Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Edgard PISANI, Un vieil homme et la terre. Neuf milliards d’êtres à nourrir. La nature et les sociétés rurales à sauvegarder, L’histoire immédiate, Paris, Éditions du Seuil, 2004, 231 p.

Pierre Cornu

Texte intégral

1Emblématique du personnage, le dernier opus d’Edgard Pisani se révèle bien difficile à classer, et les citations ambiguës de Jaurès et de Zweig en exergue n’aident guère à en définir le cap. Rejet des doctrines, éloge du pragmatisme ? Et pourtant, ce sont bien des hommes de principes qui sont revendiqués ici, de même que dans la liste des personnalités remerciées en fin d’ouvrage, de Jean-Claude Guillebaud à Bertrand Hervieu.

2Ouvrage de mémoire et testament politique, ce livre en prend la forme et le ton, dans sa première partie tout du moins, riche en anecdotes et en souvenirs sensibles, tel ce survol en hélicoptère de la Bretagne de la « révolution silencieuse », où il s’ingéniait à deviner l’âge de la fermière à l’aspect de la cour. Mais bien vite, on se rend compte que l’examen de conscience lucide que l’auteur impose à son propre parcours n’est pas destiné à construire sa propre image pour la postérité, mais bien à se donner, encore et toujours, une posture d’acteur en mesure de peser sur les choix économiques et politiques du moment. Bien loin, en effet, de borner sa réflexion au bilan de la politique qu’il avait impulsée au début des années 1960, Edgard Pisani intervient très directement dans le débat actuel sur la remise en cause de la Politique agricole commune et, s’érigeant en sage au-dessus des intérêts étriqués, décoche des adresses circonstanciées à toutes les parties prenantes du dossier, de la Commission européenne aux jeunes agriculteurs. Alerter et provoquer, voilà les seuls mots d’ordre qu’il se donne. Et non content de s’inviter à la discussion, il se propose en fédérateur, souhaitant ouvrir le débat, au-delà des cercles du pouvoir et de l’expertise, à tous les usagers-citoyens de l’agriculture. Certes, Edgard Pisani n’est plus aussi bien inséré dans les groupes de réflexion et de pression qu’à l’époque du groupe de Seillac et de la gauche au pouvoir : qu’à cela ne tienne, par la magie de la toile informatique — à l’adresse http://www.vieilhommeetlaterre.com —, on pourra retrouver le programme complet de sa « politique agricole, alimentaire, rurale et environnementale européenne » et en discuter avec lui.

3De fait, sous l’apparence d’un collage de textes de natures très différentes, l’ouvrage présente une cohérence stratégique certaine et n’a guère de peine à emporter l’adhésion sur le constat de la carence d’une vision prospective du développement rural et agricole, aux trois échelles interdépendantes du national, de l’européen et du global. On ne peut donc que se laisser mener par l’auteur pour examiner de quelle manière il transmue sa propre expérience du pouvoir et du conseil pour définir de nouvelles pistes programmatiques.

4L’historien de la politique agricole française et européenne du demi-siècle écoulé trouvera dans l’ouvrage, non point des révélations, mais un regard critique perspicace sur le tournant majeur du paradigme productiviste. Edgard Pisani se ménage bien peu lui-même, assumant certes le bilan de la Politique agricole commune et de ses conséquences nationales, mais reconnaissant sa naïveté sur la finalité stratégique du projet : la montée de la rivalité commerciale avec l’Amérique du Nord, au détriment du Sud et des agriculteurs dans leur ensemble.

5Il n’est pas anodin qu’Edgard Pisani fasse de Mai 68, et du vote de la censure du gouvernement qu’il venait de quitter, le tournant de sa carrière politique et le point de départ de la mise au service de la gauche de ses compétences — même si celle-ci ne devient effective qu’avec l’accession au pouvoir de François Mitterrand. Considérant dès 1972-1973 que la PAC doit être réformée, « parce que, ayant atteint ses objectifs, elle ne doit plus favoriser le seul développement des productions » (p. 62), il se fait le porte-parole d’une conception holiste du développement agricole. Sans grand succès à l’époque, mais dans une réflexion de fond qui le conduira, après diverses responsabilités et la découverte féconde des Sud, à l’aventure intellectuelle du groupe de Seillac, aux côtés de Bertrand Hervieu.

6« J’ai été productiviste… hier », écrit-il en conclusion de son parcours. Et de menacer : « si la modernité prétendait imposer toutes ses découvertes, son modèle de consommation et la vision marchande réductrice qui l’anime ; si, éprise d’elle-même, elle prétendait façonner l’homme et brutaliser la nature, je ne pourrais m’empêcher de la considérer comme l’annonce d’une aventure barbare » (p. 69).

7La deuxième partie de l’ouvrage, esquissant un rapide bilan du développement agricole du deuxième 20e siècle, avec statistiques à l’appui, s’adresse davantage au profane, en tâchant de lui permettre de replacer les débats actuels dans leur dynamique temporelle. Mais la pédagogie de l’auteur n’oublie pas le militantisme, donnant à voir que, malgré l’acquis indéniable du productivisme, « ça ne peut pas durer » (titre du chapitre 2). On lui saura gré de mettre en garde son lecteur contre toute tentation de retour à un « piétisme » impuissant face à la nature.

8Aux gestionnaires de la PAC, ses héritiers infidèles — ou trop fidèles, c’est selon — Edgard Pisani réserve ses traits les plus acérés : « seule grande politique communautaire, l’agricole est devenue le bouc émissaire d’une Union incertaine alors que les agriculteurs auraient eu toutes les raisons d’être des procureurs requérant contre un espace politique incapable de dire ce qu’il était et voulait être, incapable de gérer un domaine qui, toujours et partout, a été la préoccupation première des communautés humaines » (p. 104). Les premières mesures de rééquilibrage de la PAC en direction des dimensions sociales et environnementales surviennent bien tard, et de manière bien timide à son goût.

9De fait, c’est lorsqu’il passe à la prospective qu’Edgard Pisani livre la clé de la cohérence tout à la fois de son parcours et de son ouvrage : une foi inébranlable dans l’action politique, conçue non pas comme une force de contrainte ou, à l’opposé, une simple fonction arbitrale, mais comme une instance de médiation, refusant de se laisser prendre en otage par tel ou tel groupe et travaillant au Bien commun. D’où le rejet sans ambiguïté de la main invisible du marché : Edgard Pisani voit dans la question des subsistances la démonstration absolue de l’illégitimité du libéralisme (et de son corrélat de la division internationale du travail) à porter les espoirs de développement de l’humanité. Ce qu’il résume par une formule éminemment politique : « Le monde a besoin de toutes les agricultures du monde et chaque pays a le droit de se nourrir lui-même » (p. 128). Appliqué à l’Europe, cet acte de foi est lourd de conséquences : il implique, en effet, le renoncement à l’hégémonie commerciale et la renégociation d’une politique commune enfin soucieuse des territoires, de l’environnement, de la qualité des produits et des relations sociales entre producteurs et consommateurs.

10Comment ne pas penser que c’est un ministère symbolique que l’auteur réinvestit lorsque, rédigeant au chapitre 2 de la troisième partie de l’ouvrage son programme de « Politique agricole, alimentaire, rurale et environnementale européenne », il adopte la structure d’une véritable loi d’orientation ? Et ce, non pas dans la forme-catalogue des lois actuelles, pointilleuses comme des contrats d’assurance, mais dans celle, à la fois souple et impérieuse, des grandes années de la République gaullienne, volontariste et planificatrice. Edgard Pisani n’a pas renoncé à agir ou, du moins, à provoquer l’action.

11Que les destinataires des « adresses » qui constituent la quatrième partie de l’ouvrage se le procurent, et en fassent leur miel… ou leur fiel. Mais on n’aurait garde de rejeter trop vite comme archaïque et prétentieuse une démarche visant à redonner sens et cohérence au développement agricole, à la politique européenne et à la recherche agronomique. On serait bien mal inspiré de dénier à l’auteur la légitimité de dénoncer les renoncements des instances de décision et des organes de représentation. Il y a, de fait, urgence à penser et à agir et l’ouvrage d’Edgard Pisani, par sa concision et sa densité, sa générosité et sa lucidité, participe utilement au réveil des esprits.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Cornu, « Edgard PISANI, Un vieil homme et la terre. Neuf milliards d’êtres à nourrir. La nature et les sociétés rurales à sauvegarder, L’histoire immédiate, Paris, Éditions du Seuil, 2004, 231 p. », Ruralia [En ligne], 14 | 2004, mis en ligne le 23 janvier 2005, consulté le 24 mars 2017. URL : http://ruralia.revues.org/1000

Haut de page

Auteur

Pierre Cornu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page