématiques sociales, politiques et écologiques. En fait, il s’agit déjà de réfléchir au développement rural, de poser la question des implications du développement et de son empreinte écologique. À ce titre, dès la première édition d’Économie agricole dans le monde, il s’inquiète des conséquences de la dégradation des sols : « Nos systèmes de rotation et d’assolement non seulement engagent l’immédiat, c’est à dire la production de l’année, mais ils engagent aussi l’avenir, c’est-à-dire le patrimoine foncier de l’humanité. […] Or, à mon avis, l’un des vices essentiels de l’économie libérale qui recherche à tout prix le mode de production au plus bas cours, à l’instant présent, est de ne pas se préoccuper du maintien de la fertilité du sol pour les générations qui viennent » 45. Le lien est ainsi fait précocement entre des choix économiques, privilégiant une rentabilité à court terme, les impacts environnementaux — la dégradation des sols — et les conséquences sociales de ceux-ci : le risque de diminution du capital productif et donc des capacités à nourrir les populations à venir. C’est en quelque sorte un condensé de la façon dont sont analysées les questions agricoles à partir des questionnements de l’agriculture comparée.

26Cependant, en dehors de l’article mentionné dans le Larousse agricole et de quelques développements dans son ouvrage de 1954, Économie agricole dans le monde 46, René Dumont a peu théorisé sa discipline. Ce travail a véritablement été effectué par son successeur à la chaire d’agriculture comparée, Marcel Mazoyer, notamment dans l’ouvrage Histoire des agricultures du monde, du néolithique à la crise contemporaine 47. Au plus René Dumont insiste-t-il sur la nécessité de prendre en considération les apports d’autres disciplines pour penser les problèmes agricoles : il considère notamment qu’il lui est nécessaire de s’initier aux questions économiques. Il prétend avoir commencé à s’intéresser dans l’entre-deux-guerres à ces questions. C’est ce qu’il affirme rétrospectivement en 1995, dans la préface de la réédition de son ouvrage de 1935 : « Dès ce premier livre, j’ai vite compris l’absolue nécessité, pour être efficace, de sortir du domaine purement technique afin d’aborder aussi, en parallèle l’étude du milieu économique — qui fut le titre du chapitre III » 48. Durant cette même période, l’agronome est scandalisé par les discours des malthusiens et notamment les propos de Joseph Caillaux à la Chambre. Ce dernier, en 1934, critique les progrès agricoles responsables de l’augmentation de la production qui conduit à son tour à la baisse des prix des produits agricoles et à la ruine des producteurs. Il est alors question de couler des cargaisons de riz pour enrayer la baisse des cours. René Dumont sait qu’au même moment des paysans tonkinois ont faim. La leçon est édifiante : il ne suffit donc pas de produire, il s’agit également de tenir compte des réalités économiques, voire dans certains cas, de les modifier pour assurer à tous une alimentation suffisante.

27René Dumont se présente souvent comme agro-économiste. Apparemment, il aborde cette discipline en autodidacte et l’on s’interroge sur ce que sont alors ses référents en matière d’économie. Il semble cependant patent que René Dumont ne travaille pas avec un modèle économique pré-établi : cherchant, dans une situation donnée, les améliorations possibles les plus adaptées, il se révèle pragmatique et plutôt éloigné des dogmatismes idéologiques. En effet, il s’agit de bien connaître les situations pour pouvoir valablement proposer des modifications. Les réformes doivent pouvoir s’intégrer à l’intérieur d’un ensemble de paramètres complexes. L’intérêt de la démarche de l’agriculture comparée c’est, de ce point de vue, de pouvoir faire des propositions d’amélioration d’une situation donnée à partir d’une bonne analyse du milieu concerné et en puisant dans un ensemble de connaissances glanées au gré des missions : « L’agriculture comparée c’est la discipline qui dit "il n’y a pas de transfert", on s’inspire de choses ayant existé par ailleurs, mais on sait les conditions dans lesquelles ça s’est imposé ailleurs, comment ça s’est développé économiquement parlant, comment ça été sélectionné par les populations à un moment donné de leur histoire parce que ça s’est révélé compétitif. C’est uniquement lorsqu’on a compris cela qu’on peut comprendre à quelles conditions on peut s’inspirer pour qu’une technique proche, souvent adaptée, puisse se développer. Et puis à quelles conditions socio-économiques, c’est-à-dire politiques, ça pourrait être utile aux populations » 49. Par cette démarche relative, il est possible de s’inspirer de réalisations extérieures en prenant toutefois grand soin de les adapter aux réalités locales. Cette adaptation, nous l’avons vu, nécessite une évaluation fine des conséquences possibles, évaluation qui doit tenir compte de facteurs très divers. Cette démarche peut paraître évidente, frappée au coin du bon sens, elle n’est pourtant pas systématiquement appliquée. Ainsi, Marc Dufumier remarque que « l’agriculture comparée c’est un métier, un outil qui permet de mieux comprendre les réalités complexes, de mieux comprendre les réalités toujours différentes dans lesquelles on doit travailler, de ne pas se comporter comme une brute, de ne pas prétendre faire des transferts de technologie, éviter les jugements de valeur. Cette relativisation c’est bien le produit de l’agriculture comparée. L’agriculture comparée peut éviter d’être des dangers publics. Les transferts de techniques, les propos "améliorer les rendements-amélioration variétale" ce sont déjà de beaux jugements de valeur, si on pense amélioration variétale en considérant qu’il y a du meilleur dans l’absolu, on est danger public. Ça peut être les OGM [organismes génétiquement modifiés] ». Selon l’agronome, le « transfert de technologie » brut est encore préconisé dans des institutions comme la Food and Agriculture Organisation (FAO). Les cultures transgéniques sont présentées comme un progrès en soi, sans évaluation des conséquences sur les économies paysannes, sur les coûts en approvisionnement de semences ou sur l’autonomie des agriculteurs du monde. Tout cela pour signifier que cette démarche, mise en place par René Dumont, ne fait pas consensus, aujourd’hui encore, parmi les institutions chargées de promouvoir le « développement ».

28Les questions soulevées par la démarche de l’agriculture comparée restent donc d’actualité. Cette dernière permet d’ailleurs d’interroger de façon pertinente certaines questions globales, en partant de constats locaux. Marcel Mazoyer pose quelques-unes des questions auxquelles les acteurs du « développement » doivent essayer de répondre : « Quelle est l’ampleur des inégalités entre les différentes agricultures du monde ? Comment la révolution agricole contemporaine, développée par une minorité d’agriculteurs des pays développés et de quelques pays en développement, a multiplié de manière énorme ces inégalités ? Pourquoi la révolution verte, développée par près des deux tiers des agriculteurs des pays en développement, n’a que très partiellement réduit ces inégalités ? Comment la baisse tendancielle des prix agricoles réels, résultant de ces révolutions agricoles, a bloqué le développement et est en train d’appauvrir à l’extrême plus du tiers des paysans de la planète ? » 50. Les réponses à ces questions peuvent s’élaborer en analysant les conditions de vie des paysans du monde, les mécanismes qui sont à l’œuvre dans ces processus d’accroissement des inégalités. Ainsi, à propos du travail d’enquête de René Dumont, Henri Rouillé d’Orfeuil constate : « Ca devrait être une vertu des agronomes de commencer à voir la diversité du réel, de voir le local. Les bouquins de Dumont c’est cela aussi : c’est "je suis allé dans tel village, j’ai rencontré tel paysan, j’étais surpris de constater que… l’instituteur n’était pas souvent là", etc. De fil en aiguille il en est venu à poser les questions globales, il a été unique pour cela, pour passer du très local […] au très global. Avec un cheminement cohérent, il n’y avait pas deux mondes entre ceux qui s’occupent de la grue cendrée et ceux qui s’occupent du FMI 51. Il y avait cette continuité d’analyse avec un point de départ qui était toujours dans le réel » 52.

29Très tôt dans sa carrière, René Dumont a développé une façon de travailler qui s’appuie sur les différentes conceptions qui viennent d’être esquissées. Mais c’est bien Marcel Mazoyer, à partir de sa connaissance du travail de René Dumont, qui a forgé une théorie et une méthode un peu moins empirique que celle du professeur. René Dumont n’a pas constitué une école de pensée et le récit de voyage a ses limites. Marcel Mazoyer a senti la nécessité de formuler un cadre d’analyse à la discipline. Il s’essaye à établir « une théorie des transformations historiques et de la différenciation géographique des systèmes agraires ». Selon l’auteur de L’Histoire des agricultures du monde, « […] toute forme d’agriculture pratiquée en un lieu et à un moment donné apparaît d’abord comme un objet écologique et économique complexe, composé de plusieurs catégories d’unités de production qui exploitent différents types de terrains et diverses espèces de cultures et d’animaux » 53. L’agronome réfléchit au concept de système agraire, concept qui doit servir à établir une connaissance méthodique de la généalogie et des grandes caractéristiques des systèmes principaux qui composent l’héritage agraire de l’humanité. C’est « un outil intellectuel qui permet d’appréhender la complexité de chaque forme d’agriculture et de rendre compte, à grands traits, des transformations historiques et de la différenciation géographique des agricultures humaines » 54. Il s’agit d’en saisir les origines, d’en décrire l’organisation, le fonctionnement, les performances, ainsi que les conditions et les conséquences démographiques, économiques, sociales et politiques de leur développement. L’objet de cette analyse de la dynamique des systèmes agraires est d’appréhender le mouvement général de transformation et de différenciation des agricultures et de le traduire en une théorie. Mais l’agronome doit prendre soin de ne pas tomber dans une idéalisation de ce modèle : la théorie est toujours prise en défaut par la réalité. La démarche de Marcel Mazoyer vise surtout à donner une grille d’analyse et une méthode de travail.

30L’élaboration d’une théorie de l’évolution des agricultures du monde peut sembler être un objectif assez ambitieux, cependant, l’essentiel réside dans cette volonté de rendre méthodique la démarche assez empirique de René Dumont. Une démarche qui est le fruit d’une expérience longue et diversifiée et qui rend son approche des questions agricoles difficilement accessible sans l’élaboration d’un travail comme celui de Marcel Mazoyer. Mais ce dernier, comme René Dumont, sait que rien ne remplace l’observation et le travail de terrain. Et c’est bien la grande force de travail et la multiplicité des missions de René Dumont qui lui donnent une approche aussi précise et pragmatique des questions de développement rural.

René Dumont en mission

31Il s’agit alors d’analyser, en fonction des premiers éléments de méthode énoncés et de la lecture des rapports publiés, comment l’agronome travaille concrètement sur le terrain — que ce soit en France, dans les pays du Sud ou le monde « socialiste ». En premier lieu, il convient de s’interroger sur les commanditaires. Si les circonstances qui l’amènent à parcourir le monde sont très diverses, il est possible d’en faire une typologie.

32Le plus fréquemment, René Dumont effectue des missions pour le compte d’organismes internationaux ou de gouvernements. En effet, il est sollicité par des organismes internationaux assez divers. D’une manière générale, ce sont des institutions dépendant des Nations Unies. La plupart du temps, ces organismes le missionnent afin d’effectuer un rapport qui doit servir comme document d’étude à un gouvernement. Parmi les organismes onusiens, on peut citer principalement la FAO qui, à titre d’exemple, le mandate en 1964 pour effectuer une mission pour le gouvernement royal du Cambodge 55. L’agronome a également beaucoup travaillé avec l’UNRISD, l’Institut de recherche des Nations Unies pour le développement social, sur les problématiques de la Révolution verte. Ainsi, en 1970 et en 1971, il rédige plusieurs rapports sur ses implications en Afrique de l’Ouest, en Afrique du Nord et au Sri Lanka 56.

33Dans certains cas, au demeurant assez rares, l’agronome peut être mandaté sur des sujets de mission apparemment extérieurs aux problématiques agricoles : ainsi, en 1970, l’UNESCO lui confie la réalisation d’une étude sur les résultats de l’alphabétisation fonctionnelle au Mali 57. Le PNUD, programme des Nations Unies pour le développement, le sollicite également. En 1984, il intervient pour son compte au Sénégal 58. On peut encore citer la commission économique pour l’Afrique des Nations Unies qui, en 1965, lui demande un rapport sur les problèmes rencontrés par le développement agricole en Afrique 59. Enfin, à plusieurs reprises, le Bureau international du travail (BIT) fait également appel à lui 60. Mais, dans l’ensemble, c’est certainement pour le compte de la FAO que René Dumont intervient le plus.

34Très fréquemment, l’agronome est invité directement par un pays. Soit par le chef d’État, soit par un ministère, soit par des organismes parapublics. Ainsi, en 1966, il est invité par le président de la République centrafricaine, David Dacko 61. Julius Nyerere, le président tanzanien, lui demande également de venir une première fois en 1967 62, après avoir lu la traduction anglaise de L’Afrique noire est mal partie, et une seconde fois en 1979. En 1981, il est convié par le président Abdou Diouf au Sénégal 63. On pourrait ainsi multiplier les exemples d’invitations de chefs d’État. René Dumont est un expert très convoité par les gouvernants. Bien que critiquant très souvent les politiques mises en place, l’incurie et la corruption des dirigeants, il continue à être invité à travers le monde. En revanche, ses conseils semblent rarement suivis d’effets. L’agronome, lorsqu’il revient sur ses terrains d’études, se plaint souvent de n’avoir pas été écouté.

35Les organisations non gouvernementales font également appel à lui ; parfois il leur propose ses services de façon spontanée. L’agronome a ainsi effectué quelques missions avec Frères des hommes dans les années 1970 64. Il a également côtoyé certaines organisations catholiques, dont il apprécie le travail en faveur de la « libération paysanne » 65.

36Enfin, dans un nombre de cas très réduit, l’agronome est amené à travailler pour des fondations émanant d’entreprises multinationales. On peut notamment citer la fondation Ford pour laquelle il effectue des enquêtes au Bangladesh en 1973 66 et 1983 67. Il officie également pour Nestlé en 1980-1981 en Amérique latine 68. Cela peut sembler contradictoire pour ce pourfendeur du libéralisme, mais nous l’avons dit, René Dumont refuse rarement une occasion de faire part de ses analyses.

37Toutefois, dans de très nombreux cas, il convient de remarquer que René Dumont effectue des enquêtes de son propre chef, sans être sollicité. Ainsi, en 1960, il décide de se rendre à Cuba pour analyser la situation. Il est reçu par Fidel Castro et entame une collaboration tumultueuse avec le chef d’État. Cuba vient de retrouver sa « souveraineté » et peut mettre en place un socialisme original ; l’agronome n’hésite donc pas à se rendre sur l’île pour proposer ses services et évaluer ce qu’il est possible de faire. On constate, dans ce cas précis, la relative autonomie de René Dumont dans le choix de ses terrains d’enquête. Il est guidé principalement par ses centres d’intérêts. En effet, René Dumont finance lui-même une partie importante de ses missions, tout d’abord grâce à la fortune se son épouse 69, ensuite en vendant ses livres 70. Il travaille quasiment seul et n’a donc pas d’équipe de recherche dépendante de financements extérieurs. Toutefois, le professeur peut s’appuyer sur des réseaux de sympathisants, notamment les mouvements et organisations que l’on peut qualifier de « tiers-mondistes ». La médiatisation de ses écrits est également une des raisons des sollicitations dont il est l’objet de toutes parts. Par le biais des médias, il se dote de moyens de pression et s’assure de la diffusion de ses analyses. Ces éléments sont surtout vrais après le succès de librairie de L’Afrique noire est mal partie 71.

38Ainsi, si dans de nombreux rapports le commanditaire n’est pas indiqué, on peut penser que bien souvent il s’agit de textes rédigés à sa seule initiative. Ces éléments relatifs à l’autonomie de ses activités sont importants, car ils permettent de comprendre la liberté de ton et les « outrances » du professeur.

39La durée des missions de l’agronome varie considérablement, de quelques jours à plusieurs mois. Il est difficile, vu la diversité de ses missions, d’établir des généralités en la matière. Ses ambitions sont également très différentes selon qu’il donne son avis sur un projet de barrage ou qu’il évalue les politiques de développement rural dans un pays entier. L’agronome ne se déplace pas dans un pays sans se rendre le plus longuement possible auprès des paysans ; c’est là un point essentiel de sa démarche.

40Selon les témoignages de ses collègues et anciens élèves, la force de René Dumont réside dans une grande capacité de travail. Ses analyses sont le fruit de nombreuses heures d’observation et de documentation. Marcel Mazoyer considère que « le génie de Dumont, c’est beaucoup d’heures de travail par jour, lorsqu’il était aux quatre coins du monde, il était tous les matins à six heures ou sept heures en enquête, il prenait des notes, et toutes les fins d’après-midi, tous les soirs, il mettait ses notes au propre. Quand Dumont allait trois mois en Chine, c’était cent jours d’enquête… » 72. L’agronome allie une présence importante sur le terrain auprès des paysans, des agronomes et des fonctionnaires locaux avec un travail considérable de documentation préalable. Il lit des choses très diverses sur le pays qu’il va étudier : analyses économiques, historiques, politiques, monographies agronomiques. Pour Marc Dufumier, « René Dumont avait l’intuition qu’il fallait regarder large d’abord, quand on est en mission tout est prêt pour nous focaliser sur un problème, une région, non, il faut regarder large. Pour se faire ses propres hypothèses, il faut déjà confronter des lectures multiples à un modèle théorique qui est le nôtre. Il ne faut pas retenir de la méthode René Dumont l’image de quelqu’un qui "gobe", il avait un esprit extrêmement critique. Cette documentation, la construction d’hypothèses de départ, le rendaient mille fois plus réactif au moment de la mission » 73.

41Les rapports de René Dumont fourmillent de constatations très précises sur les cultures visitées, les conditions de vie des gens, la qualité des outils qu’il a pu voir, l’état d’une école dans un village, etc. En les accumulant, il essaie de comprendre l’imbrication des phénomènes, les causes et les conséquences, il passe du local au global.

42René Dumont est très attentif aux cultures locales, aux savoir-faire des populations qu’il rencontre. Lors de ses nombreuses missions, il semble très à l’écoute des populations locales et notamment des hommes et femmes qui travaillent la terre. De son propre aveu, René Dumont souhaite donner la parole aux « paysans ». Dans un rapport de 1981 intitulé Libération paysanne base d’une « nouvelle » politique rurale au Sénégal, il recueille leurs propos dans une partie dénommée « La parole aux paysans » 74 : « Au cours de notre tournée, nous avons recueilli de nombreuses plaintes de paysans, dont certaines méritent d’être reproduites ». Et, dans cette démarche, René Dumont veille à ne pas oublier la moitié féminine de l’humanité. À plusieurs reprises dans ses écrits, l’agronome s’affirme « féministe » 75, se montrant particulièrement sensible aux conditions de vie des femmes dans les divers pays qu’il visite. Il évoque souvent le labeur qui pèse sur les femmes africaines, réclame l’égalité des droits entre les deux sexes. Il s’intéresse également au rôle important joué par les femmes dans l’économie rurale. Dans ce combat, il est sans doute influencé et soutenu par ses compagnes. Marie-France Mottin, féministe militante, puis Charlotte Paquet, peut-être plus discrète mais pas moins convaincue des nécessités d’un changement dans les mentalités. Cette présence à ses côtés lors de ses missions 76 revêt une grande importance. Elle permet de recueillir avec davantage de confiance les témoignages des femmes.

43Lors d’observations méthodologiques concernant une étude sur la révolution verte 77, René Dumont définit les populations qu’il doit rencontrer dans le cadre de son enquête, le but étant alors : « de contacter toutes les catégories de personnes impliquées, et d’abord paysans, cultivateurs et agriculteurs, […]. Se défier d’une enquête limitée aux notables, qui sont des gens "bien", propres, et les seuls qui offrent à manger aux enquêteurs… ». Cette attention, ce respect pour les paysans conduisent l’agronome à se soucier particulièrement de leur sort et de leur émancipation — selon lui, une condition nécessaire au développement rural. Cette approche lui permet peut-être d’éviter l’écueil de présupposés économiques ou agronomiques. C’est ce qui fait dire à l’agronome et économiste Jean-Christophe Kroll : « La méthode Dumont c’est l’exigence de rendre compte de la réalité des faits, Dumont était un observateur, l’expérience, la réalité primaient sur l’idéologie, la théorie. La démarche de Dumont oblige à laisser de côté certains discours contemporains qui n’ont aucune valeur, par exemple ce discours qui consiste à dire que la libéralisation des échanges internationaux est un facteur de prospérité pour les pays en développement, quiconque regarde un tant soit peu ce qui se passe ne peut accepter cela, plus ils s’insèrent dans les échanges et plus ils s’appauvrissent » 78. C’est pour ces raisons que l’agronome part assez tôt en croisade contre les préconisations et les « remèdes » du FMI ou de la Banque mondiale 79. Il s’insurge contre leur « pharmacie portative » 80 applicable en tous lieux et véritable cheval de Troie de l’économie libérale. Un discours que l’on retrouve aujourd’hui largement dans le mouvement « alter-mondialiste ».

44Toutefois, il convient de ne pas idéaliser le personnage. Son approche, de prime abord pragmatique, ne l’a pas empêché de tomber parfois dans des démarches quelque peu normatives et technocratiques. C’est notamment ce que rapporte Hubert Cochet 81 concernant une de ses visites au Mexique. Il convient de signaler aussi qu’il arrive que ses visites soient extrêmement rapides. L’agronome ne peut être spécialiste de tout et pourtant il veut embrasser une vision la plus diversifiée possible des agricultures du monde. « Emporté par son aura et son succès, Dumont a multiplié les voyages à travers le monde, les consultations, les conférences et les livres […] sans que les véritables recherches approfondies de terrain ne puissent, bien sûr, suivre un tel rythme. Malgré son indépendance de pensée, le recul qu’il pouvait prendre grâce à ses expériences passées, et la puissance des comparaisons planétaires que la diversité de ses voyages rendait possible, Dumont se laissera en partie piéger par sa connaissance trop partielle du terrain... » 82. L’impressionnante activité de l’agronome conduit à s’interroger, à la suite d’Hubert Cochet, sur certains aspects de sa démarche. La multiplicité de ses missions et de ses terrains d’étude peut sembler contradictoire avec sa volonté d’analyser le plus finement possible les situations auxquelles il est confronté. Cela conduit à questionner de façon approfondie la scientificité de son travail.

45Lors d’une enquête sur la Révolution verte, il rédige quelques observations méthodologiques et définit sa démarche : « Je suis un vieil empiriste, un artisan anarchisant sans règles de travail établies a priori, car j’ai constaté que les méthodes d’études et d’enquêtes devaient être adaptées chaque fois à des situations très diverses et mouvantes dans l’espace et même dans le temps » 83. De la même façon qu’il n’y a pas de recettes universelles il n’y aurait pas de méthodes d’enquête universelles. Toutefois, il semble tout de même difficile de procéder sans avoir quelques éléments tangibles de méthode.

46Ce qui est certain c’est que l’agronome n’est pas un théoricien : il tire une part de sa compétence de l’expérience qu’il a accumulée lors de sa carrière. Pour autant, on relève tout de même quelques constantes dans sa façon d’aborder les problèmes et de proposer des solutions. Son cadre d’analyse est rarement explicite, il n’a pas vraiment fait l’objet d’une théorisation, mais il s’appuie sur quelques éléments que nous avons discernés. L’agronome ne sélectionne pas ses terrains d’étude au hasard, même s’il n’explique pas ses choix. Ses collègues agronomes savent qu’il « prépare » ses entretiens, en se documentant beaucoup par des lectures générales, accordant ensuite une attention toute particulière aux témoignages et à l’observation des savoir-faire des populations. Il aime en outre soumettre ses rapports à des publics divers, pour engranger remarques et critiques, et intégrer les acquis d’autres disciplines…

47Il a construit ainsi, en électron libre et bien avant l’invention et l’institutionnalisation tardive de la pluridisciplinarité, une science sociale hybride et intuitive, qui ne croit à d’autre légitimité que celle de sa propre pratique, amendée par une restitution tous azimuts. Cette agronomie hétérodoxe ne néglige toutefois pas de se faire reconnaître par les instances décisionnelles publiques et internationales, que ce soit par les moyens classiques du capital scientifique ou par le truchement d’une notoriété acquise dans l’exercice de la vulgarisation. Nourrie par un charisme et une force de travail peu commune, cette trajectoire (dans l’après-1945 surtout), laisse une empreinte profonde et un héritage très important, à la fois dans le domaine français et européen, et les Sud que René Dumont a inlassablement parcourus. Bien loin de la définition de l’agronome des débuts de sa carrière, il a ainsi doté la profession, à travers la construction de sa propre figure historique, d’une ambition multiforme et généreuse — sorte de chaire universelle d’où René Dumont pouvait exercer son magistère —, qui part d’en-deçà de la science, dans l’attention aux faits et aux gestes, et va bien au-delà, dans l’éthique et la préconisation politiques. L’« Agronome », que les héritiers du titre en soient légitimés ou gênés, c’est devenu cette figure-là.

Haut de page

Notes

1 Mais aussi Jean Pluvinage.
2 René DUMONT et François de RAVIGNAN, Nouveaux voyages dans les campagnes françaises, Paris, Éditions du Seuil, 1977, 318 p.
3 René DUMONT, Mes combats. Dans quinze ans les dés seront jetés, Paris, Librairie Plon, 1989, 239 p. (pp. 8-10).
4 Ces différents renseignements biographiques sont issus de l’ouvrage de Jean-Paul BESSET, René Dumont. Une vie saisie par l’écologie, Paris, Éditions Stock, 1992, 375 p. (pp. 31-38). Pour la rédaction de ce livre, le journaliste a eu l’occasion de mener de multiples entretiens avec René Dumont.
5 L’expression est d’Igor Besson, page XXIII de l’introduction à la réédition de 1995 de l’ouvrage de René Dumont : René DUMONT, La culture du riz dans le delta du Tonkin. Étude et propositions d’amélioration des techniques traditionnelles de riziculture tropicale, Patani, Prince of Songkla University, 1995 (réédition augmentée), 596 p. (1ère édition : Paris, Société d’éditions géographiques, maritimes et coloniales, 1935, avec une préface de Yves Henry, directeur d’agriculture aux colonies).
6 Voir, à titre comparatif, les travaux de Christophe Bonneuil : Christophe BONNEUIL, Des savants pour l’Empire : la structuration des recherches scientifiques coloniales au temps de la mise en valeur des colonies françaises, 1917-1945, Paris, Éditions de l’ORSTOM, 1991, 125 p. ; Christophe BONNEUIL et Mina KLEICHE, Du jardin d’essais colonial à la station expérimentale, 1880-1930 : éléments pour une histoire du CIRAD, Paris, Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement, 1993, 107 p. ; Christophe BONNEUIL, Mettre en ordre et discipliner les tropiques : les sciences du végétal dans l’Empire français, 1870-1940, Thèse de doctorat en histoire des sciences sous la direction de Dominique Pestre, Université Paris VII, 1997, 2 volumes, 563 f°.
7 Gouverneur général de l’Indochine de 1897 à 1902.
8 Igor BESSON, « Introduction », dans René DUMONT, La culture du riz..., ouv. cité, p. XXV. L’agronome se fonde notamment sur les écrits d’André Angladette (1907-1995) : André ANGLADETTE, « Les recherches agronomiques en Indochine pendant la première moitié du vingtième siècle. Leur impact sur la production rurale. Leur évolution ultérieure », dans Mondes et cultures : comptes rendus trimestriels des séances de l’Académie des sciences d’Outre-Mer, tome 41, 1981, pp. 189-216.
9 André ANGLADETTE, « Yves-Marie Henry (1875-1966) », dans Académie des sciences d’Outre-mer, Hommes et destins, Paris, Agence de coopération culturelle et technique, tome V, 1984, pp. 245-248.
10 René DUMONT, La culture du riz..., ouv. cité, p. 7.
11 Ibidem, p. 11.
12 Igor BESSON, « Introduction », art. cité, p. XXXV.
13 Ibidem, p. XXXVI.
14 Marcel MAZOYER, « René Dumont ou la passion d’un agronome », dans Tiers-Monde, n° 166, avril-juin 2001, pp. 475-478 (p. 476).
15 Présents dans le Fonds René Dumont de l’Institut national d’agronomie Paris-Grignon (INA-PG), série PDUC, 1-3 et 13-15. Dorénavant, ce Fonds sera indiqué par : « Fonds Dumont INA-PG », les cotations PDUC renvoyant aux articles publiés et PDUR aux rapports de mission.
16 Les stages effectués en 1923 au Maroc durant sa scolarité à l’INA ne peuvent être considérés comme des missions.
17 René DUMONT, La culture du riz..., ouv. cité, p. 34.
18 Georges WÉry, Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie d’agriculture de France, tome XXI, n° 6, séance du 13 février 1935, pp. 214-218.
19 Compte rendu paru dans la rubrique « Bibliographies sélectionnées », dans Revue de botanique appliquée et d’agriculture tropicale, tome XV, n° 64, avril 1935, pp. 283-284.
20 Igor BESSON, « Introduction », art. cité, p. XLIV.
21 Entretien avec Marc Dufumier, titulaire de la chaire d’agriculture comparée à l’INA-PG.
22 René DUMONT, La culture du riz..., ouv. cité, p. 301.
23 Ibidem, pp. 301-302.
24 Ibidem, p. 302.
25 Les établissements de Paris et Grignon fusionnent en 1971, voir : René DOLIGÉ, Philippe JOLY et Jean RENAUD [dir.], Deux siècles d’agronomie. Grignon, de l’institution royale à l’INA-PG, Paris, Editagro, 1995, 333 p.
26 Ibidem.
27 Igor BESSON, « Quelques repères dans les enseignements et l’œuvre écrite de René Dumont », dans Marc DUFUMIER [dir.], Un agronome dans son siècle. Actualité de René Dumont, Paris, Éditions Karthala, 2002, 320 p. (pp. 16-28). Voir aussi : Marcel MAZOYER, « René Dumont ou la passion d’un agronome », art. cité. Dans la série PDUC du fonds de l’INA-PG, on retrouve également des comptes rendus de cours : Les problèmes de l’agriculture dans les pays sous-développés, Paris, 1962, FNSP, 24 f°, PDUC 108 ou Les problèmes de l’agriculture en Inde et en Chine, Paris, FNSP, 1959, 28 f°, PDUC 38. Retranscriptions d’exposés de l’agronome pour le compte du Centre de formation des experts de la coopération technique internationale, quatrième session, avril-juillet de l’année 1959 et neuvième session, 8 janvier-7 avril 1962.
28 D’après René Dumont lui-même dans le film documentaire réalisé par Bernard Baissat : Bernard BAISSAT, René Dumont citoyen de la planète terre, Paris, Éditions de la Lanterne, 1993, 2 h 05 mn.
29 Théoriquement René Dumont n’est pas en charge de la direction de la section agricole, en réalité c’est bien lui qui en assume la responsabilité. Il s’agit cette fois de Jean Monnet.
30 René DUMONT, Le problème agricole français. Esquisse d’un plan d’orientation et d’équipement, Paris, Les Éditions nouvelles, 1946, 382 p.
31 Ibidem, p. 373.
32 Bertrand HERVIEU, « Le livre d’une rupture : Le problème agricole français. Esquisse d’un plan d’orientation et d’équipement », dans Marc DUFUMIER [dir.], Un agronome dans son siècle..., ouv. cité, pp. 41-44 (p. 44).
33 Le terme est lancé l’année précédente, en 1952, par Alfred Sauvy.
34 Edgard Pisani est ministre de l’Agriculture de 1961 à 1966 dans les gouvernements Debré puis Pompidou.
35 L’appellation précise connaît des évolutions selon les époques, dans l’immédiat et par commodité nous nous servons de ce terme.
36 Voir : Marcel MAZOYER, « Chaire d’agriculture comparée et de développement agricole », dans René DOLIGÉ, Philippe JOLY et Jean RENAUD [dir.], Deux siècles d’agronomie. Grignon..., ouv. cité, pp. 147-155.
37 Ibidem, p. 147.
38 Eugène RISLER, Géologie agricole et introduction au cours d’agriculture comparée, Paris, Institut national agronomique, 1878 ; Henri HITIER, L’évolution de l’agriculture, Paris, Annales de géographie, 1901 ; Charles VEZIN, L’évolution de l’agriculture de la Manche en un siècle, Chaire d’agriculture comparée, Paris, Institut national agronomique, s.d. [1931], 139 p..
39 Marcel MAZOYER « Chaire d’agriculture comparée et de développement agricole », art. cité, pp. 147-148.
40 Entretien avec Marc Dufumier.
41 Avec l’abaissement des droits de douane dans le cadre du GATT après 1947.
42 René DUMONT, « Agriculture comparée », dans Raymond BRACONNIER et Jacques GLANDARD [dir.], Larousse agricole, Paris, Librairie Larousse, 1952, 1152 p. (pp. 903-938).
43 Ibidem, p. 903.
44 Ibidem.
45 René DUMONT, Économie agricole dans le monde, Paris, Institut d’études politiques, 1947, 311 p. Il s’agit là de la première version de l’ouvrage qui paraît en 1954, publication de l’IEP compilant le cours de René Dumont pour l’année universitaire 1946-1947. Citation p. 29.
46 René DUMONT, Économie agricole dans le monde, Paris, Dalloz, 1954, 597 p.
47 Marcel MAZOYER et Laurence ROUDART, Histoire des agricultures du monde, du néolithique à la crise contemporaine, Paris, Éditions du Seuil, 2002 (1ère édition, 1997), 705 p.
48 René DUMONT, La culture du riz..., ouv. cité, p. XII.
49 Entretien avec Marc Dufumier.
50 Marcel MAZOYER et Laurence ROUDART, Histoire des agricultures du monde…, ouv. cité, p. 15.
51 Fonds monétaire international.
52 Entretien avec Henri Rouille d’Orfeuil, chercheur au CIRAD, ancien élève de René Dumont.
53 Marcel MAZOYER et Laurence ROUDART, Histoire des agricultures du monde…, ouv. cité, p. 31.
54 Ibidem, p. 64.
55 Fonds Dumont INA-PG, PDUR 51, René DUMONT, Projet de rapport sur les possibilités de développement de l’économie agraire khmère, au départ des « réformes économiques », mission de janvier à mai, 130 f°
56 Voir Fonds Dumont INA-PG, PDUR 71 à 77 ainsi que PDUR 83 pour la situation au Sri Lanka.
57 Fonds Dumont INA-PG, PDUR 79, René DUMONT, Quelques rapides observations faites à propos de l’alphabétisation fonctionnelle (AF) au Mali, par René Dumont, membre du groupe d’évaluation de l’UNESCO, mission du 31 décembre 1969 au 12 janvier 1970, 11 f°
58 Fonds Dumont INA-PG, PDUR 38, René DUMONT, Quelques réflexions sur une mise en valeur plus efficiente et plus rapide des nouvelles ressources d’irrigation du fleuve Sénégal, août 1984, 57 f°, Étude pour le compte de l’Organisation de mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) et du PNUD.
59 Fonds Dumont INA-PG, PDUR 10, René DUMONT, Essai sur les lignes principales du développement agricole africain et sur les obstacles qui le freinent, septembre 1964, 178 f°
60 Fonds Dumont INA-PG, PDUR 10,René DUMONT, Claude REBOUL et Marcel MAZOYER, Pauvreté et inégalités rurales en Afrique de l’Ouest francophone, publié en 1981 par le BIT, 78 f°. Il s’agit là d’une commande du BIT dans le cadre du programme mondial de l’emploi et qui concerne la Haute-Volta, le Sénégal et la Côte-d’Ivoire.
61 Fonds Dumont INA-PG, PDUR 91, René DUMONT, Le difficile développement agricole de la République centrafricaine, daté de 1966, tirage à part avec mention « Extraits des Annales de l’Institut national agronomique, Tome IV », 85 p.
62 Fonds Dumont INA-PG, PDUR 09, Tanzanian agriculture after the Arusha déclaration, publié en 1969 par le ministère tanzanien de l’Économie et du Plan, 62 p.
63 Fonds Dumont INA-PG, PDUR 40, René DUMONT et Marie-France MOTTIN, Libération paysanne, base d’une « nouvelle » politique rurale au Sénégal, avril-juin, 36 p.
64 Fonds Dumont INA-PG, PDUR 11, René DUMONT, Quelques bases d’une politique agricole voltaïque, 13 p. Étude menée avec l’ONG Frères des hommes. Voir également : PDUT 24 et 77, PDUR 12 et 03.
65 Fonds Dumont INA-PG, PDUR 63, René DUMONT et Charlotte PAQUET, Note n° 16, Développement rural et évangélisation, 3 p.
66 Fonds Dumont INA-PG, PDUR 88, René DUMONT, Problems and prospect for rural development in Bangladesh, rapport daté du 30 novembre 1973, 60 p.
67 Fonds Dumont INA-PG, PDUR 53, René DUMONT et Charlotte PAQUET, Self Reliant Rural Development by Full Employment of All Local Ressources in the People’s Republic of Bangladesh, mission de juillet à novembre 1983, 177 p. Étude sous l’égide de la fondation Ford pour le compte du ministère de l’Agriculture et des Forêts.
68 Voir : René DUMONT et Marie-France MOTTIN, Le mal-développement en Amérique latine, Paris, Éditions du Seuil, 1981, 287 p.
69 Fille d’une famille de la bourgeoisie aisée de Montargis.
70 René DUMONT, L’Afrique Noire est mal partie, est son premier succès de libraire, en 1962.
71 Tiré à 150 000 exemplaires.
72 Entretien avec Marcel Mazoyer.
73 Entretien avec Marc Dufumier.
74 René DUMONT et Marie-France MOTTIN, Libération paysanne, base d’une « nouvelle » politique rurale au Sénégal, ouv. cité, pp. 29-30.
75 Ainsi écrit-il dans un de ses derniers ouvrages, paru peu avant l’élection présidentielle de 1995 : « Je soutiens Dominique Voynet. En tant que "féministe", rejoindre une candidate m’encourage » p. 57, dans René Dumont, Ouvrez les yeux ! Le 20e siècle est mal parti, Paris, Arléa, 1994, 61 p.
76 À partir de la fin des années 1970, Marie-France Mottin l’accompagne en mission, au début des années 1980 c’est avec Charlotte Paquet qu’il fait le tour de la planète.
77 Fonds Dumont INA-PG, PDUR 72, René DUMONT, Enquête sur les implications sociales de la « Révolution verte », observations méthodologiques de René Dumont, multigraphié, 2 f°
78 Entretien avec Jean-Christophe Kroll.
79 Fonds Dumont INA-PG, PDUC 99, « René Dumont contre la banque mondiale », dans Jeune Afrique économie, mai 1982, n° 8, p. 44-49.
80 Expression de René Dumont dans le film documentaire de Bernard Baissat : Bernard BAISSAT, René Dumont, citoyen de la planète terre, film cité.
81 Maître de conférences à l’INA-PG.
82 Hubert COCHET, « Mexique : Une mauvaise réforme agraire vaut mieux que pas de réforme du tout », dans Marc DUFUMIER [dir.], Un agronome dans son siècle..., ouv. cité, pp. 165-178.
83 René DUMONT, Enquête sur les implications sociales de la « Révolution verte »..., ouv. cité, f° 1.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Wilfrid Séjeau, « René Dumont agronome », Ruralia [En ligne], 15 | 2004, mis en ligne le 01 juillet 2008, consulté le 28 mars 2017. URL : http://ruralia.revues.org/1027

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page